uniscope 609

of 16/16
l uniscope de l’UNIL le magazine du campus Laura Clément, doctorante au Département d’écologie et d’évolution (DEE), étudie les relations entre les chauves-souris et leurs parasites sanguins. Reportage dans la forêt de Dorigny, qui abrite une dixaine d’espèces de chiroptères. (p. 4) « Mes belles de la nuit » N° 609 / 30 novembre 2015 – 31 janvier 2016 RENCONTRE Silke Grabherr, une référence dans le domaine de l’autopsie virtuelle (p. 6) VIE ACADÉMIQUE Jacques Lanarès nommé au comité d’UNICA (p. 15)

Post on 05-Jan-2017

232 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • l uniscopede lUNILle magaz ine du campus

    Laura Clment, doctorante au Dpartement dcologie et dvolution (DEE), tudie les relations entre les chauves-souris et leurs parasites sanguins. Reportage dans la fort de Dorigny, qui abrite une dixaine despces de chiroptres. (p. 4)

    Mes belles de la nuit

    N 609 / 30 novembre 2015 31 janvier 2016

    RENCONTRESilke Grabherr, une rfrence dans le domaine de lautopsie virtuelle (p. 6)

    VIE ACADMIQUEJacques Lanars nomm au comit dUNICA (p. 15)

  • luniscope n 609 | 2015

    LE NOMBRE de courts-mtrages

    reus dans le cadre du concours

    Film de poche de lUNIL organis sur le

    thme Mon ouest moi .

    75

    Lu dans la presse

    Saviez-vous que 150 chauves-sou-

    ris vivent dans les nichoirs instal-

    ls dans la fort de Dorigny ? Quils

    sont souvent mconnus, voire mal

    aims ? Le temps dun reportage

    lire en page 4, notre rdactrice a

    suivi Laura Clment, doctorante

    de Francine Zambanordactrice en cheffe

    au Dpartement dcologie et

    dvolution (DEE), spcialiste en

    chauves-souris et passionne par

    son domaine.

    Portrait dune autre passionne en

    page 6. Silke Grabherr, mdecin l-

    giste, succde le 1er janvier 2016

    Patrice Mangin la tte du Centre

    universitaire romand de mdecine

    lgale. A 35 ans, cette scientifique

    est considre comme la rfrence

    mondiale en matire dangiogra-

    phie post mortem.

    Changement de registre en page

    9 avec un article sur les mes-

    sages vhiculs par les affiches

    lectorales commentes par le

    sociologue Gianni Haver. Suit en

    page 11 un sujet avec Antonio

    Rodriguez et Jrme Meizoz, qui

    organisent une rencontre lUNIL

    avec Maylis de Kerangal, roman-

    cire franaise qui place le monde

    du travail au cur dune puissante

    laboration littraire. Lauteure

    a notamment crit Rparer les

    vivants, une uvre exigeante qui

    a reu dix prix littraires en 2014.

    Linterview du mois en page 12

    est consacre au journaliste Eric

    Hsli, qui propose un enseigne-

    ment sur la Russie aux tudiants

    de lEPFL, de lUNIGE et de lUNIL.

    Eric Hsli organise le 10 dcembre

    une confrence avec des invits

    Edito

    Image du mois LE FNS A VISIT LUNIL. Des stands dinformation,

    des confrences et des ateliers ont t

    au programme de la journe de la recherche,

    qui a eu lieu le 12 novembre lUNIL. Ce fut

    loccasion de dcouvrir le Fonds national suisse

    de la recherche scientifique et ses diffrents

    instruments dencouragement.

    IL NE RESTE QUE PEU DE TEMPS, SOIT

    JUSQUAU 17 DCEMBRE en principe,

    pour profiter du march de lUNIL,

    qui reprendra ensuite la mi-fvrier

    2016. Depuis le mois de septembre, il

    propose tous, les jeudis entre 9h30

    et 14h30 devant le btiment Gopolis,

    une slection de produits frais et de

    saison. Le march de lUNIL est gr par

    lassociation UniPoly, qui rassemble

    des tudiants de lUNIL et de lEPFL

    soucieux de dveloppement durable.

    Une uvre est souvent pense pour

    un lieu, donc la dplacer remet en

    question sa conception, dautant

    plus si elle tait lie un concours ,

    Philippe Kaenel, professeur dhistoire

    de lart lUNIL dans un article de

    24 heures consacr aux uvres dart

    intgres aux btiments publics.

    Campus durable

    Espresso

    RETROUVEZ-NOUS SUR INSTAGRAM

    https ://instagram.com/unilch

    Entendu sur le campus

    Aaaaaah la lumire

    du jour !

    Un tudiant sortant de lAmphimax

    2F.

    Du

    cre

    st

    UN

    IL

    Le chiffre

    M. A

    ffe

    ntr

    an

    ge

    r

    UN

    IL

  • 2015 | luniscope n 609

    3Espresso

    BRVES

    SJOUR MOBILIT

    Vous allez tudier ltranger ? Avant votre dpart, vous pouvez obtenir des informations pratiques sur la ville de votre sjour via le Bureau des alumni. Nous vous mettrons en contact avec des membres du rseau Alumnil rsidant sur place les personnes-relais qui rpondront volontiers vos questions par courriel. Un bon dbut pour votre rseautage linternational.

    FOUCAULT ET LA MAD PRIDE

    Fastnacht, la fte des fous, le carnaval et, plus rcemment, la Mad Pride redonnent bri-vement ou dura-blement lusage du monde aux alins. Si nous sommes tous un peu fous, pourquoi mdicamenter certaines per-sonnes ? Michel Foucault, curieusement, envisageait de porter un masque pour enseigner la psychologie et de larracher pour parler de la philosophie. Beau livre illustr, Foucault Mnsterlingen (di-tions EHESS) tourne autour dune visite dans cet hpital suisse en 1954. En quoi cette rencontre a marqu le jeune histo-rien qui voulait penser partir dlments de sa propre existence et de cas concrets ? La folie comme pas de ct pour voir le vi-sible, autrement dit ce qui va trop de soi A lire sous la direction de Jean-Franois Bert (UNIL) et dElisabetta Basso.

    PRIX PRESTIGIEUX

    Richard Benton, professeur associ au Centre intgratif de gnomique de la Facult de biologie et mdecine, est le laurat du Prix Latsis National 2015.

    Cette rcompense, une enveloppe de 100000 fr., a pour but dencourager les chercheurs de moins de 40 ans pour les contributions exceptionnellement impor-tantes effectues dans de hautes coles en Suisse. Elle lui sera remise pour ses travaux sur lodorat de la drosophile, une mouche, le 22 janvier 2016 lHtel du gouvernement Berne.

    RESEAU ALUMNILLAPPLICATION POUR TABLETTE WONDERALP

    ravira les amateurs de dragons, de fleurs,

    de cristaux et des beauts de toutes sortes

    qui peuplent les Alpes. Dcrite par ses

    auteurs comme un cabinet de curiosits ,

    cette collection de gravures tires de livres

    de voyage anciens est une manation du

    projet de recherche Viaticalpes, ralise en

    partenariat avec six grandes bibliothques

    romandes et bernoise. Un matriel

    scientifique trs accessible complte cette

    chambre des merveilles ralise par Claude

    Reichler, professeur honoraire.

    www.unil.ch/viaticalpes

    Terra academica

    prestigieux. Un vnement gra-

    tuit, ouvert aux personnes intres-

    ses par la crise actuelle entre la

    Russie et lEurope occidentale, au-

    del de sa dimension ukrainienne.

    Enfin en page 15, une rencontre

    avec le vice-recteur Jacques Lana-

    rs qui vient juste dtre nomm

    membre du comit dUNICA, un r-

    seau interuniversitaire europen

    regroupant 45 universits.

    Cest ainsi que se clt le dernier

    numro 2015 de luniscope. Toute

    lquipe se joint moi pour vous

    souhaiter de bonnes ftes de fin

    danne (voir aussi : voeux.unil.ch

    ds le 4 dcembre).

    Les uns les autres

    A LOCCASION DE SON DIXIME

    ANNIVERSAIRE, LE RISET (Rseau

    interfacultaire de soutien enseignement

    et technologies) met disposition des

    enseignants un nouveau site intitul

    Espace enseignement et technologies .

    Cette plateforme rassemble les diverses

    ressources produites au cours des activits

    du rseau, dclines sous forme de conseils

    pratiques, de dossiers thmatiques,

    dexemples de projets ou dactivits

    denseignement.

    sepia.unil.ch/eet

    CEST LORS DUNE CRMONIE AU DRAPERS HALL Londres, le lundi 9 novembre,

    que Thinkers50 a remis pour la huitime fois ses rcompenses, baptises Oscars

    du management par le Financial Times et dautres grands journaux. Le professeur

    Yves Pigneur ( gauche) et Alex Osterwalder tous deux inventeurs du Business

    Model Canvas ont reu le prestigieux Strategy Award . Ce prix rcompense

    leurs travaux sur la conception de modles daffaires, rendus visibles et populaires

    par leurs best-sellers Business Model

    Generation et Value Proposition

    Design. Yves Pigneur et Alex

    Osterwalder sont galement entrs

    pour la premire fois et la quinzime

    position dans le classement

    bisannuel des cinquante plus grands

    penseurs de la plante.

    D

    R

    Petite astuce

    Image : Dragon du Wellerscher Gang , Johann Jakob Scheuchzer, Itinera per helvetiae alpinas regiones, Leiden, 1723, Viatimages/Bibibliothque Cantonale et Universitaire Lausanne.

    F. Im

    ho

    f

    UN

    IL

  • luniscope n 609 | 2015

    Mlanie Affentranger

    Une lampe frontale visse sur sa longue tignasse brune, Laura Clment ouvre dlicatement la porte de la maisonnette

    quelle vient de dcrocher de larbre. Elle sort le premier animal : une noctule commune. En-core moiti endormie, elle nous fixe de ses grands yeux noirs. Dhabitude elles sont plus rveilles , avoue la doctorante au Dparte-ment dcologie et dvolution (DEE). Avec sa fourrure brune et son joli petit nez retrouss, Dracula nest pas si effrayant. Il mesure peine 10 cm et atteint 30 cm toutes ailes dployes. Demble, la biologiste lallure sportive nous rassure : Les chauves-souris ne sucent pas le sang ! Sur les 1200 espces connues, seules deux sont dites vampires et vivent en Am-rique centrale. En Europe, elles sont toutes in-sectivores. Chaque bte est ensuite dispose dans un sac individuel pour tre, par la suite, chantillonne .

    La lgende prend vie

    Un bruit strident retentit, notre noctule com-mune se met crier, ce qui laisse entrevoir ses canines acres. La lgende prend vie. En com-pagnie dElonore Genzoni, tudiante en mas-ter au DEE, Laura Clment recense toutes les informations relatives la bestiole, commen-cer par sa localisation exacte, son sexe et son espce. De leur mallette, digne des meilleures sries policires, les chercheuses sortent une balance qui rvle que notre noctule pse 28,1 grammes. Entre-temps la femelle sest bien r-veille, elle se dbat en poussant de petits cris. Il devient difficile de mesurer la longueur de son avant-bras. Les diffrentes donnes collectes seront transmises une association mandate par la Direction gnrale de lenvironnement dans le but de recenser, suivre et protger les chauves-souris dans le canton de Vaud.

    A laide dune pince, Elonore Genzoni inspecte ensuite les ailes en qute dventuels acariens, de minuscules parasites qui vivent sur la peau des seuls mammifres savoir voler. Ltudiante souffle dlicatement travers le pelage pour

    dceler des mouches. Car ce qui intresse tout particulirement les deux scientifiques dans le cadre de leurs recherches, ce sont les liens entre la chauve-souris et ses parasites. Laura Clment tudie par exemple le trypanosome, un organisme unicellulaire relativement com-plexe, semblable un ver microscopique, qui vit dans le sang des chiroptres. Transmis par des insectes hmatophages (punaises, puces, mous-tiques ou mouches par exemple), il est respon-sable, sous sa forme humaine, de la maladie du sommeil et de la maladie de Chagas.

    Chacun son trypanosome

    Sur la base dchantillons de sang prexistants, elle a dcouvert qu quelques exceptions prs, chaque espce de chauve-souris avait sa propre souche de trypanosome. Ce qui laisserait suppo-ser que les deux organismes ont covolu dans le temps. Le parasite a su sadapter son hte et vice-versa. Je mintresse lhistoire volu-tive de ces animaux unicellulaires, notamment dans le but de crer leur arbre phylogntique, cest--dire un arbre schmatique qui montre les liens de parent (ressemblances ou divergences gntiques) entre les diffrentes espces.

    Pour vrifier cette corrlation entre le chirop-tre et son parasite, elle effectue un prl-vement de sang dans la veine entre les deux pattes arrire de la petite bte. Une pluie fine commence tomber, tandis que les deux jeunes femmes collectent un minibout de peau dans laile. Il permettra de faire des analyses dADN plus pousses si besoin.

    Au terme de lchantillonnage, la bestiole est remise dans son petit sac rouge. Nous les lais-sons en gnral trente minutes afin quelles se calment, puis nous les replaons dlicatement dans leur nichoir pour quelles terminent leur nuit , explique Elonore Genzoni. Cest dail-leurs leur mode de vie nocturne et leur aspect trange qui leur ont longtemps valu dtre per-scutes en Europe. On les clouait aux portes des granges, tout comme les chouettes, pour conjurer les mauvais sorts , affirme Laura Cl-ment. Prcdes par leur rputation sulfureuse,

    elles font aujourdhui encore lobjet de nom-breuses ides reues. Non, les chauves-souris ne se prennent pas dans les cheveux. Encore une lgende raconte jadis aux demoiselles dver-gondes pour viter quelles ne sortent la nuit , poursuit la spcialiste, le sourire aux lvres.

    Belles de la nuit en dclin

    Pendant la belle saison, les trente nichoirs ins-talls dans le bois au-dessus de lUnithque sont inspects tous les mois. Fixs sur les arbres dix mtres du sol, ils servent de lieux de repos durant la journe. Et les deux scientifiques sont rodes. Le pied sr, elles grimpent lchelle pour atteindre les abris. Arrives au sommet, il leur suffit gnralement de renifler pour devi-ner la prsence danimaux. Elles effectuent, au-jourdhui 6 octobre, lun des derniers contrles

    4 Actualits

    Les chauves-souris, victimes du dlit de sale gueulePrs de 150 chiroptres vivent dans les nichoirs installs dans la fort de Dorigny. Nous sommes partis la dcouverte de ces tranges volatiles, mconnus et souvent mal aims, en compagnie de Laura Clment.

    UN ANTIMOUSTIQUE NATUREL DANS NOS BOISLespce de chauves-souris la plus com-mune dans la fort de Dorigny est le murin de Daubenton. A lui seul, il peut avaler jusqu 60000 moustiques en un seul t ! Il capture ses proies grce son uropatagium, une fine membrane de peau entre ses pattes arrire quil utilise comme un filet. Il chasse la sur-face de leau et installe son gte dans les fissures et les cavits des vieux arbres, notamment dans les trous creuss par les pics. Dans les bois de lUNIL, des dessins rouges en forme de chauve- souris ornent dailleurs discrtement les troncs qui abritent des animaux.

    Le murin de Daubenton : Poids : de 6 10 g Taille : de 4 6 cm Envergure : de 24 27 cm Gestation : de 50 60 jours, un seul jeune par an (naissance en juin) Dure de vie : 20 ans maximum

  • 2015 | luniscope n 609

    5Actualits

    de lanne. Ds la fin du mois, les btes com-mencent hiberner ou senvolent vers le sud.

    Les maisonnettes permettent de rpertorier et dtudier les chauves-souris, mais pas seu-lement. Il sagit galement de favoriser la bio-diversit et de prserver un mammifre en dclin. Au cours des cinquante dernires an-nes, certaines espces ont quasiment disparu en Suisse , rvle lnergique doctorante. La faute lagriculture intensive pratique depuis le milieu du XXe sicle. Lutilisation massive de pesticides a une influence directe sur ces vola-tiles puisquils se nourrissent exclusivement dinsectes.

    Les belles de la nuit , comme Laura Clment aime les appeler, souffrent galement de la des-truction de leur habitat. En rnovant les vieilles maisons, en condamnant les toits et les clochers et en coupant les troncs morts dans les forts, lhomme participe leur disparition. Elles jouent pourtant un rle crucial dans la rgula-tion des populations dinsectes, principalement nocturnes. Sans elles, nous serions envahis de moustiques ! Dans certaines rgions, lintro-duction de chauves-souris a permis de rduire de 90% lutilisation de pesticides. Raison pour

    laquelle les trente espces prsentes en Suisse sont aujourdhui protges.

    En plein vol

    Nous continuons la balade travers les bois. Ne reste que le bruit des pas sur les feuilles humides. Au terme de la matine, sur la dizaine despces de chiroptres qui vivent sur le campus, nous nen observerons quune seule : la noctule commune, en pleine priode de migration. Elle met bas et lve ses petits dans le nord de lEurope, puis fait une halte de quelques semaines Dorigny en octobre avant de senvoler vers le sud pour y passer lhiver.

    Les autres ne migrent pas mais ont probable-ment dj commenc leur voyage annuel dans les bras de Morphe. Durant la belle saison, la fort de lUNIL abrite surtout des murins de Daubenton (voir encadr). On y trouve mme une colonie de reproduction qui, au printemps, peut compter jusqu soixante femelles et au-tant de bbs. Les chauves-souris sont fra-giles car leur renouvellement est relativement lent. Contrairement une autre ide reue, elles ne pullulent pas. Chaque femelle met

    au monde un seul petit par an et sen occupe pendant deux mois.

    Parasite sous la loupe

    Rendez-vous ensuite dans un des laboratoires du Biophore pour commencer les analyses dADN. Entre les pipettes et les centrifu-geuses, dbut de lextraction. La premire tape consiste faire clater les membranes des cellules et des noyaux pour pouvoir iso-ler lADN , explique Laura Clment. Pour ce faire, elle mlange le sang collect plusieurs enzymes. La prparation est chauffe et remue pendant une nuit. La biologiste de lvolution continuera les oprations demain.

    Le but ? Dtecter les ventuelles traces de parasites et surtout vrifier si le mme trypa-nosome revient toujours chez la mme espce de chauve-souris. Une hypothse qui, selon mes premiers rsultats, semble se confirmer , se rjouit la doctorante. Dici une anne, elle sattlera ltude des mcanismes de rsis-tance dvelopps par lhte pour survivre la prsence de ses innombrables parasites internes et externes.

    Laura Clment, ici avec une noctule commune, tudie les relations entre les chauves-souris et leurs parasites sanguins. F. Imhof UNIL

  • luniscope n 609 | 2015

    Mlanie Affentranger

    Nous souhaiterions voir le corps et le laver. Cinq hommes de-bout la rception du Centre

    universitaire romand de mdecine lgale (CURML), au Chalet--Gobet, essuient un refus. Entre-temps, une policire dpose une caisse en plastique sur le comptoir. Une blouse blanche se faufile dans le couloir, tan-dis que le tlphone sonne : un dfunt doit tre transfr. Au cur de cet trange bal, nous patientons.

    Silke Grabherr, actuellement responsable de lunit dimagerie forensique au CURML, nous reoit avec quelques minutes de re-tard. Un sourire chaleureux aux lvres qui contraste largement avec lambiance austre alentour. Cest difficile de leur expliquer quils ne peuvent pas voir leurs proches ici car une enqute est en cours. Nous avons parfois eu des campements pendant deux jours devant les locaux , rvle discrtement

    la lgiste en pressant le pas vers son bureau. A seulement 35 ans, la scientifique est consid-re comme la rfrence mondiale en matire dangiographie post mortem, une technique dimagerie qui permet de visualiser les vais-seaux sanguins et dautopsier virtuelle-ment un corps, sans louvrir (voir encadr p. 7 gauche).

    Cuisinire championne dquitation

    Ne en 1980 dans un petit village autrichien proche de la Suisse, Silke Grabherr grandit sous le mme toit que ses grands-parents ma-ternels et que ses deux tantes. Nous avons quasiment le mme ge. Jai beau tre fille unique, je ntais jamais seule.

    Enfant, elle se passionne pour les chevaux. Ma mre tait comptable, elle travaillait tard. Du coup je passais mes soires au mange, faire mes devoirs entre les animaux en latten-dant , plaisante lnergique chercheuse. A 18

    On soccupe aussi des vivants

    ans, elle devient championne dAutriche de dressage mais nenvisage pourtant jamais une carrire de sportive professionnelle. Jentra-nais jusqu sept chevaux par jour et naimais pas toujours la manire dont ils taient trai-ts. Gagner de largent sur le dos des btes, ce ntait pas pour moi.

    A 14 ans, elle hsite dj entre la mdecine et lcole de police. Mais chez nous, personne ne fait dtudes , avoue la jeune femme. Elle entame une formation professionnelle en management htelier et finance. En ra-lit, je suis serveuse et cuisinire, lance-t-elle amuse. Ce ntait pas mon choix mais je nai jamais regrett.

    Le got de lenqute

    Elle se lance ensuite dans un cursus de mde-cine Innsbruck quelle terminera avec une anne davance. Chez moi tout va vite ! affirme celle qui ne semble jamais rechigner la tche. Durant ses tudes, quelle finance

    6 Rencontre

    Ds le 1er janvier 2016, Silke Grabherr succdera Patrice Mangin la tte du Centre universitaire romand de mdecine lgale (CURML). F. Imhof UNIL

    Rfrence internationale dans le domaine de lautopsie virtuelle , Silke Grabherr reprend les rnes du Centre universitaire romand de mdecine lgale ds le 1er janvier 2016. Rencontre avec une jeune lgiste qui fait parler les morts tout en dlicatesse.

  • 2015 | luniscope n 609

    7Rencontre

    seule, elle jongle entre les boulots : service dans des cafs, professeure dquitation et mme grante dun magasin de lits eau.

    Rapidement, la mdecine lgale apparat comme une vidence. Jtais en stage lh-pital de Feldkirch, juste ct de la frontire suisse. Quand jai parl de mon souhait au chef de service, il ne ma pas crue. Il insiste pour lenvoyer un mois lInstitut de mde-cine lgale de Berne. Le jour de son arrive, Silke Grabherr est sollicite pour une leve de corps. Jai tout de suite su que jallais en faire mon mtier. La mdecine forensique permet une approche globale dun cas. La police map-

    pelle, jarrive sur le terrain et moi de trouver pourquoi et comment le dcs a eu lieu. Ce qui lui plat : lenqute. Etre confronte une question prcise et devoir y rpondre.

    Pendant son stage, Richard Dirnhofer pre de l imagerie forensique lui propose de rester Berne pour raliser sa thse de fin dtudes. Il ma laiss trois jours pour lui soumettre un concept, la lu et sest dit que jtais soit brillante, soit compltement folle , se souvient-elle en riant aux clats. Du haut de ses 23 ans, la jeune femme affirme alors que la condition sine qua non pour visuali-ser les vaisseaux sanguins, cest de recrer les conditions dun corps vivant (voir encadr ci-contre). A lpoque personne ny croyait vraiment.

    Aider les vivants

    On la questionne ensuite sur son rapport la mort, quelle ctoie au quotidien. Elle a toujours fait partie de la vie et ne meffraie pas. La future directrice du CURML est sou-vent confronte des dcs violents, mais pas seulement. Elle traite rgulirement des cas o la mort met fin une longue souffrance. Je comprends tout fait quon puisse faire appel Exit , livre-t-elle. Ce qui laffecte le plus : la douleur des proches, en particulier lorsquil sagit dans. Une famille jeune peut, avec le temps, ventuellement se reconstruire. Mais lorsque lun des conjoints dun couple trs g dcde, cest beaucoup plus difficile.

    Elle dit ne pas se rappeler sa premire autop-sie. Lessentiel pour moi, ctait de bien trai-ter laffaire, de communiquer avec la famille et les procureurs. Lexpertise mdico-lgale elle-mme mimportait moins. Une interdis-

    CENTRE DE RFRENCE Quelque 400 autopsies sont pratiques chaque anne au Centre universitaire romand de mdecine lgale (CURML). Mais pas seulement. Nous nous occupons galement de toxicologie, danalyses en lien avec le dopage sportif, de psychologie du trafic et de psy-chiatrie par exemple , explique la future directrice Silke Grabherr.

    Le domaine de comptence et la notorit du centre sexercent bien au-del des fron-tires romandes. Des experts du CURML sont notamment intervenus lors de la mort de Lady Di, de la tragdie de lOrdre du temple solaire, de laccident de car Sierre ou encore pour dmontrer lutilisation de gaz sarin dans les combats en Syrie. Lactuel directeur, Patrice Mangin, sest illustr dans laffaire de lempoisonnement au polonium de Yasser Arafat.

    Mondialement connu, le centre est n en 2007 suite la fusion des instituts de mde-cine lgale des universits de Lausanne et Genve. Situ sur les deux sites hospitaliers, il regroupe environ 150 collaborateurs.

    curml.ch

    VISUALISER LES VAISSEAUX SANGUINSDceler une erreur mdicale, valuer la force dun impact ou encore dfinir la trajectoire dune balle : depuis une dizaine dannes, limagerie forensique constitue une aide prcieuse pour luci-der une mort suspecte, sans devoir ou-vrir un corps. Dans la pratique, les deux autopsies virtuelle et conventionnelle sont pratiques en parallle.

    Silke Grabherr a mis au point langiogra-phie post mortem, une technique unique au monde permettant de visualiser pr-cisment les vaisseaux sanguins et donc didentifier lorigine exacte dune hmor-ragie. Concrtement, il sagit de recrer les conditions dun corps vivant . Une pompe remplace le cur et permet de rtablir la circulation, puis un liquide de contraste est inject la place du sang.

    Le cadavre est ensuite pass au scanner, ce qui permet dobtenir des images trs fines des vaisseaux en 2D ou 3D. Une fuite du liquide dans lorganisme nous indique lendroit dune lsion , explique la lgiste. Cette technique rvolution-naire permet de visualiser le systme vasculaire bien plus prcisment quune radiographie ou quune autopsie traditionnelle.

    Depuis son arrive Lausanne il y a neuf ans, la jeune Autrichienne continue daffiner cette technologie de pointe. En collaboration avec deux mdecins alle-mands, elle crit galement le premier livre traitant dangiographie post mor-tem (Editions Springer). Sortie prvue en janvier 2016.

    ciplinarit que Silke Grabherr apprcie tout particulirement. Fini le clich du scientifique travaillant seul dans sa morgue. En fonction des cas traits, elle collabore avec des prati-ciens spcialiss, la police et les tribunaux. Sans oublier les familles. En mdecine l-gale aussi on peut aider les gens. Pas les morts. Ceux qui restent. Il marrive frquemment de passer une heure au tlphone avec les proches dun dfunt. Dailleurs on soccupe aussi des victimes vivantes, prcise-t-elle. Nous consta-tons les lsions subies lors dagressions ou de viols par exemple.

    Droit au but

    Le 1er janvier prochain, Silke Grabherr succdera Patrice Mangin la tte du CURML. Mon plus grand dfi sera de savoir o tre, avoue-t-elle. Le centre a une structure complexe regroupant dix units htrognes entre Lausanne et Genve et des antennes dans toute la Suisse romande (voir encadr ci-dessous). Humble dans lexercice de ses fonctions, la future professeure ordinaire nen est pas moins sre delle. Jaime le travail et les challenges. Impossible, par exemple, de se remettre lquitation. Je ne fais pas les choses moiti. Si je recommence mentra-ner, cest 100% ! Faute de temps, la lgiste avoue avoir craqu pour un cheval en mtal. Si ma moto meurt, je serai moins triste , conclut-elle le regard rieur.

    Leon inaugurale de Silke Grabherr18 mars 2016 17hAuditoire Csar Roux CHUV

  • luniscope n 609 | 2015

    du 3 au 5 dcembre

    UNE NIDE Daprs lnide de Vir lePar la Carr rouge CieConception et mise en scne Sandra AmodioTexte et adaptation Sba ien Grosset

    du 10 au 12 dcembre

    WILD WEST WOMENWe ern thtral en 9 pisodesTexte et bru ages de Caroline Le Fore ierPar le tre de lEcrou et SolentinameMise en scne Augu in Bcard

    du 17 au 20 dcembre

    IMPROVISATION THTRALE Par diverses troupes

    Accs 10 min. du centre-villeMtro m1 > arrt UNIL-Mouline

    Parking gratu sur place

    Accs chaises roulantes

    Horaires ma-je-sa 19 hme-ve 20 h 30 | di 17 h | lu relche

    Tarifs 20 CHF | rdu 15 CHF tudiant 10 CHF

    Abo de saison Grande Faimplein 80 CHF | rdu 60 CHFtudiant 30 CHF

    Rservations 021 692 21 24

    www.grangededorigny.ch

    | UN

    ICO

    M |

    Imag

    e : js

    mon

    zan

    i.co

    m |

    Grange_Autruche_182x240_PRINT.indd 1 17.11.15 14:45

    Publicit

  • 2015 | luniscope n 609

    Quand la droite reprend la gauche

    Les affiches lectorales vhiculent des messages grce des symboles parfois emprunts dautres bords politiques. Et il nest pas rare dutiliser des icnes anciennes. La thmatique sera au cur dune confrence de Gianni Haver.

    David Trotta

    Impossible de dambuler dans les rues, en priode de campagne politique, sans tomber sur nombre daffiches lectorales

    aux slogans parfois chocs et aux visuels plus ou moins interpellants. A y regarder de plus

    prs, les symboles qui agrmentent certains panneaux sont loin de dater de la dernire pluie. Faire du neuf avec du vieux, les af-fiches dextrme droite sera loccasion pour le sociologue Gianni Haver de dcortiquer, le 10 dcembre, certaines pratiques.

    De gauche droite

    Point de dpart de la confrence de Gianni Haver, l affiche faussement vandalise de lUDC valaisan Oskar Freysinger lors des lections fdrales de 2011. Pour marquer les esprits, le politicien fait imprimer un mil-lier de panneaux autotagus, sur lesquels il apparat avec des lunettes noires, dbile crit en grand ct de son visage, un cou-

    teau entre les dents et le slogan Oskar Berne qui devient Oskar pendre .

    Dans la presse, Freysinger justifie son coup de communication par un souci danticipa-tion. Les affiches de son parti sont systma-tiquement vandalises, le plus souvent par

    des symboles emprunts lAllemagne des annes 1930.

    Cest une image sur laquelle on peut faire une analyse vraiment intressante. Le cou-teau entre les dents est la premire chose par laquelle jai t frapp , explique Gianni Ha-ver. Elment trs connot politiquement, il est utilis ds le dbut du XXe sicle pour stigmatiser les communistes, avant dtre revendiqu par le parti lui-mme.

    Avec ce couteau, il y a une forme de r-cupration symbolique dun lment de changement socital radical, tire de licono-graphie dextrme gauche , souligne le so-ciologue. Un fait d labandon des symboles

    9Campus

    Faire du neuf avec du vieux, les affiches dextrme droite Confrence de Gianni HaverJeudi 10 dcembre 19hAula du palais de Rumine

    et des idaux communistes depuis la chute du mur de Berlin.

    Durant sa confrence, le chercheur largira son propos aux affiches des partis dextrme droite plus globalement. Car se rapproprier des symboles nest pas le fait unique de la Suisse. En cherchant dans les affiches du Front national, ou de lextrme droite en gnral, je suis tomb notamment sur une utilisation du poing ferm assez tonnante , explique Gianni Haver. Un poing ferm qui symbolise diffrents mouvements et ides anarchistes ou rvolutionnaires avant dtre rcupr de lautre ct de lchiquier politique.

    Signature

    Les images ne sont jamais neutres. Elles sont toujours porteuses dun discours , affirme le sociologue. Mais les illustrations en tant que telles ne sont pas lisibles pour autant. Dautres lments sont prendre en considration pour comprendre le message quune source tente de faire passer. Il est vident quon lit une image politique en fonc-tion de la signature , poursuit-il.

    Un exemple ? Jtais en voiture en train de venir lUNIL la premire fois que jai vu la fameuse affiche des moutons, raconte le chercheur. Evidemment, ctait trs rapide, et je nai donc pas eu le temps de voir qui lavait signe. Pour tout dire, ma premire impres-sion a t quil sagissait dune affiche anti-raciste. Ce ntait pas net et tranch, mais a ma travers lesprit. Mais quand on voit la signature UDC au bas de laffiche, il ny a plus aucun doute. En revanche, si vous gar-dez la mme image, que vous signez PS et que le slogan est explicitement contre les expul-sions, vous obtenez un tout autre message.

    Laffiche autotague par Oskar Freysinger en 2011 dmontre une recherche de capital sympathie selon Gianni Haver, sociologue de limage lUNIL. F. Imhof UNIL

  • luniscope n 609 | 2015

    LA REMISE DES PRIX SERA SUIVIE DUN SPECTACLE DE

    WWW.FILMDEPOCHE.CHENTRE LIBRE

    UN

    ICO

    M

    MON OUEST MOIREMISE DES PRIX

    ME 16 DCEMBRE 2015 17H AUDITOIRE 350 AMPHIMAX

    CONCOURS UNIL DU FILM DE POCHE

    THOMASWIESEL

    Remise_Prix_182x240_PRINT.indd 1 17.11.15 16:23

    Publicit

  • 2015 | luniscope n 609

    11Savoirs

    Antonio Rodriguez et Jrme Meizoz organisent une rencontre lUNIL avec Maylis de Kerangal, romancire franaise qui place le monde du travail au cur dune puissante laboration littraire.

    bout de lexploration travers une fiction plei-nement assume. Antonio Rodriguez voque laudace qui consiste inscrire des lments non romanesques, comme le lexique profes-sionnel, transcends par la langue et le plai-sir de nommer le monde, dans un rcit litt-raire tmoignant dune sorte denthousiasme contemporain pour le travail. Le lecteur est embarqu dans cette ample et mticuleuse narration qui mnage le suspense en dpit du rsultat final attendu

    Jrme Meizoz signale en outre la rdition dune rverie autour du mot Lampedusa , un texte bref qui amne lauteure aborder la question des migrants (A ce stade de la nuit, Verticales-Gallimard, 2015). Dans le cadre dun sminaire sur la question du travail dans la littrature, cette rencontre publique avec Maylis de Kerangal sadresse aux tudiants mais galement aux enseignants de gymnase, travers la formation continue, et toutes les personnes intresses.

    Lecteur-surfeur embarqu

    uvre exigeante mais ancre dans une ex-prience actuelle qui peut parler chacun, Rparer les vivants a reu dix prix littraires en 2014 et sannonce au cinma avec une vedette comme Emmanuelle Seigner. Sans exclure demble la russite de cette mise en images, on peut nanmoins sinterroger sur sa pertinence. Ni Antonio Rodriguez ni Jrme Meizoz ne sautent de joie. Comment, en effet, restituer lcran la vague entra-nant le lecteur-surfeur de Maylis de Keran-gal dans sa pente droulant, furieusement ou tendrement, des descriptions potiques, des notations techniques et scientifiques, des tats dme, des humeurs, des blouissements, des anantissements, dans le flux et le reflux des souvenirs et du temps ?

    Dans le contexte professionnel dcrit par Kerangal, comme dans son propre travail dcrivain, les mots sont pess et il sagit de rvler cette charge lexicale qui tantt plombe nos interactions et tantt allge nos vies, qui sauve ou pulvrise, qui unit et spare. Jrme Meizoz souligne le travail documentaire effectu par lauteure dans leffort daller au

    Nadine Richon

    La tendance, longtemps, a t, est encore, lvocation du travail comme un l-ment central de la lutte des classes, pa-

    trons contre ouvriers, accidents mortels, dlo-calisations, chemise arrache, squestration de cadres, licenciements brutaux, intervention tatique, victoire dtape, trahisons Sans re-mettre en cause cette veine illustre dans la littrature par le naturalisme de Zola et, au ci-nma, par la geste puissamment mlancolique de John Ford, lunivers de la mine, celui de la verte valle perdue, ou encore, dans les scna-rios plus rcents, celui dune fille sans qualit, dun gars sans prtention, prompts au sacri-fice solitaire, la romancire Maylis de Keran-gal explore le monde du travail sous langle de lquipe collective, de linvestissement per-sonnel dans une opration dtermine, par exemple la construction dun pont. Cela en chappant la platitude difiante. Non, May-lis de Kerangal nest pas lemploye du mois.

    Par quels malins procds parvient-elle nous emporter sans ennui travers ces morceaux dunivers taills dans le rel contemporain ? Le professeur Antonio Rodriguez voque une articulation subtile de diffrents points de vue qui tournent autour dun projet, se confrontent et sadaptent les uns aux autres pour avancer dans la ralisation dune uvre commune comme la transplantation dor-ganes dans Rparer les vivants qui doit faire sens pour chacun. Finalement, quel que soit le champ professionnel auscult, il en va de ces notions si importantes de respect et de qualit. Une lgre divergence travaille les perceptions dAntonio Rodriguez et de son collgue Jrme Meizoz quant savoir si ce rcit, notamment, relve ou non dune pope moderne. Le premier ne retient pas ce terme impliquant des luttes extraordinaires, des antagonismes forts et des hros. Le second parle dpisodes piques dans une narration appuye sur la description non dune utopie mais dun acte concret, porte humaine.

    Maylis de Kerangal explore le monde du travail avec un vrai sens de suspense. Patrice NORMAND/Opale/Leemage

    Lecture publique et discussionJeudi 10 dcembre 2015 17h15 Btiment Anthropole (salle 4021)Entre libre

    Le travail captur par la littrature

  • luniscope n 609 | 2015

    12 Linterview du mois

    A ses yeux, la Russie est une puissance europenne. Le journaliste Eric Hoesli propose un enseignement sur cette rgion du monde aux tudiants de lEPFL, de lUNIGE et de lUNIL. Avec un sjour sur le terrain.

    Nadine Richon

    Q ui est cet homme qui porte beau sous le poil blanc ? Lge mr na pas teint chez Eric Hoesli les enthousiasmes

    de lenfance. Pour communiquer ses lans, le journaliste sest jet corps et me dans les sujets qui furent les siens. Comme rdac-teur en chef de LHebdo, puis du Temps, il a mis sur lexigence, lintelligence et la pas-sion quil a rencontres, et suscites, dans ses quipes et auprs des lecteurs. Comme patron de presse, il a d faire des choix douloureux

    pour dautres. Dsormais professeur, il a re-nou avec les tincelles de lenfance pour transmettre aux tudiants le got du savoir, du partage et de limmersion dans le rel.

    Quel est votre rle dans la collaboration EPFL-UNIGE-UNIL sur la Russie ?

    Eric Hoesli : Il y a dans ce domaine une offre diversifie et riche incarne par plus de cent chercheurs et enseignants dans ces trois ins-titutions. Il sagit de sappuyer sur les com-ptences et les bienveillances existantes, en

    ajoutant un certain nombre de cours desti-ns mieux comprendre la Russie contem-poraine. Ma tche principale consiste mon-ter ce programme commun aux trois hautes coles. Dans un monde interreli il faut tenter de comprendre les perceptions diverses, nes de logiques historiques et anthropologiques diffrentes, qui nous renvoient aussi nous-mmes. Il sagit dtudier dautres faons de considrer le monde partir dautres exp-riences, dautres histoires, en prenant la Russie comme chantillon de cette rflexion. Dans notre petit pays, les jeunes qui arrivent sur le

    Ecarter le rideau de fer intellectuel

    Le journaliste Eric Hoesli endosse dsormais un rle professoral qui lamne partager ses vastes connaissances sur la Russie avec des tudiants de lEPFL, de lUNIGE et, bientt, de lUNIL. F. Imhof UNIL

  • 13

    2015 | luniscope n 609

    Linterview du mois

    march du travail sont vite confronts lext-rieur. Or la logique occidentale ne sapplique pas partout, contrairement ce que lon veut trop souvent croire.

    Pour nourrir ce dialogue, vous organisez le 10 dcembre une confrence avec des invits prestigieux

    Cest un vnement gratuit, ouvert aux per-sonnes intresses par la crise actuelle entre la Russie et lEurope occidentale, au-del de sa dimension ukrainienne. Nous allons en parler avec des experts et des acteurs reconnus en Russie autour de Didier Burkhalter, qui fait partie du trio de lOrganisation pour la scu-rit et la coopration en Europe (OSCE), avec la Serbie et lAllemagne. Cette troka prend fin en dcembre et ce sera aussi loccasion dun bilan de laction mene par la Suisse dans la recherche dune solution pacifique en Ukraine. Est-ce une crise durable ou un accident de lhistoire ? On peut craindre que a ne se rpte. En Moldavie, par exemple, ou dans lune des rpubliques dAsie centrale. Lobjectif est de rflchir en profondeur aux causes, aux consquences et aux moyens de surmonter cette crise entre Russie et Europe, en dbattant avec des personnalits russes, franaises, allemandes, polonaises aussi bien que suisses.

    La connaissance de la Russie passera, pour les tudiants, par le Grand-Nord

    Pour ce complment de master, dont les mo-dalits sont encore prciser avec lUNIL, nous avons choisi un thme en lien avec le changement climatique et son impact dans le Grand-Nord. Cela implique un sjour de terrain aprs deux semestres de prparation. Deux sites ont t choisis en collaboration avec lUniversit fdrale dArkhangelsk et lInstitut arctique et antarctique de Saint-P-tersbourg : une station de recherche dans le delta du fleuve Lena qui rcolte et analyse des donnes sur lhistoire du climat, ainsi quun bateau-cole sur locan Arctique, qui fera un certain nombre descales. Il sagit dun pro-gramme interdisciplinaire au cours duquel les tudiants en provenance de domaines aussi divers, souhaitons-le, que lhistoire ou la bio-logie, les sciences de lenvironnement ou de lingnieur, le droit international ou la litt-rature pourront profiter de ce sjour dans des contres dhabitude inaccessibles pour rali-

    ser ensemble un travail sur cette question du changement climatique et de son impact. Ce sera aussi loccasion de rencontrer des experts sur les sites concerns et de bnficier dune exprience pratique de la Russie. On va dia-loguer entre coles et disciplines diffrentes. Ce programme commun aux trois hautes coles lmaniques doit dmarrer en septembre 2016. Nous devons encore identifier les facul-ts intresses y participer et ouvrir cette possibilit leurs tudiants.

    Vous donnez par ailleurs des cours lEPFL et Genve.

    Dans le cadre du Collge des humanits de lEPFL, jai donn un cours que je vais reprendre au printemps, une introduction au monde russe qui semble avoir beaucoup intress les tudiants et mme un public dauditeurs extrieurs. En fvrier, je donne-rai un autre cours lUniversit de Genve sur les enjeux de lArctique contemporain. Le cours dintroduction veut offrir quelques cls de comprhension du monde russe actuel, mais cest aussi loccasion de rf lchir nos diffrences, par exemple en tudiant le phno-mne de linnovation scientifique. La Russie est extrmement riche en dcouvertes depuis le XIXe sicle, y compris des dcouvertes que dautres se sont appropries, mais cest une socit trs pauvre dans les applications. En tudiant et en rf lchissant aux causes, on apprend sur la Russie, mais pas uniquement sur elle. Et on peut multiplier ce genre dexer-cices dans dautres domaines.

    Pour Svetlana Alexievitch, rcent prix Nobel de littrature, Poutine incarne le problme

    Svetlana Alexievitch fait un travail remar-quable, elle documente la socit russe, elle va sur les traces de lhomme sovitique, de ce quil en reste aprs la dislocation des annes 90, un effondrement sans prcdent, hormis peut-tre lAllemagne de Weimar et on a vu ce que a a donn. On mesure mal ici ce traumatisme conomique, politique, culturel, intime, cette humiliation lchelle nationale et lchelon individuel. Dans ce contexte, rduire les vnements laction dun seul homme, aussi puissant soit-il, et Vladimir Poutine lest sans nul doute, me parat r-ducteur. Poutine est un hritier de la socit sovitique, mais tente-t-il vraiment de la res-taurer ? Cest un dbat fascinant auquel Svet-

    lana Alexievitch offre une contribution forte et intressante. Beaucoup de Russes voient dabord en ce prix Nobel une nouvelle faon de les critiquer, et cest dommage. Jespre pour ma part que nous pourrons linviter et dbattre avec elle de cette question.

    Paralllement, vous rdigez un nouveau livre

    Voil quelques annes que je travaille une histoire de la conqute de la Sibrie. Jai amass une documentation importante en conduisant mes recherches dans les archives ou bibliothques de Russie. Jai beaucoup voyag aussi travers la Sibrie, allant dun endroit que lon mindiquait un autre, du goulag nordique au bagne tsariste plus au sud, des grands sites historiques aux gisements de gaz ou de ptrole, et jaimerais partager ces dcouvertes dans un ouvrage. A mon sens, la Sibrie est une pope plus extraordinaire que celle du Far West amricain. Elle sest dploye dans un espace immense avec ses hros et ses innombrables chasseurs de zibe-line, regardez (Il sort de sa serviette un petit animal en fourrure destin dmarrer une confrence quil donnera dans laprs-midi). Une denre aussi prcieuse que lor lpoque. Pensez la construction du Transsibrien dans le contexte de la guerre avec le Japon. Le contournement du lac Bakal nallait pas de soi, il fallait percer la montagne, construire des ponts, une aventure trs difficile sur le plan technique et militaire. A un moment les Russes ont fait passer leur train sur le lac gel, en posant les rails sur la glace, perdant au passage plusieurs wagons Lpope sibrienne reste trs mconnue. Nous avons t coups dune partie de cette histoire au point den oublier les grands moments et les leons. Ces effets intellectuels du Rideau de fer se font sentir aujourdhui encore. Nous avons tant connatre, explorer. Cest le sens du programme acadmique que nous sommes en train de mettre en place.

    Relations Russie-EuropeJeudi 10 dcembre 2015 ds 8h30Universit de Genve, Bastions, salle B-106Ouverture de la journe par Didier BurkhalterPanel dexperts puis discussion avec les crivains Victor Erofeev et Olivier RolinEntre libre

  • luniscope n 609 | 2015

    Publicit

    www.unil.ch/voeuxDs le 4 dcembre dcouvrez les vux de lUNIL sur :

  • 15Vie acadmique

    2015 | luniscope n 609

    Echanger et renforcer les comptencesJacques Lanars vient dtre nomm membre du comit dUNICA, un rseau interuniver-sitaire europen regroupant quarante-cinq universits. En participant activement cette association, lUNIL accrot sa visibilit.

    Francine Zambano

    UNICA, dont le sige est Bruxelles, est le rseau des universits des capitales europennes. Il regroupe 45 univer-

    sits reprsentants 35 pays. Cest une petite association par rapport lEUA (Europen University Association) et ses 900 membres, explique Jacques Lanars. Cette taille com-porte un certain nombre datouts . Le vice-recteur Valorisation qualit et ressources humaines de lUNIL sait de quoi il parle : il vient en effet dtre nomm pour deux ans au comit de pilotage dUNICA, form de cinq membres et dun prsident. Explications.

    A votre avis, pourquoi lassemble gnrale dUNICA vous a lu membre du comit de pilotage dUNICA (Network of the Univer-sities from the Capitals of Europe) ?

    Jacques Lanars : Jai t impliqu dans dif-frents projets dUNICA dans le pass. Je connais beaucoup de monde. Des gens ont d penser que je pouvais contribuer au fonction-nement de ce rseau. Dans ce comit, il y a par exemple des personnes qui sintressent aux questions denseignement universitaire, aux MOOCs, domaines dans lesquels jai certaines comptences. Je vais donc davantage tre im-pliqu dans certains projets que dautres. Par ailleurs, UNICA essaie de garder un quilibre entre la diversit des universits reprsentes, que ce soit au niveau linguistique ou rgio-nal. Cest le recteur de lUniversit Charles de Prague qui a t nomm en mme temps que moi. Je suis lu en ma qualit de vice-recteur de lUNIL. Etre vice-recteur ou recteur est impratif pour faire partie du board.

    Quels sont les buts dUNICA ?

    Favoriser la coopration et lintgration des universits du rseau. Par exemple, lUNIL a t trs implique dans le projet Green Cam-pus. Il y a toutes sortes de thmatiques abor-des, y compris des lments de base comme la facilitation des relations internationales. UNICA gre aussi des problmatiques qui

    touchent la mise en uvre de Bologne. Le rseau sadresse galement aux chercheurs et organise des rencontres pour favoriser la coopration. De plus, il sagit daborder des projets et des thmes qui intressent le plus grand nombre. Exemple ? Comment sou-tenir le dveloppement des tudiants afin quils deviennent des acteurs citoyens de la construction de lEurope ? Par ailleurs, tous les deux ans est organise une rencontre des tudiants dUNICA, comme ce fut le cas en 2014 lUNIL.

    Quels sont les avantages de participer un rseau de petite taille ?

    Malgr tout, il y a suffisamment de membres pour travailler sur des concepts intressants. Les gens se connaissent petit petit assez bien. Nous collaborons dans une atmosphre de partage, il ny a pas de logique de comp-tition, cest vraiment intressant. Ce rseau est passionnant car il permet de runir des perspectives diffrentes de Reykjavik Nico-sie, de Lisbonne Ankara. En rf lchissant ensemble, nous pouvons renforcer nos com-

    ptences, contribuer davantage au dveloppe-ment des villes et des rgions auxquelles nous sommes associs.

    Plus gnralement, quels sont les intrts de lUNIL participer cette association ?

    Cest une reconnaissance pour linstitution. LUNIL a toujours t active dans le rseau, puisquelle y est membre depuis vingt ans. Lancien recteur Pierre Ducrey en a mme t le prsident de 1997 2000. Pour lUNIL cest intressant dtre en rseau, de voir comment dautres personnes, dans des pays trs diff-rents traitent de diverses problmatiques. Nous travaillons ensemble sur des thmes que nous naborderions jamais seuls, nous nen aurions ni les ressources, ni la motiva-tion suffisante. UNICA favorise des changes. Je vais par exemple faire venir quelquun de lUniversit de Zagreb qui aimerait effectuer un reportage sur lUNIL. En fait, participer activement UNICA contribue amliorer la visibilit de lUNIL sur le plan europen.

    Jacques Lanars reprsente lUNIL dans UNICA, un rseau europen dchanges. F. Imhof UNIL

    unica-network.eu

  • luniscope n 609 | 2015

    16 Et pour finir

    Le tac au tac de Timothe Brtsch

    Que feriez-vous si vous aviez un vieux magntophone disposition ? Que retrou-verait le monde en coutant de vieilles cas-settes, au grain sonore affreux, lcoute de plusieurs heures denregistrements personnels ? Pour se rendre compte du rsultat potentiel, il suffit de suivre la piste offerte par le ralisateur amricain Brett Morgen dans Montage of Heck : The Home Recordings, sorti mi-novembre.

    Trente et une. Cest le nombre de pistes qui composent les tant attendus indits de licne grunge des annes 1990. A leur ma-nire, elles compltent en sons le clbre Journal de Kurt Cobain. Plus intime que jamais, lancien leader de Nirvana est chez lui, muni dune guitare parfois acoustique, parfois lectrique, et dun vieil enregistreur. Comme lexpliquait Brett Morgen plus tt dans lanne, lalbum fait suite au docu-mentaire sur Cobain prsent au festival du film de Sundance en janvier. Pour le raliser, lAmricain a eu accs une mine dor :les effets personnels de Kurt Cobain mis disposition par Courtney Love. Cest ainsi que Morgen plonge dans la vie matrielle de lartiste : vieux vtements, guitares, dessins, peintures et centaines dheures denregistrements.

    Au final, le rsultat consiste bien davantage en un journal intime sonore quun album de musique. Plusieurs dmos, celles de Been a Son, Sappy ou Something in the Way, sont dilues au gr des exprimentations de lartiste, quon entend parfois simplement hurler, enregistrer le chant des oiseaux ou raconter sa vie, entre tentatives de suicide et premires expriences avec lherbe.

    Ames sensibles sabstenir.

    Kurt Cobain, Montage of Heck : The Home Recordings (Universal Music)

    ISSN 16608283 | Uniscope, p.p. 1015 Lausanne | Unicom, service de communication et daudiovisuel | Tl. 021 692 20 70, fax 021 692 20 75 | [email protected], www.unil.ch |

    Editeur Unicom, Universit de Lausanne | Directeur ddition Philippe Gagnebin (Ph.G.) | Rdactrice en cheffe Francine Zambano (F.Zo) | Rdaction David Trotta (D.T.) + Nadine Richon (N.R.) + Mlanie Affentranger (M.A.) + David Spring (D.S.) | Direction artistique Edy Ceppi | Graphisme et mise en page Jolle Proz | Correcteur Marco Di Biase | Photo couverture Felix Imhof | Impression PCL Presses Centrales SA | Arctic Volume White 90 gm2, sans bois | Photolitho Images3 Lausanne | Publicit Go ! Uni-Publicit SA Saint-Gall tl. 071-544 44 70, [email protected]

    Impressum

    Qui se cache derrire : DIRECTRICE CHUR UNIVERSITAIRE ?

    Merci denvoyer vos suggestions

    [email protected]

    Qui suis-je ? concours

    Les propos tenus dans luniscope nengagent que leurs auteures.

    F. Im

    ho

    f

    UN

    IL

    Si vous tiez une fourmi ?Je serais un mle. Il saccouple une fois, puis il meurt. Cest mieux quune ouvrire qui travaille sans jamais saccoupler, ou quune reine qui passe sa vie pondre.

    Ce qui vous semble important dans votre rle de mdiateur scientifique ?Transmettre au public ce que fait lUniversit de Lausanne. Cest lide de casser cette tour divoire.

    Ce que vous apprciez particulirement lUNIL ?Le site, qui est magnifique. Et aussi les personnes talentueuses qui y travaillent.

    Petit vous vouliez tre ?Biologiste, je pense. Je ne savais certainement pas ce que ctait, mais tout petit dj je regardais les insectes et voulais travailler avec les animaux.

    Si vous tiez un personnage de fiction ?Dieu. a doit tre plutt pratique dtre omniprsent, omnipotent et omniscient.

    Votre lecture du moment ?La voiture lectrique dEric. Cest un livre pour enfants de 3 ans. Je le lis avec mon fils le soir.

    Un film qui vous a particulirement marqu ?Empire Records dAllan Moyle. Il est assez stupide, mais je laime bien. Cest un vieux film cibl pour adolescents qui me rend nostalgique quand je le regarde.

    Votre srie tl prfre ?Je nen regarde pas. Jai essay, mais chaque fois que jen commence une, je dcroche au bout de deux pisodes.

    Une chanson qui vous parle particulirement ?Coolidge des Descendents. Cest ce groupe

    de punk en gnral qui me parle. Ce sont des gens assez simples, des anti rock stars. Le chanteur est biologiste dailleurs.

    Un don que vous souhaiteriez possder ?La tlportation. Je passe beaucoup de temps dans les transports, et jaimerais bien que a aille plus vite parfois.

    La plus importante invention de toute lhumanit ?Internet. Pour ses moyens de communication et laccs une norme quantit dinformations.

    Vos hobbies ?Je chante et je joue de la guitare dans un groupe de punk depuis une quinzaine dannes.

    Par David Trotta

    Mina Mairouch-Richoz du Service des Immatriculations et Inscrip-tions a reconnu Herv Klopfens-tein et a donc remport le tirage au sort.

    Timothe Brtsch, mdiateur scientifique lInterface sciences-socit. F. Imhof UNIL

    Un tirage au sort sera effectu parmi les bonnes rponses. Lheureuxeuse gagnante se verra offrir un objet de la boutique UNIL.

    DANS LOMBRE DE KURT

    COUP DE COEURde David Trotta