littérature française - ?· la littérature française du xviiie elle s’inscrit dans une...

Download Littérature française - ?· La littérature française du XVIIIe Elle s’inscrit dans une période…

Post on 12-Sep-2018

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Littrature franaise

    Histoire du XVII:La prose dides (lettres, portraits, maximes, discours, dialogues, penses, etc.)

    * partir de 1630, Ren Descartes (1596-1650), philosophe, mathmaticien et physicien franais, marque le XVIIe sicle. Rgles pour la direction de lesprit (1628) et ensuite le Discours de la mthode (1637) sont ses principales uvres philosophiques.

    * Des genres nouveaux (r)apparaissent : les lettres, les maximes et les portraits. La marquise de Svign (1626-1696) publie ses Lettres qui sont les chroniques de la Cour.

    * En 1656, Blaise Pascal (1623-1662) dfend le jansnisme (doctrine selon laquelle nul ne peut tre sauv sans lintervention de la grce divine) avec Les Provinciales.

    La Rochefoucauld (1613-1680), avec ses Maximes et sentence morales (1664) et Jean de La Bruyre (1645-1696), avec Les Caractres (1688), vont porter ces genres leur apoge et la littrature morale se transforme en satire sociale. Ils permettront aussi douvrir la voie lesprit de rforme du XVIIe sicle.

    Le roman

    * Au XVIIe sicle, le roman apparat dans la littrature comme un espace de libert. Nanmoins, les romans ne sont pas pargns par les mtamorphoses du XVIIe sicle. La folie du romanesque , prsente au dbut du XVIIe sicle, est marque par le merveilleux, le spectaculaire et lexcessif.

    * Madeleine de Scudry (1607-1701) exploite la veine du roman hroque avec ses crits piques : Artamne ou le grand Cyrus (1649-1653 ; cf. Artamene.org), Cllie (1656).

    * Quant aux histoires comiques , elles ont t inspires par le got des bourgeois. Charles Sorel rpond donc ce courant romanesque avec La Vraie Histoire comique de Francion (1622).

    Illustration 1: Blaise Pascal (1623-1662)

  • * Viendront ensuite les romans de Scarron et de Furetire.

    * Mais cest bien luvre de Madame de La Fayette, La Princesse de Clves (1678), qui demeurera le "joyau du Grand Sicle".

    La posie (baroque)

    * Aprs les uvres potiques remarquables du XVIe sicle, le XVIIe apparat comme peu inventif. Cependant, lge baroque voit, au dbut du sicle, une "rvolution" : la noire inspiration des "vers funbres" et la somptuosit dimages surprenantes avec Saint-Amant, Tristan LHermite, etc.

    * Malherbe est le principal artisan de cette volution dcisive. Ses uvres jouent en outre un rle essentiel dans la formation de la doctrine classique. Il rforme galement la langue franaise afin den finir avec les archasmes et les mauvais usages.

    Dautre part, La Fontaine, avec les Fables, ralise un parfait quilibre entre les exigences classiques et une blouissante fantaisie.

    Le thtre

    * Le XVIIe sicle fut lge dor du thtre. Jean Mairet (1604-1686) et Jean Rotrou (1609-1650) en sont les reprsentants avec leur tragi-comdies (genre thtral dont lintrigue est caractrise par un dnouement heureux, linverse de la tragdie).

    * Une tragdie fameuse : Le Cid de Corneille.

    * La rgle des trois units est instaure : laction doit se drouler en un jour, en un lieu et il ne doit y avoir quune seule intrigue. Par ailleurs, les pices ne doivent prsenter rien dextravagant et de choquant.

    * Ces nouvelles rgles, qui rendent le thtre moins libre, permettent la comdie de prendre une place trs importante avec, notamment, Molire et son Malade imaginaire dont le but est de "corriger les vices en les ridiculisant".

    Illustration 2: Jean de la Fontaine (1621-1695)

  • La littrature franaise du XVIIIe

    Elle sinscrit dans une priode le plus souvent dfinie par deux dates repres : 1715,date de la mort de Louis XIV, et dautre part, 1799, date du coup dtat de Bonaparte qui instaure le Consulat et met dune certaine faon fin la priode rvolutionnaire. Ce sicle de transformations conomiques, sociales, intellectuelles et politiques est riche dune multiplicit duvres qui peuvent se rattacher, en simplifiant, deux orientations majeures : le mouvement des Lumires et ses remises en cause des bases de la socit et, par ailleurs, la naissance dune sensibilit que lon qualifiera postrieurement de prromantique.

    La littrature d'ides est illustre notamment par Montesquieu (Lettres persanes (1721), Voltaire (romans philosophiques comme Zadig, 1747 ou Candide,1759), Diderot ou Rousseau que l'on dcouvre aussi comme romanciers aux cts de Prvost, Bernardin de Saint-Pierre, Laclos ou Sade alors que le thtre retient en particulier Marivaux et Beaumarchais.Le XVIIIe sicle voit se fragiliser progressivement la monarchie absolue avec la Rgence de Philippe dOrlans, puis avec le trs long rgne de Louis XV et ses guerres perdues (guerre de Sept Ans sur le continent europen et outre-mer, en Amrique et en Inde particulirement, acheve par le trait de Paris de 1763 qui consacre la puissance de lAngleterre et le poids de la Prusse). La monarchie mourra finalement de limpuissance de Louis XVI : la Rvolution de 1789 et ses soubresauts violents transformeront fondamentalement lHistoire de la France qui deviendra une Rpublique le 21 septembre 1792. La naissance en 1776 de la Rpublique des tats-Unis dAmrique, soutenue par la France contre lAngleterre, symbolise aussi lentre dans un monde nouveau la veille du XIXe sicle o apparat le personnage de Bonaparte.

    Par ailleurs, au cours du XVIIIe sicle, la socit franaise change avec lessor dmographique et lactivit dune bourgeoisie daffaires et dentreprises lie au progrs technologique (machine vapeur mtallurgie) et au commerce avec les Indes , fond sur la traite ngrire. En mme temps se dveloppent les villes avec leurs salons, leurs cafs et leurs acadmies qui affaiblissent le poids de laristocratie dans le domaine culturel comme dans le domaine social o saffirme peu peu le tiers tat qui sera le vainqueur des luttes rvolutionnaires partir de 1789. Alors que la grande majorit des crivains du XVIIe sicle taient des courtisans la recherche de mcnes et de protecteurs, le XVIIIe sicle et les sicles suivants voient l'mergence d'une nouvelle thique de l'crivain, exprime l'origine par Voltaire[1], consistant en son autonomisation progressive par rapport aux pouvoirs (politiques, religieux). Cette thique se construit dans le cadre de la lutte pour la libert d'expression avec en corollaire une responsabilit accrue de ces crivains dont les pouvoirs veulent dsormais qu'ils rpondent de leurs uvres[2].

    Les mentalits voluent elles aussi avec le dveloppement de lducation et des sciences (Newton, Watt, Volta, Leibniz, Buffon, Lavoisier, Monge) et la diffusion des uvres de lesprit, par le colportage et par le thtre. La foi dans le Progrs que symbolisera lEncyclopdie de Diderot et dAlembert correspond une dchristianisation progressive de la socit que rvlent les conflits entre le haut et le bas clerg, ou les tensions avec les Jsuites (expulss du royaume en 1764) ou lvolution du statut des protestants, admis ltat-civil en 1787. Mais lglise catholique reste un pouvoir dominant qui lutte contre les Lumires en faisant interdire leurs uvres et en obtenant, par exemple, la condamnation mort du huguenot Jean Calas en 1762 ou, pour blasphme, celle du chevalier de La Barre en 1766, barbaries qui susciteront lindignation de Voltaire.

    la mme priode, les conqutes coloniales intressent toutes les puissances europennes (voir

  • Guerre de Sept Ans) et introduisent lexotisme et le thme du bon sauvage qui nourriront les arts et la littrature, de Robinson Cruso Paul et Virginie par exemple. Les changes se multiplient et les influences trangres sont importantes autant pour la marche des ides que pour lvolution des genres littraires : cest vrai en particulier pour linfluence anglaise avec ses avances dmocratiques (monarchie constitutionnelle) et la cration romanesque ou potique que dcouvrent beaucoup dcrivains qui sjournent en Angleterre tout au long du sicle. Linfluence allemande est aussi importante : elle nourrit le changement prromantique des sensibilits avec un apport marqu dans le domaine du fantastique et du sentiment national qui saccentuera au sicle suivant.

    En ce qui concerne lart, le XVIIIe sicle prsente longtemps un art tourn vers la dcoration avec le style Rgence et le style Louis XV et ceux quon a appels les peintres du bonheur comme Boucher, Fragonard, Watteau ou Chardin, ou les portraitistes Quentin de La Tour, Nattier ou Van Loo, avant de valoriser, dans la deuxime partie du sicle, un art sensible et moral avec Greuze, Hubert Robert ou Claude Joseph Vernet. La musique franaise est illustre par Franois Couperin et Jean-Philippe Rameau, mais dautres compositeurs europens dominent le sicle, de Vivaldi Mozart en passant par Haendel, Bach, Haydn

    Pour avoir un panorama littraire du sicle prcdent on se reportera Littrature franaise du XVIIe sicle.

    Rfrences automatiques

    1. Voltaire crit dans l'article Lettres, gens de lettres ou lettrs de lEncyclopdie : Les gens de lettres qui ont rendu le plus de services au petit nombre dtres pensants rpandus dans le monde, sont les lettrs isols, les vrais savants renferms dans leur cabinet, qui nont ni argument sur les bancs des universits, ni dit les choses moiti dans les acadmies ; et ceux-l ont presque tous t perscuts.

    2. Gisle Sapiro, La Responsabilit de l'crivain. Littrature, droit et morale en France, XIXe-XXIe sicle, Seuil, 2011

    Continuateurs des libertins du XVIIe sicle et desprits critiques comme Bayle et Fontenelle, ceux que lon appellera les Lumires dnoncent au nom de la Raison et de valeurs morales les oppressions qui perdurent leur poque. Ils contestent la monarchie absolue en revendiquant un contrat social comme fondement de lautorit politique et une organisation plus dmocratique des pouvoirs dans une monarchie constitutionnelle avec une sparation des pouvoirs excutif, lgislatif et judiciaire et militaire(Montesquieu, Diderot, Rousseau entre autres). Voltaire combat particulirement les abus du pouvoir (c

Recommended

View more >