table des matieres - agropolis

47

Upload: others

Post on 19-Jun-2022

13 views

Category:

Documents


0 download

TRANSCRIPT

Page 1: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS
Page 2: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

TABLE DES MATIERES

Préface .................................................................................................................................. Allocution de S.E. Monsieur Aziz Akhennouch, ministre de l’agriculture et de la pêche maritime du Maroc ................................................................................ . L’AGRICULTURE FAMILIALE : DÉFINITIONS, SITUATION ET ENJEUX .........

1.1 Définitions et essai de typologie ..................................................................................

1.2 Un regard croisé sur les 3 sous-régions : Méditerranée du Nord, Méditerranée du Sud, Afrique de l’Ouest...............................................................

.3 L’agriculture familiale : quels enjeux, quels avantages comparatifs ? ....... 3

. RÉUSSIR LA MISE EN MOUVEMENT : EXEMPLES DE SOLUTIONS ET PISTES DE POLITIQUES ............................................................................................

2.1 Un besoin de nouvelles politiques, une nouvelle prise de conscience .......

2.2 Construire une nouvelle relation entre l’Etat et les ruraux, réussir et soutenir les organisations collectives .....................................................................

2.3 Permettre l’accès à un financement adapté, professionnaliser l’agriculture ....................................................................................................................... 22

2.4 Mettre en place des lois, politiques, institutions et plans nationaux ou locaux pour l’agriculture familiale et pour les territoires ruraux ......... 2

. DE NOUVELLES VISIONS PARTAGÉES POUR RÉUSSIR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ..................................................................................

Contributions ………………………………………………………………….….… ANNEXES Annexe : Note de présentation Annexe 2 : Programme du séminaire Annexe 3 : Liste des participants

Page 3: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Préface

La deuxième édition du « Séminaire Eau et Sécurité Alimentaire en

Méditerranée », SESAME 2, s’est tenue à Meknès du 25 au 26 avril 2014.

Le choix du thème « l’agriculture familiale en Méditerranée et en Afrique de

l’Ouest : de nouvelles dynamiques entrepreneuriales et territoriales »

s’inscrit dans le cadre de la célébration de « l’Année Internationale de

l’Agriculture Familiale ». SESAME2 s’est distingué ainsi par son ouverture

sur l’Afrique de l’Ouest.

Les débats ont été introduits par le discours d’ouverture de Monsieur Aziz

Akhennouch, Ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime du Maroc.

Des contributions très riches ont été apportées à ces débats par les

panélistes représentant les secteurs public et privé, les organisations

professionnelles et non-gouvernementales, les centres de recherche, les

banques agricoles, les organisations internationales et régionales. Le

présent document rend compte de la synthèse qui en a été établie par

Guillaume Benoit, Ingénieur Général au CGAAER, membre du panel

international du CGDA et rapporteur général de SESAME 2. Cette synthèse

s’est efforcée de mettre en évidence quelques constats de fond et de

formuler les principes universels qui peuvent guider l’action.

SESAME 2 a été une occasion unique de faire progresser le débat sur

l’agriculture familiale en le rendant moins passionné et plus objectif. Il a

permis de porter un regard croisé sur les agricultures familiales en

Méditerranée du Nord/Europe du Sud, en Méditerranée du Sud/Afrique du

Nord et en Afrique de l’Ouest. Des différences sensibles existent, bien sûr,

entre ces trois sous-régions. Elles sont dues à l’importance relative de

l’agriculture familiale dans les économies et les sociétés ainsi qu’au poids

de la démographie, de la géographie et de l’histoire. Nonobstant, ces trois

sous-régions sont toutes confrontées à des enjeux de transition similaires

Mohamed Aït Kadi Président du Conseil Général

du Développement Agricole, Maroc

Page 4: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

mais déclinés différemment. Nous avons vu s’affirmer des convergences

qui semblent constituer un solide socle commun pour réfléchir au futur.

Ces convergences mettent notamment en avant l’importance stratégique

d’une « mise en mouvement » réussie de l’agriculture familiale car elle

conditionne notre capacité collective à relever les grands défis mondiaux

qui sont aujourd’hui devant nous : la sécurité alimentaire, la lutte contre la

pauvreté, l’emploi, le renouvellement des générations, la gestion des

ressources naturelles, le changement climatique, le développement

humain, le maintien de l’équilibre urbain/rural et la culture. Plusieurs

exemples de solutions ont été mis en exergue dans les domaines des

politiques publiques, de l’organisation collective, de l’accès aux

financements et à la technologie.

L’impression générale exprimée par les participants a été de constater que

SESAME 2 avait bien rempli sa fonction d’espace de dialogues et de

débats pour identifier des stratégies alternatives innovantes et

pragmatiques afin de relever les défis auxquels nos régions sont

confrontées. Nous devons à cet égard nous féliciter de la collaboration

originale que nous avons établie entre nos deux Conseils. Celle-ci s’avère,

en effet, non seulement utile, mais fructueuse.

Mohamed Aït Kadi Président du Conseil Général du Développement Agricole,

Maroc

Bertrand Hervieu Vice-Président du Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture, et des Espaces Ruraux, France

Bertrand Hervieu Vice-Président du Conseil Général de

l’Alimentation, de l’Agriculture, et des Espaces Ruraux, France

Page 5: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

ALLOCUTION DE S.E. MONSIEUR AZIZ AKHENNOUCH, M INISTRE DE L ’AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME

DU MAROC

Excellences, Mesdames et Messieurs,

J’ai le grand plaisir de souhaiter la bienvenue à tous les participants à cette

deuxième édition du « Séminaire Eau et Sécurité Alimentaire en

Méditerranée, SESAME », consacrée à l’agriculture familiale en

Méditerranée et en Afrique de l’Ouest.

Je me réjouis que ce séminaire s’inscrive dans le prolongement de la 7ème

édition des Assises de l’Agriculture. Nous y avons célébré, en collaboration

avec la FAO, l’Année Internationale de l’Agriculture Familiale. Ce fut pour

nous l’occasion de souligner la nécessité impérieuse de mettre en place

des politiques publiques porteuses d’un progrès durable et équitable des

agricultures familiales.

Je voudrais féliciter le Conseil Général du Développement Agricole du

Maroc et le Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des

Espaces Ruraux de France pour cette initiative SESAME. Elle est devenue,

aujourd’hui, une plate-forme de réflexion partagée sur les problématiques

de l’eau et de la sécurité alimentaire, et plus largement, sur celles du

développement agricole et rural durable. Je remercie également l’Agence

Française pour le Développement et tous les partenaires pour leur

engagement et leur appui à cette rencontre.

Je me réjouis de l’ouverture de SESAME sur les pays de l’Afrique de

l’Ouest. Je suis convaincu que la coopération Sud-Sud dans le domaine

agricole est un terrain exemplaire, et peut-être révolutionnaire, de la

solidarité et de l’interdépendance entre nos pays. A ce titre, je souligne la

volonté de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, exprimée dans son Discours

au 4ème Sommet Afrique-Union Européenne tenu à Bruxelles le 3 avril

2014, de valoriser les vertus de la coopération Sud-Sud pour gagner le pari

Page 6: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

du développement humain, et engager une coopération qui élargit de

manière significative ses domaines, qui se distingue par l’échange

d’expériences et d’expertise et qui ambitionne la réalisation conjointe de

projets phares structurants, à vocation régionale, voire continentale,

notamment dans les domaines de l’agriculture et de la sécurité alimentaire.

Le SESAME 2 concrétise dès à présent un instrument de catalyse de cette

coopération Sud-Sud (mais aussi, bien entendu Nord-Sud) à travers les

témoignages croisés de leaders paysans, de scientifiques et de décideurs

politiques sur les leviers qui permettent d’inscrire l’agriculture familiale dans

une spirale vertueuse de progrès durable.

Mesdames et Messieurs,

Le Maroc a oeuvré au cours des dernières années pour dépasser le

dualisme opposant une agriculture moderne à une agriculture familiale,

longtemps dite « traditionnelle ». Sur l’impulsion de Sa Majesté le Roi

Mohammed VI, le Plan Maroc Vert est fondé sur le principe d’une

agriculture pour tous sans exclusif. Ce principe nous oblige à agir de sorte

que tous les territoires et tous les agriculteurs trouvent leur place dans une

agriculture nationale valorisant au mieux la diversité de leurs opportunités

et potentialités respectives. De ce fait, il nous a conduit à porter une grande

attention à l’agriculture solidaire qui concerne pratiquement soixante-dix

pour cent de la population agricole et les deux tiers de la superficie agricole

utile de notre pays.

Vous comprendrez que pour nous, la mise en oeuvre efficace du Pilier 2 du

Plan Maroc Vert, consacré au développement solidaire de la petite

agriculture, est décisive. Pour la réussir, notre action est volontairement

tournée vers les acteurs et les opérateurs. Leur implication dans la

dynamique du changement que nous voulons a pour corollaire une

redéfinition du rôle de l’Etat. Ce rôle doit évoluer mais il reste essentiel. De

ce fait, nous nous sommes employés vigoureusement à mettre en place un

dispositif d’action approprié et à faire évoluer nos politiques, nos

institutions, nos instruments et nos méthodes.

Ce nouvel ordre agraire, basé sur un partenariat contractuel entre le

secteur public et des acteurs organisés et responsables, devrait refléter à

terme une seule agriculture, performante et bien intégrée au marché. Il doit

contribuer à la diversification de l’économie rurale et ses retombées sur

A z i z A kh en n o u ch , Min is t re de l ’Ag r i cu l ture e t de

l a P êch e M a r i t im e d u M a r o c

Page 7: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

l’économie nationale dans son ensemble en termes de créations de

richesses et d’emplois.

Mesdames et Messieurs,

Votre rencontre à Meknès permet de partager les savoirs, les compétences

et les expériences pour mieux répondre aux exigences du développement

de la petite agriculture, comme gage d’un développement inclusif et

durable. Le programme de ces deux journées est très riche et témoigne de

l’ambition de mettre au service des politiques publiques une vision affinée

tournée vers l’avenir des agricultures familiales.

Je saisis cette opportunité pour saluer vivement tous les participants qui ont

bien voulu partager avec nous les expériences des pays amis aussi bien du

Nord que du Sud. Nul doute que le Maroc mettra à profit un tel échange

dans le cadre d’une coopération fructueuse et engagée.

Je souhaite un grands succès à vos travaux et un agréable séjour à vous

tous dans cette ville de Meknès symbole, par ses greniers, de l’impératif

national de la sécurité alimentaire.

AZIZ AKHENNOUCH , M INISTRE DE L ’AGRICULTURE ET DE LA

PECHE MARITIME DU MAROC

Page 8: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

. L’AGRICULTURE FAMILIAL E : DEFINITIONS , SITUATION ET ENJEUX

DEFINIT IONS E T ESSAI DE TYPOLOGIE

La définition de l’agriculture familiale (AF) est encore un sujet de discussion. Pour le

CIRAD, l‘AF désigne les formes d’organisation de la production agricole regroupant des

exploitations caractérisées par :

des liens organiques entre la famille et l’unité de production et,

la mobilisation majoritaire du travail familial.

On peut en fait distinguer 3 grands types d’agriculture : l ‘agriculture de firme (main

d’œuvre exclusivement salariée), l’agriculture patronale (main d’œuvre mixte avec

présence de salariés permanents) et l’agriculture familiale au sens strict.

L’AF, même au sens strict, occupe une place déterminante. Elle regroupe 2,5 milliards

de personnes et % des 0 millions d’exploitations agricoles (S Fan) et elle assure

70% de la production mondiale.

Les petites exploitations sont très majoritaires en Europe, en Afrique et, plus encore, en

Asie où 100% des exploitations ont moins de 5 ha (figure 1). Elles assurent 94% de la

production du riz, 95% du café et du cacao et 89% du coton.

Figure 1 : Les exploitations agricoles dans le monde, par classes de tailles et par grandes régions

Source : D’après Mazoyer, 00

Page 9: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Le critère de taille est important mais il n’est pas le seul à prendre en compte. Pour

l’IFPRI, il convient de savoir distinguer différentes formes d’AF selon les niveaux d’accès

à l’information et au financement ; les types de régions agroécologiques

(difficiles/favorables) ; la densité de population, etc., si l’on veut pouvoir mettre en

place des stratégies adaptées.

Le double critère « taille/capacité à produire » et « problèmes d’accès/besoins de financement »

est notamment important à considérer. La prospective « Agriculture 2030 : quel avenir

pour le Maroc ? » ainsi que le Crédit agricole du Maroc ont ainsi été conduits à

distinguer grands types d’exploitations :

les 150.000 exploitations agricoles du secteur « moderne » déjà bien engagé dans

les circuits marchands et éligibles au financement bancaire. Cet ensemble

représente 0% du total d’exploitations ( , million), % de la SAU et % de

la SAU irriguée ;

les 750.000 petites et moyennes exploitations agricoles (PMEA) s’appuyant

principalement sur l’agriculture mais sans accès satisfaisant au financement :

elles ne répondent notamment pas aux normes de financement bancaires

classiques faute de garantie hypothécaire. Cet ensemble représente la moitié

des exploitations du pays, 70% de la SAU et 30% du PIBA. Son progrès sera

déterminant du développement agricole du pays ;

les 600.000 micro-exploitations vivant principalement d’activités para ou extra-

agricoles car trop petites pour assurer même l’alimentation de base des

familles concernées et donc incapables de dégager un revenu agricole

significatif. Cette dernière catégorie n’occupe que , % de la SAU et il

regroupe la strate la plus défavorisée de la population rurale. L’agriculture

joue pour ces familles un rôle important d’attache sociale en milieu rural. Les

formules de micro-crédit pour des activités génératrices de revenus (ex :

textile…) peuvent être adaptées aux besoins de ces familles.

Le critère de localisation est aussi important. La Méditerranée, au Nord comme au Sud, se

distingue notamment par la diversité de ses agro-écosystèmes et donc aussi par celle

des agricultures familiales. La place importante relative des territoires « difficiles »

s’explique par la forte contrainte hydrique et par le relief : la Méditerranée est en effet

« un espace dévoré par la montagne » (F Braudel). Les chiffres d’exploitations, de

populations et de SAU par grands agro-écosystèmes ont pu être documentés à l’échelle

du Maroc : ils sont très révélateurs de l’importance relative à la fois des territoires à

handicap permanent, de l’omniprésence de la petite agriculture (y compris dans les

grands périmètres irrigués modernes) et de son poids écrasant dans les espaces à

écologie fragile (plateaux arides, montagnes…).

M i c h e l E d d i P D G d u C I R A D F r a n c e

Page 10: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

0

En Méditerranée du Sud comme en Afrique de l’Ouest, les exploitations familiales ne

vivent pas que de terres agricoles cultivées car beaucoup se maintiennent en gérant

d’autres ressources naturelles (parcours et forêts). L’élevage pastoral occupe une place

considérable : dans les montagnes du Maroc par exemple, la SAU ne représente que

% du total alors que tout l’espace agraire, y compris forestier, est utilisé. Si, pendant

des siècles, les populations rurales et les écosystèmes ont pu co-évoluer dans une

certaine symbiose, grâce notamment au contrôle collectif assuré par les communautés,

aujourd’hui la pression démographique, la concurrence non régulée, la concentration

par l’émergence de très gros troupeaux…, aboutissent à la dégradation des systèmes, à

la désertification. « Or le changement climatique est là et il faut y répondre » (G

Lazarev).

Si les AF se retrouvent notamment dans les zones difficiles souvent marquées par la

pauvreté, c’est parce que les agricultures de firmes s’intéressent surtout aux territoires

favorables, riches en ressources (eau, terres de qualité), facilement mécanisables et

ouverts à la mondialisation (logistique, services). Cependant, l’AF n’est pas réservée aux

seules zones pauvres. D’ailleurs en France, 90% des exploitations sont familiales.

UN REGA RD C ROISE SU R LES SOUS-RE GIONS : MEDITE RRANEE DU NORD ,

MEDITE RRANEE DU SUD , AFRIQUE DE L ’OUE ST

Porter un regard sur l’agriculture familiale, c’est pouvoir en mesurer l’importance

relative dans l’ensemble de la société et de l’économie en prenant en compte les

aspects géographiques, historiques et démographiques. On peut, à cet égard, relever

quelques différences sensibles entre nos 3 sous-régions.

La Méditerranée du Nord / Europe du Sud

L’Europe du Sud se caractérise par la stabilisation démographique et par la forte baisse

des effectifs agricoles survenus notamment à partir des années 1950-70. Le nombre

d’actifs en agriculture est très bas ( % en France) et l’emploi rural non agricole

(ouvriers….) dominant. Une autre caractéristique de la région est la forte

« désagricolisation » du territoire du fait de la forte déprise dans les zones marginales

(montagnes) et d’un étalement urbain accéléré par l’accès généralisé des ménages à

l’automobile.

L’Europe méditerranéenne se caractérise aussi par la petite taille des exploitations dans

l’ensemble européen. Malgré la déprise, l’étalement urbain et le marché unique,

certains pays ont d’ailleurs su conserver une population agricole relativement

nombreuse en jouant sur la valorisation des terroirs et sur la pluriactivité. Ainsi « l’Italie

Page 11: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

compte à elle seule 2,7 millions d’exploitations sur les 9 millions recensées dans l’UE »

(G Lazarev). Elle y a réussi en combinant une agriculture de qualité et d’autres activités,

dont le tourisme, et cela permet à l’AF de jouer un rôle clef face au chômage. La

valorisation des « terroirs » et de l’« origine » par les « indications géographiques

(comme les appellations d’origine) » apparaît comme d’importance stratégique pour le

maintien de l’AF dans les zones difficiles. La région a heureusement pour elle une

remarquable diversité (savoir-faire, produits de qualité, spécialités culinaires…) qu’elle

s’attache à bien valoriser.

Un des problèmes majeurs des agricultures familiales de l’Europe méditerranéenne est

celui du renouve l l emen t d es généra t ions . De nombreuses exploitations sont en effet

sans repreneurs au sein des familles. Cependant, le goût pour l’activité agricole tend à

se développer dans la société. En France, 30% des jeunes agriculteurs qui s’installent

aujourd’hui ne sont pas issus de parents agriculteurs.

La Méditerranée du Sud / Afrique du Nord

Dans les pays d’Afrique du Nord, la population agricole représente 20% des actifs

(Tunisie, Algérie) ; 30% (Egypte) et 40% (Maroc). Pour ces 4 pays, on compte au total 70

millions de ruraux. La croissance démographique est encore significative (1,4% au

Maroc et 1,8% en Egypte) malgré la baisse déjà ancienne de la fécondité. Les besoins en

emplois ruraux supplémentaires sont encore importants (50.000/an au Maroc, 30.000

en Algérie).

La région se caractérise aussi par le fort dualisme agraire qui oppose un petit nombre

de grandes exploitations exploitant une part non négligeable de la SAU et la grande

masse des petites et micro-exploitations, dont beaucoup sont encore pour une part

importante de « subsistance ». Ce dualisme, né avec la colonisation, s’est maintenu

depuis l’indépendance (figure ).

Figure 2 : Répartition des exploitations d’Afrique du Nord par classes de tailles (Source CIRAD/CIHEAM)

0,0%

10,0%

20,0%

30,0%

40,0%

50,0%

60,0%

70,0%

0 - 5 ha 5 - 10 ha 10 - 50 ha 50 - 100 ha >100 ha

Distribution des exploitations et des surfaces par classe de SAU au

Maghreb

% du total Exploit. Agric.

% du total Superficie

Page 12: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Une autre caractéristique importante de la sous-région est la forte contrainte

climatique - de nombreuses zones sont soumises à une aridité croissante, les

sécheresses pouvant avoir des effets délétères - et la forte extension des surfaces

irriguées impulsée par des politiques publiques volontaristes tout au long du 20ème

siècle et surtout depuis 0 années (c’est vrai aussi en Europe du sud). L’administration

de l’agriculture a donc joué un rôle important de mise en valeur. Cependant,

l’agriculture pluviale reste largement majoritaire (sauf cas particulier de l’Egypte et de

la Libye) et les aquifères sont fortement surexploités dans nombre de territoires

(cf résultats du séminaire SESAME 1). Les espaces non irrigués n’ayant pas bénéficié

d’une politique de développement agricole et rural à la hauteur des défis à relever,

seule une petite partie des agricultures familiales a pu progresser. Une grande majorité

des exploitations n’a encore qu’un accès très réduit à la formation, aux marchés, à la

technologie et au crédit. La productivité est souvent faible et la pauvreté rurale comme

l’analphabétisme encore relativement importants.

L’Afrique de l’Ouest

En Afrique de l’Ouest, la population agricole est extrêmement nombreuse (74% des

actifs au Mali) et la transition démographique encore loin d’être achevée. Les taux de

croissance démographique sont de 3,3 % au Mali et 3,1 % au Sénégal, soit doubles de

ceux d’Afrique du Nord. Les besoins nouveaux en emplois ruraux sont considérables : +

, millions d’actifs ruraux au Mali d’ici 0 0 (CIRAD).

Les structures foncières sont dominées par l’AF mais le dualisme existe aussi. La région

se caractérise surtout par le défaut de sécurisation foncière car les droits des

exploitants ne sont pas reconnus (« les Etats sont en général propriétaires du foncier

alors que les paysans se considèrent depuis toujours chez eux ») et l’accaparement des

terres par des grandes firmes étrangères est considéré par les organisations paysannes

comme un vrai risque. L’accès au crédit agricole est très limité, la productivité faible et

la pauvreté élevée. Avec la forte croissance démographique, la taille des exploitations

se voit réduite ; les pressions sur le foncier sont fortes et la gestion familiale accepte

une sous-rémunération du travail et du capital. Cependant, seule une petite partie du

potentiel irrigable a été réalisée et les périmètres existants sont souvent sous valorisés.

Les marges de progrès possibles en termes d’extension de l’irrigation et de rendements

et de revenus (en pluvial comme en irrigué) sont donc potentiellement importantes. Le

faible taux d’irrigation accentue la vulnérabilité des pays aux sécheresses et au

changement climatique.

En Afrique de l’Ouest comme en Afrique du Nord, nombre d’exploitations vivent aussi

d’autres revenus qu’agricoles (pluriactivité). Au Maroc, 0% des revenus ruraux sont

assurés par les remises d’émigrés, le travail des jeunes dans les villes... La croissance

démographique, si elle est d’abord une contrainte pour l’agriculture familiale

(réduction de la taille moyenne des exploitations), doit être aussi comprise comme une

opportunité car chaque ville qui se crée, crée en effet aussi de nouveaux marchés. La

situation et l’évolution de l’AF doivent donc s’analyser en fonction des territoires, en

lien notamment avec la petite urbanisation rurale.

Page 13: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Un regard croisé sur les 3 sous-régions

Si on porte un regard croisé sur les 3 sous-régions, nord-méditerranéenne, sud-

méditerranéenne et ouest-africaine, on voit qu’elles sont toutes confrontées à des

enjeux de transition, similaires mais déclinés différemment. « Sur la rive Nord, la

question posée est surtout celle du comment renouveler les exploitations alors qu’au

Sud, il s’agit de professionnaliser et structurer la petite agriculture avec l’obligation, en

Afrique de l’Ouest, de créer de nombreux nouveaux emplois agricoles. En Afrique du

Nord, il convient aussi d’accélérer la diversification économique et territoriale. Dans les

3 sous-régions, la question de la durabilité, socio-économique et environnementale, est

posée » (M Eddi).

L’A GRICU LTU RE FA MILIAL E : QUE LS ENJEUX , QUE LS AV ANTA GES

COMPA RATIFS ?

La mise en mouvement de l’agriculture familiale est d’importance stratégique car elle

conditionne notre capacité collective à relever les grands défis mondiaux qui sont

aujourd’hui devant nous : la sécurité alimentaire, l’emploi, la gestion des ressources

naturelles, le climat et l’environnement, le développement humain, l ‘équilibre

urbain/rural et la culture (encadré 1 et figure 3).

L’agriculture familiale est ainsi « au carrefour de défis multiples » (M Aït Kadi) et de son

progrès dépend directement notre avenir commun à tous (Figure 3). De sa capacité à

relever les 7 défis identifiés dépendra notamment le maintien de notre stabilité. Réussir

la mise en mouvement des agricultures familiales, c’est donc ni plus ni moins que

pouvoir prévenir les risques de cr i se s pol i t iques e t s oc ia l e s . Or , ce s r i sques son t s é r ieux .

L’agriculture familiale dispose heureusement pour cela d’avantages comparati fs

indiscutables.

En effet :

Sous réserve de bonne organisation/professionnalisation et de structures et

systèmes de production adéquats, la petite exploitation professionnalisée est

plus productive que la grande exploitation. L’insuffisance en terre, qui est une

contrainte, lorsqu’elle n’est pas excessive, la conduit à s’engager dans des

systèmes de production plus intensifs. A l’île de la Réunion, par exemple, la

réforme foncière conduite dans les années 1970- 0 (passage d’immenses

exploitations à des exploitations familiales de 5 ha en zones canne) a permis

d’accroître en moyenne les rendements de %.

L’agriculture familiale a aussi pour elle son recours intense à la main d’œuvre

familiale, aussi bien les hommes que les femmes, sa facilité d’adaptation à la

flexibilité et une capacité organisationnelle (coopératives, associations

d’irrigants ou d’éleveurs, adoption des innovations technologiques..) qui peut

devenir très forte comme le montre l’exemple historique de la France dont de

nombreuses coopératives sont aujourd’hui des acteurs à forte capacité

mondiale.

Page 14: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

ENCADRE : LES SEPT GRANDS DEFIS de la mise en mouvement

de l ’agricul ture famil iale mis en exergue par SESAME

Le déf i de la faim, de la pauvreté et de la production al imentaire. « L’agriculture familiale doit

être réfléchie comme une solution pour la planète car la maladie la plus grave de notre monde, c’est la faim. Or, la faim,

c’est le début de tous les malheurs : guerres civiles, migrations, terrorisme. Tout le malheur en Afrique vient de la misère.

Si on élimine la misère, on élimine la guerre. Le printemps arabe vient de la misère rurale. L’objectif à travers l’appui à

l’AF, c’est donc d’abord d’éradiquer la faim, de stabiliser les populations sur leurs territoires, d’éviter migrations et

déplacements et de maintenir les équilibres entre les peuples » (M Salek).

La question de la faim et de la pauvreté est d’abord une question rurale puisque ¾ de ceux qui en souffrent dans le

monde sont des ruraux. Cependant, de nombreux ménages urbains consacrent plus de 50% de leur budget à

l’alimentation et souffrent aussi de la faim et/ou de la pauvreté. Or, la crise de 2007- 00 a montré que l’offre peine

maintenant à répondre à une demande toujours en forte croissance avec pour conséquences la montée et une forte

volatilité des prix mondiaux, ainsi que des risques d’instabilités accrus.

Relever le défi de la faim et de la pauvreté impose par conséquent à la fois d’accroître la production mondiale et

d’améliorer les revenus des plus vulnérables, donc d’abord les revenus ruraux. En termes de production (disponibilité),

l’objectif fixé par la FAO est une croissance de 0% d’ici 0 0 (FAO), non compris la croissance nécessaire pour la

production de biens non alimentaires (énergie, chimie verte, fibres), importante si l’on veut relever le défi de

l’atténuation du changement climatique et maintenir un certain niveau de vie dans un monde aux ressources minières

qui se raréfient.

Le progrès de l’agriculture familiale est une condition fondamentale de l’accroissement de la production mondiale et de

la réduction de la faim. Les AF assurent en effet 0% de la production mondiale et elles disposent d’un potentiel de

progrès important, en termes à la fois de rendements et de revenus. Le défi mondial impose aujourd’hui des progrès

dans tous les agro-écosystèmes, dans tous les territoires et les agricultures familiales en sont au cœur. « C’est une vraie

rupture » (H Rouillé d’Orfeuil).

Le déf i de l ’emploi . L’AF doit aussi apporter sa contribution au défi majeur de l’emploi. Dans le monde

mondialisé du 21ème

siècle, et contrairement à d’autres moments de l’histoire, nous savons que beaucoup d’hommes et

de femmes ne sont pas attendus sur le marché du travail (B Hervieu). On considère en effet qu’il manque déjà milliard

d’emplois sur la planète alors que la demande d’emplois va encore s’accroître de , milliard d’ici 0 0. La question de

l’emploi est par suite décisive et elle interpelle au premier chef le devenir d’une agriculture familiale qui regroupe à elle

seule 40% des actifs mondiaux, soit 1,3 milliard de personnes. Comme la sortie de l’agriculture par l’existence d’autres

emplois n’est pas possible dans bien des cas, celle-ci ne pourra pas se produire comme ce fut le cas au 20ème

siècle en

Europe grâce à un concours de circonstances historique très particulier (faible croissance démographique,

industrialisation à fort contenu en emplois, possibilité d’émigration massive vers les Amériques, mortalité massive de

ruraux lors des 2 guerres mondiales).

Un scénario aboutissant à un modèle d’agriculture à 3% d’actifs à l’échelle de la planète, ce qui nécessiterait de créer

encore 1 milliard d’emplois supplémentaires, n’est donc tout bonnement pas possible (H Rouillé d’Orfeuil). Bien au

contraire, l’agriculture va devoir contribuer à créer de nouveaux nombreux emplois, directs et indirects (agro-

alimentaire, agro-fourniture…), notamment en Afrique sub-saharienne où 310 millions de nouveaux actifs sont attendus

d’ici 0 0 (CIRAD). D’ailleurs, malgré la forte croissance économique enregistrée par exemple en Inde ou en Chine

depuis plusieurs décennies, la population agricole mondiale continue à s’accroître au lieu de se réduire. « Il faut donc

créer un sens, un avenir, un développement pour les AF, y compris les micro-exploitations qui, il faut le dire, ne sont pas

en diminution mais au contraire de plus en plus nombreuses » (B Hervieu). « L’AIAF, c’est l’année de l’agriculture et de la

sécurité alimentaire car l’AF, c’est 95% de notre agriculture en Afrique de l’Ouest. L’enjeu de son progrès est considérable

dans notre phase de transition démographique et le défi à relever est d’abord celui de l’emploi pour les jeunes : comment

les retenir en milieu rural ? » (M Saw).

Page 15: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Le déf i de l ’équi l ibre urbain/rural . Derrière le défi de l’emploi agricole, se pose aussi celui de l’équilibre

urbain/rural, lequel est déterminant. « On doit en effet bien comprendre que les évolutions auxquelles nous devons faire

face, notamment en Afrique, en lien avec la démographie, les migrations et l’urbanisation, sont d’un niveau inconnu et

sans précédent dans le monde entier. C’est pourquoi toutes les Agences de développement se posent la question du

comment accompagner le modèle de développement africain pour préserver l’équilibre urbain/rural dans toutes ses

composantes sociales, économiques et environnementales » (J.Y Grosclaude).

Le déf i de la compéti t iv i té et de la globalisation. Le défi de l’emploi pose de facto aussi celui de la

concurrence et de la compétitivité. Les écarts en termes de productivité du travail entre grands types d’agricultures vont

en effet de 1 à 1000. Alors que les 0 millions d’actifs qui disposent d’un tracteur produisent 000 t/actif/an, les 0

millions d’agriculteurs avec traction animale et qui ont bénéficié de la révolution verte produisent 0 t/actif/an et les 0

millions d’actifs « manuels » et qui n’ont pas encore bénéficié de la révolution verte produisent 1 t/actif/an.

La question des risques que peut représenter une mise en concurrence (par des accords de libre-échange) non maîtrisée

et non régulée entre des types d’agriculture si différents, et donc celle de la régulation des échanges/protection, est

donc d’une importance cruciale.

Le déf i du cl imat et de l ’environnement. Le 5ème grand défi est celui du climat, de l’environnement et de

la gestion des ressources naturelles. Le défi consiste à la fois à : i) augmenter les rendements tout en préservant les

ressources (eau, sols, biodiversités), ii) réussir l’adaptation au changement climatique, ii) restaurer les ressources déjà

dégradées et produire de nombreux services environnementaux comme le stockage de carbone et la substitution de

produits biosourcés à des produits conventionnels très émissifs de gaz à effet de serre, une des conditions prioritaires de

la réussite de l’atténuation du changement climatique.

L’enjeu est donc celui de l’ « intensification durable ». La question de l’eau est particulièrement importante dans les

sous-régions. Au Sahel par exemple, « on n’a que 3 mois de pluies mal réparties et l’eau est difficile à maîtriser. Donc le

métier et les revenus sont aléatoires » (A Daffé). La question de la résilience, de la résistance aux chocs (de marché,

climatiques, naturels), va devenir d’autant plus importante que la Méditerranée du Sud comme l’Afrique de l’Ouest

vont être affectées de façon critique par le changement climatique.

Le déf i du développement humain. Le 6ème grand défi en lien direct avec l’agriculture familiale est celui du

développement humain. En effet, « la mise en mouvement de l’agriculture familiale, et c’est là un grand espoir, n’est pas

seulement un développement économique : c’est aussi un développement humain. Investir sur les agricultures familiales,

c’est former les hommes et les femmes, les alphabétiser, les responsabiliser ; non pas comme un préalable mais en même

temps, à l’occasion de ce développement, un développement dont on sait qu’il repose très largement sur les femmes, la

force sociale sur laquelle il faut donc d’abord s’appuyer. Les femmes sont en effet le levier qui conjugue l’avenir individuel,

l’avenir de la famille, l’avenir de la collectivité : c’est donc le levier invincible » (B Hervieu). Il faut bien comprendre ce qui

est en cause ici. La mise en mouvement de l’agriculture familiale, lorsqu’elle est encore de « subsistance », représente

un changement fondamental d’échelles, à la fois spatial et temporel. Elle conduit en effet la famille rurale à sortir à la

fois du seul espace villageois pour nouer des relations avec un monde élargi (accès à l’information et au marché), et du

seul temps des saisons pour se projeter « en projet » à des horizons de quelques années. Ces changements vers la

modernité imposent d’acquérir la maîtrise de l’écrit, du calcul, d’Internet… Il s’agit ainsi d’une « transformation sociale »

de grande ampleur permettant également la création de nombreux emplois ruraux non agricoles (artisans et ouvriers)1

et le passage à une « nouvelle ruralité ».

Le 7ème déf i est ce lui de la culture/identi té . Les agricultures familiales sont en effet le premier garant du

maintien de la culture, de la diversité et de l’identité. C’est aussi pour cette raison que des politiques pro-agriculture

familiale sont nécessaires (F Thabuis). Un enjeu important en Méditerranée est celui des « paysages culturels », comme

facteur d’attractivité des territoires.

( Car, dans l’économie paysanne traditionnelle, la famille s’occupait de tout. La professionnalisation agricole ouvre donc à la création

d’emplois non agricoles.

Page 16: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Elle bénéficie par ailleurs de l ’absence d’économies d’échel le dans la

plupart des agricultures .

Alors que l’agriculture de firme financiarisée peut faire le choix de stratégies

« minières » suivies de délocalisations, l’AF a une certaine obligation de

transmission de son patrimoine et donc de préservation des ressources

naturelles (gestion en « bon père de famille »). La forte volatilité des capitaux

fait d’ailleurs que ceux-ci peuvent fuir les formes d’exploitations non familiales

lorsque d’autres opportunités plus rentables se présentent. En outre, plusieurs

experts estiment que « le modèle alimentaire globalisé promu par les acteurs de

l’ « agrobusiness » génère des coûts sociaux et environnementaux inacceptables,

ce qui devrait inviter à soutenir bien davantage des systèmes plus localisés au

bénéfice de l’agriculture familiale » (H R d’Orfeuil).

Les AF sont le premier garant du maintien de la culture, de la diversité et de

l’identité.

Leur mise en mouvement constitue le levier fondamental du développement

humain et du passage à une nouvelle modernité rurale.

L’agriculture familiale peut être plus résistante aux chocs.

Enfin, après 30 années de stagnation, il apparaît que « l’Afrique a aujourd’hui une

opportunité historique pour réussir son développement rural à travers celui de son

agriculture familiale grâce à une croissance économique soutenue et grâce aussi à

l’extension des marchés. C’est une situation nouvelle qui peut permettre au secteur

privé d’entrer en scène pour offrir des produits aux AF. Les questions clefs pour la

promotion de l’AF sont relatives aux contrats à passer avec les acheteurs, la qualité de

gestion et la présence sur le terrain de « enablers » - facilitateurs » (M Ferroni).

La mise en mouvement de l’agriculture familiale ne va pas cependant de soi. Elle

demande en effet une capacité à se regrouper en coopératives, GIE… et elle demande

la mise en place de politiques publiques appropriées.

Figure 3 : L’importance stratégique de l’agriculture familiale

Source : Agriculture 2030 : quel avenir pour le Maroc ? (HCP/CGDA, Rabat, 2007)

Page 17: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

. REUSSIR LA MISE EN MOUVEMENT : EXEMPLES DE SOLUTIONS ET PISTES DE POLITIQUES

Relever les défis identifiés, c’est réussir à « mettre en mouvement » les

agricultures familiales. Mais comment y parvenir ? Quelles visions et politiques se

donner ? Quelles organisations ? Quels exemples de réussite peut-on citer ?

SESAME a mis en exergue plusieurs exemples de solutions dans les domaines de

l’organisation collective, de l’accès aux financements et des politiques publiques.

Le séminaire a aussi discuté d’une façon plus globale des conditions de succès.

UN BE SOIN DE NOU VELLE S POLITIQUE S , UNE NOUVE LLE PRISE D E C ONSC IENCE

L’urgence d’un « changement de paradigme » dans nos visions de l’agriculture et

dans les politiques de développement a été bien soulignée par le SESAME .

Il faut en effet reconnaître que, dans bien des pays, « l’agriculture familiale a été

oubliée dans les politiques car traitée jusqu’à aujourd’hui par soustraction. Le

modèle de développement agricole promu ces 50 dernières années dans nombre

de pays du sud, celui d’une grande agriculture mécanisée, n’était pas adapté

puisqu’il a mis l’agriculture familiale dans une double fragilité, socio-économique

et écologique, qui devient aujourd’hui inacceptable. Cette vision appauvrie du

développement rural a inhibé le potentiel d’innovation qu’offrait la diversité des

territoires et des acteurs. Comme l’a montré la prospective « Agriculture 2030 :

quel avenir pour le Maroc ? », la conséquence du mal développement actuel c’est

une dégradation des ressources et un risque d’impasse de transition pour le pays,

surtout dans le contexte du changement climatique et de la globalisation » (M Aït

Kadi).

Page 18: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Le défaut de politique, s’il se confirmait, aurait des conséquences d’autant plus

graves que « le problème posé est celui de la capacité de l’AF à survivre. Celle-ci est

en effet confrontée aux problèmes d’accaparement des terres, d’importations à

bas prix, de commercialisation et de défaut de politique de crédit adaptée. On peut

être inquiet pour l’avenir car c’est tout l’équilibre socio-culturel des pays qui risque

de se voir rompu » (A Thiaw). D’autres menaces lourdes pèsent aussi sur l’avenir

de l’agriculture familiale, notamment le changement climatique, l’instabilité des

prix, les contraintes sur l’eau et sur la terre, le prix excessif de la terre (par

exemple en Tunisie où « la terre tend à aller à la construction »), les contraintes de

commercialisation (« révolution des supermarchés ») et de mise en concurrence

internationale (mondialisation), les problèmes d’accès au financement.

Le besoin de politique vaut aussi pour les pays industrialisés. En effet, « tous les

pays savent que si l’on veut des agricultures avec des agriculteurs et des

agricultrices, on ne peut s’en remettre aux seules lois du marché. On a besoin de

politiques foncières, de régulation, de formation, de recherche, d’organisation des

filières, d’intermédiation. Et on a besoin de politiques de coopération

internationale afin de poser ces agricultures familiales dans les tensions de la

mondialisation. Il en va de leur avenir mais aussi du nôtre » (B Hervieu).

UNE PRISE DE CONSCIENCE a heureusement commencé à s ’opérer.

« La décision politique est très importante car si on doit remercier tous les militants

du développement rural, leur engagement ne peut suffire » (B Hafidi). Au Maroc, la

Vision 2030 (réalisée en 2006-2007) a précédé le Plan Maroc Vert 2 -2 2 et

permis de prendre en compte tous les éléments. Le Plan Maroc Vert s’explique

aussi par la conscience que les recettes du passé s’épuisent.

Le NEPAD (Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique) a été initié

par les chefs d’Etat africains au début des années 000 en réaction aux plans

d’ajustement structurel des années 0 qui avaient conduit à un

désinvestissement massif dans l’agriculture et à la ruine de la vulgarisation. Lors

du Sommet de Maputo de 2003, « l’Afrique a donc décidé de remettre l’agriculture

au centre de son développement économique. Les retards à combler en termes de

productivité agricole, d’investissements, de flux monétaires sont énormes. Il s’agit

donc de mettre en place un cadre stratégique pour que les Etats et les agriculteurs

africains redeviennent maîtres de leurs destins » (M Saw Soumare).

Page 19: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

« Comme les pays qu’elle appuie, l’engagement de l’AFD dans l’agriculture avait

fondu et on a connu un creux de la vague. Aujourd’hui, nous sommes

heureusement dans un moment tout à fait nouveau. Un nouveau consensus se fait

jour ainsi qu’un début d’accord sur quelques principes clefs » (J-L François).

« Jusqu’à présent, il y a eu un défaut de réflexion sur des politiques agricoles

structurées dans les pays africains. Cependant les enjeux sont devenus tellement

forts (emplois et stabilité) que l’Afrique semble prête à soutenir et à protéger son

agriculture » (J-Y Grosclaude).

Le contenu des politiques publiques à mettre en œuvre ne va pas cependant de

soi. « A l’échelle du NEPAD et 1 ans après Maputo, en 2 12, un premier bilan a

été fait et on a pu constater nos insuffisances. On avait trop mis l’accent sur les

ressources financières et pas assez sur le qualitatif, c’est-à-dire sur les process et

politiques. Aujourd’hui on essaie de renouveler le cadre et il faut progresser pour

clarifier de quel type de politique on a besoin pour accompagner les investissement

et pour la durabilité. On a en effet besoin de raisonner « territoires » et « systèmes

de production adaptés au changement climatique », l’Afrique de l’Ouest étant très

menacée » (M Saw Soumare).

CONSTRU IRE UNE NOUVE L LE RELATION E NTRE L ’ETA T ET LE S RU RAUX ,

REU SSIR ET SOU TENIR LE S ORGANISATIONS C O LLE CTIVE S

Réussir la mise en mouvement de l’agriculture familiale, c’est d’abord reconnaître

que celle-ci demande un nouveau rapport entre l’Etat et les ruraux, ceci valant

tant pour l’Afrique de l’Ouest que pour l’Afrique du Nord, même si les situations

différent entre les 2 sous-régions.

« Le problème en Tunisie et dans d’autres pays méditerranéens, c’est la fracture

entre l ’Eta t et l ’AF et le manque de confiance qui en résulte aujourd’hui.

Beaucoup d’agriculteurs sont pessimistes et ne croient plus aux progrès du

développement. La raison vient du fait qu’on a voulu appliquer des modèles au lieu

de partir de la base ». Le défi à relever est immense car si la Tunisie a réussi la

mise à niveau de l’industrie et du tourisme, ce n’est pas le cas de l’agriculture. « Il

faut donc redonner confiance , ce qui nécessite une évolution du rapport entre

l‘Etat et les agriculteurs. Les pouvoirs publics doivent considérer l’AF comme un

partenaire et non comme un concurrent » (K Daoud).

« On doit arriver à une nouvelle relation entre l’Etat et l’agriculture familiale pour

lui permettre de valoriser son potentiel et les opportunités. Le changement

nécessite de se tourner vers les acteurs, de les accompagner et d’aboutir à des

Page 20: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

0

dynamiques entrepreneuriales et territoriales. Avec les produits de terroirs, par

exemple, on s’est départi des approches de prescriptions » (M Aït Kadi). « La

priorité devrait être d’abord d’aider les gens à valoriser l’existant. La recherche et

les politiques ont un rôle décisif à jouer pour accompagner le mouvement mais

jusqu’à présent, on n’avait rien fait » (B Hafidi). Ceci vaut aussi pour les questions

environnementales : « Les Etats du Sud jusqu’à présent ont été inefficaces car ils

n’ont pas su s’adresser aux AF et la fragmentation institutionnelle

(Agriculture/Intérieur/Forêt) est une cause des difficultés actuelles. Il en a résulté

un déficit de concertation qui explique la situation actuelle. Or, les menaces

climatiques sont considérables. Il est donc urgent de redonner de véritables

responsabilités aux populations locales » (G Lazarev).

En Afrique de l ’Ouest , le problème n’est pas celui d’une approche restée trop

techniciste de l’Etat mais bien celui de son désengagement. Si celui-ci a eu au

moins le mérite de « favoriser l’émergence de syndicats agricoles (OP

organisations paysannes) à travers une structuration de la base au sommet, ce qui

a permis de remettre le paysan au centre de la question politique » (F Camara),

chacun reconnaît pourtant la nécessité d’un réinvestissement public, mais un

réinvestissement capable de s’appuyer sur les agriculteurs. «L’agriculture familiale

est aujourd’hui heureusement considérée comme le socle du développement

agricole dans la nouvelle loi agricole du Mali. Encore faut-il laisser les agriculteurs

s’organiser et pouvoir les appuyer intelligemment. On a besoin de pouvoir investir

et donc d’un accès au crédit et on a besoin d’une gestion transparente de l’eau »

(F Boly).

Des changements profonds au niveau de la société et des politiques sont donc

nécessaires. C’est le regard des élites sur la ruralité qui doit au fond évoluer. « Les

AF ont besoin de respect, de reconnaissance, de formation (notamment de leaders

paysans) et d’un accès à la responsabilité collective » (D Chardon). L’expérience

européenne (France, Italie, Espagne) a d’ailleurs montré l’importance décisive du

syndicalisme, de la « coopération », du crédit mutuel, et donc aussi de

l’émergence de « leaders paysans » et du capital social.

En France, le syndicalisme agricole des jeunes a été un levier essentiel du progrès.

« Les Jeunes Agriculteurs sont en effet fiers d’avoir poussé le gouvernement à faire

des lois sur le foncier et à décider d’aides à l’installation et de dispositifs de

formations adaptés ». C’est essentiel car « quand les jeunes poussent, l’agriculture

grandit. Si on veut faire réussir l’agriculture, il faut surtout soigner l’installation.

Les jeunes qui s’installent doivent avoir un plan professionnel et se construire un

parcours de la réussite. L’agriculture doit donc être un métier reconnu et

l’exploitation doit être viable et transmissible. Mais on a besoin de politiques

agricoles pour être bien formés (en France, 170.000 jeunes bénéficient chaque

année de la formation agricole), pour l’accès au foncier (importance du fermage),

pour sécuriser le foncier et les revenus et pour accéder au financement (politique

de crédit) » (F Thabuis).

Page 21: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

« Quel choix de politiques agricoles ? La seule façon de réussir, c’est de donner

priorités aux OP (organisations professionnelles) » (J-Y Grosclaude). La condition

de succès de l’agriculture familiale, c’est donc d’abord le développement de

l’esprit associatif. Les exemples présentés au SESAME (encadré ) témoignent du

réel potentiel de progrès de l’AF en Afrique du Nord et en Afrique de l’Ouest.

ENCADRE : TROIS EXEMPLES DE DEV ELOPPEMENT AGRICOLE en Afrique du Nord et de l ’Ouest par l ’organisation collective

En Guinée maritime, la clef du succès a été à la fois l’aménagement hydro-agricole et l’organisations paysanne.

« L’aménagement, financé par l’AFD, a permis de quadrupler les rendements de la culture du riz (passés de 700 kg à 3t/ ha)

et la création de l’OP a permis d’obtenir des prêts à des taux de 1 % au lieu de 27%, de négocier un contrat de livraison, de

créer des centres de collecte, de s’équiper de camionnettes et de mobiliser un bureau d’étude français pour certifier les

comptes. L’OP a organisé 50 dépôts vente et lancé des messages à la radio pour attirer les clients. Cette expérience montre

que l’AF, si elle est soutenue, peut éradiquer la faim et créer de la richesse et des emplois et que les femmes peuvent

présider efficacement des OP et doivent être traitées comme les hommes. Cependant, les AF ne peuvent pas se développer

sans appuis. L’Etat de Guinée doit appuyer davantage l’AF et l’AFD doit continuer à nous accompagner. L’appui doit se

poursuivre sur le développement de l’irrigation mais aussi sur l’aval » (F Camara).

Au Maroc, dans la région du Loukos (Nord-Ouest), la production de fruits rouges (fraises…) connaît un formidable

développement. Le « miracle » du passage d’une production extensive de céréales à une agriculture à haute valeur ajoutée

et à haute technicité est dû à une conjonction de facteurs favorables : « de l’eau et de la terre disponibles, un transfert de

technologie réussi depuis la région de Huelva en Espagne et des agriculteurs et une main d’œuvre locale motivés. Si

l’aménagement hydro-agricole a été déterminant, au début cela avait démarré avec de la pomme de terre et de la canne à

sucre. C’est donc l’échange avec les agriculteurs espagnols, qui ont su s’associer avec les producteurs marocains, qui a

permis la transformation. Avec le manque de foncier, les investisseurs ont en effet dû s’associer avec les producteurs locaux.

La marge positive obtenue a ensuite permis de faire boule de neige et toute la connaissance obtenue en irrigation d’appoint

(goutte à goutte) a pu ensuite être transférée dans les autres productions. Aujourd’hui, les producteurs (79% des

exploitations ont moins de 5 ha et 48% moins de 1 ha) sont organisés à travers 4 coopératives et ils disposent de 3 unités de

conditionnement. Les coopératives permettent d’organiser l’approvisionnement en amont, l’export, les aspects qualité et

logistique et la certification des producteurs. Au total, la zone de production occupe 3.600 ha et assure 18.000 emplois

permanents pour un chiffre d’affaires de 1,5 milliard de dirhams. Les entreprises utilisent en priorité la main d’œuvre

familiale et l’expérience a montré que les petites et moyennes exploitations résistaient mieux que les grandes fondées sur le

salariat et que les revenus y étaient supérieurs (A Bennani).

En Tunisie, 0% des élevages bovins comptent moins de vaches. La politique suivie a été celle de l’autosuffisance

nationale en lait avec le recours à une «holsteinisation » massive. Cependant, la race Holstein s’avère peu adaptée à la

Méditerranée du Sud et, sauf dans les périmètres irrigués, les éleveurs souffrent de l’irrégularité climatique et de

l’insuffisance fourragère. Or, le coût de production vient à 0% de l’alimentation du bétail, et, depuis la crise de 2007-2008,

les prix ont explosé. Le modèle tunisien apparaît ainsi comme un « colosse aux pieds d’argile ». C’est pourquoi, la décision a

été prise avec un groupe d’éleveurs en AF de réintroduire depuis des races mixtes (Tarentaise), plus rustiques et

adaptées aux conditions climatiques méditerranéennes. « Aujourd’hui notre groupe a bien progressé et grâce aux

producteurs tunisiens de race tarentaise, on dispose de semences nationales de qualité. L’Etat a commencé à comprendre

que la voie proposée est meilleure dans au moins 70% des cas. Cependant, la réussite va demander un travail long et

difficile. On ne réussira que si on est capables de faire du long terme et d’agir sur une période de 1 ans en s’appuyant sur la

volonté d’une AF appuyée intelligemment par l’Etat et les bailleurs. Il s’agit de structurer la filière viande rouge de qualité et

de mieux répartir la plus-value et aussi d’aider l’AF à sortir des maquignons et à se structurer pour proposer des produits

labellisés garantissant la qualité au consommateur et assurant une plus-value aux territoires » (K Daoud).

Page 22: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

PE RME TTRE L ’ACCE S A UN F INA NCE ME NT AD APTE , PROFESSIONNALISER

L’A GRICULTU RE

La question du f inancement de l’agriculture familiale, et donc aussi celles de la

banque agricole e t du consei l , est cruciale car il n’y a pas de politique agricole

sans crédit agricole et le défaut actuel d’accès à un crédit adapté représente un

obstacle considérable, tant en Méditerranée du Sud qu’en Afrique de l’Ouest, les

besoins insatisfaits étant immenses. En effet, « Les formules de micro-crédit ne

sont pas adaptées car elles sont incompatibles avec : i) les besoins à long terme

des agricultures familiales pour des investissements visant la croissance de la

productivité, ii) la saisonnalité de la production, et iii) les risques qui pèsent sur des

communautés entières » (S. Fan). Or, face aux défis immenses que doit relever

l’agriculture familiale pour l’avenir de la planète, la question posée est bien celle

de savoir « qui sont les jeunes de demain qui vont relever ces défis et comment

pourront-ils accéder à la terre, au conseil et au financement » ? (F Thabuis).

Des exemples anciens (France) ou très récents (Maroc) ou des réflexions

innovantes (Mali) montrent heureusement que des solutions peuvent et doivent

être trouvées (encadré 3).

En conclusion, l’intervention de l’AFD a permis de mettre en avant « six grandes

priorités :

le bon mixage / comb i na i so n de la sub vent i o n e t d u c réd i t ,

le pro f e s s i onna l i sme des ba nqui e rs (il faut éviter tout risque d’intervention politicienne),

des out i l s f i na nc i e r s adap té s à c haque ob j e c t i f (besoin par exemple de faire du moyen ou long terme pour financer l’irrigation),

des institutions de micro-finance mais aussi de méso - f i nance à l’exemple de Tamwil El Fellah,

l ’ i nnova t i on da ns l e s p rodu i t s e t l e s app roches (fonds de garantie, fonds d’assurances),

une nouve l l e r i gueu r é cono mique e t f i na nc i è re chez l e s pay sans , l’objectif devant être d’aboutir à de vrais projets économiques qui doivent être bancables » (J-L François).

Page 23: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

ENCADRE : QUATRE EXEMPLES de systèmes de financement de

l ’agriculture familiale

En France, le développement de l’agriculture familiale a été largement permis par l’accès généralisé au Crédit

agricole, un lien très fort entre le « conseil » et la « banque » et surtout des hommes et des « leaders »

engagés. « La réussite de l’expérience mutualiste doit en effet tout à l’engagement militant des dirigeants,

c’est-à-dire à des élus professionnels qui ont cru dans leurs projets. Il faut croire au monde agricole et ne jamais

l’abandonner. La clef du succès c’est la confiance. Ce qui compte, c’est l’agriculteur, sa famille, ses associés. Le

succès se construit par la professionnalisation avec un homme et un projet. Il y faut de la compétence

économique, de la compétence de gestion, une capacité à gérer son exploitation. La comptabilité, c’est la carte

économique de l’exploitation, c’est donc son passeport pour gagner la confiance du banquier. L’agriculteur doit

pouvoir être conseillé, formé et aidé financièrement dans sa comptabilité et dans sa gestion (L Le Menne).

Réussir l’adaptation aux mutations du monde agricole demande de franchir beaucoup d’étapes. Le conseiller

est un homme clef. Il doit savoir se mettre à l’écoute, aider à la réflexion tout en restant à sa place de

conseiller. Et le conseil doit être indépendant. Le pays compte aujourd’hui 0 centres d’économie rurale

(associations locales) qui font du conseil de gestion et d’expertise. L’ensemble est associé dans un centre

national, devenu le 1er

opérateur d’expertise comptable en France. « Sa réussite, ce sont des hommes pionniers

qui ont porté une vision et des projets ».

Au Maroc, en 1997, à cause de règles prudentielles et des problèmes liés aux années de sécheresses, « le CAM

(Crédit Agricole du Maroc), déficitaire, avait délaissé l’AF et donc sa mission de service public ». Aujourd’hui, le

CAM, 4ème

Banque du Maroc, est redevenu rentable et, comme l’AF est un « projet de société », il a décidé qu’il

fallait trouver un nouveau modèle permettant à tous les types d’agriculteurs de trouver une réponse à leurs

besoins. En effet, le pays ne peut pas se satisfaire d’un système où seulement 0% des exploitations ont un

accès au crédit. Des systèmes de financements innovants ont donc été montés en distinguant 3 grandes

catégories d’exploitations.

La grande innovation, une véritable révolution qui a permis au CAM de retourner à sa mission d’origine, a été

la création du « Tamwil El Fellah », formule de crédit adaptée aux petites et moyennes exploitations (PMEA).

Tamwil El Fellah permet en effet de financer les projets individuels ou collectifs des AF sans garantie

hypothécaire. Le plafond de prêt est de 100 .000 DH par exploitation (doublement prévu) et le taux de 8%.

Compte tenu de l’irrégularité des pluies, on doit raisonner sur au moins ans ( bonne années, moyennes,

très mauvaise). Le nombre de bénéficiaires est passé de . 00 en 0 0 à 0.0 0 en 0 et l’objectif fixé pour

2016 est de 100.000 exploitations. C’est un vrai enjeu pour le pays.

Au total, le CAM, dans le cadre du Plan Maroc Vert, a engagé une enveloppe de 20 Milliards DH (2

milliards €) pour la période 00 -2013 et 25 milliards sont prévus pour la période 2014-2018. Une des

conséquences en est que fin 0 , l’encours des crédits de l’agriculture et du monde rural s’élevait à

Milliards DH, soit plus de % de l’encours global de la banque.

Les autres pays sud-méditerranéens et d’Afrique de l’Ouest ne sont pas si avancés. Des innovations sont

pourtant engagées et SESAME a permis de rendre compte du cas du « centre de gestion et d’économie rurale

(CGER) de la Vallée du Fleuve Sénégal, un peu comparable aux CER de France, et du concept de « paysans

investisseurs » développé par le syndicat des exploitants agricoles de l’Office du Niger au Mali.

Page 24: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Dans la Vallée du Fleuve Sénégal, on a types d’agricultures qui coexistent : l’agrobusiness et l’AF. L’AF, dont le

soubassement est la famille, « permet d’occuper la population rurale, de fixer les populations dans les terroirs et

d’éviter l’émigration ». Et ses surplus nourrissent les villes. Le CGER est aujourd’hui un réseau associatif de

comptabilité et de gestion au service de .000 exploitations. L’association de producteurs assure un conseil en

comptabilité et gestion. Elle produit des référentiels économiques et assure conseil et formation aux producteurs.

Pyramides des exploitations agricoles ( , Mn d’unités)

Au Mali, comme dans les pays voisins, on a à la fois le problème de la pression démographique et celui de la rareté

de la pluie et des sécheresses. « Comme il y a pourtant de l’eau, il y a une forte demande pour la riziculture car la

production en irrigué est sûre. Mais comme la pression démographique est forte et que l’aménagement hydro-

agricole est en panne (l’Office du Niger n’a encore équipé que 1 . ha alors que la ressource en eau pourrait

pourtant permettre de faire bien davantage), les exploitations sont trop petites et il est difficile de trouver de la

terre, ne serait-ce que 1 ha. Le problème vient aussi de l’insécurité foncière et des risques d’accaparement des

terres qui y sont liés. Ainsi l’ancien gouvernement du Mali avait promis 1 . ha irrigués à Khadafi, ce qui nous a

alors conduit à organiser une grande conférence pour protester. Cependant, on a compris qu’il ne suffisait pas de

protester et qu’il fallait aussi savoir faire des propositions. C’est pourquoi nous avons développé le concept du

‘paysan investisseur’. L’idée est de mobiliser de l’argent à travers le crédit pour permettre à la fois de financer les

aménagements hydro-agricoles et d’agrandir nos exploitations. En faisant cela, nos revenus pourront augmenter et

on pourra sortir de la pauvreté et rembourser les prêts, ce qu’a confirmé l’étude réalisée à notre demande et avec

l’appui de l’AFD par le professeur Mazoyer (F Boly).

L’étude a en effet « confirmé que les agriculteurs savent très bien ce qu’ils font et que ce qui est déficient, ce n’est

pas l’AF mais bien le problème de l’atomisation foncière et le système de crédit. Elle a permis de comparer les

systèmes et de montrer qu’il faut une certaine surface, une culture de contre-saison et passer à la traction animale

pour bien vivre et dégager un revenu permettant de financer l’investissement » (M Mazoyer).

Page 25: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

L’objectif devrait donc être d’aboutir à des « plans de progrès », individuels ou

groupés, notamment au niveau des exploitations, la bonne installation des jeunes

étant une première priorité. Au Maroc, dans la région du Souss-Massa-Draa, il est

intéressant de souligner combien la bonne valorisation des produits locaux est

devenue une occasion de remobilisation. « De nombreux jeunes licenciés mais

sans emplois s’investissent pour créer des unités de valorisation de la figue de

barbarie, de production de sirop de datte, etc » (B Hafidi).

Il faut profiter du fait que de nombreux Crédits agricoles sont aujourd’hui devenus

de vraies banques où l’agriculture ne représente plus souvent que de à 0% du

total, ce qui est une bonne nouvelle car cela réduit les risques, et « aller de l’avant

en se donnant quelques objectifs et méthodes, notamment : l ’agrégation, la

contractualisation, la combinaison du prêt et de la subvention, le renforcement

des capacités des agents du crédit agricole, le consei l de gestion et la

comptabilité qui sont des éléments clefs de la confiance, et enfin la

reconnaissance du droi t d’exploi tation » (J-L François). La sécurisation de

l ’usage du foncier (plus que celle du droit de propriété), et donc de la capacité à

produire un revenu, est en effet une clef fondamentale de la réussite.

ME TTRE E N PLA CE D ES L OIS , POLIT IQUE S , INST ITU TIONS ET PLAN S

NATIONAUX OU LOCAUX POU R L ’A GRICU LTURE FA MILIAL E ET POU R LES

TERRITOIRES RU RAUX

Une politique agricole « pro agriculture familiale » suppose de mettre en place des

« packages » de mesures qui peuvent couvrir de nombreux champs : mise en

place d’un système efficace de vulgarisation, de conseil et d’intermédiation ;

formation des agriculteurs , agricultrices et « leaders paysans » ; accès aux

intrants (semences de qualité, engrais, eau…) ; accès à l’information ; gestion de

l’environnement et des ressources naturelles, aménagements hydro-agricoles ;

accès à des crédits de moyen et long terme adaptés, règlement des problèmes

fonciers : sécurisation du foncier et aide à l’accès ; organisation collective et accès

aux marchés pour prendre place dans les chaînes de valeur ; promotion des

produits de qualité et de « paniers de biens et services territorialisés »,

Page 26: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

agrégation1 et accompagnement des initiatives d’exploitations se constituant

elles-mêmes en coopératives et GIE ; systèmes d’assurances, subventionnement

des équipements post-récoltes ; maintien de prix rémunérateurs ; développement

d’une culture de la performance ; recherche et développement ; combinaison

optimalisée d’outils de filets sociaux et de développement agricole…

La réussite de la mise en mouvement peut donc nécessiter des «policy mix » bien

plus larges que relevant seulement des politiques agricoles, y compris par la mise

en œuvre de politiques d’aménagement du territoire / développement rural

spécifiquement ciblées sur certains espaces ruraux difficiles et pensées à des

échelles tout autant nationales que plus locales (régionales).

Le Maroc est aujourd’hui un exemple d’innovation institutionnelle dans ce

domaine (encadré 4).

Aujourd’hui, le Maroc a mieux pris conscience de l’importance de la formation et

de la nécessité d’un encadrement technique notamment à travers les coopératives

ainsi que d’un certain modèle pyramidal d’organisation (figure 4). « La sortie du

tunnel passera par un renforcement des compétences dans les GIE et l es

coopératives . Leurs responsables doivent savoir gérer, comprendre le commerce,

apprendre à négocier avec l’aval. Il faut aussi penser à l’approche territoriale »

(Crédit Agricole du Maroc).

Figure 4 : La structuration de l’agriculture familiale : un modèle pyramidal (Source : Crédit Agricole du Maroc)

1 L’« agrégation », qui représente l’un des fondements du Plan Maroc Vert (Pilier ), est un modèle d’organisation des agriculteurs autour d’acteurs privés ou d’organisations à forte compétence managériale. Il se veut un partenariat gagnant –gagnant entre l’amont productif (dont les petites exploitations des territoires concernés) et l’aval commercial et industriel. Pour l’agrégateur, l’agrégation permet de sécuriser une base plus large d’approvisionnement. Pour les agriculteurs associés, l’agrégation doit permettre d’améliorer les revenus en même temps que l’accès aux marchés, aux financements et à la technologie.

Page 27: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Deux autres aspects importants à considérer pour la réussite de l’agriculture

familiale ont aussi été mis en avant : la sécurisation des prix / organisation des

marchés et l’organisation collective pour la transition vers une agriculture

« durable ».

La sécurisation des prix et des revenus et la bonne organisation des

marchés et des échanges

L’agriculture familiale, pour investir a besoin de marchés organisés et de revenus

sécurisés. Pour le CIRAD, ceci suppose à la fois :

« Des mesures de protection (barrières tarifaires) car la mise en

compétition directe poserait à de nombreuses agricultures familiales

un problème clef d’existence. On a donc besoin de garde fou ciblés.

Le fait de redonner aux prix leur fonction de signal sur des

évolutions de long terme et non pas immédiates.

Une organisation des marchés régionaux et domestiques » (P

Fabre).

« Notre regard ne devrait pas en effet seulement porter sur l’export : il faut

s’occuper des filières alimentaires autour des chaînes de petites villes

(l’urbanisation intermédiaire observée en Afrique est une opportunité qu’il faut

savoir mettre à profit) et favoriser le commerce régional et donc fluidifier les

échanges interrégionaux africains. Redevenir maître de son destin en Afrique de

l’Ouest suppose ainsi d’ « agir à la fois au niveau des régions économiques

(CEDEAO), seul niveau viable dans la mondialisation (l’intégration régionale doit

être un fil conducteur) et au niveau des pays car c’est là où tout se passe » (M Saw

Soumare).

Page 28: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

ENCADRE : DU SOUSS MASSA, au Plan Maroc Vert ET A LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT des oasis et de l’arganeraie L’approche de la région Souss Massa Draa (SMD)

C’est en 00 que la région du Souss Massa Draa (chef-lieu Agadir) a réalisé un diagnostic de son agriculture.

Celui-ci a montré que le secteur représentait 30% du PIB régional mais que 80% de la richesse produite se

concentrait sur seulement 9% du territoire (plaine irriguée du Souss Massa) avec des problèmes de surexploitation

de la nappe. Il a ainsi montré que le problème régional était d’abord celui du déséquilibre du développement au

dépend des zones marginales (montagnes, arganeraie, zones d’agriculture pluviale, oasis, zones pastorales,…),

lesquelles rassemblent 80% des exploitations, toutes de petite taille. La question posée était alors de savoir

comment créer de la richesse dans ces zones. Ceci a conduit le Conseil régional à identifier 13 produits de terroirs

d’importance stratégique, et à leur donner de la visibilité. Avec l’appui de la coopération décentralisée (Aquitaine),

il a plaidé pour la mise en place d’une politique nationale de produits de terroirs permettant d’assurer la

protection juridique de l’origine.

Le Conseil régional a aussi constaté en 2004 que « les structures du Ministère de l’agriculture étaient peu efficaces,

ce qui l’a conduit à créer une plate-forme régionale agricole pour 2 secteurs clefs : la gestion de l’eau, d’une part,

et les produits de terroirs, d’autre part ; puis à mettre en place un système d’accompagnement financier » (B

Hafidi). La région a créé un fonds régional permettant d’appuyer des projets d’agricultures familiales (subventions

et prêts sans intérêt) en favorisant les projets collectifs (Coopératives, GIE). « Les résultats sont aujourd’hui déjà

probants ».

Le Plan Maroc Vert

La prise de conscience de la nécessité d’une nouvelle politique agricole a conduit le pays à décider de la mise en

place du Plan Maroc Vert 2008-2020. Ce plan se veut une rupture avec le modèle précédent. Fondé sur 2

principes : celui d’une agriculture pour tous et celui d’être tourné vers les acteurs, il a pour ambition d’éliminer le

dualisme agricole du pays (juxtaposition d’une agriculture « moderne » et d’une agriculture de subsistance) en

transformant les petites et moyennes exploitations agricoles en « entreprises », et donc de « promouvoir un

nouvel ordre agraire ; un ordre qui reconnaît la pluralité des agricultures du pays au service d’un projet

économique d’ensemble » (M Aït Kadi).

Comment ? Le Plan Maroc Vert propose une approche pragmatique fondée sur 2 piliers, sur des modèles

d’agrégation innovants et sur un portefeuille de projets portés par les acteurs appuyés par l’Etat, ce qui constitue

un changement radical au niveau institutionnel. Le Pilier 1 est appuyé par une loi qui définit l’agrégation (cf note )

et les responsabilités respectives de l’Etat et des agrégateurs. Le Pilier 2, consacré spécifiquement à la petite

agriculture dans les zones difficiles (où il n y a pas d’agrégateurs), appuie financièrement 00 à 00 projets de

reconversion, intensification ou diversification. Les exemples du projet oliviers à Ouezzane (qui a permis de tripler

les revenus) du projet d’intensification des amandiers à Tafraout ; du projet safran à Taliouine ont été cités lors du

SESAME . Il convient de souligner l’importance relative de la stratégie spécifique sur les produits de terroirs, bien

mise en évidence par le Film sur le Pilier réalisé par l’AFD pour SESAME . Aujourd’hui on compte déjà

produits d’origine (AOP et IGP) au niveau national.

S’y ajoutent des volets transversaux sur l’eau, le conseil agricole, la création du « centre de ressources du Pilier

2 », de l’ADA (agence de développement agricole) et de l’ANDZOA (agence nationale de développement des zones

oasiennes et de l’arganeraie), ainsi que la stratégie « Montagnes ». Il est apparu en effet nécessaire d’ajouter à la

politique agricole une politique d’aménagement du territoire pour le développement rural des zones

particulièrement défavorisées du pays.

Page 29: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

L’organisation collective pour la bonne gestion et la restauration des

écosystèmes et de l’environnement et pour une transition réussie

vers une « agriculture durable ».

Comme Mme Oström, prix Nobel 00 d’économie l’a montré, la gestion

communautaire en « bien commun » est en effet une condition fondamentale

de la valorisation et de la préservation des ressources alors que les approches

« tout privé » ou « tout Etat » ont largement montré leurs limites. Il conviendra

donc de dépasser les situations de blocage actuels, de faire évoluer le rapport

Etat/ruraux, de prendre en compte dans la gestion l’ensemble du terroir (forestier

et non forestier) géré par les communautés et de responsabiliser les groupes

d’usagers dans la gestion des ressources naturelles, tout en restaurant et

sécurisant les revenus de l’AF. Ceci nécessitera en accompagnement des systèmes

de paiements pour services environnementaux (PSE) ; lesquels sont

pleinement justifiés par le fait que l’environnement et donc aussi l’équilibre

urbain/rural sont des biens publics qu’il convient de restaurer et préserver. « C’est

vital si l’on veut faire face au défi du changement climatique » (G Lazarev).

La Stratégie des zones oasiennes et de l’arganeraie

L’arganeraie et les oasis représentent au Maroc 2 écosystèmes à la fois très fragiles et très peuplés et qui

« constituent notre dernier rideau contre le désert » (B Hafidi). Les 2 ensembles sont classés réserves de

biosphère par l’UNESCO et le Plan Maroc Vert en a vu l’importance. Comme il fallait une vision et une

politique adaptées à ces zones, l’ANDZOA (Agence nationale de développement des zones oasiennes et de

l’arganeraie) a été créée. Le diagnostic a montré que les écosystèmes sont très dégradés puisqu’ils ont

perdu 2/3 de leur patrimoine (potentiel productif) en 1 siècle. Le constat est aussi celui du très faible niveau

de développement humain, le calcul de l’IDH montant un écart considérable avec la moyenne nationale.

On avait donc besoin d’un développement intégré portant sur les dimensions du développement durable :

l’économie, le social et l’environnement. Le projet de l’ANDZOA, aujourd’hui bien ficelé, vise à la fois à

accroître l’attractivité (infrastructures, santé, éducation), la compétitivité (produits de terroirs, tourisme

rural, artisanat, mines) et la bonne gestion de l’environnement (eau, sols et biodiversité). Le projet vient en

synergie avec le Plan Maroc Vert et avec les autres stratégies sectorielles du pays.

Deux exemples d’action ont été présentés lors du SESAME :

Le programme de renouveau du palmier dattier passé entre l’Etat et l’interprofession a pour objectifs

d’augmenter la production et de ramener les gens dans les oasis. Il comprend la réhabilitation de la

palmeraie par plantation de 3 millions de plants et la valorisation de la datte par le conditionnement

(des variétés locales vendues DH/kg sont aujourd’hui vendues 0 Dh).

La valorisation et l’extension de la culture du safran. Aujourd’hui on compte 00 ha avec une

production très faible. La valorisation (AOP, organisation de coopératives et GIE, accès direct aux

marchés européens) a permis de passer le prix de vente de à DH le gramme. Et grâce à l’Etat

(PMV), on va passer à 2000 ha. On constate déjà un retour de la population depuis Casablanca.

Page 30: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

0

L’action collective est aussi un moyen privilégié d’un passage réussi à une

agriculture à triple performance (économique, sociale et environnementale). La

mutation agro-écologique suppose souvent en effet de pouvoir se rassurer et se

conforter mutuellement pour prendre le risque d’innover. La nouvelle loi française

a ainsi mis en place les groupements agricoles d’intérêt économique et écologique

(GIEE).

***

Enfin, les participants de SESAME ont insisté sur la nécessité, pour chaque pays,

d’inventer son propre modèle de pol i t ique agricole , un modèle adapté à ses

propres potentiels/enjeux démographiques, économiques, emplois, et de

transition politique (gouvernance) pour relever le défi croisé de la sécurité

alimentaire, de la gestion des ressources et du développement équilibré des

territoires.

« L’objectif doit être de permettre des transitions progressives des agricultures

familiales selon les possibilités et enjeux des économies nationales. Les pays ont

besoin de se forger une vision ‘macro’ de leur développement économique et social

et d’une stratégie agricole qui s’inscrive dans un « projet de société » tenant

compte de la transition démographique, sociale et économique. Si nos 3 sous-

régions (NordMed, SudMed et Afrique de l’Ouest) sont toutes confrontées à un

problème de gestion des transitions, il n’y a pas en la matière de prescription qui

tienne » (M Aït Kadi).

Page 31: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

3. DE NOUVELLES VISIONS PARTAGEES POUR REUSSIR LE DEVELOPPEMENT DURABLE

Si il n’y a certainement pas un modèle unique de développement, on peut

cependant s’attacher à faire ressortir un certain nombre de « critères » à prendre

en compte, qui ont une certaine universalité. Les 5 critères proposés par l’AFD

sont les suivants :

L’équi té et donc l’accès de tous aux services (éducation, santé, crédit,

information…) et au progrès. « Ceci suppose d’abord de comprendre ce

que c’est que l’agriculture familiale et de la bien positionner dans le

développement territorial. Le Plan Maroc Vert est un exemple à citer ».

L’environnement et le cl imat. « Il s’agit ni plus ni moins de rechercher et

réussir un nouveau modèle d’agriculture durable ». Un modèle

évidemment pluriel car il s’agit de trouver des formules adaptées à la

grande diversité des territoires ruraux.

Le suivi de la démographie et l ’équi l ibre social . « Il est fondamental

de rechercher et réussir un nouvel équilibre ville/campagne. C’est un enjeu

de sécurité pour tous, de développement durable à moyen terme ».

La gouvernance. « L’enjeu est de réussir une gouvernance en « W2 » et

donc une nouvelle relation entre les niveaux (central/régional/local)». La

question de la gouvernance locale ne doit pas se limiter aux seules

collectivités territoriales. On a dit en effet plus haut, s’agissant de

l’agriculture familiale, l’importance décisive des communautés locales, des

coopératives et des GIE.

2 La gouvernance en « W » reconnaît le fait que la réussite, si elle passe par l’approche

ascendante (« bottom up »), suppose aussi des impulsions par le haut (approche

descendante, « top down ») et des « allers-retours » efficaces entre le national et le local.

Un des risques important de la mauvaise gouvernance est lié à une multiplication des

niveaux du local au national lorsque les rôles de chaque niveau ne sont pas clairement

définis et bien répartis. Ceci aboutit à des systèmes de « mille-feuilles » territoriaux,

coûteux et peu efficaces.

Page 32: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

La mondial isation. « L’accès au marché doit être facilité mais des

protections peuvent être nécessaires et la spécificité des terroirs doit être

reconnue et défendue. Il faut aider les chefs d’Etats à trouver et réussir un

nouvel équilibre urbain/rural » (J-Y Grosclaude).

Si ces critères ont une portée universelle, les réal i tés socio -économiques,

environnementales , te rri toriales , sont p luriel les et il convient naturellement

d’en tenir d’autant plus compte que les concurrences entre territoires et entre

acteurs peuvent être vives, au risque de creuser encore davantage les

déséquilibres et les non durabilités.

La nouvelle vision devrait donc être celle d’ « une agriculture plurielle dans le

cadre d’un schéma où tous les acteurs puissent exploiter leurs potentialités et

opportunités, et ceci dans le cadre d’un système économique d‘ensemble

cohérent. » (M Aït Kadi) ; mais aussi une vision qui reconnaisse et affirme le

potentiel d’investissement de l’agriculture familiale et la nécessité de la protéger

et de l’appuyer. « En Afrique de l’Ouest, l’accaparement des terres représente

toujours un risque certain. Mais nos agriculteurs ne veulent pas devenir des

ouvriers agricoles : c’est une question de souveraineté et de stabilité et on ne

laissera pas faire » (des responsables d’OP). Le cas présenté des fraises du Loukos

montre cependant que des synergies positives entre agricultures familiales et

investisseurs étrangers, au bénéfice des deux parties, sont possibles. Il faut

innover, expérimenter puis construire le modèle le plus adapté à chaque situation.

Dans cette nouvelle vision ; l’écologie, l’économie et le social ne doivent pas

s’opposer mais au contraire se conjuguer avec intelligence pour créer de la

richesse et de la durabilité, aussi bien socio-économique qu’environnementale et

culturelle. La nécessité d’une vision de double durabilité socio-économique et

environnementale vaut pour tous les systèmes dont beaucoup, favorables ou

défavorables, sont aujourd’hui « en danger » pour toute une série de raisons :

étalement urbain sur les plaines et littoraux, surexploitation de l’eau, érosion des

sols et désertification, salinisation, envasement rapide des retenues des barrages…

La nouvelle vision de l’agriculture ne peut donc être que celle d’une agricul ture à

tr iple performance , économique, sociale et environnementale, une agriculture

adaptée à chaque contexte territorial. C’est-à-dire une vision d’intensi f ica tion

durable , « une vision d’une agriculture familiale entrée dans des dynamiques

territoriales et entrepreneuriales vertueuses, une agriculture capable de produire

de l’emploi et de la valeur ajoutée dans les territoires ». C’est donc aussi une vision

d’agriculture « territorialisée » et de « nouvelle ruralité » sachant faire émerger et

valoriser de nouvelles relations entre villes et campagnes, et notamment capable

de mettre à profit les opportunités ouvertes par l’urbanisation intermédiaire » (P

Bergeret).

Page 33: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Une vision de développement durable suppose aussi, fondamentalement, de

considérer l’agriculture familiale dans sa divers i té , en tenant compte des écarts

très grands en termes de capacités et de fonctionnement. « Si on ne le fait pas, on

risque en effet d’exclure une grande partie de l’agriculture. Or, il est vital et

essentiel de comprendre que l’agriculture familiale ne fait pas que de l’agriculture.

Il faut tenir compte de ses rôles multiples et de la multi-activité et réinvestir dans le

rural globalement et pas que dans l’agriculture. Il ne s’agit pas de faire du « move

out3 » mais bien du développement territorial inclusif. La vision devrait donc être

une vision d’intersectorialité/développement territorial et donc de croisement

filières/territoires4 » (P Fabre).

Il est en effet important de « bien comprendre que l’exclusion n’est pas possible et

qu’il n’y a pas de territoires sans avantages comparatifs : des valeurs ajoutées

peuvent être créées par le développement local » (J-Y Grosclaude). Il convient ainsi

de « prendre en compte la diversité des écosystèmes, des conditions de production

et des niveaux d’éducation afin de permettre aux agricultures familiales d’avoir la

capacité de produire : il s’agit par conséquent de se focaliser d’abord sur

l’agriculteur lui-même. Mais il nous fait aussi pouvoir relever le défi du

changement climatique et de la disponibilité de l’eau pour la production » (M

Badraoui).

Ce sont donc tous les agro-écosystèmes, tous les territoires ruraux et leurs acteurs

qui doivent pouvoir se mobiliser pour tirer le meilleur parti de leurs ressources

afin de produire des biens et services (y compris des services environnementaux)

3 Le « move out » ou la sortie de l’agriculture est une évolution qui peut être souhaitable

lorsque les villes et les autres secteurs de l’économie ou des pays étrangers peuvent offrir

des occasions d’emplois ; ce qui, dans bien des cas n’est pas malheureusement le cas. Le

« move out », sans émergence d’une nouvelle ruralité, peut cependant conduire au

creusement des déséquilibres urbain/rural, à la production d’externalités négatives sur

l’environnement et à des risques d’instabilités sociales et politiques. Il convient donc, dans

toute la mesure du possible, de raisonner « économie rurale » et pas seulement

« économie agricole » sans se cacher la nécessité de la mise en mouvement.

4 Le développement articulé des filières et des territoires est en effet une condition

fondamentale de la réussite du développement local et du développement durable. Pour

plus d’informations sur cette question, se reporter à l’étude prospective du CGAAER « La

France et ses campagnes 2025-2050 ; regards croisés filières et territoires », Paris,

Septembre 2013.

Page 34: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

permettant aux populations rurales concernées, et par répercussion aux

populations urbaines, de pouvoir satisfaire leurs besoins vitaux, d’abord celui de

leur alimentation.

Dans le système méditerranéen, marqué par le contraste entre de rares zones

favorables (grands périmètres irrigués, plaines côtières à pluviométrie favorable…)

fortement convoitées et d’immenses arrière-pays marginalisés et très peuplés au

Sud, ces derniers espaces demandent beaucoup d’attention et d’intelligence de

développement. « La Méditerranée est une terre en partage. Si les agricultures

familiales se retrouvent surtout dans des régions défavorisées avec peu de

ressources, il y a toujours des ressources dont on peut faire des atouts. Ainsi,

même dans ces milieux, le développement des agricultures familiales est possible »

(D Chardon). « En Méditerranée, on a 2 types d’agro-écosystèmes : favorables et

difficiles. Il faut des solutions adaptées à la diversité. Il est primordial, dans les

zones difficiles, de développer des produits à haute valeur ajoutée pour améliorer

les conditions de vie. Le renforcement des capacités des femmes et la promotion de

petits aménagements hydrauliques comme les « micro-catchments » (petites

retenues d’eau) développés par les communautés dans les zones marginales de

Jordanie font aussi partie de la solution » (M. Solh). L’expérience française et

italienne confirme l’importance stratégique de la valorisation des « terroirs » à

travers les produits de qualité et la création de « paniers de biens et

services territorialisés ».

Mais relever le défi du développement durable, c’est aussi pouvoir innover en

termes de coopération régionale et internationale ; ce à quoi SESAME a

souhaité apporter sa contribution. Il est en effet très important de pouvoir « faire

remonter les idées aux politiques. La première action de coopération nécessaire

c’est d’abord l’échange d’idées. SESAME est à cet égard un exemple réussi de

coopération trans-méditerranéenne et trans-saharienne » (J-Y Grosclaude).

SESAME s’est inscrit dans l’Année internationale de l’agriculture familiale (AIAF)

qui représente une opportunité. Mais comment construit-on la suite ? Pour les

« Jeunes Agriculteurs », il faut pouvoir peser dans les débats internationaux et

« faire changer les choses sur la planète ». Au Nord et au Sud, il n y a qu’une seule

agriculture : celle des hommes et l’AIAF est une vraie occasion de réflexion croisée

(F Thabuis). L’agriculture est notamment interpellée de plein fouet par la question

du changement climatique et « esquisser un discours structuré pour 2015 à Paris

serait déjà très bien » (J-Y Grosclaude).

« Dans le monde interconnecté qui est aujourd’hui le notre, les problèmes

auxquels nous sommes confrontés ne peuvent pas être résolus par un pays. On doit

comprendre les interconnections entre pays en termes de solutions et pas

seulement de problèmes » (M Aït Kadi). « Nous devons à cet égard nous féliciter de

la collaboration originale que nous avons établie entre nos 2 Conseils, CGDA et

CGAAER. Celle-ci s’avère en effet non seulement bienvenue mais fructueuse » (B

Hervieu).

Page 35: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Contributions Le rapport « L’agriculture familiale en Méditerranée et en Afrique de l’Ouest : de nouvelles dynamiques entrepreneuriales et territoriales », rapport établi conjointement par les Conseils Généraux des Ministères chargés de l’agriculture du Maroc et de la France, est une synthèse des travaux du séminaire international SESAME 2, tenu à Meknès (Maroc) les 25 et 26 Avril 2014. L’organisation du séminaire a notamment bénéficié de l’appui de l’Agence française de développement (AFD), du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime du Maroc (Secrétariat Général, Direction de l’Enseignement et de la Formation, Direction de la Stratégie et des Statistiques et Direction des Affaires Administratives et Juridiques), du Crédit Agricole du Maroc et de celui de la Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde (FARM). Comité de pilotage du séminaire SESAME 2

Conseil Général du Développement Agricole (CGDA) : Mohamed Aït Kadi (Président), Khalid Bouchamma (Conseiller), Hassan Kordass (Chargé de mission)

Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux (CGAAER) : Bertrand Hervieu (Vice-Président), Sophie Villers (présidente de la section internationale), Guillaume Benoit

Agence Française de Développement : Jean-Luc François (chef de la division agriculture, développement rural et biodiversité), Naomi Noël (AFD Paris), Emmanuel Baudran (AFD Rabat).

Académie d’agriculture de France : Henri Roullié d’Orfeuil Organisation du séminaire

Conseil Général du Développement Agricole (CGDA) : Khalid Bouchama, Hassan Kordas

Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde (FARM) : Fabienne Derrien

Auteur du rapport : Guillaume Benoit, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, membre permanent du CGAAER, membre du panel international du CGDA Relecture du rapport : Mohamed Aït Kadi, Sophie Villers, Michel de Galbert Mise en page : CGDA

Finalisation du rapport : Octobre 2014

Page 36: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

ANNEXES

Page 37: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Annexe

NOTE DE PRESENTATION

Le Conseil Général du Développement Agricole (CGDA, Maroc) et le Conseil Général de

l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux (CGAAER, France) avec l’appui de

l’Agence Française de Développement (AFD) et leurs partenaires, consacrent la

deuxième édition du Séminaire International Eau et Sécurité Alimentaire en

Méditerranée (SESAME) au thème de "L’agriculture familiale : de nouvelles dynamiques

entrepreneuriales et territoriales". SESAME 2 se tiendra en marge du Salon International

de l’Agriculture au Maroc à Meknès (SIAM) les 25 et 26 avril 2014 avec la participation

d’experts et intervenants des pays du pourtour méditerranéen ainsi que d’Afrique de

l’Ouest.

Le SESAME 2 s’inscrit dans le cadre de la célébration de l’« Année Internationale de

l’Agriculture Familiale » décidée pour 2014 par l’Assemblée Générale des Nations Unies.

Cette célébration entend rendre hommage à cette forme d’agriculture qui assure 70%

de la production mondiale et représente 1,3 milliard d’actifs, soit 40% du total mondial ;

tout en focalisant l’attention du monde entier sur sa contribution à l’éradication de la

faim, à l’amélioration de la sécurité alimentaire et de la nutrition, à la bonne gestion des

ressources naturelles dont l’eau, et au développement durable des territoires ruraux.

L’agriculture n’est pas en effet qu’un enjeu de production et l’agriculture familiale, sous

réserve d’un environnement favorable, s’avère un secteur très dynamique et hautement

pourvoyeur d’emplois et de revenus. Elle peut donc jouer un rôle décisif pour le

développement et l’équilibre des territoires et comme moteur du changement structurel.

Ce regain d’intérêt international pour l’agriculture familiale survient dans une période

marquée par une prise de conscience de l’ampleur des défis à relever en termes

d’environnement, de gestion des ressources naturelles, de sécurité alimentaire et

d’emplois, ainsi que de la nécessité de traiter les problèmes de développement et

d’environnement « à la racine ». Il témoigne par conséquent d’un « retour » vers la

question agricole et rurale comme un fondement central du « développement

durable », et de l’importance stratégique de l’agro-écologie / agriculture à triple

performance comme concept clef du nécessaire changement des pratiques et des

politiques (changement de paradigme).

La pertinence de l’agriculture familiale s’explique par son recours intense à une main-

d'œuvre familiale, aussi bien les hommes que les femmes, et par sa capacité

organisationnelle (coopératives, associations d’irrigants ou d’éleveurs, adoption des

innovations technologiques), ainsi que par l'absence d'économies d'échelle dans la

plupart des agricultures et par la volatilité de capitaux qui peuvent fuir les formes

d’exploitation non familiales lorsque d’autres opportunités plus rentables se présentent.

L’insuffisance en terre, qui est une contrainte, peut la conduire à s’engager dans des

systèmes de production plus intensifs. Les agricultures familiales sont donc susceptibles

I. Contexte

Page 38: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

d’apporter plusieurs avantages majeurs par rapport à l’agriculture de firme, dont leur

capacité à créer plus d’emplois, à réduire la pauvreté, à assurer une gestion efficiente,

équitable et durable des ressources naturelles, à améliorer la sécurité alimentaire, à

dynamiser l’économie rurale et donc à assurer une plus grande efficience économique.

Malgré ses atouts, l’agriculture familiale mondiale souffre encore trop souvent

d’handicaps liés à la localisation et à l’insuffisances d’organisations et d’appuis, au déficit

de leaders paysans et de capital social qui l’empêchent de se professionnaliser et de se

structurer pour s’engager dans les trajectoires d’accumulation permettant le

développement agricole, industriel et rural. Elle fait face également à des défis liés à la

libéralisation des marchés, à la « révolution des supermarchés », à la compétitivité et la

concurrence, notamment en termes de qualité et de sécurité alimentaire, tout en

subissant les contraintes liées au changement climatique, ainsi qu’à des problèmes

budgétaires et de gouvernance, et ce sans disposer des capacités (recherche

agronomique, accès facilité aux capitaux et aux marchés, pouvoir d’influence sur les

politiques) dont sont dotées les grandes firmes.

Dans plusieurs pays, une part importante de l’agriculture familiale n’a donc pu encore

bénéficier de la première révolution verte et demeure sous des formes traditionnelles ou

semi-modernes laissant une large place à l’auto approvisionnement. L’absence de

perspectives pour les jeunes et le mal-développement agricole et rural, que la

désertification, la croissance démographique et les sécheresses viennent souvent

amplifier, peuvent alors conduire à des instabilités sociales et à des migrations.

De ce fait, la transition économique et agricole en cours dans les pays en

développement, qui offre de nouvelles opportunités liées à l’ouverture des marchés,

pose aussi de lourdes menaces sur l’avenir de l’agriculture familiale. Ainsi, les petites

exploitations sont-elles déjà, dans plusieurs pays, aux prises avec la baisse des prix de

leurs cultures traditionnelles du fait de la concurrence accrue du commerce

international. De plus, les tendances récentes de la libéralisation des marchés, de

l’approvisionnement en intrants, de l’accès aux innovations et à l’information semblent

avoir défavorisé la petite exploitation familiale qui manifeste toujours des difficultés

d’accès à l’innovation et aux services financiers et d’assurance pour maintenir ou

accroître sa production et amortir les pertes liées aux aléas climatiques.

C’est dire la nécessité impérieuse pour l’agriculture familiale de pouvoir s’adapter à un

environnement économique changeant et qui requiert plusieurs ajustements,

notamment : i) le passage à des formes d’organisation efficaces, ii) l’accès à

l’information, aux financements, au foncier, à l’eau et aux intrants, et iii) l’intensification

ou la diversification et la production de denrées à plus haute valeur ajoutée (fruits,

légumes, élevage raisonné, produits de terroirs et organiques). La professionnalisation,

la structuration et la mise en dynamique de la petite agriculture apparaissent par suite

comme la condition première pour générer des emplois et des revenus agricoles et

non-agricoles, et réussir un développement inclusif et durable à même de nourrir les

villes tout en préservant les grands équilibres. La réussite rurale suppose cependant

d’autres évolutions comme la bonne structuration des bourgs ruraux (organisation de

Page 39: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

l’urbanisation intermédiaire) et de la logistique, la bonne articulation du développement

des filières et des territoires et la promotion du tourisme rural et de « paniers de biens et

services territorialisés » (agriculture, alimentation, tourisme, artisanat, environnement).

La situation et les évolutions constatées diffèrent entre les grandes régions du monde et

selon les pays. Si, en Europe occidentale, la mécanisation et l’agrandissement continu

des exploitations ont conduit à une forte réduction du nombre d’actifs agricoles (moins

de 5% du total) avec souvent un passage à des formes d’agriculture de type « post

familial » (« patronal »), la plupart des pays du monde, en forte croissance

démographique, n’enregistrent aucune baisse des effectifs agricoles. La part

d’agriculteurs dans le total d’actifs demeure de ce fait encore très élevée, pouvant

dépasser 20% dans plusieurs pays du sud et de l’est méditerranéen et plus de 70% en

Afrique de l’Ouest. L’Afrique sub-saharienne se distingue d’ailleurs du reste du monde

par la très forte croissance constatée et encore annoncée de sa population agricole et

rurale.

Le monde méditerranéen, qui compte au total environ 17 millions d’exploitations

agricoles, dont 70% sur la rive Sud, se caractérise lui surtout par la forte « dualité

agricole » observée en son Sud. Cette forte dualité voit se confronter : i) de très grandes

propriétés à forte intensité capitalistique et parées à la libéralisation des échanges et, ii)

une multitude de petites exploitations tournées vers le marché local ou souvent vers la

subsistance avec de faibles capacités.

Alors que l'évolution des sociétés, la mondialisation des échanges, la volatilité des prix et

la montée des problèmes climatiques, environnementaux, d’emplois et d’insécurité

alimentaire obligent l’agriculture, dans sa pluralité et ses synergies possibles, à adapter

ses performances ; la question de la mise en dynamique entrepreneuriale et territoriale

de l’agriculture familiale (par organisation et agrégation) apparaît d’une importance

cruciale pour l’avenir des mondes méditerranéen et africain. Elle vient naturellement

interroger l’évolution possible du rôle respectif de l’Etat et de la société ; ainsi que celle

de politiques publiques qui, dans ces dernières décennies, n’avaient souvent donné

priorité qu’aux urbains, aux grands aménagements hydro-agricoles et aux grands

investisseurs.

Des évolutions profondes sont heureusement engagées dans plusieurs pays du Sud.

C’est le cas notamment du Maroc, qui, dans le cadre du Plan Maroc Vert 2008-2020, a

mis en place un dispositif d’action spécifique pour la petite agriculture (le Pilier 2) et

innove pour promouvoir à la fois l’organisation, y compris par l’« agrégation »

(contractualisation avec des acteurs à forte capacité), les produits de terroirs et de

nouvelles formes de crédit agricole adaptés à l’agriculture familiale. Le Maroc s’attache

aussi à promouvoir une planification inclusive en appuyant un développement intégré et

durable de territoires ruraux difficiles comme les zones oasiennes et de l’arganeraie, en

associant les différents départements ministériels, collectivités et acteurs concernés. Le

pays est encouragé dans ce changement par l’émergence de nouvelles coopératives,

associations et groupements d’intérêt économique souvent très dynamiques, y compris

des coopératives féminines. On peut par ailleurs noter, pour le cas de l’Afrique de

Page 40: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

0

l’Ouest, la structuration d’organisations représentatives de l’agriculture familiale à des

échelles nationales et régionale.

Dans ce contexte, le SESAME 2 entend :

Montrer que l’agriculture familiale représente un enjeu crucial et est porteuse

de solutions d’avenir pour la Méditerranée et l‘Afrique de l’ouest,

Interroger le contenu possible du nécessaire « changement de paradigme ».

Quelles nouvelles visions, politiques et leviers d’actions peuvent être proposés

pour le nécessaire engagement de l’agriculture familiale dans de nouvelles

dynamiques (filières et territoires) afin de mieux gérer et valoriser les

ressources rurales, d’améliorer les revenus et les conditions de vie des ruraux

et de nourrir les villes ?

Le SESAME 2 s’attachera à apporter des réponses à ces questionnements en s’appuyant

sur des témoignages et des regards croisés (Méditerranée du Nord et du Sud, Afrique

de l’Ouest) et en les articulant autour de 3 thématiques principales :

ENJEUX ET ROLES DE L’AGRICULTURE FAMILIALE DANS LE DEVELOPPEMENT LOCAL ET REGIONAL ET POUR LA SECURITE ALIMENTAIRE ? Quelle est la place et la situation de l’agriculture familiale dans l’économie

des pays du pourtour méditerranéen et en Afrique de l’Ouest ? Quelles

spécificités et évolutions ? Quelle place occupent les jeunes et les femmes ?

Pourquoi s’occuper de la « petite agriculture » ? Pourquoi un changement

de paradigme est-il nécessaire ? ; Pour quel nouveau modèle de

développement ? Quels sont les enjeux ? Quels sont les risques d’un scénario

de laisser-faire ? Quels bénéfices économiques, sociaux et environnementaux

peut-on attendre de l’organisation de l’agriculture familiale ? Comment son

développement peut-il contribuer à la croissance économique et à la

réduction de la pauvreté ? Comment peut-elle aider à générer la croissance et

l’emploi non-agricole dans l’économie rurale et à nourrir les villes ? Quelle

vision pour l’avenir ?

EXEMPLES DE SOLUTIONS ET LEVIERS D’ACTION A DEVELOPPER

L’organisation de l’agriculture familiale pour l’accès au marché

Exemples d’organisations (coopératives, GIE, agrégations…) pour regrouper,

stocker, transformer et valoriser les produits de l’agriculture familiale, réduire

les pertes au champ, accéder aux marchés et créer des emplois et des

richesses en zones rurales. Comment les faire émerger ? Quels besoins et

quels leviers d’action ? Quelle place pour les coopératives féminines ?

Questions transversales : Expériences réussies en matière de développement

territorial durable : Quels enseignements ? Comment faire émerger des

leaders agricoles locaux et des organisations professionnelles efficaces ? Quels

enseignements de l’expérience européenne, méditerranéenne et africaine

(syndicalisme, coopération, démocratie professionnelle, leadership local) ?

II. Objectif

Page 41: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Quels leviers d’action et progrès nécessaires pour des groupes plus

efficaces en Méditerranée et en Afrique de l’Ouest ? Quels types

d’organisations pour promouvoir une agriculture familiale à triple performance

(environnementale, économique et sociale) ?

L’accès de l’agriculture familiale (exploitations, jeunes agriculteurs,

organisations professionnelles) au financement et au conseil

Exemples d’innovation pour améliorer l’accès de l’agriculture familiale

(exploitations et groupements) au financement / crédit et au conseil. Quels

sont les besoins ? Comment aider l’émergence et la réalisation de « plans de

progrès » (modernisation des exploitations familiales et installation des jeunes

projets de coopératives…) ? Quels types de crédit agricole mettre en œuvre ?

Comment dépasser la contrainte du foncier (absence de garantie

hypothécaire) en Afrique et dans le Sud méditerranéen pour permettre un

accès généralisé de l’agriculture familiale à un crédit adapté ? Quelles relations

entre Etat et agriculteurs et groupes d’agriculteurs pour monter et mettre en

œuvre des projets et renforcer l’autonomisation / responsabilisation ? Quelles

évolutions seraient nécessaires ? Quels leviers et quelles

innovations (institutions et process) pour un conseil et un financement

efficaces?

QUELLES EVOLUTIONS DES POLITIQUES PUBLIQUES ET QUELLE COOPERATION TRANS-MEDITERRANEENNE ET TRANS-SAHARIENNE POUR L’ESSOR DE L’AGRICULTURE FAMILIALE ?

Exemples de politiques nationales pour l’agriculture familiale. Quelles politiques

publiques et quels soutiens pour maintenir, professionnaliser et structurer

l’agriculture familiale ? Comment renforcer son rôle dans le développement

local et régional et en augmenter la résilience, l’efficience et la durabilité?

Quel « policy mix » (agriculture, environnement, commerce, développement

rural et urbain, alimentation…) pour l’agriculture familiale et réussir un

développement inclusif et durable ?

Quelle évolution de la coopération Nord/Sud et Sud/Sud ? Quels réseaux pour

la connaissance et la formation ? Quels réseaux et partenariats entre acteurs

économiques / GIE ? Quelles innovations en termes de politiques de

coopération ? Peut-on faire émerger quelque chose qui mobilise les politiques

et fasse réussir pleinement l’AIAF (Année Internationale de l’Agriculture

Familiale) ?

Page 42: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Annexe

PROGRAMME JOURNEE DU 25 AVRIL 2014

MATINEE

9h00-9h30 ACCUEIL

9h30-10h00 OUVERTURE : Monsieur Aziz AKHANNOUCH, Ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime

ALLOCUTION D’INTRODUCTION Mohamed Aït Kadi, Président du Conseil Général du Développement Agricole, Maroc

10h00-11h00 CONFERENCES INAUGURALES

L’agriculture familiale dans le monde, en Méditerranée et en Afrique de l’Ouest : situation, rôles et

enjeux

Michel Eddi, Président du Centre International de Recherche Agronomique pour le

Développement (CIRAD, France)

Réussir le développement de l’agriculture familiale

Shenggen Fan Directeur Général de l’Institut International de Recherche sur les Politiques

Alimentaires (IFPRI, Washington)

11h00-11h30 PAUSE-CAFÉ

11h30-12h30 PANEL 1 : POURQUOI S’OCCUPER DE L’AGRICULTURE FAMILIALE ? LES POINTS DE VUE DE :

Mahmoud Solh, Directeur Général de l’ICARDA

Mohamed Ould Salek, Ambassadeur de la FAO pour l’Année Internationale de l’Agriculture Familiale, Mauritanie

Henri Rouillé d’Orfeuil, membre de l’Académie d’agriculture, responsable interministériel pour l’AIAF en France

Brahim El Hafidi, Président du Conseil Régional de Souss Massa Draa et Directeur Général de l’ANDZOA, Maroc

François Thabuis, Président des Jeunes Agriculteurs, France Modérateur : Pr Mohamed Badraoui, DG, INRA Maroc

12h30-13h00 DEBAT

13h00-14h30 DEJEUNER

14h30-15h00 Film AFD sur la petite agriculture au Maroc

15h00-16h00 PANEL 2 : COMMENT S’ORGANISER, ACCEDER AUX MARCHES ET PRODUIRE DES RICHESSES EN MILIEU RURAL ? QUELLES CONDITIONS DU SUCCES ?

Marco Ferroni, Président de la Fondation Syngenta

Alexandro Terriza Torres, Directeur, BIORUM SOLUTIONS, Espagne

Abdellatif Bennani, Président de l’Association Marocaine des Producteurs des Fruits Rouges

Karim Daoud, Président OP éleveurs, Tunisie

Foulématou Camara, Présidente de la Fédération des Organisations Paysannes de Basse-Guinée Modérateur : Dominique Chardon, Président de Terroirs et Cultures International, France

16h00-16h30 DEBAT

16h30-17h00 PAUSE-CAFÉ

17h00-18h00 PANEL 3 : DES PAYSANS INVESTISSEURS : QUEL ACCES AU CONSEIL ET AUX FINANCEMENTS ?

Mostafa Chahhar, Directeur du Pôle vert du CAM

Alfang Daffé ,Président Directeur Général de la CNCAS (Sénégal)

Jean-Luc François, Chef de la division agriculture, développement rural et biodiversité, AFD, France

Amadou Thiaw, Président des centres de gestion et d’économie rurale de la Vallée du fleuve Sénégal et Loïc Le Menne Directeur Général- adjoint du centre d’économie rurale, France

Pr Marcel Mazoyer, France et Falary Boly, Secrétaire général du syndicat des exploitants agricoles de l’Office du Niger (Mali)

Modérateur : Mohamed Milourhmane (FIDA)

18h00-18h30 DEBAT

Page 43: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

JOURNEE DU 26 AVRIL 0

MATINEE

9h30-10h00 Accueil

10h00-11h00 PANEL 4 : QUELLE VISION POUR L’AVENIR ? QUELLES POLITIQUES PUBLIQUES ? QUELLES COOPERATIONS TRANSMEDITERRANEENNES ET TRANSSAHARIENNES ?

Jean-Yves Grosclaude, Directeur de la stratégie AFD- France

Pierre Fabre, Directeur environnement et sociétés, CIRAD, France

Grigori Lazarev, Géographe

Ait Kadi Mohamed , Président du CGDA Modérateur : Pascal Bergeret, Directeur de l’Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM)

11h00-11h30 DEBAT

11h30-12h00 PAUSE CAFE

12h00-12h30 ALLOCUTIONS DE CLOTURE

M. Bertrand Hervieu, Vice-président du Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux, France

Mohamed Aït Kadi, Président du Conseil Général du Développement Agricole, Maroc

2h30-13h45 DEJEUNER DE CLOTURE

APRES MIDI

VISITE DU SALON INTERNATIONAL DE L’AGRICULTURE DE MEKNES

Page 44: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

Annexe

LISTE DES PARTICIPANTS

ESPAGNE : . Alejandro Terriza Torres Directeur, BIORUM Solutions

FRANCE . Charles Fries Ambassadeur de France

. Ludovic Pouille Ministre-conseiller – Ambassade de France

. Bertrand Hervieu Vice-Président du CGAAER-France

. Michel Eddi PDG du CIRAD -France

. Henri Rouillé d’Orfeuil Membre de l’Académie d’Agriculture- France

. Bernard Roux Membre de l’Académie d’Agriculture- France

. Jean-Luc François Responsable agriculture, AFD - France

. Pascal Bergeret Directeur de l’IAMM - France

0. Pierre Fabre Directeur au CIRAD - France

. Jean-Yves Grosclaude Directeur stratégie AFD- France

. Joël Daligault Directeur AFD Rabat

. Sophie Villers Présidente section internationale CGAAER-France

. Guillaume Benoit Ingénieur Général CGAAER-France

. Michel Helfter Conseiller Agricole – Ambassade de France

. Loic Le Menne Directeur Général- adjoint du centre d’économie rural -France

. Dominique Chardon Président de Terroirs et Cultures International- France

. François Thabuis Président des Jeunes Agriculteurs- France

. Jean Yves Olivier Vice-Pdt d’Echanges Med - France

0. Henri-Luc Thibault Délégation interministérielle à la Méditerranée - France

. Marie Helene Le Henaff MAAF–DGPAAT Sous directrice des échanges internationaux- France

. Héloise Valette Partenariat français pour l’eau (PFE)-France

. Dominique Legros Plan Bleu –France

. Alexandre Bouchot Chargé de mission monde arabe du service international du MAAF

. Marcel Mazoyer Professeur –France

. Grigori Lazarev Membre du Panel scientifique CGDA

. Naomi Noel Département agriculture AFD -Paris

. Emanuel Baudran AFD Rabat

. Marcel Kuper Chercheur au CIRAD

0. Philippe Baudry Chef des services économiques régionaux- – Ambassade de France

. Jean-Christophe Debar Directeur FARM

GUINEE : . Sidiki KEITA Dir. Nat. de la Pisciculture au Ministère de la Pêche et de l'Aquaculture de Guinée

. Camara Foulématou Guinée

. Diallo Alpha Oumar Guinée

. Camara Baba Galle Guinée

MALI : . Ilias Dogoloum Goro PDG Office du Niger- Mali

. Faliry Boly SG du Syndicat des Exploitants agricoles de l’office du Niger – Mali

Page 45: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

MAROC : . Mohamed Sadiki Secrétaire Général, Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Marime

. Mohamed Ait Kadi Président du Conseil Général du Développement Agricole

0. Tariq Sijilmassi Président du directoire du Crédit Agricole du Maroc

. Moha Marghi Conseiller de M. Le Ministre

. Bachir Saoud Conseiller de M. Le Ministre

. Amine El Guerrouj Directeur Général de l’ADA

. Brahim Hafidi Président de la Région Souss-Massa-Draa et Directeur Général de l’ANDZOA

. Jamaleddine Jamali Secrétaire Général, Crédit Agricole du Maroc

. Ahmed Ouayach Président de la COMADER

. Habib Bentaleb Président de l’association des chambres régionales d’agriculture

. Abdellatif Bennani Président de l’Association Marocaine des Producteurs des Fruits Rouges

. Albert Sasson Membre de l’académie Hassan II de Sciences et Techniques

0. Mohamed Besri Membre de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques

. Mohamed Berriane Professeur de Géographie, Université Mohammed V - Agdal

. Mohamed Badraoui Directeur de l’INRA

. Mohamed Laamrani Inspecteur Général

. Soufiane Larguet Directeur DSS

. Fatiha Berrima Directrice ONCA

. Abderrahim Zhari Directeur DAAJ

. Ahmed Bentouhami Directeur Général de l’ONSSA

. Adil El Oufir Directeur des Ressources Humaines

. Jawad Bahaji Directeur DEFR

0. Majid El Yacoubi Directeur DF

. Chaouqi Nabil Directeur DDFP

. Majid Lahlou Directeur DSI

. Ahmed El Bouari Directeur DIAEA

. Jabrane Reklaoui (Directeur DDRZM)

. Aziz Abdelali DG de l’ONICL

. Karim Gharit Directeur Général de la SONACOS

. Abdellah Janati Directeur Général de l’EACCE

. Said Ouattar Directeur, IAV Hassan II

. Taoufiq Benzyane Directeur ENA, Meknes

0. Abdessadek Sasbou Directeur de l’ENFI

. Khalid Bouchamma Conseiller, CGDA

. Hassan Kordass Chargé de mission CGDA

. Mostafa Kharoufi Chargé de mission, CGDA

. Aziz Mekouar Ex-Ambassadeur du Maroc à USA

. Lahcen Ouali DRA de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer

. Hassan Agdim DRA d’Oued Eddahab-Lagouira

. Abdelmalek El Fayq DRA de Laayoune-Boujdour

. Mohamed Darfaoui DRA de Guelmim- Essmara

. Hassan Bellouch DRA du Souss-Massa-Draa

0. Mohamed Alami Ouaddane DRA de Tanger-Tétouan

. Said Laite DRA de Taza-Al Hoceima-Taounate

. Mohamed Sebgui DRA de Fès- Boulemane

. Kamal Hidane DRA de Meknès-Tafilalt

. Kamal Bennouna DRA de Tadla-Azilal

. Mohamed El Hadi DRA du Grand Casablanca

. Aziz Bellouti DRA de l’Oriental

. Mohamed Harras DRA de Marrakech-Tensift-El Haouz

. Mohamed Belhadri DRA de Chaouia-Ouardigha

. El Mehdi Arrifi DRA du Gharb-Cherarda-Beni Hssen

0. Abderrahmane Naili DRA du Doukkala-Abda

. Lahcen Kenny Directeur Agrotech SMD

Page 46: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS

. Mouha Farahi Directeur CRP2

. Mohamed Milourhmane Représentant du FIDA-Maroc

. Akka Ait Mekki Prof à l’ENA, Meknès

. Boulif Mohamed Prof à l’ENA Meknès

. El Amrani Mohamed Prof à l’ENA Meknès

. Mounsif Mohammed Prof à l’ENA Meknès

. Allali Khalil Prof à l’ENA Meknès

. Nicolas Faysse Prof à l’ENA Meknès

00. Abdeslam Dahmane Prof à l’IAV Hassan II

0 . Rachid Doukkali Prof à l’IAV Hassan II

0 . Benabdellah Abdelmajid Prof à l’IAV Hassan II

0 . Hammani Ali Prof à l’IAV Hassan II

0 . Hamimaz Rachid Prof à l’IAV Hassan II

0 . Rahmani Mohammed Prof à l’IAV Hassan II

0 . Bouaziz Ahmed Prof à l’IAV Hassan II

0 . Larbi Firdawcy Prof à l’IAV Hassan II

0 . Fouad Guessous Prof à l’IAV Hassan II 0 . Mohamed Boujnah Chercheur à l’INRA

0. Oukabli Ahmed Chercheur à l’INRA

. Mamouni Ali Chercheur à l’INRA

. Mohamed Moussaoui Consultant

. Omar Aloui Agroconcept

. Mohammed Mrioued Président de l’Union des Fédérations des AUAs du Moyen Sébou

MAURITANIE : . Mohammed Ould Salek Ambassadeur de la FAO pour l’AIAF- Mauritanie

NIGER : . Ibrahim Assane Mayaki Secrétaire exécutif de l’agence du NEPAD

SENEGAL : . Alfang Daffé PDG de la CNCAS -Sénégal

. Assane Kane Directeur des CGER Vallée - Sénégal

. Seyni N'Dao DGA de la SAED - Sénégal

0. Amadou Thiaw de Fanaye Président CGER vallée – Sénégal

SUISSE :

. Marco Ferroni DG de la Fondation SYNGENTA

TUNISIE : . Jaafar Kateche PDG de la Banque Nationale Agricole

. Lotfi Frad DG du Financement, des Investissements et des Organismes professionnels,

Tunisie

. Rabeh Bouasker DG de l'Agence Pour l'Investissement Agricole (APIA

. Mohamed Elloumi INRAT

. Karim Daoud Président OP éleveurs

ORGANISATIONS INTERNATIONALES : . Carlos Perez del Castillo Président du CGIAR

. Shenggen Fan DG de l’IFPRI- Chine

. Mahmoud Solh DG de l’ICARDA- Liban

0. Michael Hage Représentant de la FAO au Maroc . Mariam Sow Soumare Représentante du NEPAD

Page 47: TABLE DES MATIERES - AGROPOLIS