métrologie et enseignement

of 338/338
Université Paris 8 U.F.R. Paris 8 Département de Sciences de l’éducation THESE Pour obtenir le grade de Docteur en Sciences de l’éducation Titre: Métrologie et enseignement Par Marie-Ange COTTERET __________________ Thèse enregistrée au Fichier Central des Thèses sour le N° 0312495T depuis mars 2003 __________________ Directeur de thèse: Bernard CHARLOT __________________ JURY Guy BERGER Bernard CHARLOT Jean-François DEGREMONT Marc HIMBERT Christiane PEYRON-BONJAN

Post on 05-Jan-2017

228 views

Category:

Documents

7 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Universit Paris 8

    U.F.R. Paris 8Dpartement de Sciences de lducation

    THESE

    Pour obtenir le grade de

    Docteur en Sciences de lducation

    Titre!:

    Mtrologie et enseignement

    Par

    Marie-Ange COTTERET__________________

    Thse enregistre au Fichier Central des Thses sour le N 0312495T depuis mars 2003__________________

    Directeur de thse!:Bernard CHARLOT

    __________________JURY

    Guy BERGERBernard CHARLOTJean-Franois DEGREMONTMarc HIMBERTChristiane PEYRON-BONJAN

  • 2

    Un changement de systme de mesure nest passans consquence sur les systmes de pense. moins que ce ne soit lvolution des ides quiconduise bouleverser les units de mesure.!

    Lord Kelvin!

    Vedelago S. Isotopes, Mesure et dmesure, n 13,dcembre 1995, p.38.

    Cest incontestablement parce que nous sommespartis de la base et que nous avons chapp tousles obstacles dune rude et laborieuse pratiquescolaire que nous pouvons aller aujourdhui vers unepdagogie de masse en offrant une faon nouvelle delaborder.

    Clestin Freinet, Ecrit par Elise Freinet

    Naissance dune pdagogie populaire.Petite collection Maspro. P. 8

  • 3

  • 4

    REMERCIEMENTS

    A tous, MERCI

  • 5

  • 6

    TABLE DES MATIRESRemerciements.................................................................................................................................................. 4

    Table des matires ............................................................................................................................................ 6

    Rsum ............................................................................................................................................................ 10

    Introduction .................................................................................................................................................... 14La question mtrologie et enseignement.................................................................................................... 14Plan de la thse............................................................................................................................................. 15Position et angle de vue du chercheur ........................................................................................................... 16

    De lenfant la recherche dune pense universelle ................................................................................. 18Larithmticien de Petit ........................................................................................................................... 21La pense pdagogique de Petit ............................................................................................................... 24

    De laction la recherche ............................................................................................................................... 26Trois cas exemplaires ................................................................................................................................... 27

    Lexprience du confinement! : Le cas JR............................................................................................ 27Inversion de la relation pdagogique!: Le cas P........................................................................................ 32La re-construction des !communs!! : Les rfugis ................................................................................. 36

    Lexprience de terrain (1984-1996)............................................................................................................. 42Un rseau!humain : des rgles consenties et respectes ............................................................................ 42Supervision et rgulation au sein dun rseau daccompagnement de personnes en difficult .................. 43Reconnaissance et rciprocit de lchange.............................................................................................. 47Ltat naissant et la pdagogie mutuelle................................................................................................... 56Enseigner devenir autodidacte des personnes dsorientes.................................................................. 58

    Conclusion ................................................................................................................................................... 63

    La mtrologie personnelle............................................................................................................................... 68Les mesures pifomtriques lies lexprience personnelle en mtrologie............................................ 71

    La mesure en escrime ................................................................................................................................... 71La mtrologie personnelle vue par un professeur de yoga indien .................................................................. 75

    La profondeur historique ............................................................................................................................... 78Prsentation.................................................................................................................................................. 78Introduction la profondeur historique......................................................................................................... 80La mtrologie transactionnelle...................................................................................................................... 82Le pacte mtrologique .................................................................................................................................. 86

    Mythes, croyances et philosophies de la mesure....................................................................................... 90Prhistoire .................................................................................................................................................... 93

    Les chasseurs-cueilleurs........................................................................................................................... 93Les premires socits agricoles .............................................................................................................. 95

    La Msopotamie, berceau de la mtrologie marchande ................................................................................. 96La grande transformation......................................................................................................................... 96Transactions, comptabilit, criture et mtrologie ................................................................................... 97Naissance du commerce et de la mtrologie ............................................................................................. 99!Largent! msopotamien.................................................................................................................... 103Mtrologie et confiance ......................................................................................................................... 103

    Lconomie administre dEgypte .............................................................................................................. 106Une mtrologie spcifique ..................................................................................................................... 108

    Sur la Route de la Soie : la mtrologie internationale et le commerce au long cours.................................... 109Les poids et le commerce....................................................................................................................... 111

    Les mesures en Chine................................................................................................................................. 112Les gabarits phniciens............................................................................................................................... 112La Grce .................................................................................................................................................... 114De lEmpire romain la priode carolingienne........................................................................................... 116

    Coexistence de mesures diffrentes........................................................................................................ 117Loeuvre de Charlemagne .......................................................................................................................... 118

    Rfrence bndictine............................................................................................................................ 119

  • 7

    Aprs Charles ........................................................................................................................................ 121Les Assembles de Mars avant les Etats gnraux ...................................................................................... 123La lgitimit des Etats gnraux ................................................................................................................. 126

    Les tensions et la pression fiscale........................................................................................................... 127La rupture.............................................................................................................................................. 129

    De lAncien Rgime la Rpublique.......................................................................................................... 130Lcole primaire la veille de la Rvolution .......................................................................................... 131

    Les cahiers de dolances de 1789 ............................................................................................................... 131Les communes et communaux ............................................................................................................... 134Lorganisation ancestrale des communs ................................................................................................. 136Anticipations de la dclaration des droits de lhomme............................................................................ 137Lcole pour tous................................................................................................................................... 138Un seul roi, une seule langue, une seule mesure : .................................................................................. 138Le 4 Aot .............................................................................................................................................. 142

    La mtrologie avant le mtre ...................................................................................................................... 145Diversit des mesures ............................................................................................................................ 150La mtrologie, hritire de lantiquit .................................................................................................... 151La livre et la livre mdicinale................................................................................................................. 154Mesures combles et mesures rases ......................................................................................................... 157Les fraudes des meuniers et des boulangers ........................................................................................... 158Les mesures agraires.............................................................................................................................. 159Diversit ou !chaos! mtrologique!? ................................................................................................... 160Mesure et monnaie................................................................................................................................. 162Les unifications mtrologiques .............................................................................................................. 165

    La mtrologie scientifique .......................................................................................................................... 167Galile, ltoile et la mesure du temps : naissance de la science exprimentale....................................... 168Mesures terrestres.................................................................................................................................. 169La dcimalit des mesures ..................................................................................................................... 171Le pendule la seconde, une vieille ide................................................................................................ 171

    La construction du systme mtrique dcimal............................................................................................. 173Empcher les fraudes............................................................................................................................. 173Retrouver une unit perdue .................................................................................................................... 175Prieur oublie Villeneuve ........................................................................................................................ 176Talleyrand entre en scne....................................................................................................................... 177Triomphe des savants ............................................................................................................................ 179Le dcret du 8 mai 1790 sur luniformisation des poids et mesures ........................................................ 181Le choix de lchelle dcimale et de la longueur du mridien terrestre ................................................... 182Le mtre provisoire................................................................................................................................ 183Linventaire des mesures locales............................................................................................................ 183La Terreur ............................................................................................................................................. 184La construction du systme mtrique continue ....................................................................................... 185La loi du 18 Germinal............................................................................................................................ 186

    LUtopie mtrologique : le scientisme universel ......................................................................................... 187Depuis la Rvolution!: le pouvoir de la Science .......................................................................................... 190

    Les ngociations du milieu du XIXe....................................................................................................... 191Par dessus la guerre ............................................................................................................................... 192La Convention du mtre......................................................................................................................... 193

    La mtrologie contemporaine ..................................................................................................................... 195Conclusion : La mesure comme produit du jeu social ................................................................................. 196

    Perceptions contemporaines de la mtrologie.............................................................................................. 205Le pouvoir de la science ............................................................................................................................. 205La mtrologie vue par le public .................................................................................................................. 207

    Enqute au Forum du CNAM en juin 2001 ............................................................................................ 207Rsultat de lenqute au Salon de lEducation 2001 ............................................................................... 210Conclusion de lenqute......................................................................................................................... 213

    Quelle est la place de la mtrologie dans lenseignement de base et la formation!? ..................................... 213Recueil et analyse des entretiens................................................................................................................. 214Les enseignants ......................................................................................................................................... 214

    Dmarche suivie .................................................................................................................................... 214Mthode et partenariat ........................................................................................................................... 215

  • 8

    Entretiens et transcription ...................................................................................................................... 216Analyse de contenus .............................................................................................................................. 217Les questions poses aux enseignants .................................................................................................... 217Analyse du corpus dentretiens .............................................................................................................. 217Les premiers constats............................................................................................................................. 218Les mots ont-ils le mme sens pour tout le monde!?............................................................................... 219Le systme mtrique dcimal reste le systme de mesure de rfrence ................................................... 221Mtrologie historique............................................................................................................................. 222Le systme international dunits (SI) est peu voqu ............................................................................ 223La notion dincertitude........................................................................................................................... 224Les difficults des lves. ...................................................................................................................... 224Les enseignants expliquent pourquoi les lves ont des difficults. ........................................................ 226Le problme de lhectare ....................................................................................................................... 227Le dsarroi des enseigants : des constats et des solutions possibles ........................................................ 228Quel est le rapport entre la connaissance!et la mesure chez les enseignants interviews ?....................... 229

    Conclusions relatives aux entretiens avec les enseignants ........................................................................... 230Les industriels ............................................................................................................................................ 232

    Dmarche suivie .................................................................................................................................... 232Mthode et partenariat ........................................................................................................................... 233Entretiens et transcription ...................................................................................................................... 233Les premiers constats............................................................................................................................. 233Prsentation gnrale de lchantillon ................................................................................................... 235Secteur dactivit des entreprises des professionnels interwievs ........................................................... 235Les mesures dans lentreprise ................................................................................................................ 236Lincertitude de mesure dans les entreprises .......................................................................................... 238Lassurance qualit dans les entreprises ................................................................................................. 239Lvolution de la mtrologie dans les entreprises .................................................................................. 240Les oprateurs de mesure dans lentreprise ............................................................................................ 242Comptences et besoins de formation en mtrologie .............................................................................. 244

    Conclusion relative aux entretiens avec les industriels ................................................................................ 245Les mtrologues ......................................................................................................................................... 247

    Dmarche suivie .................................................................................................................................... 247Mthode et partenariat ........................................................................................................................... 247Entretiens et transcription ...................................................................................................................... 247Premiers constats ................................................................................................................................... 248Quest-ce quun mtrologue et quelles sont ses principales qualits ? Synthse -................................. 248Les caractristiques de la mtrologie...................................................................................................... 249Lvolution de la mtrologie.................................................................................................................. 249Le rapport entre confiance et mtrologie ................................................................................................ 256

    Conclusion des entretiens avec les mtrologues.......................................................................................... 259Conclusion gnrale des entretiens ............................................................................................................. 260

    Lcole et la mesure ...................................................................................................................................... 263Lien entre cole et mtrologie................................................................................................................ 263Lorganisation de lespace scolaire!au XIXe sicle ................................................................................. 272Mtrologie et enseignement ................................................................................................................... 274Evolution contemporaine et prospective!:............................................................................................... 274

    Intervention dans lenseignement de la mtrologie ..................................................................................... 281Etat actuel de la diffusion de la culture mtrologique ............................................................................. 286

    De la recherche laction ........................................................................................................................... 288Le systme mtrique dcimal sur lInternet............................................................................................ 288LInstitut national de mtrologie du Conservatoire des Arts et Mtiers .................................................. 290Un rseau humain pour la diffusion de la mtrologie ............................................................................. 291L'association Mtrodiff .......................................................................................................................... 293Des instruments de mesure peu ordinaires.............................................................................................. 294La !Pyramide de la Mesure .................................................................................................................... 295Le site Internet de Mtrodiff .................................................................................................................. 305Conclusion relative au site metrodiff.org................................................................................................ 308

    Vers llaboration dun contenu pdagogique de la mtrologie du quotidien............................................... 310Contribution des lves de Varen la dfinition dun manuel scolaire de mtrologie ............................. 311Un livre et une cassette vido, c'est une bonne ide................................................................................ 312

  • 9

    Conclusion gnrale ...................................................................................................................................... 315

    BIBLIOGRAPHIE........................................................................................................................................ 321Thses et mmoires ............................................................................................................................... 326Sources historiques dorigine................................................................................................................. 327

    Documents dorigine utiliss dans le chapitre profondeur historique ....................................................... 328Lois constitutives du systme mtrique dcimal..................................................................................... 329Articles et autres documents .................................................................................................................. 330

    Brve prsentation de la mtrologie............................................................................................................. 333

  • 10

    RSUM!Mtrologie et enseignement!

    lorigine de cette thse se trouve une question!: Est-ce que la mtrologie mne une

    !pense universelle!, valable pour tous, quelle que soit leur condition!? cette question

    sajoute lhritage dun petit livre qui voulait relier deux mondes, celui des gens simples et

    celui des plus minents savants, par le partage dune culture mtrologique.

    Dabord trois !cas! illustrent trois concepts, socles de la rflexion.

    Le confinement est un syndrome fait de dlimitations imaginaires. La mesure y estrestreinte un domaine ou une instrumentation particulire.

    Linversion pdagogique est une reconnaissance o chacun apprend de lautre.Lenseignant et lapprenant crent des mesures communes.

    La !reconstruction des communs! illustre lappropriation collective despacescommuns par des personnes de cultures diffrentes.

    Pour cerner le rle de la mesure avec lenseignement, trois mthodes ont t utilises.

    La premire mthode est une enqute par entretiens auprs dacteurs contemporains, danslenseignement, dans lindustrie et chez les mtrologues. Elle montre linculture mtrologique

    du public!: sur 91 personnes interroges la sortie du salon de lducation en novembre 2001,

    la question !pouvez-vous me dire ce quest la mtrologie!?!, 80 ne savent pas rpondre.

    Certains la confondent avec la mto ou la !science des transports urbains!.

    Nanmoins, lorsquon parle mtrologie avec les industriels, lintrt se manifeste toujours.

    Certains sont astreints de grandes prcisions, grent des services spcialiss et connaissent

    les raccordements aux chanes dtalonnages. Dautres grent seulement la qualit des

    produits. Tous comprennent les enjeux et reconnaissent lintrt dune rflexion sur le sujet.

    Les enseignants ont une position plus complexe!: la mtrologie nest pas au programme, maiselle intresse. Pour certains, cest une manire de rendre vivants les enseignements abstraits.

    Mais la notion dincertitude est difficile transmettre.

    Si lenseignement dcrit les rsultats de mesure obtenus par les scientifiques, il omet

    dapprendre mesurer par soi-mme. Ce faisant, il laisse de ct le doute et son instrument

    concret, la mesure, avec ses incertitudes. Ds lors, la Science est transmise comme un dogme

    et non comme une dmarche que chacun pourrait transposer dans sa vie quotidienne.

  • 11

    La seconde mthode est une recherche historique!: Si lenseignement de la mtrologie a tdlaiss, cest que sa raison dtre a t perdue de vue. Il faut donc essayer de la retrouver en

    cherchant do elle vient.

    premire vue, lhorizon de lhistoire de la mesure est occup par la Rvolution franaise. La

    demande des cahiers de dolances quil ny ait plus deux poids, deux mesures!, la nuit du 4

    aot dans laquelle les nobles perdent le privilge de fixer la valeur des mesures, le choix du

    mtre en rfrence au mridien terrestre !pour tous les hommes et pour tous les sicles!, tout

    cela a une telle force, on y trouve tant de gnrosit que lesprit sy arrte et en fait sa

    rfrence.

    Toutefois, en observant de plus prs cette priode, apparat un rsultat imprvu!: Le pouvoir

    mtrologique est confi la communaut scientifique alors que la demande initiale tait

    motive par les fraudes des marchands et les injustices fiscales.

    En remontant aux origines, en Msopotamie, apparat la permanence du lien qui unit le

    march lcole et la mesure. Priodiquement, le pouvoir, face lanarchie mtrologique, tente

    dunifier le systme de mesure. Cest ce que fait Charlemagne. Aprs lui, pendant mille ans,de 789 1789, la dgradation reprend. nouveau, des milliers de mesures diffrentes de

    poids, de longueur, de volume, ont cours. Et ltat de grce de lt 1789 permet la grande

    unification mtrique.

    Depuis, la dfinition des mesures chappe au jeu des intrts commerciaux. Les talons sont

    devenus des instruments sophistiqus. Lhyper-prcision engendre les techniques du futur!:

    optolectronique, biotechnologie, nano-technologies. Elle mobilise des appareillages coteux.

    Seuls y ont accs les grands organismes de recherche et les multinationales. La mtrologie,

    initialement voue au partage, se soumet la logique de la puissance.

    A loppos de cette confiscation, dautres mesures surveillent ltat de lagriculture, des

    pollutions, de la dforestation, des ocans, de latmosphre. Elles sont au service de lintrt

    gnral, lequel ne peut dailleurs se passer, en miroir, dune ducation la mtrologie.

    Ainsi, labandon de la mtrologie par lenseignement est un volet dun double mouvement!:

    celui qui prive le public de moyens dintervention sur le cours des techniques, tout en le

    conviant admirer leurs performances.

  • 12

    La troisime mthode est un !travail de mmoire! portant sur vingt annes dexprienceprofessionnelle.

    De ces annes dobservation, il apparat que notre poque vit une grande dsorientation. La

    soi-disant !socit de linformation! est aussi une socit de dsinformation o ni lhumain

    ni le vivant ne trouvent leur compte. Le dfi quelle pose est dabord un dfi la conscience.

    Ds lors, le centre dintrt nest plus lobjet mesur, mais le sujet. Or, les sujets se

    reconnaissent, se construisent et se mesurent leurs projets. Il ne sagit plus dune mesure

    impose mais dune mesure rflexive qui sert se dfinir, en pratique et en perception.

    Mais elle ne doit pas tre sans lien avec le reste du monde. La mtrologie suppose, en plus de

    la mesure, un raccordement qui re-lie lacte de mesurer un espace plus large. Non pas unespace cosmique comme celui des sciences, mais un espace de proximit autorisant le sujet

    sortir de son confinement.

    En conclusion, trois !modes dexistence! de la mtrologie sont apparus.

    La mtrologie scientifique a, comme la Science, vocation universelle. Elle tablit les units,les talons, les mthodes de mesure et les calculs dincertitude. Elle vit en symbiose avec lacommunaut scientifique dune part, lindustrie de lautre.

    La mtrologie transactionnelle est ne en Msopotamie, il y a 5000 ans, en mme temps quelcole, lcriture, la comptabilit, les tribunaux. Certains des principes mis en uvre cette

    lointaine poque sont encore prsents.

    La !mtrologie personnelle! est introduite dans cette thse comme un concept nouveau,dsignant la fonction originelle de la mesure, une fonction vitale qui apprend se reconnatre

    et reconnatre son environnement pour survivre, vivre et voluer.

    La mtrologie personnelle rejoint la dmarche des sciences cognitives, en cela quil ne sagit

    plus de la recherche dune objectivit absolue et immuable, mais dun mouvement

    dobjectivation relatif au sujet. Ce mouvement sappuie ncessairement sur une forme de

    mtrologie, base sur la reconnaissance. Il conduit, plus encore que la Science, la !pense

    universelle!.

  • 13

  • 14

    INTRODUCTIONLa question mtrologie et enseignementLe travail qui suit rpond un tonnement!: alors que la technique et la science du dbut du

    XXIe sicle mobilisent des performances mtrologiques jamais atteintes, pour la fabricationdes microprocesseurs ou le positionnement par satellite par exemple, lenseignement de la

    mtrologie semble avoir dclin depuis un sicle.

    Chacun se souvient de lcole de Jules Ferry, avec sa balance de Roberval, sa bote de poids

    en laiton, son mtre en bois gradu et ses planches dcrivant avec complaisance le systme

    mtrique dcimal, alors considr comme un triomphe de lesprit humain sur les

    particularismes corporatistes et provinciaux.

    Tout ce matriel a disparu des coles, et lon peut aujourdhui arriver jusqu un diplme

    denseignement suprieur sans avoir pratiqu la mesure et ses calculs dincertitude, donc

    vulnrable aux dsinformations et aux erreurs de toutes natures.

    Mon projet nest pas deffectuer un recensement critique des programmes denseignement, en

    pointant les lieux o lon pourrait y r-introduire de la mtrologie. Il est de tenter de

    comprendre pourquoi la mtrologie est absente de lenseignement et quel est le sens de cette

    absence. Mais aussi et dans un mme temps de crer les conditions dexprimentations

    pdagogiques visant mettre en mouvement et en lumire des liens interactifs entre deuxcommunauts, celle de la mtrologie et celle de lenseignement.

    cet effet, il est ncessaire de remettre en question le sens des mots, commencer par celui

    de mtrologie. !La mtrologie est la science de la mesure associe lvaluation de son

    incertitude. Telle est la dfinition quen donnent les mtrologues.

    Jobserve que cette dfinition nest pas exempte dambigut!: quest-ce en effet que la

    science de la mesure!!? Est-ce, comme le comprennent les spcialistes, la science qui sert

    perfectionner les mesures, et dans ce cas, il vaudrait mieux dire la science pour la mesure!ou bien est-ce ltude des pratiques de mesure telles quelles sont dans la socit, et de leurs

    variations selon les contextes sociaux, ce que signifie en bon franais science de la

    mesure!, faisant entrer la mtro-logie dans les sciences humaines et sociales!?

    Jaurais donc pu prtendre, de manire provocante, en conservant cette dernire dfinition,

    que le travail qui suit est la premire thse de mtrologie, et lintituler mtrologie! ou

  • 15

    !mtro-logie!. En fait, je considre la mtrologie en tant quactivit universelle reposant surla construction de relations de confiance. Pour cela, jai dfini, la mtrologie scientifique,actuellement dominante. Elle prend sa source dans la mtrologie marchande ne enMsopotamie. En amont de cette mtrologie se trouve ce que jappelle la mtrologiepersonnelle. Enfin, je mets la mesure du ct du sujet, que ce soit un sujet individuel ou un!nous! collectif et conscient de lui-mme.

    Plan de la thseEn allant du plus personnel vers le plus gnral, je dcrirai dabord un ensemble

    dexpriences de lenfance qui mont amene, partant dune interrogation sur lexistence

    dune pense universelle, focaliser mon attention sur la mtrologie. Jaborderai ensuite la

    mesure, en introduisant la notion de mtrologie personnelle, travers des expriences

    professionnelles et militantes de soutien aux personnes en difficult.

    Pour tayer ma vision du rle de la mtrologie dans les changements sociaux je suis partie

    travers lhistoire en qute des origines sociales et techniques de la mtrologie. Il nest pas

    dans le cadre de ce travail de refaire une histoire complte de la mesure, mais lexamen des

    travaux disponibles et des documents darchives permet de dtecter la nature de certaines

    interactions mtrologie-socit et de reconsidrer quelques allant-de-soi concernant la mesure.

    Je prsenterai ensuite la perception contemporaine de la mtrologie, dans lenseignement

    dune part, dans les entreprises de lautre, et aussi lexprience professionnelle que mont

    transmise quelques-uns uns de nos plus grands praticiens mtrologues. Jai utilis pour cela

    des entretiens que jai retranscrit et dont jai analys le contenu, en relation avec la situation

    objective des personnes interviewes.

    Enfin, en rponse la question pose en introduction!: comment se fait-il que lenseignement

    de la mtrologie ait dclin au moment o son importance conomique saccrot!?

    Sachant quune rponse claire ne peut lui tre donne quaprs avoir mis en uvre des

    moyens pour partager ce questionnement avec le plus grand nombre, je prsente une dernire

    partie intitule !De la thse laction!. Je tente de montrer, travers lexprience de

    lAssociation Mtrodiff, la construction dun !espace mtrologique commun!. Je prsente

    plusieurs actions dont le but tait dobjectiver, en les ractivant, des liens dorigine entre la

    communaut civique, mtrologique et enseignante.

  • 16

    Position et angle de vue du chercheur

    La recherche de la prsente thse ne suit pas les mthodes habituelles de lUniversit. Il nesagit pas en effet du travail dune tudiante poursuivant son cursus, mais du compte rendu

    des constats et des synthses dune professionnelle qui a men sa vie dans un esprit de

    recherche. La loi permet dsormais quun doctorat universitaire vienne reconnatre ce type de

    dmarche.

    Ma recherche a pris sa source dans lenfance mais cest partir de mon exprience vcue dans

    le monde de linsertion que jimagine possible et plausible un monde plus pacifique.

    Linterprtation que je fais de ces annes dactivit est singulire mais les faits observs ne

    peuvent pas tre mis en doute par mon esprit ni par mon souvenir. Lorsque jtudie les

    processus dexclusion lchelle locale (1987-1993), ce sont des gens en chair et en os avec

    qui jai travaill. Lorsque jai milit leurs cts (1993-1996) ctait auprs de femmes et

    dhommes qui se reconnaissaient comme des personnes !adultes et responsables!. Le travail

    prsent ici a t construit avec leur souvenir. Je ne peux pas oublier ce que jai vu ni de

    transmettre des situations et des phnomnes de reconnaissance auxquels jai particip.

    Par raction, apprentie chercheur 42 ans, je nai jamais pu, malgr beaucoup defforts,

    accepter lide de me positionner dans une rupture avec le sens commun. Autrement dit, je nepeux pas prendre une posture intellectuelle autre que celle de ma nature profonde et

    jabandonne jusqu lide de regarder les autres !de loin!.

    Cette dmarche me rapproche de lanthropologie en accord avec ce quen dit Franois

    Laplantine dans son livre !Lanthropologie!.

    Il apparat cependant que si la spcificit de la contribution des anthropologues parrapport aux autres sciences humaines ne saurait tre confondue avec la nature despremires socits tudies (les socits-extra europennes), elle est mon avisinsparablement lie au mode de connaissance qui a t labor partir de ltude deces socits : lobservation directe par imprgnation lente et continue, de groupeshumains minuscules avec lesquels nous entretenons un rapport personnel.1

    La dmarche anthropologique entrane ainsi une vritable rvolution pistmologique,qui commence par une rvolution du regard. Elle implique un dcentrement radical, unclatement de lide quil existe un centre du monde , et, corrlativement, unlargissement du savoir et une mutation de soi-mme. 2

    1 F. Laplantine. Lanthropogie. Ed. Payot, Paris, 1994, p. 17

    2 F. Laplantine, Opus cit. , pp.18-19

  • 17

    La vision de la profondeur historique de la mtrologie est singulire, mais jai fait en sorte

    que mes analyses reposent sur la consultation directe de documents dont je nai pas douter

    de lauthenticit.

    Jai utilis pour construire cette partie un nombre important de documents historiques et de

    textes originaux conservs dans les Bibliothques des Archives nationales3 et dArchives

    dpartementales. Jai consult les ouvrages dpoque dans des bibliothques spcialises

    comme celles des Archives de lAcadmie des Sciences Paris et du Conservatoire des arts et

    mtiers.

    Jai demand des professionnels de tmoigner de leur exprience et de leur culture

    mtrologique. Ces tmoignages mont beaucoup appris sur lart et la science de la mesure, sur

    la pratique de la mesure industrielle et sur la place de la mtrologie dans les enseignements

    scolaires et professionnels. Pour donner la parole aux professionnels, jai choisi de ne pas

    alourdir la parole des experts par ma propre analyse mais plutt chercher la mettre en valeur.

    Leurs diffrents discours sont largement repris dans le corps du texte et disent bien mieux que

    je ne peux le faire un exemple de la richesse de la culture mtrologique actuelle la diversit deses formes.

    Dans ce travail, je parlerai la premire personne. Cependant, le !je! prend diffrentes

    formes!: celui de lenfant et de son questionnement, celui de la praticienne de terrain qui

    tmoigne, celui dune militante de la lutte contre les effets de la pauvret ou encore celui du

    chercheur.

    Laffectivit est prsente. Elle est ncessaire la comprhension. Jai cependant veill ce

    quelle ne soit pas dbordante. Il ne sagit pas en effet de petits attachements personnels mais

    seulement une ouverture vers lhumain et luniversel. Jutilise une sorte de dmarche

    dobjectivation de la subjectivit. Une subjectivit oriente par la recherche qui a structur ma

    vie. Cette subjectivit de la prsentation me semble galement ncessaire pour indexer mon

    nonc.

    Enfin comme cela se pratique dans la littrature mdicale ou psychanalytique, jai utilis la

    description de !cas! vcus. Une lgre diffrence dans la typographie signale ces cas, ainsi

    que les passages les plus marquants.

    3 La liste des documents darchives et dorigine fait suite la bibliographie.

  • 18

    De lenfant la recherche dune pense universelle

    Enfant, je me posais une question. Je voulais savoir si une pense universelle! existait. Et si

    elle existait, quelle forme elle pouvait avoir. Je passais solitaire de longues heures cette

    mditation. Javais lintime conviction que le monde est anim par de profondes intelligences

    du cur et une vaste gnrosit de lesprit. Je voulais savoir si cette pense ou son ombre

    existait consciemment ou inconsciemment chez les autres. Je ntais quune enfant, mais jerencontrais des adultes qui acceptaient volontiers de discuter avec moi de la pense

    universelle comme si jtais un interlocuteur valable, faisant partie de leur monde. Avaient-ils

    conscience comme moi que les temps changent et que la parole des enfants mrite plus de

    respect quautrefois!? Avaient-ils conscience que nos reprsentations voluent ainsi que nos

    quilibres sociaux et culturels et nos systmes dorganisation ? Avaient-ils conscience de la

    ncessit daccompagner le mouvement vers lesprit de ce sicle, la connaissance!?

    Je ne peux concevoir luniversalit de la pense quen reconnaissant son partage entre tous les

    membres de la socit, quils soient jeunes ou vieux, riches ou pauvres. La notion mme de

    pense universelle suppose la mise en commun de certaines valeurs sociales. Plus tard, jai t

    confronte quotidiennement la trs grande misre humaine. Ctait mon mtier. Je ne lai

    pas choisi par hasard!: luniversalit, si elle existe, doit aussi concerner les plus pauvres. Ma

    question prit alors un tournant raisonn. Jai cherch rsolument des moyens de participer

    laccord du monde. Cest parmi les plus dmunis que jai compris que lide de lentente entre

    les peuples est aussi raliste quun monde de violences et de dsordre tel que nous le vivonsactuellement.

    !Lethnomthodologie4 pose quil nexiste pas de pense universelle mais seulement des

    penses rattaches leurs contextes doccurrence et dexpression. La revendication

    duniversalisme, dans le cas de la mtrologie, nest pas que cette activit simposerait

    naturellement, comme la gravitation universelle, tous les humains, mais que cette activit,

    !reposant sur un partage, a vocation tre utilise par tous les hommes, au-del de leurs

    appartenances et particularismes culturels. Le choix, par une collectivit, de partager une

    mtrique commune, nest pas un abandon didentit mais louverture dune porte vers lautre.

    Cest ce processus douverture qui peut tre qualifi duniversel.!

    4 Observation de jean Franois Degremont, cohrente avec le point de vue auquel mamne mon exprience.

  • 19

    Savoir si cette !pense universelle! toujours t prsente mon esprit ou si elle sest

    construite partir des ralits familiales est difficile dire. Cependant je porte en moi un

    lointain souvenir qui marqua considrablement ma vie.

    Un jour un agneau arriva chez nous. Je nai plus souvenir des circonstances de

    cette arrive mais je ne souviens que toute la famille5 aima cette boule dedouceur, ronde, chaude, blanche et boucle. Jtais ge de cinq ou six ans. Monpre fabriqua une cabane pour lagneau. Je savais que lquilibre de lensembletait trop instable mais comment le lui dire ? Quelques jours plus tard, un soir de

    vent, une des grosses pierres quil avait utilise pour maintenir en place le toit detle de labri prcaire tomba sur la tte de lagneau et le tua.

    Je me rendis compte que mon pre navait pas mis en uvre un ensemble derflexions, de comptences et de prcautions qui auraient permis que sa

    construction, mme sommaire, fut solide. Je pris conscience que ce ntait pasune question dintelligence mais daccs la connaissance, par l mme dereconnaissance mutuelle au sein dune socit de connaissance.

    Depuis la mort de lagneau dont labri ne rsista pas au vent, dans ces rves veills comme

    en font tous les enfants, je vrifiais systmatiquement la validit de mes montages

    imaginaires. Je vrifiais la logique de mes assemblages en me demandant, est-ce solide, est ce

    que a tient, est-ce que les lments constitutifs de mon projet imaginaire sont compatibles

    !entre eux ? Lorsque je fis connaissance de la mtrologie, je retrouvai lessence mme de

    cette attitude de vrification.

    loccasion de la prparation de ma thse, je me suis demand pourquoi le souvenir de cet

    agneau avait gard une telle importance, au point que je le ressens encore comme un signe du

    destin sur lequel repose en partie ma vision du monde.

    Sur la place du village, lEglise et lEcole se faisaient face, concurrentes mais dun certain

    point de vue, semblables. On y parlait de choses que je ne voyais pas. Autant du ct

    rpublicain que du ct religieux, les deux principales communauts denseignement que je

    5 Nous tions six enfants et mes parents.

  • 20

    frquentais me parlaient de reconnaissance mutuelle, dgalit et de fraternit universelle et

    vivante. Mais, vue dune famille populaire, la socit ntait ni galitaire, ni fraternelle.

    Aussi bien dun ct que de lautre, il mtait donn pour vrai un monde dides o rien (!ou

    presque!) de ce qui tait dit ne se pratiquait au quotidien. Je voyais bien que le rapport entre le

    discours et la pratique tait bancal et destin, un jour, scrouler. Mais comment et qui le

    dire!? Comment vrifier si le monde que lon me prsentait pour vrai tait praticable!en tant

    que ralit vcue!? Dans mon quotidien, je ne voyais rien au dehors qui ressemblait une

    pense universelle, une pense partage, de reconnaissance de lautre, de respect et dgalit.

    Face ce phnomne, je me suis pos la question!: est-ce que je peux voir!ce que lon me dit

    exister et que je ne vois pas en dehors de la chaleur familiale, o dans notre minuscule

    groupe6, nous tions reconnus libres et gaux ?

    Jtais dans un univers marqu par une contradiction prsente la fois dans lglise et dans

    lcole laque. Elle consistait avoir un discours sur le partage (!qui est inscrit dans les

    vangiles aussi bien que dans lcole de la Rpublique!) et, en contradiction avec ce discours

    du partage, une attitude dautorit et une pratique de slection. Le prtre comme le professeurmontaient en chaire et dversaient la Parole. Ils reprsentaient la Puissance et la Vrit, non le

    partage et le doute.

    Dans limagerie chrtienne, lagneau symbolise linnocence primitive, lamour

    et la douceur sacrifis. Lagneau de Dieu, cest le personnage central, le Christ.Cet vnement reproduisait, sous mes yeux denfant, transpos, le mythefondateur de notre religion. Mais, la diffrence de ce qui est dit dans le mythe,o le sacrifice fait office de rachat, une autre interprtation simposait moi. Ce

    qui pouvait tre salvateur ntait pas dordre sacrificiel, ctait un mouvementintrieur, celui qui consiste sassurer que tout a t fait pour que lagneau soiten scurit.

    6 Rf. F. Laplantine

  • 21

    Larithmticien de Petit

    Lide que la mtrologie a t (!et est!) un vhicule de connaissance, unrgulateur social et de pacification au sein de lespace commun ne mest pasapparue spontanment.

    En 1984, par un jour dautomne ensoleill, en dbut daprs-midi, jtais venueaider des amies ranger le grenier dun vieux moulin quelles venaientdamnager. Lendroit tait vaste. Dans un coin, javais repr des livres et descaisses que je pensais, avec raison dailleurs, remplies de vieux papiers. Bientt

    sans que je men rende compte, ni que je sache comment, je tenais un petitouvrage qui me donna une trange sensation. Je nai jamais pu me souvenircomment ce petit livre7 tait arriv entre mes mains, mais il me sembla alors,malgr la modestie de lobjet, que je venais de trouver un trsor. Je le

    dpoussirais dun revers de manche, aussitt le cuir de la couverture se mit briller. Je louvris doucement.

    Je lus sur la premire page!: Arithmticien dcimal de lan 1809, !ContenantLes Principes les plus lmentaires du systme des mesures, monnoies et poids

    nouveaux avec un prcis des quatre premires rgles de larithmtique

    dcimale8

    Je massis sur une antique malle et parcourus dun trait les quatre-vingts pagesde ce petit !Ouvrage mis la porte des enfants, des habitants des campagnes

    et des esprits les plus simples! par R.Petit. Joubliai les amies, les bruits dudehors, la poussire dansante dans la lumire du soleil qui entrait flot par leslucarnes. Joubliai ce que je faisais dans cet endroit. Venant de la profondeur dutemps, les mots de lauteur rsonnaient en moi avec une telle clart que le petit

    ouvrage semblait prendre vie. Un flot de sensations massaillit. R. Petit parlait

    7 10,5 cm x 5,5 cm

    8 R. Petit. Arithmticien dcimal. Paris, Dubrock, 1809, 80 p.

  • 22

    de faon gnreuse, l o mes souvenirs dcole taient tout autres. Ce petit

    ouvrage me reliait de faon digne et acceptable nos anctres. Jy trouvaisinscrit un monde civilis l o lcole mavait appris quavant, cest--direavant la Rvolution, tout ntait quignorance, chaos et obscurantisme. Javais

    dune certaine manire gard de mes annes dcole limage de populationsrurales et laborieuses asservies par les seigneurs et abruties par la religion. Dansce petit livre point de seigneurs sanguinaires ni de ruraux asservis. Quant auchaos mtrologique, qui, depuis mes classes primaires faisait partie des

    absurdits, si ce nest des barbaries de lAncien Rgime, il devenait, expliqupar R. Petit, un changement de systme de mesure qui arrangeait tout le monde.Il ny avait dans ce petit ouvrage rien de dnigrant ni de brutal pour qualifierlpoque ancienne.

    Dans sa Petite mtrologie R. Petit donnait des clefs de comprhension dunouveau systme des poids et mesures des gens simples qui en avaient besoindans leur vie de tous les jours. Entre mes ides reues et ce que jentrevoyaisdans linstant, un gouffre impressionnant stait ouvert. Une sorte de vertige

    profond me saisit. Le petit arithmticien me semblait aussi vivant quun animalqui se serait rendu l et que jaurais recueilli. Je venais dhriter de ce petit livreet de toute la pense quil contenait. Je le mis dans ma poche et lemportai avecmoi. Le soir, je le mis sur une tagre. Il continua doccuper toute ma pense. Il

    semblait briller dans le noir. Les yeux grands ouverts dans la nuit, je pensais auxmots que javais lus. Pendant plusieurs semaines, chaque matin, je vrifiais quele petit ouvrage tait toujours l, sur ltagre, chaque soir je faisais de mme. Jenosais plus louvrir de peur de ne pas retrouver les mots leur place. Je

    craignais que mon motion ne se ft envole avec linstant. Je pensais avoir tvictime dun moment dexaltation.

    Je ne cessais de me poser toutes sortes de questions quant ma propreducation. Digne lve de lcole de la Rpublique, le systme mtrique dcimal

    tait devenu si !naturel!, si vident pour moi que je navais jamais imagin que

  • 23

    dautres systmes de mesure avaient t cohrents pour nos anciens.

    Lenseignement du systme mtrique dcimal que javais reu lcole mavaitfait oublier jusqu lexistence dautres systmes de mesures antrieurs. Quelstaient ces systmes et comment fonctionnaient-ils!? Le !chaos mtrologique!

    tait-il finalement si chaotique que cela!? constater mes oublis, le projet delcole rpublicaine, quand ce projet est lenseignement du systme mtriquedcimal, navait-il pas t une manire de tenter dorganiser une reprsentationuniforme du monde!? Si le systme de mesure que nous utilisons na pas

    toujours t le systme mtrique dcimal, peut-tre que le systme de mesureactuel nest plus ce systme que jai appris lcole et que je continue en tantque professionnelle transmettre dans mes cours!? Est-ce que cet tat de fait aune quelconque importance sociale!? Quelques semaines plus tard, je repris le

    petit livre et retrouvais intacte, plus forte encore de mes mditations, la pensede R. Petit. Ce petit livre devenait une sorte de passerelle qui me reliait auxorigines. Avant la Rvolution, les gens en mesurant vivaient dans un mondeproche du ntre et quand leur mesure a chang, les moyens de comprhension

    fut transmis tous.

    R. Petit est un illustre inconnu. Robert, Roland, Raymond!Petit ? Jai cherch dans les

    dictionnaires, mais je nai trouv son nom nulle part. Je nai pas non plus trouv son nom

    dans les textes officiels de son poque. Peut-tre nai-je pas bien cherch, mais il se peut aussi

    que R. Petit na t quun pdagogue occasionnel. Un homme de son temps, qui, voyant que

    les !savants! ntaient pas capables de mettre le savoir mtrologique au niveau des genssimples, des enfants et des paysans, sen chargea. sa lecture, jadmire toujours le but de

    louvrage et au fil des pages ce quil contient9.

    On trouvera dans cet ouvrage beaucoup de simplicit, parce-que jai cru quil falloitfaire pour la science des nouveaux poids et des nouvelles mesures, ce que lon a faitpour toutes les autres sciences utiles, cest--dire quil falloit la proportionner lintelligence la plus faible : on a fait jusqu prsent de grands ouvrages sur cettematire, on est entr dans les plus grands dveloppements; mais aucun auteur na encoretravaill pour la classe peu claire ou indigente.![]

    9 Il contient aussi des erreurs.

  • 24

    Les traits qui portent le titre dlmentaires ne le sont pas encore assez : on a voulutout dire dans ces traits, et en entrant dans les dtails qui sont hors de porte de laplupart des esprits, on les a effray ou rebut. Les livres purement lmentaires posentque les premiers lments dune science, ce quil faut savoir pour aller plus loin; et cest quoi je me suis accroch dans ce petit ouvrage, o tout nest pas dit, il sen faut bien,mais je crois quil y a assez de choses pour remplir mon objet.! 10

    travers le temps, la pense de Petit maccompagna vers une nouvelle dimension

    philosophique!: la culture mtrologique va bien au-del de la simple connaissance des units

    et de leur oprationnalit et au-del de lorganisation scientifique et lgale de la mesure. Elle

    est anime par des rgles spcifiques qui induisent des comportements de reconnaissance

    entre des individus et des groupes au sein dun espace commun pacifique, mme si, en

    contradiction avec ce mode de relation o les membres dun groupe partagent des valeurs

    mtrologiques communes, les pouvoirs mtrologiques sont rgulirement entre les mains des

    chefs de guerre ou dexploiteurs du genre humain, ceux-ci tant souvent les amis des

    premiers. La culture mtrologique, comme de nombreuses autres cultures techniques, prend sa

    source dans une lointaine prhistoire. La mesure se transmet travers le temps et lespace

    dhommes hommes et de groupes groupes en liant troitement les sujets autour decomportements de reconnaissance et de partage culturel de notions - qui semblent universelles

    - dgalit, de justesse, de justice, dchange, de ngociation, de partage et de confiance.

    Autrement dit, la volont de partager une culture mtrologique pourrait tre aussi et avanttout un dispositif universel de rgulation pacifique au sein des groupes et des socits.

    La pense pdagogique de Petit

    Lide mise en action dans le petit !Arithmticien dcimal pour lan 1809!11 consiste

    donner, sous une forme accessible tous, un savoir nouveau. Cest pour Petit le nouveau

    systme dcimal des poids et mesures, non encore obligatoire en France12. Cet acte

    pdagogique, qui fut pour moi une importante source dmotion, se lie naturellement aux

    constats issus de lexprience de terrain auprs de personnes en difficult, fragilises par la

    vie, peu lettres et parfois analphabtes,!que jai ctoy plusieurs annes. Petit se donne pour

    mission de relier deux mondes, celui des !enfants, des habitants des campagnes et des esprits

    les plus simples!13 avec celui des minents scientifiques.

    10 R. Petit. Opus cit, p.2

    11 R. Petit. Opus cit,

    12 La loi qui rend obligatoire lusage du SMD partir du 1er janvier 1840 en France date de juillet 1837

    13 R. Petit. Opus cit, Page de garde

  • 25

  • 26

    DE LACTION LA RECHERCHEJai commenc enseigner auprs dadultes lge de 19 ans quand jhabitais Londres. Mespremiers !lves! possdaient un CAP. Ils taient franais, cuisiniers ou chefs de rang. Ils

    devaient se familiariser avec la langue anglaise afin de pouvoir raliser leurs commandes et

    rgler les affaires courantes lies leur profession. Je garde un souvenir joyeux de ces cours

    o dpres discussions entre cuisiniers sur tel ou tel ingrdient entrant dans la composition des

    recettes et les traductions ncessaires concernant les estimations pondrales des produits

    culinaires utiliss. Nous passions des heures raliser des conversions, lintrt tant que

    cette traduction! soit aussi naturelle que possible.

    De retour en France, 23 ans, jeffectue une formation de formateurs dans le cadre de la

    Formation Continue. Je poursuis ma formation en tant que stagiaire de la formation

    professionnelle et !observatrice pdagogique! lAFPA14. A Toulouse je frquente les

    Compagnons charpentiers et les Compagnons maons. Je dcouvre avec eux une pdagogie et

    un enseignement thorique et pratique. Japprends le respect et la transmission de savoir-faire

    ancestraux et la trs haute considration de la conscience professionnelle.

    Japprends travailler avec mes mains. Je pratique !grandeur nature! ce qui a t

    pralablement construit en plans. Je pratique le mtr. Je dcouvre linformatiquefonctionnelle avec le logiciel !Framework!.

    Aprs cet !apprentissage! que javais choisi pour tre capable de transmettre aussi des

    connaissances par la pratique, mon choix tait alors dintervenir auprs de personnes

    faiblement qualifies car ce sont elles qui subissaient alors (et subissent encore) de plein fouet

    la transformation technique, conomique et sociale profonde que nous vivons depuis quelques

    dcennies. Enfant, je fus consciente ds mon jeune ge de cette transformation. Je vivais dans

    une zone rurale. Mon pre quitta la ferme o il soignait les chevaux de labour pour devenir

    fonctionnaire. Jai vu lindustrialisation de la terre sintensifier et les hommes remplacs par

    des machines. Ce souvenir dsolant et les consquences entrevues cette poque lointaine et

    aussi vrifies par la suite sur le terrain de linsertion ont motiv et motivent encore mon

    travail de recherche.

    En 1987, jinterviens auprs dhommes travailleurs handicaps. Je transmets, adapt,

    lenseignement professionnel de niveau V que jai suivi un public dsorient et faiblement

    14 Association de formation pour Adultes

  • 27

    scolaris. Ce sont des hommes gs de 20 40 ans atteints de !pathologie psychologique!

    plus ou moins handicapante. Jintgre une quipe de soignants, de formateurs et dducateurs.

    Je reste deux annes.

    Faisant suite cette exprience, jentre dans un rseau dinsertion dpartemental15.

    Jinterviens auprs de jeunes de 16 25 ans, non diplms en rupture avec eux-mmes et

    avec la socit, des personnes allocataires du RMI et des rfugis politiques. Je frquente et

    anime pendant 7 ans un large rseau dintervenants et travailleurs sociaux. Je milite avec des

    personnes en difficult pour quelles puissent sorganiser et montrer quelles sont capables

    dtre socialement et dignement actives. Je suis galement membre de la Commission Locale

    dInsertion (CLI) de Montauban pendant 5 ans16. Je suis membre du Plan dpartemental

    dInsertion du Dpartement (PLI)17.

    Aprs ce que jai vu sur le terrain de linsertion en plus de dix ans dobservationet daction, je dcide en 1996 de suivre un cursus universitaire dont cette thseest une tape importante. En effet, cest en toute conscience que je tmoigne dece que jai vu et expriment en tant quobservatrice et praticienne. Parmi toutes

    ces situations pdagogiques, trois dentre elles mont laiss un souvenirindlbile, presque emblmatique.

    Trois cas exemplaires

    Lexprience du confinement! : Le cas JR

    En 1987, en qualit de monitrice dun Centre dAide par le Travail de Haute-Garonne, jai la

    responsabilit dun atelier dinitiation au mtier de peintre en btiment. Le groupe est formde huit dix ouvriers handicaps, des hommes, gs de 20 40 ans.

    La partie pratique est une progression adapte pour les faibles niveaux des ouvriers de

    latelier. Jai obtenu lautorisation de me servir des documents de progression du niveau V de

    15 dans une ville moyenne et sa zone rurale

    16 Cette commission sige au moins une fois par semaine. Tous les dossiers des allocataires du RMI y sont

    traits.

    17 Cette commission du PLI a lieu une ou deux fois par an. Y sont allous les financements partir des dossiers

    daction dinsertion pralablement dposs conjointement aux services dpartementaux et la Prfecture de

    dpartement.

  • 28

    la formation de peintre en btiment de lAFPA. Sur un modle similaire, je rpartis le temps

    entre les exercices thoriques du matin, les apprentissages nouveaux et des exercices de

    rappel. Nous abordons ce dont les ouvriers ont besoin dans le cadre de leur activit. Les

    mcanismes opratoires de base, les notions simples de gomtrie, les conversions du systme

    mtrique dcimal, le cercle chromatique, des notions dorganisation de chantiers et

    dvaluation des rsultats. Une place non ngligeable est laisse la dcouverte des couleurs

    et la crativit. Latelier a comme ralit des hommes atteints de lourds handicaps

    psychologiques, psychiatriques pour certains, qui ont besoin des limites dun cadre pour se

    raliser et sinvestir dans leur tche. Ils souffrent rapidement dinstabilit. Les ouvriers

    apprcient les moments de dtente. Certains me demandent, lorsquils ne vont pas bien,

    sinstaller dans un coin de latelier, et se calment avec les pinceaux et la gouache.

    Parmi les ouvriers qui me sont confis, J.R. attire mon attention. Je suis surprisede son sens inn de la composition des couleurs. J.R., sachant peine lire etcrire, malgr de graves problmes psychologiques, situe parfaitement lescomplmentaires et obtient des harmonies tout fait quilibres. Je suis aussi

    surprise de lattitude de cet homme-enfant qui ne semble pas tout fait commeles autres, tout en nayant rien de particulier qui le distingue, si ce nest sonattitude. J.R. est un ouvrier effac, trs docile. Je dirais mme quil me semblait

    alors !trop! docile.

    Javais demand de ne rien savoir sur le pass des !malades!, afin de ne pastre influence par ces connaissances et porter malgr moi des jugements devaleur sur ces ouvriers handicaps qui, pour moi, devaient rester avant tout des

    stagiaires en formation professionnelle. Nanmoins, je savais par ma fonctionquelles taient les thrapies de chacun. J.R. suivait des sances de sophrologie18,mais ne prenait aucun mdicament. Son effacement aurait pu tre li !des

    piqres retard!19 mais ce ntait pas le cas.

    18 Exercices de relaxation pratiqus avec un sophrologue

    19 Certains malades recevaient des substances chimiques doses dont leffet se prolongeait pendant un mois. Au

    renouvellement du traitement, les effets taient assez forts pour certains dentre eux qui se trouvaient alors

    ralentis dans leurs activits pendant quelques jours.

  • 29

    Pae ailleurs, javais remarqu que chaque fois que javais crire son ge,

    jcrivais instinctivement 3 ans la place de 30. Ctait surprenant car je ntaisgure plus ge que lui. Je ressentais pour J.R. une sorte de fraternit que je nemexpliquais pas. Il mintriguait.

    Je lobservais pendant de longs mois. Lorsquil se mettait peindre, laprofondeur dans laquelle il plongeait me semblait mystrieuse. Il oubliait lespauses alors que les autres allaient se dtendre dehors ou la caftria.Quelquefois, quand tout le monde tait parti, alors que je finissais les

    rangements et la prparation des activits du lendemain, je devais lui rappelerque la journe tait finie. Il semblait alors revenir de loin, rangeait son matrielavec soin et me quittait en marmonnant un bonsoir peine audible.

    Je ne lai jamais senti agressif. Chacun de nous lacceptait comme il tait. J.R.

    ne participait pas aux activits sportives et lorsque nous le poussions un peu,lquipe soignante et moi-mme, il y mettait une si mauvaise grce quil en taitsouvent dispens. Il vivait au sein du CAT pourvu dun hbergement collectif etdun encadrement humain. Lquipe dducateurs navait pas encore pu

    envisager un accompagnement vers un appartement en ville. Lloignement deltablissement semblait difficile, voire mme irralisable.

    Il avait parfois des ractions surprenantes. Javais longuement expliqu et ralisdevant le groupe une action trs usuelle dans lactivit de peintre!!: le brlage

    des camions de peinture20. Les ouvriers taient tour de rle responsables decette opration. Jamais je nai eu de problme avec aucun dentre eux. Chacun

    valuait mticuleusement la dose de white-spirit ncessaire pour ce gesteprofessionnel.

    20 Un camion en peinture est un rcipient qui permet de prparer, de transporter la !sauce!, cest--dire lapeinture. Lorsque les camions ont beaucoup servi, il est ncessaire dy mettre le feu. En gnral le white spirit

    dos avec modration sert cette opration. La peinture brle et ensuite les camions sont brosss la brosse

    mtallique, dbarrasss des couches antrieures de peinture, ils peuvent servir nouveau.

  • 30

    Quand ce fut le tour de J.R., il mit tant de produit dans tous les camions quune

    flamme de plusieurs mtres sleva. Nous tions en zone semi-urbaine.Lincident aurait pu tre trs grave si les services de scurit ntaient pasarrivs immdiatement sur les lieux. J.R. ne semblait pas avoir compris le

    danger de son geste. Il ne semblait tout simplement pas capable dvaluer seslimites en dehors dun territoire extrmement rduit.

    Je ressentis de plus en plus la ncessit den savoir plus sur son histoirepersonnelle. Je fis part de mon interrogation la psychiatre du centre qui le

    suivait. Elle minvita aller regarder son dossier confidentiel que ma fonctionme permettait de consulter. Ce fut en deux ans de recherche pdagogique dansce CAT le seul que je vis.!

    Je fus profondment surprise, mue et dmunie de ce que jappris!: dans son

    enfance, les parents de J.R. lattachaient au pied de la table en partant auxchamps, laissant ainsi leur enfant de longues heures seul au bout de son lien. Ilny avait dans son dossier aucune indication sur les motivations des parents agir ainsi. Il navait t ni battu ni maltrait. Je pouvais supposer un milieu

    pauvre, agricole et des parents qui, sans grande imagination, avaient trouv cettesolution pour mettre leur enfant en scurit. Je pouvais imaginer un coupledevant (!par ncessit!?!) travailler aux champs tous les deux, la tche commectait souvent la coutume dans la rgion. Un isolement familial est plausible,

    mais ce ne sont l que des suppositions. Jimaginai aussi J.R. attach comme unchien au bout de sa laisse, se rfugiant sous la table familiale, son univers rduit lespace laiss libre par le lien.

    Je fus prise dune grande piti et aussi rvolte. Javais t leve avec une

    grande libert de gestes et de pense. Jtais moi-mme mre dune petite fille.Quelques approfondissements avec la responsable de lquipe de soins me firententrevoir les dgts psychologiques quavait provoqu cet attachement delenfant.

  • 31

    Son calme apparent, sa docilit taient causs par une pression extraordinaire.

    Le lien physique disparu de son enfance avait t remplac par un lienpsychique qui divisait le monde en deux!: lunivers permis, celui de la scurit,de lapprofondissement, de la vie et lunivers interdit, celui du danger et de la

    dmesure. Ce lien imaginaire contenait une violence qui, non contenue, auraitt auto-destructrice.

    Jimagine que J.R. aimait ses parents et que cet amour tait investi dans un!primtre!, l o il manifestait tant de sensibilit et de crativit. Mais il ne

    pouvait saventurer au-del de ce primtre transpos de son enfance. Lacontrainte physique, la chane avait disparu mais le lien invisible restait aussifort, si ce nest plus fort que le lien rel qui lavait, enfant, enchan au pied dela table familiale.

    Depuis, jai lu des philosophes. J.R. mapparat comme la plus touchanteincarnation de la parole dHraclite!: !Le lien que lon ne voit pas est plus fortque celui que lon voit!21. Dans la suite de ce travail, je dsigne par le terme!confinement! ce syndrome crateur de dlimitations imaginaires plus

    imprieuses encore que les limites physiques.

    *

    Il nest pas inutile de prciser encore la relation entre lhistoire de JR et la mtrologie. Nous

    sommes accoutums porter sur la mesure un regard inspir de la Science, m par sa

    recherche permanente de prcision et dobjectivit. Ici, en sciences de lducation, la mesure

    est vue du ct du sujet.

    Le cas de JR entre dans la famille de ceux voqus par Jean Cottreaux22 comme relevant des

    thrapies cognitives, lesquelles soignent les anomalies survenues dans les reprsentations

    immdiates des sujets. Si J.R. reprsente un cas extrme de confinement, au-del de son

    21 Hraclite, Rfutation de toutes les hrsies. IX, 9, 5, (p. 292 Wendland) Jean Boliack et Heinz Wismann.

    Hraclite ou la sparation, Ed. Les ditions de minuit, Paris, 1972, p. 188.

    22 Jean Cottreaux. Les thrapies cognitives, ditions Retz, Paris 2001, 283 p.

  • 32

    paroxysme, il montre quun systme de mesure personnel est unique. Il est faonn par

    lhistoire et lexprience de chaque individu.

    Chacun, mais aussi les animaux, met en uvre un ensemble de capteurs dinformations et de

    systmes complexes de traitement des donnes ne serait-ce que pour se mouvoir23.

    Cependant le souvenir de JR mavait alerte. Je dtectais dsormais les entravesimaginaires la libert. Partout, je vis luvre le syndrome du confinement.

    - en milieu rural, je dcouvris quil semblait impensable, voireimpossible! pour les personnes auprs desquelles jintervenais de se rendre 40km de leur lieu de vie habituel.

    - dans la pratique professionnelle, je vis quelle nergie il fallait dployer

    pour obtenir que les individus, mme pousss par la ncessit, consentent selancer dans une spcialit nouvelle.

    - dans le monde enseignant et dans la recherche, je dcouvris lecloisonnement des disciplines, dans certains cas utile lapprofondissement du

    travail, mais aussi vcu comme un interdit imaginaire par les chercheurs et lesenseignants eux-mmes.

    Je me rendis compte alors que nous sommes tous des J.R. attachs nos liens

    construits pendant lenfance, ladolescence, les tudes ou mme la vieprofessionnelle.

    Si la mtrologie est souvent perue comme une discipline servant enfermer lesindividus dans une rationalit quils refusent. Je considre au contraire quelle

    peut tre un outil privilgi de libration des individus.

    Inversion de la relation pdagogique!: Le cas P.

    Lexprience ma montr que nous portions chacun notre propre capacit de mouvement et de

    changement. Limportant est quil y ait au pralable un vouloir faire!, lequel ne peut se

    mettre en forme que si lunivers est au moins sommairement balis. Ce !vouloir faire! que

    23 Alain Berthoz dans son ouvrage !Le sens du mouvement! (Ed. Odile Jacob, Paris, 1997) aborde une part de

    cette complexit.

  • 33

    jai vu fonctionner sur le terrain est dautant plus puissant et donc capable de faire changer les

    choses quun projet est commun plusieurs personnes et quil va dans le sens dune

    reconnaissance mutuelle.

    Dans ma relation professionnelle avec les personnes en difficults, il y a des cas o la volont

    de lapprenant est si forte quelle simpose et conduit delle-mme la russite. Mais, en

    gnral, la situation pdagogique est bien plus complexe et nuance. Elle implique au moins

    deux personnes, qui ont chacune leurs motivations et leurs rsistances.

    Pour illustrer mon propos, je me rfrerai au second des trois cas! que jai annonc plus

    haut!:

    Jai rencontr P. dans un Centre Mdical et Social une vingtaine de kilomtresde Montauban. Jappris quil avait parcouru plusieurs kilomtres pied pour mevoir. Il vivait prostr dans une caravane au milieu dun camp de gitans dont il

    subissait les brimades. Il en parlait tout bas de peur dtre entendu, alors queceux dont il avait peur se trouvaient dans un autre village. Sa sant ne luipermettait plus de subvenir ses besoins. Il avait t journalier agricole. Il taitallocataire du RMI. Il avait besoin de rencontrer des gens, de schapper, de

    faire quelque chose dautre, de ne plus rester seul.

    Janimais des Ateliers dcritures24 dont un Montauban. Les participants seretrouvaient une fois par semaine et au moyen dune activit cratrice, ilsrompaient lisolement vers lequel labsence demploi les poussait

    irrsistiblement. Cest pour cela que P. voulait me rencontrer. Il avait tinform par une assistante sociale.

    Pour participer cet atelier, P. devait venir jusqu Montauban. Il navait pas lepermis de conduire et navait jamais conduit de mobylette. Je ne vis quune

    solution!: le bus. Mais P. navait jamais pris le bus et ne savait pas commentfaire. La semaine daprs, je suis venue lheure et nous avons suivi le bus quiallait jusqu Montauban. Je lui montrai le chemin pour que, une prochaine fois,

    24 Il sagissait dcritures plurielles (thtre, vido, danse, crits, dessins )

  • 34

    il puisse prendre son bus seul. Trs attentif tous les repres quil pouvait noter

    dans sa mmoire tout le long du chemin, il regarda sa montre pour valuer letemps du trajet et larrive, la situation de la gare routire dans la ville. En leraccompagnant je sentis quil ntait pas encore assez rassur. La semaine

    suivante, je suis revenue. Cette fois, P. prit le bus que je suivis en voiture. Et ilrepartit seul!! Victoire!!

    Il vint latelier chaque semaine. Il aimait dire aux autres quil avait pris le bus.Il tait fier de sa table dhoraires et de ses tickets. Il les montrait volontiers lors

    dune nime sortie du portefeuille pour vrifier une information, vrifier parquel car il pouvait partir ou revenir. Il tait sorti de son confinement. Et il tait sicontent de sa nouvelle indpendance!! Il y avait chez cet homme une telle joiede faire en tout quil communiquait son enthousiasme et sa libert nouvelle.

    Le bus jouait comme un instrument de mesure personnelle, il pouvait largir sonprimtre dexprimentation et dautonomie. Il pouvait en prenant le bus sedonner sa mesure. Et comme elle tait grande!!

    La nouvelle confiance quil avait en lui-mme rayonnait au point quil inspirait

    de plus en plus confiance aux autres. Ils voulurent le manifester. Ils luidemandrent de devenir le Prsident de lAssociation Etre et Apprendre!, leurAssociation, celle quils avaient fond pour faire vivre les Ateliers dEcritures. Ildevenait leur emblme, lui qui, plus que tout autre, stait libr des pesanteurs

    du destin. Il apprit se servir dun ordinateur. Il gra avec la secrtaire toutes lesaffaires courantes de lassociation. Il resta Prsident de nombreuses annes,jusqu sa mort, cause par une crise cardiaque.

    Ce que le cas de P. ma permis de reprer, cest, si lon peut lexprimer sans

    nuances, la ncessit dune inversion de la relation pdagogique. Cest--direcrer progressivement un vide, ni trop grand, ni trop petit devant le sujet, unespace o son initiative trouve sexprimer, et compter sur la perception de ses

  • 35

    propres performances pour assurer la validation et la !rmunration

    symbolique! (Eric Berne25) de lapprenant.

    Lide quune modeste table dhoraires des bus soit un instrument de mesureest sans doute dcale face au dploiement technologique des talons laser et des

    satellites dobservation contemporains. Je pense nanmoins quelle est juste, vuedu ct du sujet. Si lhabitude est de respecter la puissance, la performance,largent, notre poque est aussi celle du dsarroi et de la dsorientation pour prsdu tiers de lhumanit. Il y a des personnes pour qui une table dhoraires de bus

    porte lespoir et mesure la ralit dune autonomie nouvelle et chaque jourrenouvele.

    Grace la table dhoraires, instrument de reprage dans le temps et danslespace fiable, P. balisait son espace en sy dplaant en toute confiance. Ses

    repres sajoutaient les uns aux autres. Il solidifiait sa conscience par lareconnaissance en soi dun univers dautonomie et de tranquillit de lesprit. Iltait devenu un je agissant pour sa libration dans le monde. Il dtenait soninstrument de mesure.

    *

    Nanmoins, il ne sagit pas ici de sous-entendre quil y aurait des mesures pour les riches et

    dautres pour les pauvres ni que la mtrologie de pointe serait suspecte. Mais ce que jvoque

    est dun autre ordre. Il sagit de la nature mme de la connaissance. Cest en quelque sorte un

    pralable philosophique ltude de la mtrologie. Mesurer, cest comparer . Et connatre,

    cest aussi comparer. Piaget le montre dans sa description du processus par lequel le nouveau-n prend conscience que les choses existent et ont une permanence hors de lui26. Il en arrive

    se dfinir lui-mme par diffrence avec cette permanence externe. Ce reprage lmentaire

    qui permet P. de se reprer et de se reconstruire partir dun horaire de bus est me semble-t-

    il, de mme nature.

    25 Eric Berne. Que dites-vous aprs avoir dit bonjour . Ed. Tchou, Paris, 1988, 273 p.

    26 Jean Piaget. La construction du rel chez lenfant. Ed. Delachaux et Niesl S.A., Neufchatel, 1950, 339 p.

  • 36

    propos dinversion pdagogique!, je pousse un peu plus loin encore la logique de mes

    constats. Entre un !intervenant! en milieu dfavoris et une personne dite !en difficult!,

    je me demande qui a le plus apprendre lautre. Celui qui a vu la socit !du dessous!, si

    lon peut dire, en situation dexclu ou presque, na-t-il pas de cette socit une vision

    quelquefois bien plus pertinente que celui qui na connu quun cursus tranquille!? Celui qui

    est la rue sait la difficult se loger, celui qui na pas dargent sait la difficult se nourrir,

    celui qui a vcu lexclusion sait quil faut lutter pour conserver sa dignit, toutes choses que

    son interlocuteur ne connat que par ou-dire.

    LEducation, dont une des fonctions est de prparer lavenir social, ne doit-elle pas faire face

    aux ralits du monde et contribuer ce que chacun ait sa place et sa dignit!? Pour raliser ce

    projet, ne devons-nous pas chercher une mme chose diffrente pour chacun en dveloppant

    un savoir collectif!qui sexprimerait pacifiquement dans un esprit douverture, dereconnaissance et de tolrance!?

    Jai vu ce savoir collectif se constituer dans un groupe de personnes, au-del des diffrences

    culturelles et politiques. Il fit apparatre un espace commun pacifi o priment lentente et laraison commune comme le moteur dun nouveau dpart pour chacun et pour tous.

    Jvoque ici encore une phrase dHraclite qui me semble tre un fondement de ce savoir

    collectif : !En coutant non moi, mais le logos, savoir dire en accord toute chose une.!27

    Cest ce que manifeste le troisime !cas!.

    La re-construction des !communs!! : Les rfugis

    En 1992, des rfugis politiques arrivrent nombreux dans le Tarn et Garonne. La

    mobilisation de la population fit que des solutions daccompagnements familiaux se mirent en

    place assez vite. Ainsi, un couple damis a accueilli une jeune maman bosniaque et son bb

    dans une maison accole la leur. Le papa mit 5 ans pour rejoindre sa femme et sa fille, de

    camps de prisonniers en passages clandestins, il fut en danger de mort. Mais qui est prt

    expliquer la rationalit ou admettre labsurdit de ces situations et de leur violence!? Il

    arriva trs amaigri et ne parlant pas notre langue. La petite Nina, enfant de cinq ans, si adulte

    dj, apprenait parler le franais son pre. Elle avait compris trs vite comment lui passer

    ce savoir si prcieux en pays daccueil. Ici lapprendre fut une grande relation damour.

    Architecte, il a repris son activit Toulouse depuis peu.

  • 37

    Face cette vague de nouveaux arrivants, les services sociaux se sont galement mobiliss.

    En tant que membre dune structure daccueil et de formation, il me fut propos de construire

    un stage spcifique et exprimental pour permettre lintgration dune douzaine de personnes

    nouvellement arrives dans le dpartement.

    Ce stage fut lobjet dune convention avec la Direction Dpartementale des Affaires sanitaires

    et Sociales (DDASS) du Fond Social Europen (FSE), du Conseil Gnral du 82, de la

    Direction Dpartementale du Travail, de lEmploi et de la Formation Professionnelle28

    (DDTEFP), et deux structures de formation.

    Le dfi ntait pas des moindres!: runir dans un mme temps de formation des personnes

    traumatises par les violences de leur pays en guerre, des ennemis dhier, des jeunes ayant

    pass des annes en camps. Des jeunes adultes ne parlant pas le franais et analphabtes pour

    la moiti dentre eux. Nous tions deux formateurs principaux, B. et moi-mme. Le Conseil

    Gnral avait dtach une psychologue qui connaissait bien les problmes dimmigration. Elle

    fut une des personnes cl du stage car elle allait dans les familles mais nous aidait aussi par

    son dynamisme infatigable. Nous avions prpar ensemble le contenu du stage, la progressionpdagogique et sa dure dans le temps, les supports pdagogiques et une part des dossiers

    administratifs. Tout cela semblait bien cal et nos objectifs assez clairs mais une incertitude

    importante tenait dans le fait que je ne connaissais pas ce type de public. Le montage

    thorique ntait peut-tre pas suffisamment adapt un groupe dont je ne connaissais rien

    des futurs membres si ce nest leurs donnes administratives, nom, prnom, ge, sexe, pays

    dorigine, validit de la carte de sjour, nombre denfants, etc.

    La premire journe de stage et les quelques jours qui suivirent furent perturbspar laspect administratif et mdical des dossiers incomplets. Cependant javais

    pu dj dtecter une envie de bien faire et un reprage des groupes entre eux. Ily avait, runis pour ce stage, des reprsentants de plusieurs pays et mme deplusieurs continents!: une jeune thiopienne, deux fratries marocaines (frres etsurs), une jeune cambodgienne, deux jeunes vietnamiennes ayant pass

    plusieurs annes dans un camp de rfugis, une maman kurde avec deux enfants

    27 Hraclite Opus Cit.,

    28 En 1992, les dcisions concernant la formation professionnelle continue ntaient pas encore rgionalises.

  • 38

    en bas ge et deux jeunes garons turcs qui avaient travaill dans des fabriques

    de cuir depuis lge de 8 ans, enfin un autre jeune turc chass de son village parle feu et les pillages.

    Dj, des discussions plus ou moins vives avaient lieu en dehors du lieu de

    formation sur les divergences politiques. Il me fallait agir vite. Je devais sanstarder enclencher une dynamique de groupe. Elle ncessitait une approchedlicate dont tout le reste du stage pourrait ou non bnficier. Javais prpar dessupports pdagogiques mais je sentais quils ne suffiraient pas crer cet espace

    mutuel de reconnaissance dont nous avions absolument besoin. Je dormis malcar jtais fortement angoisse, sentant que ce dbut tait extrmementimportant pour la suite, et nayant aucune ide de la faon dont jallais myprendre, jimaginais toutes les configurations possibles, mais aucune napportait

    de solution.

    La nuit porte conseil. Cependant je navais, en arrivant ce matin du premier jouractif, aucune ide de ce que jallais faire. Aucune des personnes devant moi neparlait le franais. Leurs visages taient attentifs et confiants. Il y avait dans lair

    comme une envie de