agec magazine octobre 2012

Download AGEC MAGAZINE OCTOBRE 2012

Post on 22-Mar-2016

231 views

Category:

Documents

5 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

MAGAZINE OCTOBRE 2012 DE l'ASSOCIATION GENDARMES & CITOYENS

TRANSCRIPT

  • Numro 36 - Octobre 2012

    La Machine Caf, page 4 Communiqu, proposition de Loi du dput J.S. Vialatte, page 11 Laisser le temps au temps, page 13 AG&C, une association pour vous, mais pas sans vous, page 15 Criminalit, dlinquance, rpression, dissuasion, rinsertion, o est la vrit, page 18 Message double sens, page 21 La qualit des effectifs de la gendarmerie, page 22 Affaire Sabl, lu dans la presse, page 24, notifi-cation MinDef, page 25 Flashback, page 26 Inondations de Sommires, page 28 Suicides en gendarmerie, page 32 Prime au mrite, un marronnier , page 34 Les risques du mtier, page 38 Le gendarme Padchance, page 40 Nos publications, page 42 Adhsions, pages 43

    SIEGE SOCIAL Plantades

    63690AVEZE

    Prsident Christian CONTINI

    7 chemin des vignes 41100 COULOMMIERS LA TOUR

    contini.c.g@gmail.com

    Secrtaire Marc VAYSSIE

    Plantades 63690 AVEZE

    marcvayssie@orange.fr

    Trsorier Christian BRANA Route de Simorre 32450 SARAMON

    christian.brana@orange.fr

    Le MAGAZINE A.G.&C. est disponible en tlchargement sur l'espace web de l'association Gendarmes et Citoyens :

    http://sites.google.com/site/assogendarmesetcitoyens

    Nous remercions toutes les personnes qui ont contribu la cration, l'dition, la mise en page du bulletin d'informa-tion et celles qui ont propos des articles, Malgr le soin apport sa rdaction, des erreurs typographiques ont pu nous chapper; nous vous prions de nous en excuser.

    Directeur de publication : Christian CONTINI

    Comit de rdaction :

    Relecture Marc VAYSSIE, Maquette ACDC

    Articles : Christian CONTINI - AG&C - POINT - GENDSTAS

    Conception graphique Photomontages

    Mise en page - Dessins : ACDC

    Photos : Mdiathque de l'AG&C - Images et photos libres de droits Collection Christian

    CONTINI - Collection ACDC - Couverture : Dessin ACDC - Dpt lgal : ds parution

    La reproduction des articles et photos est autorise la seule condition de nous en aviser.

    Contact : Gendarmes.citoyens@gmail.com

    Rgie publicitaire : ACPAS Agence Centrale de Publication Administrative

    et Sociale. 73-75 rue de la Plaine 75020 PARIS

    Tlphone: 01 43 67 90 52 acpas@gmail.com

    RCS Paris-Siret: FR 534 124 631 00019 / NAF 7311Z

  • Trois ans, cest la rentre...

    A vec son numro 36, notre magazine fte ses trois annes dexistence. Il est de plus en plus lu par des citoyens lambda, des lus et des gendarmes bien en-tendu. On aurait pu esprer mieux avec une liste de diffu-sion plus consquente mais il est inutile de ressasser les mauvais pisodes de laventure et il vaut mieux fonder nos espoirs sur ceux qui font connatre notre magazine en le re-diffusant leurs carnets dadresses.

    C e travail est celui dune quipe (trs) rduite car nous navons pas les moyens de la Gendarmerie. En plus du ralisateur graphique, je dois saluer ceux qui font leffort de nous apporter leurs tmoignages, leurs photographies, ou plus simplement les lments et les ides qui nous permet-tent de lancer un sujet. Ils sont de plus en plus nombreux, je les remercie mais cest encore insuffisant.

    T rop de gendarmes sont encore frileux pour oser sadres-ser nous : peur du retour de bton ? Crainte de ne pas voir leur anonymat prserv ? Rsignation devant leur situation qui ne progresse pas? Ce comportement est particulirement dcevant. A une poque des gendar-mes ont pris de gros risques pour crer une association. Des pionniers ont mont le forum Gendarmes et Citoyens, dautres ont cr ce magazine. Cest autant de moyens donns aux gendarmes pour sexprimer. Nous sommes conscients que rien ne sera fait, quel que soit lorientation du pouvoir en place, pour donner un vrita-ble droit dassociation et dexpression aux militaires. Nous sommes l pour assurer le relai. Un journaliste me disait rcemment que, faute dinterlocuteurs crdibles pour reprsenter les gendarmes, notre association devenait incontournable. Profi-tez-en !

    G rce notre partenariat avec lACPAS nos moyens sont plus importants et nous permettent de venir en aide, modestement, ceux qui en ont besoin. Cest encore une faon de nous faire connatre autrement que comme des aigris dconnects de la ralit, termes souvent employs pour marquer le mpris no-tre gard (donc lgard des gendarmes) par ceux qui dtiennent encore les renes et que nous gnons.

    I l est encore temps de ragir pour combattre la lassitude que ressentent ceux qui sinvestissent quotidiennement pour maintenir le mouvement Gendarmes et Citoyens . La balle est dans le camp de tous les gendarmes mais aussi des citoyens qui sintressent aux forces de lordre et qui veulent vivre en scurit. Apportez vos tmoignages ou rejoignez-nous.

    H uit pour cent des ouvriers dont cinq pour cent de fonctionnaires sont syndi-qus et arrivent forcer lcoute des gouvernants, pourquoi pas nous ?

    Par Christian CONTINI

    Prsident de lA.G.&C.

  • A chacun sa zone de scurit. Du qu'un quartier de sa ville ne figure pas dans les quinze premires zones de scurit prioritaires, le dput-maire de Nice, M Estro-si, a dcid de crer la sienne. Il projette de

    faire appel des agents de scurit privs pour sur-veiller un quartier sensi-ble. Rien de bien nou-veau dans la mesure o

    cette ville est une des mieux quipe en police municipale et que cette privatisation de la scurit reste dans le cadre de ce que prconisait le prc-dent gouvernement. Nous revenons une scurit deux vitesses en fonction des moyens financiers dont dis-pose les villes pour soffrir camras et police municipale. Nous estimons que tous les contribuables doivent bnficier de la mme scurit qui doit tre avant tout de la respon-sabilit de ltat.

    Rvolution de la ministre de la justice garde des sceaux. Un article paru dans Le Monde du 20 aot mrite que nous nous y attardions car, comme prcis en tte de larticle C'est une rvolution qui peut faire grincer quelques dents. Le ministre de la justice travaille dis-crtement sur un projet qui devrait boulever-ser en profondeur le systme pnal et vider les prisons d'une grande partie des courtes peines . (Comme cest la grande mode ac-tuellement, au milieu des commissions des runions avec partenaires sociaux (sauf les gendarmes) elle va lancer une conf-rence de consensus avec experts et interve-nants de terrain (Il serait surprenant quelle invite les syndicats de police et encore moins des reprsentants de la base Gendarmerie). Elle souhaite placer en dtention les dlin-quants - il ne s'agit videmment pas des cri-minels (encore une chance) "qu'en dernier recours", et de leur infliger une peine "dans la communaut", c'est--dire dans la socit, et

    non pas en prison. Le condamn aura des de-voirs et des obligations, (il avait dj pas mal de droits). Les gouvernements prcdents auraient ag-grav la rcidive ces 10 dernires annes cause de la politique pnale (Peut-tre que la rduction des moyens des forces de lordre ny est pas trangre non plus). On peut lire que des tudes de spcialistes de rfrence (autoproclams certainement) dmontrent linefficacit des stratgies punitives pour r-duire la rcidive. (Pourtant quand nos parents nous mettaient une gifle suite une btise nous vitions de rcidiver. Nous connaissons la valeur que nous pouvons ac-corder aux chiffres). Comme la probation se dfinit comme "une srie d'acti-vits et d'inter-

    v e n t i o n s qui impliquent suivi, conseil et assistance dans le but de rintgrer socialement l'auteur d'infraction dans la socit et de contribuer la scurit collective", selon une recomman-dation du Conseil de l'Europe, les chercheurs (chercher cest bien mais trouver serait mieux) proposent que soit cre une peine de probation, prononce par un tribunal, qui en fixerait la dure et l'emprisonnement encou-ru en cas de non-respect, et qui se substitue-rait aux actuelles alternatives la prison (on rinvente ce qui existait dj). Ce serait aussi une ide de bon sens : est-il plus utile d'en-voyer un chauffard en prison ou de le condamner travailler un an dans une asso-ciation contre la violence routire ? (les famil-les de victimes apprcieront). Comme la dit un juge favorable la probation : Il ne faut pas s'attendre des sorties soudaines de la dlinquance (un peu de lucidit dans ce voyage au pays des Bisounours ).

  • 5

    Le 21 Aot, un jeune homme dune vingtaine danne fausse compagnie aux gendarmes de Dieulouard (54). Il avait t interpell la suite dun mandat darrt pour ne pas avoir rega-gn la prison alors quil b n f i c i a i t dune semi libert (ce qui corres-pond une vasion). Autoris sortir dans la cour pour fumer une cigarette il a subitement saut le mur denceinte malgr ses menottes. On se souvient dun cas semblable en mai 2008 ou un gendarme de Draguignan avait us de son arme sur un homme qui avait pris la fuite dans les mmes circonstances, entranant des blessures mortelles. Il faut prciser que ce dernier reprsentait un rel danger pour le voisinage. Peut-tre que la solution serait de crer un rglement interdisant aux personnes gardes vue de fumer, ce serait aussi profi-table leur sant (risques de cancer ou de blessures mortelles).

    De largent pour les prisons. La France ne dispose pas dargent pour cons-truire des places de prison mais la rfection des cuisines de la maison darrt dArgentan a englouti plus dun million deuros. Pour

    faire bonne mesure il est prvu deux mil-

    lions deuros suppl-mentaires pour ins-taller des curies et

    un mange desti-ns la formation

    questre et quine d e quelques dtenus. Paral-llement, des victimes, des enfants de victi-mes ou dautres personnes qui nont absolu-ment rien se reprocher rvent de pouvoir sadonner lquitation mais nen ont pas les

    moyens. Dcidment largent du contribuable est bien mal employ

    Mutation disciplinaire en Lorraine, troi-sime pisode gag