Casque de Bronze

Download Casque de Bronze

Post on 11-Oct-2015

9 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

<ul><li><p>Anne-Marie Adam</p><p>Remarques sur une srie de casques de bronze ou Tarente etles Barbares dans la deuxime moiti du IVe s. av. J.-C.In: Mlanges de l'Ecole franaise de Rome. Antiquit T. 94, N1. 1982. pp. 7-32.</p><p>RsumAnne-Marie Adam, Remarques sur une srie de casques de bronze ou Tarente et les Barbares dans la deuxime moiti du IVes. av. J.-C, p. 7-32.</p><p>tude d'une srie de sept casques de bronze, fabriqus sans doute en Apulie (vraisemblablement Tarente), dans le troisimequart du IVe s. Parmi ces casques, cinq ont la forme de bonnets phrygiens, deux portent des oreilles de satyre et la plupart sontorns d'une abondante dcoration au repouss. En conclusion, on pose le problme d'une signification possible des formes oudcors choisis : valeur funraire pour les casques coloration dionysiaque, ou signe, dans le cas du bonnet phrygien, d'unintrt particulier des Tarentins pour le fait barbare, en relation avec les vicissitudes de leur lutte contre les Lucaniens?</p><p>Citer ce document / Cite this document :</p><p>Adam Anne-Marie. Remarques sur une srie de casques de bronze ou Tarente et les Barbares dans la deuxime moiti du IVes. av. J.-C. In: Mlanges de l'Ecole franaise de Rome. Antiquit T. 94, N1. 1982. pp. 7-32.</p><p>doi : 10.3406/mefr.1982.1314</p><p>http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mefr_0223-5102_1982_num_94_1_1314</p></li><li><p>ANNE-MARIE ADAM </p><p>REMARQUES SUR UNE SRIE DE CASQUES DE BRONZE </p><p>OU TARENTE ET LES BARBARES DANS LA DEUXIME MOITI DU IVe S. AV. J.-C. * </p><p>La srie de casques analyse ici se distingue par deux caractres essentiels qui se retrouvent tantt runis, tantt sparment, sur chacun des exemplaires, mais qui permettent, malgr la diversit d'aspects, de runir en un groupe relativement homogne les sept (ou huit) objets qui sont la matire de cette tude. L'une de ces caractristiques est leur forme : cinq exemplaires sur sept (ou six sur huit, selon le sort qui doit tre rserv au casque du Louvre, voir ci-dessous) prsentent, avec des variantes, la forme d'un bonnet phrygien, c'est--dire qu'ils possdent une longue pointe arrondie, replie vers l'avant; les deux autres sont de forme diffrente, mais semblables entre eux, avec une calotte arrondie, prolonge par le couvre-nuque, et surtout, de part et d'autre de la zone frontale, </p><p>* Cette tude doit beaucoup aux discussions que j'ai pu avoir avec Agns Rou- veret et Angela Greco, lorsqu'elles-mmes prparaient leur communication sur La rappresentazione del Barbaro nell'ambiente magno-greco, communication prsente au Colloque de Cortone (Forme di contatto e processi di trasformazione nelle societ antiche), en mai 1981, et dont elles ont eu la gentillesse de me montrer le texte, avant publication. Je les en remercie et leur ddie amicalement ces quelques remarques. </p><p>Mes remerciements s'adressent galement aux directeurs ou conservateurs de muses, et la Direction des Surintendances archologiques, qui m'ont communiqu renseignements et photos et m'ont autorise les publier : dottoressa A. E. Feruglio, soprintendente archeologico per l'Umbria; dottore Ettore De Juliis, soprintendente reggente alle antichit della Puglia; avvocato Giovanni Bruni, Museo provinciale, Catanzaro ; Direction des Muses du Vatican, Rome ; dottoressa Annalisa Zanni, Muse Poldi-Pezzoli, Milan; Madame H. Nicolet et Madame I. Aghion, conservatrice en chef et conservatrice au Cabinet des mdailles, Paris; Mademoiselle F. Gauthier, conservatrice au Muse du Louvre. </p><p>MEFRA - 94 - 1982 - 1, p. 7-32. </p></li><li><p>8 ANNE-MARIE ADAM </p><p>deux oreilles animales pointues. L'autre caractre, commun tous sauf un (le n 2022 de la Bibliothque nationale de Paris), est la prsence sur ces casques d'une importante dcoration, gnralement au repouss, qui combine, en des compositions diverses, un petit nombre d'lments spcifiques : chevelure ondule, masques humains, ornements vgtaux varis (tiges avec palmettes ou bourgeons, mandres vgtaux souligns de fleurs ou rosettes, feuilles d'acanthe). </p><p>La combinaison de ces diffrents lments nous permet de situer assez prcisment l'poque, le lieu et, dans une certaine mesure, le contexte de fabrication de ces casques. Elle en fait une srie tout fait part parmi les modles connus de casques antiques. </p><p>I - La srie tudie </p><p>Deux exemplaires prsentent une forme phrygienne trs nette et une ornementation particulirement riche : </p><p>1) Paris, Bibliothque nationale, n 2023. Autrefois dans la Collection du roi des Deux-Siciles, puis dans celle du comte de Caylus ; aurait t trouv Herculanum (P)1 (PL I et II, a). </p><p>La zone frontale, qui imite le galbe d'un front humain, est surmonte d'un bandeau de boucles ondules, trs souples, en grosses mches plus finement regraves. Au-dessus, un ruban (brod?), nou en nud d'Hrakls, est parsem de petits points groups trois par trois. La calotte est partage par une ligne mdiane, qui figure sans doute la couture centrale du bonnet, et que borde de chaque ct une ligne de vagues au repouss. La pointe recourbe, au sommet de la calotte, forme de gros plis qui simulent ceux d'une toffe et que parsment des motifs brods : fleurs ptales ronds ou pointus et swastikas traites au repouss. D'un ct du casque l'autre, le bas de la calotte porte une bande figure o sont reprsents, de part et d'autre d'un cygne aux ailes dployes (finement incises), deux couples de panthres opposes par la queue. Le couvre-nuque est orn d'un motif </p><p>1 A. Cl. de Caylus, Recueil d'antiquits gyptiennes, trusques, grecques, romaines et gauloises, t. III, Paris, 1759, p. 128, pi. XXXIII, 2; Duc de Luynes, Annales publies par la section franaise de l'Institut archologique, I, 1836, p. 73 et Monuments, pi. III, ; E. Babelon et J.-A. Blanchet, Catalogue des bronzes antiques de la Bibliothque nationale, Paris, 1895, p. 661, n2023; F. von Lipperheide, Antike Helme, Berlin, 1896, p. 150-152; B. Schrder, Thrakische Helme, dans JDAI, XXVII, 1912 (abrg dans la suite du texte en Schrder), p. 331, Beil. 10, 4-6; F. Hauser, dans sterr. Jahresh., IX, 1906, p. 85, fig. 28; R. Pampanini, Le piante nell'arte decorativa degli Etruschi, dans SE, IV, 1930, pi. XXIII, 1 ; L. Coutil, Casques antiques, dans Mm. de la SPF, III, 1915, p. 201. </p></li><li><p>REMARQUES SUR UNE SRIE DE CASQUES DE BRONZE 9 </p><p>vgtal de deux rinceaux symtriques. Le casque comportait des paragnatides, dont on voit les trois trous de fixation au-dessus de chaque oreille. </p><p>2) Prouse, Muse archologique. Trouv dans une tombe chambre de Paciano, prs de Castiglione del Lago2 (Pi. III). </p><p>La zone frontale est encadre, comme dans l'exemplaire prcdent, de cheveux onduls au repouss, peut-tre surmonts d'un ruban nou (mais la calotte est brise cet endroit). La calotte porte mi-hauteur, sur tout son pourtour, sauf sur la zone frontale, une bande isole par deux cordons en relief et dcore d'une tige vgtale ondule, dans les mandres de laquelle sont insres des rosettes : les deux branches de cette tige partent, sur la partie postrieure, d'une touffe d'acanthe, elle-mme surmonte d'un buste de femme, tourn de trois quarts. Le couvre- nuque est orn de motifs vgtaux opposs symtriquement, voisins de ceux du casque prcdent. Le sommet de la calotte est lisse, avec une pointe assez mince, l'extrmit arrondie, et replie au-dessus du frontal. D'aprs les relations de fouille, les paragnatides, presque entirement disparues, portaient, toujours au repouss, la figuration d'une barbe boucle. </p><p>Trois autres casques prsentent eux aussi, avec une dcoration plus simple, la forme caractristique du bonnet phrygien : </p><p>3) Muse de Bari, Inv. n 20890. Trouv dans la tombe 10 de la ncropole de Conversano (Bari), en compagnie d'une cuirasse anatomi- que, de jambires et d'un ceinturon de type italique3 (Pi. IV). </p><p>Il porte seulement, au-dessus de la zone frontale lisse, une bande de cheveux onduls, maintenue au centre par une sorte de barrette en forme de feuille (d'acanthe?) trs pointue. Le reste de la calotte est lisse; le sommet est en pointe assez arrondie, et non replie, surmonte d'une crte dentele. De chaque ct du timbre est fixe une ailette l'extrmit recourbe et dcore de petits points, de volutes et de nervures au repouss. Paragnatides dcoupes, lisses. </p><p>4) Milan. Muse Poldi-Pezzoli, Inv. n 2426. Provenance inconnue4 (Pi. V). </p><p>La forme de la calotte est voisine de celle du casque prcdent. Au sommet, de part et d'autre de la pointe, deux palmettes en relief, soudes, supportaient sans doute un ornement supplmentaire, qui tenait lieu de cimier et dont il reste, sem- </p><p>2Bull. Inst., 1880, p. 261-262; Not. Scav., 1880, p. 79; G. Bellucci, Guida aile collezioni del Museo etrusco-romano in Perugia, Prouse, 1910, p. 162, fig. 38; ScIRoder, p. 332, Beil. 14, 4-7; G. Q. Giglioli, L'arte etrusca, Milan, 1935, pi. qccv, 4. </p><p>3 /Voi. Scav., 1964, p. 161-162, fig. 75, 2 et 76; M. Cristofani, // fregio d'armi della tortnba Giglioli di Tarquinia, dans DdA, I, 3, 1967, fig. 8. </p><p>4 Schrder, p. 327, Beil, 12, 1 et 2. </p></li><li><p>10 ANNE-MARIE ADAM </p><p>ble-t-il, le dpart boulet d'une tige. Au-dessus des charnires des paragnatides, une plaquette dcoupe forme un motif de vagues. Sur la partie frontale lgrement en pointe, est soud un masque fminin (?) aux traits pais (en particulier le gros nez pat), la masse de cheveux onduls dresse autour de la tte. </p><p>5) Paris, Bibliothque nationale, n 2022. Ancienne Collection de Luynes; provient de Ruvo5 (Pi. II, b). </p><p>La calotte rappelle celle des exemplaires prcdents, mais avec une pointe beaucoup plus accentue et dresse; le sommet de celle-ci est perc et portait peut- tre un ornement supplmentaire. La partie frontale, dcoupe en arrondi, forme une sorte de rebord en relief, assez large. De chaque ct sont fixes des ailettes, proches, pour la forme, de celles du casque de Conversano, mais sans doute moules, avec des ondulations et un bord festonn. </p><p>Il faut examiner ici les problmes poss par un casque du Louvre, qui, de par sa forme et sa dcoration, semblerait appartenir la mme srie6. Cet objet, termin par une crte dentele, a la forme pointue du bonnet phrygien. La calotte est coupe mi-hauteur par un cordon de gros nodules, que termine, au-dessus de la zone frontale, un masque humain. La partie frontale triangulaire porte en son centre un visage fminin (?) aux cheveux onduls et surmont, en guise de capuchon, d'un mufle d'animal, et, de chaque ct, jusqu'aux tempes, des cheveux boucls. Sur chacune des paragnatides, un motif au repouss : un sphinx, lui- mme coiff d'un bonnet phrygien. </p><p>Ce casque, plusieurs fois publi jusqu'au dbut du XXe sicle (supra, n. 6), est actuellement considr, sinon comme un faux, du moins sans doute comme un pasticcio, ralis partir d'lments antiques htrognes, ou comportant seulement une petite partie antique. Signalons, d'ailleurs, qu'il est aujourd'hui introuvable dans les rserves du Muse du Louvre, o il a peut-tre t dmont (mais cette opration n'a fait l'objet d'aucune mention d'archives). Il nous a donc t impossible de l'examiner. Tout au plus pouvons-nous dire, partir de la comparaison avec les casques dcrits plus haut, et en fonction de critres stylistiques sur lesquels nous reviendrons, que la partie la moins suspecte est celle qui se situe au-dessous du cordon et qui comporte le couvre-nuque et la zone frontale, avec le dcor de cheveux et le grand masque : on aurait ajout </p><p>5Babelon et Blanchet, op. cit., p. 660, n2022; F. v. Lipperheide, op. fait., p. 147; Schrder, p. 335, Beil. 12, 3; L. Coutil, op. cit., p. 201. / </p><p>6 Mon. Inst., 1836, pi. III; Daremberg-Saglio, Dictionnaire des Antiquits, s.v. Galea, p. 1450, fig. 3475; F. von Lipperheide, op. cit., p. 148; sterr. Jahrsh., IX, 1906, p. 86, fig. 29; Schrder, p. 327, Beil. 11, 1 ; A. de Ridder, Bronzes antiques du Louvre, Paris, 1913, n 1107, pi. 65; L. Coutil, op. cit., p. 201, fig. 55. </p></li><li><p>REMARQUES SUR UNE SRIE DE CASQUES DE BRONZE 1 1 </p><p>poque moderne tout le sommet et peut-tre les paragnatides. On pourrait alors imaginer comme point de dpart un fragment d'un casque voisin, pour la forme (et la dcoration), de celui du Muse Poldi-Pezzoli7. </p><p>Enfin, nous avons dj voqu deux casques de forme diffrente, mais que leur dcoration rattache certainement la srie : </p><p>6) Catanzaro, Muse provincial. Provenance: Tiriolo8 (PI. VI, c). </p><p>La calotte est arrondie, lisse, sauf, sur la partie frontale, un dcor de cheveux au repouss entremls de feuillage (lierre). De part et d'autre, sur les tempes, se dressent deux petites oreilles pointues. Le couvre-nuque porte un ornement vgtal : tiges ondules, avec feuilles, rosettes et bourgeons, mergeant d'un double bouquet de feuilles d'acanthe. </p><p>7) Rome, Muses du Vatican, Inv. n 12304. Provenance inconnue9 (Pi. VI, a-b). </p><p>Presque semblable au prcdent. Sur la partie frontale, mieux conserve, on remarque nettement le relief qui imite de manire raliste le galbe d'un front humain. Les oreilles portent des bandes de tirets gravs. De chaque ct du couvre-nuque, dcor vgtal simple : une feuille d'acanthe et une tige simple, enroule et termine par une fleur. </p><p>II - Origine de la forme en bonnet phrygien </p><p>La plupart des provenances connues semblent donc suggrer pour notre srie de casques une origine sud-italienne. Mais la forme du casque bonnet phrygien est de toute faon une forme trangre, importe en Italie du monde grec. Ce type est videmment, l'origine, la copie mtallique des bonnets pointe, de forme varie, qui coiffent traditionnellement les populations des confins nord de la Grce et des rgions orientales. Il est difficile de dater exactement cette transposition, c'est--dire l'apparition des premiers modles mtalliques. Mais, comme le fait remarquer B. </p><p>7 Un dernier casque de mme forme doit tre vraisemblablement adjoint la srie : il a t trouv dans une tombe de Sta Maria del Cedro (Marcellina) (Cosen- za). Nous n'en dirons rien, cependant, faute de le connatre autrement que par une photographie fort peu nette et prise avant restauration de l'objet (Archeologia (Rome), VI, 1967, p. 189, fig. 7). </p><p>8 Bull. Inst., 1881, p. 203; Not. Scav., 1927, p. 349-350, fig. 23, pi. I, d. 9 Museo Gregoriano, I, Rome, 1842, pi. LXXIV; W. Helbig, Fhrer durch die </p><p>Sammlungen Roms2, Leipzig, 1899, p. 372, n 1371; Fhrer, IV, 1, Tbingen, 1963, p. 513, n678; Schrder, p. 332, Beil. 14, 1. </p></li><li><p>1 2 ANNE-MARIE ADAM </p><p>Schrder, on trouve, la fin du Ve sicle, sur la cramique inspire des peintures de Mikon, et en gnral dans des scnes coloration orientale (scnes de l'Iliupersis, scnes de combat contre des Perses, ou contre les Amazones), plusieurs catgories de casques, qui, par leur calotte allonge, au sommet plus ou moins pointu, se distinguent nettement des casques corinthiens, attiques ou chalcidiens que l'on rencontre depuis le VIe sicle sur la cramique peinte 10. Notons d'ailleurs que c'est aussi dans la 2e moiti du Ve sicle que doivent apparatre les premiers exemplaires mtalliques du casque pilos, transposition lui aussi d'un bonnet souple (de cuir?) et dont on retrouve plusieurs reprsentants au IVe sicle, en Italie mridionale. L'histoire des deux formes doit donc tre parallle. </p><p>C'est surtout au cours du IVe sicle, dans le nord de la Grce, et jusque sur les rives de la mer Noire, qu'on trouve des cas...</p></li></ul>