Les normes de télévision

Download Les normes de télévision

Post on 25-Aug-2016

213 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

<ul><li><p>LES NORMES DE TELI~VISION (Suite) </p><p>par Yvon DELBORD * </p><p>C. LES DIVERGENCES INTERNaKT IONALES ET LEURS liAISONS. </p><p>Dans les chapitres prdc6dents les diff6rences principales entre hermes ont 6t6 donn6es ainsi que les premiers motifs de ces divergences. On a vu, par exemple, que dSs la publication des normes anglaises les l~tats-Unis, la France (Compagnie des Compteurs) et l'Allemagne propos~rent des formes de signaux qui 6chappaient ou tentaient d'6chapper aux brevets anglais. D'autre part, un effort 6tait fait pour d6passer la technique anglaise tant en finesse d'analyse (441 et 455 ligncs) qu'en s6curit6 de synchronisation (signaux de pr6paration et d'6ga- lisation am6ricains, cc trabant ~3 allemand, d6phasage interne de la Compagnie des Compteurs). </p><p>II semble que les premieres divergences inter- nationales furent motiv6cs par Its buts suivants : </p><p>i ~ trouver des signau.~ dil~grents; 2 ~ 6laborer des signaux de synchronisation </p><p>meilleurs 9 30 obtenir une image plus fine. </p><p>Nous ajouterons quclques mots sur les positions relatives en fr6quence des 6metteurs son et image. </p><p>Nous extrayons du tableau B (chapitre premier) les donn6es suivantes qui font voir la r6partition mondiale des tendances aetuelles. </p><p>a) N0mbre de l ignes . </p><p>Le nombre de lignes est la caract6ristique primor- diale d'un systSrne de t616vision puisque, d'une part, il d6finit la limite sup6rieure de la qualit6 que l'on peut atteindre et que, d'autre part, son choix agit directement et prcsque seul (voir chapitre B, para- graphe a) sur los normes les plus importantes : viddo-frdquence, largeur du canal, haute fr6quenee, s6paration du son et de la vision, etc. </p><p>Bien entendu, ce n'est pas parce que l'on aura ohoisi un nombre de lignes 61ev6 que l'image sera obligatoirement bonne : elle pourra ~tre bonne. Inver- sement avcc un faible nombre de lignes, l'irnage ne peut ~tre bonne, quelle que soit la perfection du systSme en tout le reste. I1 est peut-gtre possible de concevoir des dispositifs nouveaux h nombre de </p><p>TABLEAU C </p><p>Pays </p><p>Nombre de lignes (3) </p><p>Sens de modulation ('15) </p><p>Type de modulation du son (21) </p><p>Frdqucnce d'analyse verticale (6} </p><p>GnANDE- BRETAGNE </p><p>405 </p><p>? </p><p>I i FnA~cE </p><p>I </p><p>t,55 </p><p>8"19 </p><p>A . . . . &gt; </p><p>&lt; </p><p>I TAL IE </p><p>-~. , . </p><p>, .o </p><p>9 .50 . . </p><p>PA','s-BAs </p><p>625 </p><p>. . . . . . </p><p>.q </p><p>Tc.i:co- SLOFAQUIE </p><p>&gt; </p><p>&lt; </p><p>I </p><p>i~vAzs-U~ls </p><p>&lt; 525 &gt; </p><p>I . . . . . . . &gt; </p><p>&lt; F &gt; </p><p>&lt; 6O &gt; </p><p>Ce que nous nous proposons, dans ce troisi~me chapitre, est de faire voir quels buts techniques sent vis6s dans les signaux cn usage ou en 6tude h l'hcure actuellc, de rechercher si ces r6sultats sent atteints et finalement de d6duire de ces rcmarques la possi- bilit6 d'dvolution vcrs un accord g6n6ral. </p><p>I1 a 6t6 dit que nous n'examinerons que les divergences principales et que nous les passerions en revue en suivant leur degr6 d'importance, c'est- h-dire l'ordre pr6e6demment indiqu6 : </p><p>a) nombre de lignes ; b) sens de modulat ion; c) type de modulation du son; d) fr6quence d'analyse verticale. </p><p>* Ingdnieur en Chef de la Division Tdldvision du C. N. E. T. President du Comit6 Supdricur Technique de T61dvision. </p><p>lignes 61ev6, h largeur de canal faible et h qualit6 d'images excellente, tandis que des syst~mes faible hombre de lignes et h bonne qualit6 d'images sent pour nous proprement inimaginables. </p><p>Los chiffrcs en comp6tition dans le monde sent 405, 525, 625 et 819 (si l'on 61imine 455, qui, en cas de normalisation franeo-britannique, serait ramen6 </p><p>405) ; le tableau D indique les vid6o-fr6quences (F~), les largeurs de canal (A[) et le nombre total de canaux disponible (NC) avec chacun de ces chiffres. </p><p>Deux valeurs sent indiqu6es darts cliaque eas et correspondent aux limites aetuelles des techniques admises : </p><p>J1 ---- 0,8. Ex = t,23, d'une part et </p><p>J2 = :[,2. ~2 = 1,5, d'autre part. </p><p>Ce tableau montre que, selon la qualit6 de ]'image </p><p>- - 35 - - </p></li><li><p>2/~3 </p><p>transmise, on dispose de 37 canaux ou de 5 canaux, et l'on comprend que les besoins r6els d'un pays en nombre de canaux puissent d6terminer le nombre de lignes ou que ce nombre de lignes d6pende de l'organisation du service de la t616vision dans un pays d6termin6. Aux t~tats-Unis, o~ ta t616vision est une affaire priv6e, qui tire ses ressources de la publicit6 et de la vente des r6cepteurs, il pourra coexister dans la meme ville six 6mettcurs distincts (cas de New-York). Puisqu'un service convenable, du point de rue des brouillages, implique des fr6- quences diff6rentes pour les zones voisines, on devrait finalement pr6voir 6 4 ou 6 9 canaux distincts (le nombre des bandes de fr6quences dolt gtre un carr6 parfait *. Le cas de New-York est exeeptionnel, mais malgr6 tout on volt que, d~s maintcnant et mgme avee le faible nombre de lignes choisi aux t~tats-Unis, un service parfait ne peut gtre assur6. C'est une raison d'esp6rer une plus grande attribution de fr6quences aux services de la t616vision radiodiffus6e. </p><p>Y . DELBORD [ANN&amp;LES DES T~:L~COMMUN~CArIONS </p><p>ce que pourront faire les congr~s internationaux, Its recommandations de certains comit6s, silaplura- lit6 des nombres de lignes ne d6pend pas de concep- tions purement techniques. </p><p>Le tableau D ne pcrmet pas de juger de certaines autres difficult6s ; par exemple la gamme 4i-68 Mc/s se prate assez real h la transmission dimages haute d6finition. Nous savons bien que deux Soci6t6s fran~aises * ont fait d'excellentes d6mons- trations de transmission de t616vision pour 8i9 lignes sur 50 Mc/s environ ; mais, bien que la possibilit6 d'emploi soit d6montr6e, les moyens mat6riels impl.iqu6s doivent prohiber, h notre avis, l'utilisation de telles ondes pour la t61dvision ~ haute d6finition. </p><p>Quel est le nombre de lignes souhait6 par les technicicns s'ils se tiennent ~ l'6cart de ces consi- d6rations commerciales, politiques, diplomatiques ou confessionnelles ? Nous croyons que ce chiffrc ressort nettement de deux affirmations faites h peu pros simultan6ment dans deux pays tr~s 61oign6s : aux l~tats-Unis, r la t616vision ~ 525 lignes corres- </p><p>TABLEAU D </p><p>~OMBRE DE LIGI~ES </p><p>~05 (50 p/s) 655 (50 p/s) 525 (co p/s) 625 (50 p/s) 819 (50 p/s) </p><p>F,~ {~= c/s} </p><p>J1 ~ 0,8 </p><p>,7 2,1 3,4 4,0 6,9 </p><p>J2 ---- t,2 </p><p>2,5 3,t 5,1 6,0 </p><p>10,4 </p><p>Al (M r J i t ~'i </p><p>2,t 2,6 4,2 4,9 8,5 </p><p>"J2P ~"2 </p><p>E 2 = 1,5 </p><p>3,7 6,2 7,7 9,0 </p><p>~5,6 </p><p>37 30 18 15 </p><p>9 </p><p>~. C. </p><p>J2 ~2 </p><p>20 t9 l0 7 5 </p><p>t , ~ Dans d'autres pays il faut prevolr des 6missions </p><p>multiples par suite des diff6rences de langues (Suisse, Belgique), par suite des diff6rences de religions et d'une eertaine conception de la libert6 de pens6e (Pays-Bas : 6missions catholiques, pro- testantes, socialistes, etc.). En outre les difficult6s financibres peuvent obliger certains pays, quand la t616vision est une organisation gouvernementale plus ou moins direete (Grande-Bretagne, France), se contenter d'une seule 6mission, d'une 6mission nationale, qui serait dans la majorit6 des cas dis- tribu6e h l'ensemble du pays. Enfin, la r6partition g6ographique des populations, la pr6sence d'une fronti~re maritime peuvent influencer directement la disposition des 6metteurs. </p><p>On volt done que'le hombre de canaux ~ adopter d6pend de conditions locales auxquelles le technicien ne peut rien et que finalement le nombre de lignes peut etre impos6 indirectement par des conceptions commerciales, sociales ou linguistiques qui n'ont rien ~voir avec la t616vision. </p><p>Les divergences actuelles s'expliquent en grande partie de cette fa~on et ron ne volt pas tr~s bien </p><p>* DEr.VAUX (J. L.} Bases th~oriques du choix des normes de t616vision. L'onde t~lectr. Fr. (mai 1949), 29, n ~ 266, pp. t93-201. </p><p>pond h 80 pou~ cent du cin6ma ~ ; aux Pays-Bas, une image h 625 lignes est 6quivalente au cin6ma, vu des meilleures places, qui sont, on le salt, diff6- rentes des places les plus proches de l'6cran ~. Cette comparaison avec le cin6ma montre que l'ima.ge de t616vision dolt se rapprocher le plus possible de l'image que le t616-spectateur a l'habitude de voir en d'autres occasions. Le choix fran~ais (819 lignes) a 6t6 justifi6 de la mgme fa~on en disant que l'image </p><p>8i9 lignes correspondait ~ la qualit6 habituelle du cin6ma d'amateur (format t6 mm, film inver- sible). </p><p>Si 625 lignes correspondaient r6ellement ~ du bon cin6ma format 35 mm ~ vu des places les plus chores ~, 819slignes donneraient une image meilleure que le cin6ma normal. Ceci esl: inexact et nous donnons ci-dessous un tableau publi6 par M. DELVAUX et dont plusieurs chiffres ont 6t6 retrouv6s par nous. Ces chiffres correspondent aux conditions normales d'utilisation ; le pouvoir s6pa- rateur a 6t6 mesur6 directement au microscope sur le film. Nous esp6rions que la 'projection sur 6cran des films exp6rimentaux montrerait un pouvoir de </p><p>* Compagnie Fran~aise TnOMSOr~-HOUTSON et RAVIO- ][NDUSTRIE. </p><p>36- - </p></li><li><p>t. 5, n ~ 1, 1950] </p><p>r~solution plus grand (on salt, en cffet, que les images de cingma arratfics sont molns bonnes que los images normalement projctfics.) Nous avons ~t5 dfi~us dans nos cxp~rlences st les chiffres ohtenus </p><p>'t'ABLE~kU E </p><p>8 mm d'amateurs 16 mm professionnel 6 mm d'amateurs </p><p>35 mm poshif tir6 d'un contretype </p><p>35 mm posltif tlr5 d'un nSgatlf </p><p>35 mm n~gatif original </p><p>NO,~IBIllg DE I.IGNES </p><p>450-500 500-800 900-~ 000 </p><p>900--1 t00 </p><p>1 500-i 800 </p><p>I 800-2 000 </p><p>I~-QL~Ert c E ~AX. en Nc/s </p><p>2,5 ~ 3 8 h 8 </p><p>t0 h t2,5 </p><p>I0 ~5 </p><p>28 "h 40 </p><p>40 ~ 50 </p><p>ont fitg les m~mcs dans los deux cas, bien que l'image anim~e soit plus e agrSable ~ quc l'image fixe (disparition du grain). </p><p>Les chiffres correspondent done, non seulement au pouvoir sSparateur mcsur~ sur lc film, mais au pouvoir s5parateur cn projection normalc. </p><p>L~S .~OI~M~-S ~r. T~L~VlSION 3/13 </p><p>par les chiffres cites pr~c6demment n'est atteint que si ]'on adopts au moins 800 lignes ; pour unc ~qui- valence compl~te avec le cinema (format 35 mm), il faudrait atteindre au moins un chiffre de I 500 ]ignes. </p><p>Par contrc, si l'on admet quc la comparaison entre cinfima st t~l~vision est faite par lc t~l~- spectateur chcz lui et que, par consgquent, son point de comparaison est le cin~ma d'amateur projet~ sur ~cran de i m~tre de base environ, on arrive h ]a conclusion que le choix fran~als 8i9 llgncs ~ satlsfait pleinement au but visg. </p><p>Un autrc but de l 'augmentatlon du nombre de lignes cst de fairs dlspara~tre la trams de l'image tout cn conservant un pouvoir de r~solution satis- faisant dans le sens horizontal. En prenant comme pouvolr de r~solution de l'ceil la minute d'angle ggn~ralemcnt admlse st sans dispositif spfcial d'allongement du spot, il est n~cessairc quc lc nombre de llgncs visibles soit sup~rieur h 600 ou 650. Le chiffrc varie avec la brillance du spot sur le tube cathodique ; le nombrc de lignes total dolt done ~tre supfirieur h 700 si l'on veut rempllr cettc condition (voir chapitrc D). </p><p>Signalons quc des dispositifs glectroniques d'allon- gement du spot satisfalsants ont 6t5 mls au point </p><p>Fro. 1~. - Image transmisc darts la t6x6xusma un relief. </p><p>Ajoutons que ees chiffres seraient prohahlement faux pour des luminosit~s tr6s faibles ou tr~s grandes de l'6cran st que nous n'avons consid6r6 jusqu'iei quc des brillanccs d'6cran conformes aux normes internationales du cin6ma (i00 h 200 lux). </p><p>La conclusion dolt done ~tre que lc but indiqu~ </p><p>en Suisse au Polytechnikum de Zurich, en Angleterre par la Soci~tfi Cintel de Londres. Des dispositifs optiques permcttent d'effaccr compl~tement la trams mc~me si lc nombrc de lignes est trfis faiblc * </p><p>" Brevet de l'au.teur n o 572.85t dR 2~. ma.i 19!~9. </p><p>37 </p></li><li><p>4/r </p><p>Cet argument perd done de sa va~eur sauf dans les r~zepteurs les plus simples, pour lesquels les dlspositifs indiqu~s sont trop cofiteux. </p><p>On peut aussi se poser la question de la t61~vision en couleur et de la t61~vlsion en relief et se demander quelle est la Iimite inf6rieure admissible pour obtenir une image satisfaisante. </p><p>La m6thode fran~aise de transmission d'images en relief * qui utilise l'anamorphose du couple ceil gauche-cell droit (voir figure ~4) r6soud le probl~me d'une fa~on satisfaisante, puisque la d~finition horl- zontale n'est pas changSe et que le spot prend un aspect elliptique qui efface la trame bien que chaque image du couple ne soit compos6e que de 400 lignes en~ron . </p><p>Du point de vue de la t616vlsion en couleurs les constructeurs fran~ais 6tudient h l'heure prfsente ce probl~me. Sans pr6juger des r6sultats qu'ils obtiendront, il semblc bien qu'une image trSs satis- faisante puisse gtre transmise avec 8i9 llgnes. Quelles que soient les m6thodes finalement adopt6es nous avons d6jh expos6 au Congr~s de Milan, en septembre i949, un proc6d6 qui constitue, croyons- nous, une solution complhtc de la t616vlsion en couleurs, en relief et h hautc d6finition. </p><p>C'est en nous basant sur les r6sultats exp6ri- mentaux aequis que nous croyons pouvoir dire que 8i9 lignes suft]sent pour une t616vislon domestique en nolr et blanc avecla quaIit6 du cinSma d'amateur i6 mm, en relief ou en couleurs avec des qualit~s d'ensemble sensiblement 6qulvalentes h celles du noir et blanc. </p><p>Enfin la question de l'enregistrement ein6ma- tographique des images de t616visionl qui est impor- tante, comme nous l'avons montr6 dans le deuxi~me chapitre, obtient une solution satisfaisante avec un nombre de lignes de l'ordre de 800. Le film. produit dans ces conditions permet toutcs les utilisations possibles: projection directe sur 6cran normal de cin6ma, lecture facile sur les t616cin6mas normaux, possibilit6 d'6eonomies importantes de film en utillsant, l'anamorphose, etc ** </p><p>Ces remarques, que nous reprendrons sous une autre forme en discutant le point de rue fran~ais (chapitre IV), conduisent h la conclusion suivante : </p><p>Le hombre des canaux, ddtermlnd prlneipalement par le nombre de lignes, peut, dans certalns pays, imposer le nombre de lignes et si l'on s'appuie sur ces bases changeantes, c'esth-dire sans tenir compte de l'dvolution probable dans le sens d'une extension des ]rdquences attribudes d la t6ldvlsion, on peut conclure d~ la ngcessitd de se contenter de 525, 567 ou 625 lignes. Par contre, si. les considdrations techniques eomptent seules et-sl l' an- veut'vralrnent arriver dt une tdldvislon /amiliale se rapprochant de la qualitd cindmato- </p><p>* D=Lnon~ (Y.), Ro~n [P.). Notes sur un.disposltif de t61dvision en relief (h paraltre dans les Gomptes rendus du Congr~s de Paris}. </p><p>"* D~on~ (Y. L.). Note complfmentalre sttr l'enregis- trement sur film des 6missions de t616v sion en vtte des 6changes internationaux de programmes. Ann. t~l~eorn- munieations (juin t949), 4, n ~ 6, pp. ~90-20t. </p><p>Y. DELBORD [ANNALES DES T~L~CO.MMUNICATIONS </p><p>graphique, le chiffre de 8i9 est rdellement un minimum. Enfin, des nombres de lignes plus grands, </p><p>moins d'etre au voisinage de i 500 ou i 600, ne repr6scnteralent qu'un progr~s insensible ; la tech- nique actuelle ne permet pas d'attcindre i500 ou i 600 lignes rant du point de rue de l'~misslon que de celui des r6eepteurs courants. INcus croyons que ces hombres de lignes doivent ~tre r6serv6s h des applications sp6clales telles que la production de films au moyen de la t616vlsi...</p></li></ul>