GESTION DES DÉCHETS D’ACTIVITÉ DE SOINS EN AFRIQUE ?· gestion des dispositifs de soins en afrique:…

Download GESTION DES DÉCHETS D’ACTIVITÉ DE SOINS EN AFRIQUE ?· gestion des dispositifs de soins en afrique:…

Post on 16-Oct-2018

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • GESTION DES DISPOSITIFS DE SOINS EN AFRIQUE:LIMINATION DES DCHETS DACTIVIT DE SOINS RISQUES INFECTIEUX (DASRI)

    A. Leprince, G. Pellissier

    Hygine hospitalire et prvention des infections nosocomiales lors des tapes de gestion in situ des DASRI;

    Prvention de la contamination professionnelle par des agents infectieux des soignants et des personnels chargs de llimination des DASRI, en particulier prvention des contaminations par virus hmatognes (prvention des AES);

    Protection de la sant publique en vitant tout contact de la population avec les DASRI: Fouilles de dcharges, rcupration de certains matriels*.

    Protection de lenvironnement: contre une pollution chimique et biologique atmosphrique et/ou hydro-

    tellurique lie aux dchets ou leur modalit de traitement*.

    * La dure de survie des pathognes dans lenvironnement est mal connue

    GESTION DES DCHETS DACTIVIT DE SOINS EN AFRIQUE : LES ENJEUX

    Proccupation rcurrente analyse dans de nombreux rapports et projets dorganisation, nationaux et internationaux, sinscrivant dans une problmatique plus globale de gestion de lensemble des dchets, notamment en milieu urbain

    GESTION DES DCHETS DACTIVIT DE SOINS EN AFRIQUE : LES CONSTATS (1)

    Constats concernant les DASRI corrobors Cotonou en 2008 lors du colloque GERES et du sminaire AISS:

    Difficults et manque de moyens toutes les tapes : choix des collecteurs, organisation de la collecte, transport et mode dlimination (atelier GERES gestion des DASRI );

    Identification de lamlioration de la filire dlimination des DASRI comme un des besoins prioritaires, avec un accent mis sur la formation des personnels (enqute AISS tat des lieux de la prvention dans quelques pays africains).

    GESTION DES DCHETS DACTIVIT DE SOINS EN AFRIQUE : LES CONSTATS (2)

  • Des ressources limites;

    Des instances et lieux de dcision multiples:

    Instances nationales et rgionales en charge de la sant publique et de lenvironnement, administrations territoriales, avec une concertation pas toujours suffisante;

    ONG nationales et internationales; Organismes internationaux multiples, bailleurs de fonds ou non.

    Des structures de soins trs htrognes (du CHU au dispensaire de brousse) et trs disperses, et une quantification des besoins dautant plus difficile.

    GESTION DES DCHETS DACTIVIT DE SOINS EN AFRIQUE : LES DIFFICULTS

    Dchets solides:

    Dchets assimilables aux ordures mnagres (de 75 90 %); Dchets de soins risques infectieux et assimils (de 25 10 %):

    Pansements, compresses, tubulures, gants (tous dchets susceptibles dtre contamins sans risque de blessure);

    Objets piquants/coupants/tranchants (OPCT); Pices anatomiques (pices damputation, ftus, placentas);

    Dchets de soins risques spcifiques (dchets chimiques, pharmaceutiques, radioactifs)

    Dchets biologiques liquides (liquides de drainage, sang, cultures).

    TYPOLOGIE DES DCHETS DACTIVIT DE SOINS

    Rduire la masse des dchets ncessitant un traitement spcifique en organisant le tri slectif la source, au plus prs du soin, de faon optimiser lutilisation des ressources

    Protger les personnels, les patients et plus largement le public tout au long de la filire dlimination des dchets biomdicaux risques infectieux en les rendant inaccessibles

    GESTION DES DCHETS DACTIVIT DE SOINS : OBJECTIFS DE LORGANISATION DUNE FILIRE SPCIFIQUE DASRI

    Assurer leur traitement final de faon ce quils ne soient plus contaminants, mais aussi compltement dtruits ou rendus dfinitivement inaccessibles au public, sans crer de pollution environnementale

    Une volont politique et une concertation de toutes les parties prenantes et lallocation de moyens financiers adapts;

    Une rglementation et des aides sa mise en application, ainsi que les moyens den contrler lapplication (inspection, procdure de suivi, responsabilisation des producteurs de dchets);

    Une rglementation en termes dobjectif final et pas seulement en termes de moyens dlimination, de faon viter les drives et permettre des innovations (procds alternatifs valids).

    GESTION DES DCHETS DACTIVIT DE SOINS : MOYENS ET CONDITIONS NCESSAIRES (1)

  • Des moyens:

    Personnels ddis ayant reu une formation professionnelle spcifique; Matriels de conditionnement et dentreposage et quipements de

    protection collectifs et individuels des salaris; Locaux adapts et scuriss; Moyens de transport scuriss tout au long de la filire; Moyen de traitement final : incinrateur ou technique alternative valide.

    Une organisation apportant une cohrence tous les stades;

    Une formation de TOUS les personnels au tri des DASRI (tous sont producteurs de dchets).

    GESTION DES DCHETS DACTIVIT DE SOINS : MOYENS ET CONDITIONS NCESSAIRES (2)

    Dchets assimilables aux dchets mnagers:

    Conditionnement spcifique diffrenci (sacs et poubelles avec code couleur, noir le plus souvent);

    Entreposage centralis.

    DASRI sans risque de blessure: Tri au plus prs du soin et conditionnement spcifique diffrenci

    (sacs et poubelles avec code couleur, gnralement rouge ou jaune);

    Entreposage dans un lieu spcifique.

    OPCT: Recueil immdiat dans une boite spcifique labellise (cf.

    intervention prcdente) transporte directement dans les conteneurs de stockage des DASRI (attention au risque dAES en cas de rutilisation des boites).

    LES TAPES : TRI ET CONDITIONNEMENT (1)

    Pices anatomiques : filire spcifique, incinration dans un crmatorium (sauf pratiques traditionnelles);

    Dchets biologiques liquides (traitement chimique ou thermique);

    Dchets risques spcifiques (conditionnement et filire de traitement spcifiques).

    LES TAPES : TRI ET CONDITIONNEMENT (2)

    vacuation rapide des DASRI conditionns vers un local dentreposage centralis spcifique: Possibilit de locaux intermdiaires de collecte dans les grands

    tablissements.

    Respect des rgles dhygine hospitalire : zones et circuits propres et sales ;

    Les DASRI sont collects dans des conteneurs mobiles, clairement identifis qui doivent tre dsinfects rgulirement.

    LES TAPES : TRANSPORT IN SITU ET ENTREPOSAGE (1)

  • Le local dentreposage adapt au volume des DASRI produit et la frquence de la collecte doit: tre loign des units de soins; tre accessible aux vhicules de transport, daccs scuris et limit aux

    personnes responsables; tre protg des vecteurs (rongeurs, insectes); Disposer dun point deau et des produits ncessaires de nettoyage, de

    dsinfection et de lutte contre les vecteurs ; il peut parfois tre ncessaire de rfrigrer ce local.

    En labsence de local spcifique, lentreposage peut se faire sur des aires extrieures grillages daccs protg;

    La dure dentreposage doit tre dfinie en fonction du local, des possibilits de collecte et des conditions climatiques (de lordre de 72h en climat tempr, rduite 24-48h en climat trs chaud).

    LES TAPES : TRANSPORT IN SITU ET ENTREPOSAGE (2)

    lexception des tablissements disposant dune installation in situ, les dchets sont collects et transports jusquau lieu de traitement;

    La collecte et le transport doivent tre faits dans des conditions de scurit vitant tout contact avec les DASRI, en limitant au maximum les manipulations;

    Les emballages et rcipients utiliss doivent tre compatibles avec les installations pour viter toute manipulation supplmentaire lors de lintroduction dans lappareil de traitement;

    Les rcipients de transport et les vhicules doivent tre conus de faon pouvoir tre lavs et dsinfects. Lutilisation dappareils type Krcher doit tre prohibe pour ces oprations : gnratrice darosols, elle expose le personnel des risques infectieux, voire toxiques et/ou allergiques en cas dutilisation de produits dsinfectants.

    LES TAPES : COLLECTE ET TRANSPORT

    Les 2 techniques de choix pour le traitement des DASRI sont:

    Lincinration dans des incinrateurs pyrolyse permettant datteindre des tempratures trs leves (> 800-900);

    Le broyage dsinfection par des procds valids.

    En labsence de ces possibilits, des techniques alternatives peuvent tre mises en uvre mais napportent pas les mmes garanties defficacit et de scurit.

    LES TAPES : TRAITEMENT DES DASRI

    Les incinrateurs pyrolyse permettant datteindre des tempratures trs leves (800 900ou 1 200 1 600selon le type dinstallation) apportent une garantie de traitement des agents infectieux prsents dans les DASRI;

    Ils reprsentent un investissement lev, des cots de fonctionnement importants et ncessitent un personnel trs qualifi, que ce soit pour le fonctionnement ou pour les oprations de maintenance;

    temprature insuffisante, ils peuvent gnrer un risque de pollution toxique environnementale: Production de dioxines et de furanes toxiques se fixant dans les graisses

    humaines et animales (risque datteintes cutanes et neurologiques, deffets cancrognes et deffets sur la reproduction chez lhomme);

    Cette pollution par les produits de combustion est majore en labsence de maintenance correcte ; les salaris chargs de cette maintenance sont susceptibles dtre exposs et doivent tre protgs.

    INCINRATION DES DASRI

  • Un prtraitement des DASRI par broyage et dsinfection dans une installation ddie permet ensuite de les assimiler aux dchets mnagers et de leur faire suivre cette filire dlimination, voire de les valoriser;

    Diffrents procds de dsinfection existent pour traiter les DASRI aprs broyage, la majorit dentre eux font appel la chaleur humide ou la vapeur, certains des produits bactricides, fongicides et virucides;

    Ces procds doivent tre valids par une instance officielle. En France, la validation est assure par le Haut Conseil de Sant Publique ; il existe probablement galement des pro

Recommended

View more >