inra magazine n°10 - octobre 2009

Download Inra Magazine n°10 - Octobre 2009

Post on 24-Mar-2016

237 views

Category:

Documents

3 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Sommaire : Lauriers 2009 : - Proposer des pistes contre le réchauffement climatique - Les Lauriers 2009 - Recherches et innovations, quelques exemples récents parmi lesquels "L’utérus reconnaît les embryons clonés", "Cartographies des politiques rurales", "La chrysomèle rentre en résistance" - "Grippes : le monde face aux virus", dossier central - Reportages, parmi lesquels une incursion au cœur de la botanique numérique - Présentations d’ouvrages récents et d’événements à venir - Parmi d'autres brèves "Essai OGM saccagé"

TRANSCRIPT

  • magazine

    AgricultureAlimentationEnvironnementINRA

    N10 - OCTOBRE 2009

    RECHERCHELa chrysomlerentre en rsistance

    HORIZONSLes Lauriers 2009 de lInra

    DOSSIER

    Grippes : le monde face aux virus

    Grippes :le monde face aux virus

    REPORTAGEChlorophylle in silico,la botanique virtuelle

  • INRA MAGAZINE N10 OCTOBRE 2009

    sommaire

    Directrice de la publication : Marion Guillou. Directeur ditorial : Jean-Franois Launay. Directeur de la rdaction : Antoine Besse. Rdactrice en chef : Catherine Donnars.Rdactrice en chef adjointe : Pascale Mollier. Rdaction : Magali Sarazin, Aline Waquet, Patricia Lveill, Hlne Deval. Photothque : Jean-Marie Bossennec, Julien Lanson, ChristopheMatre. Couverture : CDC/ Dr. F. A. Murphy. Maquette : Patricia Perrot. Conception initiale : Citizen Press - 01 53 00 10 00. Impression : Imprimerie Champagnac. Imprim sur dupapier issu de forts gres durablement. Dpt lgal : octobre 2009.

    Renseignements et abonnement : inramagazine@paris.inra.fr

    03 HORIZONSProposer des pistes contre le rchauffementclimatique

    Les Lauriers 2009

    06 RECHERCHES& INNOVATIONS

    Lutrus reconnat les embryons clons

    Dernier nez des capteurs

    Cartographies des politiques rurales

    La Chrysomle rentre en rsistance

    Hormones sexuelles, fonction intestinale et perturbateurs endocriniens

    Pour russir la traverse du dsert de la valorisation conomique

    25 REPORTAGEChlorophylle in silico

    Observation en profondeur

    Une antenne de la recherche brsilienne en Europe

    32 IMPRESSIONS34 REGARDHistoires dagronomie

    36 AGENDA

    ISSN : 1958-3923

    L actualit sinvite largement dans ce diximenumro dInra magazine. Avec la grippe Adabord. Dj trs mobilis lors de lpidmiede grippe aviaire, lInra simplique fortement dans leffort national face la premire pandmiedu sicle en se dotant de structures de confinementuniques en France et en dveloppant des programmes de recherche allant de la molculeaux troupeaux. Plus largement, en participant lAlliance nationale pour les sciences de la vie et de la sant axe sur la sant humaine,lInra contribue lamlioration des connaissances au profit de la lutte contre les zoonoses.

    La chrysomle, insecte ravageur du mas,le billion dollars bug , a galement fait les grostitres cet t. La confirmation de son expansion sur le sol franais invite comprendre au plus viteses dynamiques de dveloppement et dinvasionpour mieux les contrer.

    La tenue de la confrence de Copenhague en dcembre donne galement loccasion de rappeler que lInra est partie prenante dans la dfinition des positions franaises sur le changement climatique.

    Suite au saccage, dbut septembre, de la parcelle du centre de Colmar o taient expriments des porte-vignes transgniques, nous vousproposons de dcouvrir sur inra.fr un dossierspcial qui vous donne un clairage sur les multiples enjeux de ces recherches.

    Enfin, pour terminer sur une note plus lgre, nousavons le plaisir de vous prsenter les cinq lauratsde ldition 2009 des Lauriers de lInra.

    La rdaction

    Chers lecteurs

    INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE147 rue de l'Universit 75338 Paris Cedex 07 www.inra.fr

    13 DOSSIERGrippes : le mondeface aux virus

    2

  • L enjeu est de taille : si l'on nerussit pas rduire les mis-sions de gaz effet de serreavant 2035, on pourraitatteindre un rchauffement de 4Cavec des impacts pratiquement irr-versibles pour la biosphre et pourles populations humaines les plusexposes. A la cl du sommet deCopenhague : linflexion des inves-tissements industriels et socitaux.Les cosystmes naturels et cultivsqui sont la fois sources et puits decarbone pourraient tre des variablesdajustement dans les discussions.LInra a t invit contribuer laposition franaise. Jean-FranoisSoussana qui fut lun des rdacteursdu 4e rapport du GIEC (1) paru en2007 nous apporte son point de vuesur une question qui est devenue unchantier de recherche majeur.

    Quelle contribution lInrapeut-il apporter la confrence de Copenhague ?Jean-Franois Soussana : LIns-titut met ses donnes et avis scienti-fiques la disposition des pouvoirspublics nationaux et rgionaux. Legouvernement nous a ainsi demanddactualiser les simulations que nousavions faites en 2008, laune du nou-veau Plan climat. Ce rapport montreque lagriculture et la sylviculture ont

    eu un rle moteur dans la rductiondes missions totales de gaz effet deserre entre 1995 et 2005 en France.Mais leur contribution pourrait sa-moindrir, voire sinverser lhorizon2020 en fonction des scnarios quelon privilgie. Les diffrentes filireset les ONG sappuient aussi surlexpertise de lInra.

    Vous coordonnez un atelier de prospective sur ladaptation de lagriculture et des cosystmes face au changement climatique (2).Quelles questions vous posez-vous ?J.-F. S. : Dans un contexte de chan-gement climatique, comment limiterles risques de flambe des prix agri-coles et prserver la scurit alimen-taire ? Comment augmenter la rsi-lience des cosystmes et des zonesprotges ? Comment faire face lararfaction de leau et la dgrada-tion des sols ? Notre atelier porte surces grands enjeux. Il a pour vocationdlaborer une stratgie ambitieusede recherche, qui est maintenant encours de discussion avec nos parte-naires europens, Au plan mondial,les enjeux sont normes puisqu'il fau-dra vraisemblablement doubler laproduction alimentaire dici 50 anspour nourrir la plante.

    LInra tudie aussi commentrduire la contribution nettedes activits agricoles et sylvicoles au rchauffement.J.-F. S. : Bien sr ! Nos recherchesvisent augmenter les stocks de car-bone dans la matire organique dessols, valoriser le potentiel nerg-tique de la biomasse forestire, r-duire les missions de mthane desruminants et celles de protoxyde da-zote des sols agricoles. Nous tudionsgalement les synergies entre la luttecontre leffet de serre et ladaptationau changement climatique.

    Propos recueillis par Hlne Deval

    (1) Groupe intergouvernemental dexperts sur le climat(2) Prospective Adage (Adaptation de lagriculture et des cosystmes anthropiss au changementclimatique), finance par lAgence nationale pour la recherche

    HOR

    IZON

    S

    Douze ans aprs Kyoto, la Confrence de Copenhague qui se tiendra du 7 au 18 dcembre devrait fixer de nouveaux objectifs de rduction des missions de gaz effet de serre.

    Proposer des pistes contre le rchauffement climatique

    TOUR DEMESURES dans une fortlandaise de pinsmaritimes pourtudier lesmcanismesrgissant lestransferts entre un couvert vgtalet l'atmosphre.

    In

    ra /

    Chr

    isto

    phe

    Ma

    tre

    +dinfosOsur le Web :Mission Inra sur le changement climatique :www.avignon.inra.fr/les_recherches__1/liste_des_unites/agroclim/mission_changement_climatique_et_effet_de_serrewww.inra.fr/la_science_et_vous/dossiers_scientifiques/changement_climatiquewww.clermont.inra.fr/adageSite de la Confrence :http://fr.cop15.dk/frontpageOContact :soussana@clermont.inra.fr

    INRA MAGAZINE N10 OCTOBRE 2009 3

  • HOR

    IZON

    S

    Rendez-vous annuel depuis 2006, la crmonie de remise des Lauriers de lInra sest tenue Paris le 22 septembre. Les Lauriers rcompensent les qualits scientifiques, techniques et humaines de cinq personnalits ainsi que leur engagement dans le collectif professionnel. Cette anne, cette distinction souvre des acteurs uvrant dans des units de lInra,mais pouvant appartenir dautres organismes, comme Michel Moreaux,professeur de luniversit de Toulouse-Capitole.

    Portraits par Pascale Mollier et Magali Sarazin

    Les Lauriers2009

    LAURIER JEUNE CHERCHEUR

    Olivier Loudet, les vertus de lobservation

    Aprs une formation dingnieur meunier, Jol Abcassis, 59 ans, a men lensemblede ses recherches lInra sur les procds de transformation des crales, dont il estdevenu un expert internationalement reconnu.

    En meunerie classique, on se contente de sparer lenveloppe du grain de bl riche enfibres, de lamande, que lon transforme en farine. Actuellement, on cherche sparer plusfinement les constituants des grains : - protines, amidon, lipides, fibres et mme micro-nutriments - pour l'alimentation, la chimie ou les biocarburants. On sachemine vers laraffinerie du vgtal par voie sche , explique Jol Abcassis, qui dveloppe des pro-grammes innovants en ce sens. Il participe aussi la rflexion sur les nouvelles stra-tgies dutilisation des ressources vgtales rendues possibles par ces technologies. Ilanime pour cela lInra un groupe de chercheurs issus de plusieurs disciplines, de labiologie molculaire lconomie. Soucieux du transfert vers la filire cralire, ilsemploie intgrer les connaissances acquises dans des logiciels daide la dcisionavec des valuations bnfices/risques. En outre, il est lorigine de plusieurs inno-vations, dont le bl Ebly, un bl dur cuit en dix minutes devenu classique dans plu-sieurs pays dEurope.

    Olivier Loudet, 35 ans, est entr lInra en 2004, aprs des tudes dingnieur agronome,une thse effectue lInra de Versailles et un post-doctorat au Salk Institute de San Diego.

    Olivier Loudet tudie les mcanismes dvolution des plantes et leur adaptation lenviron-nement. Sur la plante modle Arabidopsis thaliana, dont il ramne des spcimens du mondeentier, il a isol plusieurs gnes qui contrlent les rponses la lumire et aux conditions dusol. Arabidopsis, petite crucifre sauvage proche du colza, explique-t-il, offre un double avan-tage : celui dtudier des mcanismes dvolution naturelle, puisquelle na pas t slectionne parlhomme et celui de mettre jour des mcanismes dadaptation fondamentaux qui ont des chan-ces dtre conservs chez les espces cultives qui subissent les mmes contraintes environnemen-tales . Dpassant les clivages recherche fondamentale ou applique, Olivier Loudet combineaussi le laboratoire et le terrain. Lobse