AMO Recherche

Download AMO Recherche

Post on 28-Oct-2015

162 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • AMOEn direct du toit du monde:

    le reportage de premire main d'un Initi

    sur l'un des sites secrets de la Grande

    Fraternit Blanche.

  • D'un initi anonyme

    En direct du toit du monde:

    le reportage de premire main d'un Initi

    sur l'un des sites secrets de la Grande

    Fraternit Blanche.

    Premire traduction anglaise de l'original allemand:

    Robert Firmage.

    Editions LABUSSIRE

  • Chez le mme diteur

    Dr John Mc Kenna : Antibiotiques, La RvolutionNaturelle

    Chantal et Lionel Clergeaud : L'Argile, Terre de VieYvan Dionis : La Mdecine du Bon SensDr Bruce Goldberg : Secrets de Sant pour une Vie longue

    et heureuseGaston Prost: Dbordez d'nergieChantal et Lionel Clergeaud : 100 Cocktails revitalisants

    pour une Sant toute preuveFrancis Frandeau de Marly: Trait des Influences Cosmo-

    magntiquesScott Cunningham & David Harrington: Secrets et

    Recettes pour un Habitat HeureuxMelita Denning & Osborne Phillips : L'autodfense

    psychiqueTed Andrews: Comment Rencontrer ses Guides Spirituels

    et Travailler avec euxJean-Luc Belleney : Comment Russir sa Vie avec les

    Dessins Psycho-nergtiquesKarine Chateigner : Le Nouveau Livre des EspritsDr Bruce Goldberg : Vies passes, Vies futuresYvan Dionis : La Sant par l'EspritJrme Calmar: L'Eveil selon le TchanRoger Gascon: Les Fantastiques Pouvoirs du DcagoneTony Hogan : N pour GurirStphanie Roberts: 108 Astuces Feng ShuiOri Hofmekler : Le Rgime du GuerrierGeorges Osorio :A l'coute des Grands InitisA.D. du Graal: Des Mgalithes aux Cathdrales

    Demandez le catalogue complet de nos ouvrages :Editions LABUSSIERE - B.P. 85 - F. 71700 TOURNUSInternet: www.editionslabussiere.com

  • 2005 Editions Labussire

    ISBN n 2-84988-022-1

    Toute reproduction, mme partielle, par quelque procd que

    ce soit constituerait une contrefaon sanctionne par les

    articles 425 et suivants du code pnal.

  • CHAPITRE UN

    UN MYSTIQUE ALLEMAND

    SE PRSENTE AU PUBLIC

    C'est au dbut du mois de mai 1940 que l'diteur, enqualit de rdacteur de chef, d'un journal en langueallemande publi dans le Middle West, reut une lettresigne "L'Ermite des Montagnes Rocheuses, Montana", et lutce qui suit :

    "Je suis sans doute le plus vieux lecteur de ce journal,tant g de plus de quatre-vingt quatorze ans. Je rside ici,dans la rgion du sud-ouest du Montana, dans une petiteferme peu prs entirement isole de tout trafic. Et, vraidire, durant toute l'anne, je ne vois pratiquement pasd'trangers, except quand je conduis ma vieille Ford jusqu'la petite ville la plus proche, afin de relever le peu de courrierque je reois. En hiver, cause de la neige, il se passe parfoisplusieurs semaines avant que je puisse m'y rendre. Je parsdonc occasionnellement pied, accompagn de "Philos", mongrand et fidle lvrier russe, en direction de la ville. Enautomne, je fais ordinairement des provisions de conservespour les longs mois d'hiver. Etant donn que je ne relve moncourrier que de temps en temps, je reois par consquent lavaleur de plusieurs semaines de journaux la fois et m'absorbe- au cours des mois d'hiver - jour et nuit dans la lecture. Jesuis compltement seul et, si je mourrais, il est probable quepersonne ne me trouverait, et que je tomberais en poussire icijusqu' ce que quelqu'un me dcouvre fortuitement. Car il n'y

    5

  • Amo

    a mme pas une route convenable menant jusque chez moi.Lorsque je conduis ma vieille Ford, pendant le printemps, l'tet l'automne, je coupe tout simplement la route principale unpoint particulier, et les traces de mes pneus s'envolentgnralement promptement. - Suis-je rest robuste? Oui. Lesrares personnes qui me connaissent dans la ville voisine, l oje m'approvisionne, me donnent au plus une soixantained'annes. Ces habitants me considrent comme un scientifique,entran aux tudes gologiques. Et il en est bien ainsi. rai tseul durant la majeure partie de ma vie, et le resterai jusqu' lafin - rien que mon "Philos" et moi. - Actuellement, les lecteursse demandent peut-tre quel drle de numro je suis. Dans majeunesse, je quittai l'Allemagne, aprs avoir servi en qualit dejeune officier dans les rgiments de la Garde Royale durant laguerre franco-prussienne qui me valut d'tre bless. Mablessure ne cicatrisa qu'avec la plus grande difficult. J'avaisde l'argent, puisque fils unique de parents dcdssuccessivement peu aprs la fin de la guerre. En fait,j'abandonnai l'Allemagne uniquement afin de trouver ailleursun remde ma blessure. Je parcourus l'Afrique du Nord etparvins en Inde, o je voyageais jusqu' ce que j'atteigne leglorieux Cachemire. Je fis l la connaissance d'un philosopheindien et "Saint Homme", qui m'apprit beaucoup, y compriscomment je pourrais cicatriser moi-mme ma plaie au moyendu pouvoir rsidant en moi. Mais il m'enseigna bien plusencore. Il m'apprit, en outre, voir dans l'avenir et le pass. Jene suis pas autoris crire davantage ce sujet, mais je puisen relater une partie. Etant donn, dans de rcents numros,qu'un grand nombre de prtendues prophties ont ici tpublies, j'ai pens qu'un peu de mon exprience personnellepourrait peut-tre intresser les lecteurs. Je serais heureuxd'crire ce propos de temps autre, mais j'insiste sur unecondition auprs du rdacteur en chef: en aucun cas mes nomet adresse ne seront divulgus. Je lui fais confiance,particulirement depuis que j'ai appris de par ses "Penses etObservations" qu'il semble tre un profond penseur, unphilosophe et, par-dessus tout, un homme de forte inclinationreligieuse. C'est tout pour le moment. Ds que je recevrail'assurance de rdacteur en chef qu'il ne fera pas connatre6

  • Un mystique allemand

    mon adresse, et ce en n'importe quelle circonstance, j'encrirai alors davantage. "

    La teneur de cette lettre fascina l'diteur un degrextraordinaire - d'abord du point de vue d'un journaliste qui serjouit de pouvoir recueillir une documentation intressantepour ses lecteurs, et ensuite, ainsi que l'auteur l'avait faitobserver, parce que l'diteur lui-mme tait attir, depuis desdcennies, par des questions philosophiques. Par consquent,il rpondit son correspondant qu'il pouvait tre assur quepersonne ne dcouvrirait son nom et son adresse. Cet octroine constituait aucunement une faveur spciale. Semblablesgaranties taient offertes par le rdacteur en chef la requtede n'importe quel auteur. Il fut donc des plus surprenant pourl'diteur qu'une telle garantie, donne de tout temps, suivant lesouhait de chaque autre auteur, soit plus tard l'occasion detoutes sortes de suspicions dnues de fondement.

    Et le rdacteur en chef accorda ainsi "l'Ermite" lagarantie qu'il dsirait, car il possdait le mme droit que toutautre auteur, c'est dire celui de garder l'anonymat. Peu aprsil reut la lettre suivante :

    "J'ai reu l'invitation du rdacteur en chef de relaterquelque peu mes expriences au Cachemire. J'ai, en outre, sagarantie qu'il ne fera connatre mon adresse personne. Jecrois et fais confiance au rdacteur en chef, qui ne me connatpas personnellement, bien que je le connaisse, car je l'ai djvisit plusieurs fois en rves et lui ai montr des tatsidaux qu'il a, au rveil, pris pour de simples songes,quoiqu'en ralit ils soient plus que cela. Il a parfois eu lesentiment qu'il se trouvait d'une faon ou d'une autre encontact avec des puissances invisibles ; toutefois, puisqu'il n'enavait aucune certitude, il y pensait, sans plus. Eh bien, je puislui rvler que dans certains cercles philosophiques, au sujetdesquels j'crirai plus tard, il n'est point inconnu, et qu'il estconsidr, dans les dits cercles, comme un homme fort avanc qui, par-dessus tout, a toujours assum les tchesde sa vie sans rcrimination, indiffrent ce que le destin luiavait dj fix. Ce sont des qualits trs importantes pourl'volution humaine. Les hommes n'ambitionnant que lesensationnel, et qui aussitt aprs, ds que celui-ci ne semble

    7

  • Amo

    plus les satisfaire, se tournent vers n'importe quoi d'autre,papillonnant purement et simplement et l d'un bout l'autre de leurs vies entre d'innombrables thories etperspectives, ne peuvent harmonieusement progresser - maisentravent plutt leur avancement de par leur instabilit.Cependant, c'est une chose totalement diffrente lorsqu'unhomme change grce une transmutation intrieure, sans tresduit par quoi que ce soit de sensationnel. Chacun devrait lefaire. Nul homme ne devrait se permettre de vgter, ni nedevrait s'adonner aux sensations ou chercher uniquement pourson "profit personnel". A prsent que j'ai la garantie dsire, etque je sais que le rdacteur en chef mourrait plutt que dedvoiler mon adresse quiconque, je relaterai la singulirehistoire de ma vie en une srie d'articles par l'intermdiaire du"Coin du Lecteur", pour autant que je le puisse et soisautoris la rvler, car je suis limit du fait qu'une partie dece que je sais et ai appris serait dangereuse divulguer aupublic. Je sens que dans un avenir proche j'changerai cetteexistence terrestre contre une bien plus belle, un processusque nous avons coutume de caractriser de "mort". En ralit,la mort est la vraie naissance de l'me dans sa vritable patrie.Cette "naissance de l'me", appele "mort", nous l'amenonsconsciemment jusqu' la ralisation, en opposition lanaissance terrestre, laquelle se passe pour nousinconsciemment. Ainsi la mort est apparemment plus difficilepour les hommes que la naissance terrestre. J'cris"apparemment", et c'est le cas. Car ds qu'un hommereconnat pour la premire fois que la "mort" est bel et bien lerveil de l'me et de l'esprit, alors la crainte de celle-ci sedissipe compltement. Je souhaite au moins bannir la peur dela mort de chez tous mes compatriotes. Les lecteurs lepercevront d'eux-mmes aprs avoir lu mes messages. Donc,je continuerai rdiger ces crits par pisodes, mais cesseraiimmdiatement au cas o le moindre trouble m'atteindraitpersonnellement de la part de