24 genocide

Download 24 genocide

Post on 28-Dec-2014

133 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

TRANSCRIPT

<ul><li> 1. Le Gnocide cultureldes francophones au Canada Synthse dudclin du franais au Canada ditions du Qubcois </li> <li> 2. ditions du Qubcois2572, rue DesandrouinsQubec, QubecG1V 1B3Tl. : (418) 661-0305www.lequebecois.orgRalisation de la couverture : Cocorico CommunicationDirecteur de la publication : Pierre-Luc BginDistributeur : PROLOGUEDiffuseur :DLL Presse Diffusion1650, boulevard Lionel-BertrandBoisbriand, Qubec, J7H 1N7(450) 434-4350www.dllpresse.comISBN 978-2-923365-34-3Dpt lgal Bibliothque et Archives nationales du Qubec, 2010Dpt lgal Bibliothque et Archives Canada, 2010 ditions du Qubcois, 2010 </li> <li> 3. Prsentation Le systme fdral canadien est le tombeau du fait fran-ais au pays. On nous a dit quavec la Confdration de 1867, quimarque la fondation du Canada tel quon le connataujourdhui, on allait rparer les affres de la Conquteanglaise de 1760 et permettre aux Canadiens franais dtrereconnus en tant que peuple fondateur . On nous a ditque, par ce pacte , le gouvernement fdral canadienserait le fiduciaire des francophones au Canada et quil assu-rerait leur survie et leur panouissement. Et on nous a ditque la Constitution de 1982 et sa Charte des droits allaientgarantir les droits des minorits francophones. La ralit est toute autre! Dailleurs, seule la versionanglaise de la constitution canadienne a cours lgal et, cejour, une version franaise na toujours pas t adopte. Lesymbole est fort! Accepter les prtentions fdrales, cest oublier que leCanada sest construit sur une volont dassimiler la gnanteminorit francophone du pays et que les chiffres, si lonprend la peine de les chercher et de les regarder, parlentdeux-mmes : les francophones au Canada subissent depuis1867 un dclin qui les mnera terme la disparition. Enfait, le sort en est jet pour les francophones hors Qubec,hormis peut-tre au Nouveau-Brunswick. Les lois antifran-cophones et assimilatrices ont rempli leur rle tel pointque le poids dmographiques des francophones au Canadaanglais est si peu lev quil ne justifie plus la prsence dins- </li> <li> 4. titutions franaises telles que les universits ou les hpitaux. Et au Qubec mme lavenir du franais est menac. Les chiffres et les rappels historiques prsents dans ce livre sont loquents. Sans des lois dexception telles que la loi 101 faisant du franais lunique langue officielle au Qubec, loi adopte sous un gouvernement du Parti Qubcois malgr lopposition farouche du Parti libral du Qubec (pour qui le financement et le soutien de la mino- rit anglaise du Qubec sont indispensables son lection), et sans lindpendance du Qubec pour enfin doter les fran- cophones dAmrique dun foyer national et dun tat libre et indpendant, le sort des francophones est scell. Cet ouvrage devrait faire comprendre lurgence dagir. Pour paraphraser Pierre Vadeboncoeur, face ce gnocide en douce, nous navons quun choix : ou nous gouverner, ou disparatre...4 </li> <li> 5. Le franais dans lensemble du Canada Les donnes statistiques du plus rcent recensement auCanada (2006) confirment le dclin inexorable du franaisen ce pays. Un nouveau seuil est atteint alors que les citoyens de lan-gue maternelle franaise ne reprsentent plus que 22,1 % auCanada et que nous sommes mme passs sous la barre des80 % pour ce groupe de locuteurs au Qubec (79,6 %). Si les francophones du Canada ont pu maintenir leurpoids dmographique de 1867 jusqu la premire moiti duXXe sicle grce un exceptionnel taux de natalit malgrles lois antifrancophones, une chute dangereuse sest amor-ce depuis les annes 1950. Voici un portrait de lvolution de la population de lan-gue maternelle franaise au Canada depuis la Conqute etdu dclin du franais comme langue dusage la maisondepuis 35 ans. </li> <li> 6. Tableau 1 Dclin de la population de langue maternelle franaise au Canada1 1766 99 %* 1840 45 %* 1850 36 %* 1861 34 %* 1867-1951 29 %* 1961 28,1 % 1971 26,1 % 1981 25,7 % 1991 24,7 % 2001 22,9 % 2006 22,1 % 2011** ? 2016** ? 1 Sources : Maurice Sguin, Histoire de deux nationalismes au Canada, Gurin diteur, 1997, Trsor qubcois de la langue franaise (Universit Laval) et Statistique Canada (2008). * Pour ces priodes, le critre est celui de lorigine ethnique. Celui de la langue maternelle est apparu dans le recensement de 1931.6 </li> <li> 7. ** Au rythme o vont les choses, si rien nest fait, o en seront les fran-cophones au Canada en 2011, puis en 2016, et quel sera leur pouvoirpolitique dans un Canada encore plus anglophone? Faites-vos prdic-tions et communiquez-les au www.lequebecois.org Tableau 2 Dclin du franais comme langue dusage la maison au Canada 1971 25,7 % 1981 24,6 % 1996 22,9 % 2001 22 % 2006 21,7 % lextrieur du Qubec : le dsastre... lextrieur du Qubec, entre 1951 et 2006, la propor-tion de Canadiens de langue maternelle franaise est passede 7,3 % en 1951 pour atteindre le taux alarmant de seule-ment 4,1 % en 2006. 7 </li> <li> 8. Tableau 3 Dclin de la population de langue maternelle franaise au Canada hors Qubec 1941 7,8 %* 1951 7,3 % 1961 6,6 % 1971 6% 1981 5,2 % 1991 4,8 % 2001 4,4 % 2006 4,1 % * Terre-Neuve non compris. Langue dusage la maison hors Qubec : lhcatombe, encore... Hors Qubec, entre 1971 et 2001, le pourcentage de la population qui avait le franais comme langue dusage la maison est pass de 4,3 % en 1971 au seuil critique de 2 % en 2006.8 </li> <li> 9. Tableau 4 Dclin du franais comme langue dusage la maison au Canada hors Qubec 1971 4,3 % 1981 3,8 % 1991 3,3 % 2001 2,7 % 2006 2%Le bilinguisme canadien : une fumisterie En 1951, 31,9 % de la population canadienne avait uneconnaissance du franais. En 2006, cette proportion ntaitplus que de 30,7 %. De son ct, langlais, pour la mmepriode, est pass de 79,3 % 85 %!Lassimilation au Qubec mme Au Qubec, le franais devrait normalement attirer envi-ron 83 % des nouveaux locuteurs si on considre les statis-tiques de la langue dusage. Or, en 2001, langlais a attir55 % des nouveaux locuteurs qui ont adopt cette languecomme nouvelle langue dusage, contre 45 % seulement quiont opt pour le franais. 9 </li> <li> 10. Dans la rgion de Montral, la situation est encore plus alarmante. Pour la mme priode, la langue anglaise a attir 65 % des nouveaux locuteurs qui ont adopt cette langue comme nouvelle langue dusage, contre 35 % seulement qui ont choisi le franais. Le temps nous est compt Selon Bryan Lee Cowley, prsident de lAtlantic Institute for Market Studies, dici 2031, le Qubec ne reprsentera plus que le cinquime de la population canadienne, tandis qu Ottawa les dputs qubcois ne seront que 75 sur 378 dputs fdraux. Dans son ouvrage intitul Fearfull sym- metry, Cowley dmontre que le Qubec ne pourra plus alors faire valoir aucune revendication. Le temps nous est donc compt. Il urge de se librer du systme canadien, systme qui nous condamne lassimilation10 </li> <li> 11. LOntarioQuelques statistiques Tableau 5 Dclin de la population de langue maternelle franaise en Ontario 1901 7,3 %* 1931 6,9 % 1961 6,8 % 1971 6,3 % 1981 5,5 % 1991 5% 1996 4,7 % 2001 4,5 % 2006 4,4 %* Pour cette priode, le critre est lpoque celui de lorigine ethnique. </li> <li> 12. Tableau 6 Pourcentage des francophones en Ontario parlant le plus souvent franais la maison 1991 62,8 % 1996 60,9 % 2001 59,2 % 2006 55,1 % Tableau 7 Pourcentage des francophones parlant le plus souvent le franais la maison par rapport lensemble de la population ontarienne 1991 3,2 % 1996 2,9 % 2001 2,7 % 2006 2,4 %12 </li> <li> 13. Tableau 8 Taux dassimilation* des francophones en Ontario 1971 26,9 % 1991 36,7 % 1996 38,6 % 2006 44,7 %* Il sagit de la proportion de locuteurs de langue maternelle franaisequi ne parlent plus francais le plus souvent la maison. Avec un tel tauxdassimilation, on peut prvoir qu la prochaine gnration les franco-phones (cest--dire ceux dont la langue dusage la maison est le fran-ais) auront presque disparu en Ontario.Quelques dates importantes1885 : La loi provinciale devient rpressive envers lesFranco-Ontariens. Les enseignants unilingues franais sontinterdits (obligation de russir des examens danglais pourenseigner). 13 </li> <li> 14. 1890 : Le gouvernement libral dOliver Mowat adopte une loi imposant langlais comme langue officielle denseigne- ment partout en Ontario, sauf l o les lves ne le com- prennent pas. 1891 : Le ministre de lducation, George W. Ross, dcrte labolition des manuels en langue franaise. 1912 : Entre en vigueur du Rglement 17, cautionn par le gouvernement fdral, afin dabolir lducation en franais. 1913 : LOntario dcrte que le franais ne devrait pas tre utilis dans les coles aprs la 1re anne du primaire. 1923 : Pembroke, lenseignante Jeanne Lajoie est cong- die par le conseil scolaire pour avoir voulu dfendre len- seignement en franais. Indigns, les francophones et la jeune institutrice crent une cole libre nomme en son honneur Jeanne-dArc . 1927 : Concessions aux parents canadiens-franais. Dsormais, leurs enfants reoivent un programme densei- gnement bilingue lcole primaire et la province tolre un programme partiellement en franais dans les coles secon- daires prives. Ltat tablit en outre une procdure permettant aux commissaires doctroyer le statut dcole bilingue. Enfin, lcole normale dOttawa reoit laccrdita- tion provinciale. Les dernires mesures discriminatoires seront leves en 1944, avec labrogation du Rglement 17.14 </li> <li> 15. 1969-1970 : Conflits propos des coles franaises enOntario (Cornwall, Elliott Lake, Windsor, North Bay,Penetanguishene, Sturgeon Falls).1979 : Penetanguishene est le thtre dune vritable guerrelinguistique alors que les anglophones sopposent aux co-les franaises.1997 : La Commission de restructuration des services desant de lOntario annonce la fermeture de lHpitalMontfort, seul hpital francophone de lOntario.Les Franco-Ontariens menrent de courageux combatspour la sauvegarde de la langue franaise en Ontario et, enrponse la menace sparatiste au Qubec, les gouverne-ments fdral et ontarien se virent contraints daccorderquelques concessions aux francophones de lOntario.Cependant, les lois rpressives avaient eu le temps de faireleur uvre et les Ontariens ayant le franais comme princi-pale langue dusage la maison ne reprsentent plus que2,4 % de la population de la province selon le dernier recen-sement. 15 </li> <li> 16....</li></ul>