Dépendance : revue de presse Janvier 2011

Download Dépendance : revue de presse Janvier 2011

Post on 01-Jun-2015

601 views

Category:

Health & Medicine

3 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • 1. Jeudi 10 mars 2011NOTE DINFORMATIONObjet : Revue de presse sur le problme de la dpendance Mois de janvier 2011.I.CESR DE MIDI-PYRENEES (16/12/2010) : "DE LA DEPENDANCE LIEE A LAGE, UNE QUESTIONDE SOCIETE" Rapport prsent par Marie-Christine ALBARETLaugmentation du nombre de personnes ges dpendantes en Midi-Pyrnes constitue unvritable dfi relever : 11,6 % de 75 ans et plus contre 9,1 % en moyenne nationale.Le nombre dacteurs intervenant dans la dfinition des politiques vieillesse rend la gouvernancecomplexe. Les financements existants ne couvrent pas la totalit des cots induits par la surve-nue dun tat de dpendance.PrconisationsLa ncessaire prvention,La mise en uvre dune exprience pilote en Midi-Pyrnes en crant un centre de dpis- tage de la dpendance dans chaque chef-lieu des huit dpartements,Le recensement des logements inadapts des personnes ges,Lamnagement des espaces publics pour retarder les effets de la dpendance,Lamlioration du maillage territorial de loffre de soins,La cration dun statut porteur de droits sociaux pour les aidants familiaux,La valorisation des mtiers lis la dpendance,La coordination et la complmentarit des diffrents types dtablissements permettant la proximit et la continuit de la prise en charge des personnes ges dpendantes. Trouver des rponses au cas par cas.Direction Gnrale 1/21

2. II.ASH N 2688 (24/12/2010) DEPENDANCE : LA MEDIATION FAMILIALE PEUT ETRE UTILELa mdiation peut constituer un outil pertinent pour clairer les dcisions, toujours dlicates,relatives lorientation et la prise en charge dun parent vieillissant en situation de dpen-dance. Le mdiateur veillera ce que cette dernire tape soit empreinte de srnit, tant pourla personne ge en respectant sa dignit, que pour sa famille en pacifiant les interactions lies un climat motionnel dstabilisant.2003 = Conseil national consultatif de la mdiation familiale : la mdiation concerne "la gestiondes conflits dans le domaine familial entendu dans sa diversit et dans son volution".En mdiation, le conflit, dont lexpression est contrle par la mise en uvre des techniques delcoute active, est source de changement et de redfinition des relations aux autres, ce quiouvre de nouvelles perspectives. Ressource pour la personne ane et sa famille, la mdiationfamiliale savre en adquation avec les attentes de la socit contemporaine, en rendant pos-sibles llaboration et la mise en uvre de nouvelles solidarits familiales.III. LEGIFRANCE.GOUV.FR : JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE FRANAISE DU 31/12/2010Dcret n 2010-1764 du 30 dcembre 2010 portant cration du Comit interministriel de ladpendance.IV.HOSPIMEDIA DU 05/01/2010 Au Journal Officiel du 31/12/2010Un comit charg de prparer le dbat national sur la dpendance des personnes ges, denassurer le suivi et den tirer les conclusions est officiellement cr par dcret. Il est aussi ques-tion, dans cette dition, de la coordination des professionnels libraux intervenant dans les EH-PAD.V. LES ECHOS (03/01/2011) : ROSELYNE BACHELOT VEUT FAIRE ABOUTIR LE CHANTIER DE LA DEPENDANCECette rforme coteuse risque dtre reporte aprs 2012. La Ministre de la Cohsion socialeentame la concertation cette semaine. LE FIGARO ECONOMIE (03/01/2011) : DEPENDANCE, PRENDRE DES MESURES A LAUTOMNENicolas SARKOZY : "Chacun a le droit sa dignit face aux souffrances du grand-ge". HOSPIMEDIA (03/01/2011) : DEBAT SUR LA DEPENDANCE, PASSER DU CHAMPS DES POSSIBLES AU CHOIX DU POSSIBLE.Valrie ROSSO-DEBORD : "Il ne faut pas saffoler". "Le dbat porte en fait sur huit milliards, vingt-deux tant dj sur la table". Le problme nest donc pas du tout de la mme ampleur que pourles retraites.Direction Gnrale2/21 3. Ce qui est acquis chez les parlementaires :1) La renonciation traiter de manire convergente la prise en charge du handicap et celle de la perte dautonomie.2) Le problme de la prise en charge des personnes ges en perte dautonomie se pose de faon aigu jusqu 2030.3) Une socit civilise ne peut pas se dsintresser de ses membres ans les plus fra- giles. Rticence faire une Cinquime branche.4) La question est de savoir si le dispositif de prise en charge de la dpendance portera uniquement sur les GIR 1 3 ou si elle englobera aussi les GIR 4. Inclure les personnes en GIR 4 aide retarder le passage en GIR 3.5)Financement en dbat :- Recours sur succession,- Part entre solidarit nationale et assurance prive,- Assurance facultative ou obligatoire,- CSG des retraits.6) Difficults financires des dpartements en priorit. Les dpartements sont incontournables dans tout dispositif venir.7) Rgles du jeu du dbat national :- Quatre groupes de travail mis en place (socit et vieillissement, enjeux dmogra- phiques et financiers de la dpendance, accueil et accompagnement des personnes ges, stratgie pour la couverture de la dpendance des personnes ges).- Prfets et Directeurs dARS = concertations rgionales.- Un comit interministriel pour la bonne marche du chantier.- Intervention du CESE et du HCAAM (effets du vieillissement sur les dpenses de sant et reste charge).- Arbitrage = t 2011 -> PLFSS 2012.VI.LHUMANITE (04/01/2011) : PAS DE PROFIT SUR LES MAMIES ! LE GOUVERNEMENT LANCE LA REFORME DE LA DEPENDANCE TOUTES LES OPTIONS FONT LA PART BELLE AUX ASSURANCES PRIVEESLa dpendance, chantier haut risque. Alors que dbute cette semaine la concertation sur laprise en charge de la dpendance, le doute plane sur le mode de financement. La rformesannonce dailleurs tellement coteuse quelle pourrait tre reporte 2012.Marie-Odile DESANA, Prsidente de France Alzheimer, redoute que les personnes dpendantesfassent les frais de la crise : "Quand il y a une volont politique, on trouve de largent". Nousdfendons la taxation quitable de tous les patrimoines, y compris les bien-portants, jeunes ouvieux. Souscrire une assurance obligatoire sonnerait le glas dun systme financ par la soli-darit nationale.Le bon business de lor gris : le march de la dpendance, en pleine expansion, se concentrede plus en plus entre les mains de groupes privs, cots en Bourse. Avec plus de deux millionsde contrats dassurance dpendance, la France est le deuxime march derrire les Etats-Unis.Direction Gnrale3/21 4. ORPEA = numro 1 europen du secteur des tablissements de soins.KORIAN = objectif de croissance de 7 %.VII. LE MONDE (04/01/2011)Va t-on assister une lutte entre gnrations, tant les derniers ns font figure de sacrifis dunedcennie o la prcarit et le mal-logement nont fait que creuser lcart avec les seniors issusdu baby-boom ? Les jeunes sont mal partis. Dans les socits vieillissantes, la surdit aux pro-blmes sociaux des gnrations venir peut devenir un vrai souci. Avec la chute des nouvellesgnrations, ce sont leurs droits sociaux futurs qui sont remis en cause : leur dveloppementhumain aujourdhui, leur capacit lever leurs enfants demain, et leurs retraites aprs demain.Il sagit donc de la rgression du systme social dans son entier. A droite comme gauche,lenjeu est de servir les droits acquis plutt que de dvelopper ceux de demain. Une pauprisa-tion des jeunes qui menace la dmocratie.VIII. LA CROIX (04/01/2011)Assurance dpendance obligatoire en Flandre : la Flandre a mis en place, en 2001, son propresystme, assez ingalitaire et partiellement efficace. Toute personne de plus de 25 ans est te-nue de saffilier une "caisse de soins dpendance". Mais 20 % des besoins lourds des per-sonnes ges ne sont pas couverts.A SAINT-REMY-LES-CHEVREUSES, une rsidence haut de gamme a imagin des formules deprise en charge en un mme lieu. Personnes ges autonomes et dpendantes peuvent ainsicohabiter.Laccueil familial, alternative la maison de retraite.Une maison "intelligente" pour grer le quotidien.Dominique LEMAISTRE, Directrice du Mcnat la Fondation de France : "Faire en sorte que lespersonnes ges aient vraiment le choix de leur mode de vie".IX. LE FIGARO ECONOMIE (04/01/2011) : BACHELOT OUVRE SES TRAVAUX SUR LA DEPENDANCE"Aucune solution nest prempte, le Prsident de la Rpublique a voulu un trs large dbattout au long du premier semestre".Marie-Eve JOL, Prsidente du Conseil scientifique de la CNSA : "Nous arrivons la fin desgnrations de 1914-1918 qui auraient d tre dpendantes ces dernires annes et les gn-rations du baby-boom deviendront dpendantes partir de 2025 environ".Mais la question nest pas uniquement financire : la prvention, la professionnalisation desservices la personne ou la faon de soutenir les aidants familiaux, seront abordes.Premires esquisses : Lide dun recours sur succession est largement critique. Relvement de la fiscalit sur les successions.Direction Gnrale 4/21 5. Alignement du taux de la CSG des retraits sur les actifs. Une journe de solidarit supplmentaire. Assurance prive, facultative ou obligatoire.Total des dpenses dAPA en millions deuros : 2002= 1 855(43 % pris en charge par la CNSA) 2003= 3 205(41,3 %) 2004= 3 591(37,3 %) 2005= 3 930(33,9 %) 2006= 4 244(33,3 %) 2007= 4 555(33,2 %) 2008= 4 854(32,9 %) 2009= 5 116(29,9 %) 2010= 5 658(27 %)X. LA DEPECHE DU MIDI (05/01/2011) - DEPENDANCE : LE CASSE-TETE DU FINANCEMENTLa dpendance apparat comme une bombe retardement pour les gnrations futures. Lesplus de 60 ans devraient reprsenter un tiers des Franais en 2035 et les plus de 75 ans,11,9 millions de personnes. En 2040, la France pourrait compter prs de 1,4 million de per-sonnes ges en perte dautonomie.Prs de quatre Franais sur dix (39 %) dclarent tre confronts ou avoir t confronts laperte dautonomie. Lexprience de la dpendance semble tre plus frquente au sein des ca-tgories plus favorises que des catgories populaires : 46 % des cadres, professions librales et intermdiaires, 35 % des catgories populaires.Jrme SAINTE-MARIE, Directeur du Dpartement politique-opinion de la CSA : "Signe dun effetde lingalit face lallongement de la vie ou dune sensibilit diffrencie sur le sujet".Selon plus dun Franais sur trois, lorsquon soccupe dune personne ge dpendante, onsacrifie avant tout sa vie familiale (39 %) et le temps libre pour prendre soin de soi (36 %). Unconstat encore plus marqu pour les femmes qui "sont plus impliques que les hommes dansles dcisions sur la prise en charge des personnes ges de la famille". LES CHIFFRES DE LA DEPENDANCE En 2035, un tiers des Franais aura plus de 60 ans. LAPA (ALLOCATION PERSONNALISEE DAUTONOMIE) De 530 1 235 par mois suivant le degr de dpendance de la personne et son lieu de rsidence (domicile ou tablissement). Perue par 1,2 million de personnes dpendantes de plus de 60 ans, dont 770 000 domicile. COUT 22 milliards d par an.Direction Gnrale5/21 6. NOMBRE DE SENIORS DEPENDANTS, EN MILLIONS2010 2020 2040 1,21,331,5LES PISTES DE FINANCEMENTSPour financer la dpendance, plusieurs pistes sont envisages. Il pourrait tre mis en place uneassurance prive "dpendance" obligatoire ds 50 ans souscrire auprs dune mutuelle,dune socit de prvoyance ou dune socit dassurance labellises. Une Cinquimebranche de la Scurit Sociale pourrait tre cre. On pourrait galement faire participer la"journe de solidarit" les artisans, professions librales, agriculteurs, retraits On pourraittransformer lallocation personnalise dautonomie (APA) en avance sur succession pourles plus riches (patrimoine de plus de 100 000 ). On pourrait aligner la contribution socialegnralise (CSG) des pensions de retraite sur celles des actifs (7,5 % au lieu de 6,6 %). En-fin, on pourrait rserver lAPA aux personnes les plus dpendantes (catgories AGGIR 1 3).XI. LIAISONS SOCIALES MAGAZINE (JANVIER 2011) DEPENDANCE : UN GRAND BESOIN DE CLARI-FICATIONLassurance prive repose sur un provisionnement du risque, individu par individu, alors quelassurance sociale est fonde sur la solidarit entre gnrations.Le phnomne de la dpendance li au vieillissement de la population est apparu dans les an-nes 90, aprs que le guichet de la Scurit Sociale a t referm. On a donc, au terme debricolages successifs, invent lAPA, mise la charge des dpartements selon des rgles fortcompliques de prquation, avec laide de la CNSA. Sous couvert de proximit, les dparte-ments trouvaient l une justification leur existence et le moyen dentretenir une conomie ad-ministre autour du plan daide associ lAPA.Comment financer la dpendance ?Bernard ENNUYER, Sociologue : Cest une trs mauvaise manire de poser le dbat. Car il nepeut y avoir de rponse que sil est dabord rpondu la question thique : comment voulons-nous vivre ensemble dans le respect de la dignit et du bien-tre des plus fragiles dentrenous ? Cest dabord du contrat social dont nous devons parler.Jean-Christophe BRIANT, Directeur dEtudes chez PRECEPTA : En amont du financement, il fautaussi rflchir une rforme de la grille des bnficiaires de lAPA. Celle-ci exclut trop de per-sonnes dpendantes tout en intgrant certaines qui ne devraient pas en bnficier. LAPA doitrester au centre du dispositif. Lassurance prive constituerait un troisime axe, sous rserve dene pas se substituer la solidarit.Direction Gnrale6/21 7. Michel NAIDITCH, Chercheur lIRDES : Lintrication des deux risques dpendance et maladieincite les traiter conjointement, avec des principes de financement proches, et les faire grerpar lAssurance Maladie, la CNSA voyant son rle tendu lensemble des soins long terme.Elle implique la solidarit nationale. Le volume des services professionnels, vocation univer-selle, doit permettre de rpondre aux besoins des personnes ges isoles et de celles dispo-sant daidants familiaux, mais aussi inciter les femmes (70 % des aidants) continuer travailler.XII. LOCALTIS-INFO (05/01/2011) : LES INSTANCES DU DEBAT SUR LA DEPENDANCE SE METTENTEN PLACELES ECHOS (05/01/2011) - DEPENDANCE : NE PAS REDUIRE LE DEBAT AU SEUL FINANCEMENTLes rponses la dpendance ne viendront pas du tout assistanat ou du tout commercial, etlon doit inventer de nouvelles formes de prise en charge. Cest avant tout de la dignit des per-sonnes dont il est question, avant dtre un enjeu mdical ou de cots pour la Scurit Sociale.Le dveloppement des solidarits de proximit est essentiel, mme si les solidarits ne peuventpas masquer le phnomne disolement dont souffrent beaucoup de personnes ges.Lcueil majeur viter est la constitution dune charge insupportable pour lEtat qui aurait pourcorollaire le refus de la solidarit auprs des plus gs.LIBERATION (05/01/2011) DEPENDANCE : BACHELOT LANCE SA BATTERIE DEXPERTSLa Ministre installe des commissions pour le chantier prsidentiel.DIRECT MATIN (05/01/2011) - ROSELYNE BACHELOT SATTAQUE A LA DEPENDANCE :"SADAPTER AUX REALITES"En chiffres : 7 % des plus de 60 ans (1,2 million de personnes) peroivent actuellement lAPA(allocation personnalise dautonomie), une aide financire pour accomplir lesactes essentiels de la vie courante et se faire aider par un professionnel, le caschant. 70 % de laide est verse par les dpartements. Le montant mensuel total peutatteindre 1 235 pour des personnes confines au lit ou au fauteuil, en grandesdifficults physiques ou mentales, ncessitant une prsence quasi permanentedintervenants. 22 milliards d ont t consacrs en 2009 la dpendance. La Scurit Socialeen a...