AAS 47 [1955] - ocr

Download AAS 47 [1955] - ocr

Post on 06-Mar-2015

194 views

Category:

Documents

48 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

<p>ACTA APOSTOLICAE SEDISCOMMENTARIUM OFFICIALE</p> <p>ANNUS X X X X V I I - SERIES II - VOL. X X I I</p> <p>TYPIS POLYGLOTTIS VATICANISM D C C C O LV</p> <p>%i</p> <p>t</p> <p>} .1</p> <p>An. et Toi. XXXXVIT</p> <p>28 Ianuarii 1955</p> <p>(Ser. Il, v. X X I I ) - N. 1</p> <p>ACTA APOSTOLICAE SEDISCOMMENTARIUM OFFICIALE</p> <p>ACTA PII PP. XII</p> <p>EPISTULAAD VENERABILES POS</p> <p>ENCYCLICAFILIOS ARCHIEPISCOPOS, CLERUM EPISCOAC PO-</p> <p>FRATRES AC DILECTOS LOCORUM</p> <p>ALIOSQUE</p> <p>ORDINARIOS</p> <p>CETERUMQUE</p> <p>PULUM SINARUM, HABENTES : BUS RERUM</p> <p>P A C E M E T C O M M U N I O N E M C U M APOSTOLICA SEDE IMPERTIUNTUR HORTAMENTA IN PRAESENTI-</p> <p>PATERNA</p> <p>ANGUSTIIS.</p> <p>PIUS PP. XIIVENERABILES SALUTEM ET FRATRES AC DILECTI FILII APOSTOLICAM BENEDICTIONEM</p> <p>A d S i n a r u m g e n t e m , N o b i s sane carissimam, a c peculiari m o d o ad v o s , Venerabiles Fratres ac dilecti filii, qui c a t h o l i c a m r e l i g i o n e m profitemini, A p o s t o l i c a m Epistulam C u p i m u s imp r i m i s fere tribus a b h i n c annis i d c i r c o m i s i m u s , u t n o n m o d o v o b i s significaremus vestros Nos participare angores, sed ut etiam v o s p a t e r n o adhortaremur a n i m o a d o m n i a christianae religionis officia strenua illa fidelitate o b e u n d a , quae i n t e r d u m h e r o u m fortitudinem postulat; atque in praesens, supplices1</p> <p>Nostras u n a c u m vestris p r e c i b u s a d D e u m O m n i p o t e n t e m a c m i s e r i c o r d i a r u m P a t r e m iterum a d m o v e m u s , ut q u e m a d m o -</p> <p>i A. A.</p> <p>S.</p> <p>X X X X I V , p.</p> <p>153 s q .</p> <p>6</p> <p>Acta</p> <p>Apostolicae</p> <p>Sedis</p> <p>-</p> <p>Commentarium</p> <p>Officiale</p> <p>d u m post tempestates ac procellas iterum sol affulget, ita E c clesiae vestrae post tot r e r u m angustias, perturbationes, d o l o res, p a x , tranquillitas, libertas t a n d e m a l i q u a n d o 2</p> <p>illucescat.</p> <p>P o s t r e m i s autem hisce annis Catholicae Ecclesiae c o n d i c i o nes a p u d v o s n e u t i q u a m i n melius fuere m u t a t a e ; q u i n i m m o insimulationes et c a l u m n i a e increbruere in A p o s t o l i c a m h a n c S e d e m illatae, in eosque qui erga e a m retinent fidelitatem s u a m ; A p o s t o l i c u s Nuntius, qui N o s t r a m a p u d v o s gerebat p e r s o n a m depulsus est; auctaeque insidiae eo contenderunt ut ii, qui v e ritate m i n u s instructi essent, deciperentur. A t t a m e n q u o d i a m v o b i s s c r i b e b a m u s id genus insidiis, etsi callidis, etsi obtectis, etsi veritatis specie fucatis, f i r m a m opponitis voluntatem vestram .3</p> <p>Novimus</p> <p>quidem</p> <p>haec v e r b a Nostra a d v o s pervenire n o n potuisse; atque a d e o e a d e m per has litteras libenter v o b i s iteramus; ac n o v i m u s etiam, s u m m o c u m a n i m i solacio, h o c i n p r o p o s i t o vestro v o s stabiles permansisse, ac nullis u m q u a m fuisse nisibus ab unitate Ecclesiae sevocatos ; q u a q u i d e m de causa etiam atque etiam v o b i s gratulamur v o b i s q u e debitam t r i b u i m u s l a u d e m . V e r u m t a m e n , ut solliciti esse d e b e m u s de aeterna uniusc u i u s q u e salute, h a u d p o s s u m u s a n i m i Nostri aegritudinem a n x i t u d i n e m q u e dissimulare, c u m n o s c a m u s inter v o s , etsi f i d e s c a t h o l i c a c o m m u n i t e r firmo retineatur a n i m o , n o n defuisse nih i l o m i n u s qui v e l b o n a fide ducti, vel timore vieti, vel n o v i s fallacibusque doctrinis capti, recens etiam insidiosis detrimentosisque principiis adhaeserunt, quae ab adversarios p r o v e h u n tur cuiusvis religionis, ab eiusque i m p r i m i s , quae a Iesu Christo divinitus tradita fuit. Q u a m o b r e m officii Nostri conscientia postulat, ut v o s iterum per E n c y c l i c a m h a n c E p i s t u l a m a l l o q u a m u r , fore confisi ut e a d e m in notitiam v e s t r a m pervenire queat; iisque o m n i b u s , qui sibi constantes fortiter in veritate in virtuteque perseverant,</p> <p>3</p> <p>Ibidem, Ibidem,</p> <p>p. p.</p> <p>157. 155.</p> <p>8</p> <p>Acta</p> <p>Pii</p> <p>Pp.</p> <p>XII</p> <p>7</p> <p>s o l a c i o sit atque hortamento ; ceteris v e r o l u c e m ac paterna m o nita Nostra afferat. A c p r i n c i p i o , q u a n d o q u i d e m i n praesens q u o q u e , u t i a m antiquitus eveniebat, ii qui christianos insectantur, eos fallaciter coarguunt, quasi patriam n o n adament suam, neque probi sint cives, heic iterum asseverare c u p i m u s q u o d ceteroquin o m n e s , q u o t q u o t recto i u d i c i o ducuntur, n o n agnoscere n o n possunt Sinarum n e m p e catholicos nulli prorsus cedere in nobilissima patria sua incenso amore i m p e n s a q u e fidelitate p r o s e q u e n d a . Quae q u i d e m Sinensium gens e a repetere libet, quae in m e m o r a t a Epistula A p o s t o l i c a d i l a u d a n d o scripsimus ment encore, Nous avons rsum Nos exposs prcdents dans une allocution aux participants de la V I I I Assemble de l'Association Mdicale Mondiale. Aussi voudrions-Nous, pour le moment, vous prsenter plutt quelques considrations, auxquelles Nous invite le caractre propre de votre groupement dans l'Union Mdicale Latine.e 1</p> <p>Ce qui vous incite vous associer, ce n'est pas une spcialit mdicale commune ou un problme professionnel spcialement digne de votre intrt, mais le terrain d'une culture commune, celle qui s'tend au domaine des langues latines. Vous tes convaincus, et l'exprience confirme cette ide, que vous trouvez ainsi des avantages particuliers, des biens qui ne vous sont pas offerts ailleurs, du moins pas de la mme faon. Cette base culturelle qui vous unit, Nous voudrions montrer qu'elle est capable non seulement de vous procurer un enrichissement personnel, mais encore d'tre une source d'avantages pour vos patients, ainsi que pour la science et la technique mdicales elles-mmes dans les pays latins. On a coutume de distinguer chez les peuples civiliss divers domaines culturels, o se retrouve une manire typique de penser, de juger, de sentir, d'agir. Nous pouvons ainsi dfinir une aire culturelle latine, angloamricaine, allemande, slave, sans parler des civilisations des grands1</p> <p>30 s e p t . 1954;</p> <p>Acta Ap. Sedis,</p> <p>v o l . 46, p a g . 587-598.</p> <p>Acta Pii Pp. XII</p> <p>277</p> <p>peuples de l'Asie. Ces domaines culturels, il ne faut pas croire qu'ils naissent d'abord d'une volont de s'opposer d'autres cultures, en se condamnant par l un isolement dongereux ou du moins un appauvrissement regrettable. Ils expriment bien plutt les caractres propres d'un peuple ou d'un ensemble de peuples, la manire dont ils dveloppent leur patrimoine commun et assimilent, au contact d'autres cultures, ce qui leur vient du dehors. Chaque culture reconnat volontiers, sans rivalits mesquines, la prsance des autres l o elles lui sont suprieures et n'hsite pas les imiter et recevoir d'elles ce qu'elles ont de valable, mais chacune aime et cultive les traits qui lui sont particuliers, prcisment parce qu'ils lui appartiennent en propre, et qu'elle y reconnat sa marque distinctive. Qu'on trouve en abondance et mme profusion, dans le domaine des langues et de la culture latines, ces dons de l'esprit et du cur, aucun homme avis ne le niera. Mais, plutt que de dvelopper cet aspect, Nous voudrions examiner comment cette culture peut vous procurer un enrichissement en tant que mdecins, et par l, vos patients et la mdecine considre comme une science, un art, une technique. D'aucuns pourraient avoir l'impression que vos efforts poursuivent un but irrel. Quel rapport y a-t-il en effet entre la culture et l'objet spcifique de la profession mdicale? Les maladies qu'il faut gurir ne sont-elles pas les mmes partout? Une pneumonie est une pneumonie dans les pays latins, comme dans ceux de la culture anglo-amricaine. Les mdicaments principaux et la faon de les employer sont identiques pour l'essentiel dans tous les pays civiliss : la pnicilline est partout de la pnicilline, les injections antituberculeuses paraissent agir partout de la mme manire. Enfin, les interventions chirurgicales principales, les cas o elles sont indiques, leur technique dans ses lments fondamentaux sont le bien commun des peuples cultivs. Cette uniformit repose sur un motif facilement perceptible. L'homme est le mme en tous lieux et pour toutes les cultures dans la structure essentielle de son organisme, dans sa dispotition subir l'influence des agents morbides, dans ses raction aux mdicaments et aux interventions chirurgicales. Cependant cette uniformit n'est pas absolue. Dans le document que vous Nous avez remis, vous relevez que l'association des mdecins des nations latines s'intresse aux problmes de la pathologie de ces pays, en favorisant l'initiative de voyages d'tudes et en stimulant les changes de connaissances scientifiques dans le cadre de la culture latine. Vous supposez donc qu'il existe en cette matire des diffrences de fait et des particu-</p> <p>278</p> <p>Acta Apostolicae Sedis - Commentarium Officiale</p> <p>larits qu'il est normal de rencontrer, car, malgr leur communaut de culture, les trente nations, qui font partie de votre Union, possdent des traits biologiques distinctifs, q'on peut expliquer par les conditions particulires et l'histoire de chaque rgion. Une ide analogue se fait jour l'article 1 des Statuts, parmi les buts de votre Union : elle vise aider les mdecins, que se rendent dans tel ou tel pays associ pour s'y instruire ou s'y perfectionner ; son Bureau permanent a pour tche de centraliser tous les concours et toutes les ressources possibles d'enseignement et d'instruction, dans tous les pays de l'Union Mdicale Latine. Loin donc de se proposer un objectif irrel, votre Union en tend plutt compter avec la ralit, parce que le mdecin y trouvera un enrichessement de science et de technique provenant des divers caractres spcifiques des nations appartenant au vaste domaine de la culture latine. Mais le terrain culturel commun n'apporte pas seulement au mdecin une possibilit de perfectionnement scientifique et technique. Le mdecin en effet n'est pas uniquement quelqu'un qui sait et qui peut ; il met en uvre dans l'exercice de sa profession, comme dans sa vie prive, une personnalit doue de ressources profondes, qui imprime son action la marque de son esprit et de son cur, qui peut, sans s'appauvrir, communiquer d'autres sa propre richesse intime. Reconnatre les grandes normes de la morale mdicale admises tout naturellement dans votre profession, rejeter sans compromission tout ce qui en est indigne, tenir en haute estime l'honneur mdical vritable, ne pas supporter la prsence, au sein des associations professionnelles, de ceux qui se mettent en contradiction avec ces normes; voil quelques lments, parmi beaucoup d'autres, qui constituent la richesse personnelle intime du mdecin, bien au del du savoir et de la techinique pure. La culture latine apporte ici au mdecin, dans sa vivante tradition, les biens spirituels les plus prcieux ; elle duque en lui la noblesse de cur, la magnanimit des dcisions, la comprhension et l'ouverture aux sentiments et la souffrance d'autrui. Il est impossible d'entrer en relation avec des hommes pntrs de ces valeurs profondes, de les approcher spirituellement, sans en retirer quelque profit, sans voir s'effacer les aspects ngatifs que chacun porte en soi et se renforcer les tendances positives, transformes en caractres volontairement acquis. Voil qui importe vraiment et qui fait apprcier ces changes, mme s'il ne doit s'ensuivre aucune acquisition nouvelle de science ou de technique. Il y a plusieurs annes, Nous avons lu dans les publications mdicales l'nonc des principes qui vous guident : Soigner et gurir au mieux</p> <p>Acta</p> <p>Pii</p> <p>Pp.</p> <p>XII</p> <p>279</p> <p>de ses connaissances et de ses capacits; ne pas faire tort ni tuer; voir toujours et estimer l'homme dans le malade ; connatre et respecter les limites des possibilits mdicales ; tre toujours prt porter secours l o son intervention est requise (et y tre d'autant plus prt que la ncessit est plus urgente) ; ne pas rester prisonnier de ses sympathies ou antipathies pour la condition ou la race, le rang social ou la nationalit ; ne pas demander s'il s'agit d'un ami ou d'un ennemi ; en cas de besoin, tre capable d'intervenir personnellement jusqu'au sacrifice de soi . N'est-il pas vrai que le ralisation d'un tel idal comporte pour le mdecin un enrichissement notable de sa personnalit? Pour comprendre plus fond cet idal, y'adhrer avec une conviction plus pntrante, y tendre avec un empressement plus spontan, vous trouverez une aide apprciable dans le commerce toujours plus frquent et plus intime avec les ressources de la culture latine et, en particulier, dans les rencontres entre collgues, qui vivent de ces principes avec l'assurance tranquille et paisible de l'homme et du mdecin srieux et conscient de ses devoirs. S'il en est rellement ainsi, le monde de la culture latine, au sein duquel vous tes groups, vous aura enrichis dans le cadre mme de votre profession. Mdecin et patient sont en quelque sorte des termes corrlatifs. On devine aisment que les enrichissements intellectuels, techniques, moraux, que le mdecin puise dans son groupe culturel, tournent d'eux-mmes l'avantage et au profit du patient. S'il existe en effet dans les nations de culture latine des maladies d'un type particulier ; si l'on y rencontre avec une certaine rgularit des complications plus rares ailleurs ; si les ractions certains mdicaments d'usage assez gnralement rpandu s'cartent plus ou moins constamment des ractions typiques ; il est vident que les connaissances acquises per le contact avec des mdecins et des patients d'une nation appartenant au mme territoire culturel et les variations de processus qu'on y a constates, peuvent tre d'une importance dcisive pour une srie de patients, et qu'ainsi l'exprience acquise par le mdecin profite au malade. L'influence personnelle que le mdecin est capable d'exercer sur le malade n'a pas une importance ou une utilit moindres. Le malade veut tre compris par son mdecin; il a besoin d'avoir grande confiance en lui pour retirer de ses soins un profit rel, physique et psychique. Quand le mdecin appartenant au mme milieu culturel ralise l'idal que Nous esquissions tantt, en puisant aux mmes richesses spirituelles, et grce</p> <p>280</p> <p>Acta Apostolicae Sedis - Commentarium Officiale</p> <p>an contact avec des mdecins minents qui partagent ses aspirations, le malade trouvera chez lui tout ce qu'il cherche spontanment ou consciemment : comprhension, soutien, impression de scurit, et lui accorder volontiers sa confiance. Votre rencontre sur le terrain de la culture latine comporte enfin des avantages pour la mdecine elle-mme et, sans doute, les avez-vous recherchs. Le progrs s'accomplit ici de la mme manire que dans toutes les autres sciences exprimentales. D'abord, s'impose l'observation attentive et toujours contrle des faits. Sans la Symptomatologie, la mdecine en effet resterait impuissante. On y rattache l'tiologie, avec tous les problmes qu'elle pose, mais aussi les n...</p>