littérature française par siècles.doc

Download Littérature française par siècles.doc

Post on 10-Aug-2015

78 views

Category:

Documents

4 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Franceza.

TRANSCRIPT

La littrature franaise travers les sicles Littrature du Moyen Age0. LA CHANSON DE ROLAND (XI-me sicle) Pome pique, "pope," chanson de geste. En vers dcasyllabiques; compose de 291 laisses (strophes). +/- 4000 vers Date probable: fin 11e sicle; un des premiers textes en "franais." Auteur inconnu. On a suggr un certain Turold dont le nom apparat la fin du manuscrit d'Oxford. Laisses I - XLIX f.1rI Carles li reis, nostre emper[er]e magnes Set anz tuz pleins ad estet en Espaigne: Tresqu'en la mer cunquist la tere altaigne. N'i ad castel ki devant lui remaigne; 5 Mur ne citet n'i est remes a fraindre, Fors Sarraguce, ki est en une muntaigne. Li reis Marsilie la tient, ki Deu nen aimet; Mahumet sert e Apollin recleimet: Nes poet guarder que mals ne l'i ateignet. AOI.

1. R U T E B E U F

Le retournement de Renard Renard est mort: Renard est en vie! Renard est abject, Renard est ignoble: pourtant Renard rgne! Renard a de longtemps rgn sur le royaume. Il y chevauche la bride sur le cou, au grand galop. Il parat qu'on l'avait pendu, ce que j'avais entendu, mais pas du tout: vous vous en apercevrez bientt. Il est matre de tous les biens de Monseigneur Noble des cultures et des vignobles. Renard a bien fait ses affaires Constantinople;1

dans les maisons et dans les caves il n'a laiss l'empereur la valeur de deux navets; il en a fait un pauvre pcheur. Un peu plus il le rduisait tre pcheur en mer. Renard, il ne faut pas l'aimer, car tout en Renard est amer: il est ainsi. Renard a une grande famille: nous en avons beaucoup de son espce dans cette contre. Renard est capable de faire natre un conflit dont se passerait trs bien le pays. Monseigneur Noble le lion croit que son salut dpend de Renard. En fait, c'est faux (qu'il se tourne donc vers Dieu!): je crains plutt qu'il en retire malheur et honte. Si Noble savait ce qui est en cause, et ce qui se raconte travers la ville, - Madame Raimbour, Madame Poufile en font le sujet de leurs palabres, par groupes de dix ou de vingt, et disent qu'on n'a jamais vu cela, et qu'un noble coeur ne s'est jamais amus ce genre de chose! Il devrait se souvenir de Darius que les siens firent mettre mort cause de son avarice. Quand j'entends parler de ce vice affreux, ma parole, mes cheveux se hrissent de chagrin et de colre, si fort que je ne sais que dire, car je vois que "royaume empire", c'est tout pareil. Dites-moi, que vous en semble? Monseigneur Noble tient l'cart toutes les btes: ni dans les grandes occasions ni les jours de ftes elles ne peuvent mettre le nez dans sa maison2

pour la seule raison qu'il a peur de voir la vie devenir plus chre. Qu'il ne passe pas l'anne, qu'il n'instaure plus jamais de coutume, le responsable de cela, car il a fait l quelque chose d'ignoble! C'est Ronel le chien qui a machin cela avec Renard. Noble n'a pas plus d'esprit et de finesse qu'un ne de la fort de Snart qui porte des bches: il ne sait pas quelle est sa charge. C'est pourquoi il agit mal, celui qui le pousse autre chose qu'au bien. Je vais vous dire le nom des btes qui ont toujours eu le renom d'tre malfaisantes. Elles ont fait tout le mal possible; les seigneurs en ont souffert, mais elles s'en moquent. Elles volent, elles amassent tant et plus: on se demande comment elles n'en sont pas lasses. Ecoutez donc quel point Noble est aveugl: si son arme tait mobilise, o, par les bois, par le pays, pourrait-il chercher et trouver quelqu'un en qui se fier pour la guerre s'il en tait besoin? Renard porterait sa bannire, Ronel, grincheux avec tout le monde, formerait le premier corps de bataille lui tout seul. Celui-l, je peux vous dire qu'il n'aura d'gards pour personne, mme si on lui rend service. L'affaire engage, Isengrin, que chacun mprise, conduirait l'arme, ou, si a se trouve, il s'enfuirait. L'ne Bernard les divertirait avec sa croix. Ces quatre-l sont la source de tout, ces quatre-l est abandonn3

le pouvoir sur toute la maison. Les choses en sont au point que jamais roi des btes n'en a t l. Le bel quipage! C'est vraiment l'entourage d'un roi! Ils n'aiment ni le bruit, ni le dsordre, ni le tumulte. Quand Monseigneur Noble se repat, chacun quitte la pture, nul n'y reste: bientt nous ne saurons plus son adresse. Qu'il ne s'y prenne jamais autrement pour faire de l'argent: il en aura besoin de beaucoup, et ce sont des malins, ceux qui tiennent ses comptes. Bernard gre, Renard falsifie les comptes, ils ne savent distinguer l'honneur de la honte. Ronel aboie, et Isengrin ne s'en fait pas, il porte le sceau: "Et hop! que l'on paie!": Chacun pour soi! Isengrin a avec lui un fils toujours assoiff de mal faire, nomm Primaut; Renard en a un qui s'appelle Grimaut: peu leur importe comment s'enchanent mes rimes, pourvu qu'ils fassent le mal et dtruisent tous les bons usages. Que Dieu leur octroie ce qu'ils cherchent: ils auront la corde au cou! Leurs oeuvres s'accordent avec une telle fin, car ils sont sans misricorde et sans piti, sans charit, sans chaleur d'amiti. Monseigneur Noble, ils l'ont dtourn compltement des bons usages: sa maison est un ermitage. Comme ils font perdre de temps, que de chicanes pour les pauvres btes trangres la cour, qui ils font les pires difficults! Que Dieu les confonde, le seigneur de l'univers! Pour moi, je veux bien qu'on me passe la camisole4

si cela ne finit pas mal pour eux; car il me souvient d'un proverbe qui court: "Qui a tout perd tout." C'est justice. Les choses en sont au point que chaque bte voudrait voir venir l'Once. Si Noble trbuchait dans les ronces, il n'y en a pas une sur mille qui se plaindrait: c'est la pure vrit. On prsage guerre et bataille: peu me chaut dsormais que tout aille mal.

2. Romans bretons

[Tristan (ancien franais-franais moderne). 1999]Tristan et Yseut (Franais moderne)

Tristan de Broul (extraits) ... qu'il ne fasse semblant de rien. Elle s'approche de son ami. Ecoutez comme elle prend les devants: "Tristan, pour Dieu le roi de gloire, vous vous mprenez, qui me faites venir cette heure!" Elle feint alors de pleurer... "Par Dieu, crateur des lments, ne me donnez plus de tels rendez-vous. Je vous le dis tout net, Tristan, je ne viendrai pas. Le roi croit que j'ai prouv pour vous un amour insens, mais, Dieu m'en soit tmoin, je suis loyale: qu'Il me frappe si autre homme que celui qui m'pousa vierge fut jamais mon amant! Les flons de ce royaume que vous avez sauv en tuant le Morholt peuvent toujours lui faire croire notre liaison, car c'est leur faute, j'en suis sre: mais, Seigneur Tout Puissant, vous ne pensez pas m'aimer, et je n'ai pas envie d'une passion qui me dshonore. Que je sois brle vive et qu'on rpande au vent ma cendre, plutt que je consente trahir mon mari mme un jour! Hlas! le roi ne me croit pas! J'ai lieu de m'crier: Tombe de haut! Salomon dit vrai: ceux qui arrachent le larron du gibet s'attirent sa haine! Si les flons de ce royaume..."

5

"... Ils feraient mieux de se cacher. Que de maux avez-vous soufferts, quand vous ftes bless lors du combat contre mon oncle! Je vous ai guri. Si vous m'aviez alors aime, c'et t normal! Ils ont suggr au roi que vous tiez mon amant. Si c'est ainsi qu'ils croient faire leur salut! ils ne sont pas prs d'entrer au paradis. Tristan, ne me faites plus venir nulle part, pour rien au monde: je n'oserai y consentir. Mais sans mensonge, il est temps que je m'en aille. Si le roi le savait, il me soumettrait au supplice, et ce serait fort injuste: oui, je suis sre qu'il me tuerait. Tristan, le roi ne comprend pas non plus que si j'ai pour vous de l'affection, c'est cause de votre parent avec lui: voil la raison de mon estime. Jadis, je pensais que ma mre chrissait toute la famille de mon pre, et je l'entendais dire qu'une pouse n'aimait pas son mari lorsqu'elle montrait de l'antipathie ses parents. Oui, je le sais bien, elle disait vrai. C'est cause de Marc que je t'ai aim, et voil la raison de ma disgrce... - [Le roi n'a pas tous les torts] ... ce sont ses conseillers qui lui ont inspir d'injustes soupons. - Que dites-vous, Tristan? Le roi mon poux est gnreux. Il n'aurait jamais imagin de lui-mme que nous puissions le trahir. Mais on peut garer les gens et les inciter mal agir. C'est ce qu'ils ont fait. Je m'en vais, Tristan: c'est trop tarder. - Ma dame, pour l'amour de Dieu! Je vous ai appele, vous tes venue. Ecoutez ma prire. Vous savez comme je vous chris!" Tristan, aux paroles d'Yseut, a compris qu'elle a devin la prsence du roi. Il rend grces Dieu. Il est sr qu'ils sortiront de ce mauvais pas. "Ah! Yseut, fille de roi, noble et courtoise reine, c'est en toute bonne foi que je vous ai mande plusieurs reprises, aprs que l'on m'eut interdit votre chambre, et depuis je n'ai pu vous parler. Ma dame, j'implore votre piti: souvenez-vous de ce malheureux qui souffre mille morts, car le fait que le roi me souponne d'tre votre amant me dsespre, et je n'ai plus qu' mourir... [Que ne fut-il assez avis] pour ne pas croire les dlateurs et ne pas m'exiler loin de lui! Les flons de Cornouaille en prouvent une vile joie et s'en gaussent. Mais moi, je vois bien leur jeu: ils ne veulent pas qu'il garde ses cts quelqu'un de son lignage. Son mariage a caus ma perte. Dieu, pourquoi le roi est-il si insens? J'aimerais mieux tre pendu par le col un arbre plutt que d'tre votre amant. Mais il ne me laisse mme pas me justifier. Les tratres qui l'entourent excitent contre moi sa colre, et il a bien tort de les croire. Ils l'ont tromp, et lui n'y voit goutte. Ils n'osaient pas ouvrir la bouche, quand le Morholt vint ici, et il n'y en avait pas un qui ost prendre les armes. Mon oncle tait l, accabl: il aurait prfr la mort cette extrmit. Pour sauver son royaume, je m'armai, je combattis, et je le dbarrassai du Morholt. Mon oncle n'aurait pas d croire les accusations des dlateurs. Souvent, je m'en dsespre. Sait-il l'tendue du mal qu'il commet? Oui, il s'en rendra compte un jour. Pour l'amour du fils de Marie, ma dame, al

Recommended

View more >