francois villon

Download Francois Villon

Post on 06-Feb-2016

54 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Share with your friends!Share with the world!Good knowledge for who wants to learn more of France

TRANSCRIPT

  • Oeuvres de maistreFranois Villon / corr. etaugm. d'aprs plusieursmanuscrits qui n'taientpas connus, prcdes

    [...]

    Source gallica.bnf.fr / Bibliothque nationale de France

  • Villon, Franois (1431?-1463?). Oeuvres de maistre Franois Villon / corr. et augm. d'aprs plusieurs manuscrits qui n'taient pas connus, prcdes d'un mmoire,accompagnes de variantes par J.-H.-R. Prompsault. 1835.

    1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numriques d'oeuvres tombes dans le domaine public provenant des collections de laBnF.Leur rutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n78-753 du 17 juillet 1978 : *La rutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la lgislation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La rutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par rutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produitslabors ou de fourniture de service.

    Cliquer ici pour accder aux tarifs et la licence

    2/ Les contenus de Gallica sont la proprit de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code gnral de la proprit des personnes publiques.

    3/ Quelques contenus sont soumis un rgime de rutilisation particulier. Il s'agit :

    *des reproductions de documents protgs par un droit d'auteur appartenant un tiers. Ces documents ne peuvent tre rutiliss, sauf dans le cadre de la copie prive, sansl'autorisation pralable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservs dans les bibliothques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signals par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothquemunicipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invit s'informer auprs de ces bibliothques de leurs conditions de rutilisation.

    4/ Gallica constitue une base de donnes, dont la BnF est le producteur, protge au sens des articles L341-1 et suivants du code de la proprit intellectuelle.

    5/ Les prsentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont rgies par la loi franaise. En cas de rutilisation prvue dans un autre pays, il appartient chaque utilisateurde vrifier la conformit de son projet avec le droit de ce pays.

    6/ L'utilisateur s'engage respecter les prsentes conditions d'utilisation ainsi que la lgislation en vigueur, notamment en matire de proprit intellectuelle. En cas de nonrespect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prvue par la loi du 17 juillet 1978.

    7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute dfinition, contacter reutilisation@bnf.fr.

  • MAISTRE FRANOISVILLON.

    OEUVRES

  • Chaque exemplaire porte la signature del'Editeur.

  • MAISTRE FRANOISVILLONCORRIGES ET AUGMENTES

    D'APRS PLUSIEURS MAXUSCRtTS QUI K'TOtENT PAS CONNUS,PRCDESD'CX MEMOIRE,

    ACnOMrAOXtF.S DE VARIANTES,P,l1\3, prcmp$(tutt.

    Cette dition, ta 15e ds uvresdeVitton.esttaseutequi ait t faite surles manuscrits originaux, la seule par consquent ou le texte soit pur etles productions du pote sans lacunes.Le nombre des versomis dansles ditions prcdentes,et ncessaires la suite et l'intelligence

    du texte, tait de plus de 300, indpendamn'entd'un pome toutentier sur ta naissance de Marie de Bourgogne.

    Les variantes dont elle est enrichie, font en quelque sorte,de cette dition, une bibliothque complte des manus-

    crits et des vieiHes ditions des uvres de ce pote.

    BRARD, LIBRAIRE-DITEUR.RUE DES MATHtmiNS-SAtNT-JACQUM,2~.

    ET DELAtJNAV.PALAS-HOYAL, 182.

  • EXPLICATION

    DES PRINCIPALES ABRVIATIONS DONT NOUS AVONS.FAIT USAGE.

    An. L'dition gothique anonyme.(Voy. mm., 3 p., t, n' t.)~ttf. e; Anciennes ditions.Bo. L'dition de Bonnemre. ( Mm., 3 p.~ a, n" 6.)Ed.mod.Editionsmodernes.Gd. L'dition de Galiod-du-Pr, non corrige. (JtM.,n S.)G. T. Le Grand Testament.7/. Huitain.J.p. Le Jardin de plaisance. (Mm., p.,i,n6.)Lef.dtu.Leonsdiverses.~/ar. L'dition donne par Marot. (Mm., S p., a, n

  • CLMENT MAROT DE CAHORS,

    VARLET M CHAMBRE DU ROY,

    AUX LECTEURS.

    ENTRE tous les bons livres imprimez de la languefranoise ne s'en veoit ung si incorrect (r) ne si lour-dement corrompu que celluy de Villon et m'esbahy(veu que c'est le meilleur Pote parisien qui se trouve)'comment les imprimeurs de Paris, et les enfans de laviile, n'en ont eu plus grand soJng. Je ne suys (certes)en rien son voysin mais pour l'amour de son gentilentendement,et en recompense de ce que je puys avoiraprins de luy en lisant ses Oeuvres, j'ay faict icellesce que je vouldroys estre faict aux myennes si ellesestoient tombes en semblable inconvnient. Tantyaytrouv de broillerie en l'ordre des coupletz et des vers,en mesure, en langaige, en la ryme, et en la raison.que je ne say duquel je doy plus avoir piti, oude l'uvre ainsi oultrement gaste ou de l'ignorancede ceulxqui l'imprimerent.Etpourvous en faireprcuve,

    (t)

  • me suys advis (Lecteurs ) de vous mettre !cy ung descoupletz incorrectz du mal imprim Villon, qui vousfera exemple et tesmo!ng d'un grand nombre d'autresautant broillez et gastez que luy, lequei est tel.

    Or est vray qu'apres plainctz et pleursEt angoisseux gemissemens,Apres tristesses et douleursLabeurs et griefz cheminemensTravaii]e mes tubres sentemensA'guysez ronds, comme une peloteMonstrent plus que les commentsEn sens moral de Aristote.

    Qui est celluy qui vouldroit nyer le sens n'en estrograndement corrompu ? Ainsi pour vray l'ay-je trouvaux vieilles impressions, et encores pis aux nouvelles.,Or voyez maintenant comment. il a est r'abiH, et enjugez gratieusement.

    H.

    Or est vray qu'apres p!ainc)z et pleurs (~Et angoisseux gemissemensApres tristesses et douleursLabeurs et griefz cheminemensTravail'mes lubres sentemnsAgnysa ( ronds comme pelote )Me monstrant plus que les commentsSur le sens moral d'Aristote.

    Voyla comment il me se'nbte que l'autheur l'enten-doit, et vous suffise ce petit amendement, pour vous

    (~

    n Paris., et non pas originaire de Paris.Rtablissant donc le texte de l'pitaphe en quatre

    vers, corrig par La Monnoye, et donnant au motnatif, qu'on trouve dans l'pitaphe Fauchet, sa vri-table signification. on pourroit dire, pour conciHerces deux pices, qu'originaire d'Auvers, ou habitait safamille, 'Villon reut le jour Paris, o il fut lev.Cette opinion seroit l'inverse de celle que vouloit ta-Mir M. La Monnoye.

    V. L'pitaphe Fauchet dit en outre que le nom dupole toit Franois; ce qui me parot conforme auxmurs du sicle (i), l'pitaphe en quatre vers (2),et Fendroit du grand testament o Villon parle deson aeul (3). EUe ajoute qu'il avoit reu du peuple le

    (t)Danscestiectesre[ig!eux,teshommes ne portoient souvent d'au*tre nom, que celui qu'ils avoient reu au baptme. On les distinguoitentre eux, ou par leur profession ou par des sobriquets.

    (a) Je suis ~ranpoM etc., V. OEuv. dit.(5) Ni mon aeul nomme Erace. Gr. Test. huit. 35.

  • surnom de Willon (t) qni signifi frippon et qu'iltenoit de sa famille celui de Corbueil (a). Ainsi, i! fau-drait l'appeler: Franois dit Corbueil, ou Franois ditWillon.

    VI. Plusieurs crivains, du nombre desquels est Fau-chet lui-mme, l'ont appel Corbueil (5); d'autres, ancontraire, rejetant l'pitaphe Fauchet, qu'ils regar-dent comme une pice apocriphe et pleine de fausse-ts, soutiennent qu'il n'avoit et ne devoit avoir d'autrenom que celui de Villon,-qui, disent-ils, toit son nomde famille, ainsi qu'il est prouv par.le huitain du G.yMt.ou il fait des. legs un des siens nomm ,Guitlaume de~itton(~). Notre dessein n'est pas do prendreparti dans cette discussion, qui, comme on voit, setrouve place en dehors de l'pttaphe qui l'a occasion-ne. Je dirai seulement que les fins. de non.recevoirallgues par le pre du Cerceau ne sont. point reco-vaHes (5) car, si, l'pitaphe Fauchet dit des choses

    (t) WHhn et non pas Villon, ainsi que l'crivent le pre du Cer-ceau, Marchant, Mnage, etc. Ou verra son surnom ainsi ortho-graphie dans la ballade intitule Epistre.

    (~) Feller. Dtct. /tt:t., crit Corb eueil, ainsi que Desessart, ~f'ec/c!

  • qui ne sont pas dans les uvres du potc, elle ne ditcependant rien qui ne soit possibie et raisonnable.D'un autre ct, s'il est douteux qu'elle soit l'ouvragede Villon, il est certain qu'elle ne peut lui tre post-rieure que de fort peu de temps; ce qui ne permet pasde rejeter entirement son tmoignage (t).

    VI!. Quanta ce Guillaume de Villon auquel le pote,dans son grand testament )gue sa librairie (2),c'est--dire, sn bibfiothque, avec le J?(t) Voye~ ci- aprs.(3) Dans la partie du. Petit Testamentque nous avonsdoouverte 1

    huit. g.(4.) Notes sur !a J?tt

  • du Cerceau, Prosper Marchant, et plusieurs autres ( ) );ni son oncle, comme t'a crit l'auteur de l'article Vil-Ion, dans la Biographie HMt~~McMe, et comme l'avoitdit avant lui M. Formey; ni son pre, comme l'ont cruMorri, Le Duchat, l'auteur du ZfMett~MO;, et celui dela table des familles de Paris, insre dans l'ditionCoustellier', et reproduite dans celle de Formey (2);encore moins son pre et son oncte, comme le sup-posent absurdement le pereNiceron (5) et l'diteurdes Annales potiques. Selon toutes les apparences, celgataire l n'toit qu'un matre frippon l'ami parti-culier du pote dont il avoit fait l'ducation, et qu'ilavoit quelquefois retir, par son adresse, des mains dela justice. Le peuple l'avoit surnomm WHIon, causede son savoir faire, et notre pote l'a sans doute, ap-pel de Villon, pour montrer qu'il passoit en mritetous ceux de la confrrie (4).

    VIIL Au sujet du nom de Villon il s'est lev unediscussion grammaticale, dont nous ne pouvons nousdispenser de dire un mot. La clbrit qu'il s'toit juste-ment acquise dans l'art de la pweeet du croc (5),donna lieu au peuple d'appeler tours villonniques, oudignes de Villon, les escroq