delf b2 corrige

Click here to load reader

Post on 05-Aug-2015

1.001 views

Category:

Documents

29 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

PDF

TRANSCRIPT

  • L E N O U V E L E N T R A N E Z - V O U S

    Anatole BLOOMFIELDEmmanuelle DAILLAlliance franaise

    CLEINTERNATIONALwwwcle-inter.com

  • TRANSCRIPTIONSI - GorrapnnerusnN oRALE

    r. Comprendre des annonces, des instructionsorales et des documentaires radiodiffussDocument sonore no I page 8 (activits I 4)Auditeurs et Auditrices de < point du four> boniouravec Nathalie Jaquemin et Philippe OdiartNathalie: Environ sept cents millions de touristesdans le monde I'anne dernire, un milliard cinqcents millions prvus dans dix ou quinze ans, ceschiftes, ce sont les estimations effectues par I'OM!l'Organisation mondiale du tourisme. Le tourisme,c'est donc un secteur conomique porteur, qui rap-porte, qui compte dans l'conomie de certains payset surtout qui semble promis une croissance garan-tie, n'est-ce pas Philippe ?Philippe: Oui, tout fait. En France, par exemple, letourisme, c'est un secteur qui fait travailler directe-ment ou indirectement prs de deux millions per-sonnes, mais c'est surtout un secteur qui peut crerjusqu douze mille emplois directs ou indirects paran, chose ne pas ngliger quand on connat la situa-tion actuelle du march de l'emploi en France, avecses dix pour cent de la population active sans emploi.Et surtout ne l'oublions pas, la France, premire des-tination touristique du monde, a peut tre entresoixante-quinze et quatre-vingts millions de tou-ristes par an selon les annesNathalie: Il parat en effet... que l'anne dernirenous avons eu prs de soixante-dix-sept millions devisiteurs, donc tout va trs bien pour le tourisme enFrance...Philippe: Attention Nathalie! et c'est l qu il ne fau-drait pas s'endormir sur ses lauriers, parce que jus-tement le tourisme en France est confront certainsproblmes et parce que justement le tourisme fran-ais est appel relever quelques dfis importants;Nathalie : Lesquels... ?Philippe: I premier de ces dfis tant bien de recon-sidrer I'attractivit touristique de la France... vousvenez de le dire... prs de soixante-dix-sept millionsde visiteurs... a fait beaucoup... mais combiend'entre eux ne font que passer par la France, du nordau sud, sans y rester ou en y restant trop peu de tempssans waiment dpenser leur argent et en faire bn-ficier vritablement l'conomie locale et pour alleren fait en Espagne, au Portugal ou en Italie? a, c'estun premier dt pour le tourisme franais, savoir,comment faire pour allonger la dure du sjour detous ces visitews qui ne font que transiter par la France

    vers d'autres destinations... et bien srir les faire dpen-ser plus... ! Faut-il le rappeler... ? [a France n'est qrjentroisime position pour les dpenses de ses touristes,derrire les ,tats-Unis et derrire I'Espagne.Nathalie: Alors Philippe, comment faire... pour lesfaire rester plus longtemps chez nous, tous ces visi-teurs ?Philippe: la Maison de la France, o nous sornmesalls enquter, Maison de la France qui je le rappelleest le groupe d'intrt conomique charg de pro-mouvoir le tourisme en France travers le monde, ehbien on nous a dit: il faut premirement apprendre mieux communiquer, mieux faire connatre lepotentiel touristique de la France, c'est--dire trans-former nos manires de voir, considrer le patri-moine touristique de la France comme un vritableproduit conomique dont il faut faire la publicit etqu il faut savoir prsenter professionnellement nosamis de l 'tranger, bref, Nathalie, adopter uneapproche marketing et surtout considrer le tou-risme comme une affaire conomiquement srieuse.Nathalie: Et pourquoi, ce n'est pas le cas actuelle-ment?Philippe: eh bien, en effet il faut rappeler que pen-dant trs longtemps on a eu un peu tendance enFrance dvaloriser les mtiers du tourisme quin taient pas perus comme prestigieux... trs long-temps on s'est content de voir venir chez nous lestouristes sans trop essayer de comprendre pourquoiils venaient chez nous, sans trop essayer de com-prendre pourquoi ils ne restaient pas plus longtempssur place et surtout, sans faire d'effiorts pour rendreplus professionnelle notre manire de les accueillir.Nathalie: Alors, Philippe, le court sjour touristique:un march plein d'avenir pour la France?Philippe: Absolument Nathalie, condition de sedonner les moyens de rendre plus attractif notrepotentiel touristique, de diversifier I'offre des pro-duits touristiques et bien strr, de rendre plusaccueillante notre manire de receyoir nos visiteurs.Et a,,., a passe aussi par nos comportements, lemien, le vtre, ceux de tout le monde et pas seule-ment celui des professionnels du tourisme et passeulement non plus par la qualit des htels etd'autres structures d'accueil.Nathalie: Merci Philippe Odiart et demain mmeheure sur < C Trs Bien-FM >.Philippe: demain Nathalie.

    Tr"anscriptions . 3

  • I. COMPRHENSION OPALEDocument sonore no 2page l0 (activits 5 9)Auditrices et auditeurs de Radio Francophone Inter-nationale bonjour, comme nous vous le disions entitre de ce journal: d'aprs les premires analyses, ilsemblerait que la Commission d'valuation ducomit international olympique ait adress, en celundi 6 juin 2005, ses meilleures apprciations lacandidature de la ville de Paris.C'est en effet cet aprs-midi 14 heures que la Com-mission d'valuation du CIO, comit internationalolympique, a rendu publiques les conclusions finalesde son rapport sur les candidatures des cinq villesen comptition pour accueillir et organiser les jeuxOlyrnpiques d't de 2012:Londtes' Madrid, NewYork, Moscou et Paris. Si la comptition reste trsouverte entre les cinq villes candidates, puisqueaucune ville ne peut s'estimer vainqueur I'avance,nul doute que la candidature parisienne, juge de, aura su impressionner favo-rablement les membres de la Commission d'valua-tion et marquer certains points son avantage.Mais d'ici le 6 juillet 2005, date oir sera rendue Sin-gapour la dcision finale d'attribution des levx20l2,iu iorr.r" continue pour la dernire ligne droite' Londres, le prsident de la candidature a estim que< les apprciations de la commission d'valuationtaient un superbe tremplin pour aborder les 30 der-niers jours de leur camPagne ). Madrid, le mairetait trs confiant aprs la publication du rapportet dclarait: < Nous sommes totalement persuadsque nous sommes en tte dans la course aux Jeux;notre candidature est juge humaine, ralisable ettient compte des questions d'environnement' ' New York, le maire adjoint de New York et fonda-teur du < New York City 2012> a dclat que NewYork fait partie du peloton de tte et qu ils ont unegrande chance de l'emporter Singapour si le projetde construction de Grand Stade est accept' A Mos-cou, le responsable du dossier russe a qualifi le rap-port < d'ouvert, objectif et positif>. Paris, le maire s'est content de dire que la com-mission avait fait un excellent travail et que rienn'tait jou: < )e ne me permettrai pas, a-t-il dit aunom de toute l'quipe Paris2012, de commenter cerapport autrement que par un immense respect pourle travail qui a t accompli par la commission d'va-luation>; be fait, selon le rapport, le concept de au cur de la ville, l'galit des ath-

    4 o Transcriptions

    ltes olympiques et paralympiques, la rflexion surles consquences des ]eux en terme de dveloppe-ment durable, la qualit des transports et le respectde l'environnement' auront t les points forts decette candidature parisienne. Autre point d'appr-ciation non ngligeable et encourageant: le bud-get prvu, d 'un montant de 2,65 mi l l iards dedollars, a t considr comme Document sonore no 3 page l1 (activits l0 f 3)Notre revue de presse s'achve et nous retrouvonsmaintenant Marlyse Doucet pour sa chronique duJour < j 'vous dis c'que j 'pense... ,Thomas : Boniour Marlyse.Marlyse : Bonjour Thomas.Thomas: Alors Marlyse, toujours fascine par l'his-toire de ce pianiste que la police britannique n'esttoujours pas parvenue identifier?Marlyse: Eh oui... ! Vous souvenez-vous chers audi-trices et auditeurs de radio C Tis Bien - FM, de cefait divers compltement bizarre du pianiste nonidentifi, muet, amnsique retrouv une nuit par lapolice sur une plage en Angleterre, habill en tenuede concert... Impossible de communiquer avec luiautrement qu'en le faisant jouer au piano pendantdes heures... Ne trouvez-vous pas finalement quecette trs srieuse af[aire policire ne constitue pas enfait l'histoire la plus mystrieuse et la plus potiquede I'anne: regardez, tous les lments y sont.. ' 'd'abord le personnage: un homme..., plutt belhomme, la trentaine passe' athltique mais sansexcs, au visage et la coiffrrre de guerrier mais avecune expression de douceur d'enfant, habill en tenuede concert... Ensuite le dcor..., une plage dserte'la pluie, vous savez, cette fine pluie douce d'Angle-terre, qui s'installe de manire permanente dans lepaysage... Et puis I 'ambiance: la nuit, le silence,rythm par le bruit des vagues... Et pour finir' nouveau cet homme, nigmatique' sans mmoire,sans pass, sans parole, sans identit.. 'Vous lui parlez?. Il fait penser un sauvage un peubrut mais il vous rpond avec le silence de ses mainsdont il actionne dlicatement les doigts avec la pr-cision d'un spcialiste... Vous lui donnez un piano ?la magie prend place: c'est vous maintenant qui gar-dez le silence, comme un bloc de pierre brute, et cesont ses mains de pianiste virtuose qui se mettent parler pendant des heures, courir sur le clavier etvous offuent, dans une pluie de notes incessantes,tout le rpertoire des grands romantiques.., fas-cin(e), vous coutez I'artiste virtuose qui joue inlas-

  • sablement et qui sculpte le clavier, et vous vous sur-pfenez imaginer les mains du sculpteur Rodin surle bloc de pierre brute...Certains ont dit que tout cela n'tait qu'une simpleaffaire imagine et organise par un simulateur, leprince des simulateurs... Un musicien clandestin,sans famille, sans papiers, originaire de I'Europe deI'Est et dsirant migrer l'Ouest... Ou tout sim-plement un personnage intress, cherchant deve-nir clbre et r

View more