le musÉe d’atena le tÉlÉphone ?léphone.pdf · commutateur manuel et téléphone à...

Download LE MUSÉE D’ATENA LE TÉLÉPHONE ?léphone.pdf · Commutateur manuel et téléphone à manivelle…

Post on 15-Sep-2018

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Un livre blanc 1 / 12

    LE MUSE DATENA

    LE TLPHONE

    LES ANCTRES

    LA PRHISTOIRE DU TLPHONE

    Trs vite dans son histoire, lhomme ne sest pas content de parler avec ses semblables porte de voix et a recherch des moyens pour communiquer avec des interlocuteurs loigns. Il en est rsult le tam-tam des peuples primitifs, les signaux de fume des Indiens. La Grande Muraille de Chine, difie ds le 5me sicle av. J.C. est jalonne de tours de guet depuis lesquelles les soldats signalaient larrive des ennemis au moyen de signaux de fume. Linformation parvenait Pkin en moins dune minute.

    La Grande Muraille de Chine (Photo Michle Germain)

    Ce moyen de communication dut indirectement lorigine de la chute de la dynastie Zhou en 221 av. J.C. comme le relate cette pittoresque lgende.

    Le roi avait une femme qui ne riait jamais et il en tait fort attrist. Il faisait pourtant tout son possible pour la faire rire, mme les chatouilles sous les pieds, sans jamais y arriver. Dsespr, il offrit une rcompense qui pourrait faire

    rire la reine. Un vieil homme se prsenta et proposa son ide. Il y avait en haut de la montagne une tour de guet o lon

    faisait du feu pour donner lalerte lorsque des ennemis arrivaient. Le plan consista allumer un feu en haut de la tour et

    croyant une attaque, la population et larme se mobilisrent pour rien puisquil ny avait pas dennemis. Ceci fit bien

    rire la reine. Enchant, le roi renouvela plusieurs fois lopration, mais la fin, tout le monde savait que ctait pour rire

    et ne ragissait plus que trs mollement. Un jour, il y eut rellement une invasion. Les guetteurs allumrent le feu,

    personne ny prta attention et les barbares envahirent le pays.

    Au 14me sicle, les Gnois ont repris le mme principe en difiant des tours tout le long des ctes de la Rpublique de Gnes.

  • Un livre blanc 2 / 12

    LE SMAPHORE

    Claude Chappe (1763-1805) amliora le systme en 1791 pour dvelopper un rseau organis de communication smaphore.

    Un smaphore se composait de deux bras pouvant prendre sept positions et relis par une barre

    pouvant elle-mme prendre quatre positions, donnant donc une capacit de 7x7x4=196 signaux de signification convenue. Les smaphores taient installs sur des points hauts distants denviron 15 kilomtres et les signaux taient relays de site en site jusqu leur destinataire. La transmission dun signal entre Paris et Strasbourg ne mettait pas plus de 6 minutes, via 44 sites.

    En fait, le principe tait le mme que celui des tours gnoises, la seule diffrence que linformation tait plus riche.

    Tlgraphe de Chappe (Muse du Louvre) Photo Wikimedia Commons

    Le gros inconvnient du smaphore tait son manque de confidentialit car videmment, quiconque muni dune longue-vue pouvait son aise intercepter les messages. On vit donc apparatre une nouvelle technique : la cryptologie. Le code tait dfini par une phrase dun livre dtenu par lmetteur et le destinataire.

    LE TLGRAPHE

    Le smaphore limitait malgr tout linformation 196 lments dinformation et le besoin se faisait sentir de pouvoir communiquer avec toute la richesse du langage.

    Ceci fut rendu possible grce la dcouverte de llectromagntisme et lexploitation quen fit Samuel Morse (1791-1872) lorsquen 1838 il inventa le tlgraphe. La premire liaison tlgraphique eut lieu en 1844 entre Washington et Baltimore.

    Linvention du morse (Dessin Laurent Germain)

    Ne sachant transmettre quen tout ou rien, Morse mit au point un alphabet compos de traits et de points qui a gard son nom.

  • Un livre blanc 3 / 12

    Alphabet morse

    Ds lors, les paysages commencrent se couvrir de poteaux et de fils pour acheminer le tlgraphe. Toutefois, linvention de Morse eut du mal simposer en France face un rseau de smaphores qui, la mme poque, couvrait 5 000 km avec 533 stations.

    Linvention de Morse permettait de transmettre des mots, mais pas encore des paroles. Il fallut attendre 1876 et Graham Bell pour peaufiner linvention de Morse afin de transporter la phonie sous forme de signaux BF. Pour ce faire, il dcouvrit quon pouvait moduler le signal au moyen des dplacements dune membrane et faire lopration inverse lautre bout. Le tlphone tait n

    LES PREMIERS AUTOCOMMUTATEURS

    LA COMMUTATION MANUELLE

    Le principe de la commutation tlphonique peut tre schmatis par un ensemble de lignes perpendiculaires (les lignes du tlphone public) et de lignes horizontales (les lignes des abonns). Pour tablir une communication, il suffit dtablir le contact lectrique lintersection de la ligne du tlphone public et de la ligne de labonn. lmentaire, ma chre Atna !

    Au tout dbut, les connections se faisaient en enfichant des prises jacks la jonction des lignes raccorder. Les centraux employaient pour cela les fameuses demoiselles du tlphone . La petite histoire raconte que des jeunes filles, clibataires et de trs haute moralit, taient prfres aux hommes, car moins enclines que ceux-ci envoyer promener les usagers rleurs.

    Lusager avait un poste tlphonique compos dun combin (ou dun micro et dun couteur en forme de cornet), dune manivelle et dune sonnette. La signalisation tait des plus frustres. Pour appeler, labonn tournait une manivelle qui commandait un gnrateur de courant alternatif afin dallumer une lampe au central. Lenvoi du numro se faisait de la faon la plus rudimentaire qui soit : en le disant lopratrice, laquelle le rptait lopratrice suivante et ainsi de proche en proche jusquau central du destinataire. La dernire opratrice de la chane navait plus qu appuyer sur un bouton pour envoyer sur la ligne un courant alternatif qui excitait la sonnerie du poste demand.

    Commutateur manuel et tlphone manivelle (Muse de Mourmansk) Photo Michle Germain

    Bien vite les commutateurs se perfectionnrent, sautomatisrent et prirent le nom dautocommutateurs. Les demoiselles du tlphone entrrent dans la lgende.

  • Un livre blanc 4 / 12

    LE STROWGER

    Le premier autocommutateur automatique fut le Strowger invent en 1891 par un entrepreneur de pompes funbres du mme nom, les voies des tlcoms sont parfois impntrables. Las de voir lopratrice diriger tous les appels vers son concurrent, par ailleurs son mari de ladite opratrice, Almon B.

    Strowberg inventa une machine qui pouvait automatiser ltablissement des communications sans intervention humaine. Lautocommutateur tait n !

    La machine utilisait des balais quips de contacts qui exploraient des bancs de broches en se dplaant dans le sens vertical et en tournant. Les commandes taient envoyes par des sries dimpulsions en nombre gal la valeur des chiffres. Comme ce ntait pas trs commode, Strowger inventa le cadran rotatif qui eut la longue vie quon lui connait.

    Slecteur Strowger (Muse des Arts et Mtiers Paris) Photo Wikimedia Commons

    LES COMMUTATEURS ROTATIFS

    Le Strowger fut amlior pour donner le Rotary qui eut une longue existence. Contrairement au Strowger o les impulsions commandaient directement les mouvements des balais, le Rotary utilisait un enregistreur. En France, le premier Rotary fut install en 1928 et le dernier dmont en 1984. Ces autocommutateurs utilisaient des pices en rotation autour dun axe vertical.

    LE CROSSBAR

    Les systmes rotatifs en perptuel mouvement taient promis une usure rapide. Il fallut donc inventer des installations plus statiques et cest en 1917 que le Sudois Betulander dposa le brevet du Crossbar o le contact tait tabli au moyen de relais lectromagntiques entre des barres verticales et horizontales. Ctait statique, mais bruyant !

    La priode de gloire du Crossbar commena laube de la seconde guerre mondiale et en France se dveloppa partir de 1957 avec notamment le Pentaconta de CGCT (1964) et le CP 400 dEricsson (1963).

    Plus simple que les systmes rotatifs et de cot moindre, le Crossbar fut le moteur du dveloppement des tlcommunications qui mit fin dans les annes 1970 au vide sidral que connaissait la France en matire de tlphonie. Le rseau tait alors insuffisant et de mauvaise qualit, faisant dire que la moiti des Franais attendait le tlphone et lautre moiti la tonalit.

    Dvelopp tardivement, et bnficiant des dernires volutions technologiques, le rseau tlphonique franais, non seulement combla son retard, mais devint leader, notamment en matire de numrisation, grce lintroduction dans cette mmem priode des premiers commutateurs lectroniques.

    Le dernier Crossbar a t dmont en 1994, marquant la fin dune gnration.

    LES AUTOCOMMUTATEURS LECTRONIQUES

    A partir de 1970, llectronique commena pointer son museau dans les centraux tlphoniques.

    Les techniques numriques qui permirent de diminuer une nouvelle fois les cots tout en augmentant les performances des systmes tlphoniques.

    Dlectromagntique base de relais, la commutation devint spatiale ou temporelle.

    LES AUTOCOMMUTATEURS SPATIAUX

    Les commutateurs spatiaux, les premiers mis sur le march, fonctionnaient sur la base dune matrice lignes/abonns analogiques. Les connexions taient ralises par des interrupteurs commands

  • Un livre blanc 5 / 12

    lectriquement. Une mmoire de commande reprsentait ltat ouvert ou ferm des contacts, raison dun seul contact ferm par ligne et par colonne sinon on fait de la diffusion ou de la concentration, ce qui nest pas le but recherch. Ils gardaient une signalisation hrite des centraux lectromagntiques, base sur lenvoi dimpulsions.

    De cette gnration, nous retiendrons lE11 de LMT, le Metaconta 11F de CGCT et lAXE dEricsson, apparus en 1975.

    Les derniers commutateurs spatiaux ont t dmonts en 2000.

    LES AUTOCOMMUTATEURS TEMPORELS

    La commutation temporelle est base sur lchange dinformations entre des inte