constante biblique : « eschatologie - carmelo ?· constante biblique : « eschatologie » carmelo...

Download Constante biblique : « eschatologie - Carmelo ?· Constante biblique : « eschatologie » Carmelo Dotolo…

Post on 12-Sep-2018

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Constante biblique : eschatologie

    Carmelo Dotolo Professeur de Missiologie l'Universit Pontificale Urbanienne

    1. A partir de l'tymologie

    On entend par eschatologie chrtienne la thologie chrtienne dans la mesure o

    celle-ci, partir de ce qui est venu (c'est--dire des expriences que l'humanit

    et, en particulier, Jsus-Christ ont eues de Dieu) rflchit sur ce qui va venir, sur

    le nouveau et sur le dfinitif et, partir de l, cherche interprter le prsent et

    en tirer des impulsions pour l'action actuelle.1 C'est l'intrieur de ce cadre

    d'interprtation qu'il est opportun de reprendre la signification profonde et

    actuelle que revt l'eschatologie vis--vis de la rflexion thologique et de la

    pratique missionnaire de l'Eglise. Si le temps inaugur par Jsus est un temps

    escha-tologique, qualitativement nouveau, il est important de comprendre

    l'horizon de signification qu'a l'eschatologie comme dimension indiquant dans la

    vie quotidienne le laboratoire du salut. Ce n'est pas un hasard, en effet, si la

    reprise de la rflexion eschatologique est motive par trois facteurs. Le premier,

    relatif aux interrogations sur le destin de l'homme dans son individualit, mais

    aussi dans sa qualit de crature en relation avec le monde, les autres et Dieu.

    Le deuxime concentre l'attention sur la rvaluation de l'apocalyptique non plus

    conue comme une pense projete de faon image sur l'au-del, mais comme

    vritable thologie de l'histoire, dans laquelle on cherche comprendre le sens

    du mal et de son excs concernant toute explication, en rapport l'auto-

    communication de Dieu. Le troisime, correspondant une relecture historico-

    salvifique de la cration qui largit l'intrt une interprtation cologique de la

    vie et du monde, vis--vis de laquelle se rapporte le destin de l'homme. En

    mme temps, il faut rappeler que la rflexion eschatologique conserve une

    tension radicale qu'il est impossible de rduire une solution rapide des

  • questions et interrogations qui traversent les existences des hommes et des

    femmes. Par consquent, il est ncessaire de maintenir fermement un point

    dcisif: l'eschaton est le Dieu qui vient (adventus),ti est la parole qui entre

    dans notre prsent avec une altrit imprvisible qui appelle une coute

    attentive aux signes des temps. La connaissance de P homme n'est possible que

    si ce futur est anticip dans le prsent, comme dans l'vnement Jsus-Christ.

    C'est dans ce domaine que l'annonce de l'Evangile peut ouvrir la recherche un

    chemin qui ne se lasse pas d'exprimenter le don d'une libration capable de

    construire une civilisation de lamour.

    Dans le sillage de ces prmisses, il n'est pas superflu de rappeler la particularit

    de la signification du terme eschatologie, dont la dfinition ncessite une

    approche plus articule. Affirmer que l'eschatologie est discours sur l'eschaton

    veut dire se poser la question de l'objet spcifique sur laquelle elle porte, tant

    donn que l'adjectif eschatos indique extrme, ultime, qui ne prvoit pas de

    surpassement. Comme le met en vidence G. Kittel,2 le terme eschatos, sous

    ses diverses formes (adjectif, substantif, adverbe) apparat plusieurs fois dans

    le Nouveau Testament, en prsentant une signification lie l'exprience du

    caractre dfinitif du salut en Jsus-Christ, au sein de la tension prsent-futur.

    Voil pourquoi le terme eschatologie possde diverses accentuations qui laissent

    entrevoir l'ensemble des significations qu'il contient: de l'acception classique

    d'eschatologie comme discours sur les ralits ultimes la signification de

    discours sur le futur de l'histoire ouverte l'homme par Dieu, en passant par

    l'eschatologie comme discours sur le dfinitif et par la rflexion thologique du

    principe-esprance qui considre l'vnement central du Christ comme la

    donne qualifiante. C'est dans l'arc de ces indications que doit tre identifie

    l'interprtation biblique sur la particularit de l'eschatologie avec ses

    composantes apocalyptiques et prophtiques.

    2. La promesse, catgorie d'interprtation

    II n'est pas facile de dfinir une eschatologie de l'Ancien Testament,3 mme s'il

  • existe un consensus sur l'indication de G. von Rad qui insiste sur la dimension de

    l'attente, tel point qu'avant d'en saisir les contenus il s'agit de saisir le

    dynamisme qui traverse tout l'Ancien Testament. La prcision de H. Gross peut

    s'avrer utile, lui qui soutient que nous ne nous trouvons pas en face d'une

    construction eschatologique complte, diffrencie, dtaille, depuis le dbut de

    l'uvre salvifique: l'esprance salvifique se dilate en partant d'un petit ventail de

    donnes, de plusieurs "noyaux de cristallisation" de la phase suivante jusqu' une

    eschatologie pleinement dploye, de sorte que l'ensemble du processus volutif

    de l'attente vtrotesta-mentaire du salut, jusque dans la doctrine la plus volue

    des deux ges du monde, doit toujours tre tenue en considration lorsque l'on

    traite les diffrents problmes.4 Par consquent, si une clef de lecture est

    possible, c'est la catgorie de la promesse, telle que la suggre J. Moltmann. Bien

    plus, celle-ci caractrise la religiosit d'Isral du fait qu' l'origine de son histoire

    se trouve la promesse de Yahv, un pas-encore qui indique toujours le chemin

    entreprendre. Voil pourquoi Isral peut clbrer dans son histoire la mmoire des

    interventions de Dieu en sa faveur. Mais ce qui doit tre mis en vidence, c'est que

    la promesse dit une diffrence, quelque chose de plus, du moment o elle laisse

    apparatre la distance et le caractre incongru de l'histoire de la promesse. Le

    Dieu qui a t peru travers ses promesses demeure suprieur tout

    accomplissement dont on peut faire l'exprience, car en tout accomplissement, la

    promesse et ce qu'elle contient ne parviennent pas encore tre parfaitement

    congrus avec la ralit et demeurent donc toujours en excdent par rapport

    elle.5 En dfinitive, c'est en nous rfrant la parole de la promesse que nous

    pouvons comprendre l'unit entre l'action historique et la parole que Yahv

    accomplit pour son peuple. L'action est parole et la parole est action. C'est

    pourquoi il est possible d'esquisser une histoire de la promesse comme des tapes

    d'un processus qui construisent lentement l'histoire d'Isral. Sous cet angle,

    l'histoire d'Isral reprsente une interprtation et une formulation de l'ouverture

    eschatologique de son identit,6 en tentant constamment d'apporter des rponses

    Pin-quitude pour son destin, l'insatisfaction pour son existence menace et

  • fragile. Se demander quel est l'horizon de sens global que Dieu offre la lecture et

    au discernement signifie tenir compte de ce qui a t ralis, mais aussi avec

    l'vidence d'un chemin inachev qui appelle Isral une conversion authentique et

    radicale. 11 n'est donc pas tonnant que la Torah elle-mme soit le signe d'un

    futur qu'ouvr la promesse, en le confiant la capacit de raliser ses contenus.

    Les commandements ne sont pas des normes plus rigides que les promesses, mais

    ils accompagnent la promesse en donnant une impulsion l'histoire et se

    transforment au long de la voie qui, travers les sicles, conduit vers

    l'accomplissement. Ce ne sont absolument pas des normes abstraites ou des

    ordonnancements idaux qui existent ternellement ou qui rflchissent leur image

    sur le temps, mais une anticipation relle des perspectives historiques offertes des

    hommes dtermins par la donne historique du pacte. Par consquent, les

    commandements ne sont pas moins ordonns vers le futur que les promesses.7

    3. Apocalyptique dans le Premier Testament et apocalypses extra-

    canoniques

    C'est toutefois dans l'apocalyptique que la promesse revt une dimension

    universelle, surtout parce qu'elle traverse une des phases les plus dlicates de

    l'histoire d'Isral et de sa particularit dans le projet de l'histoire de la

    rvlation. Aussi difficile qu'il soit de dfinir sa signification, l'apocalyptique

    renvoie un sens large du concept de rvlation, mais dans la mesure ou ce

    terme technique indique trois niveaux de sens: 1. Un genre littraire, celui des

    "apocalypses"; 2. Un mouvement, un courant religieux; 3. Un ensemble d'ides,

    en quelque sorte une thologie, que l'on trouve aussi dans diffrents genres

    littraires.8 Ce qu'il est toutefois important de souligner, c'est que

    l'apocalyptique reprsente prcisment une tape dcisive de l'histoire de la

    promesse, une phase de raccord entre Premier et Nouveau Testament. Selon les

    spcialistes, l'apocalyptique est une des priodes historiques les plus tragiques de

    l'histoire d'Isral, durant laquelle le peuple fait l'exprience d'une histoire qui

    choue, toujours proche de sa fin. Le repli sur le culte ne semble pas mme

  • conserver l'esprance que la promesse n'tait pas une terrible illusion. C'est

    pourquoi naquirent au sein du judasme des mouvements de rbellion et de

    contestation, enclins montrer l'inconsistance de la fidlit un Dieu lointain et

    indiffrent. La littrature apocalyptique, biblique et extra-biblique, est le

    tmoignage de cette priode, car elle constitue la rponse de foi que le peuple

    donna face l'embarrassante histoire de ngativit. En ce sens, il n'est pas

    possible de comprendre les livres apocalyptiques en dehors des circonstances

    religieuses, politiques, conomiques de l'poque, de mme