LA PARACHA EN RÉSUMÉ Cynthia Sebbah & sa ?· IL ÉTAIT UNE FOIS LA PARACHA Biographie : Rabbi Avraham…

Download LA PARACHA EN RÉSUMÉ Cynthia Sebbah & sa ?· IL ÉTAIT UNE FOIS LA PARACHA Biographie : Rabbi Avraham…

Post on 13-Sep-2018

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • L A PA R A C H A E N R S U M

    PARACHA : VAYECHEV PARIS - ILE DE FRANCEEntre : 16h37 Sortie : 17h49

    Villes dans le monde

    Lyon 16h39 17h47

    Marseille 16h45 17h51

    Strasbourg 16h16 17h28

    Toulouse 17h00 18h06

    Nice 16h36 17h42

    Jerusalem 15h55 17h15

    Tel-Aviv 16h06 17h16

    Bruxelles 16h20 17h35

    F e u i l l e t h e b d o m a d a i r ew w w . t o r a h - b o x . c o m

    U N T R S O R D E L A PA R A C H A

    Los Angeles 16h25 17h24

    New-York 16h10 17h14

    Londres 15h35 16h51

    Casablanca 17h03 18h03

    VAYECHEV 5776

    n295

    Pri

    re d

    e re

    spec

    ter l

    a sa

    inte

    t d

    e ce

    feui

    llet :

    ne

    pas

    le je

    ter n

    i le tr

    ansp

    orte

    r Cha

    bbat

    h

    Yaakov sinstalle Hevron avec ses douze ls. Yossef, g de 17 ans, est son favori. Cette prfrence qui se manifeste notamment par la confection dune tunique particulire suscite la jalousie de ses frres. Yossef fait deux rves dans lesquels il lui est rvl quil rgnera un jour sur eux. Il leur raconte ces songes, ce qui accentue dautant plus leur jalousie et leur haine son gard.

    Un jour, Yaakov envoie Yossef prendre des nouvelles de ses frres qui font patre les troupeaux dans un endroit retir. Le voyant arriver, Chimon et Lvi envisagent de le tuer mais Rouven les en empche, et propose de le jeter dans une fosse. Il a en fait lintention le sauver, mais il doit sabsenter. Rouven partit, Yhouda propose de vendre Yossef des commerants Ismalites. Les frres approuvent cette proposition, ralisent la transaction, et rentrent chez leur pre en lui annonant que Yossef est mort, dchiquet par une bte sauvage.

    Yhouda se marie et engendre trois ls avant de perdre sa femme. Les deux premiers meurent peu de temps aprs avoir pous Tamar, lun aprs lautre. Cette dernire, qui aspire trs fortement avoir une descendance de la famille de Yhouda, se dguise en prostitue et sduit Yhouda lui-mme, qui lui laisse des objets lui appartenant en gage de paiement. Tamar disparat, et Yehouda ne peut donc pas rcuprer ses effets personnels. Elle tombe enceinte suite ce rapport, et Yhouda, en lapprenant, la fait comparatre devant un tribunal quil prside et la condamne mort pour adultre (une femme en attente de lvirat a le statut de femme marie).

    Tamar, refusant dhumilier Yhouda, exhibe cependant les objets laisss en gage, et afrme que le pre de cet enfant est le propritaire de ces objets. Yhouda reconnat alors quil est le pre du foetus et pargne Tamar.

    Pendant ce temps, Yossef, amen en gypte, est vendu Potiphar, ministre des abattoirs du Pharaon. Il devient rapidement son intendant et gre toutes ses affaires. La femme de Potiphar tente de le sduire. Yossef, refusant ses avances, est victime dune dnonciation calomnieuse qui le conduit en prison. Sur place, il rencontre lchanson (ministre des vins) et le panetier du Pharaon qui sont incarcrs pour avoir offens le souverain. Ceux-ci sont alors troubls en mme temps par des rves nocturnes. Yossef interprte ces deux songes. Il leur annonce que dans trois jours, le boulanger sera condamn mort et lchanson rhabilit son poste. Il demande ce dernier dintercder en sa faveur auprs de Pharaon et dobtenir sa libration. Les prdictions de Yossef se ralisent mais lchanson revenu la cour oublie Yossef...

    Savoir tre reconnaissant Brchit (37, 14) : Et il lui dit : Va je te prie, vois comment vont tes frres et comment va le troupeau .

    Il est crit dans le Midrach (Tanhouma Yachan Vaychev 13) que la raison pour laquelle Yaakov a demand comment allait le troupeau tait parce quil protait du troupeau, de son lait et de ses toisons. Les grands dIsral au cours de toutes les gnrations ont reconnu le devoir dtre reconnaissant envers toute crature, pas seulement envers un homme qui nous a rendu service, mais aussi envers les animaux, et mme les plantes. On raconte sur Rabbi Isral Gustman, qui faisait partie du Tribunal du gaon Rabbi Ham Ozer zatsal, que quand il arriva en Erets Isral, il avait lhabitude darroser son jardin tous les jours lui-mme, et il en donnait pour raison quil tait reconnaissant aux plantes qui lavaient sauv de la mort.

    En effet, un jour Rabbi Ham Ozer lavait emmen dans une fort et lui avait montr toutes sortes de plantes qui sont bonnes pour la nourriture de lhomme, et dautres qui sont dangereuses pour lhomme. Il navait pas compris pourquoi Rabbi Ham Ozer lui enseignait ces choses, jusqu ce que quelque temps plus tard, pen-dant le priode de lHolocauste, il fut oblig de se cacher dans les forts, o il navait rien manger, jusqu ce quil se souvienne de Rabbi Ham Ozer et arrache des herbes pour sa subsistance.

    Depuis, en signe de grande reconnaissance, il avait lhabitude darroser ses plantes lui-mme. Moch na pas frapp le euve au moment de la plaie du sang, parce quil avait t sauv grce lui, et la Torah a galement ordonn : Ne dteste pas lEgyptien car tu as t tranger dans son pays (mme si leur seule intention tait leur propre prot). Celui qui acquiert la reconnaissance lexerce non seulement envers le prochain, mais aussi envers son plus grand bienfaiteur : Notre pre des Cieux, qui lui envoie une abondance de bndiction et de vie, et le nourrit chaque instant. Ajoutons que la reconnaissance individuelle a procur la communaut dIsral un grand bnce, comme dans lincident qui a eu lieu avec lauteur de Melekhet Chelomo sur les michnayot, dont tout le monde prote de la clart, et qui provient dune certaine reconnaissance. Voici ce qui sest pass. Dans son enfance, il quitta Sanaa avec son pre Rabbi Yhochoua en 5231, pour sinstalla Safed, o son pre succomba ses preuves. Rabbi Chelomo resta seul, un enfant abandonn. Il alla Jrusalem tudier chez Rabbi Ham Vital. Dans sa pauvret et sa timidit, il fut oblig de dormir dehors jusqu cequun ami le trouve et lemmne vivre chez lui. Pour ne pas souffrir du pain de la honte, il russit par son travail rdiger un merveilleux commentaire sur la Michnah, an daider son hte comprendre la Michnah, et depuis, ce livre nous est rest.

    Ddi la russite matrielle et spirituelle de Cynthia Sebbah & sa famille

  • I L TA I T U N E F O I S L A PA R A C H A

    Biographie : Rabbi Avraham de Pantchow

    Rabbi Avraham est n Pantchow du saint Rabbi Raphal, qui tait connu comme quelquun qui faisait des miracles, un tsadik cach, au point que beaucoup des grands de la gnration ont tmoign sur lui quil tait lun des 36 tsadikim cachs de la gnration. Ds sa jeunesse on remarqua chez Rabbi Avraham des dons prodigieux, et son pre le conduisit dans la ville de Plotzk pour quil y tudie la Torah. Rapidement, il devint clbre comme un enfant prodige qui nignorait rien des secrets de la sainte Torah. A lge du mariage, il pousa la lle de Rabbi Dan Landau, qui faisait partie des notables de la ville de Plotzk, et aprs son mariage il continua tudier, en dissimulant tous ses actes merveilleux. De temps autres, il allait trouver le saint Rabbi Fischel de Strikow zatsal. Quand son beau-pre Rabbi Dan perdit sa fortune, il fut oblig daccepter un poste de Rav, dans la ville de Tchekhnow. Il y resta cinquante-six ans en enseignant la Torah ses disciples. Pendant toutes ces annes, il refusa dtre Admor, mais il tait trs li avec notre matre le Hidouchei HaRim de Gour zatsal. Au moment du dcret sur lhabillement hassidique en Pologne, Rabbi Avraham soutint le Hidouchei HaRim, et tous deux dcrtrent quil tait totalement interdit de shabiller comme les non-juifs, au point quil fallait tre prt mourir pour ne pas modier lhabit juif. Aprs la mort du Hidouchei HaRim, il accepta de devenir Admor, et il dirigea la communaut pendant neuf ans, de 5626 jusqu sa mort, le 5 Adar 5635. Que son mrite nous protge.

    E T T E S Y E U X V E R R O N T T E S M A T R E S E T T E S Y E U X V E R R O N T T E S M A T R E S

    Rav Moch LEVI

    Un tableau pas si parfait Brchit (40,19) : Trois jours encore, et le Pharaon te fera trancher la tte et te pendra un arbre ;

    et les oiseaux viendront becqueter ta chair.

    Comment Yossef a-t-il dduit du rve du matre panetier, que le Pharaon le ferait mettre mort ? Lhistoire suivante va nous permettre de le comprendre : Lors dune exposition duvres dart, le tableau dun peintre trs connu fut prsent. Celui-ci reprsentait un homme tenant dans ses mains un panier rempli de fruits. Le dessin tait tellement russi, que les oiseaux passant par l crurent voir des fruits rels et vinrent picorer la toile. Tout le monde fut trs impressionn par le phnomne, et on promit une belle rcompense celui qui serait capable de dcouvrir une quelconque imperfection dans le tableau !

    Une personne perspicace se prsenta et dclara : Il est vrai que le tableau est trs russi et que les fruits paraissent trs rels ; cependant, lhomme qui tient le panier nest pas aussi rel que cela. En effet, si la reprsentation de lhomme avait t parfaite, les oiseaux auraient eu peur de sen approcher et ne seraient pas venus picorer les fruits ! Il va sans dire quil reut la rcompense promise.

    Il en est de mme concernant notre verset ! Lorsque le matre panetier raconta que, dans son rve, les oiseaux mangeaient les fruits du panier pos sur sa tte, Yossef en dduisit que cet homme tait dj considr comme mort, car sinon les oiseaux, effrays, nauraient pas os venir manger de ces fruits. Cest ainsi que Yossef conclut que le matre panetier allait mourir...

    A U H A S A R D . . .

  • L E R C I T D E L A S E M A I N E Une bote de mouchoirs...

    Associat ion de diffusion du Judasme aux Francophones dans le Monde

    Rav Binyamin Klein, secrtaire du Rabbi pendant de longues annes, vient de quitter ce monde. Cette h