werther - réseau canopé...werther massenet 4 champs compositionnels et structurels de l’opera...

of 31 /31

Author: others

Post on 05-Sep-2020

0 views

Category:

Documents


0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • WERTHER

    MASSENET

    2

    DIMANCHE 19 MARS A 14h30

    MARDI 21 MARS A 20h00

    DUREE DU SPECTACLE : 2H45 AVEC ENTRACTE

    CHANTE EN FRANÇAIS SURTITRE

    SPECTACLE CONSEILLE POUR LES LYCEENS

    Lorsque Goethe publia ses Souffrances du jeune Werther, le roman connut un succès

    tel qu’il provoqua ce que l’on appela la « fièvre werthérienne », causant les suicides de jeunes

    gens prêts à tout pour imiter les héros romanesques.

    Plus d’un siècle plus tard, en plein romantisme français, Jules Massenet s’inspire de cette

    histoire d’amour impossible pour composer un drame lyrique bouleversant. Fidèle à son

    modèle littéraire, le compositeur saisit à merveille la ferveur exaltée des sentiments et laisse

    libre cours à ses inventions harmoniques et mélodiques pour atteindre une intensité musicale

    rare. La partition offre de magnifiques duos entre Werther et Charlotte, déchirés entre leur

    aspiration au bonheur et le respect implacable des conventions sociales et familiales que la

    jeune femme ne pourra dépasser.

    Dans une mise en scène inspirée, Paul-Emile Fourny rend toute sa force à cet ouvrage dont le

    héros tourmenté cherche dans la mort une réponse à ses souffrances. Sous un Clair de lune

    pudique, l’orchestre bruisse de l’entente muette de deux êtres qui se cherchent et se fuient

    sans cesse. Jusqu’à ce que dans un élan fébrile, les larmes de Charlotte laissent couler le

    lyrisme éperdu d’un amour à l’issue inéluctable…

  • WERTHER

    MASSENET

    3

    SOMMAIRE

    CHAMPS COMPOSITIONNELS ET STRUCTURELS DE L’OPERA

    SYNOPSIS PAGE 5

    JULES MASSENET PAGE 8

    FICHE IDENTITE DE L’ŒUVRE PAGE 9

    L’ŒUVRE ET SA GENESE PAGE 10

    L’ŒUVRE ET SA RECEPTION PAGE 11

    LES PISTES D’EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES

    UN ROMAN EPISTOLAIRE COMME SOURCE DE L’OPERA PAGE 12

    QUELQUES PISTES D’ECOUTES PAGE 15

    WERTHER A L’OPERA DE REIMS PAGE 25

    LA PRODUCTION PAGE 25

    ZOOM SUR LE METTEUR EN SCENE PAGE 26

    REGARDS SUR LA MISE EN SCENE

    ANNEXE

    PAGE 27

    LA PRESSE EN PARLE : LE MENESTREL, 28 FEVRIER 1892 PAGE 29

  • WERTHER

    MASSENET

    4

    CHAMPS COMPOSITIONNELS ET

    STRUCTURELS DE L’OPERA

    SYNOPSIS

    L’action se passe aux environs de Francfort, de juillet à décembre 178…

    ACTE 1- LA MAISON DU BAILLI

    uillet 178… Le Bailli fait répéter à ses six plus jeunes enfants un cantique de Noël

    que les petits chantent d’abord très fort et sans nuances. Se fâchant, leur père leur

    fait observer qu’ils ne chantent jamais aussi mal en présence de Charlotte, l’aînée de

    la famille. Arrivent alors deux amis du Bailli, Schmidt et Johann, qui félicitent les enfants et

    taquinent le bailli.

    Entre Sophie la cadette ; elle évoque avec les deux compères le bal que l’on donne à Wetzlar le

    soir même, auquel Charlotte est invitée. Passant en revue quelques-uns des invités, Schmidt

    s’arrête sur Werther, jeune homme dont le Bailli ne pense que du bien, à la différence de Johann

    et Schmidt qui le trouvent trop rêveur et mélancolique, tout le contraire d’Albert, par exemple, qui

    à les entendre sera un mari idéal pour Charlotte. Schmidt et Johann s’éloignent, les enfants et

    leur père rentrent à la maison.

    Werther paraît, Bailli l’ayant chargé d’accompagner Charlotte au bal. Il s’émerveille de l’harmonie

    que la nature fait régner dans ces lieux. Il s’exalte, invoque le soleil, lorsque des bribes du

    cantique chanté par les enfants lui parviennent du côté de la maison, le plongeant dans une

    mélancolie douloureuse.

    J

    DECOR DE L'ACTE I DE WERTHER, OPERA-COMIQUE, 1903 (LE THEATRE N°109,

    JUILLET 1903)

  • WERTHER

    MASSENET

    5

    Charlotte entre, en toilette de bal, fêtée par les enfants qui se précipitent vers elle, et

    complimentée par son père. En attendant l’arrivée des invités au bal, elle donne le goûter aux

    enfants. Apercevant Werther qui se tient un peu à l’écart, le Bailli le salue et lui présente

    Charlotte, non sans évoquer d’emblée les soins tout maternels qu’elle prodigue à ses jeunes

    frères et sœurs depuis la mort de leur mère.

    Les invités du bal arrivent dans la cour ; parmi eux, deux tourtereaux roucoulent, indifférents au

    reste du monde, Brühlmann et Käthchen. Avant de partir, Charlotte confie les enfants à Sophie et

    les embrasse, sous le regard extasié d’un Werther définitivement conquis par la femme.

    Tous les invités s’éloignent, tandis que Bailli se laisse gentiment persuader par Sophie de la

    laisser seule avec les enfants et d’aller retrouver Schmidt et Johann au « Raison d’or ».

    La nuit commence à tomber, quand Albert, le fiancé de Charlotte, arrive à l’improviste, de retour

    au pays après six mois d’absence. Sophie l’accueille avec joie, déplore l’absence exceptionnelle

    de sa sœur, et évoque avec le jeune homme son prochain mariage avec Charlotte, dont on s’est

    occupé depuis six mois. Elle prend congé de son futur beau-frère, le laissant seul et tout ému de

    savoir qu’on ne l’a pas oublié. Albert s’est éloigné. La nuit est venue et la lune éclaire la maison.

    Charlotte et Werther paraissent à la porte du jardin, se tenant par le bras. Werther dit son amour

    à Charlotte qui proteste, confuse et souriante, avant de s’attendrir à la pensée de sa mère morte

    et de « ses » enfants, ce qui plonge Werther dans une nouvelle extase. Au moment où Charlotte,

    troublée, tente de briser le charme et se dirige vers la maison, résonne l’appel fatidique de son

    père : « Charlotte, Charlotte, Albert est de retour ! ». En un éclair, la jeune femme se rappelle le

    serment fait à sa mère mourante d’épouser Albert. Dans un effort désespéré, Werther l’adjure de

    tenir sa promesse ; quant à lui, il sait qu’il mourra de la savoir mariée à un autre.

    ACTE II – LES TILLEULS

    eptembre. Une place à wetzlar, ombragée de tilleuls, devant le presbytère et le

    temple où l’orgue résonne. Attablés à une taverne, Johann et Schmidt rendent

    grâce à Bacchus tout en regardant passer les gens qui viennent célébrer au temple

    les cinquante ans de mariage du pasteur.

    Entrent Albert et Charlotte. Ils sont mariés depuis trois mois, leur bonheur semble parfait. Ils se

    dirigent vers le temple, bavardent avec des connaissances. Mais Werther a paru et contemple de

    loin leur intimité, avec un tourment visible.

    Tandis que Werther reste prostré sur un banc, Johann et Schmidt tentent de consoler Brühlmann,

    abandonné par Käthchen après sept ans de fiançailles. Les trois compères sortent à moitié ivres.

    Albert aperçoit Werther et se dirige vers lui. Comme en témoignent ses paroles affectueuses,

    Albert n’ignore pas l’amour que Werther porte à Charlotte. Werther répond à la magnanimité de

    son rival en protestant de son amitié, non sans abnégation.

    Sophie accourt, un bouquet de fleurs à la main, pleine d’une gaieté bruyante. En la regardant

    s’éloigner, Albert parle à Werther du bonheur qui passe peut-être « en nos chemins, un sourire à

    la lèvre et des fleurs à la main ». Albert rejoint Sophie dans le presbytère, laissant Werther

    désemparé et décidé à s’éloigner, lorsqu’il voit Charlotte sortir du temple. Tandis qu’elle se dirige

    à son tour vers le presbytère, Werther s’approche d’elle et lui redit sa flamme. Elle lui répond

    froidement : « Albert m’aime et je suis sa femme ! ». Se radoucissant un moment, elle lui parle du

    devoir, lui demande de s’éloigner pour toujours et de l’oublier. Puis voyant le désarroi de Werther,

    elle lui dit avec douceur de revenir à Noël.

    Resté seul, Werther appelle de ses vœux le repos de la mort, implorant pour lui-même le pardon

    de Dieu.

    S

  • WERTHER

    MASSENET

    6

    Il va s’éloigner, lorsque Sophie l’appelle, le conviant gaiement à rejoindre le cortège des invités

    du pasteur. Mais Werther lui annonce son départ et s’enfuit comme un fou. Désemparée, Sophie

    fond en larmes. Le cortège de la Cinquantaine paraît. Charlotte court après sa sœur, s’enquiert

    de son chagrin. Sophie lui dit que Werther est parti « pour toujours ». Charlotte est frappée par la

    nouvelle. Son trouble n’échappe pas à Albert qui se rembrunit et murmure en petto : « Il l’aime ! »

    ACTE III – CHARLOTTE ET WERTHER

    e 24 décembre, 5 heures du soir. Le salon de la maison d’Albert. Seule et

    découragée, Charlotte relit les lettres que Werther lui a écrites et qu’elle ne peut se

    résoudre à détruire ; le dernier billet, qui parle de suicide à mots couverts, l’effraie

    particulièrement.

    Sophie entre vivement, les bras chargés de jouets et le cœur en gaieté. Elle s’inquiète : Albert est

    absent et cependant Charlotte reste seule, négligeant sa famille. Sophie tâche d’égayer sa sœur,

    mais en vain. Croyant comprendre, elle évoque la fuite de Werther qui a laissé sans nouvelles

    « ceux qui lui sont restés fidèles ». Au nom de Werther, Charlotte perd contenance, laissant voir à

    sa sœur effrayée toute sa détresse. Sophie lui fait promettre de venir fêter Noël en famille, et la

    laisse seule. En proie au désespoir, Charlotte demande à Dieu de venir au secours de sa

    faiblesse. C’est Werther qui fait irruption, pâle, presque défaillant.

    Il avait pourtant formulé le vœu de ne plus la revoir, mais il n’a pu s’empêcher de venir au rendez-

    vous qu’elle lui a donné en juillet : « A la Noël ! ». Cherchant à paraître indifférente, Charlotte lui

    reproche doucement d’avoir songé à partir pour toujours : tout le monde l’attendait ici, il le savait

    bien, et d’ailleurs rien n’a changé dans la maison. « Rien… que les cœurs », dit Werther, « toute

    chose est encore à la place connue », poursuit-il en regardant le clavecin, les livres, et cette boîte

    aux pistolets qui le fascine depuis longtemps.

    Charlotte lui tend un manuscrit, quelques vers d’Ossian qu’il avait commencés de traduire. Il les

    redit tristement. Son chant, tout de désespoir et de deuil, achève de troubler Charlotte. Werther

    s’en aperçoit et se jette aux pieds de la jeune femme, lui répétant dans une exaltation

    grandissante : « Tu m’aimes !.... Tu m’aimes !... » Charlotte tente de repousser cet amour, ce

    vertige, mais quand Werther dans un dernier élan lui redit son amour, « l’amour, le mot divin »,

    elle se laisse aller contre lui.

    Affolée de se voir dans les bras de Werther, elle se dégage brusquement et court s’enfermer dans

    sa chambre, non sans lancer au jeune homme qui tente de la retenir : « C’est vous, vous que je

    fuis l’âme désespérée ! ».

    En le laissant seul, Charlotte a dicté l’arrêt de mort de Werther : il obéit et s’enfuit, une dernière

    invocation désespérée à la nature.

    La scène reste vide quelques instants lorsque paraît Albert, préoccupé et sombre, car il vient

    d’apprendre le retour de Werther. Il s’étonne : personne ne vient à sa rencontre, une porte est

    restée ouverte sur la rue. Il appelle Charlotte qui semble terrifiée à la vue de son mari.

    Sèchement, Albert la questionne : qu’a-t-elle donc, pourquoi ce trouble, qui était là à l’instant ?

    Elle ne peut que balbutier.

    A ce moment, un domestique apporte un billet de Werther. Il demande à Albert de lui prêter ses

    pistolets car il part pour « un lointain voyage ». Albert lit la lettre à haute voix sans perdre de vue

    Charlotte, que le trouble envahit. Lorsque son mari lui ordonne de remettre au domestique la

    boîte aux pistolets, elle obéit, épouvantée et fascinée par le regard d’Albert.

    Une fois seule, Charlotte se saisit d’une mante et se précipite au-dehors, à la poursuite de

    Werther, avec un cri : « Dieu ! Tu ne voudras pas que j’arrive trop tard ! »

    L

  • WERTHER

    MASSENET

    7

    ACTE IV

    PREMIER TABLEAU – LA NUIT DE NOËL

    nterlude symphonique. On aperçoit la petite ville de Wetzlar, vue à vol d’oiseau, la nuit

    de Noël. La lune jette une grande clarté sur les arbres et les toits, couverts de neige.

    Nuit dans la salle. La musique continue jusqu’au changement de décor.

    SECOND TABLEAU – LA MORT DE WERTHER

    e cabinet de travail de Werther. Par la fenêtre ouverte sur un clair de lune d’hiver,

    on aperçoit la maison du Bailli, tout éclairée. Seul, au premier plan, Werther est

    étendu, inanimé, mortellement frappé.

    Charlotte entre brusquement. Elle se jette sur Werther et recule aussitôt, horrifiée à la vue du

    sang. Lorsqu’elle le prend dans ses bras, le mourant revient à lui, la reconnaît et lui demande

    pardon. Elle proteste : c’est elle qui l’a mené à cette extrémité, c’est elle qui l’a frappé par sa

    sévérité. Mais Werther la bénit : elle est restée innocente ; quant à lui, la mort lui épargne le

    remords de l’avoir détournée du devoir. Le voyant faiblir, Charlotte veut appeler secours mais il la

    retient en souriant : « Je n’ai pas besoin d’autre aide que la tienne ! Et puis,… il ne faut pas qu’on

    vienne encore ici nous séparer !... »

    Alors, avec élan, Charlotte lui avoue enfin son amour et l’embrasse passionnément.

    A ce moment retentissent au loin, dans la maison du Bailli, les voix des enfants qui chantent leur

    cantique de Noël. Pour Werther, qui s’est levé, halluciné, c’est l’hymne du pardon. Lorsque le

    chant enjoué de Sophie se joint au cantique des enfants ; Werther se laisse tomber, épuisé. Dans

    un long soupir, il confie à Charlotte ses dernières volontés. Suicidé, il se sait maudit, mais, il en

    est sûr, une femme viendra, « à la dérobée, visiter le banni », et « le pauvre mort se sentira béni ».

    Il meurt.

    Charlotte tombe évanouie à ses pieds, alors que résonnent les rires et les cris des joyeux enfants.

    D’après PATRICK GILLIS, AVANT SCENE OPERA, “WERTHER”, PP. 6, 7.

    I

    L

    MAQUETTE DU SPECTACLE

  • WERTHER

    MASSENET

    8

    JULES MASSENET (1842-1912)

    ELEMENTS BIOGRAPHIQUES

    Jules Massenet est né près de Saint-Etienne, le 12 mai 1842. Issu

    d’une famille nombreuse, il fut initié à la musique par sa mère,

    femme cultivée, ancienne protégée de la duchesse d’Angoulême. Il

    entre en classe de piano au Conservatoire de Paris à l’âge de onze

    ans. En 1859, il reçoit le Premier Prix de piano et commence

    l’étude de l’harmonie et de la composition auprès d’Ambroise

    Thomas. Il obtient le prix de Rome en 1863 avec la cantate David

    Rizzio et part vivre à la villa Médicis où il rencontre Liszt. Il

    entreprend son premier opéra en 1866, La Grand’ Tante, qu’il fait

    représenter l’année suivante à l’Opéra-comique. Il poursuit sa

    carrière lyrique avec Don César de Bazan (1872), Le Roi Lahore

    (1877) - son premier grand succès - et Hérodiade (1881).

    C’est avec Manon (1884), Werther (1892) et Thaïs (1894) qu’il fait preuve de sa

    parfaite maîtrise de la scène.

    En 1878, Massenet est nommé professeur de composition au Conservatoire, poste qu’il occupa

    jusqu’en 1896 et dans lequel il témoigna de ses grands talents de pédagogue. Il su, en effet,

    développer le talent de ses élèves, sans imposer sa propre personnalité. Parmi eux, citons

    Reynaldo Hahn, Charles Koechlin, Florent Schmitt, Ernest Chausson ou encore Gabriel Pierné.

    « A-t-on entendu dire des jeunes modistes qu’elles fredonnaient La Passion

    selon Saint Mathieu ? Je ne le crois pas. Tandis que tout le monde sait qu’elles

    s’éveillent le matin en chantant Manon ou Werther. Qu’on ne s’y trompe pas,

    c’est là une gloire charmante qu’envieront secrètement plus d’un de ces

    grands puristes qui n’ont pour réchauffer leur cœur que le respect un peu

    laborieux des cénacles. Ses confrères lui pardonnèrent mal ce pouvoir de plaire

    qui est proprement un don. »

    Debussy, Le Matin, rubrique nécrologie, 1912

  • WERTHER

    MASSENET

    9

    FICHE IDENTITE DE L’ŒUVRE

    Werther, drame lyrique en quatre actes et cinq tableaux composé par Jules Massenet

    (1842-1912), sur un livret d’Edouard Blau, Paul Millet et Georges Hartmann, d'après Les

    Souffrances du jeune Werther de Goethe. L’œuvre est créée à l’Opéra Impérial de Vienne le 16

    février 1892, en allemand.

    L’ARGUMENT EN BREF

    Dès leur première rencontre, Werther et Charlotte tombent amoureux mais seul Werther déclare

    sa flamme. Charlotte, devenue la femme d’Albert qu’elle a épousé par devoir, aime Werther sans

    se l’avouer. Inflexible, elle repousse les avances du jeune homme jusqu’à le mener au suicide et

    ne lui avoue son amour que lorsqu’il est trop tard.

    A NOTER : le rôle important dévolu au cor anglais, instrument de la mélancolie amoureuse et la présence du saxophone alto dont la chaleur du timbre permet d’assurer la liaison entre bois et

    cuivres. Les cornets à pistons, aux graves imposants, sont préférés aux trompettes.

    RÔLES ET VOIX

    WERTHER, jeune homme de 23 ans, amoureux

    de Charlotte, ténor

    CHARLOTTE, fille aînée du Bailli, 20 ans, promise

    d’Albert, mezzo-soprano

    SOPHIE, sœur de Charlotte, 15 ans, soprano

    ALBERT, jeune homme de 25 ans, futur époux de

    Charlotte, baryton

    LE BAILLI, veuf de 50 ans, père de Charlotte et

    de Sophie, baryton

    SCHMIDT, ami du Bailli, ténor

    JOHANN, ami du Bailli, baryton

    LES ENFANTS, frères et soeurs de Charlotte et de

    Sophie : Fritz, Max, Hans, Karl, Gretel, Clara,

    soprani

    BRÜHLMANN, jeune homme, coryphée

    (personnage qui s'extrait du choeur pour prendre la parole seul)

    KÄTCHEN, jeune fille, coryphée

    Un petit paysan, un domestique, personnages

    muets

    Habitants du bourg de Wetzlar, invités,

    ménétriers, figurants

    Au dernier tableau, dans les coulisses choristes

    femmes avec les voix d’enfants

    L’ORCHESTRE

    2 flûtes dont un piccolo,

    2 hautbois dont un cor anglais

    2 clarinettes en si bémol

    1 saxophone alto

    2 bassons

    4 cors en fa,

    2 cornets à pistons

    3 trombones

    1 tuba

    Timbales, grosse caisse triangle,

    cloches, tambourin

    1 harpe

    Cordes

    Sur scène : un grand tam-tam et

    une machine à vent

    En coulisse : un orgue et un clavier

    de timbres

  • WERTHER

    MASSENET

    10

    L’ŒUVRE ET SA GENESE

    La genèse de l’œuvre la plus populaire de Massenet s’étale sur sept ans, de 1880 à 1887.

    1880 : le projet est amorcé. Massenet écrit à Paul Lacombe le 25 septembre 1880 :

    « De mon côté, j’ai terminé Hérodiade, orchestre, partition réduite piano et

    chant, etc. et je corrige les épreuves – voilà pour mon travail. (…) Je me repose

    et je prends de nouvelles forces pour écrire Werther, un drame lyrique en

    quatre tableaux – cet ouvrage tout spécial est destiné à me satisfaire,

    d’abord. »

    1885 : Massenet esquisse la partition à Etretat.

    1886 : pèlerinage sentimental à Wetzlar, maison où Goethe avait conçu son Werther, un

    stimulant pour le compositeur…

    « Le dimanche 1er août 1886, nous étions, Hartmann1 et moi, allés entendre

    Parsifal au Théâtre Wagner, à Bayreuth. [... ] Après avoir parcouru ensuite

    quelques villes de l'Allemagne, visité différents théâtres, Hartmann, qui avait son

    idée, me mena à Wetzlar. Nous visitâmes la maison où Goethe avait conçu son

    immortel roman, Les Souffrances du jeune Werther. Je connaissais les lettres de

    Werther, j'en avais gardé le souvenir le plus ému. Me voir dans cette même

    maison, que Goethe avait rendue célèbre en faisant vivre d'amour son héros,

    m'impressionna profondément. »

    Massenet, in Mes Souvenirs, p. 173.

    1887 : le compositeur orchestre l’œuvre du 15 mars au 2 juillet.

    Suivent alors cinq années d’attente et de refus, avant sa création à Vienne en 1892, dans une

    traduction allemande…….

    1 Georges Hartmann est éditeur de la musique de Massenet depuis 1868.

    CARTE POSTALE ENVOYEE DE WETZLAR A

    MASSENET PAR ALBERT CARRE, DIRECTEUR DE

    L’OPERA-COMIQUE EN 1903, AU MOMENT DE

    LA REPRISE DE WERTHER A PARIS.

  • WERTHER

    MASSENET

    11

    L’ŒUVRE ET SA RECEPTION

    Lors de sa création à Vienne le 16 février 1892, l’œuvre reçut un accueil très favorable.

    Pendant les répétitions auxquelles Massenet assista et s’attacha à superviser, le compositeur se

    montra très satisfait et s’exclama avec enchantement :

    « Est-ce possible ? C’est trop beau ! Est-ce bien moi qui ai écrit cela ? »

    murmurais-je en un naïf attendrissement, du fauteuil où j’étais blotti, dans un

    coin de la salle obscure et immense. Ces mots étaient à peine sortis de mes

    lèvres qu’une artiste du théâtre, assise non loin de moi, y répondit par cette

    exclamation d’une conviction si touchante qu’elle m’alla au plus profond du

    cœur : « Ja ! Göttlicher Mann ! » (Oui, homme aimé de Dieu !), »

    Jules Massenet, in Mes Souvenirs, p. 180.

    Ce chef-d’œuvre de l’art lyrique français fut donc paradoxalement créé en langue allemande !

    Ce n’est qu’après le succès remporté à Vienne

    que Léon Carvalho, alors directeur de l’Opéra-

    Comique, pria Massenet de bien vouloir lui

    confier la création française de l'œuvre, ce qu’il

    avait quelques années auparavant refusé,

    jugeant son sujet trop « triste »……. Onze mois

    plus tard, jour pour jour, le 16 janvier 1893,

    Werther est ainsi créé en français à l'Opéra-

    Comique. L’accueil fut cette-fois plus mitigé. Il

    faudra attendre sa reprise en avril 1903 pour

    voir l’œuvre s’imposer comme un pilier du

    répertoire de l’Opéra-Comique, aux côtés de

    Carmen ou Manon.

    AFFICHE DE LA CREATION FRANÇAISE DE

    WERTHER, OPERA-COMIQUE, 1893.

  • WERTHER

    MASSENET

    12

    LES PISTES D’EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES

    UN ROMAN EPISTOLAIRE

    COMME SOURCE DE L’OPERA

    ’opéra prend appui sur une œuvre littéraire majeure : Die Leiden des jungen

    Werther « Les souffrances du jeune Werther » de Goethe, roman épistolaire qui fut

    d’abord publié anonymement à l'occasion de la foire du livre de Leipzig en

    1774. Premier roman d’un auteur de vingt-cinq ans presque inconnu, l’ouvrage, en partie

    autobiographique, décrit les affres de la passion amoureuse qui conduiront le héros au suicide.

    GOETHE (1749-1832) EN QUELQUES MOTS….

    Né à francfort en 1749, Goethe est issu d’un milieu bourgeois

    fortuné. Il fait des études de droit et devient avocat à la Cour

    Impériale. Il se dirige vers sa passion pour la littérature et rédige une

    œuvre immense composée de pièces de théâtre, de poèmes et de

    romans. Génie protéiforme, passionné de musique, il rencontre

    Mozart et Beethoven. Les sciences retiennent également son intérêt

    et il fait paraitre un traité sur les couleurs et des ouvrages sur

    l’histoire naturelle. Ses deux chefs-d’œuvre, Faust (1808-1832), Les

    Souffrances du jeune Werther (1774) sont universellement connus.

    Le roman apporta à son auteur ses lettres de

    noblesse et une renommée considérable en

    Allemagne mais aussi dans toute l'Europe. Aucun

    autre livre de Goethe ne fut autant lu par ses

    contemporains. Traduit en français dès 1775, les

    jeunes gens découvraient alors en France un

    nouveau Jean-Jacques Rousseau plus lyrique et

    plus dramatique que l’auteur de La Nouvelle

    Héloïse et des Rêveries d’un promeneur solitaire.

    La génération romantique s’enthousiasma pour

    une œuvre qui la devançait de cinquante ans.

    Mme de Staël voyait en lui « le livre par

    excellence » et déclarait « Werther a fait époque

    dans ma vie ».

    « Sa vie durant Goethe est resté dans l’esprit de ses contemporains l’auteur du

    Werther. Le succès immédiat et d’une ampleur inégalée du roman, la célébrité

    L

    PAGE DE GARDE ET PAGE DE TITRE DE L'EDITION

    ORIGINALE DE 1774

  • WERTHER

    MASSENET

    13

    internationale qu’il conféra à son auteur — il fut très vite traduit en français, en

    danois et en anglais — firent de Goethe la première star européenne de la

    littérature allemande. Lui-même a plus tard, non sans ironie et scepticisme,

    évoqué dans une des épigrammes vénitiennes l’extraordinaire vogue

    internationale du roman : « L’Allemagne m’imita et la France prit goût à me lire

    / Angleterre ! tu accueillis amicalement l’hôte à l’âme troublée. / Mais que me

    rapporte à moi que même le Chinois / D’une main délicate peigne Werther et

    Lotte sur le verre ?2 » ROLAND KREPS, « Les Souffrances du jeune Werther lues par

    Goethe », Revue germanique internationale3

    Malgré tout, si le roman fit sensation, il inquiéta les moralistes qui voyaient, dans la mort de

    Werther, une apologie du suicide au point que Friedrich Nicolaï publia au début de 1775

    une caricature satirique intitulée Les Joies du jeune Werther.

    « Werther a causé plus de suicides que la plus belle femme du monde »,

    Mme de Staël, De L’Allemagne, p. 85.

    La « fièvre de Werther » fit fureur en Allemagne, mais aussi partout dans l'Europe. Chaque femme

    se retrouvait en Charlotte, chaque homme en Werther, et la mode vestimentaire elle-même s'en

    trouva transformée : les hommes s'habillaient de costumes jaunes et bleus, comme la tenue de

    bal de Werther, et les femmes portaient des robes roses et blanches, comme Charlotte ...

    L’identification (romantique) au personnage était lancée.

    EN CLASSE

    LETTRES

    A partir du roman de Goethe…

    PRESENTER le roman épistolaire. Le roman par lettres est une des formes romanesques les plus fréquentes au 18ème siècle.

    L’engouement suscité, en 1782, par la parution des Liaisons dangereuses de Choderlos de

    Laclos (1741-1803) en témoigne.

    Le roman de Goethe ne donne pratiquement la parole qu’au personnage principal : le jeune

    Werther, renforçant ainsi la valorisation de la subjectivité et de l’espace privé qu’on trouve dans

    le genre épistolaire.

    Le lecteur perçoit l’histoire intérieure des personnages, leur caractère, leur évolution, par le biais

    du point de vue interne nécessairement adopté par ce genre de texte. Une lettre forme alors le

    portrait de l’âme.

    « La lettre se prête aussi bien au récit que le roman et aussi bien à l’explosion

    lyrique que la poésie ; certaines lettres sont d’ailleurs de véritables poèmes en

    prose. Elle n’est pas liée au temps de la narration épique, qui est le passé, ou

    au présent qui est celui du lyrisme. Elle peut parler également de choses

    passées ou présentes, comme aussi des événements personnels et étrangers.

    Elle n’a pas pour condition la distance temporelle, qui s’impose dans une

    chronique, ni l’absence de distance, qui permet l’expression poétique. Ce qui

    2 Gedichte, Frankfurter Ausgabe, II, p. 216. 3 Article à consulter sur le site : https://rgi.revues.org/734

    https://rgi.revues.org/734

  • WERTHER

    MASSENET

    14

    importe c’est une distance spatiale, l’éloignement de l’ami, qui crée entre les

    deux correspondants une tension comparable à celle du théâtre ; l’ami fictif,

    qui accepte de lire la lettre, est le confesseur dont on a besoin.

    Goethe n’avait donc pas à changer son point de vue pour le lecteur devenu

    confident ; qu’il voulût conter l’histoire de Werther et ses aventures ou exprimer

    des idées personnelles, il employait le truchement de son héros. »

    Jean-François Angelloz, Les Souffrances du jeune Werther, « préface », Garnier

    Flammarion, 1988, pp. 36-37.

    PROBLEMATISER : en quoi le choix de Goethe pour le roman épistolaire renforce- t-il le caractère subjectif de l’œuvre ?

    A partir du livret de l’opéra de Massenet…..

    ETUDIER les signes annonciateurs du romantisme.

    L’œuvre de Goethe appartient au courant du « Sturm und Drang » dont Goethe a été l’un

    des imminents chefs de file. Il constitue le point de départ du romantisme dans une

    Allemagne marquée par le rationalisme des Lumières.

    1) MISE EN AVANT DE L’INDIVIDUALITE : le héros romantique ne se perçoit pas comme un

    individu social. Au contraire, il tend, comme Werther, vers l’isolement et la solitude.

    2) L’EXACERBATION DES SENTIMENTS : corrélative à la mise en avant de l’individualité des

    êtres, ceux-ci sont essentiellement tournés vers eux-mêmes et leurs émotions. La

    littérature romantique met l’accent sur l’intériorité propre à chaque homme, à travers des

    héros qui expriment, de manière lyrique, tant leur enthousiasme que leur souffrance.

    Werther épanche ses sentiments dans de longues lettres lyriques écrites à son ami

    Wilhelm.

    3) LA PLACE PRIVILEGIEE DE LA NATURE : SOURCE D’EMERVEILLEMENT ET MIROIR DES SENTIMENTS Elle apparaît dans la littérature comme source d’inspiration pour les artistes et les

    écrivains (chez Rousseau ou Lamartine, par exemple) ou comme prétexte pour le héros à

    épancher sa sensibilité. Elle forme aussi un élément important et symbolique de la

    narration : le cycle des saisons joue un rôle prédominant :

    « La solitude de ces célestes campagnes est un baume pour mon cœur,

    dont les frissons s’apaisent à la douce chaleur de cette saison où tout

    renaît » Werther

    La passion du héros pour Charlotte naît au printemps au moment de la nature renaissante

    et se meurt en hiver, à Noël….

    PROBLEMATISER : Dans quelle mesure le sens que l’on accorde traditionnellement à l’adjectif

    « romantique » est-il approprié à l’œuvre de Goethe comme à l’opéra de

    Massenet ?

    Quel est le rôle de la nature dans le texte de Goethe et/ou dans le livret de

    l’opéra ? Ne fait-elle que représenter un cadre pour l’action ?

    POUR COMPLETER : écouter l’extrait tiré du 1er acte « alors c’est bien ici la maison du Bailli » proposé en analyse dans ce dossier (p. 19) afin de montrer la

    place privilégiée de la nature au sein de cet opéra.

  • WERTHER

    MASSENET

    15

    QUELQUES PISTES D’ECOUTES

    Werther peut être écouté dans son intégralité sur Youtube :

    https://www.youtube.com/watch?v=zRJ85twLsDQ

    José Carrerras : Werther / Frederica von Strade : Charlotte /

    orchestre du Covent Garden sous la direction de Sir David Collins.

    PRELUDE

    Ce prélude de Werther présente deux univers antagonistes : celui de la passion tragique

    et celui de la béatitude amoureuse. Éminemment dramatique, cette grande page orchestrale

    témoigne des sentiments bouillonnants du héros. Pour le compositeur, grand admirateur de

    Wagner, l’orchestre doit se faire le révélateur des sentiments les plus intimes et des tourments les plus profonds.

    La première partie, très tourmentée, fait retentir, dans la tonalité lugubre de ré mineur de sombres accords dans le registre grave avec une basse descendante très marquée. L’orchestre, très dense, fait entendre dans une nuance forte, cuivres et percussions. Le discours musical de la seconde partie, très apaisée dans la tonalité de ré majeur, est

    confié aux cordes tandis que les arpèges de la harpe confèrent à l’ensemble sa plasticité

    transparente. Nous entendons alors un thème, riche d’avenir, car repris tout au long de l’opéra :

    celui du « calme de la nature » :

    On remarquera le rôle privilégié accordé à un violon qui joue presqu’en solo.

    EN CLASSE

    CHANTER et MEMORISER le thème du calme de la nature qui joue, au sein de cet opéra, un rôle structurel très important. Il revient, tel un leitmotiv, à des moments stratégiques

    de l’œuvre (exemple p. 20 du présent dossier).

    COMPARER les deux parties qui structurent ce prélude et faire le lien avec l’action présentée dans le livret.

    ANALYSER les jeux d’oppositions entre ces deux parties en utilisant un vocabulaire précis pouvant toucher les domaines de la dynamique ainsi que de l’espace et du timbre.

    https://www.youtube.com/watch?v=zRJ85twLsDQ

  • WERTHER

    MASSENET

    16

    PREMIERE PAGE DU MANUSCRIT D'ORCHESTRE DE WERTHER, BNF OPERA, RES-542 (1-3)

  • WERTHER

    MASSENET

    17

    ACTE I, LE BAILLI / CHŒUR DES ENFANTS “ASSEZ ! ASSEZ !”

    Début du premier acte : le rideau se lève sur un grand éclat de rire des enfants relayé à

    l’orchestre sous forme de trilles. Nous découvrons alors le Bailli les faisant répéter un chant de

    noël. Au début, l’apprentissage semble laborieux car la petite troupe est assez dissipée.

    Après les remontrances du Bailli et une fois le nom de leur sœur Charlotte mentionné (« Oserez-

    vous chanter de la sorte, quand votre sœur Charlotte est là ! »), ils exécutent finalement la

    chanson avec sérieux.

    Nous entendons donc deux versions de ce chant : l’une chantée à tue-tête, comme pour

    s’amuser, l’autre exécutée avec une certaine gravité, conférant à l’ensemble un caractère doux et

    serein.

    EN CLASSE

    VOIR la scène sur le site : http://www.dailymotion.com/video/x1agqrj_werther-

    repetition-du-chant-de-noel_creation

    On regrettera que la vidéo ne présente pas la scène dans

    son intégralité mais seulement au moment de la reprise du

    chant par les enfants pressentant l’arrivée de leur sœur.

    ECOUTER, COMPARER, CONSTRUIRE UNE CULTURE MUSICALE Identifier par comparaison les différences et ressemblances dans l’interprétation de ce

    chant de noël repris au dernier acte, au moment de la mort de Werther. Chanté

    initialement en Ré majeur à l’unisson (1er acte), il est repris dans la tonalité lumineuse de

    sol majeur en polyphonie à trois voix (4ème acte).

    « C’est le chant de la délivrance,

    C’est l’hymne de pardon

    Redit par l’innocence ! », Werther, acte 4

    Reprise du chant en

    polyphonie

    http://www.dailymotion.com/video/x1agqrj_werther-repetition-du-chant-de-noel_creationhttp://www.dailymotion.com/video/x1agqrj_werther-repetition-du-chant-de-noel_creation

  • WERTHER

    MASSENET

    18

    REALISER DES PROJETS MUSICAUX Interpréter ce chant ne présente pas de grandes difficultés. Il pourrait même être

    envisagé dès le cycle 3 dans sa version monodique :

    La version polyphonique à 3 voix ne présente pas non plus de très grandes difficultés, les lignes

    vocales évoluant de façon souvent symétrique en privilégiant l’intervalle de tierce. Il nécessiterait

    cependant une transposition en Fa majeur, c’est-à-dire un ton au-dessous de l’original, afin de

    faciliter les aigus pour les collégiens !

  • WERTHER

    MASSENET

    19

    ACTE I, « ALORS , C’EST BIEN ICI LA MAISON DU BAILLI ? »

    SITUATION DE L’EXTRAIT DANS L’OPERA

    Première apparition de Werther qui, accompagné d’un paysan, s’avance dans la cour du Bailli et

    contemple la nature qui environne la maison….

    Cet air est baigné d’une grande sérénité et les timbres choisis par Massenet contribuent à

    faire de cette maison du Bailli un lieu magique. Nous entendons d’abord le timbre chaud du

    violoncelle sous les arpèges lumineux de la harpe. Sa ligne mélodique est ensuite reprise par le

    violon et toujours agrémentée par un accompagnement de la harpe. L’intervention délicate de la

    flûte achèvent avec poésie ce premier moment où Werther, tel un somnambule hypnotisé par la

    nature qui l'environne, se demande avec hésitation si « c'est bien ici la maison du Bailli ? ».

    DELICATES TENUES

    DES VENTS SOUS LES

    TRILLES

    FREMISSANTS DES

    TIMBALES

    ARPEGES LUMINEUX

    DE LA HARPE

    VIOLON SOLO EN

    RELAIS DU

    VIOLONCELLE

    MELODIE DU

    VIOLONCELLE SOLO

  • WERTHER

    MASSENET

    20

    Cette première intervention est à peine achevée que retentit le thème du "calme de la nature"

    déjà entendu dans le prélude. La réapparition du thème est directement à l'initiative des mots de

    Werther qui débute ainsi son premier air : « Je ne sais si je veille, ou si je rêve encore... ».

    EN CLASSE

    EDUCATION MUSICALE

    A ECOUTER dans l’interprétation : - d’Alfredo Kraus : https://www.youtube.com/watch?v=USMcHDIJTl4

    - de Roberto Alagna : https://www.youtube.com/watch?v=oyJkiqXFPkc

    NOMMER les différents timbres de l’orchestre ainsi que les modes de jeux sollicités pour faire de la nature une évocation enchanteresse.

    Langage musical : domaine du timbre et de l’espace.

    COMPARER cet air avec la seconde partie du prélude afin d’observer le rappel thématique du « calme de la nature », conçu comme un leitmotiv.

    Langage musical : domaine de la forme.

    EDUCATION MUSICALE, CYCLE 4 : ECOUTER, COMPARER, CONSTRUIRE UNE CULTURE

    MUSICALE ET ARTISTIQUE

    Compétence : « analyser des œuvres musicales en utilisant un vocabulaire précis »

    Compétence-cible : « mobiliser sa mémoire sur des objets musicaux longs et

    complexes ».

    https://www.youtube.com/watch?v=USMcHDIJTl4https://www.youtube.com/watch?v=oyJkiqXFPkc

  • WERTHER

    MASSENET

    21

    LETTRES

    IDENTIFIEZ, à partir du texte ci-dessous, les différents thèmes romantiques.

    RELEVER le champ lexical de la nature puis montrer en quoi elle apparaît comme bienveillante et protectrice.

    « Après un demi-siècle de rationalisme qui compte sur l’intellect pour sonder

    l’humain et son environnement, on la considère volontiers comme un guide

    d’autant plus estimé qu’il tire sa force du sentiment et qu’il livre ses secrets par

    un langage poétique ». FRANÇOIS SABATIER, MIROIRS DE LA MUSIQUE, TOME 2,

    CHAPITRE X « DE LA NATURE », P. 223.

    CYCLE 4, NIVEAU 5ème : questionnement complémentaire « l’être humain est-il maître de

    la nature ? »

    Compétence ciblée : « interroger le rapport de l’être humain à la nature à partir de textes

    et d’images empruntés aux représentations de la nature à diverses époques, en relation

    avec l’histoire des arts, et saisir les retournements amorcés au XIXème siècle et

    prolongés à notre époque. »

    HISTOIRE DES ARTS Les évocations de la nature peuvent être abordées dans la thématique « De la belle

    époque aux années folles : l’ère des avant-gardes (1870-1930) », en ayant pour objet

    d’étude les « paysages du réel, paysages intérieurs ».

    « Je ne sais si je veille ou si je rêve encore !

    Tout ce qui m'environne a l'air d'un paradis ;

    Le bois soupire ainsi qu'une harpe sonore,

    Un monde se révèle à mes yeux éblouis !

    O nature, pleine de grâce,

    Reine du temps et de l'espace

    Daigne accueillir celui qui passe et te salue,

    Humble mortel !

    Mystérieux silence !

    O calme solennel !

    Tout m'attire et me plaît !

    Ce mur, et ce coin sombre...

    Cette source limpide et la fraîcheur de l'ombre ;

    Il n'est pas une haie, il n'est pas un buisson où n'éclose

    Une fleur, où ne passe un frisson !

    O nature! Enivre-moi de parfums,

    Mère éternellement jeune, adorable et pure !

    O nature !

    Et toi, soleil, viens m'inonder de tes rayons ! »

  • WERTHER

    MASSENET

    22

    ACTE II, « Vivat Bacchus ! »

    Le second acte prend des allures de fête s’ouvrant gaiement, formant ainsi un contraste

    par rapport à la scène précédente. La chanson à boire est entendue d’abord à l’orchestre. Son

    caractère vigoureux et tonique s’explique par plusieurs facteurs :

    - Le saut de quart initial

    - Le départ en levée

    - Une rythmique

    vigoureuse

    - Ses notes accentuées

    EN CLASSE

    ECOUTER / COMPARER avec la chanson à boire « Brindisi », tirée du premier acte de l’opéra Traviata de Verdi.

    Cette chanson, emblématique du style festif de l’œuvre, invite à trinquer et célèbre

    l’amour. Dans le croisement de regards, les premiers sentiments entre Violetta et Alfredo

    éclosent. Dynamisme, grâce et légèreté sont les signes identitaires de cet air célèbre. Le

    saut de sixte initial donne à la mélodie un rebond « félin » pouvant aussi évoquer la levée

    de la coupe de champagne, tandis que de petites fioritures (appogiatures et broderies)

    l’enjolivent. L’accompagnement prend le caractère d’une valse.

    ECOUTER / COMPARER, avec la chanson à boire, interprétée par le Duc, tirée du 3ème acte de Rigoletto de Verdi.

    La ligne vocale, structurée par groupes de deux mesures, est habilement ciselée et

    comprend de nombreuses indications de phrasé alternant notes piquées, accentuées,

    liées, contribuant ainsi au dynamisme de l’ensemble :

    L’orchestre soutient la ligne vocale par une formule simple d’accompagnement, d’allure

    dansante, avec un premier temps confié aux cordes graves et les deux temps suivants aux

    violons et altos dans un registre plus aigu.

    EDUCATION MUSICALE, CYCLE 4 : ECOUTER, COMPARER, CONSTRUIRE UNE CULTURE MUSICALE

    ET ARTISTIQUE

  • WERTHER

    MASSENET

    23

    Compétence ciblée : situer et comparer des musiques de styles proches ou éloignés dans

    l’espace et /ou dans le temps pour construire des repères techniques et culturels.

    ACTE III, CHARLOTTE « VA ! LAISSE COULER MES LARMES »

    L’absence de Werther laissant sans nouvelles « ceux qui lui sont restés fidèles » pèse sur

    Charlotte. Devant sa sœur Sophie, elle perd contenance et affiche toute sa détresse.

    Il s’agit d’un des plus beaux airs de l’opéra, instant

    magique dont seul Massenet a le savoir-faire.

    Nous découvrons Charlotte avec sa voix de mezzo-

    soprano, choix incongru à l’opéra car traditionnellement

    l’héroïne, « l’amoureuse » est dotée d’une voix de soprano

    à laquelle « l’amoureux » répond de sa voix de ténor. Le

    compositeur met certainement ici en valeur la maturité

    du personnage malgré son jeune âge. Charlotte n’a

    certes que 20 ans mais est déjà marquée par la mort de

    sa mère. Il lui revient l’intendance de la maison et la

    charge de ses frères et sœurs.

    Massenet réussit à créer une atmosphère intime et

    pénétrante. Le tempo très lent laisse percevoir la

    difficulté de Charlotte à s’exprimer tant sa douleur est grande. Le registre grave dans lequel est

    confinée la voix donne un caractère sombre à l’ensemble qui revêt l’aspect d’un lamento. On

    remarquera la présence du saxophone alto en tant qu’instrument soliste qui, de son timbre doux

    et pénétrant, se fait le confident mélancolique et délicat de la voix.

    EN CLASSE

    REGARDER l’extrait de l’émission de J.F Zygel « La Boite à musique » consacrée à « OPERA ». Le premier chapitre propose la découverte de la voix de mezzo-soprano. Cet air

    est chanté par la cantatrice Nora Gubisch.

    ECOUTER l’interprétation de Renata Scotto : https://www.youtube.com/watch?v=DVfIFG2z2zQ

    COMPARER avec l’air de Chimène « Pleurez mes yeux », tiré du 3ème acte du Cid de Massenet. Ici, la clarinette alto et non le saxophone alto a un rôle de soliste.

    A écouter dans l’interprétation de Maria Callas :

    https://www.youtube.com/watch?v=mz63zMbVSQw

    Faire CHANTER / MEMORISER l’élément mélodique qui revient à plusieurs reprises, tant à la voix qu’au saxophone, donnant cohérence à l’ensemble :

    CHARLOTTE

    « Va ! laisse les couler !

    Elles font du bien ma chérie !

    Les larmes qu’on ne pleure pas

    Dans notre âme retombent toutes,

    Et de leurs patientes gouttes

    Martèlent le cœur triste et las !

    Sa résistance enfin s’épuise ;

    Le cœur se creuse et s’affaiblit ;

    Et trop fragile, tout le brise ! »

    https://www.youtube.com/watch?v=mz63zMbVSQw

  • WERTHER

    MASSENET

    24

    POUR EN SAVOIR PLUS

    BIBLIOGRAPHIE

    GOETHE, Les souffrances du jeune Werther, Paris, Gallimard, 2006, 185 p.

    Werther de Massenet, l’Avant Scène Opéra, n° 61, 1994, 146 p.

    BESSAND-MASSENET, Pierre, Massenet, Paris, Julliard, 1979.

    BRUNEAU, Alfred, Massenet, Paris, Delagrave, 1935.

    CONDE, Gérard, Massenet mes souvenirs, Paris, éditions Plume, 1992.

    OLIVIER, Brigitte, Jules Massenet, itinéraires pour un théâtre musical, Actes Sud, 1996.

    SCHNEIDER, Louis, Massenet, Paris, Fasquelle, 1926.

    WEBOGRAPHIE

    http://www.jules-massenet.com/

    Premier site français consacré au compositeur Jules Massenet et aux acteurs de la vie musicale

    de son époque, sa vie, son œuvre, discographie CD, ...

    http://www.musicologie.org/Biographies/m/massenet.html

    Notice biographique de Jules Massenet (1842-1912) : catalogue des œuvres, bibliographie,

    discographie, documents.

    http://www.lectura.fr/expositions/massenet/

    Exposition virtuelle avec dossier pédagogique.

    http://www.dlib.indiana.edu/variations/scores/aby3341/large/index.html

    Partition d’orchestre de Werther.

    http://gallica.bnf.fr/

    On y trouve au format pdf les mémoires de Jules Massenet, Mes souvenirs, 1848-1912, 1912,

    Edition Lafitte. Les pages 163 à 172 du document pdf évoquent, de façon romancée, la création

    de Werther.

    http://www.jules-massenet.com/http://www.musicologie.org/Biographies/m/massenet.htmlhttp://www.lectura.fr/expositions/massenet/http://www.dlib.indiana.edu/variations/scores/aby3341/large/index.htmlhttp://gallica.bnf.fr/

  • WERTHER

    MASSENET

    25

    WERTHER

    A L’OPERA DE REIMS

    LA PRODUCTION

    Direction musicale : DAVID T. HEUSEL

    Mise en scène : PAUL-EMILE FOURNY

    Décors : BENOIT DUGARDYN

    Costumes : STELLA MARIS-MÜLLER

    Lumières : PATRICK MEEUS

    Chef de chant : BERTILLE MONSELLIER

    Werther : SEBASTIEN GUEZE

    Albert : ALEXANDRE DUHAMEL

    Le Bailli : CHRISTIAN TREGUIER

    Charlotte : MIREILLE LEBEL

    Sophie : LEONIE RENAUD

    Chœur d’enfants du Conservatoire de Reims

    Chef de chœur : YVES WEEGER

    Orchestre : OPERA DE REIMS

    Coproduction : Opéra de Massy, Opéra-Théâtre de Metz Métropole, Opéra de Reims.

    SEBASTIEN GUEZE MIREILLE LEBEL ALEXANDRE

    DUHAMEL

    CHRISTIAN

    TREGUIER

  • WERTHER

    MASSENET

    26

    ZOOM SUR LE METTEUR EN SCENE

    PAUL-EMILE FOURNY

    Né à Liège, Paul-Emile Fourny étudie au

    Conservatoire Royal de sa ville natale. Après

    l’obtention d’un premier prix en 1981, il est

    successivement comédien, professeur et metteur

    en scène. En 1985, il rejoint l’équipe de Gérard

    Mortier au Théâtre Royal de la Monnaie de

    Bruxelles. Poursuivant sa carrière en France, il crée

    le Festival des Soirées Lyriques de Gigondas,

    travaille pour l’Opéra-Théâtre d’Avignon et des

    Pays de Vaucluse, les Chorégies d’Orange et

    l’Opéra de Nice dont il assure la direction générale

    et artistique de 2001 à 2009. Professeur à

    l’E.S.R.A. de Nice et homme de théâtre, il

    développe sa carrière de metteur en scène en

    France comme à l’étranger, parallèlement à la

    gestion des structures culturelles qui lui sont

    confiées. Il est notamment sollicité par le Teatro

    Colon de Buenos Aires, le Teatro Argentino de La

    Plata, l’Opéra de Tel Aviv, l’Opéra Royal de

    Wallonie, le Festival de Savonlinna, le Festival

    Puccini de Torre del Lago et par de nombreux

    théâtres en Italie. En France, il signe de multiples

    productions au Festival de Musique d’Antibes et à

    Lacoste, ainsi qu’à Avignon, Nice, Saint-Etienne,

    Toulon… Paul-Emile Fourny a reçu, en 2007, les

    insignes de chevalier de la Légion d’Honneur. Au cours des deux dernières saisons, il a mis en

    scène Tosca, A Midsummer Night’s Dream, La Vida Breve, Il Trittico, Les Contes d’Hoffmann, Aida,

    Manon Lescaut, Faust… Il prend la direction de l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole en avril 2011.

    Il signe la mise en scène de La Traviata en 2013 pour l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole et Ballo

    in Maschera pour le Biel Solotrhurn Theater (2013) puis l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole

    (2015).

  • WERTHER

    MASSENET

    27

    REGARDS SUR LA MISE EN SCENE

  • WERTHER

    MASSENET

    28

  • WERTHER

    MASSENET

    29

    ANNEXE

    LA PRESSE EN PARLE : LE MENESTREL

    N° 3179, 58ème ANNEE, DIMANCHE 28 FEVRIER 1892 Devant l'importance d'un événement musical tel que celui de la représentation de Werther à

    l'Opéra impérial de Vienne, où l'œuvre de M. Massenet vient d'être accueillie avec tant

    d'enthousiasme, il nous a paru intéressant de donner ici l'opinion des principaux critiques de la

    presse viennoise. Elle est la consécration réfléchie et raisonnée du succès.

    Tout d'abord il convient de donner la parole à M. le Dr Ed. Hanslick, l'éminent professeur

    d'histoire et d'esthétique musicales à l'Université de Vienne et l'érudit critique de la Nouvelle

    Presse libre; après avoir relaté les diverses tentatives faites en France et en Allemagne pour

    mettre à la scène le Werther de Goethe, M. Hanslick arrive à l'œuvre de Massenet et dit :

    « ... Massenet a approfondi le sujet et il a réussi à maintenir dans sa partition une remarquable

    unité. Dans l'intérêt même de cette unité, il a renoncé aux grands airs, aux duos, aux chœurs et

    aux ensembles. Pour Werther, le compositeur français, habitué à briller par des effets d'ensemble

    et par « l'éclat sensuel » (Sinnlicher Glanz), devait donc faire abnégation de ses préférences et, il

    faut le dire à l'honneur de l'auteur du Cid et d'Esclarmonde, il a eu cette abnégation. »

    Massenet, dans son enthousiasme de l'œuvre de Goethe, a écrit sa partition pour sa satisfaction

    personnelle et, en effet, depuis huit ans qu'elle est terminée, il ne s'est nullement préoccupé de

    la faire jouer. C'est seulement après l'incomparable interprétation viennoise de Manon que Van

    Dyck et Maria Renard se sont révélés à lui comme son Werther et sa Charlotte futurs, et c'est

    alors que Massenet s'est décidé à donner à l'Opéra de Vienne la primeur de sa partition. » Sauf le

    Faust de Gounod, il n'existe point, dans la littérature musicale française contemporaine, une

    œuvre qui se rapproche autant du caractère allemand que le Werther de Massenet. C'est qu'il y a

    en effet, une goutte de sang germain non seulement dans la musique, mais aussi dans les veines

    de Massenet. Il est le fils d'un Alsacien dont le père a fait les campagnes de l'Empire. Sa

    prédilection pour Wagner le rapproche également de l'Allemagne. Déjà ses ouvrages antérieurs

    trahissent ça et là l'influence du maître de Bayreuth. Dans Werther, Massenet adopte

    complètement la méthode de Wagner, c'est-à-dire « la mélodie infinie » que l'orchestre confirme et

    que la parole accompagne. Toutefois, ce n'est point-là, à tout prendre, l'invention de Wagner, car

    nous retrouvons ce procédé sous une forme plus simple dans l'œuvre d'Herold, d'Halévy et

    d'Auber... Wagner, lui, a érigé en principe ce mode d'accompagnement et il s'y est strictement

    tenu. Or, pour le style parlé, tel qu'il prédomine dans Werther, cette méthode nous paraît

    préférable au pathos héroïque des grands opéras. » Dans l'œuvre de Massenet, le travail

    fondamental de l'orchestre n'est peut-être pas aussi artistique que chez Wagner, mais, par

    contre, il est plus souple, plus naturel et plus intelligible. Il n'impose point à l'oreille ce dur labeur

    de débrouiller continuellement les fils d'un épais tissu de mélodies dont les zigzags inextricables

    se croisent et s'enchevêtrent sans cesse. Massenet traite ces sortes de passages avec infiniment

    d'habileté. Il n'emploie l'arioso prolongé que très rarement, comme, par exemple, à l'entrée de

    Werther, puis dans son ode à la Nature, ou au deuxième acte, dans la mélodie en la bémol

    majeur, et enfin au troisième acte, pour la strophe sur Ossian. L'ariette de Sophie apporte un

    rayon de soleil dans ce sombre tableau. Massenet prend le plus souvent, comme points de

    repère, des mélodies prolongées qui reviennent ensuite comme autant d'appels au souvenir de

    l'auditeur. Ainsi le solennel et mystique thème d'amour 12/8 au retour du bal, puis, au deuxième

    acte, le fragment dans lequel Charlotte cherche à consoler Werther, et le désespoir de l'amant au

    début de l'ouverture. Ces allusions musicales, dont Massenet ménage d'ailleurs l'emploi, se

    gravent parfaitement dans la mémoire. »... Considéré au point de vue de l'invention mélodique, il

    semble presque que Werther ait été intentionnellement traité avec une certaine parcimonie, afin

    que la simple et naïve uniformité de ce tableau ne soit pas trop interrompue par d'indiscrets

    attraits.

  • WERTHER

    MASSENET

    30

    L'expression dramatique rend bien l'intention de l'auteur. Les passages émus, comme les éclats

    passionnés, exercent un effet irrésistiblement puissant. Peut-être pourrait-on trouver que

    Werther, arrivé au paroxysme de l'exaltation, n'est pas exempt d'une certaine emphase théâtrale,

    mais c'est là un des caractères propres au style français et même à la nature théâtrale du

    français. »...

    Massenet montre un talent tout particulier dans l'art de saisir et de maintenir l'effet musical d'une

    situation donnée. De quel sentiment profond est empreint la scène du retour du bal, quand

    Werther el Charlotte s'en reviennent bras dessus bras dessous ! Déjà le prélude, dans lequel

    flottent et alternent les mesures dispersées d'une tyrolienne et d'un mystique chant d'amour,

    dépeint l'épisode. Dans la conversation de Charlotte et de Sophie, au troisième acte, qui se

    prolonge à l'orchestre sur une mélodie d'une douceur infinie, Massenet a trouvé des accents de

    la plus émouvante intensité. L'apparition de Werther, au troisième acte, fige le sang, non pas

    seulement celui de Charlotte, mais aussi celui des auditeurs. La strophe sur Ossian, en fa dièse

    majeur, que termine un déchirant cri de douleur, nous impressionne par sa profonde mélancolie.

    L'orchestre est traité d'une main magistrale ; bien différent en cela de l'instrumentation brillante,

    mais souvent bruyante, que Massenet a employée dans ses œuvres précédentes. Ce roman si

    simple, ou pour mieux dire cette idylle si bourgeoise, se reflète dans les sonorités discrètes de

    l'orchestre. Avec les sourdines, quelques sons de harpe et un timide dessin de flûte ou de

    clarinette, Massenet obtient ici ses meilleurs effets, c'est-à-dire ceux que réclame précisément la

    situation. Les trombones se reposent longuement. Ce n'est qu'aux plus violents éclats de la

    passion qu'ils retentissent avec leurs formidables accords, et alors, Massenet ne les ménage

    pas... » Ainsi tout concourt pour faire de Werther une œuvre intéressante et dont le sentiment

    élevé et tendre cherche bien moins à provoquer de bruyants applaudissements pour l'auteur,

    qu'à toucher l'âme de l'auditeur. » ...Werther et Manon, qui, comme valeur musicale, sont à notre

    avis supérieurs aux grands opéras tragiques de Massenet, caractérisent bien le style pour lequel

    son talent est si heureusement organisé, savoir, l'opéra dialogué, tantôt gai, tantôt émouvant,

    c'est-à-dire la musique intime.

    Le Fremdenblatt, dans un compte rendu très détaillé, analyse le « drame lyrique » de Massenet,

    et dit que dès le premier acte on se trouve en présence d'un chef-d’œuvre de la musique.

    Le critique dépeint ensuite les divers épisodes qui précèdent la catastrophe et s'arrête à

    l'intermezzo, que l'Opéra impérial a merveilleusement illustré par une mise en scène d'un effet

    inconnu jusqu'ici. Pendant que l'orchestre gronde, que la nuit absolue règne dans la salle, la

    neige tombe sur la ville endormie de Wetzlar, la tempête mugit, on entend hurler le vent, puis tout

    s'apaise, le calme renaît et l'on distingue les maisons dont les fenêtres, successivement

    éclairées, laissent voir les arbres de Noël joyeusement illuminés. Pour tout ce tableau, Massenet

    a pris dans sa palette musicale de vigoureuses couleurs. Mais quand il laisse parler les harpes,

    murmurer ou chuchoter les violons, ou causer les flûtes et les clarinettes, quand il s'agit de

    charmer l'oreille par une douce et gracieuse harmonie, il est encore plus dans son élément. Le

    premier acte de Werther est une véritable idylle. C'est de la poésie et de la musique de « clair de

    lune ». Nos oreilles sont charmées par cette gracieuse peinture musicale pour laquelle le maître

    n'a cependant employé que des moyens forts simples. En effet, nous avons là un opéra en trois

    actes sans chœurs, à moins qu'on ne veuille qualifier de chœur le Noël des enfants au début de

    l'ouvrage, et presque un opéra sans mélodie dans les voix. Peut-être y a-t-il quelque raffinement

    dans cette simplicité, peut-être n'est-elle que recherchée. Soit, mais il faut avouer que le

    musicien qui, avec des moyens aussi peu compliqués, produit sur l'auditeur un effet d'émotion

    aussi intense, est un musicien d'un remarquable talent.

    Au second acte, Massenet devient dramatique ; Les monologues de Werther révèlent une

    exaltation croissante.

    Au troisième acte, Charlotte également arrive au point culminant de la passion. Ici, la musique de

    Massenet nous subjugue et nous touche profondément. Massenet a su tirer d'excellents effets

    dramatiques de certaines situations, telles que la promenade dominicale, l'entrée à l'église aux

    sons de l'orgue, le Noël des enfants pendant que s'accomplit la catastrophe finale. A ce sujet, le

    critique viennois, parlant d'effets analogues qu'on a relevés dans des œuvres récentes,

    notamment dans Cavalleria rusticana, rappelle que la partition de Werther date de 1886 et qu'à

    cette époque Pietro Mascagni n'avait rien écrit encore. En terminant, le critique du Fremdenblatt

  • WERTHER

    MASSENET

    31

    dit que Massenet, ce maître de l'art d'instrumenter, n'aurait pu trouver nulle part de meilleurs

    artistes que ceux qui interprètent son œuvre à Vienne et que conduit l'éminent M. Jahn, le

    directeur de l'Opéra impérial, qui ne s'assoit au pupitre que lorsqu'un « grand événement musical

    s'accomplit ». Dans le Nouveau Tagblatt, M. Frey assure que Massenet est devenu le favori des

    Viennois, que le Cid pourtant les a laissés un peu froids, mais que Manon les a subjugués.

    Parlant de Werther, M. Frey explique que M. Massenet a écrit, pour chacun des quatre tableaux

    de son drame lyrique, un prélude ou une introduction qui donnent à l'ensemble un ''certain

    caractère grave ». Ce sont des harmonies sans paroles dont on comprend immédiatement le

    sens. La grande valeur de la partition est dans la couleur avec laquelle le compositeur français a

    su peindre si éloquemment les pages sérieuses ou sombres de son livret. Werther apparaît pour

    la première fois au foyer de ses amis, le soir est venu, un calme profond plane sur la nature et sur

    la petite maison du Bailli. Avec quelle douce et pénétrante émotion Massenet fait parler les

    harpes et les flûtes ! Les amis du bailli ont, eux, leur leitmotiv rustique. Le Noël vient se mêler à la

    franche gaieté des enfants. Et quand Charlotte raconte la mort de sa mère, quel touchant tableau

    ! Pendant que la voix exhale lentement sa douleur, l'orchestre se lamente et pleure, comme en un

    cantique funèbre. Et quelle gracieuse cordialité Massenet a mise dans les paroles d'Albert,

    l'heureux époux de Charlotte ! Ces quelques mesures ont gagné les auditeurs. Puis arrivent les

    contrastes. A l'immense douleur de Werther contenue dans ces mots : Un autre son époux !

    succède bientôt la petite ariette de Sophie : du gai soleil. Sans cesse nous voyons ainsi alterner

    les tableaux. Rien de trop gris ne nous offusque. Parfois le soleil envoie ses rayons, un oiseau ou

    une voix d'enfant se font entendre. Le caractère propre du talent de Massenet, ou, pour mieux

    dire, sa spécialité, dans laquelle nul autre compositeur ne l'égale, consiste en ceci, que l'auteur

    de Werther sait toujours vivifier la parole par la mélodie et que ses harmonies sont constamment

    pleines d'intérêt et d'esprit. Les combinaisons que trouve Massenet sont d'une merveilleuse

    variété. Il a une manière à lui de créer de nouvelles formes et de donner à ses phrases une

    tournure particulière, qui caractérise chaque scène et la présente sous d'autres couleurs. Quand

    il a exprimé d'abord sa pensée, qu'il nous l'a offerte dans toute sa plastique et son

    développement, Massenet la reprend ensuite, la tourne et la retourne pour la faire rayonner de

    mille nuances nouvelles.

    Mais cette mélodie, nous la connaissons déjà ? Pas du tout ; on écoute encore, et c'est autre

    chose. Le Tagblatt rappelle que Werther a déjà servi de livret à divers compositeurs italiens dont

    le nom est aujourd'hui entièrement oublié, qu'on a donné à Paris, en février 1792, — il y a juste

    un siècle, — un vaudeville intitulé : Werther et Charlotte, que Napoléon 1er a lu sept fois le roman

    de Goethe, qui ne le quittait même pas durant la campagne d'Egypte, que d'autres œuvres du

    poète allemand ont inspiré Gounod, Thomas, Boito, et que Massenet, l'auteur tant choyé à Vienne

    depuis le succès éclatant de Manon, devait à son tour s'inspirer du touchant roman de Werther.

    Massenet, dit M. Richard Heuberger, « a écrit pour l'excellent livret de MM. Blau, Milliet et

    Hartmann, une musique fine, spirituelle et qui touche l'âme. Elle témoigne derechef du sentiment

    élevé, de l'énorme expérience scénique et de la science instrumentale de cet auteur. »

    L'Extrablatt journal, quotidien illustré, commence ainsi : « Le succès de Werther, le nouvel opéra

    de Massenet, est un succès sensationnel. Après chaque acte, le compositeur, ses interprètes, y

    compris les enfants, le directeur, M. Jahn, ont été rappelés et acclamés je ne sais combien de

    fois. A quels éléments est dû ce triomphe? En première ligne à la musique de Massenet. ... «

    Cette musique doit prendre rang parmi ce que la littérature contemporaine a produit de meilleur.

    Les thèmes sont préparés et travaillés avec un soin extrême, et l'orchestration est traitée avec

    une délicatesse sans exemple. Souvent Massenet se contente d'effleurer par un léger coloris

    instrumental les récitatifs du chant. La nuance la plus faible de la voix produit ainsi tout son effet,

    et ce n'est que rarement, et seulement au paroxysme de la passion, que le compositeur provoque

    avec son orchestre la pleine voix du chanteur. Si cette forme d'instrumentation doit faire école,

    nous reviendrons au temps du bel canto, et la preuve que le bel canto ne contrariera nullement

    l'expression dramatique, nous la trouvons dans presque toute la partie vocale de Werther. »