Contribution medef à la stratégie nationale de santé

Download Contribution medef à la stratégie nationale de santé

Post on 28-Nov-2014

539 views

Category:

News & Politics

3 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Considr comme le meilleur systme au monde par lOrganisation mondiale de la sant (OMS) en 2000, le systme de sant franais fait dsormais lobjet de critiques de plus en plus nombreuses que ce soit sur linsuffisante place faite la prvention ou encore son manque defficience. Les rapports dexperts sont convergents : le systme de sant franais mobilise davantage de moyens que ses voisins europens pour des rsultats sanitaires qui ne sont pas sensiblement meilleurs. Or les entreprises sont un des principaux contributeurs ce systme de moins en moins efficient. Les Franais euxmmes sont de plus en plus inquiets sur la qualit de leur systme de sant et sur son avenir compte tenu de la croissance annonce des dpenses de sant. Selon le sondage ralis par lIfop en mai 2013 dans le cadre de lObservatoire des politiques publiques sur le thme Les Franais et la politique de sant , seules 35 % des personnes interroges estiment que les sommes annuellement consacres par la France la politique de sant sont utilises de manire efficace. Ce constat devrait nous amener nous interroger collectivement sur la nature et lampleur des rponses apporter aux enjeux poss et engager sans dlai des rformes de structure ambitieuses tant en termes de financement que dorganisation. Au lieu de cela, les pouvoirs publics, gouvernement aprs gouvernement, font le choix de la facilit, celui qui consiste privilgier les arbitrages de courtterme et les volutions rampantes.

TRANSCRIPT

<ul><li> 1. Fvrier Contrib surlast Ave syst inno 2014 butiondu tratgien c les e tme d ovation uMEDEFa nationale entrep de san n et re audbat edesant rises, nt en spons Page 1 assur conjug sabilit rer lav guant venir d efficie du ence, </li> <li> 2. Fvrier 2014 Page 2 </li> <li> 3. Fvrier 2014 Page 3 SOMMAIRE Aveclesentreprises,assurerlavenirdusystmedesant enconjuguantefficience,innovationetresponsabilit PartieI.Engagerlesrformesstructurellesversuneorganisationcibledusystmedesoins favorisantlefficienceetlinnovation..................................................................................p.7 Axe1:adapterloffredesoinsdesoinsparunrquilibragehpitalville....................p.9 Axe2:rendrelefonctionnementetlagestiondestablissementsdesantplusefficients parplusdquitetdetransparenceentrepublicpriv.................................................p.11 Axe3:mettreenplaceunevritablemdecinedeparcourspourreleverledfidela monteenchargedesmaladieschroniques......................................................................p.13 Axe4:responsabiliserdavantagelesacteursdusystmedesant..................................p.14 Axe5:clarifierlagouvernancedusystmedesantetrenforcerlesrglesdepilotageetde suividesdpensesdassurancemaladie.............................................................................p.16 Leprogrstechnique:facteurdefficience,levierdelconomiedelasantdufutur.....p.18 PartieII.Amoyenlongterme,dfinirunschmacibledefinancementfavorisantlefficience dusystmeetcompatibleaveclacomptitivit................................................................p.19 Lemodletatiqueschma1.....................................................................................p.21 Lemodleconcurrentielschma2.............................................................................p.23 Notrerecommandation:lemodleralisteschma3.............................................p.25 SYNTHESEDELACONTRIBUTIONMEDEF..........................................................................p.27 </li> <li> 4. Fvrier 2014 Page 4 </li> <li> 5. Fvrier 2014 Page 5 ConsidrcommelemeilleursystmeaumondeparlOrganisationmondialedelasant(OMS) en2000,lesystmedesantfranaisfaitdsormaislobjetdecritiquesdeplusenplusnombreuses que ce soit sur linsuffisante place faite la prvention ou encore son manque defficience. Les rapportsdexpertssontconvergents:lesystmedesantfranaismobilisedavantagedemoyens quesesvoisinseuropenspourdesrsultatssanitairesquinesontpassensiblementmeilleurs.Or lesentreprisessontundesprincipauxcontributeurscesystmedemoinsenmoinsefficient. LesFranaiseuxmmessontdeplusenplusinquietssurlaqualitdeleursystmedesantetsur sonavenircomptetenudelacroissanceannoncedesdpensesdesant.Selonlesondageralis parlIfopenmai2013danslecadredelObservatoiredespolitiquespubliquessurlethmeLes Franaisetlapolitiquedesant,seules35%despersonnesinterrogesestimentquelessommes annuellementconsacresparlaFrancelapolitiquedesantsontutilisesdemanireefficace. Ce constat devrait nous amener nous interroger collectivement sur la nature et lampleur des rponsesapporterauxenjeuxpossetengagersansdlaidesrformesdestructureambitieuses tant en termes de financement que dorganisation. Au lieu de cela, les pouvoirs publics, gouvernement aprs gouvernement, font le choix de la facilit, celui qui consiste privilgier les arbitragesdecourttermeetlesvolutionsrampantes. Cechoixobrelaveniretlaprennitdunsystme,figdansunmodleancienetmalprparaux rvolutionsencours,malgrdindniablesatouts.Ilconduitunedgradationlentemaisinvitable dusystmedesantquiapparatdeplusenpluscommeuncotpourlacollectivitaulieudtre unecontributionessentielleunenvironnementdecroissanceetdemploi. Cechoixconsistenotamment: injecterchaqueanneprsde4Mdssupplmentairesdansunsystmequioffredjuntrs hautniveaudecouverturepubliquetoutencontinuantcreuserlesdficits; reporterlefinancementdecetrshautniveaudecouverturesurlesgnrationsfuturesavecun transfertdedetteslaCaissedamortissementdeladettesociale(Cades); renforcer un systme public, administratif et rglement, plutt que de faire jouer une concurrenceentrelesacteursquipeutcontribuerlabaisseduprixdesprestationsetservicesde santetlescotsdegestion,commel'illustrentlessystmesnerlandaisetallemand; renforcer la solidarit verticale d'un systme qui est pourtant dj un des outils les plus redistributifsdenotresystmesociofiscalaurisqued'interrogerleconsentementaufinancement des jeunes gnrations, notamment les plus qualifies, et de faire disparatre toute libert de choix; carter tout lment de responsabilisation des acteurs la considrant, par dogme, comme forcmentnfastedansunpaysquiapourtantl'undesresteschargelesplusbasaumonde; renoncerladaptationdeloffredesoins,notammentpourprserverlemploipublichospitalier, conduisantfairepeserleseffortsdergulationdeladpensesurlesacteursprivs. </li> <li> 6. Fvrier 2014 Page 6 Notreconvictionestquilesturgentdedfiniruncap,unevritablestratgiepourlesystmede santhorizon20202025.CestcetteconditionquelesystmeauquellesFranaissontattachs pourratreprennispourlesgnrationsactuellesetfutures. PourleMEDEF,lastratgienationaledesant(SNS)annonceparlespouvoirspublicsdoitviser: Engager les indispensables rformes structurelles du systme de soins en favorisant lefficience et linnovation (partie 1). Ces rformes permettraient de parvenir une organisationcible du systme de soins o lhpital serait recentr sur les cas lourds et complexes et les urgences avres, la mdecine de ville serait mieux structure et mieux coordonne, lensemble des acteurs serait responsabilis, la gouvernance et le pilotage du systmeseraientrenforcs.Ellesgnreraientdesconomiesdelordrede1520Mdsparan horizon2017toutenamliorantlascuritetlaqualitdessoins.Ceprogrammepluriannuel formeraitunensemblecohrentdemesures,dontcertainespourraienttremisesenuvre immdiatementetdautresverraientleurapplicationtaledansletemps.Ilvisemettrele systmeenmouvementenfavorisantlinnovationmaisenveillantquellesetraduise,dans lasantcommelesautressecteurs,pardesgainsdeproductivit. Dfinirunearchitecturecibledefinancementprservantunbonniveaudecouverturemais compatible avec la comptitivit (partie 2) en distinguant mieux ce qui doit relever de la solidaritnationale,delamutualisationetdelaresponsabilitdanslecadredunearchitecture rnove.Comptetenudelaugmentationannoncedesdpensesdesantdontlacroissance estsuprieureauPIB,lestatuquonestpassouhaitablesaufpesersurlacomptitivitdes entreprises.Entrelemodletatiqueetrglementquisedessineetquenousrejetonsetle modleconcurrentielquimriteunintrt,nousproposonsdeprivilgierunschmacible favorisantl'efficienceglobaledusystmeetcompatibleaveclacomptitivitdesentreprises toutentenantcomptedesspcificitsdusystmedesantfranaisetdelamaturitdudbat publicsurcessujets(cf.modleralistedcritdansleschma3).Ilprvoitunediminution dufinancementdusystmeobligatoiredelordrede10Mdstransfrsversdesdispositifsde mutualisationetlaresponsabilitindividuelle.Cettepropositiondoitaussisetraduireparune baissedescotisationsmaladie.Cette proposition,combineavecles mesuresdefficience prvuessupra,permetautotalderaliserunediminutiondesdpensesdassurancemaladie obligatoiredelordrede2530Mds. Notre systme de sant mrite mieux que des arbitrages de courtterme et des volutions rampantes.Ilmriteunvritablechoixdesocitclairettransparentautourdunevisionpartage etresponsabledemoyenlongtermetantentermesdorganisationdessoinsquedarchitecturecible definancement.Lastratgienationaledesant(SNS)annonceparlespouvoirspublicsdoitentre loccasion.Cedocumentseveutunecontributionaudbatdmocratiquequenousappelonsdenos voeux. *** ** </li> <li> 7. Fvrier 2014 Page 7 Partie I Engager les rformes structurelles vers une organisationcible du systmedesoinsfavorisantlefficienceetlinnovation La question de la rgulation des dpenses de sant et les enjeux defficience sont devenus des proccupationsmajeurespourlensembledespaysdelOCDE1 .SilaFrancesestengagedanscette voieaveclamiseenplacedesPLFSS,delOndametlesoutilsdematrisemdicalisedesdpenses, le systme de sant franais manque defficience, comme la encore rappel lOCDE dans son Panoramadelasant2013. Certes, la France a des rsultats sanitaires globalement satisfaisants. Ils ne sont toutefois pas sensiblementmeilleursqueceuxdautrespaysquiconsacrentunepartplusfaibledeleurrevenu nationallasant.IlssontmmeparfoismoinsbonsquelamoyenneOCDE(exemples:mortalit avant 65 ans, diabte, consommation dalcool, dpistage du cancer du sein). Ces performances contrastessontlesigneduneinsuffisanteadaptationdelorganisationetdelagouvernancededu systme de soins aux nouveaux enjeux (vieillissement, maladies chroniques) et aux nouvelles technologies(ambulatoire,traitementpersonnalis). Hospitalocentr, trs cloisonn et insuffisamment coordonn, trop curatif et pas assez prventif, etc., le systme de soins a vieilli pour reprendre lexpression utilise par la Ministre lors du lancementdelastratgienationaledesant(SNS).Tropfig,ilnasusadapterauxnouveauxenjeux etpleinementtirerpartidesvolutionstechnologiquesetthrapeutiquesmajeuresdecesdernires dcenniesquiontparexemplepermisdesinterventionsmoinsinvasivespourlepatient.Lepilotage stratgiqueestinsuffisantalorsquelescontrainteslgislativesetrglementairessontdeplusenplus fortes pour les acteurs. La gouvernance du systme reste bancale bien des gards avec la coexistencedunedoublecommandeassurancemaladieetEtatetduneconfusiondesrlesdans lechamphospitalierolEtatestlafoisgestionnaireetrgulateur. De nombreux rapports (Cour des comptes, IgasIGF, MECSS, OCDE, HCAAM, CNAMTS, etc.) ont documentcesconstats,rappelsicitrsbrivement,etontformuldenombreusespropositionsde rformesditesstructurellesconcourantunematriseaccruedeladpensetoutenamliorantla qualitetlascuritdessoinslinstardurapportIgasIGFdejuin2012surlerespectdelOndam2 . La ralit est que les pouvoirs publics peinent engager grande chelle, les indispensables rformes de structures. Les chantiers stratgiques qui permettraient de raliser, demain, dimportantsgainsdeproductivit,notammentparunemodernisationdessystmesdinformation, sontinsuffisammentpilots.Ajoutonscelaquelesystmederemboursementestdevenuillisibleet dresponsabilisantpourlesassursetparnatureinflationniste. En repoussant les rformes structurelles urgentes, la France est de plus en plus isole au niveau europen.Eneffet,laplupartdespaysdelOCDEontmisenplacedesactionsdergulationdela dpenseetdematrisedelaconsommationexcessiveouinappropriedebiensetservicesdesant 1 Amliorerlerapportcotefficacitdessystmesdesant,notedepolitiqueconomiquen2,OCDE, 2010. 2 Pourmmoire,cerapportconsidrequilestpossiblederaliserprsde15Mdsdconomiessansbaisse delaqualitdessoins.Cesconomiesportaientprsde60%surlhpital. </li> <li> 8. Fvrier 2014 Page 8 et dadaptation deloffre de soins3 . Face la crise, les pays de lOCDE ont acclr le train de rformes structurelles engages. La France fait linverseavec, par exemple, lannonce de la gnralisationdutierspayantquicontribuerarendrecesbiensetservicesgratuits. Pire, la France fait supporter lessentiel des efforts de rgulation de la dpense par les acteurs privs4 (mdicaments, dispositifs mdicaux, hospitalisation prive, mdecins libraux), choix dangereux qui menace la croissance et lemploi dans ces secteurs dexcellence franaise mais galementchoixinjustedanslamesureolesconomiesengendressurcessecteursprivssont absorbes par dautres acteurs, notamment publics5 sans bnfice supplmentaire pour la collectivit.Cestunchoixquenousdnononsanneaprsanne,PLFSSaprsPLFSS:ilprserve dessituationsderenteaudtrimentdelinnovation,figelesystmeaulieudelemettreen mouvement,dresselesacteurslesunscontrelesautresalorsquilconviendraitdelesengagerdans unsystmecoopratif,brefsacrifielavenirauprsent. Danscecontexte,leMEDEFappellelamiseenplacedunProgrammepluriannuelderformes structurellesconcourantlamiseenuvreduneorganisationcibledusystmedesoinshorizon 2017,plusefficientepourlepatiententermesdequalitcommepourlacollectivitentermesde cot.CeProgrammeambitieuxpermettraitderalisersurlapriodeuneffortdefficiencedelordre de 15 20 Mds dans le champ de lOndamdici 2017 tout en amliorant la qualit des soins montantquipourraitpartiellementtrerinvestidanslesecteur6 .Ilestindispensablepourtenirsur lapriodeunOndamunniveauplusraisonnableetpouradapterpluslongtermelesystmeaux nouveauxenjeuxdanslintrtmmedespatients. Ceprogramme,quiformeraitunensemblecohrentdemesures,devraittreguidparuncertain nombre de principes daction: efficience et innovation; quit de traitement entre les acteurs publics et privset transparence ; libert et responsabilit des acteurs. Il serait mis en uvre de faon tale dici 2017 en veillant une juste rpartition des efforts entre les diffrents acteurs. Certaines de ces mesures seraient mises en uvre immdiatement, dautres ncessiteraient des modifications lgislatives ou rglementaires. Certaines pourraient tre gnralises, dautres passeraientparlamiseenuvredeprojetspilotes. Silnenousappartientpasdeproposerendtailunprogrammedtaillquirelvelaresponsabilit despouvoirspublics,ilnousparatplusquejamaisncessairedecontribuerproposeruncap,des orientationsversunschmacibledorganisationdessoins,favorisantlefficienceetlinnovation.Les cinqaxesetlavingtainedepropositionscidessousnontdautrevocationquedesquissercecapet derappelerlordredegrandeurdesconomiespossiblesquenousestimonsentre15et20Mds,sur 3 cf.EclairageComparaisoninternationaledeladynamiquercentedesdpensesdesant,Lacrisea ensuite t le catalyseur de rformes profondes des systmes de sant, Rapport de la Commission des comptesdelaScuritsociale,septembre2013. 4 Pourlanne2014,laLFSSprvoit440Mdefficiencelhpital,soit18%desconomiesdemandesdans lechampdelOndamalorsquelesenveloppeshospitaliresreprsentent42%delOndam. 5 Atitredexemple,lapolitiquededveloppementdesmdicamentsgnriquesestfinanceautraversde baissesdeprixindustriels.Orunegrandepartiedecesconomiessertfinancerlarmunrationsurobjectifs desprofessionnelsdesantetlamargeincitativedespharmaciensalorsmmequelecotdeladistributionde mdicamentestlevdansnotrepays. 6 Linnovationensantcorresponduneattentefortedenosconcitoyens.Siellesetraduitpresquetoujours par un surcot en dbut de priode, elle apporte des gains substantiels ensuite. Cest un sujet quil conviendraitdedavantagedocum...</li></ul>