paracha vayehi 5770

Download Paracha Vayehi 5770

Post on 10-Mar-2016

214 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Feuillet hebdomadaire de Judaisme "Chavoua Tov" distribu par Torah-Box.com (ddi la russite Collel Kol Itshak et son rav Ouri BANON) : Paracha VAYEHI 5770 - La confiance absolue en D.ieu apporte la bndiction matrielle (Rabbi Yaakov Abouhatsera) - Profiter de chaque instant, chaque 1/4 dheure ! (Rabbi Yehezkel Penat) - Tsinout/Pudeur : le mrite de la fille du Hatam Sofer - Biographie : Rabbi Yossef HAM, le Ben Ich Ha - Halakha : Les femmes ont-elles le droit de se rendre au Cimetire ?

TRANSCRIPT

  • L A PA R A C H A E N R S U M

    La confiance absolue en D.ieu apporte la bndiction matrielle

    Berechit (49, 13) : Zevouloun occupera le littoral des mers(Rachi explique quil soccupera de la subsistance matrielle de Issakhar pendant que lui tudiera la Torah)

    Il est bien connu que D. na choisi les enfants dIsral que pour quils soient occups Son service : quils se

    lvent pour se rendre dans les maisons de prires et dtude, comme nous le disons dans la prire Achreinou

    matov helqnou... (heureux sommes-nous de nous lever le matin pour aller prier et le soir pour nous rendre

    la prire dans les synagogues et dans les maisons dtude). Celui qui est tout le temps anim du dsir daller

    dans les synagogues et dans les maisons dtude gagne le mrite du Gan Eden (paradis) den bas et du Gan

    Eden den haut, qui est le lieu de prire et dtude du monde venir.

    Mida kngued mida (littralement: mesure pour mesure. Ce quil a fait en ce monde, il en rcoltera les fruits

    dans le monde venir) : son domicile principal tait les synagogues et les maisons dtude dans ce monde-ci,

    il mritera de sasseoir dans les synagogues et les maisons dtude du monde venir.

    Et voici, celui qui a comme but de rester dans les synagogues et dans les maisons dtude, doit vraiment

    mettre sa confiance en D.ieu et savoir trs clairement que Hachem est celui qui nourrit et fait subsister le

    monde et dirige son attention sur chacun individuellement. La parnassa (le salaire matriel) de lhomme ne

    dpend pas de lui ou de sa peine au travail. Bien au contraire, tout est dans les mains de D.ieu. Cest Lui qui

    lui procurera son salaire. Cest une chose qui ne dpend pas de lhomme, pour quil doive beaucoup peiner et

    sacrifier ses jours et ses annes pour la question de son gagne-pain. Mais au contraire, puisque tout est dans

    les mains du Saint bni soit-Il, mme pour quelle affaire que ce soit, D.ieu lui procurera le salaire. Et ctait

    l pour moi la signification du verset: Cest la bndiction de lEternel qui enrichit et nos efforts ny ajoutent

    rien (Proverbes 10,22).

    La signification de la bndiction de lEternel cest la qualit de confiance absolue en D., autrement dit,

    celui qui possde la qualit de confiance en D., pour quelque occupation que ce soit, la bndiction sera sur

    lui et lui apportera la richesse; et grce elle, il ne verra plus de peine, autrement dit, il naura plus besoin

    de travailler dur, car celui qui a en main la qualit de confiance en D., celui-l na pas besoin de peiner.

    (Pitouh Hotam, Vayehi, Rabbi Yaakov Abouhatsera)

    CHABBATH : VAYEHIPARIS - ILE DE FRANCEEntre : 16h46 Sortie : 17h59

    Villes dans le monde

    Lyon 16h48 17h57

    Marseille 16h55 17h01

    Strasbourg 16h25 17h38

    Toulouse 17h10 18 h17

    Nice 16h46 17h53

    Jerusalem 16h06 17h26

    Tel-Aviv 16h25 17h27

    Bruxelles 16h29 17h45

    VAYEHI 5770

    F e u i l l e t h e b d o m a d a i r ew w w . t o r a h - b o x . c o m

    U N T R S O R D E L A PA R A C H A

    Feuillet ddi la russite duCollel Kol Itshak et son rav Ouri BANON

    n5

    Los Angeles 16h36 17h36

    New-York 16h21 17h25

    Londres 15h43 17h01

    Casablanca 18h15 19h14

    Prire de respecter la saintet de ce fe

    uillet : ne pa

    s le jeter n

    i le transporter C

    habb

    ath

    Yaakov vcu les 17 dernires annes de sa vie en gypte. Sentant ses jours toucher leur fin, il demande son fils Yossef de lui pr-ter serment quil lenterrerait en Terre Sainte. Il bnit les deux fils de Yossef, Mnach et Ephram, levant le rang de ces derniers au mme niveau que ses propres fils qui donne-ront naissance aux Tribus dIsral.

    Puis, juste avant sa mort, Yaakov runit ses fils. Il veut leur rvler la date de la fin des temps mais en est empch par D.ieu. Il b-nit chacun de ses fils, leur assignant chacun un rle en tant que tribu: Yhouda donnera naissance des leaders, des lgislateurs, et des rois. Les hommes de foi descendront de Lvi, les sages dIssahar, les hommes daf-faires de Zvouloune, et les enseignants de Shimone, etc... Rouven est rprimand pour avoir perturb la couche de son pre , Shi-mon et Lvi pour le massacre de Shehem et du complot contre Yossef. Naftali se voit promettre lagilit de la gazelle, Binyamin la frocit du loup et Yossef la beaut et une descendance nombreuse.

    A la disparition de Yaakov, une grande pro-cession funbre laccompagne jusqu sa dernire demeure en Isral dans la caverne de Mahpla Hvron.

    Yossef, lui aussi, dcde en Egypte lge de 110 ans. Il demande que ses ossements soient enterrs en Terre Sainte mais seule-ment lorsque les enfants dIsral quitteront lEgypte, de nombreuses annes plus tard. Avant de mourir, il leur livre le testament qui leur permettra dendurer les difficults de lexil: D.ieu se souviendra de vous et vous fera monter de cette terre vers la Terre quIl a promise Avraham, Itshak, et Yaakov.

  • I L TA I T U N E F O I S L A PA R A C H AProfiter de chaque instant, chaque 1/4 dheure !

    Berechit (49, 14) : Issakhar est un ne musculeux qui se couche entre les collines

    Rabbi Yehezkel Penat a dit : Je nai mrit le peu de Torah que je sais que par un seul quart dheure. Comment? On a lhabitude de dire : il y a encore un quart dheure jusqu midi, il ny a pas le temps dtudier, il ne reste quun quart dheure jusqu la prire de Minha, et un quart dheure dici la prire dArvit. Alors que moi, jtudiais pendant tous ces quarts dheure .

    Cest ce qui est dit dans ce verset de la paracha Vayehi : Issakhar est un ne musculeux qui se couche entre les collines , Rabbi Yehezkel Penat tudiait et profitait de tous les moments que les gens ont lhabitude de ngliger...!

    Tsinout : le mrite de la fille du Hatam Sofer

    La tsniout (pudeur) est un domaine tellement mritant et lev dont dpend la protection dIsral que la difficult lobserver est immense pour une femme. Cest pourquoi toute fille dIsral doit faire de nombreux efforts pour arriver la perfection dans ce domaine. De plus, elle doit prier beaucoup, et demander laide de son Pre qui est aux Cieux dun cur bris, pour vaincre les obstacles qui se dressent sur sa route.

    On raconte lhistoire de la fille du Hatam Sofer, le Gaon Moch Sofer zatsal. Un homme stait pris de sa beaut et la suivait partout o elle allait. Quand elle sen aperut, elle rentra chez elle, senferma dans sa chambre et clata en pleurs et en prires. Quand son pre sentit ce qui se passait, il lui demanda pourquoi elle pleurait. Elle lui rpondit quelle suppliait le Crateur de lui prendre sa beaut pour quelle ne constitue pas un obstacle pour les gens.

    Quand son pre vit la profondeur de son dvouement, il la bnit que par ce mrite, elle aurait un fils qui clairerait le peuple dIsral. Et cest ce qui se passa, sa beaut disparut, et elle mit au monde un fils qui devint grand en Isral...

    A U H A S A R D . . .

    E T T E S Y E U X V E R R O N T T E S M A T R E S

    le Ben Ich Ha

    Chaque soir durant les 8 jours dHanouccaaprs l a l lumage des bougies les Tsadik ims d Is ra lpr ieront pour les donateurs de Koupat Ha r

  • L A V I E D U N G R A N DEn 1787 fut nomm comme Grand-Rabbin de Bagdad

    Rabbi Mosh Ham. Il fut Grand Rabbin de Bagdad,

    Chef de la Ychiva et Prsident du Beth-Din. Rabbi

    Eliahou, fils de Rabbi Mosh, va succder son pre

    aprs sa mort dans la fonction de Grand Rabbin. Rabbi

    Eliahou et son pouse neurent pas denfants pendant

    de nombreuses annes. Au bout de 10 ans de mariage,

    la femme de Rabbi Eliahou voyagea de Bagdad au

    Maroc pour demander une bndiction Rabbi Yaakov

    Abouhatsra. Le Tsadik la bnit et lui assura quelle

    donnerait naissance un enfant qui, un jour, illuminerait

    les yeux du peuple juif. Moins dun an aprs, en 1832,

    elle donna naissance un garon, qui fut appel Yossef

    Ham quon appellera plus tard le Ben Ich Ha, tait

    lan des fils de Rabbi Eliahou. Ds sa plus tendre

    enfance, tout le monde sut quil tait destin tre une

    grande personnalit. Un jour, en jouant avec sa soeur, il

    tomba dans un puit. Sa soeur, effraye, cria : Yossef

    Ham sest noy . Un des voisins apporta une corde

    paisse et on remonta le corps inanim de Yossef Ham.

    Quand le docteur vit Yossef Ham sans connaissance,

    il a dit ses parents queles chances de survie leur

    fils taient minces. Son pre commena rciter les

    Thilim son chevet. Soudain, Yossef Ham poussa un

    cri. Le docteur, incrdule, le regarda et dclara quun

    miracle avait eu lieu. Aprs que sa mre lui ait servi

    une boisson chaude, elle lui raconta le miracle. Yossef

    Ham pleura et dit : Je promets que dornavant, je

    consacrerai ma vie ltude de la Torah . Un vigoureux

    amen retentit dans la salle.

    A lge de dix ans, il abandonna ltude en groupe et

    tudia sous la direction de son oncle Rabbi David Ha

    Nissim. A 15 ans, il entra la Ychiva du sage Rav

    Somekh, lve de Rabbi Mosh Ham, grand pre de

    Yossef Ham. De cette Ychiva sortirent tous les sages

    de Babel. A lge de 18 ans, son matre Rav Somekh

    le choisit comme poux pour sa soeur. Celle-ci laida

    vouer sa vie la Torah. Alors g de 26 ans, son pre

    dcde prmaturment ; Yossef prend pour la premire

    fois la parole en public. Son discours bouleverse des

    milliers dauditeurs ; sur le champ, les Sages de

    Babel le juge alors digne de porter la couronne de ses

    anctres. Son lve, Rabbi Ben Tsion Hazzan, qui fut

    Rav de la vieille ville de Jrusalem jusqu sa conqute

    par les arabes en 1948 dcrit le Ben Ich Ha (Yossef

    Ham) en ces termes : Si les e