dermatite atopique atopie ( da, rhinite allergique, asthme) –1/3 de la pop. – prédisposition...

of 65/65
DERMATITE ATOPIQUE • ATOPIE ( DA, rhinite allergique , asthme) – 1/3 de la pop. – prédisposition héréditaire du système immunitaire à développer des réactions d’hypersensibilité à des allergènes communs dans l’alimentation et l’environnement .

Post on 03-Apr-2015

112 views

Category:

Documents

5 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Page 1
  • DERMATITE ATOPIQUE ATOPIE ( DA, rhinite allergique, asthme) 1/3 de la pop. prdisposition hrditaire du systme immunitaire dvelopper des ractions dhypersensibilit des allergnes communs dans lalimentation et lenvironnement.
  • Page 2
  • DERMATITE ATOPIQUE AVANT DEUX ANS Dbut en gnral 3 mois Atteinte symtrique des convexits des membres et du visage Peau sche, parfois vsicules, pustules, crotes. Manifestations de prurit avec frottement contre les draps, agitation.
  • Page 3
  • DERMATITE ATOPIQUE
  • Page 4
  • DERMATITE ATOPIQUE APRES DEUX ANS Atteinte des plis (cou, coudes, poplits) Lichnification ( paississement de la peau) Xrose ( secheresse cutane) Plis sous palpbraux (signe de dennie- morgan)
  • Page 5
  • Page 6
  • Page 7
  • COMPLICATIONS DE LA DERMATITE ATOPIQUE INFECTION PAR STAPH DORE Colonise habituellement la peau de latopique. Entretient linflammation Affaibli par les mollients qui restaurent la barrire pidermique et par les DC. INFECTION PAR HERPES : pustulose dissmine de KAPOSI -JULIUSBERG avec fivre et altration de ltat gnral : tt antiviral gnral en urgence
  • Page 8
  • PREVENTION Familles risque : prvention dietetique allaitement maternel prolong 6 mois Rle des probiotiques (lactobacillus) Retarder la diversification ( ni oeufs ni arachide ni poissons ni fruits exotiques
  • HEMANGIOMES DU NOURRISSON Trs frquents : 2 10 % des nourrissons Filles >> garons Grands prmaturs >>: risque accru 3 types : tubreux ( saillant sur un tgument normal ) Sous cutan (saillant sous un tgument normal) Mixte (tubreux et sous cutan avec halo bleut Toujours fermes, indolores, non pulsatiles
  • Page 13
  • Page 14
  • HEMANGIOMES DU NOURRISSON Absents la naissance : intervalle libre Phase de croissance : se dveloppent trs rapidement les 3 premiers mois, puis plus lentement jusquau 6me ou 8me mois (tubreux) voire 12me mois ( sous cutans) 80% doublent leur taille initiale 5% triplent..
  • NAEVI ET MELANOMES Petits naevi congnitaux : frquents 1/100 1/200 naissances. Aspect clinique identique aux acquis. Pas de risque accru de mlanome Grands naevi congnitaux : rares 1/2000 1/10000 naissances.taille > 3 cm. Souvent pileux ou verruqueux. Risque accru de mlanome (5 %). Surveillance rgulire. Si exerse, elle se fera les premiers mois en plusieurs temps.
  • Page 55
  • Page 56
  • Page 57
  • MELANOMES EXCEPTIONNEL CHEZ LENFANT Sujets risques Atcd familial de MM Phnotype clair : blond, roux, peau laiteuse Naevi communs en trs gd nombre ou atypiques Erythmes solaires frquents dans lenfance et expositions solaires rptes
  • Page 58
  • MELANOMES CRITERES DE MALIGNITE A symtrie B ords irrguliers C ouleurs multiples D dimension > 5 mm E volutivit
  • Page 59
  • Page 60
  • MELANOMES Le pronostic dpend des scores de Breslow et de Clark mesurant la profondeur en mm. Le traitement est demble chirurgical.
  • Page 61
  • Le soleil rayonnement solaire : UV, visible et IR UV : 5% de lnergie totale mais impact plus important sur les molcules organiques. UVC: ne se transmettent que dans lair longueur donde la plus courte trs energtiques absorbs par latmosphre
  • Page 62
  • LE SOLEIL UVB : trs energetiques Penetrent lepiderme Responsables du coup de soleil et de la mlanognse Saturent les systmes de rparation et favorisent les cancers cutans.
  • Page 63
  • LE SOLEIL UVA : Moins energtiques Pntrent le derme moyen Provoquent le bronzage des doses mille fois sup celle des UVB Produisent des radicaux libres qui altrent lADN et gnrent des cellules cancreuses Dclenchent les LEB Acclrent le vieillissement cutan
  • Page 64
  • ENFANT, SOLEIL ET MM ADULTE La frquence et lintensit des coups de soleil dans lenfance augmente le risque de MM. Les expositions brutales plus que les continues UVB, mais aussi UVA sont impliqus LA PROTECTION SOLAIRE DE LENFANT EST INDISPENSABLE
  • Page 65
  • PROTECTION SOLAIRE Exposition solaire modre :, jamais entre 12 et 16 heures solaires Attention la reflexion par la mer ( +10%), le sable ( +15 25%) et la neige (+50 85%) Protection vestimentaire et oculaire Produits solaires efficaces souvent renouvels