prothèses discales cervicales

Download Prothèses discales cervicales

Post on 30-Dec-2016

215 views

Category:

Documents

2 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Prothses discales cervicales

    J.-M. Vital, P. Gurin, O. Gille, V. Pointillart

    On admet que lindication idale dune prothse discale cervicale (PDC) est la nvralgie cervicobrachiale(NCB) dficitaire ou rsistant au traitement conservateur, due une hernie discale molle touchant doncun disque encore mobile sur des clichs dynamiques. Plus rarement on retient comme indication une NCBdue une hernie dure ou ostophytose si toutefois le disque est mobile. La mylopathie par compressiondiscale est une indication plus discute. Il existe un trs grand nombre de PDC qui sont classifies selonleur constitution, leur type dancrage, le caractre contraint ou non, leur compatibilit limagerie parrsonance magntique. La technique de pose trs proche de celle dune arthrodse par cageintersomatique doit tre dune grande rigueur notamment en terme de centrage. La persistance de lamobilit dans le segment proths explique la rduction du taux datteintes radiologiques, cliniques ouconduisant une reprise chirurgicale des niveaux adjacents par rapport une fusion premire. Lesossifications htrotopiques autour de la PDC ont des causes multiples et conduisent un taux nonngligeable de fusion qui augmente avec le temps. 2011 Elsevier Masson SAS. Tous droits rservs.

    Mots cls : Prothse discale cervicale ; Hernie discale cervicale ; Nvralgie cervicobrachiale ;Pathologie du segment adjacent ; Ossifications htrotopiques

    Plan

    Introduction 1

    Historique 1

    Biomcanique 2Notions gnrales 2Classification des prothses 2Prsentation des principales prothses discales cervicales 3

    Indications et contre-indications 4Hernie discale molle 4Hernie discale dure ou ostophytique 4Mylopathie par cervicarthrose avec compression localise 4

    Technique 5Installation 5Incision 6Abord discal 6Dissection intersomatique 6Curetage 7Mise en place de la prothse 7Quelques situations particulires 7Suites opratoires 8

    Rsultats 8Rsultats cliniques 8Rsultats radiologiques 8

    Complications 9Complications de la voie dabord 9Cyphose sur le segment proths 9Reprise chirurgicale pour dplacement de prothse 9Raction inflammatoire et dpt de mtal 9Fracture du corps vertbral 9

    Syndromes adjacents ou atteintes des segments adjacents la prothse 9Ossifications htrotopiques 10

    Conclusion 11

    Introduction

    Les prothses discales cervicales (PDC) sont en ralit desprothses discales totales et mcaniques poses aprs uneablation complte du disque et ceci toujours par voie antrieure.Elles sont indiques dans le traitement des hernies discalescervicales molles ou plus rarement dures par ostophytoseentranant la compression de racines cervicales ou parfois de lamoelle pinire. Il en existe un grand nombre sur le march etil faut savoir les classifier notamment selon des critres biom-caniques. Leur technique de pose, trs proche de celle des cagesplaces en intersomatique pour obtenir une fusion, doit tre trsprcise notamment dans le centrage. Les rsultats sont quiva-lents sur le plan clinique ceux de larthrodse avec unavantage radiologique de maintien trs rgulier de la mobilit.

    Historique

    La faon la plus simple de raliser la chirurgie des herniesdiscales consiste en une discectomie pure, sans pose de matriel,le plus souvent par voie antrieure, notamment en cervicalmoyen et plus rarement par voie postrieure pour les niveauxbas comme C7-T1. Devant le caractre cyphosant de cettechirurgie par discectomie pure [1], la greffe osseuse transdiscale

    44-162

    1Techniques chirurgicales - Orthopdie-Traumatologie

  • dcrite depuis longtemps par Smith et Robinson [2] et Clo-ward [3] utilisant une instrumentation spcifique a longtempsgard sa place aprs le geste dexrse de la hernie. La greffeosseuse, le plus souvent prise sur la crte iliaque, et unestabilisation par plaque antrieure visse, est considre commele gold standard de la chirurgie de la hernie discale.

    la fin des annes 1990, les greffes osseuses ont t rempla-ces par les cages cervicales remplies dos de crte iliaque oudos prlev localement ou enfin, de substitut osseux. Ferns-trom [4] est le premier chirurgien avoir utilis une prothse auniveau cervical en 1962 : il pose 13 prothses cervicales chezhuit patients. Il sagissait de billes en acier inoxydable, de 6 10 mm, places au milieu du disque intervertbral. un an,lauteur dcrit un bon rsultat clinique et radiologique, mais trsvite a observ une impaction de la prothse dans les plateaux.Entre 1989 et 1991 est dveloppe la prothse du FrenchayHospital de Bristol appele prothse Prestige. Il sagissait doncdune prothse mtal sur mtal, de type ball and soket, avec unvissage dans les corps et une crte de stabilisation. Plusieurstypes de prothses Prestige ont par la suite t dvelopps(Prestige 1, 2, ST et LP). En 2001, Pointillart [5] propose uneprothse en titane visse dans le corps vertbral infrieur avecune interface en carbone quil applique chez huit patients ; ilobserve rapidement huit fusions.

    On peut dire que la vritable utilisation rgulire des PDCsest faite partir des travaux de Vincent Bryan [6], qui ds1993 a dvelopp la prothse portant son nom. La premirepose a eu lieu en 2000 et a t suivie de nombreuses tudesmulticentriques en Europe, principalement contrles parGoffin et Pointillart [7]. Depuis le dbut des annes 2000, ungrand nombre de prothses discales cervicales ont t proposesavec des modles biomcaniques et des caractristiques quenous dcrivons dans le chapitre suivant.

    Biomcanique

    Notions gnrales

    Les PDC totales sont constitues de surfaces dappui conuespour tolrer des charges sans entraner de rupture, pour rduirele frottement et gnrer le moins de dbris possible avec unemobilit la plus longtemps conserve.

    Tests dusure et de mobilit

    Des tests dusure et de mobilit avec variation des charges etdes mouvements sont proposs pour valuer ces implants.Daprs Bartels [8] ces tests ne seraient pas assez standardiss. Onestime que lapplication de 30 50 millions de cycles corres-pond une dure de vie de 30 50 ans, avec une frquence demouvements cervicaux de 500 par heure. Les cycles de tests de100 millions de cycles flexion/extension recouvriraient touteune vie.

    Matriaux utiliss

    Ils comprennent : des mtaux et alliages comme :C les alliages dacier inoxydable comprenant le carbone, le

    chrome, le fer et le nickel. Il sagit de matriel peu coteux,rsistant la corrosion grce loxyde de chrome lasurface du mtal, moins rsistant que le titane et prsen-tant une bonne biocompatibilit,

    C le titane et les alliages de titane (avec aluminium etvanadium) sont rsistants la corrosion grce loxyde detitane et entranent moins dartefacts en imagerie parrsonnance magntique (IRM),

    C les alliages de cobalt sont rsistants la corrosion grce loxyde de chrome et le nickel ;

    des cramiques dutilisation plus rcente avec lalumine ou lezirconium. La rsistance la corrosion est plus importante au

    mme titre que la rsistance lusure, mais ces cramiquessont plus fragiles du fait dune faible ductilit ;

    les polythylnes, notamment de haut poids molculairecomme lUHMWPE (ultra high molecular weight polyethylene).

    Classification des prothsesElle est faite selon les types dancrage, la surface et les couples

    de frottement, le caractre contraint ou non de la prothse, lasituation du centre de mouvement, et enfin la compatibilit enIRM.

    AncrageLancrage, ou contact entre limplant et les plateaux vert-

    braux, peut se faire par une quille, des vis, ou des macrotextu-res. Le revtement de surface facilite lauto-intgration. Il peutsagir dhydroxyapatite ou de phosphate tricalcique (il sagitalors de revtement actif), sinon il peut sagir de titane poreuxou de chrome cobalt. Les revtements sont dposs par projec-tion plasma ou procd lectrochimique. Daprs Lin [9], si laprothse est contrainte, il y aura plus de stress sur les plateauxvertbraux, ce qui impose un meilleur ancrage. La prothsede Bryan que nous dcrivons en dtail plus loin, trs mobile,voit dans ce sens ses plateaux trs peu exposs ce stress.

    Couples de frottements

    Les quatre types de couples de frottements sont le : couple mtal-polythylne ; couple mtal-mtal ; couple cramique-polythylne ; couple cramique-cramique.

    Le couple mtal-polythylne, le plus ancien utilis enarthroplastie est un peu considr comme couple de rfrence ;les dbris engendrs (de polythylne) sont de grande taille. Lecouple mtal-mtal et a fortiori cramique-cramique entrane laformation de dbris plus petits et moins abondants et diminuedonc ainsi le risque de raction inflammatoire.

    Caractre contraint ou non de la prothseIl faut savoir quun disque normal comme le segment mobile

    intervertbral dont il fait partie a 6 degrs de libert, 3 degrsen translation et 3 degrs en rotation.

    On peut donc proposer trois types de prothses : les prothses non contraintes qui ont 6 degrs de libert comme

    la prothse de Bryan ; les prothses semi-contraintes qui ont 5 degrs de libert

    comme la prothse Mobi C ; les prothses contraintes qui ont 3 degrs de libert comme les

    prothses Discocerv ou Prodisc-C.Les prothses non contraintes nont pas besoin dun centrage

    parfait, mais elles sollicitent plus les articulaires postrieures. Lesprothses contraintes imposent une stabilit excellente donc unancrage parfait. Les prothses semi-contraintes sont stables grce une translation qui, mme minime, se ralise dans un noyau.La translation augmente avec le diamtre du rayon de courburede ce noyau.

    Situation du centre du mouvement ou centremoyen de rotation (Fig. 1)

    Au disque cervical normal, le centre de mouvement dans laflexion extension est situ proximit du plateau infrieur dela vertbre sous-jacente. Il existe des prothses avec ce centrequi est situ comme en anatomie, au-dessous du disque pro-ths. loppos certaines prothses ont leur centre de rotationsitu au-dessus du disque, car elles prsentent un noy