MAITRISE DE SOI

Download MAITRISE DE SOI

Post on 20-Jun-2015

2.775 views

Category:

Documents

1 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

<p>Introduction La matrise de soi est un tremplin ncessaire toute russite, qu'il s'agisse de la vie prive, d'tudes, d'examens ou de la vie professionnelle. Ce n'est pas une facult inne, mais tout le monde peut l'acqurir et la dvelopper condition de bien s'y prendre. Je vous propose ici un vritable plan d'entranement pratique pour arriver cette matrise de soi, cette volont sur soi-mme qui caractrisent les fortes personnalits. La mthode proposes sur ce site vous explique comment dominer vos motions, matriser vos instincts, viter la dispersion de votre nergie et la concentrer sur vos objectifs. Vous apprendrez rester imperturbable en toutes circonstances, ne pas laisser vos motions et vos sentiments se lire sur votre visage, dominer votre nervosit (ou au contraire lutter contre la mollesse), ne pas vous laisser influencer par les autres, ne jamais ragir chaud (mais aprs rflexion), faire un plan et vous y tenir et par consquent acqurir une personnalit forte, avoir du caractre et rgner sur votre corps comme sur votre esprit. Si vous voulez faire de votre vie ce que vous aurez dcid qu'elle serait, rien ne vous sera plus profitable que de dvelopper cette matrise de soi qui vous donnera d'immenses possibilits et qui suscitera en outre l'admiration et le respect de votre entourage. Voici maintenant, pour vous, la mthode autodidactique "Comment acqurir la matrise totale de soi" complte, prsente ici en 12 leons, qui vous donnera un grand nombre de conseils pratiques et de pistes suivre dans ce domaine.</p> <p>PREMIRE LEONLa matrise de soi est une qualit importante cultiver si l'on veut vritablement conduire son destin. Il est facile d'observer que l'on peut classer les individus en deux catgories : d'une part, ceux qui semblent tre le jouet des vnements, qui paraissent subir leur destine et qui dpendent des autres; d'autre part, ceux qui semblent dcider de leur avenir, avoir un plan et s'y tenir; tre totalement indpendant de l'opinion ou de l'action des autres et dominer les vnements au lieu d'en tre l'esclave. Les premiers disent qu'ils n'ont pas de chance, et des seconds on dit que tout leur sourit... En ralit, il n'y a l ni malchance pour les uns, ni chance pour les autres. C'est uniquement une question d'attitude dans la vie. Ceux qui ne possdent aucune matrise de soi accusent la malchance, les vnements ou les autres, de tous les malheurs qui leur surviennent. Celui qui est matre de lui, au contraire, sait qu'il est responsable de ses succs comme de ses checs ; il ne cherche pas ailleurs les responsabilits qui lui sont propres. Il russit gnralement facilement (au moins en apparence) parce qu'il a l'habitude de se matriser lui-mme, premire condition remplir pour dominer les vnements et contrler son destin.</p> <p>Examinons de plus prs, face aux diverses circonstances de la vie, l'attitude de celui qui est matre de lui et celle de celui qui est domin par ses instincts, par les autres, et en consquence par les vnements : Le premier : Le second : Donne l'impression d'un certain laisser-aller, Se fait remarquer par son attitude voire d'une certaine mollesse, ou au contraire extrieure nergique, calme, pose. d'une agitation strile. Rsiste aux jouissances immdiates et Se laisse tenter par toutes les satisfactions rflchit ce qui est le plus profitable immdiates, rsiste mal aux impulsions, aux long terme . envies. N'accepte une information ou une Se laisse convaincre facilement par les autres opinion qu'aprs en avoir froidement (que ce soit par les mdias ou par son analys le bien-fond. entourage). Manque de tnacit lorsqu'il a un objectif Sait se montrer persvrant et tenace atteindre se montre souvent superficiel et lorsqu'il s'est fix un objectif ; il va au trouve de bonnes raisons pour interrompre fond des choses et jusqu'au bout. son effort. Matrise son corps : il s'impose C'est son corps qui le matrise : rejette volontiers de l'exercice physique, volontiers la fatigue physique occasionne contrle son poids, vite les excs parle sport, aime tre couch ou assis, ignore alimentaires, se mfie de l'alcool, des les rgimes alimentaires, abuse facilement drogues, des habitudes telles que le des plaisirs de la table, de la boisson, du tabac, le jeu, etc. tabac, voire du jeu. Rsiste facilement aux sentiments de Est facilement la proie de ses sentiments : vanit, de jalousie, d'envie, de haine ; vanit, dsir de paratre, jalousie, colre, en tout cas, il les contrle suffisamment haine. Se contrle mal et laisse extrioriser pour ne pas les laisser ces transparatre. sentiments intrieurs. Rsiste aux grandes passions qu'il sent Se laisse aller des excslorsqu'il est le natre en lui. sige d'une grande passion. Contrle totalement ses paroles ; Connat souvent des excs de langage qu'il celles-ci ne dpassent jamais sa regrettera ensuite ; il manque souvent de pense. Il sait tre discret, respecte le discrtion et subit les consquences d'un secret des confidences qu'on a pu lui bavardage excessif. faire. Cherche s'amliorer et acqurir N'imagine pas que l'on puisse par la volont avec les annes un plus grand contrle lutter contre ses dfauts et les remplacer par de soi, plus de sagesse. des qualits. Accuse volontiers les autres ou les Se sent pleinement responsable de ses circonstances des mcomptes qui lui actes bons ou mauvais. adviennent. Exerce volontairement ou non une Subit toutes les influences, sans mme en influence considrable sur son tre conscient. entourage. S'accepte tel qu'il est et lutte contre ses Fait parfois de la mythomanie dans le but de</p> <p>faiblesses ou lacunes par un effort de donner de lui-mme une image diffrente de volont. la ralit. Compte exclusivement sur lui-mme, Cherche dans la chance, le hasard, les sur ses efforts, pour assurer sa relations, la russite de ses projets. russite.</p> <p>Si par hasard vous avez l'impression d'avoir plus souvent les attitudes de la colonne de droite plutt que celles dcrites gauche, ne vous inquitez surtout pas. Et cela pour deux raisons : La premire raison, c'est que la nature humaine spontane, normale, nous pousse tout naturellement aux attitudes du laisser-aller ; il est tellement plus facile de rpondre aux sollicitations d'agrment et de jouissance qui s'offrent nous ; il est tellement plus agrable de profiter de la bonne chre que d'y rsister, et on se sent si bien aprs un verre ou deux d'apritif ! Il est tellement plus facile de laisser sa colre s'extrioriser que de la contenir ; il est tellement plus simple de prendre un tranquillisant ou d'allumer une cigarette, que de lutter par des moyens psychologiques ou psycho-physiologiques contre l'angoisse ; il est tellement plus simple d'absorber les informations de la tlvision plutt que de lire un journal avec attention et un oeil critique ; il est tellement plus rassurant de rejeter la responsabilit de nos ennuis sur la faute, l'agressivit, la ngligence des autres, plutt que de battre sa coulpe ; il est tellement plus simple d'attribuer nos checs la malchance et le succs des autres une chance insolente. La tendance naturelle (et il n'y a l rien de culpabilisant) c'est d'aller vers la facilit ; l'attitude contraignante, artificielle, c'est de S'astreindre une totale matrise de soi. Malheureusement, tout progrs ralis par l'homme depuis la cration, s'est traduit par une lutte contre la nature extrieure (progrs technique) ou contre sa nature propre (progrs moraux, civilisation). La bonne voie, c'est celle de la difficult hlas ! C'est la lutte et l'effort qui seuls peuvent nous permettre d'acqurir une personnalit suprieure. Il n'entre ici aucune considration morale, mais la simple recherche de l'efficacit personnelle. Seul celui qui acquiert une parfaite matrise de soi peut esprer accder un niveau lev de russite personnelle ou professionnelle. La deuxime raison de ne pas vous inquiter est que la matrise de soi s'acquiert assez facilement par un entranement adquat et des efforts bien dirigs. Nous venons de montrer que la matrise de soi n'est pas une chose naturelle. Ce n'est donc pas ( de rares exceptions prs) une attitude inne. Bien sr, par leur temprament, certains y sont plus facilement ports que d'autres. Celui qui est trs nerveux et trs sensible aura plus de mal se contrler qu'un tre peu sensible et lymphatique. Mais, quel que soit votre caractre et quelles que soient vos tendances naturelles, soyez assur que par un simple effort de votre volont vous acquerrez la matrise de vous-mme, vous dominerez vos motions, vos sentiments, et garderez en toutes circonstances votre calme. Votre volont se dveloppera et vous saurez atteindre vos objectifs avec persvrance. "Mais, direz-vous, s'il s'agit d'un effort de volont, je ne russirai pas, car manquant de matrise de moi, je manque aussi de volont." Rassurez-vous encore, la volont se cultive et les premiers efforts que nous</p> <p>vous demanderons seront extrmement lgers. Peu peu, vous acquerrez un peu plus de matrise de vous, d'o plus de volont, ce qui vous donnera la possibilit d'amliorer encore ladite matrise de soi, etc. C'est le contraire du fameux cercle vicieux! Ici, plus le temps passera, plus vous aurez de volont et d'empire sur vousmme. Il vous sera alors facile de passer l'chelon suivant. Relisez bien cette premire leon et rptez-vous ceci : La matrise de soi n'est pas inne ; tout le monde peut l'acqurir</p> <p>DEUXIME LEONNous avons affirm : "la matrise de soi s'acquiert". Oui, mais comment ? Pour avoir la rponse cette question, il faut bien comprendre l'un des principes enseigns par William James, le grand psychologue amricain. Il nous a appris ceci : "on admet facilement que l'action suit la pense, mais il est important de savoir qu' l'inverse la pense suit l'action". Qu'est-ce que cela signifie ? Il est clair que lorsqu'une pense nat en nous, elle a pour consquence naturelle logique d'engendrer un mouvement ou une attitude. Exemple : j'ai soif, je le ressens; je rflchis et je dcide d'ouvrir une bouteille d'eau. Tout cela s'est pass dans mon cerveau. A ce moment, je tends le bras vers la bouteille. La pense (soif bouteille d'eau) a engendr une action (tendre le bras). Autre exemple : j'approche la main d'une bouteille d'eau chaude que j'effleure. La pense que je risque de me brler me fait rapidement reculer et provoque un mouvement de rtractation gnrale de mon corps. La pense (crainte de la douleur) engendre une action (mouvement de recul). Encore un exemple : je vois un enfant qui se prcipite sous une voiture lance grande vitesse : j'imagine l'accident, mon visage reflte l'effroi, mon cur palpite. La pense (imagination de l'accident) a provoqu une action (le mouvement des muscles de mon visage exprimant l'effroi). On pourrait multiplier les exemples. Il est clair que de nombreuses penses aboutissent une action, que l'influence de la pense sur l'action est considrable. Mais ce que beaucoup de gens ignorent, c'est qu' l'inverse, une attitude, des mouvements, des gestes ont une rpercussion sur notre psychisme. Ici, c'est l'action qui influence la pense ; le geste, le mouvement qui agissent sur notre psychisme.</p> <p>De cette observation nat toute une thrapeutique de notre psychologie personnelle. William James a en effet observ que nous pouvions modifier profondment (mais petit petit) notre psychisme en adoptant des attitudes extrieures correspondant l'objectif dsir. En d'autres termes, cela signifie que si je cultive une attitude extrieure qui est celle de la matrise de soi, ce ne sera pas simplement une faade, mais peu peu, je deviendrai matre de moi totalement, rellement, dans mon psychisme profond. Si j'ai une attitude extrieure, une apparence de nonchalance, de laisser-aller, je ne pourrai pas amliorer ma matrise de moi, car cela entranera une attitude psychologique de paresse, de mollesse, de ngligence. Inversement, si je prends trs souvent l'attitude extrieure, l'apparence de quelqu'un de rsolu, de dcid, de volontaire, mon esprit de dcision, ma volont se dvelopperont. Si je me laisse aller des mouvements de tapotements des doigts ou de battements de pied lorsque quelque chose m'impatiente, il est peu probable que je devienne moins impatient et me matrise bien. Mais rien qu'en agissant sur ces signes extrieurs de l'impatience, je peux modifier ce ct impatient de mon caractre. Voil donc une rgle fondamentale du comportement psychologique humain. Grce cette rgle, celui qui veut s'amliorer peut acqurir les qualits qui lui semblent utiles et lutter contre les dfauts qui lui nuisent. Nous allons voir comment ce principe doit s'appliquer pour obtenir la matrise de soi. Mais pour l'instant, relisez plusieurs fois cette rgle : Si l'action suit souvent la pense, l'inverse la pense suit l'action et son application pratique : Nos attitudes extrieures influencent directement et durablement notre psychisme : on peut acqurir une qualit en adoptant les attitudes et expressions refltant habituellement cette qualit.</p> <p>TROISIME LEONNous avons vu, dans la premire leon, que nous avons en nous, de nombreuses tendances naturelles qui sont l'oppos de la matrise de soi. C'est dommage, mais nous sommes ainsi faits.</p> <p>Il faut donc lutter contre un certain nombre de dfauts qui nous empchent d'tre matre de nous. Passons-les en revue et voyons comment les combattre;</p> <p>1. le laisser-aller : Il se traduit par une attitude passive devant les vnements.En gnral, il va de pair avec une ngligence corporelle ou vestimentaire. Celui qui possde la matrise de soi n'est pas passif devant les vnements son attitude physique est celle de l'nergie : il se tient droit, il a une poigne de main ferme (mais sans excs), il articule bien, il a une apparence soigne parce qu'il a la volont de rpter chaque jour, malgr leur monotonie, les gestes de toilette ou d'entretien vestimentaire ncessaires. Il ne perd pas de temps rvasser, vautr dans un fauteuil, mais tire profit de chaque minute, ce qui ne l'empche pas de prendre aux heures de son choix le dlassement dont il a besoin. Lorsqu'il lit ou coute de la musique, il n'est pas avachi, ramolli. Il garde, mme dans la dtente, une attitude contrle. Le laisser-aller mental se combat donc en luttant d'abord contre tout laisser-aller physique.</p> <p>2. la jouissance immdiate : Celui qui ne sait pas rsister ses impulsions esttent de satisfaire immdiatement les mille et un dsirs qui naissent en lui. Il fait chaud, il ne rsiste pas la boisson glace ou au sorbet dont il a envie. Il dsire une cigarette, et bien qu'il sache qu'il fume trop, il l'allume aussitt. Il travaille chez lui, mais on l'appelle au tlphone : il cesse de travailler pour rpondre la sollicitation d'un ami qui veut se distraire, etc. Celui qui est matre de lui rsiste aux sollicitations et rflchit avant de cder ; tantt il cdera en toute connaissance de causes, tantt il ne cdera pas. Il faut s'entraner rsister aux multiples tentations qui s'offrent nous. Il ne s'agit pas de vivre en ascte et de vous refuser tout agrment, mais il faut rflchir votre attitude gnrale dans ce domaine. Avez-vous tendance rsister ou au contraire cdezv...</p>