malick gaye et seydou niang

of 131 /131
1 Malick GAYE et Seydou NIANG

Author: dohanh

Post on 05-Jan-2017

254 views

Category:

Documents


0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • 1

    Malick GAYE et Seydou NIANG

  • 2

    Toute correspondance relative cette publication doit tre adresse :

    ENDA RUP (Relais pour le Dveloppement Urbain Populaire), Ouest Foire, BP 27 083, Malick Sy, Dakar - Sngal, Tl. : (221) 33 820 07 72 - Fax : (221) 33 820 52 47; Email : [email protected] - Site web : www.enda.sn/rup

    Responsable de la publication : Malick GAYE

    Avec la collaboration de :

    Dr Anne Guye Girardet, Facult des Gosciences et de lEnvironnement, Universit de Lausanne, Suisse ;

    Pr Ymou Dieng, Laboratoire de Parasitologie, Facult de Mdecine, Pharmacie et Odonto-stomatologie, Universit Cheikh Anta Diop de Dakar ;

    Dr Mamadou Lamine Ndiaye, Laboratoire de Traitement des Eaux uses (LATEU), IFAN Ch. A. Diop, Universit Cheikh Anta Diop de Dakar et Facult des Sciences, Universit de Genve, Suisse ;

    Dr Ipsita Nita Chaudhuri, Universit de Toronto ;

    Demba Bald, Ingnieur sanitaire, Service national dHygine du Sngal ;

    Dr Colonel Cheikh Fall, pidmiologiste, Institut de Sant et Dveloppement, Universit Cheikh Anta Diop de Dakar ;

    Youga Niang, Ingnieur agronome, Centre de Dveloppement horticole/ISRA, Dakar ;

    Pr Hans Rudolf Pfeifer, Facult des Gosciences et de lEnvironnement, Universit de Lausanne, Suisse ;

    Pr Mohamed Lamine Gaye, Dpartement de Chimie, Facult des Sciences et Techniques, Universit Cheikh Anta Diop de Dakar ;

    Dr Jeanette Muriel Epot, Facult de Mdecine, Pharmacie et Odonto-stomatologie, Universit Cheikh Anta Diop de Dakar ;

    Mohamed Oumar Diagne, Technicien horticole, chef de programme Enda RUP ;

    Marachers de Pikine et Patte dOie, notamment les GIE PROVANIA et AMPO ;

    Conception PAO : Noma Camara, Infographiste.

    Couverture et intrieur : crdit photos, ENDA RUP/IFAN

    enda rup, dakar, 2010 ISBN 92 9130 079 9 ISSN 0850-8526

    N.B. : La reproduction dextraits est autorise sans formalit pour des utilisations non commerciales (enseignement et formation), condition que ENDA RUP soit cits avec exactitude.

  • 1

  • 2

  • 3

    Cet ouvrage a bnfici de lappui financier de la FAO (Organisation des Nations Unies pour lAlimentation

    et lAgriculture) travers le projet GCP/SEN/061/SPA.

    Malick GAYE et Seydou NIANG

    Manuel des bonnes pratiques de lutilisation saine des eaux

    uses dans lagriculture urbaine

    enda rup

  • 4

  • 5

    SOMMAIRE

    GLOSSAIRE ..................................................................................................................... 7

    AVANT-PROPOS ........................................................................................................... 9

    REMERCIEMENTS ........................................................................................................11

    PRFACE ............................................................................................................................ 13

    PARTIE I. Introduction ................................................................................................15I.1. Importance conomique de lagriculture urbaine ..........................................17I.2. Caractrisation de la zone ..................................................................................27I.3.Profildesacteursdelafilire ................................................................................34I.4. Pratiques culturales dans la zone .......................................................................37I.5. Importance de la pratique ....................................................................................45I.6. Caractristiques des eaux dirrigation ...............................................................47I.7. Directives de valorisation des eaux uses dans lagriculture ........................52

    PARTIE 2. Contraintes ................................................................................................53II.1. Contraintes relatives au statut foncier ..............................................................53II.2. Contraintes relatives aux caractristiques pdologiques des sites ............56II.3. Contraintes relatives la qualit des eaux dirrigation ..................................62II.4. Contraintes relatives au niveau de formation et dinformation des agriculteurs .....................................................................................................64

    PARTIE 3. valuation des risques sanitaires lis lutilisation des eaux uses ..........................................................................................69

    III.1.Identificationdesdangersdansleseauxdirrigation .....................................69III.2.Identificationdesdangersdanslesproduitsagricolesauchamp ...............72III.3.Identificationdesdangerschezlespersonnesrisques ..............................75III.4. Caractrisation des risques .................................................................................81III.5. Dlimitation des limites dimpact .......................................................................87

  • 6

    PARTIE 4. Bonnes pratiques pour la gestion des risques ...........................891V.1. Promotion de lutilisation des eaux uses traites .......................................89IV.2.Efficacitdesbonnespratiquesagricoles ........................................................95IV.3.Efficacitdesmesuresdeprotectiondesconsommateurs .......................98IV.4. Protection des sols et des nappes contre la salinisation ..........................100IV.5. Synthse des mesures de mitigation des risques .......................................104

    PARTIE 5. Aspects politique, juridique et institutionnel ...........................107V.1. Mise jour du cadre juridique et rglementaire ........................................107V.2. Sensibilisation des autorits administratives et collectivits locales pour une meilleure prise en charge de lagriculture urbaine et priurbaine ....................................................................................................110V.3. Promotion des schmas directeurs damnagement intgrant lagriculture urbaine et priurbaine et cration de structures charges de sa gestion .....................................................................................110

    Conclusions et perspectives ...................................................................................113

    Rfrences bibliographiques ...................................................................................117

    Annexes ............................................................................................................................125

  • 7

    AMPO : Association des Marachers de Patte dOie

    ANCAR : Agence National de Conseil Agricole et Rural

    AU : Agriculture Urbaine

    Ca : Calcium

    CaCO2 : Carbonates de calcium

    CDC : Centers for Diseases Control and Prevention (voir dpc.cdc.gov/dpdx)

    CE : Conductivit lectrique

    CEC : Capacit dEchange Catonique

    COD : Chemical Organique Demand

    Cr : Chrome

    CDH : Centre de Dveloppement Horticole

    CILSS : Comit permanent Inter-Etats de Lutte contre la Scheresse dans le Sahel

    CPS : Comit des Pesticides Sahlien

    DBO5 : Demande Biochimique en Oxygne

    DEEC : Direction de lEnvironnement et des Etablissements Classs

    Enda Rup : Environnement et dveloppement du tiers monde/ Relais pour le dveloppement Urbain Particip

    FAO : Organisation des Nations Unies pour lAlimentation et lAgriculture

    Gie : Groupement dintrt conomique

    HCO3 : Bicarbonate

    IAGU : Institut Africain de Gestion Urbaine

    IFAN : Institut Fondamental dAfrique Noire

    GLOSSAIRE

  • 8

    ISRA : Institut Sngalais de Recherches Agricoles

    K : Kalium (Potassium)

    LATEU : Laboratoire de Traitement des Eaux Uses

    MEACC : Mission dEtude et dAmnagement du Canal du Cayor

    N : Nitrogen (Azote)

    Na : Sodium

    NPK : Nitrogen Phosphorus Kalium (Azote Phosphore Potassium)

    ONAS :OfficeNationaledelAssainissementduSngal

    ONG : Organisation non gouvernementale

    OMS : Organisation Mondiale de la Sant

    P : Phosphore

    PASDUNE : Programme dActions pour la Sauvegarde et le Dveloppement Urbain des Niayes et zones vertes de Dakar

    PDAS : Plan Directeur dAmnagement et de Sauvegarde

    pH : Potentiel Hydrogne

    Pi : Pikine

    PO : Patte dOie

    PROVANIA : Producteurs de la Valle des Niayes

    PVC : Polychlorure de Vinyle

    Ratio C/N : Ration Carbone sur Azote

    SAR : Sodium Adsorption Ratio

    SNIS : Systme National dInformation Sanitaire

    TDS : Total Dissolved Solids (Substances totales dissoutes)

    UPROVAN : Union des producteurs de la valle des Niayes

    WHO : World Health Organisation (Organisation Mondiale de la Sant, OMS)

    Win-win : Gagnant-gagnant

  • 9

    AVANT-PROPOS

    Lutilisation des eaux uses dans lagriculture urbaine est une pratique trs rpandue travers le monde (on parle de 20 millions dhectares irrigus avec des eaux uses), mais qui revt une dimension trs complexe quant aux aspects lis llaboration de lignes directives pour une optimisation de la pratique.

    Lapremiredifficultconcerneladiversitdescaractristiquesdeseauxuses utilises qui peuvent diffrer non seulement en fonction de leur niveau de dilution dans les eaux naturelles, mais aussi selon quelles sont des eaux uses domestiques, urbaines ou industrielles, ou alors quelles sont des eaux uses vannes (contenant des urines et des fces) ou des eaux uses m-nagres (ne contenant que des eaux de bains, de lessives et de cuisine) ou enfinquellessontdeseauxusesbrutesoudeseauxusestraites(niveauprimaire, secondaire ou tertiaire). En somme, selon limportance et les carac-tristiques de la charge polluante quelles vhiculent, les eaux uses peuvent tre trs diffrentes dun endroit un autre.

    Dans notre discussion houleuse en novembre 2002 Hyderabad en Inde, nos collgues pakistanais relevaient lexistence danophles dans les eaux uses alors que dans les eaux uses auxquelles nous tions habitus, nous nen avions jamais trouv. Il sest avr par la suite que chez nos collgues, leurs eaux uses avaient des charges en DCO et DBO5, respectivement au-tour de 250 et 100 mgO2/l soit presque 10 fois moins que les ntres !!! Ce qui expliquait tout. Dans certains endroits, le degr dhygine public est tellement lev quil y a peu de chance de trouver des ufs dhelminthes dans les eaux uses (Jordanie par exemple, communication personnelle du Pr. Thor-Axel Stentrm de lInstitut de Contrle des Maladies Infectieuses de Stockholm).Lasecondedifficultestlieautypedesolirrigu.Eneffet,desrsultats diffrents ont t enregistrs sur la capacit du sol stocker les nutriments pour des oxysol sableux du Brsil ou des sols silto-argileux du

  • 10

    Kansas ou encore des sols argilo-limoneux de lIran central, lorsquils sont irrigus pendant longtemps avec des eaux uses.

    partir de l, il faut alors considrer le prsent Manuel de bonnes pra-tiques pour lutilisation des eaux uses dans lagriculture, comme un docu-mentderfrencemthodologiquequisappuiesuruncontextebiendfini,celui des Niayes de Dakar et les eaux uses qui y sont utilises.

    Il fautsignalerenfinqueceManuel ne prtend pas avoir cern tous les points de contaminationdes lgumes tout au longde la filire.Certainescoles ont montr que durant le transport (du champ au march) et mme au niveau du march il y avait encore possibilit de contamination. Par ailleurs, les questions lies la perception par rapport lislam sont largement trai-tes dans le livre La gestion de leau selon lislam de Faruqui et al., 2003). Il serait intressant de traiter aussi cet aspect dans un pays comme le Sngal, 95% de musulmans , ce qui serait envisager ultrieurement. En fait ce Manuel nest pas un aboutissement de notre travail (quipe pluridisciplinaire de ENDA-RUP et LATEU-IFAN) sur lagriculture urbaine, qui est entam depuis les annes 1990. Cest pour nous une occasion que la FAO nous donne de consigner et de rendre visible lessentiel de notre exprience sur le sujet, mais aussi une occasion de faire un clin dil nos partenaires traditionnels et, ventuellement, des partenaires nouveaux pour nous accompagner encore, pour continuer approfondir les connaissances sur cette problmatique qui, pour nous, contribuera certainement rsoudre les questions de souverainet alimentaire dans les pays en dveloppement.

  • 11

    REMERCIEMENTS

    Nous tenons remercier les marachers de Pikine et de Patte dOie, pour leur collaboration, de mme que les autorits municipales des communes darrondissement de Patte dOie, de Pikine et de la ville de Dakar.

    Nous remercions galement le coordonnateur du projet de la FAO, son quipe et toutes les personnes qui, de prs ou de loin, ont contribu llaboration de ce Manuel.

    Les rsultats prsents dans ce document ont t obtenus grce aux projets CRDI Nos 04367 (2002), 101535-001 (2006), 102019-003 (2006), 2012426 (2010) et au projet FNS (Fonds National Suisse pour la recherche scientifique)N2070021-109689/1,2006.

  • 12

  • 13

    PRFACE

    Les eaux uses sont une ressource pour lagriculture depuis 4000 ans avant Jsus Christ (Grce antique). En 2010, a travers le monde, plus de 20 mil-lions dhectares sont irrigus avec des eaux uses (WHO-FAO, 2006), et plus particulirement dans les zones arides et les zones urbaines o leau de bonne qualit est une ressource rare. Les substances nutritives des eaux uses (phosphore, azote) constituent aussi des ressources conomiques importantes pour les producteurs urbains.

    Pour le dveloppement de lagriculture urbaine et laugmentation de la scurit alimentaire dans les villes, il est primordial de procurer une assis-tance technique efficace permettant de maximiser les bnfices des eaux uses et den minimiser les risques sanitaires pour les agriculteurs et les consommateurs. Affronter la problmatique de gestion des eaux uses per-met aussi de proposer des solutions aux autorits municipales pour la mise en uvre de programmes dassainissement rutilisant de manire intgre ces ressources pour des activits productrices (eaux uses et recyclage des dchets organiques).

    Cest dans cette logique que la FAO appuie la mise en uvre dun projet dutilisation des eaux uses traites par les producteurs engags dans lagri-culture urbaine Dakar et Pikine.

    Ce projet a tenu mettre ce Manuel la disposition des producteurs pour les guider rutiliser sans danger les eaux uses traites dans un environ-nement propre. En effet, les eaux uses reprsentent un danger si elles ne sont pas traites et gres efficacement, car elles peuvent contenir diffrents agents pathognes tels que bactries, parasites, virus, produits chimiques toxiques provenant des dchets humains de lagriculture, de lindustrie et des produits domestiques. Pour cela, leur utilisation doit tre gre par la mise

  • 14

    en uvre de diffrentes actions (traitement, bonnes pratiques agricoles) qui rduisent les risques pour la viabilit des plantes et pour la sant des popu-lations.

    Le Manuel prsente lagriculture urbaine dans le contexte de la Grande Niaye de Dakar et les bonnes pratiques adopter pour que cette activit conomique dune grande importance puisse crotre grce lamlioration des conditions de production et de la qualit des produits et que les diff-rents acteurs de lAgriculture urbaine et priurbaine (aux agriculteurs, aux chercheurs, aux agents des structures dappui au dveloppement et aux consommateurs) puissent se rfrer aux 15 ans dexprience dENDA et du LATEU/IFAN dans la zone des Niayes.

    La promotion dune agriculture urbaine et priurbaine saine et durable, base sur lutilisation dune eau de qualit moindre cot, constitue un dfi que lon peut relever si et seulement si tous les acteurs, du producteur au consommateur, adoptent les bonnes pratiques dictes dans ce Manuel.

    Amadou OUATTARA Reprsentant de la FAO au Sngal

  • 15

    Partie 1

    Introduction

    La ville de Dakar concentre plus de 50 % des pauvres urbains. Le niveau de vie assez bas des citadins de mme que le manque dopportunits de trouver un emploi ont aggrav la dtrioration de lenvironnement et le cadre de vie des quartiers nvralgiques de Dakar o les conditions de logement sont prcaires (manque deau et dhygine publique). Le recours au marachage comme activit gnratrice de revenus, surtout dans les quartiers proximit de la zone des Niayes, est souvent un dbut de solution de lamlioration des conditions de vie des popula-tions. Lagriculture marachre constitue pour la population de la ville une source importante dapprovisionnement en fruits et lgumes frais. Onremarqueunemutationdesmodesdevieetunemodificationdelalimentation traditionnelle base cralire.

    La consommation dune partie de la production par les producteurs eux-mmes (surtout au niveau des exploitations marachres et frui-tires) contribue directement amliorer la qualit de lalimentation de leurs familles.

    De ce point de vue, lagriculture urbaine et les activits conomiques quelle induit permettent un nombre important de personnes de se procurer emplois, revenus et accs aux produits (surtout pour les m-nages faibles revenus), qui leur permettent damliorer la qualit de leur alimentation.

    En effet, elle mobilise depuis la production jusqu la commerciali-sation beaucoup de personnes (travailleurs temps partiel, salaris en qutederessourcesfinanciressupplmentaires,tudiantsdiplms,retraits et bien dautres acteurs de corporations socio-profession-nelles diverses).

    Introduction

  • 16

    De manire spontane et informelle, des rseaux dactivits interd-pendantes se sont constitus aussi bien en amont quen aval de lagri-culture urbaine contribuant ainsi la cration de bassins demplois danslesfiliresartisanalesetdeprestationsdeservices.Lesproduc-teurs marachers font appel de nombreux menuisiers mtalliques et forgerons pour la fabrication de leur petit outillage aratoire tel que les arrosoirs, hilaires, houes, mangeoires, abreuvoirs, etc. Dans le secteur des services, il est fait appel des charretiers transporteurs de matire organique (fumier, coque darachide, dchets de poisson, engrais min-raux) ou des petits commerants distributeurs dintrants divers conditionns et adapts aux besoins et au pouvoir dachat des exploi-tants des petits jardins. Les femmes quant elles ne sont pas laisses pourcomptepuisquellessespcialisentdanslidentification,larcolteet la vente des productions provenant des jardins marachers o elles viennent sapprovisionner. Cette dernire activit leur permet, le plus souvent, dtablir de petits marchs ou tals de lgumes proximit des zones dhabitation.

    Aussi, en labsence de dispositions rglementaires sur les circuits traditionnels existants, le produit arrive au consommateur avec une grande marge sparant le prix de vente la consommation (dtail) du prix au producteur. Ce qui permet aux intermdiaires (transporteurs, commerants) dy trouver leur compte. De mme, la prsence de nombreux revendeurs qui sapprovisionnent sur les sites de culture constitue un facteur dincitation pour les producteurs.

    Sur un autre plan, lexploitation des ordures et dchets de tous ordresaencouraglmergencedefiliresartisanalesdercupration / transformation / commercialisation qui ont contribu crer de petits emplois concourant directement la fourniture dintrants et de petits matriels agricoles lagriculture urbaine. Cest ainsi que lexploitation des dcharges publiques dans plusieurs endroits de la ville, dont celle de Mbeubeuss, permet plusieurs groupes socio-professionnels mer-gents de sexercer. Les artisans-rcuprateurs de fer et daluminium ap-provisionnent les petits producteurs en arrosoirs, hilaires et brouettes. Les pneus et chambres air usags servent la fabrication de puisettes utilises pour lexhaure de leau des puits et canes au niveau des pe-tites exploitations marachres.

    Introduction

  • 17

    La recherche et la reconnaissance dun statut social et la volont dorganisation affiche par la plupart des producteurs regroups encoopratives, fdrations, GIE linstar du GIE Niaye-Bi de Pikine, pour mieux dfendre leurs intrts, sont galement fortement perceptibles.

    1.1. Importance conomique de lagriculture urbaineLa proximit immdiate du grand centre de consommation quest Dakar a t un facteur dterminant de dveloppement du marachage. La part exacte de sa contribution la demande de Dakar, qui ncessiterait des enqutesfinescroisantloriginedesproduitsetleursquantitssurlesmarchs urbains, nest pas connue. Cependant, limportance relative en tonnages de la rgion de Dakar par rapport la production nationale a t estime et peut servir dindicateur approximatif de sa contribution mi-nimale la demande urbaine en considrant que lessentiel des tonnages de cette rgion est commercialise vers Dakar et que la ville absorbe 40 % de la demande en lgumes (Seck et al, 1997). Ainsi, si nous consi-drons, partir des statistiques de la Direction de lHorticulture, une production nationale de 150 000 tonnes de lgumes en 1994/95, aux-quelles sont soustraites les exportations de 4 500 tonnes et auxquelles sont ajoutes les importations de 13 000 tonnes, on obtient un niveau de consommation apparente de 162 500 tonnes sur lequel la ville de Dakar reprsenterait 65 000 tonnes. La rgion de Dakar a produit pour la campagne (1998) environ 40 000 tonnes de lgumes hors haricot vert et melon exports. La rgion de Dakar couvrirait donc plus de 60 % de la consommation de Dakar en lgumes.

    La production de lgume au Sngal est concentre dans la zone des Niayes. Sa production annuelle avoisine les 100 000 t, pour une valeur denviron 18 millions US$ (Schma 2), comptant pour environ 80% de la production totale de lgumes du pays (Tour et Fall, 2001). Dans cette production, lagriculture urbaine joue un rle trs important. Ce-pendantlemanquededonnesfiablessurcetypedagriculturefaitquejusquprsentilrestedifficiledapprcierconcrtementleniveaudeson apport.

    Introduction

  • 18

    Les principales spculations

    19 spculations sont cultives dans les Niayes de Pikine et Patte dOie (Guye 2010). Les espces les plus cultives sont la laitue, la tomate, laubergine amre (jaxatu), le piment, le gombo, loignon, la carotte, le navet et le chou (Schma 1)

    Les producteurs annoncent en moyenne entre six et sept campagnes par anne de laitue ainsi quune rotation annuelle de tomate alterne avec le jaxatu, qui dure 90-150 jours

    La plupart des cultivateurs cultivent les mmes espces :

    96% des producteurs dclarent que la laitue constitue leur pre-mire spculation.

    83% cultivent aussi le jaxatu et 85% la tomate.

    Les spculations secondaires sont loignon (50% de producteurs), le chou (25% des producteurs), laubergine, le gombo, la carotte, la menthe(moins de 10% des producteurs).

    Des cultures associes sont galement notes avec larboriculture fruitire, le Moringa, la papaye, le citron...

    Schma 1. Principales spculations dans la zone

    Les revenus gnrs par la laitue

    Dans la zone de Patte dOie, nous avons recens 161 agriculteurs parmi lesquels certains avaient entre 1 et 13 parcelles. Nous avons ainsiidentifiautourde280parcellesdetaillesdiffrentes.Lenombre

    Introduction

  • 19

    de planches amnages par parcelle varie galement en fonction de la taille de celle-ci. Nous avons not entre 30 et 500 planches par parcelle. Si nous considrons des planches moyennes denviron 4 m2 (selon les rsultats des enqutes) et une moyenne de 60 planches par parcelle, la surface emblave peut alors tre estime 280 parcelles x 60 planches x 4 m2, soit 67 200 m2 (Bald et Niang, 2005).

    Si on part du fait que, pour prs de 70% des producteurs, la laitue constitue leur principale spculation et quen moyenne 6 campagnes de cette spculation sont ralises par an, nous pouvons en dduire, en nous basant sur la moyenne de rendement de cette spculation entre de 15 et 25 t/ha soit une moyenne de 20 t/ha (CDH, 1987), que la zone dtude fournie la ville de Dakar, par an, un minimum de :

    S x a x rm x c (Equation 1)

    S: reprsente la surface totale emblave en laitue (en ha)

    rm : rendement moyen (en t/ha) fi x pour la laitue dans les niayes de Dakar par le CDH

    a : reprsente le pourcentage dagriculteurs faisant la laitue dans la zone,

    c : reprsente le nombre de campagne par an.

    Equation 1 = 6,72 x 0.7 x 20 x 6 = 564,48 tonnes de laitue par an

    Il faut reconnatre que le prix de la laitue varie en fonction de la saison. En priode de prix favorables, un kilogramme de laitue cote 250 FCFA alors quen priode de prix dfavorable, un kilogramme re-vient 125 FCFA au march. Cela donne une moyenne annuelle de 187,5 FCFA le kilogramme. Ce prix rapport la production annuelle de la zone (environ 560 t) donne une valeur de 105 000 000 FCFA. Il faut reconnatre que la valeur qui revient lagriculteur est estime seulement 78,125 FCFA le kilogramme. Ainsi la culture de la laitue dans la zone rapporterait aux agriculteurs environ 43 750 000 FCFA par an.

    Introduction

    S x a x rm x c (Equation 1)

    S: reprsente la surface totale emblave en laitue (en ha)

    rm : rendement moyen (en t/ha) fi x pour la laitue dans les niayes de Dakar par le CDH

    a : reprsente le pourcentage dagriculteurs faisant la laitue dans la zone,

    c : reprsente le nombre de campagne par an.

    Equation 1 = 6,72 x 0.7 x 20 x 6 = 564,48 tonnes de laitue par an

  • 20

    Lebnficequirevientauxcommerantes,noncomptetenudutrans-port et des frais connexes, serait de 61 250 000 FCFA.

    Schma 2. Les revenus gnrs par lagriculture urbaine

    Estimation des revenus par parcelle et par source dirrigation

    Estimation partir de la laitue

    On peut estimer les revenus annuels pour une parcelle de 0.1 ha de laitue en se basant sur les donnes suivantes :

    -onconsidreunesuperficiede0,1 ha (1000m2), dnomme grande parcelle ;

    - on a en moyenne 90 planches de 10m2.

    Si on considre le prix de vente moyen dune planche (planche de 10m2) 7 500 francs, la vente est estime pour une exploitation de 0.1 ha 675 000 F soit pour six (6) campagnes dans lanne 4 050 000 F CFA.

    Lamargebnficiaireraliseparunagriculteurutilisantleseauxdecanepourunesuperficiede0,1 ha en tenant compte des charges dexploitation (tableau 1) est de 4 050 000 - 2 774 000 = 1 276 000 FCFA

    Introduction

  • 21

    Charges pour une superficie 0,1ha Cots en F CFASemences 144 000Fumier 150 000Main-duvre (6 ouvriers * 15 000 F CFA*12 mois) 1 260 000Entretien cane 60 000Nourriture (700 F par ouvrier par jour pour 300 jours) 1 080 000Matriel agricole 60 000Autres dpenses 20 000Total 2 774 000

    Tableau n1 Charges annuelles pour un utilisateur des eaux de cane (Bald et Niang, 2005)

    Lamargebnficiaireraliseparunagriculteurutilisant leseauxuses pour une superficie de 0,1 ha en tenant compte des charges dexploitation (Tableau 2) est de : 4 050 000 2 636 000 = 1 414 000 FCFA.

    Charges pour une superficie 0,1ha Cots en F CFASemences 144 000Fumier 72 000Main-duvre (6 ouvriers * 15 000 F CFA*12 mois) 1 080 000Nourriture (700 F par ouvrier par jour pour 300 jours) 1 260 000 Matriel agricole 60 000Autres dpenses 20 000Total 2 636 000

    Tableau n2. Charges annuelles pour un utilisateur des eaux uses (Bald et Niang, 2005)

    Lamargebnficiaireraliseparunagriculteurutilisantleseauxdepuitspourunesuperficiede0,1 ha en tenant compte des charges dex-ploitation (Tableau 3) est de : 4 050 000 - 2 714 000 = 1 336 000 FCFA.

    Introduction

  • 22

    Charges pour une superficie 0,1ha Cots en F CFASemences 144 000Fumier 150 000Main-duvre (6 ouvriers * 15 000 F CFA*12 mois) 1 080 000Nourriture (700 F par ouvrier par jour pour 300 jours) 1 260 000Matriel 60 000Autres dpenses 20 000Total 2 714 000

    Tableau n3 : Charges annuelles pour un utilisateur des eaux de puits (Bald et Niang, 2005)

    Comparaison des marges bnficiaires

    Les rsultats obtenus montrent que la marge ralise avec leau use est plus leve, suivi de leau de puits et des canes. La raison est que lutilisation de leau use rduit la consommation en fumier. Pour lutilisation de leau de puits, lagriculteur gnralement peut ne pas procder au curage au courant de lanne, ce qui fait que la variation de lamargebnficiaireentrelacaneetlepuitsdpenduniquementdu cot de lentretien des canes . Selon les agriculteurs, les parcelles dont leau darrosage est leau use, procurent une meilleure qualit de lgumes et gnrent des revenus plus levs par rapport aux parcelles utilisant une eau de cane ou de puits. En outre, le revenu est aussi astreint aux variations saisonnires. Pendant et peu aprs la saison des pluies,surtoutentrejuilletetlafindumoisdeseptembre,leschampssont souvent inonds, ce qui empche les semis et les dsherbages. La saison sche, avec le froid surtout entre dcembre et fvrier est le moment o le travail atteint sa vitesse de croisire. Pendant ce temps, les champs ne sont pas inonds et il y a encore de leau pour larrosage.

    Stratgies de production

    En effet, le choix des diffrentes spculations rsulte de la divergence des stratgies conomiques. Les agriculteurs cultivent des lgumes di-

    Introduction

  • 23

    versifis.Onnotelaprsencedespculationcyclecourtcommelalaitue (95% des agriculteurs), utilise pour assurer les dpenses cou-rantes (achat dintrants, salaires des ouvriers et une grande partie de la nourriture). Les cultures de cycle long comme le jaxatu , 5 6 mois,sontutilisspourmaximiserlesbnfices,etpourinvestirdansla construction ou pour les besoins privs (les frais de scolarit). Sur un effectif de 33 agriculteurs enquts, 55% nont pas dautres sources de revenu. Selon la capacit dinvestissement et la taille de la parcelle, lagriculteur peut tre occup temps plein ou temps partiel.

    Financement et domaines dinvestissement

    Financement

    91%desagriculteursfinancentleursactivitssurfondspropres.Cequiveut dire que ces agriculteurs ne reoivent pas de subvention et nont pasaccsdesstructuresfinancirespouvantleuroctroyerdescr-dits. Ils ne participent pas au systme dpargne populaire de la zone.

    Domainesdinvestissementdesbnfices

    Les lgumes produits reprsentent souvent des conomies impor-tantes pour les dpenses alimentaires. 96,7% consacrent leur revenu aux besoins familiaux (nourriture, habillement scolarit, sant) et au renforcement de leur activit.

    Limites de lanalyse conomiques

    La combinaison de diffrents types de cultures (marachage, arboricul-ture, etc.) et, parfois, lassociation de plusieurs spculations (Jaxatu et laitue) dans une mme parcelle (Photo 1), ajoute labsence de la tenuedecomptefontquilestdifficiledvaluer lesrevenusglobauxdes marachers. De plus, il y a souvent une rticence rvler les gains soit par pudeur soit par crainte (de montrer limportance des revenus et risquer de voir arriver la concurrence).

    Introduction

  • 24

    Photo 1. Association de cultures Pikine

    Pour plus de fiabilit, nous nous contenterons de donner les re-cettes obtenues par spculation et par mode dapprovisionnement en eau recueillies sur le site de Pikine (Tableau 4).

    Cultures

    Eaux de canes Eaux usesPikine Ouest Pikine Nord

    Surface en m2

    Nombre moyen de

    cycle par an

    Recettes par an en

    FCFA

    Surface en m2

    Nombre moyen de

    cycle par an

    Recettes par an en FCFA

    Laitue 246,4 4,455 300 500 226,3 4,75 340 900Tomate 367.5 1.375 367 380 237 1.75 143 630Oignon 390 1 777 100 1.222 274 400Jaxatu 437.5 1 106 900 231.6 1.6 234 000Chou 260 1.33 187 700 264.7 1.67 296 700Piment 600 1 1 125 000 160 1 200 000

    Tabeau 4. Recettes annuelles par spculation et par mode dapprovisionnement en eau (Niang et al., 2002)

    Introduction

  • 25

    Gnralement, la structure de la production reflte celle de laconsommation locale. Les petites exploitations cultivent des espces autochtones, bon march, pour les consommateurs moindre revenu. Les lgumes rcoltes suivent un circuit dit circuits de commerciali-sation de proximit (de nombreux petits commerces existent dans les quartiers populaires), les exploitants les coulent, dans la plupart des cas, sur place au niveau du jardin, des intermdiaires ou reven-deurs comme lillustrent les photos 2 et 3, ou au march (Schma 3).

    Photo 2. Vendeuses de laitue bords champs Photos 3. Vente de tomates bords champs

    Schma 3. Vente de lgumes au march

    Introduction

  • 26

    Il faut signaler que la combinaison des deux procds existe gale-ment. On peut noter aussi la prsence de quelques rares consomma-teurs qui viennent sapprovisionner directement au niveau des champs. Ceux qui viennent directement dans les champs sont souvent les per-sonnes qui habitent proximit des lieux de production. Cependant la grande majorit des consommateurs sapprovisionnent en produits marachers au niveau des marchs. Les commerantes ont dvelop-p des stratgies qui leur permettent de vendre leurs produits soit lunit (laitue, piment, tomate, Jaxatou , Bissap (oseille), poivron, gombo, oignon) soit par portion (chou, manioc). Ainsi, aussi bien les commerantes que les mnagres, faible pouvoir dachat, y trouvent leur compte. Les donnes disponibles sur les prix ne font pas appa-ratre des taux de marge excessifs si on les compare dautres situa-tions. Ainsi, les prix moyens du chou taient rpartis comme suit entre 1989 et 1993 (source : ISRA/CDH) :

    102 F CFA/kg pay au producteur ;

    140 F CFA/kg pay au grossiste ;

    200 F CFA/kg pay la dtaillante.

    Plusqueleniveauglobaldesprix,cestlafluctuationsaisonnirequipose problme pour le consommateur. En priode de bas prix (fvrier), des observations sur les marchs montrent que les commerants connaissentdesdifficultsdcoulement,lesinvendussontfrquents,laconsommation est sature. Cest donc dans les priodes de prix maxi-mum (octobre) que leffort daugmentation de loffre doit porter. Cette augmentation peut se faire par le biais du recyclage des eaux uses, riches en lments fertilisants, dans lirrigation de parcelles de produc-tion agricole. Cela est surtout vrai dans le site de Pikine en priode hivernale o les productions les plus intressantes sont observes chez les marachers disposant de leau use.

    Ilatdifficiledavoirdesinformationssurleschargesdexploita-tion par rcolte du fait du caractre informel qui entoure lactivit. Les donnes que nous avons pu obtenir montrent des variations normes entre les exploitations. Les rsultats de ltude rvlent que :

    Introduction

  • 27

    la prparation des sols cote en moyenne 8 682 F CFA avec des sommes variant entre 500 et 150 000 F CFA ;

    lquipement cote un peu plus cher avec 10 300 F CFA en moyenne;

    les engrais et pesticides cotent en moyenne 4021 F CFA par rcolte ;

    les semences cotent en moyenne 7 140 F CFA par rcolte.

    Cette faiblesse des charges peut sexpliquer, entres autres, par luti-lisation des eaux uses qui, daprs les exploitants, diminue certaines charges dexploitation comme celles qui sont inhrentes lutilisation dlments fertilisants. Ces charges sont de loin infrieures celles qui sont pratiques gnralement autour des grandes villes du Sngal et ailleurs sur le continent. Ces carts peuvent tre lis la qualit des informations fournies par les agriculteurs.

    I.2. Caractrisation de la zone Lagriculture urbaine de Dakar se pratique dans une zone aux condi-tions climatiques et hydrographiques favorables : la zone des Niayes de Dakar (Figures.1a-1b). Les Niayes sont une terminologie rgionale qui dsigne une srie de dpressions plus ou moins inondes de manire permanente ou semi-permanente dlimite par un ensemble de dunes externes, vives ou semi-fixes. La rgion desNiayes borde la frange maritime du pays et stire sur une longueur de 180 km et une largeur de 5 10 km (Ndiaye, 2009).

    Introduction

  • 28

    (Sou

    rce

    . G

    uye

    , 200

    6)

    Figu

    re.1

    a : L

    ocal

    isat

    ion

    des

    site

    s d

    agri

    cultu

    re u

    rbai

    ne

    Dak

    ar e

    t de

    s si

    tes

    dt

    udes

    Introduction

  • 29Introduction

  • 30

    Figure1b : Aperu sur les Niayes de Dakar

    Introduction

  • 31

    Les Niayes de Dakar sont caractriss par une nappe deau souter-rainepeuprofonde(0.55mdeprofondeur)affleurantequireposesur une loupe deau sale (Fig. 2). La zone des Niayes possde un rseau routier interurbain et intra-urbain permettant de relier les infrastruc-tures portuaires et aroportuaires de la capitale aux grands marchs urbains de consommation en des temps relativement courts, sans n-cessiter lemploi du transport rfrigr plus coteux, ou en lutilisant sur une courte distance (Fall et Fall, 2001).

    La description des sols dans des fosses pdologiques et avec une ta-rire a permis dtablir une carte des sols du site de Pikine (Figures 2 et 3). Les sols Dior (Arenosols ferriques) dominent sur les sommets des dunes jusqu mi-pente, puis le caractre dhydromorphie devient progressivement dominant et on trouve des sols Bambo (Gleysols oxyds) en bas de pente et des sols Batir (Gleysols organiques r-duits) dans les cuvettes.

    Introduction

  • 32

    Figure 2. Carte des sols du site dAU de Pikine (Source : Guye, 2010)

    Introduction

    Types de sols

    Arenosol ferriqueArenosol ferrique hydromorphie de profondeurGleysol oxydGleysol rduitSol sulfate acide sal

    200 0 200 Mtres

  • 33

    Figure 3 : Localisation, morphologie et formation pdologiques de la zone des Niayes de Pikine

    (Source:Guye,2006,modifiparNiang,2010)

    Tous les solsprsententune fortecapacitdinfiltrationavecunegranulomtrie grossire, avec 90-95% de sables, une faible capacit de rtention (CEC) et une pauvret en matire organique (Corg : 0.97% etNorg:0.09%enmoyennedansleshorizonssuperficiels).Lesparti-culesfines(argilesetlimons),leCorg,lacapacitdchangecationique(CEC) et le pH augmentent lgrement le long de la toposquence (respectivement + 43%, +66%, +13%, et +1.2 units dans les Bambo/Batir). Malgr des teneurs faibles en Corg, les Bambo/Batir prsentent unhorizonsuperficielnoiretlestockorganiqueaugmentefortement(+300%), par le ralentissement du turn-over en conditions danoxie permanente ou temporelle. Les proportions dhumine augmentent au dtriment des acides fulviques qui se retrouvent dans la nappe (Daouk, 2008 ; Diye and Henzi, 2006).

    La zone des Niayes est un cosystme favorable lpanouissement de beaucoup despces vgtales. Cependant, elle est trs vulnrable depar laposition superficiellede sanappemais aussi causede la

    Introduction

    mare salesol bambo

    sol Diorsol batir

    eau peu sale

    Ocan Atlantique

    eau sale irrigation eau use irrigation eau use

    + eau de cane irrigation eau de caneSol Dior, sol du systme dunaire ancien

    Tourbes

    Sol Batir, sol des palmeraies

    Sol Bambo, dior voisin des mares permanentes

    vgtation (cocotiers, mangrove, Typha, roseaux)

    30 m

    0 m

    NW SE

    0 40

  • 34

    permabilit de ses sols. Dans ce contexte, lpandage des eaux uses brutes pour lirrigation, lutilisation des fumiers organiques pour lamen-dement des champs et lutilisation importante de produits phytosani-taires (Guye, 2009) peuvent provoquer la contamination chimique et microbiologique de la nappe deau souterraine, des lgumes produits et, par consquent, exposer les populations riveraines des risques sanitaires.

    I.3. Profil des acteurs de la filireLes acteurs de lagriculture urbaine de Dakar sont nombreux, il y au-rait 5 000 exploitations dans la rgion de Dakar et 1 500 producteurs dans la Niaye de Pikine (Diagne, Diop et al. 2006). Ils comprennent les petits producteurs, les employs agricoles, les acheteurs/euses en gros dans les champs (bana bana), les marchands au dtail, transporteurs, transformateurs, leveurs et vendeurs dintrants. Tous appartiennent lconomie informelle (Guye, 2010).

    I.3.1. Les producteurs

    Lattrait du marachage, ces dernires annes, est d limportance considrable de la crise conomique aggrave par la chute des prix lexportation des cultures de rente (arachide, etc.), la forte crois-sance urbaine et la disponibilit dune main-duvre abondante. Les principaux acteurs de cette activit urbaine sont danciens agriculteurs ruraux et mme urbains ayant migr Dakar la suite aux annes de scheresse et de la dgradation de leurs conditions de vie. Pour leur insertion urbaine, ces anciens agriculteurs (58,3%) venant de lintrieur du pays se sont investis dans une activit quils connaissent bien et qui, enplus,estrentable,eugardlafortedemande.Onynotedesprofilsdivers composs dartisans (18,6%), de commerants en faillite ou en situation prcaire (2,1%), de pcheurs (4,2%), danciens tudiants ayant obtenus leur licence ou des retraits qui se sont convertis en agricul-teurs.

    Contrairement ce qui sobserve dans la sous-rgion (Burkina Faso, Ghana, Mauritanie), ici la quasi-totalit des agriculteurs est de sexe masculin.Celametenexerguelesconditionsdetravailtrsdifficiles

    Introduction

  • 35

    qui ne sont pas supportables aux femmes qui prfrent se consa-crer la commercialisation des produits rcolts. Ils sont en majorit musulmans.

    Lanalyse de lge de la population des agriculteurs montre que celle-ci est gnralement compose de personnes relativement jeunes, avec une moyenne dge de 36 ans. Le tableau 5 montre en effet quenviron 51,3% des agriculteurs sont gs de moins de 35 ans, contre seulement 22% qui ont plus de 45 ans. Cette relative jeunesse de la population des agriculteurs peut constituer une richesse pour la prennit du m-tier dagriculteurs qui est gnralement peru par les jeunes comme trs rude et trs peu rmunrateur, mais surtout pour laptitude linnovation.

    CLASSES DGE EFFECTIF POURCENTAGEInfrieur ou gal 25 ans 4 9,8%Entre 26 et 35 ans 17 41,5%Entre 36 et 45 ans 11 26,8%Entre 46 et 55 ans 9 22,0%TOTAL 41 100,0%

    Tableau 5 : Rpartition des agriculteurs selon lge (Gaye et al., 2010)

    Concernant le niveau dinstruction, seuls 39,0% de la population des agriculteurs sont instruits, dont 2,4% ayant le niveau tudes sup-rieures , 4,9% le niveau tudes secondaires et 31,7% le niveau tudes primaires . Le reste de la population est galement rpartie entre ceux qui nont reu aucune instruction et ceux qui ont appris seulement larabe (soit 43,9%).

    La population des agriculteurs de la zone des Niayes est domine par les ressortissants de la rgion de Louga situe environ 200 km de Dakar (31,7%), suivis de ceux qui viennent de la rgion de This qui est 80 km de Dakar (22,0%). Les rgions de Diourbel ( 200 km de Dakar) et de Saint-Louis ( 250 km de Dakar) sont les plus faiblement reprsentes avec chacune 2,4% des marachers.

    Il fautnoterfinalementque lamajoritdesagriculteurspourdescommodits daccs, habitent prfrentiellement dans les zones

    Introduction

  • 36

    proches des sites agricoles (75,6% habitent dans la zone de Pikine contre seulement 2,4% aux Parcelles assainies).

    I.3.2. Les vendeuses

    La quasi-totalit du commerce de dtail est dtenu par les femmes qui sont toutes de religion musulmane. Cette situation ne fait que confor-ter lide que le mtier de vendeur de lgume est typiquement rserv aux femmes. Les rares hommes qui y voluent font de la vente de gros. Elles tissent des relations de clientle bases sur la confiance rci-proque avec les producteurs et achtent le plus souvent les planches de lgumes crdit. Elles versent la totalit ou une partie des sommes dues au producteur aprs avoir coul leurs lgumes.

    La majorit des vendeuses ont un ge qui varie entre 36 et 45 ans (Tableau 6), avec un ge moyen qui se situe autour de 39 ans. Ce sont souvent des femmes maries qui exercent ce mtier pour complter la dpense quotidienne et en mme temps pargner travers des ton-tines en vue de dpenses ultrieures plus consistantes.

    CLASSES DGE EFFECTIF POURCENTAGEInfrieur ou gal 25 ans 7 16,7%Entre 26 et 35 ans 10 23,8%Entre 36 et 45 ans 14 33,3%Plus de 46 ans 11 26,2%

    TOTAL 42 100,0%

    Tableau 6 : Rpartition des vendeuses selon lge (Gaye et al., 2010)

    Au niveau de linstruction, seuls 26,2% des vendeuses sont instruites, dont 2,4% avec un niveau tudes secondaires et 23,8% un niveau tudes primaires . Le reste de la population est galement rparti entre les vendeuses qui nont reu aucune instruction et celles qui ont appris seulement larabe (soit 31,0%).

    Quasiment toutes les rgions du pays sont reprsentes dans la po-pulation des vendeuses, exception faite de la rgion de Dakar. La plus

    Introduction

  • 37

    grande partie des vendeuses vient des rgions de This (31,0%), suivie de Diourbel et de Louga, avec chacune 14,3%.

    Comme chez les producteurs, la grande majorit des vendeuses ha-bitent dans la zone de Pikine.

    I.4. Pratiques culturales dans la zoneLes exploitations. Les systmes de culture dvelopps dans ces sites sont trsdiversifisdeparleurtaille,leurdegrdintensification,leurssp-culationsetlafinalitdelentreprise(activitprincipaleousecondairedu chef dexploitation). Les techniques dexploitation sont variables et sont tributaires des disponibilits en ressources naturelles (notamment leau), lenvironnement socio-conomique, la proximit des marchs de consommation, la destination des productions, le mode de tenure des terres,lessuperficiescultives.

    Les exploitations marachres familiales de type traditionnel repr-sentent la grande majorit des exploitations au Sngal (prs de 70%) et sont gnralement situes dans les Niayes. Elles ont en moyenne unesuperficiede0,11ha(Mbaye,1999).Encequiconcernelessitesretenus dans le cadre de notre tude, la taille moyenne des cultures est estime 503 m. Il sagit de petites exploitations, situes lintrieure desvilles,quiparticipentaudynamismeetausuccsdelafilire.

    Les eaux dirrigation. Globalement, on constate trois types de sources dirrigation : les eaux de la nappe proche (canes), les eaux de la nappe plus profonde (puits) et les eaux uses.

    Dans lensemble, les marachers utilisant les eaux uses exploitent des domaines relativement petits compars ceux qui utilisent les canes. Le recours aux investissements utiles est limit par la taille rduite de certaines exploitations qui, non seulement, empche le fonctionnement adquat au niveau de lapprovisionnement en intrants (semences, engrais, matriels agricoles etc.), mais aussi contrarie la ro-tation des cultures.

    1- Les eaux de cane (puits de 1 3 m de profondeur et de 4 5 m de largeur). Dans la zone tudie, on trouvait des mares dissmines qui permettaient dans les conditions climatiques normales de four-

    Introduction

  • 38

    nir de leau darrosage. Mais, avec la scheresse, les quelques rares mares qui existent sont juges trop sales pour faire du marachage. Actuellement, seules des canes permettent le maintien de cette culture. Cependant, cette eau douce, reposant sur une loupe deau sale ne peut tre exploite que de faon limite sous peine de pol-lution des nappes par intrusion saline (Niang, 1997 ).

    2- Les puits. Trs peu rpandus Pikine, ils reprsentent environ 13% des sources dapprovisionnement en eau dirrigation la Patte dOie. Ils sont soumis aux mmes limites dexploitation que les canes.

    3- Les eaux uses. Le marachage est normalement un systme de culture intensive qui demande un apport obligatoire et rgulier en engrais pouvant reprsenter 23 % en moyenne des charges totales dexploitation. Cette exigence du marachage et surtout la pnurie deau expliqueraient le recours aux eaux uses qui sont riches en lments fertilisants. Ce qui pousse les agriculteurs lutilisation de cette manne , cest avant tout sa disponibilit et sa richesse (selon 37,6 % des agriculteurs), mais aussi son accs gratuit (pour 33,4 % des agriculteurs).

    Selon les agriculteurs, cette eau, riche en lments minraux et trs conomique, permet dutiliser moins dengrais. Ainsi, les producteurs irrigant leurs exploitations avec des eaux uses appliquent en moyenne 50% de moins de fertilisant NPK, 25% de moins dure et 40% de moins de fumure organique (Guye, 2010).

    De par leur important volume, ces eaux uses peuvent combler le dficiteneaudesexploitations.Danscertainsendroits,ellesconsti-tuent lunique source dapprovisionnement : cest le cas Ouakam (ce site nexiste plus depuis lamnagement de la Corniche ouest). Il faut noter que cette eau use nest pas traite. Pikine, les exploitants ont dvelopp toute une stratgie pour lutter contre la salinit des mares et des canes. En effet, le mlange des canes avec leau use amene paruntuyaudefortunebranchaurseaudelOfficenationaldelAs-sainissement du Sngal (ONAS), est un procd utilis par les mara-chers de cette zone pour repousser les eaux sales (photo 4).

    Introduction

  • 39

    Photo 4. Cane remplie deaux uses Pikine

    Dune manire gnrale, plus de 80% des exploitants, sur les trois sites tudis, dclarent ne pas disposer de leau ncessaire pour lirri-gation des surfaces disponibles. Malgr tout, les taux de satisfaction les plus importants semblent tre nots chez les exploitants utilisant les eaux uses brutes.

    Les outils. Le matriel utilis ne cote pas cher et concerne les outils de binage, de dsherbage, dmondage, de sarclage et de repiquage. En dautres termes, le matriel utilis est constitu de hilaires, rteaux, binettes, fourches, pics, dabas, pelles, etc.Cematriel confirme lanature traditionnelle qui reste lagriculture.

    Les ouvriers. Pour lensemble du pays, la population totale moyenne dune unit de ce type dexploitation est de 10 12 personnes dont 3 4 actifs familiaux et 1 2 actifs extrieurs la cellule familiale (MEACC, 1996). Les exploitations visites se caractrisent par la taille trs rduite de leur main-duvre. La taille moyenne est de 2,1

    Introduction

  • 40

    personnes. La plupart des personnes sont soit des membres de la famille (fils, neveu, petits-fils.), soit des employs permanents, soitdes employs saisonniers (navtane ou surga).

    Les fertilisants. Sur le plan de lutilisation des fertilisants, les pratiques agricoles des petits producteurs priurbains sont trs variables, d-pendantesdumarch,descontraintesfinanciresetdesdisponibili-ts des intrants. Comme fertilisant organique, il existe le fumier de cheval,lasciuredebois,lafientedevolaille,lefumierdepoisson,lapoussire darachide et le fumier dovin. Gnralement, le fumier organique est achet par sac ou par charrette auprs des leveurs urbains. Ces fertilisants organiques ont des proprits physico-chi-miques variables selon le degr de maturation du fumier. Le fumier de cheval, qui est le plus utilis, montre des teneurs en azote trs faibles et un pH alcalin favorisant la volatilisation. La fertilisation mi-nrale utilise est de type 10 10 20. La quantit maximale atteint 1500kg/ha et lapport en fumiers animaux 100t/ha pour la tomate ou le jaxatu. Cependant, quelques producteurs nappliquent aucune fertilisation autre que celle provenant des eaux uses.

    Les pesticides. Les petits producteurs priurbains de Dakar utilisent des pesticides sur les cultures marachres de plus en plus massivement etdemanireincontrle(Photos5et6).Lefluxtotaldepesticidesa t estim 60kg/ha/an, totalisant 15 matires actives. Seules deux de ces matires actives sont autorises par le CPS-CILSS qui rgle-mente lusage des pesticides dans neuf pays dAfrique de lOuest. Les plus utiliss par les producteurs sont lorganochlor dicofol, les organophosphors methamidophos, dimethoate et fenithrotion ainsiquelecabamatemethomyl(Guye,2010).Lesfluxlesplusim-portants varient entre 9 et 7 kg/ha/an (methomyl, methamidophos, ethoprophos et dicofol), les autres pesticides ayant des flux inf-rieurs 3.5 kg/ha/an. Les pesticides qui prsentent un risque lev de contamination des eaux souterraines et qui devraient tre prio-ritaires pour un suivi analytique sont : le carbofuran, le dimethoate, lethoprophos et le methomyl.

    Introduction

  • 41

    Photo 5. Mauvaise pratique risque lev Photo 6. Flacon de dimethoate, produit dangereux

    Lagriculture urbaine se particularise, selon les rsultats de notre tude, par sa presque non-saisonnalit. 73% des agriculteurs pratiquent leurs activits durant toute lanne. Ce pourcentage est de 99% pour les agriculteurs utilisant les eaux uses. Le nombre moyen de mois de travail est denviron 10 mois sur 12. Rares sont ceux qui ne travaillent que durant lhivernage ou la priode chaude (4,2%).

    Les cultures. Les agriculteurs associent, sur une mme parcelle, dif-frentes activits : soit du marachage et de larboriculture , soit de larboriculture et de la culture de crale, soit du marachage seulement avec association de deux spculations (Photos 7 et 8). La plupart des exploitants sinvestissent dans le marachage (43,8%), le marachage et larboriculture (31,3%), dans larboriculture et la culture de crales (16,7%). Dans ce dernier cas, il sagit essentielle-ment de la culture sous pluie de mas Ouakam.

    Introduction

  • 42

    Photo 7. Association de culture dans la parcelle

    Photo 8. Association de cultures lintrieur de la planche

    Il faut aussi signaler que les eaux uses et celles des canes sont les principales sources deau darrosage et dirrigation. En fait, les canes sont directement creuss dans les champs alors que les eaux uses sont amenes soit par des canaux en PVC (22,9%), soit par tranches rustiques (Ouakam). Il faut noter que laspersion larrosoir (capa-cit denviron 10 litres) reprsente la technique (41,7%) la plus utilise (photo 9). La technique daspersion au tuyau souple commence gale-ment se rpandre dans la zone (Photo 10). On notera aussi quau ni-veau de ces exploitations, dautres techniques telles que la localisation ou lirrigation par une tranche qui apporte leau dans un trou creus au niveau de la parcelle (10,4%) et la raie sont utilises (2,1%). Il arrive que deux techniques telles que laspersion et la localisation soient as-socies (2,1%).

    Introduction

  • 43

    Photo 9. Irrigation par aspersion larrosoir Photo 10. Irrigation laspersion au tuyau darrosage (mthode qui facilite mieux la protection de lagriculteur)

    Les cultures fruitires et marachres prsentent des potentiali-ts de rendement nettement suprieures aux cultures traditionnelles pluviales (mil, sorgho, arachide, coton, riz). Larachide et la pomme de terre peuvent donner des rendements allant respectivement de 1 20 tonnes lhectare. Loignon, le concombre, la patate douce, la tomate, la pastque, le poivron peuvent donner des rendements suprieurs 50 tonnes par hectare. Le chou, le melon, laubergine, la carotte, le navet, le Jaxatu ont des rendements compris entre 20 50 t/ha. Le tableau 7 donne des informations intressantes sur les diffrentes cultures ma-rachres.

    Introduction

  • 44

    CULTURES PRIODE SEMIS SEMENCES pour 100 m2

    CYCLE en jours

    RENDEMENTS kg pour 100 m2

    AUBERGINE 12/12 3 grs/m2 170-200 250-400CAROTTE Octobre-Mars 150 grs 90 -105 150-400CHOU Septembre-Juillet 7 grs/2 m2 95-125 250 -400

    GOMBO 12/12 100 grs 140 -160 150 -300LAITUE Novembre-Avril 5 grs/5 m2 70-75 150-250OIGNON Novembre-Jan-

    vier60 grs/12 m2 150-180 200-300

    PATATE 12/12 300 boutures 120 250-500PIMENT 12/12 4 grs/2 m2 175-240 80-150POMME DE TERRE Octobre-Janvier 15-30grs 80-90 200-400TOMATE 12/12 3 grs/3 m2 105-150 200-500JAXATU 12/12 3 grs/2 m2 145-210 80-200

    Tableau 7 : Information sur les cultures marachres (Niang et al., 2002)

    Nonobstant ces rendements levs et une forte valeur ajoute, une bonnepartiedecesagriculteursnenprofitentpasde faonsatisfai-sante. Ceci est li au faible niveau dinstruction des producteurs, la non-matrise des nouvelles technologies culturales, lutilisation de ma-triels agricoles lgers et archaques, lapprovisionnement irrgulier dintrants aux cots levs, un systme de distribution peu organis et un mode dutilisation des intrants souvent inappropri.

    Il faut noter que le recours aux eaux uses traites, riches en l-ments fertilisants, peut donner des rendements satisfaisants. Daprs les exploitants, lutilisation de leau use est meilleure au plan agro-nomique notamment au niveau du rendement. Par exemple Gadia (prsdeDiokoul lentredeRufisque), le chouqui y tait cultivavait, daprs les exploitants, la particularit dtre plus grand avec un meilleur got. Sur le site de Pikine, nous avons, constat que le Jaxatu (aubergine amre) et la laitue, cultivs avec de leau use, sont plus volumineux que ceux cultivs avec leau de cane. De mme, selon les agriculteurs, le cycle de culture est moins long lorsque les lgumes sont cultivs avec de leau use. Par exemple, daprs les informations fournies par les marachers de la Niaye de Pikine, la salade met 20

    Introduction

  • 45

    25 jours avec de leau use au lieu dun mois, pour arriver maturit. Cependant, daprs eux, au plan de la rsistance, les lgumes cultivs avec leau use pourrissent plus vite. Par exemple, la laitue doit tre im-prativement coule par les commerantes dans les 24 heures aprs la rcolte.

    Sur le plan phnotypique (ensemble des caractres observables chez un individu), la couleur de la laitue, par exemple, est vert fonc, avec des tches blanches sur les feuilles, dues au systme darrosage (aspersion). La prfrence des eaux uses par certains exploitants peut sexpliquer travers les propos recueillis auprs dun vieux maracher trouv la Patte doie : Si javais la possibilit davoir en permanence cette eau sans tre inquit par le Service dHygine, je pourrai nourrir plus de 30 personnes .

    I.5. Importance de la pratiqueLe manque deau frache disponible dans les rgions climat aride ou semi-aride pousse les agriculteurs rutiliser les eaux uses comme source deau dirrigation. Cette pratique existe depuis des sicles dans les rgions climat aride ou semi-aride. Elle a t recense dans plus de 100 villes importantes par van der Hoek (2004). Les estimations de surfaces irrigues par des eaux uses (traites, dilues, partiellement traites ou brutes) dans lagriculture mondiale seraient au moins de 20 millions dhectares (7% de lirrigation totale) (Hamilton et al., 2007; Qadir et al., 2007 ; Scott et al., 2004), et ces surfaces devraient en-coreaugmenteraveclintensificationdustresshydrique.Leslgumesne sont cultivs que sur 7% des surfaces irrigues avec des eaux uses cause des restrictions des gouvernements, mais produisent un retour sur investissement doubl par rapport une irrigation avec des eaux de nappe (Qadir et al., 2007).

    Des normes internationales ont t tablies pour la rutilisation deaux uses en agriculture (Mara et al., 2010 ; WHO, 2006), visant minimiserlesrisquestoutenmaximisantlesbnficesdeseauxuses.Elles concernent la qualit microbiologique des eaux uses (coliformes fcaux et nmatodes intestinaux), les teneurs en mtaux lourds/mtal-lodes, la salinit (Ayers and Westcot, 1985) et les diffrentes restric-

    Introduction

  • 46

    tions de cultures ou de mode dirrigation lies (Blumenthal et al., 2000 ; Carr et al., 2004). En outre, elles prennent en compte les mesures pro-tectrices pour les cultivateurs et les lavages post-rcoltes, mais certains risques comme les rsidus de mdicaments potentiellement pertur-bateursendocriniensoulaqualitdumilieurcepteurfinalnesontpas soumis restriction, car les mthodes analytiques et le nombre de recherche sont encore trop faibles. Le respect et le contrle des normes existantes posent problme dans les pays du Sud, y compris au Sngal, o la norme nationale de rejets deaux uses (DEEC, 2001) nest pas applique.

    Les avantages de la rutilisation deaux uses sont principalement dordre conomique pour les producteurs, car plusieurs tudes recen-sent une augmentation des rendements (Faruqui et al., 2004 ; Niang, 1999 ; Qadir et al., 2007) et des cots de productions diminus en pargnant des fertilisants. Cependant, un bnfice environnementalpourrait avoir lieu en rechargeant des nappes ctires qui sont ex-poses lintrusion deau de mer lors de baisse du niveau phratique, avecdes effluents pralablement traits (Asano andCotruvo, 2004).Afindegarantirlebnficeenvironnemental,cesauteursprconisentlvaluation de la recharge en continu. En effet, le sol ne peut constituer unfiltresuffisantdanslescasderechargenoncontrleavecdesef-fluentsnontraitsetlaqualitdelanappeenestatteinte(CareyandMigliaccio, 2009 ; Toze, 2006).

    Lirrigation de longue dure avec des eaux uses induit des chan-gements des proprits physiques, chimiques et biologiques des sols (Gharbi Tarchouna, 2008 ; Masto, 2009). Les impacts long terme ont t relativement peu tudis, mais on constate un accroissement des tudes ces trois dernires annes (Carey, 2009). La littrature est contraste sur les diffrents effets des eaux uses sur le sol. En effet, la variabilit des eaux infiltres est importante (eauxuses traites,partiellement traites ou non traits, eaux grises domestiques, ef-fluentsindustriels,eauxderuissellementdorages,eauxusesplusoumoins dilues selon la disponibilit en eau du pays). Le type de sol qui reoitleseffluentsestgalementunfacteurimportantdansleffetb-nfiqueounfastedelirrigationpardeseauxusessurlespropritsdu sol.

    Introduction

  • 47

    Le principal site dutilisation des eaux uses dans lagriculture ur-baine Dakar se situe Pikine. Ainsi, sur une surface totale emblave denviron 50 ha occupe par environ 850 marachers, seuls 160 parmi eux utilisent des eaux uses comme source dapprovisionnement en eau. Ce qui, sur le plan de loccupation en terme de surface, correspond 16 ha, soit environ 32% de la surface totale irrigue Pikine. En terme de quantit deaux uses annuellement rutilise pour lirrigation, cela reprsente environ 2 millions de m3, soit environ 3% de la production annuelle deaux uses de la ville de Dakar.

    Le site de Patte doie qui, il ya de cela quelques annes (2005), comp-tait autour de sept agriculteurs utilisant des eaux uses sur 160 % de 12 ha, soit environ 6 % de la surface totale irrigue, nen compte presque plus du fait de la campagne de rcupration des eaux uses brutesorganiseparlOfficenationaledelAssainissementduSngal(ONAS) pour optimiser le fonctionnement de la station dpuration de Cambrne.

    Aujourdhui, aussi bien Pikine qu Patte dOie, la disponibilit des eaux uses brutes pour les agriculteurs reste problmatique du fait de la rhabilitation des rseaux dgout pour une optimisation de la sta-tion dpuration de Cambrne, qui a t agrandie, et la station dpu-ration de Pikine mise en place rcemment par lONAS.

    I.6. Caractristiques des eaux dirrigationUne eau dirrigation contient le plus souvent un mlange de sels na-turels. Un sol irrigu par cette eau prsentera la mme composition de sels, mais souvent des concentrations suprieures celles qui ont rencontres dans leau dirrigation. Ceci par simple fait daccumulation. Le niveau de concentration atteint dans les sols dpendra de la qualit de leau dirrigation, mais galement de la bonne gestion du drainage de ces sols. Si la salinit devient excessive, il en rsultera une perte des rendements.

    Introduction

  • 48

    Eaux de canes (Photo 11)

    Photo 11. Vue dune Cane

    Salinit : autour de 5000S/cm Pikine mais moins de 2500 S/cm Patte dOie

    SAR : 6, Patte dOie

    Matires en suspension: autour de 400mg/l Pikine mais moins de 100mg/l Patte dOie

    Matire organique (DCO) : autour de 170 mglO/l dans les deux sites

    Azote : autour de 600mg/l Pikine et autour de 150 mg/l Patte dOie

    Phosphore : autour de 45 mg/l Pikine et autour de 0.01 mg/l Patte dOie

    Potassium : autour de 35 mg/l Pikine et autour de 82 mg/l Patte dOie

    Coliformes fcaux : de lordre de 105 par 100 ml dans les deux sites

    Parasites : ufs dascaris (5/l) Patte dOie larves danguillules (2/10ml) Pikine

    Introduction

  • 49

    Eaux uses (Photo 12)

    Photo 12. Vue dune cane remplie deau use

    Salinit : autour de 4000S/cm Pikine et autour de 2000 S/cm Patte dOie

    SAR : 7, Pikine

    Matires en suspension : autour de 4000mg/l Pikine et autour de 7000mg/l Patte dOie

    Matire organique (DCO) : autour de 400 mgO/l Pikine et autour de 600 mgO/l Patte dOie

    Azote : autour de 200mg/l Pikine et autour de 80 mg/l Patte dOie

    Phosphore : autour de 12 mg/l Pikine et autour de 19 mg/l Patte dOie

    Potassium : autour de 200 mg/l Pikine et autour de 300 mg/l Patte dOie

    Coliformes fcaux : de lordre de 107 par 100 ml dans les deux sites

    Parasites : ufs dascaris, Anguillules, Ankylostomes Patte dOie larves danguillules (18/l) Pikine

    Introduction

  • 50

    Eaux de Puits (Photo 13)

    Photo 13. Vue dun puits

    Salinit : autour de 2300 S/cm Patte dOie

    SAR : 6

    Matires en suspension : autour de 28mg/l Patte dOie

    Matire organique (DCO): autour de 57 mglO/l Patte dOie

    Azote : autour de 140mg/l Patte dOie

    Phosphore : autour de 6mg/l Patte dOie

    Potassium : autour de 90 mg/l Patte dOie

    Coliformes fcaux : de lordre de 103 par 100 ml dans les deux sites

    Parasites : absence Patte dOie

    Introduction

  • 51

    Il est gnralement admis quune eau dont la salinit est infrieure 700 S/cm ne comporte aucune restriction pour son utilisation. Pour une eau dont la salinit est comprise entre 700 et 3 000 S/cm, on constate un degr de restriction (type de sol et type de plante cultiv) allant de lger modr. En revanche, quand la salinit de leau dpasse 3 000 S/cm, le degr de restriction devient trs svre (Ayers and Westcot, 1985).

    Les moyennes observes nous montrent que pour les eaux de canes , les cas, bien que limites, restent grables. Lanalyse de la variation saisonnire montre que la salinit la plus leve est observe enfindhivernagelamoyenneestunpeudpasse(lieprobablement lapport des eaux de ruissellement).

    En revanche, pour les eaux de puits, cest pendant lhivernage que la salinit est moins importante. Elle saccrot au fur et mesure que lon sloigne de la saison des pluies. Les eaux de puits sont en moyenne moins sales que les eaux canes lintrieur dune mme saison.

    Les eaux uses en ce qui concerne le paramtre de la salinit restent les eaux les moins charges. Les plus fortes salinits sont observes en saison froide et humide. Ceci serait probablement le rsultat dune faible utilisation des eaux de bain qui ont tendance diluer les eaux.

    Du point de vue de la qualit en nutriments, les eaux uses domes-tiques de Dakar ont un ratio N : P : K de 8 : 1 : 4 tandis que les eaux de canes et puits prsentent un ratio 7 : 1 : 5. Janssen et al., (2005) estiment les besoins en nutriments N : P : K des lgumes (tomates) 7 : 1 : 8. Le potassium semble donc tre le facteur le plus limitant des cultures de lAgriculture urbaine de Dakar (Guye, 2010).

    Ilestremarquerfinalementque,dupointdevue,delacontamina-tion microbiologique, seules les eaux de puits prsentent des caract-ristiques conformes lirrigation pour le marachage.

    Introduction

  • 52

    I.7. Directives de valorisation des eaux uses dans lagriculture (tableau 8)

    Paramtres Unit Effluents rutiliss dans lirrigation (sur la base des

    directives de la FAO de 1976 et de lOMS de 1989)

    DBO5 mg L-1 100

    Matire en Suspension mg L-1 50N total mg L-1

    P Total mg L-1

    Coliformes fcaux no/100ml 1000ufs dHelminthes no/100ml 1SAR 5TDS (sels) mg L-1 500

    Tableau 8. Directives de valorisation des eaux uses dans lagriculture

    Introduction

  • 53

    Partie 2Contraintes

    II.1. Contraintes relatives au statut foncierAvant laccession du Sngal lindpendance, deux grands rgimes fonciers ont cohabit : il sagit du rgime de lamanat et celui du code civil franais de 1830.

    Le premier rgime a volu de la dcouverte la conqute (par le droit de feu, le droit de hache et le droit du premier occupant) pour aboutir une mainmise sur la terre par de grands propritaires appels Lamane .

    Ce rgime allait subir une srieuse concurrence avec larrive du lgislateur franais. En effet, le rgime quil institua sappuyait sur le code civil qui privilgiait la proprit de la terre travers notamment la transcription des mutations et linscription des hypothques et, dautre part, le rgime dimmatriculation, qui dboucha sur la constatation de la proprit foncire travers un prcieux document dnomm titre foncier. Les autorits sngalaises ont fait table rase sur lensemble des rgles prcdemment appliques sur le domaine foncier avec lavne-ment de la constitution sngalaise du 7 mars 1963 travers son ar-ticle 12 sur la proprit.

    Avec lvolution dmographique de la ville de Dakar, imputable divers facteurs (dveloppement industriel, transfert de la capitale de Saint-Louis Dakar, scheresse), la ville qui ne se limitait quau Pla-teau (aujourdhui centre ville) a vu natre beaucoup de quartiers. Mais tous les espaces vides en attente dtre viabiliss et ceux limitant les quartiers sont exploits par quelques rares agriculteurs. Cependant, danne en anne, les constructions de maisons grignotent les espaces agricoles.

    Conscient de limportance agricole, mais aussi cologique de la zone, le gouvernement colonial avait pris, avant lindpendance du Sngal,

  • 54

    une mesure visant protger la zone des Niayes par la Loi du 26 juillet 1952.

    Aprs lindpendance, ltat du Sngal a pris dautres mesures allant dans le sens de la protection de la zone considre comme le pou-mon vert de la Capitale Dakar. Cest ainsi que des textes lgislatifs et rglementaires ont t labors et promulgus, notamment la loi du 2juillet1976avecsondcretdapplicationN76-67quifitdelazoneune expropriation dutilit publique.

    En 1982, la politique de ltat commence changer par rapport lesprit de protection accorde cette zone. Cest ainsi que le dcret 82-397 abroge et remplace les premiers, accordant ainsi des terrains de cette zone des promoteurs immobiliers (Photo 14, Schma 4).

    Il est noter que la position de ltat demeure dans ce cas prcis instable ; les premiers dcrets ont toujours protgs la zone. Cepen-dant, lattribution des terrains du fait de ce dcret 82-397 a rduit trs sensiblementlasuperficiedelazonecultivable.Ilestnoterquesurles 44 nouveaux propritaires des Niayes de Pikine et Patte dOie, il ny a eu que 2 agriculteurs et un (1) seul leveur, et le reste tait compos de commerants, dindustriels, de notaires, de comptables, de fonction-naires, etc.

    De mme, en 1989, pour la cration des cites Impts et Domaines et Soprim, des zones de cultures ont t remblayes. Aujourdhui beau-coup dautres cites et infrastructures sont construites sur le domaine des Niayes (Hann mariste, El amal, le Golf club, le centre dpuration de Cambrne, le Technopole).

    Ltat du Sngal sest pris tardivement une politique effective de protection des Niayes de la rgion de Dakar. Le 15 octobre 2002, le Prsident de la Rpublique a promulgu le dcret 2002.1042 ordon-nant llaboration et la mise en uvre du Programme dActions pour la Sauvegarde et le Dveloppement urbain des Niayes et zones vertes de Dakar (PASDUNE) et prescrivant des mesures de sauvegarde. Ce

    Contraintes

  • 55

    Programme est dot dun Plan directeur dAmnagement et de Sauve-garde(PDAS)dontladuredlaborationetdapprobationestfixeaumaximum pour deux ans. Ce Plan vise une utilisation rationnelle des Niayes et zones vertes de Dakar dans un processus de dveloppement durable. Il doit permettre datteindre un quilibre entre lcosystme et le dveloppement conomique et social. Il est important de souli-gner que tous les acteurs des Niayes ont t convis divers ateliers de concertation et de validation.

    Notons que la loi de 1964 relative au domaine national na jamais russi radiquer les mthodes coutumires de gestion des terres. Il faut se rappeler que cette loi, qui a t adopte sous le rgime socia-liste qui prnait la gestion collective des terres, nest plus dactualit, car depuis 2 000 ltat soriente vers le libralisme. Ce qui fait dire certainsquelaterreestentraindebasculerdunesignificationsocialetraditionnelle une significationmoderne purement conomique etindividualiste. En ralit, cette loi qui envisage de reformer na jamais t applique du fait des difficults que ltat rencontre auprs despaysans pour appliquer une mthode diffrente de celle de leurs an-ctres. Certains ont vu dans la dcentralisation une opportunit pour amorcer le processus de changement ncessaire lacceptation de la rforme en ce quelle permettrait aux collectivits locales de grer les ressources de leur localit. Mais il apparat que les collectivits locales sont dans un tat qui leur confre peu dautorit. Depuis 1996, on a assist des spculations sur la rserve foncire des communes. Cela a t rendu possible en partie par le fait que la plupart des lus locaux et des citoyens ne connaissent pas bien la lgislation foncire au Sngal.

    Il faut signaler que, bien avant limmatriculation de la zone, la commu-naut lboue de Cambrne sest toujours proclame propritaire des champs. En effet, cette zone a toujours t occupe et exploite par les familleslboues,depreenfils.Devantcettefrnsiedeconstruction,des mesures ont t prises par les autorits, mais le problme foncier delazonedemeuretoujoursflou.

    Contraintes

  • 56

    Photo. 14. La menace du bti Schma 4. Les litiges lis au foncier

    II.2. Contraintes associes aux caractristiques pdologiques des sitesLirrigation de longue dure avec des eaux uses induit des change-ments des proprits physiques, chimiques et biologiques des sols (Gharbi Tarchouna, 2008 ; Masto et al., 2009). Les impacts long terme ont t relativement peu tudis, mais on constate un accroissement des tudes ces trois dernires annes (Carey and Migliaccio, 2009). La littrature est contraste sur les diffrents effets des eaux uses sur le sol.Eneffet, lavariabilitdeseaux infiltresest importante (eauxuses traites, partiellement traites ou non traits, eaux grises domestiques,effluentsindustriels,eauxderuissellementdorages,eauxuses plus ou moins dilues selon la disponibilit en eau du pays). Le typedesolquireoitleseffluentsestgalementunfacteurimportantdansleffetbnfiqueounfastedelirrigationpardeseauxusessurles proprits du sol. Les impacts suivants ont t relevs.

    II.2.1. Impacts sur la microbiologie du sol

    La survie et la dissmination des microorganismes pathognes prove-nant des eaux uses dans le sol en fonction du climat, du type de sol, du mode dirrigation et des pratiques agricoles, a fait lobjet de peu de recherches (Palese et al., 2009). En Italie du Sud, ces derniers dnotent une absence de migration de bactries au-del de 10 cm. Ndiaye (2009)

    Contraintes

  • 57

    montre, lui, que des bactries pathognes (Escherichia Coli) deaux uses brutes sont retrouves jusqu 60 cm de profondeur en saison sche et 180 cm en saison pluvieuse dans les sols sableux de Dakar.

    La matire organique, la texture et lactivit biologique du sol condi-tionnent la mortalit (Trevisan et al., 2002), tandis que les proprits physico-chimiques du sol et la charge hydraulique de lirrigation sem-blent tre des facteurs importants dans la dissmination verticale des bactries dans le sol (Smith and Badawy, 2008).

    Au niveau de limpact des eaux uses sur les proprits biologiques du sol, Masto et al. (2009) ont montr une diminution de la biomasse carbone, de la respiration des microorganismes du sol et de lactivit microbienne aprs 20 ans dirrigation sur des sols limono-sableux en climat semi-aride indien. Carey and Migliaccio (2009), Gelsomino et al. (2006) ainsi que Ramirez-Fuentes et al. (2002) relvent une aug-mentation de ces mmes pools actifs du carbone respectivement sur andosols du Sud de lItalie et vertisols ou leptosols du Mexique. Carey and Migliaccio (2009) suggrent quil y a augmentation de lactivit bio-logiquedessolslorsqueleratioC/Ndeseffluentsestlev,cequipeutconduire un colmatage biologique des pores (Magesan et al., 2000).

    Sur les sols sableux de Dakar, Ndour et al. (2008) ne dnotent pas dechangementsignificatifsurlabiomassemicrobiennenisursonacti-vittotale,maistrouventunecommunautbactriennenitrifianteplusforte. La microfaune du sol (protozoaires et nmatodes) est galement affecteparleseffluents,sapopulationtotaleaugmenteetsacompo-sition change vers des espces prdatrices qui favorisent un turn-over plus rapide des nutriments du sol (Gupta et al., 1998).

    II.2.2. Impacts sur le carbone organique, les nutriments et le pH du sol

    Les diffrentes tudes montrent des tendances contrastes : da Fon-seca et al. (2007), Sophocleous et al. (2009), ainsi que Tabari and Salehi (2009) rapportent que lazote sous forme de nitrates (N-NO3) aug-mentesignificativementdanslesolaprsplusieursannesdirrigationavecdeseffluents(respectivementunoxysolsableuxauBrsil,unsolsilto-argileux au Kansas et un sol argilo-limoneux en Iran central). Ra-

    Contraintes

  • 58

    mirez-Fuentes et al. (2002) dnotent une augmentation progressive de 80 mg C par kg de sol par an sur une priode de 90 ans dirrigation avec des eaux uses proximit de Mexico City. Masto et al. (2009) relvent une augmentation des nutriments disponibles P (+128 kg ha-1) et K (+524 kg ha-1) sur des sols priurbains en Inde.

    Ces auteurs suggrent donc que les sols irrigus par des eaux uses stockent une source intressante de nutriments pour les cultures. Hei-darpour et al. (2007) et Pedrero and Alarcon (2009) ne constatent pas quant eux de changements de nutriments respectivement pour un sol argilo-limoneux en climat semi-aride de lIran et pour un sol limo-neux en Espagne. Le pH du sol augmente aprs irrigation avec des ef-fluentsselondaFonsecaet al. (2007), reste inchang selon Heidarpour et al. (2007) ou diminue avec des eaux uses brutes selon Ndour et al. (2008). Le ratio C/N des eaux uses serait un indicateur du lessivage des nitrates selon Magesan et al. (2000). Ainsi un ratio C/N petit in-dique un lessivage important de N qui est alors moins immobilis par la biomasse.

    Dans les Niayes de Pikine et Patte dOie, les itinraires techniques sont peu adapts aux besoins nutritionnels des plantes en fonction du stade de croissance, puisque les apports en fertilisants minraux sont effectus en une dose leve unique et ne sont pas enfouis dans le sol (Photos ,15, 16) ce qui induit des pertes par vaporation et par les-sivage plus importantes et diminue la disponibilit de lazote pour les plantes. De plus, les apports en ammonium par les eaux uses ne com-pensent pas les fertilisants minraux, car la forme cationique de NH4

    + entre en comptition avec les autres lments nutritifs cationiques, tels K+, Ca2+ et les micronutriments mtalliques. La prsence importante de Na+ dans les eaux dirrigation (eaux uses et eaux de nappe) est gale-ment nfaste pour labsorption de K+ sur le complexe humique du sol, la CEC du sol tant dj trs faible (Guye, 2010).

    Contraintes

  • 59

    Photo 15. Fumier dpos en surface Photo 16. Matires organiques issues des eaux uses en surface

    Il apparat dans la zone des apports en azote massifs. Cependant, lirrigation avec des eaux uses non traites ou des eaux saumtres diminue la capacit du sol stocker lazote.

    Une meilleure gestion de la fertilisation est ncessaire dans la zone dAUdeDakar,afin:

    de rduire les pertes gazeuses qui contribuent leffet de serre ;

    de ralentir la minralisation du carbone et de lazote organiques pour crer un stock de C et N dans ces sols ;

    de limiter le lessivage dans la nappe ;

    daugmenter lefficacitdutilisationdeNpar lesplantes (Guye,2010).

    II.2.3. Impacts sur la salinisation et lalcalinisation du sol

    On distingue la salinisation neutre (augmentation des chlorures et sulfates) et lalcalinisation du sol (augmentation des bicarbonates) qui, coupls, reprsentent la sodisation (augmentation du sodium chan-geable).Lasalinisationet/oulalcalinisationsontlesinfluenceslespluscaractristiques de lirrigation avec des eaux uses (Gloaguen et al., 2007 ; Leal et al., 2009). Ces auteurs mettent en vidence une aug-mentation de Na, HCO3, du ratio dadsorption du sodium (SAR), de

    Contraintes

  • 60

    laconductivitlectrique(CE),dupHainsiquedesmodificationsdesions changeables et de la solution du sol. Ils rvlent que des teneurs faibles en matire organique et en CEC acclrent le processus de sodisation. Les consquences sont une dispersion des argiles qui induit la dstructuration du sol, la diminution de sa permabilit et laugmen-tation du ruissellement et de lrosion (Bond, 1998). La sodisation est une dgradation irrversible des sols (Loyer, 1991) et touche 25-50% des surfaces irrigues en zone arides et semi-arides (Tanji and Kielen, 2002 ; Boivin, 2002). Outre une diminution des rendements, les mi-croorganismes du sol sont touchs par la salinit du sol et, de ce fait, les processus de bio-transformation de lazote sont affects, notamment paruneinhibitiondelammonificationetdelanitrification,limitantain-si la disponibilit de lazote pour les plantes (Ruiz-Romero et al., 2009).

    Au niveau de la gestion des pratiques agricoles dans les sites dAU (Photos 17a et17b), cette tude suggre que des mesures de lutte contra la salinisation des sols devraient tre mises en place, notamment avec lapplication de gypse ou de chaux. Du phosphogypse est facile-ment disponible, car extrait au Sngal, mais il contient des lments en traces, dont du cadmium et du chrome qui pourraient saccumuler dans le sol si les apports sont frquents. Le lessivage des sels par une eau de bonne qualit, particulirement lors des annes pluviomtrie dficitaire,paratdifficile,carilnyapasdaccsaurseaudeaupo-table lintrieur des sites dAU.

    Photo 17. A)EfflorescencesdejarositesurunsulfatosolnonirriguPikine

    Photo 17. B) Alcalinisation dun gleysol Pikine avec un stress osmotique pour les cultures

    Contraintes

  • 61

    II.2.4. Impacts sur la permabilit du sol

    En fonction du type de sol irrigu, les consquences seront diffrentes.

    Babcock et al. (2009) ont mis en vidence une rduction de la conductivit hydraulique saturation, de la porosit de drainage et de la porosit effective dans les premiers 15 cm de sol, consquence des eaux uses sodiques. Lirrigation prolonge avec des eaux uses peut provoquerunehydrophobicitpersistantedanslhorizonsuperficieldusol,cequipeutinduiredesperturbationsdelinfiltrationdeleaudansle profil de sol (flux prfrentiels, non uniformit de lhumectation)et une augmentation du ruissellement et de lrosion (Vogeler, 2009 ; Wallach et al., 2005).

    En revanche Vogeler (2009) a constat des effets positifs sur les pro-prits physiques de sols sableux faible texture, avec une augmenta-tion de la stabilit des agrgats et une diminution de la macroporosit malgr une porosit totale plus leve. Masto et al. (2009) ont mis en vidence une augmentation de 20% des argiles.

    II.2.5. Impacts sur les teneurs en lments phytotoxiques et micropolluants

    Les eaux uses peuvent induire une augmentation progressive dAl, Mn, B, ou des lments traces mtalliques cationiques sur les sites changeables du complexe argilo-humique du sol qui se rvlent phy-totoxiques partir dun certain seuil ou entrent dans la chane alimen-taire, lexemple du cadmium (Pedrero, 2009 ; Hamilton et al., 2007). Il peut y avoir des rsidus mdicamenteux dans les eaux uses non traites qui sont potentiellement perturbateurs endocriniens (Chvre et al., 2010). Une augmentation de matire organique soluble dans les effluentspeutaugmenterlelessivagedecertainsmicropolluantsorga-niques (pesticides et mdicaments) qui sy adsorbent prfrentielle-ment (Babcock et al., 2009).

    Contraintes

  • 62

    II.3. Contraintes associes la qualit des eaux dirrigation

    Selon la classificationRiverside (Richards, 1954), qui value le risquedesalinisation/alcalinisation du sol, SAR = Na+/((Mg2++Ca2+)/2), avec Na, Mg et Ca en mq/L. C1 S1 (vert) : eau de bonne qualit.

    C2 S1 : qualit moyenne bonne, restriction sur sols lourds et plantes sensibles. C3 S1 (jaune) : qualit moyenne mdiocre, ncessit de lessivage et/ou apport de gypse. C3 S2 et C4 S1 (orange) : qualit mdiocre mauvaise, uniquement sur sols lgers avec lessivage et/ou apport de gypse. C3 S3, C4 S2 (rouge) : qualit mauvaise, uniquement pour plantes rsis-tantes avec lessivage et apport de gypse. C4 S3 (bordeaux) : qualit trs mauvaise, nutiliser que dans des circons-tances exceptionnelles. C4 S4 : eau dconseille pour lirrigation.

    F igure 4. Qualit des eaux dirrigation de la zone priurbaine de Dakar (Guye, 2010)

    Contraintes

    Pouv

    oir

    alca

    linis

    ant

    Pouvoir salinisant

    36

    32

    28

    24

    20

    16

    12

    8

    4

    020 100 250 750 2250 5000 10000

    Conductivit en uS/cmFaible Moyen Fort Trs Fort C1 C2 C3 C4 C5

    Faib

    le

    M

    oyen

    F

    ort

    Tr

    s Fo

    rt

    C1

    C

    2

    C

    3

    C

    4 eaux uses POeaux uses Picanes POcanes Pipuits POpuits Pi

    Sodi

    um A

    dsor

    ptio

    n R

    atio

    (SA

    R)

  • 63

    SelonlaclassificationdeRiverside,leseauxdirrigationutilisesdanslagriculture urbaine (eaux de nappe et eaux uses) sont mdiocres trs mauvaises (Figure 4) et induisent un fort risque de salinisation des sols et un risque moyen lev dalcalinisation. La Figure 4 montre que quel soit le type deau dirrigation, il y a des risques importants de dgradation des sols et que les producteurs devraient imprativement apporter du gypse pour limiter la dgradation.

    Lalcalinit et les teneurs en calcium leves des eaux saumtres induisent la prcipitation de CaCO3danslhorizonsuperficieldusol.Na remplace conscutivement Ca sur le complexe argilo-humique du sol et les bicarbonates diminuent dans la solution du sol. Le carbone organiquedissout(COD)augmentesignificativementdanslasolutiondu sol et dans la nappe sous-jacente. Il serait export sous forme de complexes humate-sodium (Wong et al., 2010). La minralisation du carbone et de lazote est acclre par les eaux saumtres et les te-neurs ainsi que les stocks de Corg et Norg diminuent malgr des ap-ports plus importants de fertilisants organiques et minraux, ce qui entrane des cots accrus de production (Guye, 2010).

    Malgr lalcalinit et les teneurs trs leves en calcium des eaux uses, il y a peu de prcipitation de CaCO3danslhorizonsuperficieldu sol et une faible augmentation du sodium changeable ESP. La nitri-ficationdelammoniumdeseauxuses(moy190mg/lPikine)produitdes protons, qui ne sont plus tamponns par les bicarbonates exports horsduprofil.IlyaalorsunenettebaissedepHdessolsirriguspardes eaux uses non traites. Le COD des eaux uses est quatre fois suprieur celui des eaux saumtres, lazote total, le double. Alors que le COD semble mieux retenu dans le sol, les teneurs dans la solution du sol et dans la nappe sous-jacente sont infrieures celles des sols irrigus avec des eaux saumtres, lazote transform en nitrates nest pas retenu et atteint la nappe (Guye, 2010).

    Par ailleurs, selon leur tolrance la salinit (Tableau 9), les laitues, oignons et aubergines sont susceptibles davoir des croissances et ren-dements restreints sur une majorit des parcelles (Guye, 2010).

    Contraintes

  • 64

    Culture Nom scientifique Seuil de tolrance la salinit en S/cm CE (conductivit lectrique)

    Laitue Lactuca sativa L. 1300

    Tomate Lycopersicon lycopersicum (L.) 2500Oignon Allium cepa L. 1200Aubergine Solanum melongena L. var

    esculentum 1100

    Choux B. oleracea L. 1800

    Tableau 9 : Tolrance la salinit des cultures de la zone priurbaine de Dakar (Tanji and Kielen, 2002 in Guye, 2010)

    On note cependant une nette diffrence de la qualit de leau des puits et des eaux uses entre les sites de Patte dOie (PO) et Pikine (Pi) : La conductivit et le SAR sont plus levs Pikine. Les canalisations deaux uses mises en place par les producteurs Pikine traversent une mare permanente sale et ne semblent pas compltement tanches, ce qui expliquerait la diffrence des proprits des eaux uses entre les deux sites. Les eaux uses de Pikine ont un pouvoir salinisant et alcali-nisant aussi important que celui des eaux de nappe les plus saumtres. Les eaux uses contiennent galement des lments traces tels le bore, en concentration moyenne de 460 g/l. Le bore est phytotoxique et le seuilderestrictionmodrefix700g/l(AyersandWestcot,1985)est dpass pour certains chantillons deaux uses. Cependant, le seul critrede