dialectique de platon - · pdf fileessai sur la dialectique de platon par paul janet...

Click here to load reader

Post on 29-Sep-2018

215 views

Category:

Documents

1 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • ESSAI

    SUR LA

    DIALECTIQUE DE PLATON

    PAR

    PAUL JANET PROFESSEUR DE PHILOSOPHIE, ANCIEN LVE DE L'COLE NORMALE.

    H ,

    ,

    . , , '

    PROCL., Comm. in Parm., d. Cousin, t. IV, 1. II, p. 56

    PARIS JOUBERT, LIBRAIRE-DITEUR

    RUE DIS GRS, 14, PRS DE LA SORBONNE

    1848

  • Note de l'diteur

    La prsente dition numrise de Paul JANET est mise en pages au format A5

    pour une meilleure lecture l'cran (par rapport au format A4, qui s'loignerait

    par ailleurs beaucoup de la pagination de l'dition d'origine). Le format A4 qui se

    justifiait pour faciliter la photocopie des documents, est de moindre intrt

    maintenant que des logiciels comme Adobe reader impriment recto verso et en

    livrets sur les imprimantes de bureau, facilitant la publication papier l'unit sous

    forme de vrais livres depuis des feuilles A4.

    Les nombres entre crochets indiquent les numros des pages de l'dition

    d'origine.

    La numrisation OCR effectue sur l'dition dont les donnes figurent en

    premire page est rexamine avec soin. Toutefois, dans le cas o des points

    particuliers demanderaient confirmation, par exemple en ce qui concerne les

    citations et les rfrences, on trouve sur le Web, tant la BNF que chez Google,

    l'ouvrage brut de scanner, reproduisant fidlement l'image de l'dition d'origine,

    mais ne pas permettre des recherches textuelles. Merci par avance aux lecteurs

    qui se donneront la peine de me signaler des erreurs, afin que je puisse mettre

    jour les publications.

    Le prsent livre, qui reprsente la publication d'une thse soutenue par

    l'auteur la facult des lettres de Paris en 1848, a fait l'objet d'une nouvelle

    dition en 1861, la Librairie Philosophique de Lagrange, sous forme d'ouvrage

    remani et complt, ayant pour titre, non plus Essai, mais: tudes sur la

    dialectique dans PLATON et dans HEGEL. L'ouvrage est plus consquent, puisqu'il

    fait 396 pages au lieu de 210 pages pour la thse. Les deux ouvrages, comme il le

    dit dans l'avertissement la seconde dition, sont des tudes d'un caractre abstrait

    et spculatif. La premire publication a toutefois son importance en ce que c'est

    ds sa thse que JANET prit l'option personnelle de ne pas suivre la tendance

    intellectuelle vers laquelle se dirigeait son poque, et par laquelle on commenait

    de renier toute inclination mtaphysique allant avec la pure philosophie, celle par

    laquelle on prserve l'intgrit de la pense spculative pour cause de ne pas s'y

    suffire des retombes exprimentales propres aux sciences.

    Janvier 2009

    Jean ALPHONSE

    http://metascience.fr

  • M. MILE SAISSET

    TMOIGNAGE DE RECONNAISSANCE ET D'AMITI

  • La philosophie de Platon a t releve dans ces derniers temps

    du discrdit o le dix-huitime sicle l'avait fait tomber. De

    nombreux crits, en France et en Allemagne, en ont clairci

    plusieurs parties obscures et expliqu les plus fcondes vrits. Les

    travaux d'un crivain illustre ont rendu populaires les Dialogues de

    Platon, et jet une lumire clatante sur l'esprit vrai de cette

    philosophie antique et sur quelques-uns de ses points essentiels.

    Depuis, de grandes tudes ont t entreprises sur les philosophies

    qui ont suivi Platon. Aristote et les Alexandrins ont leur tour

    occup les efforts d'une critique pntrante; et l'intelligence de la

    doctrine de Platon a d gagner l'tude de ce disciple si minent et

    de ces continuateurs pleins de gnie.

    Toutefois il est permis de dire que la mthode dialectique de

    Platon, c'est--dire, selon nous, la base de tout son systme, n'a pas

    encore t prsente dans toute son tendue, sa rigueur, sa fidlit.

    Nous nous proposons de faire connatre exactement cette mthode,

    de la dcrire dans toutes ses parties et sous toutes ses faces, non

    pas sous ce jour particulier qu'une cole hostile, comme celle

    d'Aristote, ou trop souvent infidle, comme celle de Plotin, a d

    choisir de prfrence, mais au grand jour de Platon lui-mme et de

    ses dialogues les plus divers, le Phdre et le Sophiste, la

    Rpublique et le Parmnide, le Banquet, le Phdon et le Time.

    L'tude de la mthode dialectique dans ses origines historiques

    d'une part, et de l'autre dans ses consquences mtaphysiques, mais

    surtout en elle-mme; la recherche scrupuleuse de tous les

    lments si compliqus de cette mthode riche et simple, comme

  • l'esprit humain, et du lien qui les unit; en un mot la restitution

    fidle de la dialectique platonicienne, d'aprs Platon, tel est l'objet

    de ce travail.

  • ESSAI

    SUR LA

    DIALECTIQUE DE PLATON.

    CHAPITRE I

    ORIGINES DE LA DIALECTIQUE.

    Origines de la dialectique platonicienne: Hraclite, Pythagore. Naissance vritable de la dialectique. cole d'le. Dialectique de Parmnide. Dialectique de Znon. Caractre gnral de la dialectique late. Sophistique. Socrate; sa mthode: retour de l'esprit sur lui-mme: de l'ironie: du doute socratique: de l'induction: de la dfinition. Caractre gnral de la dialectique socratique. De la dialectique aprs Socrate. Antisthnes: il attaque la dfinition. cole de Mgare: revient la dialectique late. Dcadence de la dialectique dans l'cole de Mgare, dans les coles d'lis et d'rtrie.

    On entend gnralement par dialectique l'art de raisonner ou

    plutt l'art de discuter. C'est, en effet, le sens original du mot. La

    dialectique dont Znon d'le fut, dit-on, l'inventeur, n'tait qu'un

    grand art de discussion. Mais dans Platon et dans son cole la

    dialectique prit un sens plus tendu: elle devint la mthode mme

    de la science; et la science de Platon ne [2] se borne pas la

    rfutation, elle aborde directement les difficults; elle aspire la

    vrit en elle-mme; elle tente de pntrer jusqu'aux essences,

    jusqu'aux principes des choses.

    Sans l'intelligence de cette mthode, Platon est inintelligible.

    C'est l qu'il faut porter la lumire et la clart, parce que l est la

    force du systme entier. Mais cette mthode son tour ne devient

    claire que par l'tude de ses origines. Hraclite, Pythagore,

    Parmnide, Socrate nous expliquent Platon.

  • La philosophie est plus ancienne que la dialectique. La

    philosophie existe ds qu'un homme essaye de rsoudre par la

    seule rflexion quelques-uns des problmes que l'homme se pose

    ncessairement sur la nature des choses; la dialectique implique

    dj un certain art de conduire ses penses, un certain ordre

    logique; c'est la raison obissant des lois rgulires. Dans les

    premiers temps de la philosophie grecque, dans l'cole d'Ionie, par

    exemple, les sens et l'imagination dominaient: la dialectique tait

    presque entirement absente; les premires traces qui s'en font

    remarquer chez Diogne d'Apollonie, chez Anaxagore, mritent

    peine d'tre signales. Le caractre commun et dominant de cette

    cole, quelques exceptions prs, est d'avoir les yeux

    constamment fixs sur la nature, et de ne concevoir que des causes

    analogues celles qui frappent nos sens.

    Un seul nom mrite qu'on s'y arrte: c'est celui d'Hraclite.

    Platon a fortement ressenti son influence. Il a consacr le

    discuter tout un dialogue, le Thtte; car si la doctrine laquelle

    il s'attaque est de Protagoras, les principes sont d'Hraclite. Tout

    en le [3] combattant, il s'est pntr de ses doctrines, et l'on peut

    dire qu'Hraclite est le point de dpart de Platon. Platon, dit

    Aristote, s'tait familiaris ds sa jeunesse, dans le commerce de

    Cratyle, avec cette opinion d'Hraclite que tous les objets sensibles

    sont dans un coulement perptuel, et qu'il n'y a point de science

    possible de ces objets. Plus tard, il conserva la mme opinion.1

    Ainsi l'ide qui clate surtout dans la philosophie d'Hraclite, c'est

    l'ide du mouvement universel. Hraclite, dit Plutarque, a

    retranch de toutes choses le repos et la stabilit; car cela

    n'appartient qu'aux morts.2 Tout marche, a-t-il crit lui-mme, et

    rien ne demeure ( ).3 Platon rsume

    cette doctrine dans cette nergique formule: Rien n'est, mais tout

    devient.4 Le sentiment de la mobilit absolue des choses avait

    pntr profondment dans l'esprit et dans l'me d'Hraclite, et la

    1. Arist., Mt., I, c. VI; Lipsi, p. 18.

    2. Plut., De plac. philos., 1, 23. .

    3. Plat., Crat.) p. 402 A. Nous citons l'dition vulgaire.

    4. Plat., Tht., p. 152.

  • tradition nous le montre triste et rsign devant ce flot ternel qui

    dvore toute existence.

    Hraclite n'est pas un dialecticien. On ne peut gure dire qu'il ait

    plus de mthode que ses devanciers; comme eux il suppose, il

    imagine. Il s'exprime en pote, et souvent d'une manire

    nigmatique.5 La clart, la rigueur, la rgularit scientifique lui

    font dfaut. Mais sa pense est profonde, et un grand gnie

    spculatif y apparat. Il a tir de toute la philosophie [4] grossire

    des Ioniens l'ide qu'elle enveloppait, savoir que tout est

    phnomne et apparence. Il marqua par l o la logique conduit

    ceux qui ne veulent admettre aucune autorit suprieure aux sens,

    et il eut le mrite de faire comprendre plus tard que le seul moyen

    de sauver la ralit des choses, et la vrit des penses, tait d'en

    appeler des principes suprieurs, lois des esprits et causes des

    tres.

    En face de l'cole d'Ionie, et dans une direction toute contraire

    s'levait, sous l'inspiration de Pythagore, une phi