l’offre de monnaie

Click here to load reader

Post on 13-Dec-2014

5.027 views

Category:

Education

1 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

l’offre de monnaie

TRANSCRIPT

  • 1. Thme 2: loffre de monnaie
    • Qui cre de la monnaie ?
  • Le processus de cration montaire
    • Avec rserves intgrales
    • Avec rserves fractionnaires
  • Les contreparties de la cration montaire
  • Les limites la cration montaire

M.HOUSSAS 2. 3.1. Qui crer de la monnaie ?

  • Les Banques Centrales
  • mission de billets et de pices
  • Le Trsor public (banque de ltat)
  • Crdits ltat
  • Les banques commerciales ou banques de second rang
  • Octroi de crdits

M.HOUSSAS 3. 3.2. Le processus de cration montaire

  • Hypothse: La quantit de monnaie en circulation est reprsente par M1 c--d le montant total de pices, de billets et de dpts vue.
  • Pour augmenter la quantit de monnaie, on peut fabriquer plus de pices et de billets.
  • Mais loctroi de prts par les banques commerciales accrot aussi la quantit de monnaie car elle augmente le montant des dpts vue.

M.HOUSSAS 4. 3.2.1. Le processus de cration montaire avec rserves intgrales

  • Rserves obligatoires = montant de largent dpos la Banque Centrale et que les banques ne peuvent pas prter.
  • Rserves intgrales = coefficient de rserve de 100%
  • Il y a 1000 de monnaie dans lconomie. Ils sont dposs dans une banque qui ne peut pas les prter.

M.HOUSSAS Bilan de la banque Actif Passif Rserves 1000 Dpts 1000 5. 3.2.2. Le processus de cration montaire avec rserves fractionnaires

  • Si le coefficient de rserves est infrieur 100%, les banques peuvent prter une partie des dpts. Ces crdits vont tre dposs sur un compte bancaire
  • Or les dpts vue sont de la monnaie
  • si les dpts augmentent, alors la masse montaire augmente

M.HOUSSAS 6.

  • Exemple:
  • Quantit initiale de monnaie en circulation = 1000
  • Coefficient de rserve = 10%

3.2.2. Le processus de cration montaire avec rserves fractionnaires M.HOUSSAS Bilan de la banque Actif Passif Rserves 100 Dpts 1000 Prt potentiel 900 7.

  • tape 1 : Monsieur A emprunte 900 pour acheter un logement monsieur B qui dpose ces 900 la banque.
  • tape 2 : Monsieur C emprunte 810 pour acheter une voiture monsieur D qui les dpose la banque
  • tape 3 : Monsieur E emprunte 729 pour acheter un ordinateur lentreprise F qui les dpose la banque.

3.2.2. Le processus de cration montaire avec rserves fractionnaires M.HOUSSAS 8. 3.2.2. Le processus de cration montaire avec rserves fractionnaires M.HOUSSAS 10% Bilan de la banque Actif Passif Dpart Rserves 100 Dpt 1000 Prt potentiel 900 tape 1 Prt A 900 Dpt de B 900 Rserves 90 Prt potentiel 810 tape 2 Prt C 810 Dpt de D 810 Rserves 81 Prt potentiel 719 tape 3 Prt E 719 Dpts de F 719 Rserves71,9 Prt potentiel 647,1 Final Rserves 1000 Dpts 10 000 9.

  • Avec une masse montaire de 1000 au dpart et un coefficient de rserves de 10%, la cration montaire est au maximum de 9000 .
  • Les prts crent de la monnaie
    • Les remboursements de prts dtruisent de la monnaie
  • Si les nouveaux prts consentis sont suprieurs aux remboursements des anciens prts alors la masse montaire augmente.

3.2.2. Le processus de cration montaire avec rserves fractionnaires M.HOUSSAS 10. 3.3. Les contreparties de la cration montaire

  • Quelles sont les dcisions conomiques qui crent de la monnaie?
  • Les crances sur lconomie
  • Les prts accords par les banques aux agents conomiques accroissent la masse montaire.
  • Si les nouveaux prts consentis sont suprieurs aux remboursements des anciens prts alors la masse montaire augmente.
  • Les crances sur le Trsor
  • Les autorisations de dcouvert de ltat.
  • Les crances sur lextrieur
  • Si la balance commerciale est excdentaire, la quantit de monnaie en circulation saccrot.

M.HOUSSAS 11. 3.3. Les limites la cration montaire

  • Les besoins en liquidit des agents non financiers (si pas de demandes demprunts alors pas de prts accords).
  • Les besoins des agents en billets.
  • Les banques doivent conserver sur leur compte la Banque Centrale de quoi pouvoir fournir les demandes en billet. Cela limite le montant des prts potentiels.
  • Laction de la Banque centrale par la politique montaire.

M.HOUSSAS 12. Prolongement du multiplicateur

  • La relation entre la monnaie Banque Centrale (somme des billets, B ; et des rserves, R) et la monnaie en circulation (somme des billets, B ; et des dpts, D) sappuie sur les comportements des agents non financiers en matire de dtention de billets et de pices (b) et ceux des banques commerciales en matire de rserves obligatoires (r).
  • Les agents non financiers contraignent les banques commerciales changer une partie de leurs avoirs montaires en comptes courants auprs de la Banque Centrale (plus prcisment elles doivent change leur monnaie banque commerciale contre de la monnaie Banque Centrale) lorsquils souhaitent dtenir une partie de leurs encaisses en billets (B = b M),
  • Les banques commerciales sont contraintes de mettre en rserves une partie de leurs dpts : R = r D
  • La monnaie Banque Centrale (MBC) peut scrire de la manire suivante :
  • MBC = B + R = bM + rD = bM + r (1-b) M
  • MBC = M [b + r (1-b)]

M.HOUSSAS Slide 8- 13. Thme 3 la demande de monnaie

  • Les banques ne crent pas de la monnaie pour le plaisir, mais en rponse une demande de monnaie. La cration montaire est donc borne par les besoins de liquidits des agents non financiers, et ces besoins eux-mmes sont levs durant les priodes de forte activit, mais rduits dans les priodes de ralentissement de lactivit.
  • Quels sont les facteurs qui expliquent cette demande?

M.HOUSSAS Slide 8- 14. Thme 3 la demande de monnaie

  • contenu
  • Dtention de monnaie dans une optiquetransactionnelle
  • Demande de monnaie comme demande dencaisse (J-M Keynes)
  • 3. Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman)

M.HOUSSAS Slide 8- 15. Dtention de monnaie dans une optique transactionnelle

  • La thorie quantitative de la monnaie (I. Fisher)
  • M * V = P *T
  • M: la masse montaire
  • V: la vitesse de circulation de la monnaie
  • P: le niveau gnral des prix
  • T le nombre de transactions
  • C ette quation des changes nest pas une vritable fonction de demande. Elle ne traduit pas une encaisse montaire dsire, mais une encaisse ncessaire pour effectuer les transactions.

M.HOUSSAS Slide 8- 16. a- La thorie quantitative de la monnaie (I. Fisher)

  • selon Fisher, une hausse de la quantit de monnaie ne peut se traduire, long terme , que par une hausse proportionnelle des prix.
  • Trois hypothses sont gnralement mises :
    • La vitesse de circulation est constante court terme(elle dpend en fait de la technologie des transactions : cartes de crdit, virements, prlvements).
    • Le produit rel (Y) rattach au nombre de transactions (T) est constant court terme(leniveau de transaction est exogne car fix dans la sphre relle).
    • Les autorits montaires matrisant parfaitement la masse montaire.

M.HOUSSAS Slide 8- 17. b. Lquation de Cambridge (A. Marshall, A.C Pigou)

  • Cest avec lEcole de Cambridge (A. Marshall, A.C Pigou) quapparat pour la premire fois la notion de demande de monnaie.
  • Selon les tenants de cette cole, les agents expriment une
  • demande de monnaie (M) proportionnelle au total des ressources (Y : revenu national rel).
  • Avec P le niveau des prix, et en appelant k cette proportion, lquation de Fisher est reformule de la manire suivante :
  • M = k P Y
  • La partie droite de lquation (kPY) reprsente la demande dencaisses montaires dans laquelle k traduit un vritable dsir dencaisses.

M.HOUSSAS Slide 8- 18. 2. Demande de monnaie comme demande dencaisse (J-M Keynes)

  • Selon J. M. Keynes, les agents conomiques demandent de la monnaie pour trois motifs essentiels
  • - motif de transaction
  • - motif de prcaution
  • - motif de spculation

M. HOUSSAS Slide 8- 19. La demande de monnaie

  • Les deux premiers motifs dpendent du revenu Y ; plus le revenu augmente plus la demande de monnaie pour motifs de transaction et prcaution augmente.
  • Lt = L(Y)avec dL/dY positive
  • Pour le troisime de spculation , il dpende de faon inverse du taux dintrt. Plus le taux dintrt augmente plus la demande de monnaie spculative diminue.
  • Ls = L(i)avec dL/dingative.
  • La demande de monnaie est donc: L(Y, i) = Lt + Ls

M. HOUSSAS Slide 8- 20. 3. Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman)

  • La demande de monnaie dpend de trois sries de variables :
  • la richesse totale dtenue (W) sous toutes ces forme