JOURNEE SPEDIDAM - cirm-manca.org ?· Luciano BERIO (1925 Oneglia / Rome Italie – 2003) Luciano Berio…

Download JOURNEE SPEDIDAM - cirm-manca.org ?· Luciano BERIO (1925 Oneglia / Rome Italie – 2003) Luciano Berio…

Post on 20-Feb-2019

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

<p>! " # $ %&amp; ' ( &amp; $ % T O U S !) $ 1 8 * $ 2 4 + &amp; , - . / 1 1</p> <p>!"#$"! " # $ % &amp; ' (</p> <p>)%*+,)-./0-,12/34.25,6-,)072/34.,+893:25-,;;&lt; 2=&gt; ?-2.,+76-:3.,@A@@@,13:-,,@B,C;,DD,EB,AD,F,3.G4H:30IJI2.:2&gt;40K</p> <p>Centre National de Cration Musicale</p> <p>Vos prochains rendez-vous MANCA </p> <p>APERITIF MUSICAL Chez Harmonia Mundi Boutiques 33 rue de lHtel des Postes, Nice </p> <p>SAMEDI 19 NOVEMBRE 18h00 </p> <p>Avec la compositrice Ana Lara et le directeur artistique des Percussions de Strasbourg Jean-Paul Bernard </p> <p>Entre libre </p> <p>CONCERT SYMPHONIQUE A lOpra Nice Cte dAzur </p> <p>SAMEDI 19 NOVEMBRE 20h30 </p> <p> Orchestre Philharmonique de Nice Direction Pierre-Andr Valade </p> <p>Ana Lara Atanor Henri Dutilleux The Shadows of time </p> <p>Steve Reich The Four Sections </p> <p>OPERA POUR VOIX SEULE Au Thtre Francis Gag (Vieux-Nice) </p> <p>DIMANCHE 20 NOVEMBRE 17h30 </p> <p> ISMENE de Yannis Ritsos </p> <p>et / avec Marianne Pousseur musique Georges Aperghis </p> <p> Retrouvez le programme complet ainsi que la billetterie sur </p> <p>www.cirm-manca.org le CIRM / MANCA est galement sur Facebook ! </p> <p>Agora fm, partenaire du Festival MANCA </p> <p>Vendredi 18 novembre 2011 </p> <p> JOURNEE SPEDIDAM </p> <p>Auditorium de la BMVR Intervenants : Franois Paris (directeur du CIRM) et Frdric Fuochi (BMVR) </p> <p>14h00 RENCONTRE/CONFERENCE MUSIQUE CONTEMPORAINE : rupture ou continuit. En quoi la musique daujourdhui va nourrir le rpertoire de demain. </p> <p>16h00 RENCONTRE/CONFERENCE Prsentation du partenariat CIRM-BMVR concernant le PROJET DE NUMERISATION DE LA COLLECTION DE DISQUES ANCIENS DE LA BMVR. Les nouvelles technologies au service de la sauvegarde du patrimoine. </p> <p>18h00 Muse d'Art Moderne et d'Art Contemporain (MAMAC) </p> <p>THETRE MUSICAL GIARDINO DELLA PAROLA </p> <p>de Luciano Berio / par Isabel Soccoja mezzo mise en scne de Christine Dormoy </p> <p> 19h30 Thtre National de Nice (Salle Pierre Brasseur) </p> <p>CONCERT MUSIQUES MIXTES DU COTE DU MEXIQUE </p> <p>Ensemble Icarus direction Franco Fusi </p> <p>J. Giroudon et J-F Estager / A. Lara / J. Torres Maldonado / A. Fuentes / P. Leroux </p> <p>21h30 Thtre National de Nice (Salle Pierre Brasseur) </p> <p>MUSIQUE ET DANSE PLEIADES </p> <p>de Iannis Xenakis Avec ensemble l'Abrupt et Les Percussions de Strasbourg </p> <p>Vendredi 18 novembre, 18h Au MAMAC, Nice </p> <p>THETRE MUSICAL GIARDINO DELLA PAROLA </p> <p>de Luciano Berio / par Isabel Soccoja mezzo mise en scne de Christine Dormoy </p> <p> Collaboration artistique Isabel Soccoja et Nicolas Dflache, Lumire ric Soyer, Vido Dominique Aru, Scnographie Philippe Marioge, Son Nicolas Dflache, Costumes Jean-Philippe Blanc, concepteur Opra national de Bordeaux, Ralisation costumes Ateliers de lOpra national de Bordeaux, Rgie gnrale et rgie lumire Jean-Pierre Michel, Assistanat la mise en scne Cline Bnard et Elodie Brmaud Ensemble vocal enregistr / film : Sevan Manoukian soprano, Thierry Cantero tnor, Paul Alexandre Dubois baryton, Wahid Lamamra basse Ensemble instrumental enregistr : Agns Bonjean piano, Claire Parruitte violon et alto, Isabelle Veyrier violoncelle, Nicolas Vallette flte, Laurent Berthomier clarinette et lodie Adler harpe. Cest la naissance du thtre musical de Luciano Berio quincarne ici Isabel Soccoja. La pice commence comme un concert sur les partitions inspires des mlodies populaires dArmnie, dItalie, dEcosse etc. Un un, comme chapps dune peinture nave, entrent en scne quelques lments : le vent se lve sur les voyelles de Martin Luther King, trois pommes passent Avec une pomme prcisment, se joue Sequenza III, partition a capella dclinant, entre parl et chant, tous les registres du rire. Sur le pome de Sanguineti, compos dextraits de Joyce, Marx, Dante, Barthes et la Bible, la pice radiophonique A-ronne agrandit ce Jardin de la Parole par une fresque vocale inventoriant de A Z quoi du langage et quoi du corps. Lexploration des langages par Berio marque les annes 60. A Milan, aux cts de philosophes, de potes, de compositeurs, il exprimente chez Cathy Berberian la faon dont le texte et le comportement vocal agissent lun sur lautre, la manire de ce qui arrive dans le chant et le langage de tous les jours. Entre texte et comportements vocaux souvrent alors des possibilits infinies du discours et du chant humains. Berio, cest, comme le disait Michel Guy : le plus clatant dmenti au strotype qui voudrait que la musique contemporaine soit incompatible avec le plaisir. La vocalit chez Luciano Berio est la fois un travail sur la langue et une exploration ludique dcoiffante. La voix chante, les voix chantes, droites ou vibres du bel canto, la voix quotidienne qui met des sons pleure, tousse, rit. Un rire peut se transformer en colorature. Cette vocalit sest labore partir des annes 1960, comme la substance mme de ce quest la musique avec John Cage et Cathy Berberian, dans la dynamique du laboratoire de phonologie, cr par Berio et Umberto Eco Milan. Dans le rseau des soupirs, des accents et de lintonation, le sujet surgit toujours dans la vocalit emportant grce la voracit de sa bouche un morceau du principe de vie initial : le dsir. Avec ce dsir si cher Janklvitch dans ses confrences sur la tentation, la philosophie nest jamais loin de la musique. Prcisment dans ce corps corps entre la soliste et la voix, il y a un moment dans le langage o le mot devient une seule et mme chose avec ce qui est nomm. </p> <p>Luciano BERIO (1925 Oneglia / Rome Italie 2003) Compositeur Luciano Berio tudie la musique au Conservatoire Verdi de Milan o il suit les cours de Paribene et Ghedini pour la composition et ceux de Votto et Giulini pour la direction dorchestre. En 1955, il fonde avec son ami Bruno Maderna le studio de phonologie de la R.A.I (Radio-tlvision italienne) Milan. A partir de 1960 il donne des cours Darmstadt, Dardington, au Mills College (Californie), Harvard, luniversit Columbia. Il sintresse au rock et au folk, leur consacrant des essais et les mlant dans le creuset de sa musique, laquelle est une musique libre, sans frontires. Berio a sond, dabord dans la clart de lintuition, puis prudemment, lucidement, des domaines originaux et longtemps oublis de notre culture occidentale, en particulier celui de la voix. Il libre une expression verbale souvent affective, spontane, immdiatement descriptive : murmures, cris, souffles, pleurs, bruissements, onomatopes attaches la vie corporelle. Circles (1960) ou encore la srie des squences, pour instruments solistes, inventent dans un jeu de manipulations et de mtamorphoses, des formes nouvelles, et il en va de mme pour la srie parallle des Chemins. Voix ou instruments sont pousss lextrme limite de leur virtuosit, arrachs leur tradition, largis. Epifanie (1961), suit la mme volution : textes de potes, cartels, au bord du tragique. Harmoniste raffin dans Folk Songs, Berio se montre en matre de la technique de la variation dans la srie des Chemins, o des commentaires varis linfini laissent apparatre des " collages ". Passaggio (1962), Laborintus II (1965), Recital I (1972) sont des approches trs personnelles du thtre musical. En effet, il semble tre imprgn de tout ce qui vit, pour le laisser rapparatre tt ou tard. Coro (1976) est sans doute lun des sommets de son uvre, une anthologie de lhomme, de son aventure et de son paysage intrieur. A la fin des annes 70, Berio intgre la premire quipe de lIRCAM. Jusquen 1980, il assume le poste de responsable de la musique lectroacoustique avant de crer un nouveau studio Florence, Tempo reale, dont il est le directeur. Il ne cesse de dialoguer avec lhistoire musicale, en faisant des orchestrations de pices de Mahler ou Brahms, reconstruit la 10me Symphonie de Schubert (Rendering) ou lOrfeo de Monteverdi (Orfeo II), et fait des allusions stylistiques et des citations directes dans ses propres uvres, technique dj manifeste dans la Sinfonia de 1968. </p> <p>Isabel SOCCOJA Mezzo-soprano Isabel Soccoja a obtenu des prix de piano, de formation musicale, de musique de chambre et dopra aux Conservatoires de Reims et de Paris. Elle est laurate des Schubertiades de la Fondation pour la voix de france tlcom. Elle a t invite au thtre du Chtelet, l'Atelier du Rhin, au Centre Georges Pompidou, l'Opra de Reims, de Besanon... et chante le Requiem, la Messe du couronnement, la Messe en ut de Mozart, le Dixit dominus de Haendel... Elle interprte aussi rgulirement les Chansons madcasses de Ravel, Pierrot lunaire de Schnberg, Le Marteau sans matre de Boulez, Khoom de Scelsi. Elle chante frquemment dans les festivals et travaille avec les compositeurs de notre temps : Luis de Pablo, tan Dun, Kaija Saariaho. Elle a enregistr Indianer Lieder avec Stockhausen et interprt la Sequenza et les Folksongs de Berio sous sa direction Radio france. L'intrt qu'Isabel Soccoja porte la musique des XXme et du XXIme sicles l'amne collaborer avec divers ensembles (2e2m, l'Itinraire, l'Ensemble Intercontemporain). Avec l'ensemble vocal Voxnova, elle ralise des tournes dans le monde entier (au Japon, Taiwan, Turin...). Elle a chant la Deuxime Dame dans La Flte enchante en 1998 et Vincenette dans Mireille de Gounod en 1999 l'Opra de Toulon. En 2000, elle a cr Kopernicus de Claude Vivier, mis en scne par Stanislas Nordey et dirig par Pascal Roph Banff, et Lumire brise de Gualtiero Dazzi au Gmem de Marseille et l'Ircam. </p> <p>CREATIONVERSIONMUSEE</p> <p>Giardino della parola Le dbut Mlodies populaires et mlodies de timbres Comme une balade stylistique entre voix, instruments incluant le piano solo que la chanteuse interprte sur scne, Isabel Soccoja chemine entre les timbres avant dentrer dans le vif du sujet : la voix, a capella. Folksongs pour voix et petit ensemble : harpe, alto, violoncelle, clarinette, percussion, flte Canzoni popolari voix et piano Chamber Music (extraits) voix et harpe, clarinette, violoncelle extraits Brin et Erderklavier pices pour piano O King voix et petit ensemble : piano, violoncelle, violon, flte, clarinette Le milieu Sequenza III La Sequenza pour voix seule, ouvre le thtre pour les oreilles. Il sagit pour Berio dune structuration des diffrentes formes du rire : un corps corps entre la soliste et sa propre voix, radiographie de la conscience o quarante-quatre attitudes motionnelles se succdent en une multitude de sentiments rassembls en un seul individu. La fin A-Ronne Kalidoscope musical et philosophique, A-Ronne, initialement compose dans lide dune pice radiophonique pour 5 voix dacteurs. A ronne est incarne ici par une seule cantatrice : Isabel Soccoja au centre de lunivers polyphonique qui fait vibrer lespace. On croit entendre : une cantate de Bach, une liturgie, une chanson populaire litalienne, un jingle de jazz Le pome dEduardo Sanguineti est le creuset dune multiplicit de langues et de voix. Le texte est une tour de Babel, la musique de Berio une fte ! </p> <p>Textes sources </p> <p>dont le pome de Sanguineti reprend les premires phrases In my beginning is my end. In succession En mon commencement est ma fin. tour tour house rise and fall, crumble, Des maisons s'lvent et tombent, s'croulent, are extended, sont agrandies, are removed, destroyed, restored, or in Enleves, dtruites, restaures, ou leur place their place is open field, or a factory, or a by-pass. Il y a la rase campagne, ou une usine, ou un chemin dtourn Old stone to new building, old timber to new fires, La vieille pierre va aux btiments neufs, la vieille charpente Old fires to ashes, and ashes to the earth which is already flesh, fur and faeces, bone aux feux nouveaux, les feux anciens s'en vont en cendres, et les cendres dans la terre qui est dj chair, fourrures et fces, of man and beast, cornstalk and leaf. Os de l'homme et de la brute, tige de bl et feuille houses live and die : there is a time for building Les maisons vivent et meurent : il y a un temps pour btir, And a time for living and for gnration Un temps pour vivre et engendrer And a time for the wind to break the loosened pane Un temps, pour le vent, de briser le carreau disjoint And to shake the wainscot where the fieldmouse trots Et pour branler la boiserie o le mulot trotte EAST COKER, FOUR QUARTETS - T.S. ELIOT Nel mezzo del cammin di nostra vita mi ritrovai per una selva oscura, ch la diritta via era smarrita. Ahi quanto a dir qual era cosa dura esta selva selvaggia e aspera e forte che nel pensier rinova la paura! tant amara che poco pi morte ; ma per trattar del ben chi vi trovai, </p> <p>diro de laltre cose chi vho scorte. Au milieu de chemin de notre vie je me retrouvai par une fort obscure car la voie droite tait perdue. Ah dire ce quelle tait est chose dure cette fort froce et pre et forte qui ranime la peur dans ma pense ! Elle est si amre que mort lest peine plus mais pour parler du bien que jy trouverai, je dirai des autres choses que jy ai vues LENFER, LA DIVINE COMEDIE - DANTE Steht : Im Anfang war das Wort! hier Stock ich schon ! Wer hilft mir weiter fort ? Ich kann das Wort so hoch unmglich schtzen, Ich muB es anders bersetzen, Wenn ich vom Geiste recht erleuchtet bin. Geschrieben steht : Im Anfang war der Sinn. Bedenke wohl die erste Zeile, DaB deine feder sich nicht bereile ! Ist es der Sinn, der alles wirk und schafft ? Es sollte stehn : Im Anfang war die Kraft ! Doch, auc indem ich dieses niederschreibe, schon warnt mich was, daB ich dabei nicht bleibe, mir hilf der Geist ! Auf einmal sehich Rat und Gespenst geht um in Europa - das Gespenst des Kommunismus. Alle Mchte des alten Europa haben sich zu einer heiligen hetzjagd gegen dies Gespenst verbndet, der Past und der Zar, Metternich une Guizot, franzsische Radikale und deutsche Polizisten. Il est crit : Au commencement tait le verbe ! Ici je marrte dj ! qui me soutiendra plus loin ? Il mest impossible destimer assez ce mot, le verbe! il faut que je le traduise autrement, si lesprit daigne mclairer ! Il est crit : Au commencement tait lesprit ! Rflchissons bien sur cette premire ligne, et que la plume ne se hte pas trop. Est-ce bien lesprit qui cre et conserve tout ? Il devrait y avoir : Au commencement tait la force ! Cependant tout en crivant ceci, quelque chose me dit que je ne dois pas marrter ce sens. Lesprit mclaire enfin ! Linspiration descend sur moi, et jcris consol : Au commencement tait laction ! FAUST GOETHE Un spectre hante lEurope : le spectre du communisme. Toutes les puissances de la vieille Europe se sont unies en une Sainte Alliance pour traquer ce spectre : le pape et le tsar, Metternich Guizot, les radicaux de France et les policiers dAllemagne. MANIFESTE DU PARTI COMMUNISTE - MARX - EGELS sil existe un commencement de la chane, si la mtaphore comporte un terme gnrateur (et par consquent privilgi) partir duquel le paradigme se construit de proche en proche, il faut au moins reconnatre que lhistoire de lOeil ne dsiqne nullement le sexuel comme un terme premier de la chane. ESSAIS CRITIQUES - BARTHES </p> <p>Vendredi 18 novembre, 19h30 Au Thtre National de Nice, Salle Pierre Brasseur </p>...