Histoire de la littérature classique du 17 ème siècle

Download Histoire de la littérature classique du 17 ème siècle

Post on 04-Apr-2015

105 views

Category:

Documents

2 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

<ul><li> Page 1 </li> <li> Histoire de la littrature classique du 17 me sicle </li> <li> Page 2 </li> <li> Plan du cours I. Contexte historique II. Le classicisme III. Tragdie et comdie IV. La posie V. Le Roman VI. La querelle des Anciens et des Modernes </li> <li> Page 3 </li> <li> I.Le contexte historique </li> <li> Page 4 </li> <li> Introduction Un sicle sous le signe de la grandeur : Louis XIV et le classicisme La France domine lEurope tant par les armes que par sa production littraire et artistique codification de nombreuses rgles dcriture Codification de la langue franaise : Richelieu cre lAcadmie franaise en 1634 un des premiers dictionnaires est compil par Furetires en 1690 </li> <li> Page 5 </li> <li> I.Le contexte historique 1661 : rgne personnel de Louis XIV (avant : Anne dAutriche et Mazarin) 25 premires annes de rgne = 4 objectifs concentrer tous les pouvoirs entre ses mains (monarchie absolue) (Fouquet) assurer lunit religieuse et idologique du royaume (Protestants et jansnistes) construire la prosprit (routes, canaux, Versailles, mcnat) affirmer la prsence franaise lextrieur. (guerres pour agrandir le territoire franais) </li> <li> Page 6 </li> <li> II.Le classicisme Elaboration au cours des annes 1630-1660 a.Rationalisme Le Beau (inspirer le respect de la cour royale = morale chrtienne) Le Vrai ( Les passions humaines, la nature humaine, lHomme) b.Imitation de la nature La vraisemblance (ce qui est jug vraisemblable par la Cour, par le public de la Cour, par le Roi. Notion trs subjective) La biensance Prceptes moraux : pudeur, morale chrtienne, non-violence sur scne Prceptes techniques : respect des murs et du rang des personnages mis en scne, unit de ton : la comdie ne se mlange pas la tragdie) c. Imitation des Anciens (littrature grecque et latine) Adaptation duvres antiques lesthtique classique </li> <li> Page 7 </li> <li> III.Tragdie et comdie Une esthtique inspire dAristote (philosophe grec) Plaire et instruire La rgle des trois units (cf : Boileau, Art Potique) Action (une seule histoire) Espace(un seul lieu) Temps (un seul jour) Fonction morale du thtre Tragdie purge les passions en pleurant Comdie corrige les murs en riant </li> <li> Page 8 </li> <li> Pierre Corneille (1606-1684) An dune famille riche Etudes de droit chez les jsuites Nomm auteur officiel par Richelieu (homme politique franais, bras droit de Louis XIII) Le Cid premire grande tragdie classique Scandale : non respect des rgles esthtiques qui simposent lpoque Immense succs Corneille refuse dtre esclave des rgles esthtiques </li> <li> Page 9 </li> <li> Pierre Corneille (1606-1684) Son uvre Personnages politiques, nobles Dpeindre des personnages aux caractres forts Modles de conduite de la monarchie absolue Hros cornliens = hros qui doivent affronter des dilemmes entre amour et raison ( Dilemme cornlien ) Le Cid (1637), Cinna (1641), Polyeucte (1642) </li> <li> Page 10 </li> <li> Jean Racine (1639-1699) Orphelin lge de trois ans Une solide ducation chez les Jsuites Etude du grec et du latin 1660 : Obtient une pension du roi pour crire 1664 : Introduit la Cour Concurrence entre lui et son an, Corneille Brnice contre Tite et Brnice Victoire inconteste de Racine </li> <li> Page 11 </li> <li> Jean Racine (1639-1699) Son uvre Respect total de la rgle des trois units Respect de lesthtique classique Chefs duvres potiques en alexandrins (vers de 12 syllabes) Fortes et violentes tragdies o les passions humaines sont dpeintes Une grande cration, une grande productivit Andromaque (1667), Britannicus (1669), Brnice (1670), Phdre (1677) </li> <li> Page 12 </li> <li> Molire (1622-1673) N Jean-Baptiste Poquelin Fils de riche marchand, nomm tapissier du roi Grandes tudes au collge de Clermont 1643 : fondation de lIllustre thtre avec les Bjart 1646-1657 : tourne dans la province 1658 : protg de Monsieur, frre du roi </li> <li> Page 13 </li> <li> Molire (1622-1673) 1659 : install au Petit-Bourbon par le roi, Molire abandonne compltement la tragdie 1664 : censure du Tartuffe 1673 : mort de Molire, qui jouait le Malade Imaginaire </li> <li> Page 14 </li> <li> Molire (1622-1673) Un thtre en accord avec les rgles du classicisme Critique comique des murs Dpeindre le Vrai Un thtre inspir de la Comedia dellarte Comique de personnage Reprise des noms des personnages (Sganarelle, Scapin, etc) Mimiques </li> <li> Page 15 </li> <li> Molire (1622-1673) uvres principales 1659 : les Prcieuses ridicules 1662 : lEcole des femmes 1664 : Tartuffe 1665 : Dom Juan 1666 : le Misanthrope 1668 : lAvare 1670 : le Bourgeois gentilhomme 1671 : les Fourberies de Scapin </li> <li> Page 16 </li> <li> Jean de la Fontaine (1621-1695) </li> <li> Page 17 </li> <li> Diplme de droit en 1649, aprs avoir abandonn les tudes ecclsiastiques 1652 : devient matre des eaux et forts la mort de son pre 1658-1663 : la Fontaine au service de Fouquet qui il marquera son soutien 1664-1679 : au service de la duchesse dOrlans et anobli 1668 : ses Fables sont ddies au Dauphin </li> <li> Page 18 </li> <li> Jean de la Fontaine (1621-1695) 1678 : nouvelles Fables ddies Mme de Montespan (matresse du roi) 1684 : lection lAcadmie Franaise 1693 : dernires fables ddies au Duc de Bourgogne </li> <li> Page 19 </li> <li> Jean de la Fontaine (1621-1695) Fables : principale uvre potique du classicisme Inspiration dEsope, fabuliste grec Rcits danimaux anthropomorphes valeur morale Je me sers danimaux pour instruire les hommes. </li> <li> Page 20 </li> <li> Jean de la Fontaine (1621-1695) Tout flatteur vit aux dpens de celui qui lcoute. (Le Corbeau et le Renard, l, 2) La raison du plus fort est toujours la meilleure. (Le Loup et lAgneau, l, 10) Si ce nest toi, c'est donc ton frre. (Le Loup et lAgneau, l, 10) Je plie et ne romps pas. (Le Chne et le Roseau, l, 22) Il faut autant quon peut obliger tout le monde : On a souvent besoin dun plus petit que soi. (Le Lion et le Rat, II, 11) La mfiance est mre de la sret. (Le Chat et un vieux Rat, III, 18) Petit poisson deviendra grand. (Le Petit Poisson et le Pcheur, V, 3) Un tiens vaut, ce dit-on, mieux que deux tu lauras. (Le Petit Poisson et le Pcheur, V, 3) Rien ne sert de courir ; il faut partir point. (Le Livre et la Tortue, VI, 10) Aide-toi, le Ciel taidera. (Le Chartier embourb, VI, 18) Tel est pris qui croyait prendre. (Le Rat et l'Hutre, VIII, 9) </li> <li> Page 21 </li> <li> Nicolas Boileau (1636-1711) </li> <li> Page 22 </li> <li> Avant dernier dune famille bourgeoise de 16 enfants Elev par son pre Etudie le droit et la thologie Devient avocat 1657 : hrite la mort de son pre : dcide de se consacrer la posie Introduit dans les salons mondains par son frre 1677 : Aprs ses succs est nomm historiographe du Roi 1684 : nomm lAcadmie Franaise </li> <li> Page 23 </li> <li> Nicolas Boileau (1636-1711) uvres principales Les Satires (1660-1668) ptres (1669-1698) LArt potique (1674) Une uvre majeure pour lhistoire de la littrature. Thorisation et regroupement de toutes les rgles du classicisme. Nest pas prcurseur puisque luvre a t crite pendant, et aprs le classicisme. uvre toute en vers </li> <li> Page 24 </li> <li> La querelle des Anciens et des Modernes </li> <li> Page 25 </li> <li> 27 janvier 1687 : Charles Perrault prsente l Acadmie franaise son pome Le sicle de Louis Le Grand Dclenchement dune polmique Opposition de deux groupes d'crivains Les Anciens La Fontaine, Boileau, Racine imitation et adaptation d'uvres antiques Les Modernes, Perrault, Corneille, Pascal les uvres de l Antiquit peuvent tre dpasses par des formes artistiques nouvelles. 1687-1694 : les Modernes contestent le fait qu'Homre soit considr comme le modle par excellence ; 1713-1714 : les Modernes remettent en cause l'existence mme d'Homre. </li> </ul>

Recommended

View more >