CONTRIBUTION À L'ANALYSE DE LA QUALITÉ DU PROCESSUS D'AUDIT

Download CONTRIBUTION À L'ANALYSE DE LA QUALITÉ DU PROCESSUS D'AUDIT

Post on 22-Dec-2015

13 views

Category:

Documents

3 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

LE RLE DE LA RELATION ENTRE LE DIRECTEURFINANCIER ET LE COMMISSAIRE AUX COMPTES

TRANSCRIPT

<ul><li><p>CONTRIBUTION L'ANALYSE DE LA QUALIT DU PROCESSUSD'AUDIT : LE RLE DE LA RELATION ENTRE LE DIRECTEURFINANCIER ET LE COMMISSAIRE AUX COMPTES Chrystelle Richard et ROBERT REIX Association Francophone de Comptabilit | Comptabilit - Contrle - Audit 2002/1 - Tome 8pages 151 174</p><p> ISSN 1262-2788</p><p>Article disponible en ligne l'adresse:</p><p>--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-comptabilite-controle-audit-2002-1-page-151.htm</p><p>--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------</p><p>Pour citer cet article :</p><p>--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Richard Chrystelle et REIX ROBERT, Contribution l'analyse de la qualit du processus d'audit : le rle de la relation</p><p>entre le directeur financier et le commissaire aux comptes , </p><p>Comptabilit - Contrle - Audit, 2002/1 Tome 8, p. 151-174. DOI : 10.3917/cca.081.0151</p><p>--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------</p><p>Distribution lectronique Cairn.info pour Association Francophone de Comptabilit.</p><p> Association Francophone de Comptabilit. Tous droits rservs pour tous pays.</p><p>La reproduction ou reprsentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorise que dans les limites desconditions gnrales d'utilisation du site ou, le cas chant, des conditions gnrales de la licence souscrite par votretablissement. Toute autre reproduction ou reprsentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manire quece soit, est interdite sauf accord pralable et crit de l'diteur, en dehors des cas prvus par la lgislation en vigueur enFrance. Il est prcis que son stockage dans une base de donnes est galement interdit. </p><p> 1 / 1</p><p>Doc</p><p>umen</p><p>t tl</p><p>cha</p><p>rg </p><p>depu</p><p>is w</p><p>ww</p><p>.cai</p><p>rn.in</p><p>fo -</p><p> - </p><p>- 41</p><p>.104</p><p>.108</p><p>.163</p><p> - 2</p><p>2/01</p><p>/201</p><p>5 20</p><p>h51.</p><p> A</p><p>ssoc</p><p>iatio</p><p>n F</p><p>ranc</p><p>opho</p><p>ne d</p><p>e C</p><p>ompt</p><p>abili</p><p>t Docum</p><p>ent tlcharg depuis ww</p><p>w.cairn.info - - - 41.104.108.163 - 22/01/2015 20h51. </p><p> Association F</p><p>rancophone de Com</p><p>ptabilit </p></li><li><p>Contribution I'analyse de laqudit du processus d'audit :le rle d,e la relation entrele d,irecteur rtnancier etle commissaire aux cornptes*Chrystelle RIcHARD**, Robert REx</p><p>.Bt"urj</p><p>Chystelle RIcHARD, Robert RnxCONTRIBUTION LANALYSE DE tA QUAIIT, DU PROCESSUS DUDIT :</p><p>lp nr-s DE tA RELATIoN ENTRE LE DTRECTEUR FINANCIER ET LE coMMIssAIRE AUx coMprls</p><p>Cefte rechiche- br.po,f d,: dre.lilrle de la re-lation e-ntre ie directeur financier etle commissaire aux p* drns lf ,processusde l'audit et son influence sur la qualit deI'audit. Une dmarche inrpradv et quali-</p><p>,tative CIt adopte, Fonde sur des: entredens,ceff: rud qualitadve r I'objet d'un prcqq-r .'int,ryitatif, puya"r sut de$ qppchi :theriques considres comme compld-mentaites r les,thories conomiques conrr:tuelles t, la sociolgie conomtqe. C.e proces-sus arpefmis ainsi de faire merger deuxnotions constituant les bases de l"interprta-</p><p>, .,,,-ra :,1" r*tati"1,,s.,,le *ffiil, i$ridri,r.,G,,,eohception inte4prariv,e,..amne un'rudgfinirion de la relaqlon enre ledirecteu nncisr et:le commissaire aux</p><p>. 't ' ''','.. </p><p>,, ,</p><p>Afutrst ConIh$tM ]o lhe @s oi tfu WW oI ilE N, Fo6r : tl: role ol tk refu,ttilW",g nifr*n *or* d tE *r*^....'...- .</p><p>This research propot iio wndersm";ig dthe rolz of the relationship betwem the financedirector and the auitor in tl.te,audit process and*s efem,oi, ihe aadt qualitT. Ve aopt an inter-pretatiae an qualiwtiue approach. Based ani, 60intentirws, this qmliutiae msthod is the obje*of an inlerpretatiue ?rocest, compoundcd of t*ocompbmenry ihmrtfua'l frls ; wntractutal</p><p>' economic theqrirs and eunornic ncioilngt Two, twtions rrnrgq| rn this process, which are</p><p>,, eonsidted. as the ircterpretation b4ses :.rektion-', ;p. (Aglist-n (pi rofrssiowllpnnnal re lationtbip)'dnd fobrid trust This inttrpreutiue canceptionkad^t to a redefiiti.on of the rela,tianship bet-</p><p>,'en a finan'directvr an an aaditoras a</p><p>Cet article est le compte rendu d'un travail doctoral men au sein du CREGO, IAE, universit MontpellierII.Chrystelle Richard remercie la Fondation nationale de I'enseignement en gestion des entreprises (FNEGE)et la Compagnie nationale des commissaires alD( comptes (CNCC) d'avoir soutenu nanciremenr cetterecherche. l,a thse exprime est uniquement celle des auteurs.</p><p>CoMprasur- CoNTRLE-Auon /Tome 8 -Volume | -mu2002 (p. l5l 174)</p><p>Doc</p><p>umen</p><p>t tl</p><p>cha</p><p>rg </p><p>depu</p><p>is w</p><p>ww</p><p>.cai</p><p>rn.in</p><p>fo -</p><p> - </p><p>- 41</p><p>.104</p><p>.108</p><p>.163</p><p> - 2</p><p>2/01</p><p>/201</p><p>5 20</p><p>h51.</p><p> A</p><p>ssoc</p><p>iatio</p><p>n F</p><p>ranc</p><p>opho</p><p>ne d</p><p>e C</p><p>ompt</p><p>abili</p><p>t Docum</p><p>ent tlcharg depuis ww</p><p>w.cairn.info - - - 41.104.108.163 - 22/01/2015 20h51. </p><p> Association F</p><p>rancophone de Com</p><p>ptabilit </p></li><li><p>r52Chystelle Rtcuano, Robert Rgx</p><p>CoNTRIBUTTON LANALYSE DE tA QUALIT OU pROCESSUS D AUDrT :LE RLE DE I RETATION ENTRE LE DIRECTEUR FINANCIER ET LE COMMISSAIRE AIIX COMPTES</p><p>compts comme une relation de pairs. Lesccn</p></li><li><p>Chptelle RIcHARD, Roben RatxCoNTRIBLJ"IION LANALYSE DE tA QUALIT nU pROCESSUS D AUDIT :</p><p>LE RLE DE LA REI.AIION ENTRE LE DIRECTEUR FINANCIER ET LE COMMISSAIRE AIIX COMPTES</p><p>Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC), ont la proccupation majeure de s'as-surer de I'indpendance des auditeurs, dterminant fondamental de la qualit d'un audit.</p><p>Laudit est un processus qui comprend plusieurs tapes (planification, valuation du contrleinterne, contrle direct des comptes, travaux de fin de mission) et aboutit la production d'unrapport d'audit. Concentrer l'analyse de la qualit sur le seul produit (le rapport) ne semble passouhairable pour au moins deux raisons : la premire, d'ordre gnral, tenant l'volution rcente dela concepdon mme de la gestion de la qualit (viter la non-qualit par l'amlioration des processus) ;la seconde, d'ordre spcifique, car le rapport de certification, document standardis dans sa forme etson conrenu, rioffre que peu de possibilits de diffrenciation et de caracrisation (Firth, 1993). Cetarticle s'intresse donc I'analyse du processus d'audit.</p><p>Or le processus de I'audit est en lui-mme inobservable par les tiers. Comment peut-il tre appr-hend ? Certaines recherches (Power, 1992l' Carpenter et Dirsmith, 1993 ; Fisher, 1996) ont explorce processus en expliquant la construction sociale de nouvelles technologies d'audit, diffrentsniveaux d'analyse. Et il apparalt que toutes ces analyses comprennent le processus de I'audit commeun produit de l'interaction entre tous les acteurs sociaux impliqus. Ds lors, il s'agit d'apprhenderle processus de I'audit par l'tude des relations qui existent entre les diffrents acteurs impliqus dansce processus. Un effort particulier est alors effectu pour comprendre la relation conomique etsociale entre le directeur financier et le commissaire aux comptes, identifie comme une relationdcisive du processus de I'audit et dterminante dans la qualit de I'audit. Outre cet intrt pratiquevident, cette recherche offre l'intrt thorique d'aborder un nouveau champ relationnel, celui de larelation de pairs, et l'intrt mthodologique de dvelopper les notions d'inscription sociale et deconfiance.</p><p>Notre question est donc la suivante : quel est le rle de la relation entre le directeur financier et soncommissaire aux comptes dans le processus de l'audit et quelle est son influence sur la qualit de I'au-dit ? Notre proposition sera articule en trois temps : tout d'abord, notre vision relationnelle duprocessus d'audit sera dfinie (1.) ; ensuite partir des donnes d'une tude empirique qualitative,nous prsenterons notre interprtation de la relation entre le directeur financier et le commissaire atxcomptes (2.) ; enfin, seront discuts les principaux rsultats de cette interprtation, en particulier ceuxrelatifs aux dterminants de la qualit du processus d'audit (3.).</p><p>ffi Une approche relationnelle de la qualit du processusd'audit</p><p>Dans le cadre du commissariat aux comptes, l'auditeur lgal certifie que les comptes annuels sontrguliers et sincres et donnent une image fidle du rsultat des oprations de l'exercice coul ainsique de la situation financire et du patrimoine de la socit la fin de cet exercice. La problmatiquede ce prsent travail, telle qu elle apparat en conclusion de cette section, est fonde sur le processus deI'audit (1.1.). La comprhension de cet objet est tout entire articule autour de I'objectif vers lequeltend ce processus, savoir la qualit de l'audit (1.2.). Au regard de la linrature aborde et de l'tudeexploratoire qui a t mene, il apparalt alors qu'une lecture relationnelle du processus d'audit tendra problmatiser le lien comptence-indpendance, fondement de la qualir de l'audit (1.3.).</p><p>r53</p><p>CoMrTABILIT,- CoNrnlE-Auott /Tome 8 -Volume | -mau2O02 (p. l5l \ 174)</p><p>Doc</p><p>umen</p><p>t tl</p><p>cha</p><p>rg </p><p>depu</p><p>is w</p><p>ww</p><p>.cai</p><p>rn.in</p><p>fo -</p><p> - </p><p>- 41</p><p>.104</p><p>.108</p><p>.163</p><p> - 2</p><p>2/01</p><p>/201</p><p>5 20</p><p>h51.</p><p> A</p><p>ssoc</p><p>iatio</p><p>n F</p><p>ranc</p><p>opho</p><p>ne d</p><p>e C</p><p>ompt</p><p>abili</p><p>t Docum</p><p>ent tlcharg depuis ww</p><p>w.cairn.info - - - 41.104.108.163 - 22/01/2015 20h51. </p><p> Association F</p><p>rancophone de Com</p><p>ptabilit </p></li><li><p>r54Chystelle fucuano, Robert Rex</p><p>CoNTRTBLIION LANALYSE DE LAQUALIT OU pTOC$SUS D',AUDIT:LE RLE DE Lq, RETATION ENTRE LE DIRECTEUR FINANCIER ET LE COMMISSAIREAUX COMPTES</p><p>la recherche s'articule autour du processus de l'audit, objet qui sera dfini en deux temps. Dans unpremier temps, il sera expliqu en quoi son existence est ncessaire conomiquement, ce qui permet-tra alors d'analyser dans un second temps en quoi le processus d'audit est fondamentalement unmcanisme social.</p><p>Uaudit est analys classiquement en termes conomiques (Jensen et Meckling,1976), s'affirmantcomme une activit rducrice des coirts d'agence : cots de surveillance suppofts par les actionnairesqui doivent s'assurer que les mandataires agissent dans leur intrt et excutent la politique dont ilssont chargs ; cots de ddouanement engags par les dirigeants pour garantir leurs mandanm I'ex-cution prvue de leurs obligations (W'atts et Zimmerman, 1983). llide fondamentale est que les diri-geants, qui ont des postes de confiance, doivent tre soumis I'examen minutieux d'un tiers, faudi-teur (Chatfield,1977).</p><p>Dans une situation d'agence, I'audit consdrue alors une rponse socitale la mfiance des agens.Mcanisme de conule social, le processus de faudit s'anicule en terrnes sociaux et constitue un m&amp;anismesocial de contrle. liobjet de ce mcanisme de contrle social est de donner une image crdible de fentre-prise, dans le dessein de reproduire la confiance (Armstrong, 1991). Spcialis dans le u marketing de laconfiance o (Zucker, 1986), le commissaire aux comptes serait le n gardien de laconfiance n (Shapiro, l99n.IJaudit peut alors tre dni comme un ( processus conu pour estimer la crdibilit de I'information conte-nue daru les tats financien de l'entreprise ), ( un processus de jugement &gt; (Humph rey, 1997 , p. 4). Ds lors,l'audit est considr comme un mcanisme social, producreur de confiance (Power, 1994). Anys commeun mcanisme de contrle social, I'audit est aussi un mcanisme social de contrle, dont le foncdonnementse rvle fonement complexe. Ainsi, un premier niveau d'analyse, le niveau individuel, les audiurs et lesaudit6, en tant que personnes physiques, qu ils soient associ&amp;, mnagers ou juniors ou encore direceursfinanciers, de la consolidation ou simplement compables, par l'ensemble de leurs actions et de leun dci-sions, dfinissent I'objectif et le contenu prcis du processus d'audit des comptes d'une entreprise donne.l,e processus d'audit apparat alon principalement comme une question de jugement.</p><p>lianalyse conomique et I'analyse sociale se prsentent donc comme complmentaires. Mais lacomprhension du processus de l'audit ne peut se concevoir qu' ravers un objectif, la qualit de cetaudit.</p><p>ffiffi lobjectif de la recherche : la qualit de I'auditDans un ardcle fondateur, De Angelo (1981) dfinit la qualit d'un audit comme n la probabilitconjointe value par le march qu'un auditeur donn dcouvre une infraction dans le qrstme comp-table du client et rende compte de cette infraction , (p. 186). De manire vidente, la premire condi-tion dpend des capacits technologiques et intellectuelles de l'auditeur dors que la seconde dpendde l'indpendance de l'auditeur. Autrement dit, u un rappoft d'audit est jug de valeur s'il rsulte d'unprocessus d'audit la fois techniquement comptent et indpendant , (Citron EcTaffler,1992,p.344). La qualit de I'audit et ses deux composantes, I'indpendance et la comptence de I'auditeur,ont engendr de nombreuses rflexions.</p><p>l,a notion d'indpendance de I'auditeur s'analyse classiquement en termes d'indpendance de faitet d'indpendance d'apparence. La premire se rre au processus mental de I'auditeur, son attitude</p><p>CoMITABILIT,- Covrnrs-Auorr /Tome 8 -Volume | -mu2002 (p. l5L 174)</p><p>Doc</p><p>umen</p><p>t tl</p><p>cha</p><p>rg </p><p>depu</p><p>is w</p><p>ww</p><p>.cai</p><p>rn.in</p><p>fo -</p><p> - </p><p>- 41</p><p>.104</p><p>.108</p><p>.163</p><p> - 2</p><p>2/01</p><p>/201</p><p>5 20</p><p>h51.</p><p> A</p><p>ssoc</p><p>iatio</p><p>n F</p><p>ranc</p><p>opho</p><p>ne d</p><p>e C</p><p>ompt</p><p>abili</p><p>t Docum</p><p>ent tlcharg depuis ww</p><p>w.cairn.info - - - 41.104.108.163 - 22/01/2015 20h51. </p><p> Association F</p><p>rancophone de Com</p><p>ptabilit </p></li><li><p>Chptelle fucHRD, Robert RsrxCoNTRTBUTTON LANALYSE DE LA QUALTT nU pROCESSUS DUDrT :</p><p>LE RLE DE I REIIION ENTRE LE DIRECTEUR FINANCIER ET LE COMMISSAIRE ATIX COMPTES</p><p>d'impartialit et d'objectivit. La seconde souligne la perception de cette notion par les utilisateurs,c'est--dire les actionnaires, les investisseurs et plus gnralement le march financier (Mautz etSharaf, 196I; V'olnizer, 1987). Dcrire le concept d'indpendance de I'auditeur comme une qualitmentale intangible rend le terme relativement ambigu, difficile interprter dans la ralit du travailde I'auditeur. Mme s'il est mentalement indpendant, I'auditeur doit donc donner des signes visibles,explicites et accessibles au public qu il en est ainsi. En tendant ainsi la notion d'indpendance o defait , celle d'indpendance u d'apparence o, les auditeurs cherchent dmontrer qu il est justifi, parla nature mme de leurs relations avec leurs clients, que le march financier ait confiance dans leurimpartialit et leur capacit de jugement (Flint, 1988, pp. 63-72). Dans cette perspective, le problmefondamentd est de vrifier si I'auditeur occupe une position dans laquelle il peut rsister aux pressionsdes dirigeants, de manire ne pas compromettre son indpendance. Aussi tous les efforts des lgisla-teurs, normalisateurs et corps professionnels sont-ils directement lis la construction d'une imageclaire de l'indpendance de l'auditeur (le, 1993, p. ll3).</p><p>En ce qui concerne la comptence, les dfinitions prsentes dans la littrature en audit soulignentson aspect technique, li aux connaissances et au savoir-faire de I'individu, et n'insistent gure sur lesaspects personnels. Ainsi, selon Flint (1988), un auditeur comptent o doit possder des connais-sances, une formation, une qualification et une exprience suffisantes pour mener bien un auditfinancier , (p. 48). De manire surprenante, la comptence prend, par son oprationdisation, uneplace prpondrante dans l'valuation de la...</p></li></ul>