examen professionnel d'ingÉnieur-e des … · examen professionnel d'ingÉnieur-e des travaux ......

Click here to load reader

Post on 12-Sep-2018

219 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • MINISTRE DE LA TRANSITIONCOLOGIQUE ET SOLIDAIRE

    MINISTRE DE LA COHSIONDES TERRITOIRES

    EXAMEN PROFESSIONNELD'INGNIEUR-E DES TRAVAUX PUBLICS DE LTAT

    SESSION 201717-DEC4-05960

    PREUVE N1NOTE DE PROBLMATIQUE

    Lpreuve consiste en la rdaction dune note de problmatique prenant appui sur desdocuments fournis au candidat et portant sur un cas ou une situation susceptible dtrerencontr(e) par les services dans le cadre des missions exerces par le ministre de latransition cologique et solidaire et par le ministre de la cohsion des territoires ou leurstablissements publics, cette preuve faisant appel, dune part, des connaissancestechniques, administratives, juridiques et conomiques en liaison avec leur pratiqueprofessionnelle et, dautre part, des connaissances gnrales lies lexercice defonctions dans le domaine dactivits de ces ministres.

    Cette preuve vise apprcier les qualits rdactionnelles du candidat, sa capacit deraisonnement et comprendre des textes juridiques et/ou techniques. Le candidat peut-treamen, le cas chant, proposer des solutions.

    Examen professionnel ITPE preuve de note de problmatique Session 2017

    preuve n1 Dure : 4 h Coefficient : 4 Page de garde

  • SUJET

    Au sein de la DDT du Pas-de-Calais, vous tes responsable de lunit planification au sein duservice amnagement urbanisme et habitat.

    Dans le cadre de llaboration de son PLU, la commune de LABELLEVILLE souhaite ouvrir delarges surfaces naturelles et agricoles lurbanisation afin de rpondre ses besoins en matire delogements et de dveloppement dactivits.

    Avant larrt du projet de PLU de sa commune, le Maire va organiser une dernire runion despersonnes publiques associes (PPA) et il a transmis au pralable ce projet au DDT.

    Dans la perspective de sa participation cette runion au cours de laquelle il portera le point de vuede ltat, votre chef de service vous demande de prparer une note quil remettra au DDTnouvellement nomm afin que celui-ci valide le positionnement propos et les lmentsdargumentaire.

    Votre participation aux prcdentes runions des PPA organises pendant la phase dlaboration duprojet de PLU vous a amen relever des difficults importantes et vous estimez que la communeest en capacit de faire voluer positivement son projet.

    Votre note vise clairer le DDT, qui ignore tout du contexte local et de la situation de la communeau regard des politiques portes par la DDT, afin de lui permettre de prendre clairement position surce dossier.

    Ainsi, vous exposerez tout dabord dans votre note le rle de ltat au travers de la rglementation,des outils et des objectifs nationaux visant limiter la consommation foncire de terres agricoles etespaces naturels et ltalement urbain.

    Ensuite, vous prciserez les enjeux pour cette commune des politiques publiques insuffisammenttranscrites dans le projet : matrise de la consommation des espaces naturels et agricoles, luttecontre le changement climatique et mixit sociale.

    Enfin, vous exposerez les conseils et propositions que vous pensez devoir tre prsents au mairelors de la runion des PPA afin de mieux satisfaire les objectifs des politiques publiques prcites etde le mettre en garde contre les dispositions inacceptables du point de vue de ltat.

    Nota : hormis les rfrences une localisation dans la rgion Hauts-de-France et auxproblmatiques gnrales de ce secteur et loprateur foncier (EPF) qui lui est propre, le dossierprsent est un cas dcole construit pour les besoins de lpreuve. Toute rfrence un casexistant serait fortuite.

  • Documents joints :

    1. Plan Local durbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation (22 pages)

    2.Carte du projet du Plan Local durbanisme de LABELLEVILLE (1 page)

    3. Fiche CERTU La densit urbaine (6 pages)

    4. Fiche CERTU Les tablissements publics fonciers dtat (2 pages)

    5. Fiche CERTU Le PLU (6 pages)

    6. Extrait du PPI de lEPF Nord-Pas-de-Calais (17 pages)

    7. Extrait du dossier Volia/FNE Ltalement urbain, rflexions croises (10 pages)

    8. DDT de la Corrze Le guide du PLU et du PLUi (16 pages)

    9. IAU Limitation de la consommation despace et densification : les nouveaux outils (4 pages)

    Total pour les 9 documents : 84 pages

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE

    Extrait du rapport de prsentation

    Table des matires1.Dfinition du Plan Local dUrbanisme (PLU)..................................................................................2

    1.1.Un PLU, quest-ce que cest ?................................................................................................21.2.Au cur du PLU : le PADD....................................................................................................3

    2.Le PLU et les documents supra-communaux................................................................................32.1.Contexte lgislatif et lois Grenelle..........................................................................................32.2.La compatibilit du PLU avec les documents supra-communaux..........................................3

    3.Prsentation du PLU de la commune............................................................................................43.1.La prescription du PLU..........................................................................................................43.2.Le rapport de prsentation.....................................................................................................5

    4.Environnement gnral de la commune........................................................................................54.1.Situation gographique..........................................................................................................54.2.Topographie...........................................................................................................................54.3.Milieux naturels......................................................................................................................54.4.Risques naturels et technologiques.......................................................................................54.5.Infrastructures........................................................................................................................6

    5.Diagnostic socio-dmographique..................................................................................................75.1.Dmographie et population....................................................................................................75.2.Logements.............................................................................................................................95.3.Entreprises...........................................................................................................................105.4.La dimension supra-communale..........................................................................................12

    6.Justifications des principes du PADD..........................................................................................146.1.Rappel des objectifs des PLU..............................................................................................146.2.Rpondre aux enjeux...........................................................................................................14

    7.Justifications des choix retenus...................................................................................................157.1.Une croissance dmographique de 2,5 % par an................................................................157.2.Les zones AU rsidentielles.................................................................................................157.3.Les zones AU conomiques.................................................................................................167.4.Les zones Na.......................................................................................................................16

    8.Les Orientations dAmnagement et de Programmation (OAP) des zones ouvertes lurbanisation (AU)..........................................................................................................................16

    8.1.Grands principes urbains qui dfinissent les OAP...............................................................168.2.OAP de la zone 1AU1..........................................................................................................178.3.OAP de la zone 1AU2..........................................................................................................188.4.OAP de la zone 1AU3..........................................................................................................188.5.OAP de la zone 2AU............................................................................................................198.6.OAP de la zone AUco........................................................................................................198.7.Principes lis aux zones 1AU et 2AU...................................................................................20

    9.Annexes......................................................................................................................................219.1.Annexe 1 : Extraits du code de lurbanisme.........................................................................219.2.Annexe 2 : Photos illustratives.............................................................................................22

    Page 1 / 22

    document 1 (1 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 1 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    1. Dfinition du Plan Local dUrbanisme (PLU)

    1.1. Un PLU, quest-ce que cest ?Llaboration dun plan local durbanisme (PLU), quelle intervienne pour pallier labsence de tout document de planification urbaine ou pour rviser ou remplacer un document existant, est un acte majeur de la vie dune commune. En effet, construit partir dun projet durbanisme communal, le PADD (Plan dAmnagement et de Dveloppement Durable), le plan local durbanisme dfinit les rgles damnagement et le droit des sols. Il indique quels secteurs sont constructibles, quelles formes doivent prendre les constructions, quelles zones doivent rester naturelles, quelles parcelles sont rserves pour les constructions futures, quelles emprises sont destines pour le transport en commun, les voies ou les chemins venir, etc. Il sagit dun document juridique de porte gnrale qui simpose tous, particuliers, entreprises, administrations, de mme quil sapplique sur tous les terrains de la commune, publics ou privs.

    Sur le plan lgal, le Plan Local dUrbanisme (PLU) transforme le Plan dOccupation des Sols (POS) depuis la loi relative la Solidarit et Renouvellement Urbain (Loi SRU n2000--1208 du 13 dcembre 2000), renforce par la loi Urbanisme et Habitat (Loi n2003--590 du 2 juillet 2003). La Loi Urbanisme et Habitat a clarifi le contenu dun Plan Local dUrbanisme et permis galement de rformer les conditions dutilisation des procdures de modification et de rvision des PLU. La Loi de Mobilisation pour le Logement et la Lutte contre lExclusion (MLLE) de mars 2009 adapte dans le domaine de lurbanisme certaines dispositions des lois SRU et UH pour tenir compte du contexte socio-conomique aggrav par les crises financires et conomiques. Enfin, les lois SRU et UH ont t modifies par la loi n 2010--788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour lenvironnement, dite Grenelle et par la loi n 2010--874 du 27 juillet 2010 de modernisation de lagriculture et de la pche.

    Au--del de laspect rglementaire, le PLU est dabord un document prospectif inscrit la rencontre dun territoire et dun projet. Il synthtise les intentions gnrales de la collectivit quant lvolution de son dveloppement et exprime un vritable projet de territoire. Sur le fond, la loi laisse une assez grande libert aux communes dans llaboration de leur plan local durbanisme. Si larticle L101-2 du code de lurbanisme fixe des objectifs aux communes tels que le dveloppement quilibr de lurbanisation par le renouvellement urbain, la mixit sociale de lhabitat, la diversit des fonctions urbaines, la protection de lenvironnement, celles-ci restent libres de dterminer les mesures tendant le mieux la ralisation des dits objectifs.

    Enfin, le Plan Local dUrbanisme est un document qui sapplique lensemble dun territoire communal (y compris sur les Zones dAmnagement Concert ZAC). En effet, il est interdit dtablir des PLU partiels.

    Les personnes publiques associes au projet de PLU (tat, Rgions, Dpartements, EPCI comptent en matire de programme local de lhabitat, etc.) :

    reoivent notification de la dlibration prescrivant llaboration du schma de cohrence territoriale ou du plan local durbanisme ;

    peuvent, tout au long de cette laboration, demander tre consultes sur le projet de schma de cohrence territoriale ou de plan local durbanisme ;

    mettent un avis, qui est joint au dossier denqute publique, sur le projet de schma ou de plan arrt.

    Ainsi, les services de ltat veillent au respect des rgles durbanisme et portent la connaissance de la commune les informations ncessaires lexercice de ses comptences. In fine, le Prfet a la possibilit de donner un avis dfavorable ou favorable avec rserves lorsque des dispositions sont contraires la loi ou lintrt gnral port par les grandes politiques publiques, et de faire toutes recommandations utiles visant lamlioration du document

    Page 2 / 22

    document 1 (2 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 2 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    Gnralement, le Plan Local dUrbanisme est tabli pour une dure de dix ans.

    1.2. Au cur du PLU : le PADDLe PLU nest pas seulement un document juridique qui fixe les droits dutilisation des sols de la commune, mais galement un vritable document exprimant le projet urbain communal en matire damnagement et de dveloppement. Ce projet se traduit par le Projet dAmnagement et de Dveloppement Durable (PADD).

    Le PADD permet de fixer les grandes orientations damnagement et dveloppement retenues par la commune. Ce document doit tre simple et lisible de tous.

    Le PADD a des objectifs propres chaque commune. Cependant, on retrouve certains objectifs communs promus par la loi :

    Lobligation de favoriser le renouvellement urbain Lobligation de rpondre la demande en logement pour conforter et renforcer la

    population Lobligation de crer, damnager, de qualifier, de prserver les espaces publics Lobligation de prserver les espaces naturels de la commune Lobligation de prvoir la mise en valeur des entres de ville Lobligation du respect et du renforcement des centralits Lobligation de maintenir voire accrotre lactivit conomique de la commune Lobligation de mettre en place des projets damnagement et dquipement ncessaires

    au bon dveloppement de la commune Le respect du dveloppement durable.

    2. Le PLU et les documents supra-communaux

    2.1. Contexte lgislatif et lois GrenelleLes PLU doivent tenir compte de lentre en vigueur des lois Grenelle et notamment des chantiers du Grenelle 2. Ils doivent ainsi intgrer les diffrents volets mis en place, notamment ceux lis aux conomies nergtiques, la prservation des cosystmes et de la biodiversit, la problmatique eau , la cohrence des diffrentes politiques urbaines, aux dplacements, au dveloppement des rseaux numriques, etc.

    Les PLU dit Grenelle doivent : Comporter une analyse de la consommation des espaces naturels, agricoles et forestiers

    Identifier les besoins en termes de surfaces agricoles, de dveloppements forestiers, et de commerce.

    Justifier les objectifs de modration de la consommation despaces et de lutte contre ltalement urbain au regard des analyses prcdentes.

    Prciser des indicateurs qui devront tre labors pour lvaluation des objectifs du PLU.

    2.2. La compatibilit du PLU avec les documents supra-communauxIl est aussi impratif que le Plan Local dUrbanisme soit cohrent avec les diffrentes politiques urbaines et environnementales menes aux chelles supra-communales, et quil soit compatible avec les documents de porte suprieure.

    Page 3 / 22

    document 1 (3 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 3 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    La compatibilit avec le SCOTDans la hirarchie des normes applicables lamnagement de lespace, le Plan Local dUrbanisme est ainsi soumis au Schma de Cohrence Territoriale (SCoT) avec lequel il entretient une relation de compatibilit. Le Code de lUrbanisme stipule en effet : Les programmes locaux de lhabitat, les plans de dplacements urbains, les schmas de dveloppement commercial, les plans locaux durbanisme, les plans de sauvegarde et de mise en valeur, les cartes communales, la dlimitation des primtres dintervention prvus larticle L.143--1 [Loi n 2005--157 du 23 fvrier 2005], les oprations foncires et les oprations damnagement, dfinies par un dcret en Conseil dtat, doivent tre compatibles avec les schmas de cohrence territoriale et les schmas de secteur [...] .Le Plan Local dUrbanisme de la commune est ainsi soumis au Schma de Cohrence Territoriale (ScoT).

    La compatibilit au SDAGE et au SAGEDepuis la loi n 2004-338 du 21 avril 2004 [article 7, alinas 2 et 3], le PLU doit tre compatible avec, quand ils existent, le Schma Dpartemental dAmnagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) et le Schma dAmnagement et de Gestion des Eaux (SAGE).

    Le Code de lUrbanisme ajoute en effet que [le PLU] doit galement tre compatible avec les orientations fondamentales dune gestion quilibre de la ressource en eau et [avec] les objectifs de qualit et de quantit des eaux, dfinis par les schmas directeurs damnagement et de gestion des eaux, en application de larticle L.212-1 du Code de lEnvironnement, ainsi quavec les objectifs de protection, dfinis par les schmas damnagement et de gestion des eaux en application de larticle L.212-3 du mme code .

    Le SDAGE et le SAGE dfinissent les orientations fondamentales pour une gestion quilibre de la ressource en eau et fixent des objectifs sur la quantit et de la qualit de cette ressource.

    En ce qui concerne la commune de LABELLEVILLE, le PLU doit assurer une notion de compatibilit avec le Schma Directeur dAmnagement et de Gestion des Eaux du bassin.

    La prise en compte du SRCELa prfecture de rgion et le conseil rgional ont engag conjointement llaboration du schma rgional de cohrence cologique (SRCE). Ce schma est le volet rgional de la trame verte et bleue, dont chaque rgion est en train de se doter.

    Les documents durbanisme comme le Schma de Cohrence Territoriale (SCoT) et les Plans Locaux dUrbanisme (PLU) doivent prendre en compte le SRCE au cours de leur laboration ou loccasion de leur rvision. En outre, ils doivent, en application de larticle L110 du code de lurbanisme, au titre de leurs prvisions et dcisions dutilisation de lespace, assurer () la prservation de la biodiversit notamment par la conservation, la restauration et la cration de continuits cologiques . Le SRCE prvu par le code de lenvironnement est un appui la mise en uvre des PLU concernant ces dispositions caractre cologique.

    3. Prsentation du PLU de la commune

    3.1. La prescription du PLUPar dlibration en date 7 mai 2015, la commune a prescrit la rvision de son Plan dOccupation des Sols et llaboration de son Plan Local dUrbanisme (PLU).Le lancement de la procdure dlaboration dun PLU a pour objectif de fixer les nouvelles perspectives dvolution, damnagement et durbanisme de la commune lchelle des 10 ans qui viennent.

    Page 4 / 22

    document 1 (4 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 4 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    Au vu de lvolution de lurbanisation de la commune et des nouvelles lois qui rgissent le code de lurbanisme, il sest avr ncessaire denvisager une refonte du POS pour coller aux mieux la ralit urbaine et environnementale communale.

    3.2. Le rapport de prsentationLe prsent rapport de prsentation est donc lun des lments constitutifs majeurs du dossier de PLU.Il en constitue la mmoire, traduit dans un souci pdagogique la dmarche de la commission municipale.

    4. Environnement gnral de la communeLABELLEVILLE accueille une population relativement aise, les cadres suprieurs et les professions librales y sont nettement surreprsents par rapport la moyenne rgionale et la moyenne nationale. Lhabitat est compos majoritairement de maisons individuelles haut de gamme et la proportion de logements sociaux est trs faible.

    4.1. Situation gographiqueLa commune de LABELLEVILLE est situe dans le dpartement du Pas-de-Calais, proximit des communes de VILLENEUVE et VILLEFRANCHE (cf. carte) et distante de 25 km de la mtropole de Lille.

    4.2. TopographieLa superficie de la commune est de 800 ha.Le territoire est moyennement accident, entre 120 m et 202 m daltitude.Le territoire communal se dveloppe sur trois bassins versants.

    4.3. Milieux naturelsLe territoire la commune nest pas concern par des zones naturelles dintrt faunistique et floristique (ZNIEFF) ou zones dintrt communautaire pour les oiseaux (ZICO). En revanche on trouve sur son territoire un E.N.S (Espace Naturel Sensible), connu depuis prs de deux sicles dans la littrature scientifique et constituant un des fleurons de notre patrimoine scientifique.

    On trouve galement sur le site une espce remarquable et protge recense : lHirondelle de rivage, Riparia riparia. Des mesures de conservation brve chance sont ncessaires afin de maintenir la population nicheuse sur le site.

    4.4. Risques naturels et technologiques

    4.4.1. Les risques naturelsOn distingue plusieurs types de risques naturels sur la commune :

    des risques de mouvements de terrain : la commune est concerne par deux carrires souterraines abandonnes situes sur danciennes exploitations de gypse au nord de la commune. Larrt prfectoral du 8 avril 1987 dlimite ces zones comme des zones risques lis la prsence de ces cavits. Dans ces zones, les permis de construire peuvent tre soumis lobservation de rgles techniques spciales ou bien tre refuss en application des dispositions de larticle R.111-2 du code de lurbanisme aprs consultation de lInspection Gnrale des Carrires.

    Page 5 / 22

    document 1 (5 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 5 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    Des risques de mouvements de terrain lis la scheresse et la rhydratation des sols : le territoire de la commune comportant des secteurs argileux, il y a des risques de mouvements de terrain.

    Des risques de mouvements de terrain lis la dissolution naturelle du gypse : le territoire de la commune comporte des secteurs gypsifres. Le gypse ou pierre pltre est compos de sulfate de chaux, instable au contact de leau. Aprs son dpt, la couche rocheuse, fracture, peut faire lobjet dune rosion interne (dissolution) responsable de cavits. Ces cavits naturelles sont lorigine de linstabilit des terrains situs au-dessus du gypse provoquant des dsordres en surface (affaissement, effondrement).

    Des risques dinondations pluviales : bien que la commune ne soit pas soumise un PPRI, elle a connu plusieurs inondations lors de fortes pluies (orages violents) avec ruissellement, dbordement du rseau de collecte des eaux pluviales.

    4.4.2. Les risques technologiquesLa commune nest pas concerne par un Plan de Prvention des Risques Technologiques (PPRT).

    4.4.3. Les ICPELa commune est concerne par quatre Installations Classes pour la Protection de lEnvironnement (ICPE), actives et actives et soumises dclaration situes dans la zone dactivit louest de la commune sans relle contrainte de distance au regard des habitations et une ICPE en cours de fermeture sur une friche industrielle. Ce site a t ferm en 2002, nettoy et dpollu pour ce qui concerne les quipements industriels et leurs effluents. Subsiste seulement les reliquats des voiries et rseaux divers courants susceptibles de relever de dchets banals du BTP.La surface de cette friche est de 10 ha.

    4.5. Infrastructures

    4.5.1. Rseau gnral autour de la communeLa commune est desservie par une autoroute et plusieurs routes dpartementales

    Laxe majeur traversant la commune est une autoroute traversant la commune en son milieu, sur un axe nord-sud, et scindant le territoire en 2 parties.

    Dautre part on remarque deux sous-axes majeurs classs grande circulation.

    4.5.2. Rseau ferroviaireLe territoire de la commune est travers par les emprises dune ligne ferroviaire vocation nationale et rgionale avec une desserte TER cadence vers la mtropole.

    Les emprises ferroviaires seront intgres dans les zones plus larges, en sassurant que leur rglement prserve les possibilits de constructions ou de ralisation doutillage ncessaires au fonctionnement du service public.

    La commune est desservie par la gare de VILLENEUVE en limite de commune sur sa partie ouest, proximit dune friche industrielle.

    4.5.3. Rseau arienLa commune ntant pas situe proximit dun couloir de laroport rgional, elle nest pas concerne par le plan dExposition au Bruit (PEB).

    Page 6 / 22

    document 1 (6 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 6 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    4.5.4. Classement sonore des voies bruyantesSur la commune, lautoroute est classe en catgorie 1 et les routes dpartementales principales en catgorie 2.

    Lemprise sonore de ces routes est importante et gnre des zones de bruit de 60 70 dB (indice Lden).

    5. Diagnostic socio-dmographique

    5.1. Dmographie et population

    5.1.1. Caractristiques de la populationDfinition de la population (Extrait du site de lINSEE) Les chiffres de la population prsents correspondent lensemble des personnes dont la rsidence habituelle se situe sur le territoire considr. La population de ce territoire peut comprendre :

    la population des rsidences principales (ou population des mnages), la population des personnes vivant en communauts, la population des habitations mobiles, les sans-abris et les mariniers rattachs au territoire.

    Evolution de la populationAnne 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2015Population 163 355 2027 2074 1925 2558 2718Densit (hab/km)

    20,38 44,38 253,38 259,25 240,63 319,75 339,75

    Source INSEE

    1968 1975 1982 1990 1999 2008 20150

    500

    1000

    1500

    2000

    2500

    3000

    163355

    2027 20741925

    25582718

    Evolution de la population

    Page 7 / 22

    document 1 (7 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 7 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    En 2015, la commune comptait 2 718 habitants pour une superficie totale de 800 hectares, soit une densit de 339,75 habitants par km.

    Lvolution du nombre dhabitants est trs positive depuis 1968, la commune ayant subi une augmentation trs forte dans les annes 1975/80, avec un lger ralentissement de lvolution de la population dans les annes 90, pour repartir ensuite entre 1999 et 2008. Cette volution est en rapport direct avec la construction des diffrents lotissements. Cest le grand dveloppement urbain des annes 75/80 qui donne encore aujourdhui son aspect au village. Entre 1999 et 2007, ce sont les deux lotissements qui tirent encore fortement la dmographie (+633 habitants en 9 ans) pour atteindre aujourdhui une phase de stabilisation. Entre 2008 et 2015, la croissance de population reprend lgrement avec 160 habitants supplmentaires.Le taux de mortalit diminuait progressivement entre 1968 et 1990, suivant en cela la courbe nationale. Le taux de natalit est trs fort dans les annes 70, il chute pour redevenir plus normal ensuite.Mais au global cest bien le solde migratoire qui sous-tend laugmentation de la population sur plusieurs dcennies, le solde naturel restant neutre sur cette augmentation.

    5.1.2. Analyse des mnagesDfinition du mnage (Extrait du Site de lINSEE)

    De manire gnrale, un mnage, au sens statistique du terme, dsigne lensemble des occupants dun mme logement sans que ces personnes soient ncessairement unies par des liens de parent (en cas de cohabitation, par exemple). Un mnage peut tre compos dune seule personne.

    1968 1975 1982 1990 1999 2008 20150,0

    0,5

    1,0

    1,5

    2,0

    2,5

    3,0

    3,5

    4,0

    4,5

    3,543,14

    3,713,46

    3,10 2,94 2,93

    Evolution de la taille des mnages

    Concernant la taille des mnages, on remarque ce particularisme des annes 75 avec une taille des mnages qui descend de 3,54 3,14 personnes par logement de 1968 1975. On peut imaginer quon est pass dune structure traditionnelle avec des mnages composs de plusieurs gnrations une structure familiale correspondant des couples sans enfants ou avec 1 ou 2 enfants seulement.Les mnages qui se sont installs sur le territoire communal entre 1968 et 1982 ont fond des familles, la taille des familles sest alors renforce pour stablir 3,71 en 1982.Il est probable que, dans les annes 70, laugmentation de la taille des mnages, cest--dire du nombre denfants, est due aussi au phnomne de nouveaux habitants qui arrivent avec des enfants.

    Page 8 / 22

    document 1 (8 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 8 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    Ceci peut tre mis en rapport avec la chert relative des maisons ds ces annes-l : les familles nouvelles sont bien tablies, dj parties dans la vie. La taille des mnages diminue ensuite et suit la tendance nationale, tout en restant plus lev ; sur la commune, les familles sont sensiblement plus grandes que la moyenne dpartementale et nationale (2,94 personnes/mnage en 2008 pour la commune contre 2,3 personnes/mnage pour la France mtropolitaine).Le mode dhabiter en maison individuelle (et dans la commune les maisons sont grandes), explique aussi ce chiffre plus fort.

    5.2. LogementsDfinition du logement (Extrait du Site de lINSEE)

    Un logement est dfini du point de vue de son utilisation. Cest un local utilis pour lhabitation :

    spar, cest--dire compltement ferm par des murs et cloisons, sans communication avec un autre local si ce nest par les parties communes de limmeuble (couloir, escalier, vestibule, etc.) ;

    indpendant, savoir ayant une entre do lon a directement accs sur lextrieur ou les parties communes de limmeuble, sans devoir traverser un autre local.

    Les logements sont rpartis en quatre catgories : rsidences principales, rsidences secondaires, logements occasionnels, logements vacants.

    Dfinition de la rsidence principale (Extrait du Site de lINSEE)

    Une rsidence principale est un logement occup de faon habituelle et titre principal par une ou plusieurs personnes qui constituent un mnage. Il y a ainsi galit entre le nombre de rsidences principales et le nombre de mnages.

    Dfinition de la rsidence secondaire et du logement occasionnel (Extrait du Site de lINSEE)

    Une rsidence secondaire est un logement utilis pour les week-ends, les loisirs ou les vacances. Les logements meubls lous (ou louer) pour des sjours touristiques sont galement classs en rsidences secondaires.

    Un logement occasionnel est un logement ou une pice indpendante utilise occasionnellement pour des raisons professionnelles (par exemple, un pied--terre professionnel dune personne qui ne rentre quen fin de semaine auprs de sa famille).

    Dfinition du logement vacant (Extrait du Site de lINSEE)

    Un logement vacant est un logement inoccup se trouvant dans lun des cas suivants :

    propos la vente, la location ;

    dj attribu un acheteur ou un locataire et en attente doccupation ;

    en attente de rglement de succession ;

    conserv par un employeur pour un usage futur au profit dun de ses employs ;

    gard vacant et sans affectation prcise par le propritaire (exemple un logement trs vtuste, etc.).

    Page 9 / 22

    document 1 (9 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 9 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    5.2.1. Caractristiques principales des logements

    Evolution du nombre de logements par catgoriesAnne 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2015Ensemble 59 128 599 633 653 920 975Rsidences principales

    46 113 547 599 620 869 928

    Rsidences secondaires et logements occasionnels

    9 5 19 18 19 10 17

    Logements vacants

    4 10 33 16 14 41 30

    Source INSEE

    Lge du parc est videmment rcent. On observe sur ce graphique les deux pics de dveloppement de la commune avec dune part les lotissements des annes 75/80 et enfin les deux dernires oprations groupes partir des annes 90 ; on voit que jusquen 1975, la commune est encore un hameau.

    La commune recensait en 2015, 928 rsidences principales dont 90,6 % occupes par leur propritaire et 7,6 %, par des locataires. Le nombre de locataires connat une diminution depuis le recensement de 1999 (14 % de locataires en 1999). En revanche, 1,8 % de logements sont occups gratuitement. Cette part reste faible et en trs lgre augmentation depuis 1999 (1,6 %).

    Le parc de logements de la commune est constitu majoritairement de maisons individuelles (91 % du parc) et dune faible proportion dappartements (8,5 %).Les appartements ont t construits dans les deux derniers lotissements.

    En synthse sur son parc de logements, la commune : a connu une importante cration de logements depuis 35 ans en faisant un village

    neuf ; est globalement un village o la plupart des habitants sont aiss. Le parc de logements

    traduit cet aspect : la majorit des logements sont des rsidences principales, la majorit des rsidents sont propritaires, le parc est constitu essentiellement de logements de 5 pices et plus, il y a peu dappartements ;

    peut amener aussi des dsquilibres sur les plans de loffre et de la demande.

    5.2.2. Logements locatifs sociaux (LLS)La commune ne dispose quasiment pas de logement locatif social sur son territoire (0,23 % au 1er

    janvier 2015).

    5.3. EntreprisesDfinition de lentreprise (Extrait du Site de lINSEE)Lentreprise est la plus petite combinaison dunits lgales qui constitue une unit organisationnelle de production de biens et de services jouissant dune certaine autonomie de dcision, notamment pour laffectation de ses ressources courantes.

    Page 10 / 22

    document 1 (10 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 10 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    Dfinition de ltablissement (Extrait du Site de lINSEE) Ltablissement est une unit de production gographiquement individualise, mais juridiquement dpendante de lentreprise. Un tablissement produit des biens ou des services : ce peut tre une usine, une boulangerie, un magasin de vtements, un des htels dune chane htelire, la boutique dun rparateur de matriel informatique, etc. Ltablissement, unit de production, constitue le niveau le mieux adapt une approche gographique de lconomie.

    La population des tablissements est relativement stable dans le temps et est moins affecte par les mouvements de restructuration juridique et financire que celle des entreprises.

    Dfinition de lexploitation agricole (Extrait du Site de lINSEE)Dans le recensement agricole, lexploitation agricole est dfinie comme une unit de production remplissant les trois critres suivants :

    produire des produits agricoles ; avoir une gestion courante indpendante ; atteindre un certain seuil en superficie, en production ou en nombre danimaux.

    Ce seuil a t dfini de la faon suivante : une superficie agricole utilise au moins gale un hectare ; ou une superficie en cultures spcialises au moins gale 20 ares ; ou une activit suffisante de production agricole, estime en cheptel, surface cultive ou

    volume de production.

    Industrie3,3%Construction

    8,7%

    Commerce, Transports,Services divers75,3%

    Administration publique,enseignement,sant, action sociale12,7%

    Nombre d'entreprises par secteur d'activitau 1er janvier 2015

    Page 11 / 22

    document 1 (11 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 11 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    Plus de 75,3 % des entreprises sont dans le secteur du commerce, dans les transports et les services divers, soit 113 entreprises sur un total de 150. 13 entreprises sont dans le secteur de la construction, 19 dans ladministration publique, lenseignement, la sant et laction sociale, 5 dans lindustrie. Il ny a plus dexploitation agricole sur le territoire.

    La zone conomique sest globalement dveloppe louest de la commune entre la voie ferre et une route dpartementale.Au nord de cette zone, il existe une friche industrielle de 10 ha en proximit directe avec la gare de VILLENEUVE et un secteur rsidentiel de la commune de VILLEFRANCHE. Au regard de cette pollution, cette friche ne permet pas, en ltat, de construire de logements.

    En synthse sur les entreprises de la commune : une structure conomique varie et relativement forte pour une commune de cette taille ; beaucoup dentreprises individuelles, mais aussi des PME dont 6 ont plus de 50 salaris ; la majorit des entreprises prsentes sont dans le domaine des transports, des commerces

    et des services divers ; une structure htelire solide, en croissance, place sur une niche moyen de gamme ; une activit soutenue, marque par des crations dentreprises ; une inadquation entre loffre demplois des entreprises implantes sur le territoire

    communal et lemployabilit des actifs qui y habitent ; un paysage encore marqu par la grande agriculture, mais plus dagriculteurs habitant la

    commune ; Existence dune friche situe au nord de la zone conomique ouest de la commune.

    5.4. La dimension supra-communale

    5.4.1. Intercommunalit

    Communaut de communeLa commune fait partie dune Communaut dAgglomration depuis le 1er janvier 2013.

    SCOTLa commune est galement soumise un SCOT qui sarticule autour de trois axes :

    Mettre en place de nouvelles solidarits.

    Ne pas dpendre trop de facteurs extrieurs.

    Agir concrtement pour le dveloppement durable et lamlioration de la qualit de la vie des habitants.

    Le SCOT met en avant les efforts fournir en matire de :

    Renouvellement urbain et de dveloppement de nouvelles zones rsidentielles afin daccueillir une population plus diversifies.

    La requalification des anciennes zones dactivits et la cration de nouvelles.

    La requalification des espaces naturels, sans oublier la ncessit de prserver lagriculture productive.

    Page 12 / 22

    document 1 (12 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 12 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    Le SCOT limite la superficie des extensions urbaines de la commune de LABELLEVILLE 10 ha et fixe pour la commune une densit de 30 logements par hectare pour tout nouveau projet faisant lobjet dun amnagement densemble.

    Schma Directeur dAmnagement et de Gestion des Eaux (SDAGE)En cohrence avec les premiers engagements du Grenelle de lenvironnement, le SDAGE a fix comme ambition dobtenir en 2015 le bon tat cologique sur 2/3 des masses deau.

    Pour tre concret le SDAGE est accompagn dun programme de mesures (actions) qui dcline les moyens techniques, rglementaires et financiers.

    Les 10 dfis du SDAGE et des actions mener :

    1. Diminuer les pollutions ponctuelles des milieux par les polluants classiques

    2. Diminuer les pollutions diffuses des milieux aquatiques

    3. Rduire les pollutions des milieux aquatiques par les substances dangereuses

    4. Rduire les pollutions microbiologiques des milieux

    5. Protger les captages deau pour lalimentation en eau potable actuelle et future

    6. Protger et restaurer les milieux aquatiques humides

    7. Grer la raret de la ressource en eau

    8. Limiter et prvenir le risque dinondation

    9. Acqurir et partager les connaissances

    10. Dvelopper la gouvernance et lanalyse conomique

    Le Plan Local dHabitatLe PLH de la Communaut dAgglomration est en cours dlaboration. Conformment larticle R.302-1 du code de la construction et de lhabitation, ce document comprend :

    un diagnostic sur le fonctionnement du march local du logement et sur les conditions dhabitat dans le territoire auquel il sapplique,

    un document dorientations comprenant lnonc des principes et objectifs du programme,

    un programme daction dtaill pour lensemble du territoire auquel il sapplique et pour chaque secteur gographique dfini lintrieur de celui-ci.

    Le PLU de la commune, conformment au code de lurbanisme, devra tre compatible avec les dispositions du PLH approuv.

    Afin dtre en conformit avec le PLH, la commune de LABELLEVILLE est soumise latteinte dun objectif de 25 % de logements sociaux sur son territoire.

    De plus, le PLH impose la commune la construction de 27 constructions neuves par an dont 20 logements locatifs sociaux (LLS) pendant 5 ans soit 135 logements dont 100 LLS.

    Page 13 / 22

    document 1 (13 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 13 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    6. Justifications des principes du PADD

    6.1. Rappel des objectifs des PLU son chelle, et en rapport aux capacits communales, le PLU de la commune doit respecter les objectifs de fond fixs par les articles L101-1 et L102-2 du Code de lUrbanisme.

    6.2. Rpondre aux enjeuxLe projet damnagement et de dveloppement durable de la commune (PADD) rpond aux enjeux suivants :Un enjeu dmographique :

    Dveloppement raisonn et matris de la population communale

    Diversifier loffre de logements

    Un enjeu conomique :

    Prservation de lactivit agricole

    Continuer laccueil des activits conomiques, et notamment de lactivit htelire

    Diversification conomique

    Un enjeu paysager et urbain :

    Prserver le cadre de vie des habitants dans un environnement paysager agricole encore bien prsent

    Amliorer la lisibilit du territoire communal

    Amliorer les dplacements doux et le co-voiturage

    Le PADD de la commune sinscrit dans une dmarche urbanistique qualitative. Les grandes orientations du PADD sappuient, en les renforant, sur les valeurs territoriales, paysagres et urbaines que reprsentent :

    La traverse du territoire communal par lAutoroute, ses apports lconomie de la commune.

    Les diffrences et complmentarits des paysages de la commune.

    Le patrimoine gologique et historique.

    Les quipements existants : zone htelire, zones dactivits, etc.

    Ces marqueurs territoriaux, paysagers et urbains correspondent une certaine qualit du cadre de vie des habitants.

    Pour dvelopper la population communale, le PADD se place sur ce plan qualitatif : diversifier l'offre de logements et dactivits pour accueillir des populations plus varies et faire valoir la mixit gnrationnelle (jeunes, jeunes mnages et personnes ges).

    Le choix dune croissance dmographique soutenue Dans ce cadre, le choix des lus sest port sur une croissance dmographique communale dune valeur moyenne de 2,5 % par an sur les sept ans venir.

    Page 14 / 22

    document 1 (14 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 14 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    7. Justifications des choix retenus

    7.1. Une croissance dmographique de 2,5 % par anLe besoin en nombre de logements estim dans les sept prochaines annes est estim 446 logements.

    Ce chiffre prend en compte :

    La somme du besoin en logements d au renouvellement urbain (RU), au desserrement des familles (variation de la taille moyenne des mnages), laugmentation ou la diminution des rsidences secondaires, des logements vacants, des logements occasionnels, ainsi que laugmentation ou la diminution pouvant reprsenter des crations ou au contraire des pertes de logements 142 logements ncessaires.

    Une croissance raisonne de la commune base sur une augmentation moyenne de 2,5 % par an de la population communale pour les sept ans qui viennent, soit environ 761 habitants supplmentaires en 2025 304 logements ncessaires.

    Potentiel en logements des dents creuses On doit cependant pondrer ce chiffre thorique de 446 logements : en effet, il existe sur la commune des terrains non construits inscrits dans la partie actuellement urbanise (PAU), ce quon nomme communment les dents creuses .

    Le potentiel communal de dents creuses est dune dizaine de logements.

    On peut considrer que deux tiers de ces dents creuses se construiront effectivement, soit 6 logements.

    Comme il nexiste plus de corps de ferme ou de btiment rural susceptible dtre raffect en logement, le renouvellement urbain sur la commune se limite la densification des dents creuses.

    Pour une simulation 2,5 % par an, les besoins hors dents creuses tant de 446 logements, il nest plus ncessaire que de construire 440 logements en secteur dextension.

    On parlera plutt dune fourchette comprise entre 430 et 450 logements.

    7.2. Les zones AU rsidentiellesIl est prvu la cration de trois aires dextension rsidentielle court terme. Ces aires de dveloppement (zone 1AU) ont t conues pour donner du corps au village, le rassembler et ne pas compromettre les objectifs environnementaux du PADD :

    La zone 1AU1 sinsre dans une grande pice foncire aujourdhui un territoire agricole qui se retrouve dans lurbanit des lotissements alentour.

    La zone 1AU2 au nord du village vient sinscrire sur un secteur en devenir en complment du lotissement existant et de lextension de la zone htelire.

    Enfin, il est apparu essentiel de crer une nouvelle voie daccs pour dsenclaver la future zone 1AU2. Ce besoin de crer une nouvelle voie daccs est compens par un changement de classification des terrains traverss par cette voie, ils deviennent par consquent constructibles. Ceux-ci forment la zone 1AU3.

    La commune prvoit en outre douvrir lurbanisation avant le terme du PLU des zones 2AU situes dans des zones agricoles et naturelles.

    Page 15 / 22

    document 1 (15 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 15 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    7.3. Les zones AU conomiquesSur le plan conomique :

    lest de lautoroute, il est prvu une aire de dveloppement, AUco, correspondant la zone dextension de lactuelle zone htelire ;

    louest de lautoroute : la friche industrielle sera conserve telle quelle au regard du cot de rhabilitation.

    7.4. Les zones NaIl est prvu la cration dune zone Na de 7,25 ha en continuit de la zone 1AU1.

    Cette zone Na est une zone naturelle non quipe, sur laquelle la commune envisage son dveloppement long et trs long terme. Elle ne pourra tre urbanise quaprs modification du PLU ou procdure de ZAC, ds lors que les possibilits rsiduelles des zones AU rsidentielles seront juges insuffisantes.

    Dans limmdiat, cette zone sera amnage en espaces verts inondables avec des bassins de retenue pour le recueil des eaux pluviales.

    8. Les Orientations dAmnagement et de Programmation (OAP) des zones ouvertes lurbanisation (AU)

    Lune des spcificits des PLU par rapport aux anciens POS est de pouvoir crer des zones dextension appeles zone AU (zone urbaniser). Elles diffrent des anciennes zone Na (les zones potentiellement urbanisables des POS) par le fait quelles sont obligatoirement organises partir dOrientations dAmnagement et de Programmation (OAP). Ces OAP peuvent tre explicites par un schma damnagement.

    8.1. Grands principes urbains qui dfinissent les OAP Accroche organisationnelle avec les chemins et les voies Les espaces verts comme lieux de gestion des eaux de ruissellement Une certaine approche de la densit La mixit urbaine (fonctionnelle et sociale)

    Les cheminements pitonniers, les cheminements doux La qualit de lenvironnement communal peut tre aujourdhui fortement apprcie par la pratique des cheminements. Les zones AU de la commune mettent en avant un rseau de cheminements doux ; vritables liants lchelle du village, ceux-ci doivent irriguer chaque zone et se raccrocher aux chemins existants.On insiste ici sur la pratique de la marche plus que celle du vlo, peu compatible avec les dnivels importants que rserve le village de la commune.

    Espace vert, espace public et gestion des eaux de ruissellement La commune est un parfait exemple durbanisation verte : le village rcent a t conu comme un lment urbain intgr la nature ; avec de surcrot une forte vgtalisation des cltures, il sen dgage un sentiment agrable despace ar et verdoyant.Bien entendu la vgtalisation des nouveaux quartiers ne peut plus se faire au dtriment des boisements existants. Mais il ne sagit pas non plus de concevoir de nouveaux espace verts de toute pice , partir de rien. Au-del de la lgitime satisfaction au besoin despace et de verdure des habitants, ceux-ci rpondront une ncessit physique : la captation des eaux.Les eaux de ruissellement des zones AU seront ainsi gres collectivement (mais pas

    Page 16 / 22

    document 1 (16 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 16 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    uniquement) en prvoyant leur retenue, en multipliant les points et les surface dinfiltration, tous ces dispositifs seront aussi synonymes dautant damnagements paysagers et urbains de qualit.

    Leffort de densification On rappelle la tendance gnrale la densification urbaine depuis quelques annes. Elle se manifeste dabord par la diminution de la taille des terrains. Dune part cette diminution rpond la chert des terrains, cest une adaptation au revenu des mnages ; mais par ailleurs les besoins et les rves des habitants ont chang : les familles demandent aussi des terrains plus faciles entretenir, moins chronophages et donc plus petits, leurs permettant une vie plus urbaine incluant sorties, dtentes, nouvelles pratiques, nouveaux loisirs. Ce phnomne est observable dans la commune.Si les parcelles dun quartier de la commune font en gnral plus de 1 000 m2, celles dun lotissement construit ultrieurement sont de lordre de 980 m2, tandis que les logements du quartier le plus rcent (en comprenant les collectifs du secteur de la Grande Muette), ramen au ratio de la surface de terrain par logement ne rclament que 720 m2.Dautre part, pour rpondre aux objectifs dun dveloppement durable par la limitation de ltalement urbain, la loi exige de la part des communes un effort de densification.Cet effort est pris en compte dans les orientations damnagement et de programmation (OAP) des 3 zones 1AU.

    La mixit fonctionnelle et sociale Mixer les fonctions (dans le respect des usages et des pratiques), cest offrir lhabitant une diversit dactivits et de pratiques dans lespace ncessairement limit du quartier. Les zones AU pourront ainsi accueillir quelques commerces ou services de proximit. Mme de faon modeste, cet aspect doit permettre de limiter les dplacements en voitures.Dautre part, dans les OAP la mixit sociale peut tre obtenue par la diversit dans loffre de diffrents types de logement. Les lus nont pas choisi dinscrire directement dans les OAP des tailles minimum de logements, parce quils considrent quune telle prescription trop contraignante et difficile mettre en uvre est de nature freiner les investisseurs.

    8.2. OAP de la zone 1AU1Description de la zone 1AU1, OAP et rglementLa surface de cette zone est de 8 ha. Cest encore un secteur agricole, mais partiellement enclav dans lurbain existant.

    Cest galement un espace vert renforcer (largissement de la zone verte existante pour ltendre afin quelle participe de lidentit du futur quartier).

    Cette zone sert aussi de rcepteur des eaux de ruissellement, ce sera loccasion de renforcer en capacit les retenues deau avec la cration dun (de) nouveau(x) bassin(s) dorage. Pour ce faire, sera cr une aire importante de 7,25 ha despaces verts inondables avec des bassins de retenue pour le recueil des eaux pluviales. Cette surface, bien que contigu la zone 1AU1, est classe en zone Na afin denvisager galement le dveloppement de la commune long et trs long terme.

    Des emplacements seront privilgis pour la construction dhabitat intermdiaire et du petit collectif (maisons en bandes, maisons jumeles sous forme de maison de ville, petits collectifs).

    Page 17 / 22

    document 1 (17 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 17 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    Les principes de lOAP concernant la programmation En plus des stationnements VL rapports au nombre de logements et demands au

    rglement de zone, lamnageur doit prvoir des places de stationnement VL sur les voiries.

    Constructibilit potentielle entre 100 et 110 logements.

    Prvoir une possibilit dinstallation de quelques commerces ou services de proximit.

    Prvoir un minimum de 15 % de logements sociaux comme exig par la loi.

    Prvoir 40 % de logements en maison individuelle ; le reste en habitat intermdiaire ou en petit collectif.

    Des cheminements pitonniers ou doux au cur de la zone seront privilgis.

    8.3. OAP de la zone 1AU2Description de la zone 1AU2, OAP et rglementLa surface de cette zone set de 7 ha. Cest le prolongement du secteur nord du bourg. Ainsi, les zones 1AU2, 1AU3 et lextension de la zone AUco sont conues globalement sur un schma densemble qui rgit les voies daccs aux zones et les voies de distribution lintrieur des zones. Cet ensemble urbain termine lurbanisation au nord du bourg, en dfinit la limite.

    Cette zone sert aussi de rcepteur des eaux de ruissellement, ce sera loccasion de crer bassin(s) dorage, noue(s) de rtentions, etc.

    Cest galement un espace vert, un lieu de rencontre et de dtente.

    Des emplacements seront privilgis pour la construction dhabitat intermdiaire et du petit collectif

    (maisons en bandes, maisons jumeles sous forme de maison de ville, petits collectifs).

    Les principes de lOAP concernant la programmation En plus des stationnements VL rapports au nombre de logements et demands au

    rglement de zone, lamnageur doit prvoir des places de stationnement VL sur les voiries.

    Constructibilit potentielle entre 145 et 165 logements.

    Prvoir une possibilit dinstallation de quelques commerces ou services de proximit.

    Prvoir un minimum de 25 % de logements sociaux comme exig par le PLH.

    Prvoir entre 25 et 35 % de logements en maison individuelle ; le reste en habitat intermdiaire ou en petit collectif.

    Des cheminements pitonniers ou doux au cur de la zone seront privilgis.

    8.4. OAP de la zone 1AU3Description de la zone 1AU3, OAP et rglementLa surface de cette zone est de 2 ha. Elle fait partie de lensemble urbain du nord du bourg. La zone sera traverse par une nouvelle voirie de drivation en complment des voies existantes.

    Cest un secteur contraint avec en son sous-sol du gypse et un risque de prsence de cavits. Dautre part, le dnivel lest est trs fort, cest une partie du secteur qui ne pourra tre construite.

    Cest pourquoi la limite mme de la zone 1AU3 reste thorique, puisque dfinie par le parcellaire.

    Page 18 / 22

    document 1 (18 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 18 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    La partie urbanisable de la zone ne peut tre dfinie sans tude pralable.

    Dautre part, tout projet damnagement ou de construction fera lobjet des tudes ncessaire sa justification (tude gotechnique, tude hydraulique, hydrogologique).

    Les principes de lOAP concernant la programmation La zone sera essentiellement ddie lhabitat individuel (les activits de service peuvent

    nanmoins sy installer).

    Constructibilit dune dizaine de maisons.

    En plus des stationnements VL rapports au nombre de logements et demands au rglement de zone, lamnageur doit prvoir des places de stationnement VL sur les voiries.

    Des cheminements pitonniers ou doux au cur de la zone seront privilgis.

    8.5. OAP de la zone 2AUDescription de la zone 2AU, OAP et rglementLa zone 2AU a une surface totale de 14 ha. Elle est dcompose en trois sous-zones situes en bordure de la commune et permettant la connexion entre les diffrents quartiers. Chacune de ses trois sous-zone sera traverse par une nouvelle voirie de drivation ou en continuit des voies existantes. In fine, la zone 2AU permettra la fois de porter de nouvelles limites et de combler des dents creuses.

    Les principes de lOAP concernant la programmation En plus des stationnements VL rapports au nombre de logements et demands au

    rglement de zone, lamnageur doit prvoir des places de stationnement VL sur les voiries.

    Constructibilit potentielle denviron 200 logements.

    Prvoir une possibilit dinstallation de quelques commerces ou services de proximit.

    Prvoir un minimum de 15 % de logements sociaux comme exig par la loi.

    Prvoir 60 % de logements en maison individuelle ; le reste en habitat intermdiaire ou en petit collectif.

    Des cheminements pitonniers ou doux au cur de la zone seront privilgis.

    8.6. OAP de la zone AUcoDescription de la zone AUco, OAP et rglement Cest une extension de la zone htelire qui est conue dans lensemble du secteur nord du bourg.

    Cest un secteur qui possde un risque potentiel de contenir du gypse en sous-sol.

    Les principes de lOAP concernant la programmationLa zone dune surface de 4 ha sera essentiellement ddie lactivit htelire et la restauration mais galement aux activits conomiques lies au tourisme ou la sant.

    Page 19 / 22

    document 1 (19 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 19 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    8.7. Principes lis aux zones 1AU et 2AULes zones 1AU et 2AU correspondent des extensions urbaines, cest--dire quelles sont situes hors du primtre actuellement urbanis (PAU) du village. Comme la loi lexige, chaque zone 1AU et 2AU est cadre par une orientation damnagement et de programmation (OAP). Les zones 1AU et 2AU doivent tre faciles quiper par les rseaux, ceux-ci doivent arriver en limite de zone.

    Les hauteurs des constructionsLa rglementation sur les hauteurs des constructions est un lment essentiel dintgration et dunit architecturale.

    Les zones 1AU1, 1AU2 et 2AU seront constitues dune part de maisons individuelles, mais aussi de petits collectifs, chaque type dhabitat ayant sa logique de hauteur : R+1+combles sans encuvement pour lhabitat individuel et lhabitat intermdiaire, et jusqu R+2+combles avec encuvement pour le petit collectif. Les toitures vgtalises en seront exclues pour favoriser les liens paysagers et visuels avec les quartiers pavillonnaires adjacents.

    Bien videmment les constructeurs sont invits crer des dveloppements urbains par degrs successifs en vitant les ruptures de hauteur et de gabarit.

    La zone 1AU3 ddie pour lessentiel lhabitat individuel pourra admettre des hauteurs maximales correspondant du R+1+combles et la construction de terrasses vgtalises sera possible.

    Dans les secteurs rsidentiels on a rglement les hauteurs des annexes lhabitation, abris de jardin, serres de jardin, locaux pour les vlos, 3 m maximum (en rapport lemprise au sol limite 15 m2), afin de ne pas voir ce type de construction se transformer au fil du temps en habitation non autorise.

    Le secteur AUco, la hauteur maximale est plafonne 12 m avec possibilit de dpassement pour les lments techniques et fonctionnels des constructions.

    De mme, les quipements publics pourront atteindre la hauteur de 12 m.

    On rappelle, qu part cet enjeu sur les hauteurs dont le respect permettra de conserver une certaine unit urbaine et paysagre, la commune na pas la volont de prtendre une rglementation trop rigoureuse plus adapte des villages caractre historique.

    Page 20 / 22

    document 1 (20 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 20 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    9. Annexes

    9.1. Annexe 1 : Extraits du code de lurbanisme

    9.1.1. Article L101-1Cr par ORDONNANCE n2015-1174 du 23 septembre 2015

    Le territoire franais est le patrimoine commun de la nation. Les collectivits publiques en sont les gestionnaires et les garantes dans le cadre de leurs comptences. En vue de la ralisation des objectifs dfinis l'article L. 101-2, elles harmonisent leurs prvisions et leurs dcisions d'utilisation de l'espace dans le respect rciproque de leur autonomie.

    9.1.2. Article L101-2Modifi par LOI n2016-925 du 7 juillet 2016 - art. 105

    Dans le respect des objectifs du dveloppement durable, l'action des collectivits publiques en matire d'urbanisme vise atteindre les objectifs suivants :

    1 L'quilibre entre : a) Les populations rsidant dans les zones urbaines et rurales ; b) Le renouvellement urbain, le dveloppement urbain matris, la restructuration des espaces urbaniss, la revitalisation des centres urbains et ruraux ; c) Une utilisation conome des espaces naturels, la prservation des espaces affects aux activits agricoles et forestires et la protection des sites, des milieux et paysages naturels ;d) La sauvegarde des ensembles urbains et la protection, la conservation et la restauration du patrimoine culturel ;e) Les besoins en matire de mobilit ;

    2 La qualit urbaine, architecturale et paysagre, notamment des entres de ville ;

    3 La diversit des fonctions urbaines et rurales et la mixit sociale dans l'habitat, en prvoyant des capacits de construction et de rhabilitation suffisantes pour la satisfaction, sans discrimination, des besoins prsents et futurs de l'ensemble des modes d'habitat, d'activits conomiques, touristiques, sportives, culturelles et d'intrt gnral ainsi que d'quipements publics et d'quipement commercial, en tenant compte en particulier des objectifs de rpartition gographiquement quilibre entre emploi, habitat, commerces et services, d'amlioration des performances nergtiques, de dveloppement des communications lectroniques, de diminution des obligations de dplacements motoriss et de dveloppement des transports alternatifs l'usage individuel de l'automobile ;

    4 La scurit et la salubrit publiques ;

    5 La prvention des risques naturels prvisibles, des risques miniers, des risques technologiques, des pollutions et des nuisances de toute nature ;

    6 La protection des milieux naturels et des paysages, la prservation de la qualit de l'air, de l'eau, du sol et du sous-sol, des ressources naturelles, de la biodiversit, des cosystmes, des espaces verts ainsi que la cration, la prservation et la remise en bon tat des continuits cologiques ;

    7 La lutte contre le changement climatique et l'adaptation ce changement, la rduction des missions de gaz effet de serre, l'conomie des ressources fossiles, la matrise de l'nergie et la production nergtique partir de sources renouvelables.

    Page 21 / 22

    document 1 (21 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 21 sur 84.

  • Plan Local dUrbanisme de LABELLEVILLE Extrait du rapport de prsentation

    9.2. Annexe 2 : Photos illustratives

    Vue rapproche de la commune au

    Nord-Ouest

    Vue sur lenvironnement

    immdiat au Nord-Ouest

    Page 22 / 22

    document 1 (22 sur 22)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 22 sur 84.

  • Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 23 sur 84.

  • LessentielLa densit urbaine

    mai 2010

    La prise de conscience des dysfonctionnements gnrs par ltalement urbain a ramen la question de la densit au centre du dbat sur la ville et ses formes urbaines.

    De nombreux facteurs amnent, aujourdhui, poser le dbat sur la densit, en termes renouvels : la mise en oeuvre du Grenelle de lEnvironnement avec le plan ville durable, la lutte contre le rchauffement climatique et la recherche dun nouveau modle de dplacements substituer au tout voiture, ainsi que lide dun nouveau contrat social reposant sur la mixit de lhabitat et la diversit des fonctions urbaines sont des objectifs poursuivre dans le cadre de laction publique. En!n la hausse vertigineuse des prix des

    terrains pousse optimiser les ressources foncires.

    Refaire la ville sur la ville suppose un certain niveau de densit. Comment alors surmonter les obstacles dordre psychologique pour arriver d!nir une densit dsirable et rendre acceptable

    lide quune ville dense peut aussi correspondre un cadre de vie de qualit ?

    La densit a mauvaise presse car elle fait rfrence lurbanisme des grands ensembles. Les tours et les barres sont souvent dnonces par les habitants comme appartenant des quartiers trop denses, sans quils le soient en ralit. Cette densit urbaine est ressentie comme oppressante, alors quelle est nettement infrieure la densit bien relle des centres historiques.

    Dautres facteurs de perception sociaux, culturels, contextuels, ... comme limage de la ville ou du quartier, la mixit fonctionnelle, la place du vgtal, le climat social local, lanimation et lambiance urbaine, ... sont dterminants dans lapprciation dun lieu et de son urbanit.

    Il convient donc de dpasser ces prjugs et les ides reues pour r"chir aux vertus de la densit. Tel est lobjectif de cette !che synthtique et pdagogique qui red!nit le terme de densit et

    argumente sur les principaux avantages dune ville dense.

    Certu - Dpartement Urbanisme Habitat1

    Promouvoir une ville durable

    document 3 (1 sur 6)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 24 sur 84.

  • Cit jardinMaison de ville

    5 20 40

    Pavillonnaire diffus

    Densit urbainenbre de logts/hectare

    Un plan de composition urbaine bien inserr

    La qualit du traitement des espaces publics ...

    Lotissement pavillonnaire

    Un projet urbain adapt au territoire

    contexte donn, densits adaptes. Il ny a pas de densit urbaine ida-le mais des densits adaptes selon les contextes et, par l mme, acceptes par les habitants et les futurs acqureurs au regard des fonctions, des for-mes et des ambiances urbaines proposes.

    Pas de qualit urbaine sans densit minimale. La densit est mesu-rable mais elle ne doit pas tre aborde comme une donne quantitative. Toujours associe des objectifs de qualit en matire de formes urbaines, elle sinscrit ncessairement dans une dmarche de projet qui sait proposer la bonne mesure entre espace bti et non bti.

    contextes urbains divers, densits diverses. Il nexiste pas de ville idale. Il ne saurait donc tre question

    de modles. Un projet urbain de qualit tient dabord compte du contexte. La relation entre les pleins et les vides, la question de la place du vgtal, lorganisation des circulations, la loca-lisation des espaces de rencontre, sont autant dlments lier au contexte, quil convient din-tgrer dans le projet de composition urbaine, et qui demandent tre raliss par des profes-sionnels comptents.

    Pas de densit sans espace public de qualit. Espaces publics, es-paces privs, espaces de transitions, ... le tissu urbain est riche de la diversit des statuts des es-paces qui le compose. Plus les espaces sont d-!nis, plus il sera possible dobtenir une utilisation

    optimale de lespace. Aussi il existe bien un seuil de densit autorise qui justi!e des cots dqui-pements et de services urbains performants.

    Habitat individuel et urbanit, un objectif accessible par la densit. Faire dense, ce nest pas nces-sairement faire du collectif : maison de ville, immeuble-villa, habitat intermdiaire, maison su-perpose, ... constituent un large panel de formes urbaines dont les qualits urbaines et rsidentiel-les avres offrent une densit signi!cative. Face

    au rve pavillonnaire, ces produits se doivent dtre attractifs. Pour cela, il y a ncessit din-nover dans la conception mme des logements, mais aussi dans la capacit agencer diffrents produits au sein dune mme opration. Il ne

    sagit pas de sopposer la maison individuelle, mais seulement dtendre la libert de choix pour des familles dont les modes de vie voluent rapi-dement, et qui faute de choix vont dans le pri-urbain.

    La densit urbaine est un rapport entre un indicateur statistique et une surface, qui peut se mesurer, selon :

    la densit humainenombre dhabitants au kilomtre carr

    la densit de logements nombre de logements lhectare

    la densit du bti nombre de mtres carrs de surface construite par hectare

    2

    document 3 (2 sur 6)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 25 sur 84.

  • 120

    Habitat intermdiaire

    70

    Maison en bandeCentre bourgGrand ensemble

    Il nexiste pas de rapport entre densit et types dhabitat

    La densit ne dtermine pas la forme urbaine. Ainsi sur une mme surface, plusieurs formes urbaines peuvent rendre compte dune mme densit.

    La densit ncessaire la qualit urbaine ...

    ... mais aussi la qualit du traitement des

    espaces de transition

    Des alternatives de dplacements possibles

    au tout voiture ...

    Des politiques publiques qui luttent contre les excs de la ddensi cation. Les pouvoirs publics ont toujours combattu la tendance naturelle des constructions se regrouper, pour mieux lutter contre les incendies, faciliter la circulation ou am-liorer les conditions dhygine. A la !n du XIXe et au XXe sicle, la dynamique sest inverse. Les villes se sont tales rapidement, avec le dveloppement des infrastructures et laccs lautomobile. De fait aujourdhui les politiques publiques essayent de lut-ter contre les excs de cette ddensi!cation.

    Des communes priphriques domines par le modle de la maison individuelle. Soucieuses de construire davantage en harmonie avec le cen-tre-bourg, pour prserver leur identit locale, ces communes cherchent nouveau requali!er

    leur centre, attirer les commerces et diversi!er

    loffre de logements, pour prendre en compte les besoins des jeunes, des personnes ges et des familles monoparentales par exemple. Elles souhaitent que lurbanisme noblige pas les ha-bitants prendre leur voiture pour le moindre dplacement et favorise la desserte par les trans-ports en commun, voire de nouveaux services (covoiturage, autopartage, transport la deman-de, etc). Lide de redensi!er les villes et villages

    peut simposer pour rpondre aux nouveaux be-

    soins et problmes engendrs par la priurbanis-tion. Cette densi!cation saborde avec prudence,

    pour viter les erreurs du pass et essayer de gar-der les avantages du cadre de vie de la maison individuelle laquelle aspirent 80% des mnages franais. Mais jusquo peuvent aller les effets dune politique locale dhabitat plus dense ? Peut-elle vraiment modi!er la faon de se dplacer,

    limiter ltalement urbain, conomiser lnergie, et renforcer les liens sociaux ? Au-del des effets locaux et ponctuels, la densit voque aussi des interrogations implicites qui font dbat.

    La!densi cation!ne!doit!pas!tre!un but en soi. Il faut bien dterminer au service de quel objectif on veut densi!er une

    opration de construction et se dire que cela ne rglera pas tout. Les objectifs relatifs lcono-mie du foncier, la sauvegarde du paysage ou lquilibre dmographique sont plus consensuels parce quils peuvent assez facilement tre mis en uvre. Ceux relatifs aux missions de CO2, aux dplacements, aux conomies ou ltalement urbain sont beaucoup plus complexes et dpen-dent de chaque cas particulier.

    Concilier les aspirations indivi-duelles et les proccupations collectives. Une maison avec un jardin, un accs rapide aux ples demploi, une qualit de

    3

    document 3 (3 sur 6)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 26 sur 84.

  • 500 ...230

    Centre ville dagglomration

    Habitat collectif

    Vers une diversit des formes dhabitat dense

    individualis ...

    Une conception qui pousse linnovation ...

    La densit nest pas synonyme de tours et de barres ...

    La densit nest pas toujours l o lon pourrait lattendre. Les tours et les barres souvent dnonces par les habitants comme appartenant des quartiers trop denses, en ra-lit ne le sont pas.En effet, la conjonction de plusieurs facteurs : parti pris damnage-ment, expression architecturale, forme identique et standardise de lhabitat, absence de rseau viaire structurant, non quali!cation et trai-tement indistinct des espaces libres, abandon des services de proximit, concentration dune mme catgo-rie de population, ... gnrent un sentiment de mal-tre. Oppresss par la hauteur des b-timents et le regroupement impor-tant de logements par immeuble, les habitants ont un sentiment de resserrement impos et dnoncent une densit excessive, qui dans les faits nexiste pas ...

    Lhabitat dense individualis

    vie alliant services et commerces de proximit, mais aussi la possibilit de personnaliser et de fai-re voluer sa maison, tels sont les critres recher-chs, par des familles qui font le choix dacqurir une maison dans le pri-urbain. La question de la densit est dif!cilement apprciable pour des

    communes qui ont bti leur dveloppement sur le seul mode de la maison individuelle. Or pas-ser simplement de maisons individuelles R+1 des constructions en R+2 alignes sur des limites parcellaires, permettrait de produire trois cinq fois plus dense que le modle pavillonnaire. Face ce constat, il ne sagit pas de parler de quan-tit de logements, mais simplement dvaluer les contreparties que peut offrir la densit, en terme de qualit de cadre de vie pour les habitants.

    Densi er! pour! prserver! la!qualit de vie. La densit doit senvisa-ger avec une qualit plus grande de lamnage-ment et de larchitecture. La production standar-dise de pavillons est rarement compatible avec plus de densit. En revanche un amnagement des espaces collectifs et une conception des logements adapts un contexte, permettent dlever la densit tout en valorisant le cadre de vie. Faire dense, cest possible, la condition de sinscrire dans la logique du territoire daccueil, et de se donner les moyens de crer une offre varie dhabitat.

    Des moyens et des pistes dactions ... Vers un habitat dense individualis : loin des solutions rptitives du modle pavillonnaire du pri-urbain, les oprations dhabitat group sont lopportunit de faire plus dense. A densit plus leve, habitat intermdiaire, maisons de ville ou maisons groupes rpondent la fois au d-sir dautonomie et de confort individuel, tout en favorisant une optimisation foncire et un rap-prochement des ples de vie existants. Le d-veloppement de cet habitat suscite de nouvelles possibilits doptimisation foncire et de densi!-cation en renouvellement urbain. Vers un traitement qualitatif des vides : le traitement des espaces extrieurs, publics ou privs, permet dattnuer limpression de densit. Places, promenades, jardins, rues, venelles, ... constituent larmature qui assure les continuits urbaines avec lenvironnement existant, confor-tant ainsi ce sentiment durbanit. Vers une attention porte aux prolongements

    des logements : patio, terrasse, rez-de-jardin, logias, ... participent au sentiment de confort et de polyvalence de lhabitat. Cette dilatation de lespace priv, au sein dune densit urbaine, agrmente la vie quotidienne et permet de mieux accepter la proximit dun voisinage, tout en pr-servant le dsir dintimit et dindividualit tant recherch.

    4

    document 3 (4 sur 6)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 27 sur 84.

  • 0,51 ha 68

    133 5 650 m2

    1,1R+3

    surface du terrain

    logements

    nbre de logts/ha

    SHON

    densit btie

    nbre de niveaux

    1,8 ha 118

    6511 500 m2

    0,63 R+2

    surface du terrain

    logements

    nbre de logts/ha

    SHON

    densit btie

    nbre de niveaux

    centre dagglomration

    centre bourg

    habitat intermdiaire

    habitat individuel group

    3,5 ha 38 11

    4 200 m2

    0,12 R+1

    surface du terrain

    logements

    nbre de logts/ha

    SHON

    densit btie

    nbre de niveaux

    pri-urbain habitat individuel

    10 ha 573

    5841 000 m2

    0,41R+5

    surface du terrain

    logements

    nbre de logts/ha

    SHON

    densit btie

    nbre de niveaux

    grand ensemble habitat collectif

    Densit compare4 typologies dhabitat Le choix de la typologie dhabitat ninduit pas un choix de densit ...

    La densit nest ni une norme, ni un outil de projet, mais une valeur fondamentalement lie aux contextes, quil faut dfendre.

    5

    Crdits photographiques : photos issues pour partie de louvrage Pour un habitat dense individualis - dition Certu

    vues ariennes extraites de la base : protocole - MEEDDM MAP - IGN du 24 juillet 2007

    document 3 (5 sur 6)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 28 sur 84.

  • 10 000 Hab. Nombre dhabitants en dessous duquel se situent les trois quarts des agglomrations franaises. 55/45 Proportion de surface construite chaque anne en logements dun ct et en activits de lautre. Cest aussi approximativement la proportion des mnages franais qui habitent soit en maison individuelle, soit en collectif.

    20% Proportion dhabitants qui vivent en France dans des communes priurbaines.

    2/3 Part de la production de maisons individuelles isoles qui se situent dans des communes rurales. Part consquent, 30 % se construisent dans des communes urbaines.

    Proportion de la production de maisons individuelles isoles construites en diffus, en dehors de toute procdure damnagement, pas mme en lotissement.

    1/6 Part de logements individuels groups dans lensemble de la construction rcente de logements individuels.

    Revenu mensuel moyen dun mnage accdant la maison individuelle, hors prestations familiales.

    1200 m2 Surface moyenne des terrains vendus pour raliser des maisons individuelles. 1400 m2 pour les maisons isoles (conues une par une avec chaque acqureur), 800 m2 pour les maisons groupes (conues par un promoteur).

    130 000 e Prix de vente moyen TTC dune maison individuelle neuve de 120 m2 en moyenne, hors terrain. La moiti de ces maisons se vendent aux alentours de 100 000 euros.

    15 000 e Cot damnagement moyen, en quipement (voirie et rseaux) jusqu lentre de chaque parcelle, dans un lotissement.

    10 chiffres repres + Quizz en annexe

    La construction de logements en 2008(en millions de m2 SHON)source : Soes

    10 000 hab

    55/45

    20 %

    70 %

    3/4

    1/6

    2 000

    1 200 m2

    130 000

    15 000

    Certu Centre dtudes sur les rseaux,

    les transports, lurbanisme et

    les constructions publiques9, rue Juliette Rcamier

    69456 Lyon Cedex 06

    Tl. : 04 72 74 58 00Fax : 04 72 74 59 00

    www.certu.fr

    La r

    epro

    duct

    ion

    tota

    le o

    u pa

    rtie

    lle d

    u do

    cum

    ent d

    oit

    tre

    soum

    ise

    la

    ccor

    d pr

    ala

    ble

    du C

    ertu

    6

    Contacts : [email protected] / [email protected]

    Individuels purs22,4 millions de m2 soit 164 000 logements

    Collectifs (y compris rsidences)

    12,2 millions de m2 soit 170 000 logements

    Individuels groups4,8 millions de m2

    soit 48 000 logements

    document 3 (6 sur 6)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 29 sur 84.

  • adre`J`J`bqb Les outils de laction foncire 65

    ~

    r~

    e~~

    ~ `

    `bqb`Les outils de

    laction foncire ~ O M M S

    i ~ ~ Ebmc ~F

    aLtablissement public foncier dtat est un tablisse-ment caractre industriel et commercial (EPIC), dont lobjet et la forme sont dfinis par larticle L 321-1 et suivants du code de lurbanisme modifi par la loi de programmation pour la cohsion sociale.

    Son statut de personne morale lui confre une auto-nomie juridique et financire. En tant qutablisse-ment public dtat il est soumis au contrle de la cour des comptes.

    Aucune disposition du code de lurbanisme ne dfi-nit le primtre dintervention des EPF dtat. Nanmoins aujourdhui dans la pratique, la plupart ont un primtre lchelle rgionale.

    i Larticle 94 de la loi de programmation pour la co-hsion sociale, qui modifie les articles L321-1 9 du code de lurbanisme, prcise les missions des EPF dtat, en les circonscrivant lintervention fon-cire, les distinguant ainsi des tablissements pu-blics damnagement (EPA).

    Ainsi, les EPF dtat crs sont comptents pour raliser ou faire raliser pour leur compte ou celui de ltat, dune collectivit ou dun autre tablisse-ment public, les acquisitions foncires et les op-rations immobilires et foncires de nature faciliter lamnagement ultrieur du terrain.

    Cette mission prend quatre formes principales :

    le rle de conseil, dingnierie et dexpertise ; lacquisition de terrains par diffrentes voies (gr gr, premption, expropriation) ; la remise en tat de sites (dmolitions, dpollu-tions, prverdissement) ; la cession des biens aux porteurs de projets.

    Les EPF dtat ont vocation agir sur les territoires fort enjeu en terme damnagement du territoire. Ils servent mobiliser du foncier au profit des projets damnagement. La loi de programmation pour la co-hsion sociale contribue renforcer leur stabilit juridique et financire.

    Textes de rfrence : Code gnral des impts (CGI) : Art. 1607 ter. Code de lurbanisme : Art. L321-1 L321-9 ; L300-1

    Loi n2005-32 du 18 janvier 2005, loi de programmation pour la cohsion sociale : Art. 94 et 97

    Ces acquisitions et oprations sont ralises dans le cadre de programmes pluriannuels dinterven-tion (PPI), qui dterminent les objectifs dacquisi-tions destins notamment :

    - la ralisation de logements locatifs sociaux, (ceci en tenant compte des priorits dfinies dans les Programmes Locaux de lHabitat) ;

    - mais aussi la production de foncier pour lac-tivit, pour les quipements collectifs, etc.

    Larticle 94 conforte les EPF dtat dans leur rle doprateur foncier, en excluant la mission damnagement. Les EPF antrieurs la loi de pro-grammation pour la cohsion sociale, qui nont pas modifi leurs statuts, peuvent nanmoins continuer exercer des missions damnagement qui restent marginales par rapport lessence mme de leur mission dintervention foncire.

    p~ bmc ~i ~ ~LEPF est cr par dcret en conseil dtat aprs avis (art. L321-3 CU) : - des conseils rgionaux et gnraux ; - des organes dlibrants des EPCI comptents en

    matire damnagement de lespace communau-taire, dquilibre social de lhabitat et de dvelop-pement conomique ;

    - des conseils municipaux des communes de plus de 20 000 habitants non-membres dun EPCI.

    Lavis est rput favorable sil nest pas mis dans un dlai de 3 mois. Le dcret de cration de ltablisse-ment dtermine sa zone dintervention.

    s ~ W

    - PN Wi ~ ~ EbmciF

    c f`eb PM

    > ` OMMSLVM

    c PM i ~ ~ Ebmc ~F

    document 4 (1 sur 2)

    Examen professionnel ITPE - session 2017 - page 30 sur 84.

  • 66 adre`J`J`bqb Les outils de laction foncire

    Cete

    Centres dtudes Techni-ques de lquipement Certu

    Centre dtudes sur les rseaux, les transports, lurbanisme et les construc-tions publiques 9, rue Juliette Rcamier 69456 Lyon Cedex 06 Tel : 04 72 74 58 00 Tlcopie : 04 72 74 59 00 www.certu.fr DGUHC

    Direction gnrale de lUr-banisme, de lHabitat et de la Construction Arche sud 92055 La Dfense Cedex Tel : 01 40 81 21 22 Tlcopie : 01 40 81 91 40 www.logement.equipement.gouv.fr

    Historiquement, les EPF dtat taient crs, l o taient identifis des enjeux forts pour ltat au titre de lamnagement du territoire (reconversion de bassins miniers du Nord et de lEst par exemple).

    i bmc ~ Actuellement, il existe cinq EPF dtat sur le terri-toire national :

    - ltablissement public de Normandie (1968) ;

    - lEPF Lorraine (1973) ;

    - lEPF Nord-Pas-de-Calais (1990) ;

    - lEPORA-tablissement Public de lOuest Rhne-Alpes (1998) ;

    - lEPF PACA (2001).

    Les volutions de la loi de programmation pour la cohsion sociale

    Ces derniers pourront ainsi choisir de conserver leurs statuts ou dadopter le nouveau cadre dfinit par la loi. Les modifications interviendront alors sur les trois champs :

    le choix dun EPF avec uniquement une mis-sion de portage doprations foncires ;

    le montant de la taxe spcifique dquipement (TSE) plafonne 20 euros par habitant ;

    la rfrence systmatique aux objectifs dfinis dans les PLH.

    ci~~Le dcret de cration fixe : - la composition du conseil dadministration (selon

    larticle L321-6 du code de lurbanisme, la moiti des administrateurs au moins sont issus des collectivits territoriales ou/et de ses groupements ; dans la pratique, le conseil dadministration comprend des reprsentants des collectivits territoriales et des chambres consulaires, mais non de ltat) ;

    - le mode de dsignation du prsident (lu parmi les administrateurs), du directeur (nomm par arrt du ministre en charge de lurbanisme, aprs consultation du prfet de rgion et du prsident du conseil d'administration) et leurs pouvoirs respectifs.

    Le conseil dadministration dfinit les orientations de lEPF, vote le budget, autorise les emprunts, ap-prouve le compte financier et les conventions pas-ses avec les collectivits. Le directeur prpare et excute les dcisions du conseil dadministration. Il est aussi lordonnateur des dpenses et des recettes de ltablissement.

    Les prfets de rgion et des dpartements assistent de droit aux sances du conseil dadministration, mais ne participent pas aux votes. Le prfet de rgion assure la tutelle de ltablissement.

    i ~Les EPF peuvent disposer des sources de finance-ment suivantes :

    la taxe spciale dquipement (TSE) perue sur le territoire de rfrence : maximum de 20 par habitant, plafond unique pour lensemble des EPF nouvellement crs (art. 1607 ter CGI) ;

    les contributions de ltat, des collectivits terri-toriales, dtablissements publics et dautres per-sonnes morales ;

    les produits de gestion et de cession des biens foncier et immobiliers ;

    les emprunts, les subventions et les produits de dons et de legs.

    Le rle des EPF dtat se trouve raffirm avec laugmentation consquente de leur plafond de res-sources fiscales pour la TSE. Il a t port 20 par habitant du territoire de comptence, alors quil se situait auparavant entre 1,35 et 5,23 pour les EPF crs avant la loi de programmation pour la cohsion socia