freres des ecoles chretiennes mont de la salle da la salle... echos de la salle – ael ciney 1...

Download FRERES DES ECOLES CHRETIENNES MONT DE LA SALLE da La Salle... ECHOS DE LA SALLE – AEL CINEY 1 Association

Post on 22-Jan-2020

0 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • ECHOS DE LA SALLE – AEL CINEY 1

    Association des Ecoles Lasalliennes

    ENSEIGNEMENT FONDAMENTAL

    Périodique d’information

    AVRIL 2015

    FRERES DES ECOLES CHRETIENNES MONT DE LA SALLE

    Avenue d’Huart, 156 – 5590 CINEY Editeur responsable : Alain NICOLAS

  • ECHOS DE LA SALLE – AEL CINEY 2

  • ECHOS DE LA SALLE – AEL CINEY 3

    EQUIPE D’ANIMATION du fondamental

    Alain NICOLAS

    Coordinateur Réferent primaire

    Gsm : 0484 06 94 58

    Tél : 081.61.34.11 ael.fond.coord@gmail.com

    Rue de la Queue-Terre, 12 5030 Sauvenière

    * * * * * * * *

    Fr Jean-Pierre BERGER

    Référent en pastorale Tel : 081.44.52.67

    Gsm : 0478 56 99 08 jpberger@hotmail.com

    Rue du Fond, 35

    5020 Malonne

    * * * * * * * * Marie-Françoise GILLET

    Référente maternelle

    Tel : 082.66.62.74 Gsm : 0494.81 44 68

    mfgillet123@gmail.com Rue des Roches, 62

    5563 Hour

    * * * * * * * * * *

    ++++++++++++++++++++++ Olivier HUSQUIN Présidence de l’A E L olivierhusquin@skynet.be

    * * * * * * * * * *

    Marc VERKOYEN Inspecteur Principal Coordonnateur

    marc_verkoyen@yahoo.fr

    * * * * * * * * * *

    Fr Patrick VANDEPUTTE Frère Visiteur Provincial vandeputte.patrick@yahoo.fr * * * * * * * * * *

    Mont de La Salle 5590 CINEY

    Avenue d’Huart, 156 Tél. : 083.23.21.06

    Site : association-ecoles-lasalliennes.be

    SOMMAIRE

    L’éditorial p 4 La réflexion de l’IP p 5 Les citoyens de la maternelle p 6 Où est le problème ? p 9 Rédiger le journal de classe p 11 Nouvelles de nos écoles :

    - Des regards en duo d’écoles p 14

    - Le projet EOLE à Tournai p 16

    Fiches outils :

    - 7 compétences pour écrire p 17

    - Stratégies pour l’écrit p 18

    Bonne lecture.

    mailto:ael.fond.coord@gmail.com mailto:jpberger@hotmail.com mailto:mfgillet123@gmail. mailto:olivierhusquin@skynet.be mailto:marc_verkoyen@yahoo.fr mailto:vandeputte.patrick@yahoo.fr http://www.association-ecoles-lasalliennes.be/

  • ECHOS DE LA SALLE – AEL CINEY 4

    Editorial

    LA COMMUNICATION….. un indispensable danger. Dans ce contexte traumatisant des attentats terroristes « religieux », notre société semble devoir évoluer dans un climat d’insécurité latent qui n’épargne aucune région du monde. Le besoin de « célébrité » aussi éphémère soit-elle conduit des hommes déboussolés à marquer l’actualité de leur empreinte, coûte que coûte et sans pitié. Les derniers événements écoeurent, font peur et s’inscrivent dans un mal-être général en lien avec des inégalités criantes qui génèrent des radicalisations de pensées. Dans ce contexte, notre monde devient de plus en plus une vitrine, plus rien n’échappe aux médias et aux réseaux sociaux omniprésents ; la « com » rythme notre vie, la colore de toutes les facettes des événements vécus ici et là et crée un besoin grandissant de curiosité- curiosité saine de découvrir, d’apprendre, de connaître et de partager mêlée à un risque d’addiction malsaine au voyeurisme événementiel. C’est ainsi et c’est le prix à payer à toute forme de modernité fulgurante. Notre monde est devenu celui de la « com ». Pour exister, il faudrait se rendre « le plus visible » possible. Pour être « fun », il faudrait être à la pointe médiatique. Pour être crédible, il faudrait « s’exporter » avec un maximum de transparence. Pour être rentable, il faudrait savoir « bien se vendre ». Pour se donner raison, il faudrait convaincre en « frappant fort »… Bref on a l’impression d’évoluer dans une jungle de la « com » aux lois opportunistes et sans scrupule. Les dérapages prennent toutes les formes, ils deviennent tellement banalisés et faciles qu’ils ne sont plus guère réfrénés par la conscience. Certains agissent de plus en plus sans garde-fous, quitte à devoir réfléchir après, et éventuellement, s’ils ont causé des dégâts moraux parfois suivis de conséquences physiques, à légitimer leurs attitudes malgré leur abus d’une information non fondée. Les écoles paient ces dérives. On ne compte plus les violences verbales et physiques sur les éducateurs, professeurs et directions qui sont en première ligne. Agressions inattendues et subites qui ne sont plus le résultat négatif d’un long divorce d’incompréhension mais qui surgissent comme un premier réflexe face à une frustration, à une mauvaise interprétation. Le « must » actuel c’est la menace de faire appel à la presse. Bien entendu pas n’importe laquelle, celle qui fait sa « UNE » de titres agressifs et voyeurs. Sans parler d’un article qui ne fait pas dans la nuance et qui fait fi du contexte. D’abord attirer le lecteur par du sensationnel et éventuellement à peine rectifier si l’information s’avère vite erronée. On n’est plus là dans le côté noble de la profession journalistique ; mais plus dans la course à grossir son quota de lecteurs, ce qui nécessite un style et un ton. Une fois de plus, l’école se doit de se garantir. Si la bonne communication des projets d’établissement est maîtrisée, il convient d’informer les parents à propos du règlement de l’école, de la gestion de la violence et de l’évolution possible d’une relation de confiance rompue par la famille vis-à-vis de l’école. Cela inclut qu’il est précieux d’avoir au sein de son pouvoir organisateur un juriste qui pourra garantir la bonne adéquation de la gestion du conflit. Quelle énergie supplémentaire à déployer sans compter les dommages psychologiques à résorber chez les victimes au sein du corps enseignant. Bref il y a la bonne « com » qui est au service de notre société et il y a celle qui nuit à son bien-être. On mesure d’autant plus la pertinence qu’est cette mission prioritaire de l’école de faire des élèves des citoyens responsables sensibles aux valeurs de notre société et dotés d’un esprit d’analyse critique. Que votre école aille bien. Alain NICOLAS

  • ECHOS DE LA SALLE – AEL CINEY 5

    "Que vos écoles aillent bien!"

    Cette formule de Jean-Baptiste de La Salle, nous la

    connaissons tous. En ce qui me concerne, il m'arrive

    souvent de la prononcer à la fin d'un discours... ou

    pour exprimer un désir, tout compte fait bien général,

    à une équipe d'enseignants ou à un de mes collègues.

    Et pourtant, cette phrase pourrait parfois paraître bien

    dérisoire. Le présent nous interpelle par tant de freins

    à notre action dans nos écoles que parfois ce souhait

    de Jean-Baptiste de La Salle nous semble bien

    utopique.

    Il y a les circulaires, les nouveaux décrets, les règles

    en matière comptable, etc. Il y a aussi le "terrible

    quotidien": la gestion des conflits, l'administration de

    l'établissement, les difficultés d'élèves, les enseignants

    auxquels il faut rappeler le cadre, l'entretien des

    bâtiments, et... bien d'autres choses encore.

    Souvent ce que l'on ressent c'est l'écrasement face à ces tâches de tous les jours et

    parfois un sentiment d'impuissance.

    On peut aussi voir les choses autrement. Et pour cela, je trouve que les réunions

    organisées pour le fondamental (et en particulier les réunions de directeurs) sont

    extrêmement révélatrices: face aux difficultés, on cherche des solutions. Ainsi, le 20

    janvier, lors d'une formation animée par Paul Flasse, vous (les directeurs du

    fondamental) vous êtes penchés sur tous les aspects de la gestion d'un groupe.

    Durant une matinée bien remplie, toutes les composantes de la notion de "groupe"

    ont été mises "à plat": le rôle, le statut, les membres, le type de groupe,... Un jeu de

    rôle a même permis à chacun de se situer et de comprendre son fonctionnement dans

    une dynamique de groupe.

    Le 10 mars, autres difficultés,... autre approche. Ce sont les problèmes très pratiques

    posés par l'informatique qui sont abordés. Autre méthode aussi: c'est un collègue qui

    guide le groupe à travers les pièges du "PROECO".

    Le partage d'expériences, les intervisions, l'accompagnement, la formation: voici des

    ingrédients que déjà Jean-Baptiste de La Salle préconisait. Il s'agit d'initiatives fortes

    qui permettent à chacun d'aller plus loin dans sa démarche pédagogique. Tout ceci

    est renforcé par une certitude: en équipe, on repoussera toujours plus loin les limites

    de nos performances.

    Alors... Que n