maisons d’accompagnement -...

of 18 /18
Maisons d’Accompagnement Parents Enfants (MAPE) RAPPORT D’ACTIVITE 2 0 1 6

Author: trinhkhanh

Post on 16-Sep-2018

220 views

Category:

Documents


0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Maisons dAccompagnement

    Parents Enfants (MAPE)

    RAPPORT DACTIVITE 2 0 1 6

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 3

    Maisons dAccompagnement Parents Enfants (MAPE) Foyers Maternels Le Bief & Clairefontaine

    CONTACT : ACCES :

    Maisons dAccompagnement Parents Enfants

    Foyer maternel Clairefontaine et administration

    23 rue Boris Vild, 92260 Fontenay-aux-Roses Tl : 01 46 01 54 70 Fax : 01 46 01 54 81

    [email protected] Foyer maternel Le Bief

    4 rue du Moulin, 92160 ANTONY Tlphone : 01 46 68 81 48 Fax : 01 46 66 83 40

    [email protected]

    RER B - Direction Robinson. Arrt Fontenay-aux-Roses. Bus : 194. Direction Chatenay-Malabry. Arrt Jean Jaurs-Carnot Autobus : ligne 197 - Paris : Porte dOrlans. Arrt Mouni R.E.R. B4 -Direction St-Rmy-ls-Chevreuse Gare dAntony

    ACCUEIL :

    de 55 femmes mineures ou majeures, enceintes, ou mres avec un ou deux enfants de moins de 3 ans, Antony, Colombes et Fontenay-aux-Roses.

    Accueil collectif de 17 familles

    Service Internat Mre Enfant (SIME) Antony, Foyer maternel Le Bief. 8 mres mineures ou jeunes adultes avec un enfant.

    Foyer Maternel Educatif (FME) Fontenay-aux-Roses, Foyer maternel Clairefontaine. 9 mres mineures ou jeunes adultes avec un ou deux enfants.

    Accueil individualis en appartements de 38 familles

    Service Appartement Mre Enfant (SAME) Antony, Foyer maternel Le Bief. 15 jeunes femmes avec un ou deux enfants.

    Service dAccompagnement Individualis (SAI) Fontenay-aux-Roses (11 places) et Colombes (12 places), Foyer maternel Clairefontaine. 23 jeunes avec un ou deux enfants.

    Accueil des enfants en journe

    Espace Petite enfance (EPE) Antony pour 12 enfants accueillis avec leur mre au foyer maternel Le Bief.

    Espace Multi-Accueil (EMA) Fontenay-aux-Roses pour 15 enfants accueillis avec leur mre au foyer maternel Clairefontaine et halte-garderie pour 5 enfants extrieurs ltablissement.

    Assistantes maternelles agres Antony, Fontenay-aux-Roses et Colombes.

    MISSION : Dans son projet, les MAPE mettent en uvre des missions dducation, de protection, de prvention, de soutien la fonction parentale et dinsertion.

    mailto:[email protected]

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 4

    - Education

    des enfants, des mineures, des jeunes adultes dans les lieux daccueil collectifs ou individualiss,

    des enfants dans les crches collectives ou par les assistantes maternelles.

    - Protection

    physique et morale des enfants, notamment en veillant garantir le maternage ncessaire au tout-petit,

    physique et morale des adolescentes et femmes accueillies.

    - Prvention

    des consquences dune possible altration du lien mre-enfant, par le

    soutien aux femmes isoles, par laccompagnement de la femme qui vient

    daccoucher.

    par le soutien la fonction parentale (maternelle, paternelle), aux liens

    intrafamiliaux et avec le compagnon.

    - Insertion

    socioculturelle (intgration des codes sociaux), socioprofessionnelle

    (soutien du projet professionnel et scolaire) et prparation du dpart vers

    un logement.

    AGREMENT HABILITATION : Aide Sociale lEnfance Protection Maternelle et Infantile

    STRUCTURE : Directeur : Thierry SIMON

    Directrice adjointe : Hamida BENKHELFALLAH

    Chefs de service ducatif :

    SIME et EPE : Dominique BOUFFLERD (Mme)

    SAI : Batrice MINGOTAUD

    FME : Stphanie ORINEL

    Coordonnatrice SAME : Adrienn JAVOR

    Responsable de lEspace Multi-Accueil : Valrie BERTRAND

    Services ducatifs et insertion : ducateur(trice)s spcialis(e)s, assistante sociale.

    Petite enfance : ducateur(trice)s de jeunes enfants, auxiliaires de puriculture, agent daccompagnement petite enfance, assistantes maternelles.

    Service mdical et suivi psychologique : mdecins (rfrents des crches), infirmires, psychologues. Convention avec PPUMMA, Unit de Psychiatrie Prinatale dUrgence Mobile en Maternit de lhpital ERASME.

    Service administratif : secrtaires de direction, secrtaires, conomes, adjointes dconomat.

    Services gnraux : matresses de maison, surveillant(e)s de nuit, agents de service intrieur, hommes dentretien.

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 5

    Crer la forme pour travailler le fond Thierry SIMON - Directeur

    Renforcer les fondations, crer des formes souples

    Crer une forme indite partir de deux entits historiques est un cumul doprations contradictoires dont le rsultat arithmtique est absurde : 1+1=1. Additions de comptences et soustractions de procdures quand il nen faut quune, cration dune nouvelle partir de deux autres devenues obsoltes... Si les MAPE ont t cres en janvier 2015, lanne 2016 leur a permis dacqurir une plus grande fluidit de fonctionnement. Un nouvel tablissement, encore plus quand il prolonge des histoires longues et parallles, est une cration pour laquelle il faut imposer loubli de certaines pratiques et tout rinventer. Linstrument administratif a t consolid par la finalisation des fiches de postes des diffrents agents, la vrification de la pertinence des procdures imagines et la mise en uvre dajustements ncessaires. Au-del de la construction fonctionnelle, 2016 a t lanne de consolidation du lieu daccueil unique avec la poursuite de llaboration des outils de la loi du 2 janvier 2002. Cette contrainte lgale est instrumentalise comme modalit de travail collectif pour permettre lappropriation du projet dtablissement par les professionnels. Le temps dlaboration est plus important que la finalisation dun outil conforme, mme sil doit devenir un outil fdrateur pour ceux qui mettent en uvre le projet auprs des familles. Le rglement de fonctionnement en particulier a fait lobjet dun travail transversal dterminant ; il devait sinspirer des rglements en vigueur dans les tablissements dorigine et acter des remises en causes importantes des rgles de vie proposes aux familles. Reste concevoir le livret daccueil - ce qui revient traduire en livret, laccueil tel quil se fait, et ensuite le mettre en musique -, pour conclure cette longue phase de construction, de mise en conformit et de redfinition des pratiques ducatives : de llaboration du projet partir doctobre 2013 la fusion dans les MAPE des deux foyers maternels en janvier 2015, jusqu la rdaction des rglement de fonctionnement, contrat de sjour et DIPC fin 2016, et enfin ldition du livret daccueil au printemps 2017.

    Et pendant ce temps de structuration, il fallait concevoir une forme suffisamment souple et susceptible dintgrer les volutions incontournables en rflexion, la baisse du nombre de demandes dadmission constate interrogeant le foyer maternel dans sa capacit rpondre aux besoins dun public lui-mme en volution.

    Ouverture de la halte-garderie Clairefontaine Fontenay-aux-Roses

    A Fontenay-aux-Roses, louverture de places de halte-garderie pour des enfants extrieurs au foyer maternel sest ralise en septembre 2016. Outre les objectifs de mixit sociale et dinclusion de ltablissement dans le tissu local, cette ouverture devait procurer une ressource pour prserver deux modes daccueil des enfants en journe : en crche collective dune part et dautre part, par des assistantes maternelles salaries de ltablissement qui accueillent une partie des enfants du Service dAccompagnement Individualis.

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 6

    Pour oprer cette (r)volution culturelle dans une institution au fonctionnement historiquement autarcique, il aura fallu beaucoup de temps : celui du dpassement des maladies infantiles des tablissements en construction, celui de la stabilisation dune quipe cre de toute pice, celui de la structuration, celui de lmergence du dsir partag que ce projet se ralise, et enfin celui de la mise en place technique, rglementaire, informatique et comptable de la halte-garderie en lien avec les services de la CAF. Ceux-ci ont accept de considrer la crche du foyer maternel comme une crche atypique, statut qui permet dassouplir les exigences de frquentation par rapport une crche normale. Nous avons sign une convention pour que les familles bnficient de la PSU, prestation de service unique. Le service administratif et la responsable de lEMA ont appris travailler avec NO, logiciel qui comptabilise les heures de prsence des enfants et permet de facturer, et rendre compte de lactivit auprs de notre nouveau partenaire la CAF. Il fallait aussi repenser les modalits de participation des familles du foyer maternel puisque tous les enfants sont considrs selon les mmes modalits...

    Lquipe de la crche a trouv rapidement la bonne distance avec des parents usagers et payeurs du prestataire de service que nous sommes, en mme temps quils sont demandeurs dune attention particulire pour leur enfant bien sr et aussi pour eux-mmes, ne ddaignant pas les propositions de conseils et dchanges. Quant aux enfants dici ou dailleurs, il faut les connaitre pour les distinguer, leur cohabitation nest mme pas une question. Seule halte-garderie dans la ville de Fontenay-aux-Roses, elle a rencontr rapidement son public puisque 12 enfants occupant les 5 places permanentes sont arrivs en quelques semaines, 15 demandes nayant pu tre satisfaites. Le service administratif des MAPE doit absorber un travail supplmentaire consquent pour permettre cette gestion, il sy est attel avec toute lnergie ncessaire. En quelques mois, lquipe administrative et celle de lEMA sont parvenus une bonne matrise des contraintes et des outils. Mentionnons pour tre complet le travail des professionnels de laccueil qui personnalisent larrive de chaque enfant et parent. Six mois dexprimentation nautorisent pas les conclusions dfinitives mais on peut dores et dj constater les effets positifs que cette cration produit dans ltablissement, avec, circulant dans les locaux, des parents diffrents de ceux du foyer maternels, avec des pres en plus grand nombre, une nergie nouvelle et une relle ouverture que tous les professionnels apprcient.

    Travaux et dtails qui comptent

    Au foyer maternel Le Bief Antony, il tait temps dengager des travaux dans les espaces de vie par la rnovation de la salle manger, de la cuisine professionnelle et par la cration dune cuisine pdagogique. Il sagissait damliorer les conditions daccueil des familles avec un meilleur confort pour les mres et leurs enfants et simultanment les conditions du travail ducatif. La salle manger tait particulirement sonore et les conditions de prise du repas des familles taient insatisfaisantes, dans le bruit gnrateur dexcitation. Le travail sur lacoustique a t particulirement soign avec le choix de matriaux aux proprits absorbantes optimales. La pice a une apparence proche de ce que lon peut concevoir

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 7

    dans un habitat personnel : sol imitation parquet, deux couleurs sur les murs, clairage moins basique. Les lampes fixes sur les retombes du plafond produisent un clairage indirect pour que les bbs allongs naient pas la lumire dirige vers les yeux. Une cuisine pdagogique a t installe pour permettre lorganisation dateliers autour de lalimentation, la dittique, lducation au got. Elle est un outil ducatif et non une alternative la cuisine professionnelle puisque les repas sont toujours livrs par un prestataire. Mise aux normes HACCP, la cuisine professionnelle offre de meilleures conditions dhygine et de travail avec la pose dun robinet infra-rouge, dun plan de travail en inox, linstallation dun siphon central pour lvacuation de leau par le sol, etc. Si ce sont des dtails, ils comptent pour beaucoup dans la qualit de laccueil propos, dans la vie quotidienne. En installant des cimaises sur les murs, la salle manger peut tre un espace dexposition pour des crations internes ou laccrochage duvres proposes par dautres services des MAPE ou de lAVVEJ.

    Les bbs doivent-ils modrer leurs revendications ?

    Nous constatons depuis plusieurs annes une baisse rgulire du nombre de demandes dadmission (340 en 2014, 170 en 2016) et notamment en provenance des Hauts-de-Seine, dpartement tarificateur (de 90 32). Le niveau dactivit des MAPE avec le 92 est maintenant infrieur au tiers de son activit totale et il nest plus le dpartement dont les familles sont les plus nombreuses. Les besoins pour un mode daccompagnement par une structure de type foyer maternel avec prise en charge des enfants en journe, et avec le plateau technique que ce travail suppose, seraient donc en diminution. En apparence, cela semble une vidence mais ce nest quune partie du constat qui en comporte une autre : les familles que nous accueillons ont toute leur place dans un dispositif tel que les MAPE, dont le type de prestation quelles proposent rpond des besoins de prvention et de protection de lenfant. Les MAPE en tant que foyer maternel sont une rponse pertinente et ncessaire des problmatiques particulires.

    Mais le prix de journe de ltablissement est lev ou estim tel bien quil soit comparable celui de foyers maternels conus sur un modle proche, celui des autres foyers des Hauts-de-Seine, et sans doute moins lev que celui du foyer maternel dpartemental.

    Son montant sexplique essentiellement parce que nous proposons un accueil mre/enfant avec prise en charge de lenfant en journe par des crches internes ou des assistantes maternelles salaries par ltablissement, et un dispositif daccueil en collectif dans deux sites distincts linternat est plus onreux que laccueil en appartements -, destination dadolescentes mres ou de personnes pour lesquelles un soutien de proximit simpose. En 2016, nous avons ralis 97,54 % de lactivit budgte et finissons lanne avec un quilibre comptable. Lanne a t moyenne mais les perspectives justifient que soient envisags divers ajustements.

    Il convient de le souligner, ltablissement ne manque pas datouts : soutien et support associatifs, plateau technique multi-comptences, personnel qualifi, gestion, savoir-faire, outils de travail, expriences diversifies, locaux, capacit voluer

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 8

    Le dispositif MAPE a t pens comme une structure ouverte, non assigne une mono-activit et capable de se transformer. La direction gnrale de lAVVEJ et la direction des MAPE taient conscientes de lvolution du contexte et de ladaptation ncessaire de la structure Foyer maternel, et avaient anticip par :

    1. la fusion des deux foyers de lAVVEJ situs dans les Hauts-de-Seine dbut 2015 ;

    2. la cration dun dispositif dont le nom mme est une mise distance de la stricte appellation de foyer maternel. Les MAPE constituent une enveloppe permettant denglober des activits diversifies (Maisons, au pluriel), de considrer un public largi (le S de Parents), et par consquent dtre une base pour initier des projets nouveaux ;

    3. louverture de la halte-garderie Clairefontaine, symptomatique dune dmarche densemble. Les attendus ducatifs et sociaux prdominaient pour sa conception qui rpondait aussi un objectif budgtaire avec la cration dune nouvelle ressource.

    Dautres mesures dont lefficacit tient dans leur conjugaison sont mises en uvre pour amliorer la comptitivit de ltablissement puisquil sagit aussi de cela. Citons entre autres :

    1. le travail autour du budget pour contenir le prix de journe se poursuit par la recherche de nouvelles ressources et la ralisation dconomie ;

    2. la procdure dadmission des familles est actuellement revisite : une ncessit de cohrence institutionnelle sajoute celle dtre plus ractif. Mais si dautres foyers maternels lont simplifie lextrme, nous nabandonnerons ce qui fait le sens dune procdure dadmission dans un tel dispositif, rythmer la temporalit permettant aux personnes de cheminer vers le projet quelles construiront pendant leur accueil.

    Plus fondamentalement, nous travaillons sur de nouveaux projets par redploiement interne aux MAPE, avec lobjectif de maintenir le niveau dactivit en la modifiant. La cration de places de foyer parental est envisage et nous sommes prts. Dautres projets sont ltude.

    Mais il ne faudrait pas se tromper, si les MAPE doivent faire un travail sur elles-mmes, le problme pos ne concerne pas que les MAPE ou les foyers maternels en tant que mode daccueil de familles avec enfants de moins de 3 ans. Si ce ntait que cela, il faudrait considrer laffaire comme une triste et banale histoire dentreprise en manque de clients qui doit restructurer ou disparaitre, linstar dune entreprise de pneus ou de vtements bas prix. Il ne sagit pas de cela et cest plus grave. Le prix de journe est-il si lev si on considre ce que nous transformons avec cet argent ? Est-ce que les enfants que lon a accueillis avec leur mre alors quils taient dans des conditions de prcarit extrme, et qui ont quitt ltablissement dans des conditions plutt favorables ont cot trop cher ? Et combien fallait-il y mettre pour ce mieux quaucun exercice dvaluation ne permettra de chiffrer ? Parce que nous en sommes devoir lcrire sans se laisser intimider par les Cassandres qui voudraient que lon sexcuse de payer des professionnels pour

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 9

    travailler: nous rendons service, et mme un service essentiel, un travail absolument ncessaire de reconstruction des personnes, de prvention et dducation. Dans cet tablissement et dans dautres bien-sr, nous compensons des dficiences de tous ordres pour que des enfants entrent dans lexistence prservs du plus aigu des maltraitances sociales sous toutes leurs formes. Faudra-t-il afficher les statistiques de sparations de la mre et de lenfant pour expliquer quel point il fallait imprativement que ces familles soient accueillies, ne serait-ce que pour contenir les effets les plus violents du processus, et aussi les statistiques des familles qui ne se seraient jamais constitues sans cet accompagnement ? Cest parce que des dficiences et le risque pour les bbs sont constats par des travailleurs sociaux que les familles nous sont adresses. Il ny en aurait donc plus ? Le risque serait radiqu ? La situation sociale en France se serait amliore ce point ? Il faut tre srieux. Ce travail ncessaire, ce nest pas sans mal que nous le faisons quotidiennement, ni sans erreurs, ni sans checs : lducation nest pas une science exacte et nous ne sommes pas exactement des scientifiques. Mais ce travail social, dducation, de prvention constitue un investissement social, ducatif et prventif. Et aprs tout, linvestissement est par essence une conomie pour lavenir.

    Lair du temps est au low-cost et la socit rechigne soccuper de ses enfants en payant des professionnels qualifis pour sen occuper. Le label dEconomie Sociale et Solidaire aurait-il t invent pour contourner les conventions collectives du secteur social pourtant bien peu rmunratrices ? Il faut voir comment les professionnels qui candidatent dans nos tablissements alors quils envisagent de prendre une disponibilit de la fonction publique, dcouvrent incrdules quils seront moins pays et quils auront moins de congs. Ceux qui viennent nanmoins ont dautres motivations. Et il y a peut-tre autre chose encore : la socit sest aperue que les enfants accueillis dans ses foyers maternels ne sont plus tout fait ses enfants, que peut-tre, ils relveraient plus du traitement de limmigration que de la prvention et de lducation Si la stigmatisation morale lencontre des jeunes femmes mineures ou jeunes adultes isoles qui ont un enfant sans avoir les moyens de les lever, sest quelque peu estompe, mme si elle est une ralit dans certaines familles, cest peut-tre un rejet par lindiffrence et le service minimum qui sinstalle en silence. Le traitement sera donc minimal et social, le risque pour lenfant un risque quil pourra courir, lducation une valeur la baisse. Sil ne sagissait que de penser lvolution des structures daccueil pour mieux rpondre des problmatiques sociales et humaines, cette opration sera salutaire et certainement ncessaire, mais ce nest quune partie de la rponse puisquil y a une autre question : la socit exsangue se met en panne de solidarit envers ses enfants les plus vulnrables, les adolescentes et les bbs qui naissent sont invits se montrer solidaires de cette socit malade.

    Le quotidien de laccompagnement ducatif

    Trois textes poursuivent ce rapport dactivit pour dcrire au-del des intentions affiches la ralit du travail tel quil est mis en uvre par les professionnels engags et telle quelle est vcue par les jeunes femmes, les parents, les enfants, les bbs.

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 10

    LEMA, la crche du foyer maternel sest ouverte sur la ville , rcit de louverture de la halte-garderie par Valrie BERTRAND, responsable de lEspace Multi-Accueil depuis 5 ans et qui a mis en uvre cette volution majeure du projet dtablissement des MAPE.

    Sjour dt 2016 . Lquipe ducative du Foyer Maternel Educatif illustre dans

    ce texte le quotidien du travail ducatif et de la vie des adolescentes et des enfants qui sont accueillies quotidiennement.

    Un espace collectif institutionnel : la runion mensuelle des jeunes femmes .

    Lquipe ducative du SAI, Service dAccompagnement Individualis dcrit ces runions mensuelles auxquelles participent les jeunes femmes.

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 11

    LEMA, la crche du foyer maternel sest ouverte sur la ville Valrie BERTRAND - Responsable de lEMA, Espace Multi-Accueil Clairefontaine

    A Fontenay-aux-Roses, lEspace Multi-Accueil, crche du foyer maternel Clairefontaine, est habilit pour 20 places. Depuis septembre 2015, 15 places sont occupes par les enfants du foyer maternel et 5 places de halte-garderie sont occupes par 12 enfants de la ville. Notre projet douvrir le foyer maternel sur la ville a vu le jour le 1er septembre 2016. Ce projet a t long mrir pour diverses raisons : en 2013, les discussions avec la mairie de Fontenay-aux-Roses navaient pas abouti, puis il a fallu que ltablissement soit structur pour mettre en uvre ce projet, et encore du temps pour finaliser le partenariat avec la CAF qui subventionne en grande partie laccueil de chaque enfant. Notre rfrent CAF sest montr comprhensif lorsque nous lui avons expliqu que notre travail auprs denfants de mres mineures ou majeures isoles ne serait pas compatible avec les exigences de rendement de la CAF. Notre exprience montre combien les jeunes mres apprennent au sein des MAPE articuler leur vie personnelle (collgiennes, lycennes, en recherche demploi, en formation, en emploi prcaire) et celle de leur enfant. Cest pourquoi elles ne sont pas toujours en mesure de sengager sur des horaires de frquentation de crche lanne pour leur enfant, ce qui explique quil y a un dcalage entre les heures rserves et les heures relles des enfants accueillis aux MAPE. Il a donc obtenu que nous soyons reprs comme crche atypique , ce qui assouplit les exigences de frquentation de la CAF. Ce projet avait pour objectifs lapport dune nouvelle ressource afin de continuer accueillir certains enfants des MAPE chez des assistantes maternelles ainsi que la mixit des populations. Cest pourquoi lide dune halte-garderie pour se mlanger un plus grand nombre de familles sest impose. Crer une halte-garderie permet daccueillir 12 familles plutt que 5 sil stait agi dune crche. Cette ide a t encourage par la rfrente petite enfance de Fontenay-aux-Roses qui dplorait en 2015 le manque dune telle structure dans la ville. De ma place de responsable de lEMA, lenjeu tait de repenser avec lquipe les changements que laccueil de cette nouvelle population allait entrainer. Outre cinq enfants accueillir chaque jour en plus, la question de la contractualisation avec tous les parents, cest--dire le fait que nous parlerons dornavant argent avec eux, tait une innovation. Nous avions le souci de permettre une relle mixit entre les enfants des parents extrieurs et les enfants des parents des MAPE . Une premire runion ce sujet au mois de juillet a permis lquipe dexprimer un rel souhait daccueillir ces familles. En effet depuis le mois de mai, le rythme des accueils au foyer maternel (plusieurs dparts prvus mais simultans de familles du foyer maternel remplaces par des femmes enceintes ou avec des nourrissons) avait provoqu une sous-activit lEMA et rendu le travail moins stimulant, les professionnelles commenant sennuyer. De plus, le groupe des grands exclusivement constitu denfants accueillis au foyer collectif tait difficile : ces enfants vivaient 24 heures sur 24 ensemble, montraient de lagressivit entre eux. Il devenait ncessaire dlargir ce groupe. La perspective daccueillir un plus grand nombre denfants, alors quelle inquitait initialement, devenait la garantie dun travail plus intense et plus intressant.

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 12

    La question des ramnagements a t vite rsolue : notre professionnalisme pour accueillir ces 12 familles supplmentaires (chaque enfant venant 2 journes par semaine) ne changerait pas. Nous avons simplement repens nos systmes de distribution de lits, de casiers, de rangements des draps, de jours de lavage du linge, etc. pour des enfants de passage chaque jour. Lachat de stocks supplmentaires a t ncessaire. Restait ensuite la question de notre publicit . Ds le feu vert de la CAF fin juillet, nous avons cr un flyer reprsentant nos locaux vus de lextrieur et lavons distribu aux commerants, la PMI, la mairie et au centre de sant. Mme linfirmire y a contribu, elle aussi intresse par ce souffle nouveau lEMA. Laprs-midi mme de cette distribution, nous avions 3 appels tlphoniques de parents vivement intresss ! Cest pourquoi ds la rouverture de lEMA en aot, jai pu commencer les inscriptions et accueillir les enfants pour dmarrer une priode dadaptation ce nouvel environnement. Jai prvenu les parents : Nous savons nous occuper des enfants, par contre la partie administrative est encore obscure , dautant plus que nous navions pas encore le logiciel qui permet de calculer les tarifs des mensualits quils devront payer. Les parents se sont montrs comprhensifs et nont pas comment le ct artisanal des premiers contrats, ni les retards de facturation du dmarrage. Au contraire, ils taient reconnaissants davoir un lieu daccueil de qualit pour leur enfant. La ralit des familles accueillies sest avre diffrente de celle que javais projete. En fait, il sagissait majoritairement de demandes dune place en crche ou en petite section dcole maternelle dues. Les parents espraient confier leur enfant 5 jours par semaine. Cette confusion entre halte-garderie et crche a engendr des dsistements pour ceux qui se sont vu allouer une place en crche entre-temps. Ces changements ont eu pour effet un taux de frquentation infrieur celui projet pendant les mois de septembre novembre. Place bloque pour un enfant, rendez-vous dinscription report puis annul, temps dadaptation ncessitant lexclusivit dune professionnelle auprs de lenfantpuis dsistement avant, pendant ou aprs ladaptation ont consomm un temps de travail consquent (7 enfants). Pendant ce temps, les demandes de place continuaient daffluer et le secrtariat des MAPE transmettait les renseignements ncessaires, puis, partir de novembre, annonait la clture des inscriptions pour lanne scolaire 2016/2017. Jai d refuser environ 15 demandes de place. Manier le nouveau logiciel qui permet de comptabiliser les prsences prvues et relles des enfants, facturer et encaisser les paiements ont fait partie de mes nouvelles fonctions, heureusement soutenue par la comptable et lconome. Ct foyer maternel, lintroduction de la facturation a permis aux mres mineures de raliser le cot dun mode de garde, jusque-l inclus dans une participation financire globale. Nous avons vers une allocation spcifique aux jeunes femmes sans ressources pour leur permettre de payer laccueil de leur enfant par la crche. Lune dentre elles mavait demand si elle pouvait payer la place de sa fille avec son argent de poche. Une autre a propos de fabriquer des bavoirs sans doute pour payer sa faon laccueil de son fils. Une autre encore a accept de signer le contrat dfinissant le cot de la crche en commentant a, je veux bien le payer, mais pas le foyer , o elle est pourtant accueillie avec son enfant.

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 13

    Cette nouvelle prise en considration du prix dun mode daccueil pour lenfant participe au principe de ralit et prpare la sortie du foyer maternel. Jaime leur prciser que nous pratiquons les mmes tarifs que nimporte quelle crche lextrieur . Cest partir du mois de dcembre que la halte-garderie sest stabilise avec 12 familles rellement engages pour lanne scolaire en plus des familles des MAPE alors prsentes. Mes a priori ont t mis mal. Si plusieurs familles ressemblent celles que javais imagines (vivant en couple, mre en cong parental) et contribuent par leur prsence cette mixit sociale laquelle nous aspirions avec ce projet, certaines vivent avec des revenus modestes parfois en dessous du seuil de pauvret. La halte-garderie leur permet de souffler un peu, de prparer leur enfant lcole ou davoir du temps pour dmarrer une formation par exemple La halte-garderie attire un public diversifi et rpond des besoins de populations diffrentes prsentes dans notre environnement proche. Pour certains enfants, laccueil en halte-garderie pendant deux jours est complt par une prise en charge par un des parents en alternance (3 familles), une nounou (2 familles), une grand-mre (1 famille) ou une autre crche (1 famille) lorsque les deux parents travaillent ou sont en recherche demploi. Quant aux enfants, ils ont abord la priode dadaptation avec les mmes facilits et difficults que les enfants des MAPE. Certains navaient jamais t spars de leurs parents ne serait-ce quune heure et ont eu du mal le supporter, montrant des signes dune grande angoisse. Pour la plupart dentre eux, les parents sont trop rcemment arrivs en rgion parisienne pour avoir pu confier leur enfant un tiers, ne serait-ce qu un membre de la famille. Dautres enfants ont franchi ce cap de ladaptation facilement mais ont montr par la suite des difficults comparables celles qui ont t repres chez certains enfants accueillis lEMA : difficult se concentrer, agitation, troubles du sommeil, de lalimentation Ces observations nous ont rapidement amenes en parler en runion clinique, contrairement ce que javais prvu. Force a t de constater que certains enfants avaient besoin dun mode de garde et aussi dune attention particulire, et ce, tout milieu social confondu. La mission de prvention inhrente une crche de foyer maternel pouvait concerner dautres enfants, sur un mode bien sr diffrent. Un retard dacquisition du langage savre frquent et les enfants des MAPE paraissent finalement dans la norme : notre travail ducatif par les lectures, les chansons est stimulant. Lapprentissage de la sociabilit a constitu une preuve pour certains : plus que jamais les professionnelles doivent leur apprendre trouver leur place dans un groupe, partager des jouets, patienterce que les enfants accueillis en foyer collectif connaissent trs tt. Une grande surprise a t de dcouvrir quelques parents aussi peu organiss que certaines mres adolescentes : difficults rassembler les pices ncessaires au dossier dinscription, penser badger larrive ou au dpart de lenfant pour comptabiliser les heures de prsence, payer, rpondre aux mails, fournir suffisamment de couchesTandis que les mres des MAPE ont trs vite adopt la badgeuse, nouveau jeu lectronique qui signifie quelles sont arrives ou reparties avec leur enfant.

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 14

    Nous avons aussi dcouvert que quelques parents taient dmunis devant les ractions dopposition de leur enfant ou ses pleurs au moment de la sparation du matin. La psychologue du service a pu leur proposer des rendez-vous ou par lintermdiaire des professionnelles, les sensibiliser dautres rponses possibles. Laccueil des enfants, quils viennent du foyer maternel ou dailleurs, constitue en soi un accompagnement la parentalit puisque nous sommes amens donner des informations, faire part dobservations sur ce que vivent leurs enfants pendant quils ne sont pas avec eux, alors quils doivent sinscrire en tant quindividu dans une vie sociale diffrente et nouvelle. Nous avons t surprises que les parents extrieurs se montrent plus coopratifs lorsquon voque une difficult de leur enfant en collectivit ou en situation de sparation. Ils sont heureux et reconnaissants dtre informs et aussi aids par quelques conseils. Les mres accueillies aux MAPE ont parfois du mal ne pas voir dans une banale observation sur leur enfant, un jugement sur leur capacit personnelle dcouvrir par elle-mme, tre mre si jeune et souvent sans lappui du pre de leur enfant. Elles vivent souvent difficilement les propositions ducatives qui leur sont faites et il faut parfois des mois pour obtenir leur adhsion. Du ct des enfants, la mayonnaise a tout de suite pris : un enfant extrieur a invit pour son anniversaire ses copains de la halte-garderie sans distinction de leur provenance. La mixit semble oprer en douceur Cette activit nouvelle a cr dans les locaux du foyer maternel de Fontenay-aux-Roses une soudaine bullition au niveau du secrtariat, de lconomat, du ple mdico-psychologique et a dcloisonn lactivit de lEMA : chacun a d mettre sa pierre ldifice. Aprs six mois dexprience, laccueil de 12 enfants extrieurs aux MAPE semble positif. Pour lquipe de lEMA, le travail auprs des parents et des enfants de la ville est aussi intressant que celui auprs des parents du foyer maternel. Il permet aussi de relativiser et de mettre en perspective certains comportements reprs chez les enfants ou les parents accueillis aux MAPE. La confrontation des publics se rvle enrichissante pour tous. Il est vrai que les parents extrieurs ont plus de facilit exprimer leur reconnaissance, ce qui est toujours agrable pour les professionnelles. Mais en dfinitive, lexprience permet une observation rassurante : le plaisir ou les difficults que rencontrent les enfants pour sinstaller dans une crche ne dpend pas de leur origine, et nous mesurons combien tre parent, quel que soit son ge, sa situation familiale et sociale, est une mission complexe. Pour les professionnelles, la mission reste la mme et toujours motivante : apprendre aux enfants se sparer un temps de leurs parents, vivre et partager avec dautres, et soutenir les parents dans leur rle.

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 15

    Sjour dt 2016 Margaux LAULAN et Julie SAVY - Educatrices Spcialises, Jessica CHARLES-NICOLAS - Auxiliaire de puriculture

    Le FME est un deux internats collectifs des MAPE. Il accueille Fontenay-aux-Roses 9 familles dont la mre est mineure ou jeune adulte. Les vacances sont un moment exceptionnel dans la vie des jeunes mres qui dcouvrent leurs enfants dans un contexte quotidien diffrent. Cette organisation suppose un investissement important des professionnels de laccompagnement ducatif. Le sjour dt du FME a eu lieu du 4 au 8 juillet 2017 Saint-Aubin-sur-Mer en Seine-Maritime. Ce sjour a t accompagn par deux ducatrices spcialises du FME o sont accueillies les familles et une auxiliaire de puriculture de lEMA qui accueille les enfants en journe. Nous sommes partis avec quatre jeunes femmes et leurs enfants. Lobjectif principal de notre sjour tait le travail autour de lautonomie des jeunes mres dans la vie quotidienne . Nous avons donc lou un gte permettant chacune davoir sa chambre avec son enfant, un gte proche de la mer afin quelles puissent sy rendre seule, pied. Ce sjour comportait dautres objectifs que nous nous sommes efforcs de mettre en uvre tout au long du sjour tant dans sa conception que dans laccompagnement des jeunes femmes et de leurs enfants. Le premier objectif tait donc de permettre aux jeunes femmes dexprimenter la notion dautonomie en les impliquant dans lorganisation du quotidien et dans la gestion matrielle. En amont du sjour, elles ont particip plusieurs runions dorganisation pour laborer ensemble les rgles de vie de ces vacances, de penser les menus, les budgets et les rpartitions des courses ainsi que les activits de la semaine. Au cours dune runion dorganisation, chacune avait choisi sa chambre avec son enfant. Mais lorsquelles ont visit les lieux, elles ont voulu sinstaller deux voire trois dans une mme chambre, nous ramenant la ralit : nous avions affaire des adolescentes qui sentendent plutt bien, et qui envisagent les vacances pour se retrouver et tre ado . Chacune dentre elles a donc particip aux courses, a confectionn des repas tant pour le groupe que pour son enfant, et particip au mnage, Toujours dans cet esprit dautonomisation, nous avons laiss aux jeunes femmes des temps sans la prsence des ducateurs en organisant des temps libres avec cependant des horaires dfinis par les ducateurs. Constatant que les adolescentes respectaient ce cadre et que la dynamique de groupe tait trs positive, nous avons organis une dernire soire au cours de laquelle nous nous sommes occups des enfants pour quelles sortent entre jeunes femmes voir le match de lEuro de football qui tait diffus ce soir-l. Elles en taient ravies et encore une fois, elles ont respect le cadre pos. Seule une jeune femme ne sest pas autorise vivre ces temps dautonomie, le lien quelle entretenait avec son compagnon mme distance a largement influenc son sjour.

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 16

    Le second objectif tait de permettre aux jeunes femmes et leurs enfants de vivre une semaine de vacances hors des murs du foyer. Le rythme de lanne scolaire est souvent effrn pour ces adolescentes et mres car aprs la journe dcole, il faut soccuper de son enfant. Les vacances permettent de prendre le temps pour soi et son enfant en partageant des temps de loisirs. Nous avons partag des activits (sortie en bord de mer, visite de Dieppe, sortie au march, piscine, sortie au restaurant,) mais galement propos des temps plus tranquilles dans le jardin (jeux deau, jeux dveil), des veilles en profitant du sauna disposition dans la location, ou des jeux de socit que nous avions apports. La dynamique du groupe tant bonne, les jeunes femmes ont beaucoup apprci ces temps de partage. Et si elles taient ravies davoir plus dautonomie, elles taient galement demandeuses de notre prsence et de cette exprience avec les professionnels en dehors du foyer. Le troisime objectif tait de favoriser la qualit du lien entre la mre et son enfant. Les matines tant peu charges, cela permettait aux jeunes femmes de prendre le temps pour les soins avec leurs enfants. Les activits partages permettaient de se servir de ce support pour consolider le lien entre la mre et son enfant. Avec une jeune femme notamment, nous avons pris le relais ponctuellement avec sa fille car la proximit quotidienne devenait pesante pour ladolescente qui ne savait plus comment rpondre aux besoins de son enfant. Le fait dtre momentanment spares, en particulier la nuit, a permis dapaiser la mre qui prenait plaisir retrouver sa fille, et simultanment dapaiser la fille qui sentait sa mre plus disponible. De ce fait, elle prouvait moins le besoin de la solliciter. La prsence dune professionnelle de lEMA a grandement contribu ce que ce relais puisse se mettre en place. Nous avons constat quen montrant aux jeunes femmes que nous leur faisions confiance, elles staient senties valorises et ont tout fait pour se montrer dignes de cette confiance. Certaines dentre elles ont galement profit de ce sjour pour vivre comme des adolescentes ds que loccasion sen prsentait. Ces jeunes femmes sont des mres qui on demande parfois beaucoup. Elles ont tir parti de ces vacances, des veilles pendant que les enfants dormaient, de la soire o nous avons gard leurs enfants, pour vivre comme des jeunes filles de 14 17 ans. Elles ont conclu le sjour en nous remerciant grandement pour ces cinq jours passs et en regrettant que le sjour nait pas t plus long.

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 17

    Un espace collectif institutionnel : la runion mensuelle des jeunes femmes Lquipe ducative du SAI, Service dAccompagnement Individualis

    Le Service dAccompagnement Individualis des MAPE intervient sur deux sites, Colombes et Fontenay-aux-Roses, et accueille dans des appartements 23 familles dont la mre est une jeune femme majeure. Il a instaur ds sa cration une runion mensuelle entre les jeunes femmes, lquipe ducative, le chef de service et le directeur de ltablissement. Avec les jeunes femmes, et sans les enfants. Dans une prcdente version du projet du service date de 1995, on peut lire :

    Cest le moment pour ces jeunes femmes dchanger, de parler de leur vie en appartement, de leurs expriences nouvelles. Cette maternit prcoce nest pas, en effet, sans poser questions ces jeunes femmes qui est souvent renvoy le jugement, voire la condamnation de la Vox populi. Rencontrer leurs pairs leur permettra de mettre en place des solutions identificatoires ouvrant des possibilits dassumer au mieux leur tat de jeunes mres clibataires. Ne plus tre seule dans cette situation, nous semble constituer un facteur dintgration majeur. Cest aussi un moment de discussion sur un thme quelles auront dfini elles-mmes, ou que nous aurons suggr ; lieu o sera favoris lapprentissage de la prise de parole dans une situation de groupe, ce quelles nont pas lhabitude de grer .

    22 ans et quelques versions plus tard plus tard, on pourrait crire peu prs la mme chose mme si la condamnation de la vox populi est sans doute moins unanime et se prsente sous une forme diffrente. Le projet dtablissement des MAPE 2015-2016 tmoigne dune volution qui ne contredit pas lapproche initiale :

    Laccompagnement favorise la participation la vie sociale par lexpression des demandes des jeunes femmes dans le cadre de diffrentes instances : Conseil de la Vie Sociale (CVS), groupes de parole dans chaque lieu daccueil, changes divers dans les temps de vie quotidienne. Cette valorisation de la parole est un apprentissage du respect mutuel, pour que la personne parle de faon tre entendue et veille laisser lautre sexprimer. Cette parole partage est souvent un questionnement des modalits daccueil et de la condition de mre isole. Elle favorise la transmission dexpriences entre les mres nouvelles arrivantes et les plus anciennes . Dans les lieux daccueil individualis, les runions font merger des initiatives collectives, des formes dentraide et de solidarit. Cest pourquoi des moments de convivialit sont rgulirement organiss : pique-nique dans les parcs environnants, repas thme, etc.

    Ces lieux de parole, dcoute et dchange sont devenus, au fil du temps, des moments importants de la prise en charge des jeunes femmes. En 2016, parmi les thmes abords, nous pouvons distinguer ceux qui concernent le fonctionnement du foyer maternel (les visites dans les appartements, les rgles de vie), les diverses missions du foyer maternel (lobservation du lien mre/enfant, la lgislation sur le dispositif, la place des pres, les conditions de sortie de ltablissement, linsertion par le logement, la sparation mre-enfant, etc.), des thmatiques ducatives (le rle des pres dans lducation de lenfant, la sanction), mais aussi des thmes en chos aux proccupations sociales partages : aprs les attentats de novembre 2015, quand

  • MAPE RAPPORT D'ACTIVITE 2016 18

    la crainte dtre victime tait prgnante chez plusieurs jeunes femmes, avait t abord le sujet de lducation de lenfant au-del de la mort de ses parents Le sens et les objectifs de cette runion nont pas profondment chang. Elle reste un espace o chaque jeune femme accueillie peut prendre la parole . Elle est un lieu dchange qui permet de ddramatiser les difficults personnelles de certaines jeunes femmes en les abordant dune manire gnrale, et aussi dchanger des savoirs, des expriences personnelles, des points de vue... Ces temps de rencontre permettent de mettre en exergue quelles ne sont pas seules rencontrer telles ou telles difficults. Nous constatons ainsi que les anciennes du service y ont une place particulire lie leur exprience du foyer maternel, les nouvelles les interpellant rgulirement sur des sujets qui les proccupent. Lors de lultime runion laquelle participent les jeunes femmes dont le dpart est imminent, une tradition de passation, de relais et dencouragement lgard des autres participantes sest instaure. Plusieurs constantes sont remarquables : ces runions mobilisent toutes les jeunes femmes sans leurs enfants, elles sont inscrites comme une contrainte de laccompagnement propos, tous les membres de lquipe ducative sastreignent y tre prsents, galement le directeur, ce qui constitue un engagement institutionnel peru comme tel par lensemble des participantes. Cette instance met en vidence limportance de faire vivre en institution des temps de vie collectifs sans enjeu particulier dans laccompagnement ducatif, et o peut soprer une transmission transgnrationnelle entre jeunes femmes et tous les participants.