speleo mjc info n°14

of 18/18
1110 RIeJC INFO FEDERATION FRANCAISE ku DE - SPELEOLOGIE &i-$i&-.-y - - *.+-, :ja- - 3 Y-- - AVRIL - M Al Scanned by Thierry TOURNIER © Copyright 1988 SCMJCB

Post on 19-Mar-2016

225 views

Category:

Documents

2 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

1988 Avril Mai Juin

TRANSCRIPT

  • 1110 R I e J C INFO

    FEDERATION FRANCAISE ku DE - SPELEOLOGIE &i-$i&-.-y - - *.+-, :ja- - 3 Y-- -

    AVRIL - M Al

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • HUDRY Jean

    AWELLOZ Patrick

    AM6ELOtZI Marco

    BEX Louis

    BtENFAIT Patrick

    BOSSOW Pascile

    CQRm Fredbric

    FURLAW Jean Claude F W A M Brig#te (3ABRFL ROBE2 David

    60DIN Pierre

    ROLAHDU Jemsi-Louls

    R W E R I Amie

    RU66ERI Hubert

    TWRNIER Thierry

    VALTOW Bertrand

    Vl WCEHT Serge

    VlSTALLl Patrick

    WAWHWT Willf am

    M C BELLE6ARDE

    Bois du Chstelard - BlLLlAT 0 1200 BELLEGARDE T1 , dom. 50.59.90.92 64 route de Vowray - 0 1200 BELLEGARDE - Ttl. 50 48 52 07 CHEVRIER-VULBENS- 74520 VALLEIRY Tl. Dom. 50.04.37.05- Tel, Trav, 50+04,36.93 ou 50 -04.2 1 A0 0 1 200 ELOlSE T4l,DOm, 50.48+52,16- T61. Trrrv,50,59.83.69 13, rue Viala - O 1200 BELLEGAROE fM.S0485284-Tbl,Trav,50 4821 S9 LWRAS 4 1630 PERM TB1 dorn,SO 56 4 t 21 PERW -O 1630 ST-GEN tS-PlLLY T1 .parents : 50 56 32 52 0 1300 BRNIN - 51 GERMAIN TH. Dom. 79,81,44,63 CAQJET-E:CHAUON- 0 1490 ST BERMAIN TB1 , Dom. 74.78.47.65 tes Mars - 01410 LELEX Tl, D m . 50,20.91.46 wi 50.56.0 1.91 01490 GIRON T1 , D m . 50.59.83.97 - TG1 Trav. 50.56.0 1.9 1 2 place Henri Dunant - 0 1200 BELLEGAROE Tel. 50A.56 -02 CERN 12 1 t MEYRIN 23 - SUISSE TC). Dom. 50.41.28.93 -T]+ Trav. 19.41 22,83.44.45 La Grmbe 6te - 0 1200 LANCRANS T4lDom.50 4 16 74-Tbl. Trav.19 41 22 8356 49

    HUIiBERT Jeandacquea GIRON 0 1 490 ST-GERMAIN~~-JWX Ttl,Dom.Ei0 59 t 1 -Tl. Trav.50 59 81 25

    KEHSICHER Dominique 6, chemin de V e m J n - O 1200 BEUEGARM TH,Dm. 50 48 2S 41

    KRESAY C h r i s t h %MIN-STdERMAIN - 0 1300 BELLEY Tbl. Dom. 79 81 44 63

    HARHILLON Gilbert 4, rw Jo~bph Mlon - 0 1200 BELlEGAWlE TC1,50 4 28 67

    HOIIET-AILLY Franois 28, rue du Nortier - O t 300 0ELLEY T1,Dm.7981 4091

    WEYRON Alain EWALLW - 0 149 ST 6ERMAIJ D J W X fl .74 76 49 05 0 1200 ELOlSE T4lDom. 50 48 29 83 - T1.Traw. SO 48 Id 1 1 81RW - O 1490 ST GEMAIN M JWX W. 50 59 83 97 T41,Dom. 19 41 22 61 41 72 20, rus du Sorgla - 0 1200 BELLEBAWE TC). Dom .5 48 2 1 04 - f Cl .Trav.SO 48 1 3 0 2 0 1200 ELOlSE TC]. Dom. 50 48 29 83 - T&I.Trsv, 50 37 46 93 13, rus Vlala - 0 1200 BELLEOARDE Tb1 .Dom.SO 4 52 84 - TCt ,Trav.74 00 84 23 *Le Colomby" - 01 170 OEX Tl. Pwents : SO 48 13 3 1 - Th1,Dorn.SO 42 39 16 O t 550 ECORANS Tl.Dorn. 50 59 40 80 - T1.Psirents :50 59 62 72 PERW - 0 1630 ST-GENIS PWlLLY Tbl,parents : 50 56 32 52 0 1200 LANCRANS Tbl, 50 48 37 63 0 1200 BENtSStAT T1,50 48 f 4 29 TH. 50 48 4 1 54

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • C'est vraiment au dernier moment qua je me lanm ans cette page d'wtture. L'bt est djh bien avanc8 et nombreuse3 ont 6t6 las sorttm ou a u t m expdttlons dans le rtiglon, en Haute Savoie, le Lot etc..... 8t m6me B \'&ranger. Mais je laisserai au prochafn numdro Ie soin de vous informer de tout cela. Faisant parti de votre groupe depuis quelques annbs, bfen que toujours lnscr 1 t au O E K M (nom barbare dont 18 t ract ion est la suivante : Oroupe d'Etude du Karst Haut Alpin) j 'apprkfe beaucoup l'ambtam et la chaleursus %ml tlb qui r6gne dans le club, A la dlfferem ds rtalns clubs, j 'apprcie aussi le fait que le groupe seche aMer la spdlblogle de haut n i m u sclentifiqus, aux sorties d'lnftlatton et s'efforce ds ne pas c r b r un groupe d'815te qul ne se sentirait plus mcei'n6 par 11arriv8e de nouveaux membres qui sont I'mnlr du ctub.

    Je voudra1 galement rendre hommage b tous mux qui font vlvre le club et qui par leur trwail ( mdnnu) font naftre # bulletin, bien indlspenable entre tous les membres du groupe.

    Qua b m w p de projets conttnmnt ch se corrcrdtiser pour que nous puissions Bter avec faste lss 20 ans du club l 'annb prochaine. En attendant, bonne lecture de num6r0,

    Jean Jacques.

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • COMPTE REHDU D'ACTIVITZS DU 2ne TRIMESTRE 19BB

    2 avri l : S k i h Llex: a Bosse - Toune - Hubert - Nanou - David

    du 2 au : Randonne B ski de fond en Subde, r a i d de 3001aa. 12 amil dans la rdgim d~Qetersmd ( h 70Qh. au nord de

    ~tockholm), Magnifique! Uraula et Michel I 9-10 avril: CongrBe e p d l b m8ne-Upea h Nyons ( ~ r 6 m e ) : Michef -

    Nanou - Toune - Bobbo l I

    16 amil : beecente de la V U d e Blanche (Chamonix): Taune - F'uf'u - Bdbi - Jean-Jacques + GEHKA

    17 avril : Prospection la falaiee dee Eirondellee (Chdzery), r4sultat: n k n t : Tome

    21 sai : Runion de la aommission aotivit4a WC: Michef 23 ami1 : AG de la HJC de BeUegarde: aucun membre du club 23 avril : Congrhs spldo misse h Lugano e es sin): Le Grand -

    meula 24 mil : @ r o t a Marelii (prba de Varna, Italie) juequfau

    Valone CycLopsw e t & la nSala del le Stalatittitm ( -3Wm. ) : Le Grand - Ureuia

    27 avril : Rdunfon du Bureau du club chez Toune: Hubert - Xa Bos~ie - Michef" - iraou - Jeas-Jacques

    30 avril : Sortie dpil8o dans le tunnel 8% ltEpine (5avoie) pour rdaliew la topo d e deux c a v i t i s pour ScBtau- route, une sortis qui a rapps~td gros.. . : Tonton - Jean-Jacquea - - Gobbo - Marco - Ursula - Le Grand - Toutle - Bertx~nd

    7 mai : Bospection sur na ine avec le GEBiXA: Tome - Jean- Jacquea

    7 mai : Coqe l l e de la Bauche, remontde a u - d e ~ m du P50, rien: Dominique - Le Grand - Urellla - Bobbo

    8 m a i : SpBlo au-desaw du tunnel de ltEpine, pas grand choee: Bertrand - Tome

    du 12 au : Stage Secours Rdgfotial dane le Vercore, un D dten- 15 mai fer avec le Pot du Loup, le gouffre Meynier, le

    Trisou, 1s Toboggan, des exercices en falaise: !Poune - Zouia - U r W a - Le Grand

    21-22-23 : Autre WE dwenfer: mai le 218 VLaits de la rdgion du Verneau (Doubs) e t

    entrahament sur cordes pour Marco h l'entre de la Baume des C ~ a t e 8

    1s 22; Le Verneau par Lee bief^ Bouaeets jwquoh la sale des Fatafouins (-20h, environ e t 1500 m. dane le collecteur) : Tome - Marco - f i ed - EWu - Le Grand - Jm-Jacqusa - Dominique - Alain - Ur& - Mara B. et Lulu d'Oyonnax - Bbert de St.CleLude e t un copain

    le 23: La Borne aux Caasots: Damhique - Le Grand - -CO - A h i n - Ursiula - Pred

    Aflumce record eru re-e de D4serviUers avec

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • 29 mai

    3 juin t 5 juin 0 6 juin :

    11-12 juin:

    20 juin ;

    2 5 j u i n :

    26 juin :

    28 juiil :

    toutea les famiUea: Lulu - Fufu - Beltrami - ... soit au total 21 personnes. Ambiance super-sympa, ~rerclce Secours Departemental en falsise prvu au pont dee Pierres. Pluie diluvieme e t repli dans la grange de la Chamay. Duclub: Dominique - Toune - Le Grand - Jean-Jacques - Christian - Ureula Runion CD8 h Bourg: Michef - Tome Annulation rencontre interactivits la Charnay Munion Secours Giron et alerte fictive.de 118qui- ge secoua 91: Jean-Charles - Le Grand Exercice Secours O1 la grotte de Pr&-, PST: IOh, Casse-croate h la sortie organfs par ruchef et Na- nou A la fin de ltexercice vers l e s lh, du matin. Du club: Dominique - Christian - Le Grand - Ursula - Louia - Pufu Grot te de PrBoux pour rcuprer une trouaae B spitni Ursula - Le G r a n d Groaee bouffe b la Charnay pour le mariage du Grand -

    -- 1 aveu Uraula: le Club + Oyonnax + Retord, env, 35 gersomea

    - -

    Dcouverte dtoaaemente dans une caverne du Jura: Bertrand - %Ibert de St,Claude Runion Secours A Nantua. Du club: Toune - Le Grand

    E r T O U 5 L E S V E N D A E ~ ; S S O ~ R =

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • ETAT DES FINANCES DU l e r SEMESTRB 1988 - ler ~ L U T 1988

    B e c e t t e a

    Cotia.MJC+club+PPS 6t855 . - BBnf.R&eillon 1'060.- Proj.MontageDiapo8 800.- Xnterv.Tait Retord 1'782,- Subv.Autoroute 3tS00,- Total 13*997i-

    Cotio*WC+FFS mtus (1) Copiea Diapoa L i v r e ( 2 )

    Total

    Ne sont pas com~ts en recettes: 1111--11 111--- --el------------

    - Projection Montage Diapos h Biron: eno, 400F. - BBndfice sur Vente Vins: env. 600F. - Cotisations pour l'ann6s 89: env, 1500F.

    Ne sont pae com~tda en dgenses: -------- 1-1-11 ------mm ----ta

    - Achat Matos Larouille: env. 3*000F.

    (1) Matos achete le l e r Juillet 1988: ----------11-13---- -----III---

    - 200 spita 351.- - 20 111ail10n~ 180.3

    - gaine thermo. - plaquet t as coudes Total

    (2) L i v r e achetd: -------II---

    Sp&lologie Verticale: 62F,

    Le club remercie Patrick Bienfait pour lTintervention au hxnnel d e IIEpine, les participanta au montage diapoa, M. Gallice, J.4. b n b e r t e t J.-C, m a n , e t les intememats pour le toit de Retord, X. Gallioe e t U. Ethyner.

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • N A M I B I E - 1 9 8 7

    ( dernier Bpisode)

    Le gouffre le plue impressionnant &ta i t le Souffle du Dragon ", e t pour cauee: il s'agit du plus grand lac souterrain de monde (prb de deux hectares de surface) ddcouvert en 1986 par Jacques PiZartini, gologue suissie install en Afrique du Sud, e t son groupe. L'entre, dvok sort un violent courant d'air chaud, se situe dans des calcaires dolomftiquee h cfnquante mbtres de notre camp. Le terrain y est p l a t , recouvert d'un lapiaz acr8, On pdntre dans le gouffre par une fente d'un mbtre de large, une aucceasion de ressauts e t de passages pas particulibrement largea nous mnent s u une margeile en bordure supdrieurs de la grande salle dans laquelle se trouve le l a c . Encore trente-cinq mtres de verticale dans le vide e t le noir absolue et on se ret~ouve isur l'eau sombre au milieu du lac. En 1987, les ~ud-africains avalent construit trois radeaux au bas de la corde, ce gui facilitait bien la tache dee plongeurs: nous pouvions no- y Bquiper e t y arrtrepoaer du matdriel; il nous arrLvaif aussi de d-dplacer un do& radeaux jusquf8 notre l i eu de plong6e. Fra du radeau sur lequel d'a i atsrri la premirs foie , il y avait une chambre 9, air de cmkm reuouverte de C o l l e cire. Un ami m'a indiqu4 dans quelle direction se trouvait la plage, seu endroit d l'on peut accoster, Je devais y attendre G8rald e t Patrick afin de faire des photos du lao. La direction ddnnde &ait fausse et jqai fait presque tout le tour du lac en ion- geant l e ~ l parole car la p o r t & de mon clairage mnemp8chait de voir quoi que ce ~ u i t , tant la fsalle Btaft grande. La tempera- ture de l'eau ( 2SoC ) me permit de bien supporter le voyage. Michel effectuera ce m h e trajet l'anne euIvante avec une pe- t i t e boue. Demandez-fui se8 impreaeioa~ quant aux dimensions du lac et h ees deux cents mbtres de nage dans c e t t e eau noire dont le fond varie entre trente-cinq e t oent mhtres.

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • L e s sud- africain^ ont plor438 pendant deux semaines dane le l a c afin d en tabLir une topographie. Pendant ce temps, nous avone plon& dan# les grottes des envirana. Puis noua sommes venus dans le " souffle du Dragon ": plongdes agreables dans une eau chaude et parfaitenent limpide. Girald y a fait de bonnes priises de vue avec sa camra lemm. Comme l h m s i b , noua avom pu ad- mirer des concrtions souis Item et galement dana les plafonds, h l'air. Suite h la dcouverts de ce lac, le proprietaire du terrain, Leon Pretorius, s'est pos beaucoup de questions. Qu'allait-il faire de ce volume d'eau unique e t fort prcieux dans une r6- gion auslai sbche7 11 pensait l'amdnager tburiatiquement, mais y aurait-il assez de touristes payants pour amortir les cofits de Itamdnagement du trou ( escaliers, pontons, bateaux, . . . ) e t des routes d'accs? Finalement, 11 a fait percer un trou h travers le rocher par lequel paeaera un tuyau surmont6 d'une pompa, l'eau &tant rare dana ce paya,,, Jacquee Martini a ce- pendaat ralevd qu'en diminuant le niveau d'eau du lac la ca- verne rSsguait bieri de stsffondrer. Pour lqinatant a t ient et la vision de oe lac vaut vraiment le dplacement.

    r l

    '*/- If'

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • L E S V A C A W C E S A ' L A M E 2

    par Jean Carrire (tir8 de son ouvrage "Les m e s ~auvagea")

    ( . . . ) noua f ilC2mes vers la mer. Je ntavais plue mia les p ieds sur ce t te c8te depuis l'avant-guerre, Je m'attendais, en voyant pointer l e s pyramides incas de Granon-sur-Mer, A de grandioses mtamorphoeee, h des ambitions californiemes- N w s dbarqubea dans un camp de concentration avec miradors o des sentinelle8 armes de jumelles surveillaient les forats du crawl, nudits dgmdantea de populations dpor- t h s , plagistes h tete de truand BvsdB, vacanciers dans le coma pour avoir subi le supplice que l e s S i o u x ou l es Apa- ches rservaient aux Visages pales, qui demeuraient carte- 148 au soleil pendant des heures, vendeurs de frites et de sandwitchs qui Btaient en ralit8 de8 fournisssure de joints, loriguea files de voitures gares au bord de l'asphalte, bouillantea, prba d'exploser, dunea jonch8ea de Tampax, de paquets vides de Marlboro, projete d'avion pendant la nuit

    dea fins publicitaires, de langes pleine de caca, de bou- t e i l l e s dteau mfnrale craedes, de rnhree excddeee tirant des grappes dienfants hb8ts par la chaleur, munis de boudes qui crhvent ds qu'on sven aert, rpandueo dans le commerce par le terrorieme oriental aux fina de decimer la socidt occidentale, fours crmatoires camoufls en caravanes, acci - denta de voituree en plastique qui clatent au moindre choc dans wi 4claboussement de cervelle, f l i c s et motards en qugte de dlinquante mineure sur lesquels liberer leur foie con- geatiom par des vins h base d'acide sulfurique, ddesees cachant leurs se ins , monstres les exhibant, cadre8 frisant llinfarctus ds la troisihme passe de volley, mer moire d'huile eolaire, fortemeat alcalfnis8e par l e s cadavres de poissone asphyxies par l'urine dee baigneurs, pdalos por- teurs de Sida, avions tirant des banderoles invitant les maseea laborieuses se faire plumer dana l e s hypermarchss, bires h cinquante francs le verre, repas constituds de carton frit color en rouge bifteck, en jaune frite, en vert salade, vdhicules tous terrains permettant de se garer deux mhtree de la file de ploucs, dans le sale o.li i l a s'en- l isaient, J o i e de vivre, baiaes gi~odiquea grovoqu6ee par l e s nichons de la voiaine de camp ou l'excbs de p a s t i s , can- cers multiplies par le s o l e i l latin e t les coloranta de boiason au de nourriture interdita par lee s e m c e s de la sant publique, diecusaions en fianaipi basique autour du r4tablissement de la peine d e mort , catholiques, ouvrfexa, oadres moyens, chauffeurs de po ids lourda favorables ia la guillotine, instituteurs contre, m~4cages puants bordant llautoroute, 4cume europenne gubre moins putride concentrde au bord de Mare Nastrilm, e t au loin, bladtres, incertaines, l e a montagnes rdserves aux intelloa parisfene grillant le pdlardon et la saucisse cvenole eur des barbecues luxueux ou ddlibr&rnent mal foutus. ( , , , ) Nous esprons quand marne que voua avez pas84 de trs bonnes vacances * .

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • C O U R B I E i l R O S E

    11 &ait une foie , noua tions h la ve i l l e du printemps, alore que de multiplee couleurs sf4talaient en un long corfhge, se rpandant au-deaaua de nos t l t e a une musique pleine de chaleur, de s o l e i l e t de lw r ib r e .

    X e u qu'elles &taient belles Ces pet i t ea midinettes Fkappant de leurs poigneta lestes La peau de lsur cercle Au moyen de troie baguettes

    VQ%uea de blanc d'or et dtargent ElLee allaient d r o i t devant Ellee avalent f i h r e allure tambourinant Comment rester i r i d i f f rent M h e si l'on eet prince charmant Et que la belle s'appelle Laurence

    J'ai os avec un peu d e pudeur Lui offrir une fleur Et lui sO d i t j e t'adore La r4ponee fut pleine de couleur Qui colora mon petit coeur Epanoui dans un instant de bonheur

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • L A S P E L E O , L A S P E L E O , O U I M A I S * . . -

    P O U R Q D . 0 1 P A S D U G O L F ?

    extraits d'un t e x t e de B. Ria ( t i r de l'ouvrage col lec t i f PADIRAC, 1979)

    (. ..) it81ment essentiel do la eituation sp614olgique r- s ide dans le faft de quitter la surface de la planete. Noue entendons par 1h chapper au conditionnement habituel de notre cadre de vie, plus exactement aux conditionnements multiples, qu'il8 soient lis au rythme nycthr&mal, ltac- tivitg professionnelle, aux relations familialse ou sociales. Il ne s'agit pas simplement de changer de niveau gographi- que mais d'abandonner d8librment, pour un tempe, lrdnorme masse des stimuli enregistrgs normalement par le cerveau humain. Et noua eavona combeen l*information s'est dvelop- p6e actuellement dana no t re systme, 11 s'agit donc de rem- placer momentandment ce systhme par un milieu, Ce caractbre ntest d'ailleure pae sp8cialement propre la splologie, il est iuplicitement l i d $ tout retour la nature. Le deuxime cerracthre de c e t t e situation est qu'une exprien- ce spldologique s'assimile une exprience de s o i , de sa vie intime, de eon Qtre profond. 11 existe une sorte de concidence entre llexploration de la grotte et la descente aux a9abyssesw de la v ie intrieure. La litt4rature dea cavernes e s t trs suggestive sur ce point: Itimaga du rsve et ltimage de la caverne sont troitement lides: "Le labyrinthe a une dfmension inconscientew (Baclie- lard). wL*espace de lt9tre s a i ~ i dans sa prinitivitk est un couloir, un couloir oh gliese la vie, la vie qui n tou- jours croissant, creusantn ( ~ i e l y ) . L'image du r h e , comme celle relle de la caverne, n'a pas de dimension assigne, e l l e passe sans difficult de IF&- troiture h la s a l l e immenee. Mais il y a toujours une con- tinuit6, remarquons-le dans l'un ou l'autre cas. Cette Ger- apective n o u permet dtaflleurs de comprendre comment l e s cavernes furent aux tempe prdhistoriques l e e premfera l ieux o se soient manifestes l e s reprdsentationa mentale8 de no8 lolatains arie9tree. Cette analogie est lourde de sens et caractrise tout spcifiquement la sp8lologie. Dmautres situations analogues, dans des milieux diffrents, mers, montagnes, rivibres, dgserts, apportent sans doute des dpaysmaente identiques, donnent h lV8tre de8 dimensions cosmiques terre et c ie l t t , une exaltation ou tout au moins un Blan vita p a r un retour aux eourcea: le eolefl, le vent, la m e r , le to r ren t . La question que nous pouvom nous poser maintenant eet de aavoir si 36 milieu souterrain eat le seul h pouvoir donner cet te puissance du r k e . Les terrier8 de Pergaud, d e Ehfka, prennent le relais, l e s goQta des nMis8rableeN de Victor Hugo ont une puiesance vocatrice anaogue. Pour dmautres auteurs, l e s sombres couloirs dea maisons de l'enfance, les ruelle8 Btroites dans la pnombre, suppldent le labyrinthe d ee caverneai.

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • Iia grotte dane sa simy;licft8 psimiwve apporte donc la con- fiance et % crainte, Confiance dans Loti: "C'est le coin du monde, auquel je reste le pl- fid&lement attach, aprba en avoir ah9 tant drautrea, Comme nul le part ailleuris, j e m g y aem en paix, Je m'y sene rafrazcbi, retrem- p6 de prime jeurieses et de vie neuve. Cvest ma sainte Mecque h moi, ce p e t i t min-lh; tellement que si on me le ddmn- geait, il me aemble que cela des8quilibrerait quelque chose dans ma vie, que je perdrais pied, que ce serait presque le commsnrrlement de la finBo. Lvoppression ghyeipue du labyrinthe engendre la crainte, fait ressurgir les angoisse^ premires de l'enfance, donne h lf9tre aa profondeur et sa dimension cosmique. "Demeurer dans la grot te , ctsst commeex une mbditation terreetrs, c'est participer h la vie de la terra, dans le m i n marne d e la te r re maternet1ls1*. (Bachelard) L m * )

    Faut-il en conclure pour autant que chaque splologue fr- quente le milieu souterrain pour retrouver dana l e s dtroitu- rea les souffrances premfbrea de l'enfance, dans l e s laby- rinthes ltangoisea du aens de la vie, l t ~ i B t 8 de la mort? En un mot, le spdl6ologue est-fl masochiste 8. ce point? Ou dmtuie manibre inconaoiente essaie-t-il de diminuer lfanxi6td propre h toute condition hmaine en mittriaant dee situa- tions physiquement angoisaantea? Y a-t-il transfert d'une situation vcus objectivernent h une situation plue ou moina ressentie subjectivement? Autant de questions qui peuvent explique8 l e s motivations profondes. Male e u e s he sont pas seules, Nous nous p l a i ~ o n s h rappeler que dans la "m8diocratie" grandissante que tend h engendrer le monde actuel, il e x i ~ t e toujome au coeur de l'homme une certaias aptitude & l'ex- ploit, au se- non pdjoratif du terme (toute gloriole en 4tant sxolue). D * a i l l w s sous terre, ltexploit e e t amvent solitaire. Ge qui lui dome tout son eenet. Nous voulons par- l e r de c e t t e race de pionniers ou de g u i d e s telle que Saint- Bmp4ry les a d f i n i s e t q u i existent t o u j o w a fort heureu- sement, pouvant domer UA type de rfbrence b un moment de notre histoire O& tout eystme de m e u r e st4crmfle. Il a fa l lu beaucoup de courage pour se rendre maftre de ces arcanes, oh la vie aemblait encore impossible il y a quel- ques dcadea en raison de la saturation de ltair en humi- dit, il a fallu du courage pour briser tous l es mythe8 qui stattaohafent h cea lieux, du courage physique pour franchir toue l e s obstacles e t lutter contre 1s froid e t lhumldit, du courage moral pour continuer h aller au-del&. misi aloile-now seulement dfinir le epl6olague comme ce hdros de ltAntiquit6, ThdsGe, qui p r t a i t aveo le f i l d' Ariane k ltasaaut du Minotaure dana son repre? L'affronte- ment des Bl4mente aouterrains s'il rdclame beaucoup dtner- g ie , dfenthou8iaeme, demande auesi beaucoup de conscience et de calme rdflsxfon. Par exemple le calcu des rservwa de carbure doit impdrativement 8tre effectue r&@ibrement. Un mauvaia Baiairage aboutit fatalornent h 18accident bnin

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • ou grave, II e s t d i f f i c i l e d'imaginer Se temps - qu'il fau- d r a i t pour remonter un bless la *-face, de quelques jours 9. une semine peut-8tre. Cela dome effectivement une idda des risques h encourir. Un autre facteur puissant qui motive le sp~ldologue est certainement au travers d4une Bvasion plu8 ou moins reasen- tis, on aemft t en te de d i r e une invasibn en l'occurence, la fa i t de vivre dans un groupe oh l es rapports, lee con- d i t i o n ~ , les pos~5bilit8e dpexpreasion atfnarcrivent en ter- m e s nouveaux et gn-emeat contrad'fctoirea vis-Brvis des habitudes contract8es depui~ tougoura en surface, Le grau- pe e s t homogbne, chaque individu e s t engag via-&-vis des autres h tout instant. Le problme qui se pose h l'un dels membres a m e r6peraussion fmin&iate sur lpeneenble du grou- pe: par exemple une chute h l'eau, une panne de Impe, une ddfailhnce morale, un trop grand risque pr is dlib6r4ment par urr membre pbee h ltensemble de lPBquipe. Ltapparftion d'une trhs forte conecience colective se peroit rapide- ment et tient lieu d'autorit, Car fl n'y a ni chef, ni subordonne dans c e t t e entreprise demeure trs librale, - Seule lWexp8fience plus confiante de certains, communique ' BOUS forme d'avis, a'pu servir de rfrence et fmpulsex une desision. Les ~onditiaas de vis rigoureu~es reclament la plue grands misticit8. Elles no manquent gae de charme non plus par leur caxacthre inaolite e t crent ambian- ce dSaons aecentube. Les repaa de wclocharda barbusw soua la voQte teintde par le feu extrmement chaud de ltaedty- lbne donnent lmimpreasion d ' u s cbae o 19intensit8 de la cornuriion et de la joie tranchent avec la frugilitd dea alimenta, Dans un grand dnuement accept, lthomme se fait une immense joie de pet i ts riene: une attention, uns goutte d'alcool pour se rdchauffer, un oarr de nougat pour repren- dre quelques cal oriea. . . Quant aux poeaibilit4s dmelrpression, d'initiative personnelle, elles demeurent sntihres. Le aen- timPrnt de libert est total mal& 1s poids conjugu4 da la pierre e t de8 tnbres, 1s long chemih qu'on se -prend h imaginer pargola pour revenir au jour. Pour ce t te raison noue augurons que ltdvoution d8jh amor~e actuellement des aports e t des l o i s i r a corporels a c t i f a spinteneifiera dans le sens des disciplinsa, laieeant la plus large expression ponsible A l'indl~idu, c e a i par rdaction via-&-via dea con- traintes toujours accrues e t de la cornplexit6 croi~sante de la vie moderne. NOUB avom donu a i m i dfini tout ltfnt&r&t dmune saaiet4 parallhls ou dvManti-eocidtdm qui apporte h l'homme des perspectives nouvelles, mais pour un tempe li- mit&, celui d'une exp8rfence. En dernier lieu, noua avons pu noter quel que Ait le degr6 d~4volution mentale des epl&dogues, e t il tait varid, qomnfpx8aence d'un sens esth6tique qui pouvait $. l u i seul Juetifier de toutes les peines endur6ee. Xia nfletar" de c r h - ta1 a i parfaits, lthamonie dtuae vodte, l'immen~e clastd d'une cascade stalagmitique surgissant des tnhbrea, le mi- r o i r &*une eau morte, r h l e n t B chacun une Bmotfon Indici- ble. C e t t e rdco~penee-lA euffft 2~ faire marcher dee hommes de^ heurea durant. ( * d * l Cet te oxpdrience noue est apparue h certain8 moments comme une preu~e de vritd, Ltaffrontenent d'un miieu insolite

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • voire stinistre ou m b e hostile ne laisBe pas d8 place h la tricherie ou h la comddie. L'engagement e s t complet physi- quement vis'-&-vis du milieu phyeique e t moralement vis-$- vis de soi . 11 faut avoir v4cu dans un silence mindral le poids de sa propre solitude pour comprendre ltintenaif& et la profondeur du 'trendez-voue avec s o i n . Ltenrichiasaenf personnel t i en t 9. c e t t e prise de conscience d 'un moi pro- fond et h l'effort accompli conjointement pour maftri~er t e l typa dtapprheasion. wLe vrai silence lu, la nuit firiale communiqude aux pier- res par Zefi ombresn. Certaina ont apprdhend8 plu^ apecialement l'eau, l'effort v0olent, le vide, les d t r o i l w e d , l e s quiUbres tenus sur une roche glissante, le noir, Ce ntest pas un paradoxe dl affirmer que le epl8ologue craint l'obscurit. LTobscurit4 est angoissante. L'activitB souterraine, la vie souterraine, sont troitement li4es h la lumfkre, Le passage de l'tat de veille i ltat de sommeil s'cet toujours effectue cha- que soir au camp en preeence de lumire, l e s l a p e s acty- lbna assurant le dclin imperceptible d'un interminable "cr&gwculen. Ce d d t a i l nous apparaPt rvklateur h ce titre, Le grand manent psychologique de la vie aauterraine, c ' e s t le moment de la ddcouverts. Celui-ci devient rare car la monte des effectifs, la technicit accrue des splologuee, leur adaptation d e plus en plus marquise au milieu font quq il reste de moins en moins de d4couvestea faire dana ce t ensemble cependant trbs vaste e t t r k s varie que constitue le monde eouterrain. A u s s i en est- i l reasenti avec une mo- tion d'autant plus vive qui vient rdcompenser des mois, parfois dsa anndee, de patientes et longues recherches. Le p e t i t paasage bae qui d6voile une nouvelle galerie, un nouveau deeau, donne des aileei B lrbagination e t dduple les Bnergee. C'est un moment dgenthousiaeme o la aponta- nditd, la pulsion retrouvent toute leur vigueur. L'excita- t i o n se communique dtemb18e h l'ensemble de lt8quipe, comme un courant Bectrique. Le risque est l, prGcis8rnent & ce point. Le ddvalement *en catastrophe" d 'un nouveau rdseau peut avoir dea f ins tragiques, quand on prend conscience que le moindre incident physique peut paralyser tout le groupe pour ~luaiaurs jours, En fa i t noua voudrions donner une vue moina Bsotkdrique dee choees car ces moments d i f f i c i l e s ou grands moment5 ne sont qutexceptiomele et plue ou moine resaentia iselon la sensibi l i t des individua. II noua appamtt beaucoup plus fuste de d i r e qu'un bon quil ibre de vie e96tablit sous ter- re par la simplicit des rapports de groupe, l'adaptation organique et psychologique au milieu. C e t t e eouplesse de [email protected] & pouvoir vivre dans un &feu satur en humi- dit, avec des- cycles d*activitd de 12 h 14 heures par 24 heures en terrain accident8, nous semble ltune des conclu- sions l e s p l u intdreasantes h noter, sana compter que le mode dpalimentation a lui-mhe profoaddment t4 modifi. Si l e a caloriee aoat absorbc?ea en nombpe suffisant, l s a vitamines @n&euaement, peut-ttre trop gnreusement di^- tribudes, la nature et le volume des alimenta diffrent Ionoirement du rdgime habituel. Lqtat de fatique nteat donc pas du tout alarmant aprbs une t a l l e expkdition, De m h e sur le plan psychologique, la permanence de quelques

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • centree dtintdrbts simples, la faiblesse des informations reues, donc de^ etinui enregistrga par le cerveau pen- dant une semaine ont permis de substituer h la quantit des moments psychalogiques, la qualit8 de ceux-ci. Ce fait, rptons-le, est pr8domimnt sur l'apparition dee facteura anxiogbnes, Noua avons pris par la inke conscience de la grande dispersion dont now 6t;Loria victimea en surface. Ces demires constatatiom nous abnera ient presque h dB- mystifier le monde souterrain et & rendre ~aduques l e s l- gendes e t popdea des grands '@explorateurs de la nuit''. 11 alen est rien. Compte tenu de leur dquipement en matriel nautique, clairage, et temea personnelles, compte tenu du peu dtexp4riencss entreprisee d o r e dana ce domaine, on ne peut que toujours rendre hommage h leur e x t r h e courage.

    BLELETIN DE LIAISOPI INTERNE . - -p. -. - - . -

    rdse- aurmembres de I n M.J.C.

    Cette publication n'engage qua les membres du C l u b

    SPELEO CLUB DE LA M.J.C. DE BELLEGAWE CENTRE SOCIAL DE MLSINENS

    oi zoo BtWEGARoe

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • 1 i T

    The world's largest underground lake . .

    EFft Cryrtol eiear wm- p f v ~ ~ thic d b o "twnnd' far be

    m b the rurfoce which 6uld extend the system iy -1 hundrd

    tfe&

    Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB

  • Scanned by Thierry TOURNIER Copyright 1988 SCMJCB