Zérodeux 68 - hiver/winter 2013

Download Zérodeux 68 - hiver/winter 2013

Post on 09-Mar-2016

216 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

zrodeux numro 68 - revue d'art contemporain trimestrielle et gratuite.

TRANSCRIPT

  • Hiv

    er /Winter

    201

    3Re

    vue

    dar

    t co

    ntem

    pora

    in t

    rim

    estr

    ielle

    et

    grat

    uite

    0268n

    Hamish FultonPhilippe ParrenoPierre HuygheGreen is the new black30 ans des Frac

  • New locationOpeningsoon

    7, rue Saint-Claude 75003 ParisT. +33 (0)1 40 27 00 32 www.galerietorri.com

    Los An

    geles

    - torri L.A -def:Mise en page 1 20/09/13 16:23 Page1

  • t +33 1 53 10 85 68f +33 1 53 10 89 72

    Morgane Tschiember Skin, 2013. Tissu, cramique. Dimensions variablesCourtesy NUOVE//residency. Photo Fiammetta de Michele

    MORGANE TSCHIEMBERPolystyrene, Shibari & Co.

    13.12.2013 - 08.02.2014Vernissage le jeudi 12 dcembre 2013, partir de 18h

    Avec le concours de NUOVE//Residency etde lcole municipale des beaux-arts galerie Edouard-Manet, Gennevilliers

    6, rue Jacques Callot75006 Paris

    contact@loevenbruck.comwww.loevenbruck.com

  • Royal Gar

    den5

    Vegetal P

    assion

    Laura Aldr

    idge, Ditte

    Gantriis,

    Hayley Tom

    pkins, Trav

    ess Smalle

    y, Pedro W

    irz

    Textes : Do

    rothe Dup

    uis et Aur

    lien Mole

    Exposition

    en ligne s

    ur www.c

    redac.fr

    partir du

    13 dcemb

    re 2013

    Commissair

    es : Its Ou

    r Playgro

    und

    (Camille Le

    Houezec e

    t Jocelyn V

    illemont)

    5me diti

    on de Roya

    l Garden,

    la revue e

    n ligne du

    Centre da

    rt contemp

    orain dIv

    ry- le Cr

    dac.

    Ralise g

    rce

    au soutien

    de la Rgi

    on Ile-de-F

    rance.

    Annonce-02-vegetal def:Mise en page 1 15/11/13 12:38 Page1

  • Place Honor Commeurec - halles centrales - 35000 Rennes 02 23 62 25 10 - www.criee.org Mtro Rpublique - Entre libre et gratuite Mardi au vendredi 12h-19h - Samedi et dimanche 14h-19h Ferm les lundis, le 25 dcembre et le 1er janvier

    ORACULA

    R

    VERNA

    CULAR

    Nel Beloufa Julie BnaMichel Boisse Bertrand DezoteuxMarine HugonnierDominique HurthAlex Isral Ikonotekst groupe

    Kapwani KiwangaMathieu Kleyebe Abonnenc

    Kolkoz Gareth LongBenot Maire Shana Moulton Falke PisanoOlivia Plender Sunita Prasad Julien PrvieuxRyan Trecartin

    Commissariat :Charlotte Cosson & Emmanuelle Luciani

    MAMOCentre d'art de la Cit Radieuse

    280 Boulevard Michelet

    13008 Marseille, Francewww.mamo.fr

    mercredi-dimanche 11h-18h00entre 3 euros

    15

    DCEMB

    RE

    2013

    16 FVRIER 2014

    annonce Ora 02-3:Mise en page 1 28/11/13 12:17 Page1

  • Nicolas Momein

    Zoogaleriewww.zoogalerie.fr

    49 chausse de la Madeleine44000 Nantes

    ouvert du mercredi au samedi de

    14 h 19 h

    du 28 fvrierau 29 mars 2014

    dic

    ules

    lain

    s, I

    AC

    Vill

    eurb

    anne

    , 201

    3 D

    esig

    n g

    rap

    hiq

    ue :

    Lio

    nel C

    atel

    an

  • au Frac jusquau 19 janvier 2014

    XXVIIe Ateliers Internationaux du Frac

    Spectaculaire DONNA KUKAMA, PAMELA PhAtsIMO sUNstRUM, thENJIWE NKOsI, MADEYOULOOKexposition organise dans le cadre des saisons Afrique du sud - France 2012 & 2013.

    hOL DUREtacte 1 la vie hroque de B.S. : aS a triBute...

    dfkslkfksjflsjqfkjsfiuazjklqsksjfljqsDJMJQSfjdkjklfgfgfdgfdgfgfdggfdggfgfgdsds

    au domaine dpartemental de la Garenne Lemot jusquau 2 fvrier 2014

    par une nuit dhiver Delphine Gigoux-Martin et les uvres de la collection du Frac

    dfkslkfksjflsjqfkjsfiuazjklqsksjfljqsDJMJQSfjdkjklfgfgfdgfdgfgfdggfdggfgfgdsds

    FRAc DEs PAYs DE LA LOIREt. 02 28 01 50 00www.fracdespaysdelaloire.com

    visuel : Pamela Phatismo sunstrum

    PAR LES TEMPSPAR LES TEMPSPAR LES TEMPSPAR LES TEMPSPAR LES TEMPSPAR LES TEMPSPAR LES TEMPSPAR LES TEMPSQUI COURENTQUI COURENTQUI COURENTQUI COURENTQUI COURENTQUI COURENTQUI COURENTQUI COURENTQUI COURENTLiFE, SAINT-NAZAIREExposition du 7.12.2013 au 12.1.2014

    Base des sous-marins + Alvole 14Ouverte du mer au dim de 14:00 19:00sauf jours fris

    PAR LES TEMPSPAR LES TEMPSPAR LES TEMPSPAR LES TEMPSPAR LES TEMPSQUI COURENTQUI COURENTQUI COURENTQUI COURENTQUI COURENT

    BERTILLE BAKHARUN FAROCKIPAUL HARRISON & JOHN WOODMARTIN LE CHEVALLIERCRISTINA LUCAS

    PAR LES TEMPSCRISTINA LUCAS

    PAR LES TEMPSPAR LES TEMPSADRIAN MELISPAR LES TEMPSPAR LES TEMPSFRDRIC MOSERPAR LES TEMPSPAR LES TEMPS& PHILIPPE SCHWINGERPAR LES TEMPSPAR LES TEMPSANTOINE NESSIPAR LES TEMPSANU PENNANENANU PENNANENJULIEN PRVIEUX

    QUI COURENTJULIEN PRVIEUX

    QUI COURENTQUI COURENTSUPERFLEXQUI COURENTQUI COURENTPILVI TAKALAQUI COURENTQUI COURENTTHU VAN TRANQUI COURENTQUI COURENTCAREY YOUNGQUI COURENT

  • 11

    En couverture /Cover

    Hamish Fulton

    Footpath, 2012 (Pyrnes). Photographie et texte/Photoandtext, 76 94 3 cm (encadr/framed). Courtesy Hamish Fulton ; galerie Torri, Paris.

    Directeur de la publication /PublishingDirectorRdacteur-en-chef/Editor-in-ChiefPatrice Joly.

    Rdactrice-en-chef adjointe/AssociateEditor-in-ChiefAude Launay.

    Rdacteurs/ContributorsAnne Bonnin, Eline Grignard, Laure Jaumouill, Patrice Joly, Flora Katz, Aude Launay, Fabrice Lauterjung, Christophe Le Gac, Ingrid Luquet-Gad, Chlo Orveau, Julie Portier, Bndicte Ramade, Emeline Vincent.

    Traduction/TranslationSimon Pleasance & Fronza Woods,

    Relecture/Proofreading Aude Launay, MP Launay.

    Publicit/AdvertisingPatrice Joly. patricejoly@orange.fr

    Design graphique/GraphicDesignClaire Moreux.

    Impression/PrintingImprimerie de Champagne, Langres.

    diteur /PublisherAssociation Zoo galerie4 rue de la Distillerie44000 Nantespatricejoly@orange.frAvec le soutien de la Ville de Nantes.

    Textes indits et archives sur :Unpublishedtextsandarchives: www.zerodeux.fr

    Guests

    13. Hamish Fultonpar / by Patrice Joly

    46. Philippe Parrenopar / by Aude Launay

    Dossier 30 ans des Frac

    20. Les Pliades Les Abattoirs, Toulouse

    par / by Emeline Vincent

    25. Entretien avec / Interview with Florence Derieux

    par / by Aude Launay

    30. Les nouvelles architectures des Frac / New FRAC Architecture

    par / by Christophe Le Gac

    Interview

    34. Entretien avec / Interview with Sandra Patron

    par / by Patrice Joly

    Essai

    39. Green is the new black par / by Bndicte Ramade

    Reviews

    54. Pierre Huygue Centre Pompidou, Paris

    56. Deimantas Narkeviius Le Magasin, Grenoble

    57. Stan Douglas Carr dArt, Nmes

    58. Archeologia Rennes

    59. Michel Aubry Crdac, Ivry-sur-Seine

    60. Fernanda Gomes Centre international dart et du paysage, Vassivire

    61. SelestArt 20e biennale de Slestat

    62. Le Tamis et le sable Maison populaire, Montreuil

    63. Lorena Zilleruelo Espace crois, Roubaix

    64. Gabriel Kuri Parc Saint Lger, Pougues-les-Eaux

    0 2 n 6 8S o m m a i r e Hiver /Winter 2013

    Revue dart contemporain trimestrielle et gratuite

    Le Jeu de Paume est subventionn par le ministre de la Culture et de la Communication. Il bn cie du soutien de NEUFLIZE VIE, mcne principal.

    Avec le soutien de En partenariat avec Le Jeu de Paume est membre des rseaux

    Programmation Satellite 6

    Jeu de Paumewww.jeudepaume.org

    Une propositionde Mathieu Copeland

    Quatrimemouvement

    15.10.13-26.10.14

    Suite pourexposition(s)

    et publication(s)

    Une exposition des projections

    Design : Nicolas Eigenheer / Nomie Gygax

  • 12

    02 n68Hiver 2013

    GuestKlara Lidn

    13

    Comme agir et travailler, marcher exige un enga-gement corps et me dans le monde, cest une faon de connatre le monde partir du corps, et le corps partir du monde 1.

    Cela fait une dizaine dannes que lartiste anglais navait foul les chemins ni les trottoirs franais si lon excepte les moments notables que furent la marche entre le domaine de Chamarande et Paris en 2003 et celle rali-se loccasion de la biennale de Belleville, en 2010, pour laquelle larpenteur impnitent avait reli sept fois en une journe le point zro au mtre talon 2 en un parcours aussi symbolique que mmorable. Invit par le centre rgional dArt contemporain de Ste raliser une exposition per-sonnelle, lartiste doutre-Manche trouve l loccasion de raliser une de ses impressionnantes prgrinations en reliant lAtlantique la Mditerrane et de traverser les Pyrnes douest en est en empruntant pour partie les sentiers de grande randonne mais aussi en inventant de nouveaux itinraires, marque de fabrique dun artiste qui revendique la dambulation travers les espaces naturels et urbains comme une certaine forme de libert. Les grandes salles du Crac de Ste, avec leurs volumes hors normes et la minralit de leur architecture, ne sont pas pour rien dans ce retour en France : elles lui permettent de restituer de la manire la plus fidle cette exprience de la traverse du paysage qui figure au premier rang de ses motivations.

    La longue marcheHamish Fulton appartient une tradition artistique,

    celle de la marche, de la performance, du happening, qui agrge de nombreuses proccupations allant du dsir de dmatrialisation de luvre dart commun aux artistes conceptuels et ceux du Land Art, la volont de recon-sidrer limportance du corps lintrieur de lexprience esthtique ; sa pratique croise aussi celle dautres marcheurs clbres dont les mobiles furent purement protestataires, comme Martin Luther King qui emprunta la grande figure de la rvolution indienne Gandhi cette manire de manifester ses idaux politiques qui allie non-violence et dambulation. La marche qui, par-del son caractre anodin, est, paradoxalement, pour de nombreux savants, lorigine de notre singulire destine humaine a la facult, comme toutes les choses simples en apparence, de soulever des questionnements fondamentaux lorsquelle se voit incorpore dans le champ de lart. Dans son ouvrage dsormais classique, Marcher, Crer, Thierry Davila fait remonter les prmices de cet art du nomadisme aux pre-mires tentatives de Rodin pour faire de la sculpture un anti-monument, ne plus lui assigner de localisation et la

    faire entrer de plain-pied dans le modernisme en lui conf-rant un caractre autorfrentiel 3. Mais comme le dit Davila un peu plus loin, le nomadisme moderniste ne suffit plus dsormais caractriser une pratique contem-poraine qui ne sembarrasse gure de ce genre de restric-tions 4. Il est cependant assez tentant de replacer Fulton dans cette ligne en lui rattribuant les critres retenus par Rosalind Krauss pour caractriser la condition ngative du modernisme : une perte de site, un nomadisme, un tat de dracinement absolu 5 . En effet, lAnglais considre sa production artistique comme une sculpture se dplaant lintrieur du paysage, il ne cherche pas lui assigner de lieu spcifique et dclare ne pas vouloir produire dobjets autres que ceux ncessaires la restitution stylise de lexprience vcue 6. Bien que Fulton semble vouloir se dmarquer des artistes du Land Art en laffirmant mme ses wallpaintings 7, il est indniable quil partage le mme renoncement envers luvre dart rifie, le mme attrait pour les espaces naturels dbarrasss tant que faire se peut de toute prsence humaine et une certaine mfiance lgard de la grande ville mme sil lui arrive cependant dy faire des marches comme ce fut le cas justement pour la performance bellevilloise.

    Restituer / resituerUne restitution classique ne sied pas vraiment

    la pratique de Fulton : on ne peut gure imaginer quil se satisfasse dun compte-rendu de son exprience qui prenne la forme dun banal objet dart, proccupation quil par-tage avec son ami Richard Long : pour Fulton, le corps est uniquement un instrument perceptif tandis que, pour Long, cest galement un instrument de dessin 8 , nous dit Francesco Careri, comparant les difficults prouves par les deux artistes anglais dans la transmission de ce qui relve en priorit de lexprience, avec le sentiment que pour Fulton la tche est encore plus ardue et ne peut tre de toutes manires quun succdan, le problme de la re-prsentation du parcours est rsolu par le moyen dimages et de textes graphiques qui tmoignent de lexprience de la marche, avec cette conscience de ne jamais pouvoir y parvenir par la reprsentation 9 . Pour transmettre cette exprience de la marche, Fulton utilise principalement deux mdiums, celui de la peinture et celui de la photo. Mais pas nimporte quelle peinture, pas nimporte quelle photo. La peinture de Fulton est dessence minimale sans renoncer pour autant la complexit, elle accepte des formes gomtriques, des symboles, de lcriture et mme une lgre dose de figuration. Toutefois, mme quand ce dernier sen prend la reprsentation des montagnes, il ne sagit pas pour autant de faire dans la fantaisie : ses

    Hamish Fulton En marchant , Crac Ste, 30.10.2013 - 02.02.2014

    Patrice Joly

    Hamish Fulton

    Chinese Economy, 2009 (Nepal/Tibet).

    557 543 cm. Vue de l'exposition/Viewoftheexhibition

    En marchant , Crac Languedoc-Roussillon, Ste, 2013.

    Photo : Richard sprang, Crac LR 2013.

    1. Rebecca Solnit, Lartdemarcher, (2000), 2002 pour la traduction franaise, Arles, Actes Sud, Babel, p. 46.2. Le point zro est situ une cinquantaine de mtres devant lentre de Notre-Dame, sur lle de la Cit, dans le 4e arrondissement de Paris. La borne routire qui matrialise ce point dans les pavs du parvis de la cathdrale prend la forme dune rose des vents grave au centre dun mdaillon octogonal en bronze entour dune dalle circulaire en pierre divise en quatre quartiers, chacun deux portant lune des inscriptions suivantes en lettres capitales : point , zro , des routes , de France . Quant au mtre talon, sa troisime concrtisation lgale est toujours conserve au pavillon de Breteuil Svres. 3. Thierry Davila, Marcher,crer, 2002, Paris, ditions du Regard, p. 19. 4. Id., p. 21.5. Rosalind Krauss dans LOriginalitdelavant-gardeetautresmythes[1985], 1993, trad. Jean-Pierre Criqui, Paris, Macula, p. 115, cite par Thierry Davila, op.cit., p. 21.6. Propos recueillis lors du vernissage au Crac de Ste le 30 octobre 2013. 7. ThisisnotLandArt, Alaska, mai-juin 2004.8. Francesco Careri, Walkscapes,lamarchecommepratiqueesthtique, Nmes, Jacqueline Chambon, 2013, p. 153.9. Id.

  • 14

    02 n68Hiver 2013

    GuestHamish Fulton

    No-plerin ?Sous les allures de la simplicit, luvre de Fulton se

    rvle bien plus complexe quelle nen a lair, croisant lh-ritage de lart minimal et conceptuel dont elle est issue, le chemin du Land Art dont elle partage certains aboutissants, le traitement formel de la peinture monochrome dont elle apprcie lpure et enfin le Protest Art qui lui permet de participer du devenir du monde. Cest ce dernier aspect qui retiendra ici notre attention puisquil condense les nom-breuses orientations sensibles, philosophiques mais aussi politiques de lartiste. Il est tentant de faire remonter cette pratique aux figures voques plus haut, celle du Mahatma Gandhi et de Martin Luther King dont les marches protes-tataires et pacifistes travers leur pays respectif signrent la singularit de leur action et marqurent dautant plus les esprits. Une personnalit beaucoup moins connue que ces gants fut celle de Peace Pilgrim qui, au dbut des annes cinquante aux tats-Unis, se mit parcourir pied des dis-tances fantastiques travers tout le continent 14. Relevant incontestablement de la tradition chrtienne du plerinage

    dont elle emprunte ses dbuts les attributs habituels de pit, de frugalit et de dpouillement, les marches de Peace Pilgrim acquirent progressivement une dimen-sion profane en se rappro-chant des thmes dvelopps par les pacifistes amricains et notamment les opposants la guerre de Core. Ainsi, lors de ses traverses trans-continentales qui pouvaient durer plusieurs annes, elle arborait mme ses vte-ments des slogans clairement destins marquer lattention de ses contemporains comme quinze mille kilomtres pied pour le dsarmement ou...