brochure saison 2011-12 de l'ensemble intercontemporain

of 25/25
2011 2012

Post on 06-Mar-2016

220 views

Category:

Documents

2 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Brochure de présentation de la programmation 2011-12 de l'Ensemble intercontemporain

TRANSCRIPT

  • 1

    20112012

  • 2

    dito

    Calendrier des concerts

    La saison

    Transmettre

    LEnsemble intercontemporain

    Informations pratiques

    04

    06

    08

    34

    40

    43+

    Tarifs, modalits de rservation, textes sur les concerts, extraits musicaux et vidos : www.ensembleinter.com

  • 4 5

    La musique contemporaine est en perptuel mouvement >

    Pour transmettre ce mouvement, la force dune insti-tution ne saurait venir que dune attitude douverture, loppos dun resserrement sur des ides arrtes, figes. Mobilit, mais aussi pluralit : la vision chorale dun ensemble o tout est fondu dans un objet artistique prconu, nous prfrons celle dun groupe de person-nalits dont lindividualit et la crativit permettent de mettre en uvre des propositions dune grande diversit.Lide fondatrice de lEnsemble intercontemporain est de rassembler des artistes choisis pour leurs qualits instrumentales et leur musicalit mais aussi pour leur capacit contribuer un projet musical multiple. Cest travers un tel foisonnement dopinions et desth-tiques que progressivement les lignes de force dune saison se dessinent, comme si dun paysage brumeux mergeaient les contours des diffrents concerts.Quon en juge par cet aperu : Pli selon pli de Pierre Boulez, Inori de Karlheinz Stockhausen, mais aussi une

    uvre dHctor Parra inspire par les recherches les plus rcentes en astrophysique, un opra de Marco Stroppa sur un livret dArrigo Boito, des crations de Matthias Pintscher, Unsuk Chin, Sean Shepherd, Johannes Boris Borowski, Hanspeter Kyburz, seront autant de jalons dans cette saison 2011-2012.En cho cette varit, la brochure de notre nouvelle sai-son prsente une multitude dentres, dont celles propo-ses par des musiciens ayant marqu le XXe sicle mais aussi des crivains, intellectuels, savants daujourdhui qui nous invitent plus ou moins directement partager les rflexions que leur inspirent nos projets.Le pari de la modernit du dbut du XXIe sicle nest plus de renverser des barrires esthtiques mais daffirmer un foisonnement o il y a place pour chaque individu, quil soit crateur ou auditeur.Susanna Mlkki, directrice musicaleHerv Boutry, directeur gnral

    >

  • 6 7

    Dimanche 21 aot 2011 11h - Lucerne KKL, Luzerner SaalDouble Points : OYTIHanspeter KYBURZEmio GRECO, Pieter C. SCHOLTEN

    Mercredi 21 septembre 2011 21h - TurIn Lingotto, Auditorium Giovanni AgnelliPli selon pli / Pierre BOULEZ

    Jeudi 22 septembre 2011 21h - MILAn Conservatorio Giuseppe Verdi, Sala Verdi(Programme du 21 septembre)

    Samedi 24 septembre 2011 14h15 - AMSTerDAM Het Concertgebouw(Programme du 21 septembre)

    Mardi 27 septembre 2011 20h - PArIS Salle Pleyel(Programme du 21 septembre)

    Vendredi 30 septembre 2011 20h - MunIch Prinzregententheater(Programme du 21 septembre)

    Dimanche 2 octobre 2011 19h30 - LOnDreS Royal Festival Hall(Programme du 21 septembre)

    Vendredi 7 octobre 2011 19h et 21h30 - PArIS Gat Lyrique, Grande SalleSteve REICH

    Samedi 15 octobre 2011 20h - PArIS Tremplin-Cursus 2Ircam, Espace de projectionLucas FAGINLionel BORDStefan KELLERMarc GARCIA VITORIA

    Jeudi 20 octobre 2011 20h - PArIS Tremplin-Cursus 2Centre Pompidou, Grande Salle Tristan MURAILEun-Hwa CHOMaurilio CACCIATOREEinar Torfi EINARSSONMartin GRTTER

    Jeudi 27 octobre 2011 20h - PArIS Cit de la musique, Salle des concerts Cassandre / Michael JARRELL

    Samedi 5 novembre 2011

    20h30 - SAInT-TIenne-Du-rOuVrAY Le Rive gaucheScheme of ThingsVox Balaenae / George CRUMB / Tero SAARINEN

    Dimanche 6 novembre 2011 16h - SAInT-TIenne-Du-rOuVrAY Le Rive gauche(Programme du 5 novembre)

    Dimanche 13 novembre 2011 17h - cAen Thtre de Caen(Programme du 5 novembre)

    Mercredi 9 novembre 2011 20h - PArIS Cit de la musique, Salle des concertsHctor PARRAMauricio KAGEL

    Samedi 19 novembre 2011 21h - LeS LILAS Le TritonIntersession n 8

    Samedi 26 novembre 2011 15h- FrAncFOrT HR-SendesaalMichal LEVINASGeorges APERGHISIannis XENAKISMichael JARRELL

    Mardi 22 novembre 2011 15h30 - PArIS Cit de la musique

    Rptition publique commente

    Mardi 29 novembre 2011 20h - PArIS Cit de la musique, Salle des concertsMichal LEVINASGeorges APERGHISHarrison BIRTWISTLEHelmut LACHENMANN

    Dimanche 4 dcembre 2011 16h - GIrOne Auditori de GironaRoberto GERHARD Joan GUINJOANHctor PARRALuciano BERIO

    Jeudi 15 dcembre 2011 20h - PArIS Cit de la musique, Salle des concertsFausto ROMITELLIMatthias PINTSCHEROlga NEUWIRTH

    Samedi 7 janvier 2012 11h - PArIS Cit de la musique, Salle des concertsConcert ducatifDe mmoire de clarinette

    Mardi 10 janvier 2012 20h - PArIS Cit de la musique, Salle des concertsSean SHEPHERDMatthias PINTSCHERTexu KIMUnsuk CHIN

    Jeudi 12 janvier 2012 20h - cOLOGne Philharmonie(Programme du 10 janvier)

    Mardi 24 janvier 2012 20h - rOMe Sapienza, Aula MagnaFausto ROMITELLILuciano BERIOGrard GRISEY

    Vendredi 27 janvier 2012 20h - PArIS Cit de la musique, Salle des concertsClaude DEBUSSYPierre BOULEZ

    Dimanche 29 janvier 2012 16h30 - PArIS Cit de la musique, AmphithtreClaude DEBUSSYAlain LOUVIERTN-THAT Tit

    Vendredi 10 fvrier 2012 20h - PArIS Cit de la musique, Salle des concertsInori / Karlheinz STOCKHAUSEN

    Samedi 11 fvrier 2012 20h - PArIS Cit de la musique, AmphithtreMauricio KAGELJean-Pierre DROUETLuciano BERIOVinko GLOBOKARThierry DE MEY

    Jeudi 23 fvrier 2012 20h - PArIS Centre Pompidou, Grande Salle Franco DONATONIBernhard GANDERMarc MONNET

    Samedi 3 mars 2012 20h30 - LYOn Auditorium Maurice-RavelCassandre / Michael JARRELL

    Vendredi 9 mars 2012 20h - PArIS Muse du Louvre, AuditoriumBla BARTKOlivier MESSIAEN

    Lundi 19 mars 2012 20h - FrIBOurG KonzerthausFranco DONATONIJohannes Boris BOROWSKIPierre BOULEZArnold SCHNBERG

    Mercredi 21 mars 2012 20h - BruXeLLeS Palais des Beaux-Arts(Programme du 19 mars)

    Jeudi 22 mars 2012 20h - PArIS Cit de la musique, Salle des concerts(Programme du 19 mars)

    Samedi 24 mars 2012 21h - POrTO Casa da Msica, Sala Suggia(Programme du 19 mars)

    Jeudi 29 mars 2012 14h30 - PArIS Cit de la musique, Salle des concertsConcert ducatifLe mystre du Gougalon, une nouvelle enqute de M. Victor Unsuk CHINIgor STRAVINSKY

    Jeudi 5 avril 2012 20h - PArIS Centre Pompidou, Grande salleMiroslav SRNKA Dai FUJIKURAYann ROBINFrdric KAHNJrme COMBIER

    Samedi 21 avril 2012 20h - MADrID Auditorio Nacional de Msica, Sala de CmaraMarc-Andr DALBAVIEIgor STRAVINSKYMaurice RAVELJess TORRESLuciano BERIO

    Lundi 23 avril 2012 20h - LYOn Auditorium Maurice-RavelMarc-Andr DALBAVIEIgor STRAVINSKYMaurice RAVELLu WANGLuciano BERIO

    Mercredi 25 avril 2012 20h - PArIS Cit de la musique, Salle des concerts(Programme du 23 avril)

    Samedi 28 avril 2012 20h - BOrDeAuX Grand-Thtre(Programme du 23 mars)

    Vendredi 11 mai 2012 20h - PArIS Cit de la musique, Salle des concertsHanspeter KYBURZRobert SCHUMANN

    Samedi 12 mai 2012 17h30 - PArIS Cit de la musique, Amphithtre(Forum autour de H. Kyburz 15h)Robert SCHUMANNHanspeter KYBURZ

    Samedi 19 mai 2012Lundi 21 mai 2012Mardi 22 mai 2012 20h - PArIS Opra-Comique Re Orso / Marco STROPPA

    Samedi 9 juin 2012 20h - PArIS Cit de la musique, Salle des concertsLuciano BERIOPhilippe MANOURY

    Samedi 16 juin 2012 20h30 - PArIS Centre Pompidou, Grande Salle Roque RIVASKarlheinz STOCKHAUSENOndrej ADMEK

    Lundi 25 juin 2012 Mardi 26 juin 2012 20h30 - BuenOS AIreS Teatro ColnTristan MURAILCassandre / Michael JARRELL

    Jeudi 28 juin 2012 19h30 - MOnTeVIDeO Auditorio del SodreCassandre / Michael JARRELL

    Samedi 30 juin 2012 rIO De JAneIrO Teatro Municipal(Programme du 28 juin)

    Lundi 2 juillet 2012Mardi 3 juillet 2012 21h - SO PAuLO Teatro Municipal(Programme du 28 juin)

    Vendredi 6 juillet 2012 20h - BOGOT Teatro Mayor Julio Mario SantodomingoTristan MURAILPhilippe MANOURYPierre BOULEZJuan Pablo CARREOLuis Fernando RIZO-SALOM

    Samedi 7 juillet 201221h - BOGOTTeatro Mayor Julio Mario Santodomingo(Programme du jeudi 28 juin)

    Tous les concerts Paris sont prcds dune prsentation*. Horaires et informations pratiques sur chaque page concert de notre site internet : www.ensembleinter.com

    * lexception du concert du 9 mars 2012

  • 9 8

    Dimanche 21 aot 2011 11h - Lucerne

    KKL, Luzerner SaalDouble Points : OYTIpour danseur, soprano, ensemble et lectronique liveCration de la nouvelle version hanspeter KYBurZ, musiqueemio GrecO, Pieter c. SchOLTen chorgraphie et directionSabine Marienberg, dramaturgie et livretJoost Rekveld, projectionsHenk Danner, Pieter C. Scholten, lumiresClifford Portier, costumesEmio Greco, danseurSusanne Elmark, sopranoEnsemble intercontemporainJean Deroyer, directionHanspeter Kyburz, Josh Martin, lectronique liveJosh Martin, ingnieur du sonWolfgang Heiniger, ralisation informatique musicaleDans le cadre du Festival de Lucerne

    Mercredi 21 septembre 2011 21h - TurIn

    Lingotto, Auditorium Giovanni AgnelliPierre BOuLeZPli selon pli (Portrait de Mallarm)Barbara Hannigan, sopranoLucerne Festival Academy EnsembleEnsemble intercontemporainPierre Boulez, directionDans le cadre du Festival MITO

    Jeudi 22 septembre 2011 21h - MILAn

    Conservatorio Giuseppe Verdi, Sala Verdi

    (Programme du mercredi 21 septembre)Dans le cadre du festival MITO

    Samedi 24 septembre 2011 14h15 - AMSTerDAM

    Het-Concertgebouw

    (Programme du mercredi 21 septembre)Dans le cadre des Zaterdag Matinee

    Mardi 27 septembre 2011 20h - PArIS

    Salle Pleyel

    (Programme du mercredi 21 septembre)

    Coproduction Festival dAutomne Paris, Salle Pleyel Concert enregistr par France Musique

    Vendredi 30 septembre 2011 20h - MunIch

    Prinzregententheater

    (Programme du mercredi 21 septembre)Dans le cadre du festival Musica Viva

    Dimanche 2 octobre 2011 19h30 - LOnDreS

    Royal Festival Hall

    (Programme du mercredi 21 septembre)

    Comment aimeriez-vous que votre public arrive un concert ? Voulez-vous que les gens sachent certaines choses, quils aient certaines attitudes ?

    Ils devraient tre prts dcouvrir quelque chose de neuf, et la meilleure manire de se prparer est dtre attentif et vide. Par vide on entend ouvert autrement dit, les portes de ce que le moi aime et naime pas devraient tre baisses. Et il devrait y avoir un flux qui permette lexp-rience de lcoute dentrer. Je pense quil y a une diffrence trs nette entre je pense que la manire la plus nette dexprimer cette distinction est dutiliser le mot com-prendre par opposition au mot ressentir . Beaucoup pensent que sils peuvent comprendre une chose, ils pourront la vivre, mais je ne pense pas que ce soit vrai. Je ne pense pas que comprendre mne ressentir. Je pense, en fait, que comprendre mne seulement un certain usage des facults critiques. Parce que supposons que vous sachiez com-ment faire cuire un uf. Comment cela va-t-il vous servir faire cuire des courgettes ? Je ne sais pas. On pourrait pousser largument dune manire plus thtrale en disant : Comment est-ce que a vous servira faire du cheval ? Mais a va probablement trop loin. Je pense quil faut se prparer lexprience non pas par la comprhension mais en ayant lesprit ouvert.

    John Cage

    La saison

    Emio Greco, Double Points : OYTI, Cit de la musique (Paris), janvier 2011

  • 11 10

    Vendredi 7 octobre 2011 19h eT 21h30 - PArIS

    Gat Lyrique, Grande SalleSteve reIchDifferent Trains, pour quatuor cordes et enregistrementHerman Kolgen, cration vidoSolistes de lEnsemble intercontemporainTechnique Ensemble intercontemporaingalement au programme, White_Box, une performance multi-crans du duo lectro-visuel PurForm et des installations de Rafael Lozano-HemmerCoproduction Ensemble intercontemporain, Arcadi, Elektra Dans le cadre du festival Nmo 2011 #2 et de Qubec _numrique

    Je ne prtends pas faire de la critique mais donner, simplement et franchement, mes impressions. Dans la critique le sentiment person-nel joue un rle beaucoup trop grand et souvent tout ce qui est crit peut se rduire : vous avez tort parce quil se trouve que je pense diffremment ou linverse. Ce quil faut faire, cest dcouvrir les principales impulsions qui ont donn naissance aux uvres dart et le principe vivant qui les constitue.Les interviewers mont souvent attribu des choses surprenantes, que je me suis beaucoup tonn de lire. Cest souvent difficile de parler de musique contemporaine. Les vnements saccumulent une vitesse incroyable et essayer de leur trouver une convergence aboutit souvent des impossibilits. Au point o en est actuellement lart musical, qui pourrait faire un choix entre les nombreuses routes divergentes que suivent les compositeurs ? La tche est vritable-ment embarrassante. Nous avons affaire non seulement un grand nombre duvres contemporaines, mais aussi quantit duvres du pass dont les enseignements sont souvent contradictoires et dont linfluence sur notre sensibilit et notre culture devient toujours plus grande. Et si mme dans le patrimoine qui nous vient du pass nous trouvons des lments qui nous rendent perplexes, que peut-on dire du prsent ?

    Claude Debussy

    Jeudi 20 octobre 2011 20h - PArIS

    Centre Pompidou, Grande Salle Tremplin-Cursus 2Tristan MurAILCouleur de mereun-hwa chOJouissance de la diffrence IICommande Ensemble intercontemporainCration Maurilio cAccIATOreNouvelle uvre, pour clavier MIDI, ensemble instrumental et lectroniqueAvec le soutien de la bourse MovinUpdu GAI (jeunes artistes italiens)Cration Cursus 2einar Torfi eInArSSOnNine TensionsMartin GrTTerTiefflugCommande Ensemble intercontemporainCration Hidki Nagano, clavier numriqueEnsemble intercontemporainAlejo Prez, directionMaurilio Cacciatore, ralisation informatique musicaleJean Lochard, encadrement pdagogiqueIrcam, lectronique en temps relCoproduction Ensemble intercontemporain, Ircam / Les Spectacles vivants-Centre PompidouAvec le soutien de la Sacem (bourses dtude aux jeunes compositeurs du Cursus 2)

    Samedi 15 octobre 2011 20h - PArIS

    Ircam, Espace de projectionTremplin-Cursus 2Lucas FAGInLionel BOrDStefan KeLLerNouvelles uvres, commandes Ensemble intercontemporainCrationsMarc GArcIA VITOrIANouvelle uvre, pour ensemble et lectroniqueCration Cursus 2 Solistes de lEnsemble intercontemporainMarc Garcia Vitoria, ralisation informatique musicaleric Daubresse, encadrement pdagogique Coproduction Ensemble intercontemporain, Ircam / Les Spectacles vivants-Centre PompidouAvec le soutien de la Sacem (bourses dtude aux jeunes compositeurs du Cursus 2)

    Herman Kolgen, cration vido pour Different Trains de Steve Reich

  • 12 13

    Samedi 5 novembre 2011 20h30 - SAInT-TIenne-Du-rOuVrAY

    Le Rive gauche

    Soire de la Compagnie Tero SaarinenScheme of ThingsTero SAArInen, chorgraphieMusique : Biosphere, Jeff Buckley, Trey Gunn, Jarmo SaariVox BalaenaeCration chorgraphiqueGeorge cruMB, musique Tero SAArInen, chorgraphie et danseMikki Kunttu, lumires et dcorsErika Turunen, costumesMarco Melchior, ralisation sonoreSolistes de lEnsemble intercontemporainDans le cadre du festival Automne en Normandie

    Dimanche 6 novembre 2011 16h - SAInT-TIenne-Du-rOuVrAY

    Le Rive gauche

    (Programme du samedi 5 novembre)Dans le cadre du festival Automne en Normandie

    Dimanche 13 novembre 2011 17h - cAen

    Thtre de Caen

    (Programme du samedi 5 novembre)Dans le cadre du festival Les Borales

    Jeudi 27 octobre 2011 20h - PArIS

    Cit de la musique, Salle des concerts Michael JArreLL Cassandre, monodrame pour comdienne, ensemble et lectroniqueFanny Ardant, rcitanteEnsemble intercontemporainSusanna Mlkki, directionSbastien Naves, ingnieur du sonPierre Charvet, ralisation informatique musicale IrcamCoproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique, en partenariat avec l'Ircam-Centre Pompidou

    Fanny Ardant Tero Saarinen dans une vido de la DJBB

  • 15 14 15

    Hctor ParraLa lecture de votre livre Le destin de lUnivers trous noirs et nergie sombre, ma accompagn tout au long de lcriture de ma nouvelle uvre Caressant l'horizon. Sans que je men rende compte, le mot horizon du titre est sans doute venu de l. Mais ce mot na pas le mme sens dans un contexte scientifiqueJean-Pierre LuminetParfois, la science invente ses propres mots, mais souvent elle utilise des termes qui appartiennent la langue commune et les habille dun sens trs diffrent, ce qui introduit constamment des confusions pour le public. Effectivement, si lon parle de lhori-zon des vnements dun trou noir , les dfinitions habituelles des dictionnaires pour les mots horizon et vnements ne correspondent pas du tout aux vritables proprits de lhorizon des vnements dun trou noir.

    H. Parra Le mot horizon serait un peu lquiva-lent du mot limite ?

    J.-P. Luminet Oui, on pourrait dire que lhorizon cest simplement la limite de visibilit. Mais cest tellement plus que cela

    H. Parra En fait, on ne le voit pas, cet horizon

    J.-P. Luminet Il est jamais inaccessible. Il se situe toujours dans notre futur infini, cause de la dilatation du temps apparent. Alors quil est bel et bien l en temps propre, en temps vcu.

    H. Parra Le plus hallucinant, cest la dformation du temps quand on se rapproche dun trou noir. Le temps vcu et le temps mesur par un observateur extrieur divergent compltement. Le temps vcu ne change pas pour nous-mmes dans notre voyage infernal, tandis que pour lobservateur ex-trieur, tout parat gel. Au moment prcis de croiser lhorizon, le temps apparent est gel pour lternit.

    J.-P. Luminet Oui, ad vitam aeternam.

    H. Parra Mais dans lhypothse o on entre dans le trou noir, que se passe-t-il ?

    J.-P. Luminet Dans ce cas, cela se passe en temps propre, rellement vcu par lexplorateur : selon la masse du trou noir, la traverse jusquau centre peut durer une seconde ou quelques heures.

    H. Parra Dans le dernier chapitre du Destin de lUnivers, il y a une phrase trs frappante et trs potique sur la fragilit de lexis-tence humaine, sur notre extrme limita-tion temporelle.

    J.-P. Luminet Ds lors quon se met rellement pen-ser notre tre dans un cadre cosmique, on aboutit ncessairement ce constat dune sorte de grandeur drisoire, car on nest rien du tout, on est phmre. Malgr tout, dans ce temps de vie qui est le ntre, notre cerveau, notre rseau de neurones, notre pense nous permettent peut-tre de d-chiffrer cet univers qui normalement nous dpasse compltement. Ce sentiment peut engendrer une certaine angoisse, ou tout simplement de lhumilit, mais aprs re-tournement de ce sentiment de modestie, une forme dorgueil qui provient juste-ment du fait que malgr notre dimension phmre et infiniment modeste, on par-vient cependant accomplir de grandes choses La physique, cest une grande chose, mais pour moi lautre trs grande chose, cest justement la composition musicale, que je place au-dessus de toute

    forme de cration artistique, celle qui me parat la plus labore.

    H. Parra La plus abstraite aussi ?

    J.-P. Luminet Cest peut-tre ma formation de math-maticien et de thoricien qui me donne cette fascination pour le langage musical, plus abstrait que la peinture ou larchi-tecture.

    H. Parra Il me semble que les sentiments engen-drs par notre propre condition se situent encore au-del de notre tat de musicien ou de physicien. tre humain pourrait si-gnifier tre susceptible dtre mu par la connaissance toujours plus profonde de la nature environnante, de qui nous sommes, de ce que nous voyons, et il me semble que la musique peut donner et amplifier cette sensation dpanouissement mo-tionnel, physique et intellectuel, en mme temps quelle peut nous procurer la sen-sation dtre dpass. Quand on coute une symphonie de Mahler, par exemple, on se sent compltement dpass par limmensit des polyphonies orchestrales et par laboutissement de formes trs dveloppes, la fois hyperpuissantes et trs pures ; cest un peu la mme sensa-tion quon prouve quand on arrive aux dernires pages des grands essais sur lespace-temps, sur la cosmologie.>

    >Entretien entre Hctor Parra, compositeur, et Jean-Pierre Luminet, astrophysicien

  • 16 17

    J.-P. Luminet Il est particulirement important de nour-rir toutes ces passerelles extraordinaires entre la science et lart, mme si nous manipulons des concepts la limite de la comprhension y compris pour nous, dailleurs ! En fait, vous ne le savez peut-tre pas, je suis un passionn de musique. Lorsque jtais plus jeune, jai moi-mme commis de petites compositions, je joue du piano et je lis la musique. Jai souvent collabor avec des compositeurs, avec Grard Grisey en particulier pour Le Noir de ltoile (pour six percussionnistes, bande magntique et transmission in situ de signaux astronomiques, ndlr).

    H. Parra Dans Caressant lhorizon jai vraiment t mis en mouvement par la rfrence la physique, mais plus encore par le rapport entre ce monde, fortement incurv par des nergies inimaginables, et la nature de la vie, de notre propre existence dans cette oasis despace-temps presque totalement plat quest notre plante.Jai apport quelques esquisses. Ici, cest lintroduction tendue, aux sonorits am-bigus et la page suivante commence leffondrement dune toile ; ici plusieurs textures se dveloppent : les champs ma-gntiques qui tournent grande vitesse tout autour de ltoile aux fltes et haut-bois, la matire en effondrement plutt aux cuivres, qui descendent lextrme grave de leur registre, avec un jeu en flatterzunge qui donne une sonorit trs rugueuse. Jai voulu crer des nergies parfois crasantes, rythmes par une al-

    ternance de plus en plus frntique entre des registres et des timbres opposs. Jai essay dimaginer ce que nous pourrions prouver physiquement si nous tions effectivement traverss par les ondes gra-vitationnelles hautement rythmiques pro-venant de la collision de deux trous noirs, qui dforment lespace et le temps comme sil sagissait dune matire mallable, et jai plac la masse orchestrale la place du vritable espace-temps. Cest une faon dorchestrer que je naurais jamais employe sans cette exploration un peu nave srement de tels vnements loin-tains et complexes.En fait, jaime beaucoup crer des ambi-guts de timbre. Ce sont finalement les timbres qui dominent, les textures. Il y a une forte structuration de la mlodie et du rythme, mais je ne cherche pas ce que le public peroive des mlodies ou des lments de motifs sparment les uns des autres.

    J.-P. Luminet Cela se peroit dj clairement dans Hypermusic Prologue. De toute faon, la mlodie a un peu disparu de la musique contemporaine

    H. Parra Oui, mais cependant jaime la dimension mlodique dans un sens lyrique plus large, et non en tant que mlodie-motif rep-rable.

    J.-P. Luminet Je suis daccord avec vous, il y a une forme de lyrisme qui ne passe pas par la

    ligne mlodique mais par dautres modes dexpressions musicaux, par une respira-tion temporelle qui cre effectivement un lyrisme. Dailleurs, je trouvais que la mu-sique de Grard Grisey avait normment volu de ce point de vue. Notamment dans sa dernire uvre, Quatre Chants pour franchir le seuil, qui est dun lyrisme tout fait prodigieux.Dans un tout autre domaine, vous connais-sez peut-tre cette uvre potique extraordinaire de Raymond Queneau in-titule Petite Cosmogonie portative : cest un recueil crit en 1950, form dun long pome dans lequel il raconte lhistoire du monde, avec les connaissances dont on disposait alors, depuis ce qu lpoque on navait pas encore nomm le Big Bang, mais atome primitif , et il dcrit la for-mation des plantes, des toiles, etc. Tout cela en vers, dans le style extrmement particulier de Queneau. Cest une bonne chose que ces concepts soient transposs, leur manire, par limaginaire des artistes, leur crativit. Il ne sagit pas dquivalences, ce sont davantage des mtaphores ou des ana-logies, mais je trouve remarquable que la science et lart puissent se fconder rciproquement.

    Caressant lhorizon dHctor Parra sera cre le 9 novembre la Cit de la musique. Voir page 18.Photos du conducteur de cette uvre : voir la page concert du 9/11/2011 sur www.ensembleinter.com

    >

    Manuscrit du conducteur de Caressant lHorizon dHctor Parra

  • 18 19

    Mercredi 9 novembre 2011 20h - PArIS

    Cit de la musique, Salle des concertshctor PArrACaressant lhorizonCommande du Mcnat Musical Socit GnraleCration Mauricio KAGeLIn der Matratzengruft, pour tnor et ensembleCration franaiseMarkus Brutscher, tnorEnsemble intercontemporainEmilio Pomrico, directionCoproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musiqueConcert enregistr par France Musique

    Samedi 19 novembre 2011 21h - LeS LILAS

    Le TritonIntersession n8 Samuel Favre, percussionniste et Alain Billard, clarinettes rencontrent Marc Ducret, guitare et Jakob Kullberg, violoncelle pour une nouvelle intersession autour du compositeur danois Per NrgrdDans le cadre dOrchestres en fte

    Mardi 22 novembre 2011 15h30 - PArIS

    Cit de la musique

    Rptition publique commente

    Clment Lebrun, Susanna Mlkki et les solistes de lEnsemble prsentent change de Iannis Xenakis pour clarinette basse et 13 musiciensRenseignements sur la page concerne de notre site internet, rubrique Transmettre : www.ensembleinter.com dans le cadre dOrchestres en fte

    Samedi 26 novembre 2011 15h - FrAncFOrT

    HR-SendesaalMichal LeVInASAppelsGeorges APerGhISPice pour douzeIannis XenAKISchange, pour clarinette basse et 13 musiciensMichael JArreLLLa Chambre aux chosCommande Ensemble intercontemporain, Lucerne Festival, avec le soutien de la Fondation ArtephilaCration allemandeAlain Billard, clarinette basseEnsemble intercontemporainSusanna Mlkki, directionDans le cadre de cres Biennale fr Moderne Musik

    Dimanche 4 dcembre 2011 16h - GIrOne

    Auditori de Gironaroberto GerhArD Gemini, pour violon et pianoJoan GuInJOAnPassim-Triohctor PArrATrio avec piano n 2 Knotted Fields Luciano BerIO Sequenza VIb, pour violoncelleSequenza IV, pour pianoSolistes de lEnsemble intercontemporain

    Jeudi 15 dcembre 2011 20h - PArIS

    Cit de la musique, Salle des concertsFausto rOMITeLLIAmok Koma, pour 9 instruments et lectroniqueMatthias PInTScherSongs from Solomons garden, pour baryton et orchestreCration franaiseOlga neuWIrThConstruction in Space, pour 4 solistes, 4 groupes instrumentaux et lectronique en temps relLeigh Melrose, barytonEmmanuelle Ophle, flte basseAlain Billard, clarinettes basse et contrebasseArnaud Boukhitine, tubaVincent David, saxophones soprano, tnor, et barytonEnsemble intercontemporainMatthias Pintscher, directionPeter Bhm, lectronique en temps relCoproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique, Festival dAutomne Paris Concert enregistr par France Musique

    Helmut Lachenmann Olga Neuwirth

    Mardi 29 novembre 2011 20h - PArIS

    Cit de la musique, Salle des concertsMichal LeVInASAppelsGeorges APerGhISPice pour douzeharrison BIrTWISTLeCortege, une crmonie pour 14 musiciens helmut LAchenMAnnConcertiniEnsemble intercontemporainSusanna Mlkki, directionCoproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique Concert enregistr par France Musique

  • 20 21

    Chacun connat la clbre et spirituelle remarque, attribue Sacha Guitry, qui veut que le silence qui suit du Mozart soit encore du Mozart : privilge du gnie ! Lorsquon vient dentendre un morceau de Mozart, le silence qui lui succde est encore de lui. Toute formule brillante et un peu paradoxale suscite irrsistiblement le dsir de la retourner comme un gant, comme le fait Isidore Ducasse dans ses Posies, afin dprouver ce quelle vaut lenvers. Il nest donc pas impossible que quelquun ait fait remarquer avant moi que le silence qui pr-cde du Mozart est dj du Mozart, aussi. Dans tout concert, il y a ce moment magique ladjectif est ici entendre dans son sens littral davant >

    Mardi 10 janvier 2012 20h - PArIS

    Cit de la musique, Salle des concertsSean ShePherDNouvelle uvreCommande Ensemble intercontemporainCration Matthias PInTScherBereshitCommande Ensemble intercontemporain, Klner PhilharmonieCration Texu KIM2xCration franaiseunsuk chInGougalon, scne de thtre de rueCration de la nouvelle versionEnsemble intercontemporainSusanna Mlkki, directionCoproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique Concert enregistr par France Musique

    Jeudi 12 janvier 2012 20h - cOLOGne

    Philharmonie

    (Programme du mardi 10 janvier)

    la reprsentation o les musiciens, sac-cordant, semblent se livrer quelque rituel propitiatoire, chauffant leur ins-trument mais paraissant plutt vouloir se concilier celui-ci la faveur dune sorte de crmonial intime prcdant lexcution collective de luvre devant le public, essayant tous les sons quil leur appartiendra de produire ensuite, esquissant entre eux le dbut dun dialogue quils interrompent aussitt. Si bien que la scne se tait progressi-vement o le chef dorchestre pntre enfin sous les applaudissements qui clatent et puis cessent lorsquil tourne souverainement le dos la salle comme pour lui signifier superbement qu par-tir de ce moment-l, elle nexiste plus. Le silence qui se fait alors est le plus intense qui soit. Comme si le monde, unanime, retenait sa respiration.Et comme si la seconde de silence qui souvre en cet instant et interrompt le temps continment bruyant de la vie contenait en elle la somme de tous les sons qui ont t et de tous ceux qui seront.Lexprience de la musique, que th-tralise le protocole paroxystique du concert, est toujours, chaque fois, celle de linou. tymologiquement :

    ce que lon na jamais entendu . Cela vaut mme pour la musique classique et pour les morceaux mille fois couts qui, pourtant, se prsentent loreille comme si celle-ci les recevait pour la premire fois.Cela vaut plus encore pour la musique contemporaine en raison mme de linsistante tranget qui caractrise celle-ci et qui interdit au profane de calculer quoi que ce soit au sein de la logique qui la conduit et danticiper mme vaguement le moment suivant de son dveloppement de telle sorte que toute mesure nouvelle, toute note sajoutant la srie, frappent lau-diteur par leur abrupte imprvisibilit, le mettant dans linconfortable et ver-tigineuse situation de ne plus savoir ni do vient la musique ni vers o elle sen va. Et, en ce sens, sans doute la musique contemporaine nous fait-elle prouver dans toute sa vrit, parfois oublie tant lusure de lhabitude sest exerce sur elle, lexprience mme laquelle nous confronte nimporte quelle musique au-thentique, mme celle qui nous parat tort la plus familire. Il en va ainsi dans tous les arts o cest moins le pass qui explique le prsent en nous montrant quelle continuit sense ils appartien-draient tous deux, ce qui fut engendrant

    ce qui est, que le prsent qui nous resti-tue la perptuelle et quasi inintelligible nouveaut du pass en manifestant magnifiquement de quel radical recom-mencement toute uvre est le lieu quel que soit le sicle o elle fut pense. Dune uvre qui est donne pour la premire fois, on dit quil sagit dune cration . L inou quelle fait en-tendre est absolu. Quoi quon sache ventuellement de celui qui en est lau-teur, de ses compositions antrieures, de son inspiration et de son style, rien ne permet de prvoir il faudrait la langue un autre verbe pour exprimer, si une telle chose est possible, comment loreille anticipe ce quelle nentend pas encore , de deviner ce qui va suivre et qui se ramasse dans linstant de silence prcdant le grand jeu du temps o tout se dploiera ensuite. Ainsi, le moment davant la premire excution dune uvre de musique contemporaine est-il par excellence celui o chacun, sans doute, prouve cette imminence de lindit qui donne son sens le plus plein et le plus large au mot de cration . Comment si ctait pour la premire fois et partir de rien que quelque chose venait alors la vie.

    >

    Comme au commencement du monde

  • 22 23

    Jentends ainsi le titre que Matthias Pintscher a donn sa composition qui sera prsente cette anne la Cit de la musique et dont, au jour o jcris, personne ne sait rien sinon ce titre jus-tement et les quelques indications qui laccompagnent. Personne : ni les audi-teurs qui ignorent le travail du musi-cien, ni ceux qui connaissant ses uvres antrieures ne peuvent toutefois extra-poler partir de celles-ci ce que sera la forme de son prochain opus , ni les concertistes qui lexcuteront et pour lesquels les rptitions nont pas encore commenc, ni mme lartiste encore en-gag dans le processus de sa conception. Tous dans lattente de ce quelque chose dinou qui naccdera lexistence que dans le moment premier de sa ralisa-tion inaugurale.Bereshit est ce titre. Il sagit du premier mot de la Bible. Au commencement Dieu cra le ciel et la terre . Mais, ainsi que le signale Pintscher lui-mme, au-tant que le dbut absolu du monde, le terme dsigne nimporte quel commen-cement, signalant ainsi quavec toute chose qui nat chaque instant prsent, se rejoue le processus premier par le-quel la ralit est autrefois sortie du rien originel. Tout est dabord tohu- bohu . Et si ces deux mots signifient en hbreu ltat de ce qui est dsert et vide , ils ont fini en franais par nen faire plus quun qui veut dire : confusion , et plus souvent encore : cacophonie .La musique est gense : gense delle-mme et gense du monde. Parmi le brouhaha autre mot vraisemblable-ment venu de lhbreu et qui dsignerait

    le salut sacr de bienvenue adress autrui , travers le tumulte des formes sonores qui se cherchent dabord et sordonnent ensuite parvenant lac-complissement dune composition ache-ve o squilibrent tous les lments contribuant au spectacle dangoisse et de joie du monde, elle fait entendre dans le temps et lespace le dploiement de tous les possibles tel que les contenait linstant de silence absolu qui les pr-cde et dont ils procdent.Au moment o jcris (avril 2011), on vient dapprendre que, grce aux rsul-tats de la mission Kepler, une quipe dastrosismologues avait pu mettre en vidence un chantillon de la musique stellaire mise par plusieurs centaines dastres semblables notre soleil, cha-cun de ceux-ci rsonnant la manire dune sorte de harpe dont la note quelle produit donne une indication assez prcise de sa taille. Lexprience donne une actualit assez inattendue aux vieilles thories pythagoriciennes relatives lharmonie des sphres tout en en renouvelant assez radicalement le contenu. Dautres savants parlent du bruit de fond de lunivers, vo-quant ainsi le rayonnement fossile qui attesterait de lhypothtique vne-ment du Big Bang. partir de l, on peut rver. Comme si toute musique nouvelle cre sur terre recueillait son tour le concert peine audible du cosmos, suscitant linaccessible silence par lequel celui-ci dbuta afin de le faire clater en un tohu-bohu de mille mlodies o retentit lcho dune per-ptuelle gense.

    Il peut arriver au roman aussi de rver un tel rve. Ainsi chez Proust. Lorsque Swann retrouve lors de la soire Saint-Euverte la petite phrase de sa sonate par laquelle lui est fugitivement rendue toute lhistoire de son amour disparu, le sentiment que lui procure le dialogue du piano et du violon est le mme que sil assistait alors la naissance de luni-vers, au moment trs ancien et pourtant toujours prsent de cette manifestation premire de la vie par lequel appa-raissent toutes ces choses aimes qui, dune certaine manire, ds lors, ne cesseront plus jamais dtre : Dabord le piano solitaire se plaignit, comme un oiseau abandonn de sa compagne ; le violon lentendit, lui rpondit comme dun arbre voisin. Ctait comme au commencement du monde, comme sil ny avait encore queux deux sur la terre, ou plutt dans ce monde ferm tout le reste, construit par la logique dun cra-teur et o ils ne seraient jamais que tous les deux : cette sonate. Alors, oui : Peut-tre est-ce le nant qui est le vrai et tout notre rve est-il inexistant, mais alors nous sentons quil faudra que ces phrases musicales, ces notions qui existent par rapport lui, ne soient rien non plus. Nous prirons, mais nous avons pour otages ces cap-tives divines qui suivront notre chance. Et la mort avec elles a quelque chose de moins amer, de moins inglorieux, peut-tre de moins probable.

    Philippe Forest

    Lucas Cranach lAncien, La cration du monde , 1534

    >

  • 24 25

    Mardi 24 janvier 2012 20h - rOMe

    Sapienza, Aula MagnaFausto rOMITeLLIDomeniche alla periferia dellimpero : prima domenicaDomeniche alla periferia dellimpero : seconda domenica : Omaggio a Grard GriseyLuciano BerIOSequenza VI, pour altoGrard GrISeYVortex TemporumSolistes de lEnsemble intercontemporainDans le cadre du festival Controtempo

    Inori de Karlheinz Stockhausen

    Vendredi 10 fvrier 2012 20h - PArIS

    Cit de la musique, Salle des concertsKarlheinz STOcKhAuSenInori, adoration pour 1 ou 2 solistes et orchestreAlain Louafi, Kathinka Pasveer, gestes de prireEnsemble intercontemporainLudovic Morlot, directionThierry Coduys, projection du sonCoproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique Concert enregistr par France Musique

    Samedi 11 fvrier 2012 20h - PArIS

    Cit de la musique, AmphithtreMauricio KAGeLPas de cinqJean-Pierre DrOueTLe Jardin den faceLuciano BerIOSequenza XIV, pour violoncelleVinko GLOBOKArCorporel, pour un percussionniste et son corpsThierry De MeYMusique de tablesSolistes de lEnsemble intercontemporain Coproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique

    Vendredi 27 janvier 2012 20h - PArIS

    Cit de la musique, Salle des concertsclaude DeBuSSYPremire Rapsodie *, pour clarinette et orchestreLa MerPierre BOuLeZDialogue de lombre double **Notations I IV et VII, pour orchestre*Jrme Comte, ** Alain Damiens, clarinettesOrchestre du Conservatoire de ParisEnsemble intercontemporainJean Deroyer, directionTechnique Ensemble intercontemporainCoproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique, Conservatoire de Paris

    Dimanche 29 janvier 2012 16h30 - PArIS

    Cit de la musique, Amphithtreclaude DeBuSSYSonate, pour flte, alto et harpeSonate, pour violoncelle et pianoAlain LOuVIerEnvol dcaillesTn-ThAT TitIncarnations structuralesSolistes de lEnsemble intercontemporainCoproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique

  • 26 27

    Jeudi 23 fvrier 2012 20h - PArIS

    Centre Pompidou, Grande Salle Franco DOnATOnICadeauBernhard GAnDerNouvelle uvreCommande Ensemble intercontemporainCration Marc MOnneT Bosse, crne ras, nez crochupour piano et ensemble en quatre mou-vements, avec intermdes pour deux pianos, et transformation en temps relHidki Nagano, Dimitri Vassilakis, pianosEnsemble intercontemporainPablo Heras-Casado, directionGilbert Nouno, ralisation informatique musicale IrcamCoproduction Ensemble intercontemporain, Ircam / Les Spectacles vivants-Centre PompidouDans le cadre du Nouveau Festivaldu Centre Pompidou

    Samedi 3 mars 2012 20h30 - LYOn Auditorium Maurice-RavelMichael JArreLLCassandre, monodrame pour comdienne, ensemble et lectroniqueFanny Ardant, rcitanteEnsemble intercontemporainSusanna Mlkki, directionSbastien Naves, ingnieur du sonPierre Charvet, ralisation informatique musicale IrcamDans le cadre de la biennale Musiques en scne

    Vendredi 9 mars 2012 20h - PArIS

    Muse du Louvre, AuditoriumBla BArTKContrastesOlivier MeSSIAenQuatuor pour la fin du TempsSolistes de lEnsemble intercontemporain

    Lundi 19 mars 2012 20h - FrIBOurG

    KonzerthausFranco DOnATOnITemaJohannes Boris BOrOWSKISecondCrationPierre BOuLeZclat/MultiplesArnold SchnBerGSuite op. 29Ensemble intercontemporainPierre Boulez, direction

    Mercredi 21 mars 2012 20h - BruXeLLeS

    Palais des Beaux-Arts

    (Programme du lundi 19 mars)

    Jeudi 22 mars 2012 20h - PArIS

    Cit de la musique, Salle des concerts

    (Programme du lundi 19 mars)Coproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique Concert enregistr par France Musique

    Samedi 24 mars 2012 21h - POrTO

    Casa da Msica, Sala Suggia

    (Programme du lundi 19 mars)

    Jeudi 5 avril 2012 20h - PArIS

    Centre Pompidou, Grande SalleMiroslav SrnKA Tree of HeavenDai FuJIKurANouvelle uvre, pour basson solo Commande International Contemporary Ensemble (ICE), Tokyo Opera CityCrationYann rOBInPhiguresFrdric KAhn * Unendlichkeit, pour basson et dispositif lectronique Cration Jrme cOMBIer **Gone, pour trio cordes, clarinette, piano et lectroniqueSolistes de lEnsemble intercontemporain* Thomas Goepfer, ralisation informa-tique musicale Ircam** Robin Meier, ralisation informatique musicale IrcamCoproduction Ensemble intercontemporain, Ircam / Les Spectacles vivants-Centre Pompidou

    Il arrive que les dcouvertes essentielles votre dfinition vous prennent au dpourvu, agressent votre souffle; elles causent un ravage irrm-diable, requis et dsir dans linstant mme o elles vous cinglent. Vous ne pouvez pas imagi-ner que cette catastrophe ne se soit pas produite ce moment prcis o vous ne lattendiez pas. Vous fixez sans grande attention les yeux sur des pomes dans une page de journal et voil, vous vous tes reconnu. Ce paragraphe fulgurant subi-tement l, devant vous, il semble tout la fois vous dpossder de vous-mme et agrandir votre capacit, votre prise et votre pouvoir au-del de ce quoi vous avez jusqu prsent song. Cette formule vous concerne sans compromis pos-sible, vous interroge dans labme de votre repli et ne recle pourtant aucune question dont vous ne vous sentiez dj le dtenteur : elle vous rvle, vous transmute en votre identification absolue. Jen tais responsable avant de la connatre ; la connaissant, elle me rend responsable de moi et de cette nbuleuse qui nest pas encore moi. On peut bien sarroger le loisir de dfinir les affinits, dans le repos et le relchement de la rflexion ; mais cette dtonation, puis ce silence en soi qui sagrandit au-del de toute estimation, puis cette force incoercible et cette brutalit qui vous pro-jettent hors des limites perues soudain inaccep-tables, rares, rares sont les face--face capables de les dclencher.

    Quel don inestimable que cette involontaire com-motion ! Elle vous apprend lexigence fondamen-tale, imprime en vous lexactitude et la rectitude, elle chahute et chavire vos points cardinaux ; elle nassujettit point, mais libre une nergie sau-vage, joyeuse, enivre de sa neuve existence. Pour sr, cela est juvnile, cela doit ltre ! Le temps du miroir viendra bien assez tt. Car cette commo-tion, originellement provoque par lautre, il ne faut plus lattendre que de vous-mme. Mais il reste le signal puissant de cet metteur au loin que vous recevez par pulsions, la confiance et lalliance renouveles par le pacte silencieux et souverain de luvre qui slabore et se multiplie. Le rapport nest plus, ne peut plus tre lblouis-sement premier, mais il saiguise, saffine et se transforme en concidence profonde indpen-dante daucun instant. La vrification est super-flue, la prsence se dtecte partout et nulle part. La relation sest insensiblement transfigure. Il y a cette impulsion au centre de votre propre proli-fration. Non, ce ntait pas deux narrations pour un temps superposes ; non, ce ntait pas une greffe, ou une osmose, non, ce ntait pas une onde porteuse. Il sagit bien dune permanente trans-gression de la limite et de la substance.

    Pierre Boulez

  • 28 29

    Samedi 21 avril 2012 20h - MADrID

    Auditorio Nacional de Msica, Sala de CmaraMarc-Andr DALBAVIePalimpsesteIgor STrAVInSKYHuit Miniatures instrumentalesConcertinoMaurice rAVeLTrois Pomes de Stphane Mallarm, pour mezzo-soprano et 9 musiciensJess TOrreSDiferenciasLuciano BerIOFolk Songs, pour voix et 7 musiciensNora Gubisch, mezzo-sopranoEnsemble intercontemporainAlain Altinoglu, direction

    Vendredi 11 mai 2012 20h - PArIS

    Cit de la musique, Salle des concertshanspeter KYBurZRseauxCration de la nouvelle versionrobert SchuMAnnQuatre chants, pour double chur op. 141hanspeter KYBurZThe Voynich Cipher Manuscript, pour 24 voix et ensembleBBC SingersEnsemble intercontemporainSusanna Mlkki, directionCoproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique

    Samedi 12 mai 2012 15h - PArIS

    Cit de la musique, Amphithtre15h-17h30 Forum autour dehanspeter Kyburz17h30 : concertrobert SchuMAnnPhantasiestcke op. 73hanspeter KYBurZAbendliedrobert SchuMAnnSonate, pour violon et piano n 1 en la majeur op. 105 hanspeter KYBurZDanse aveuglerobert SchuMAnnLiedernn, tnorSolistes de lEnsemble intercontemporain Ensemble intercontemporainnn, directionCoproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique

    Lundi 23 avril 2012 20h - LYOn

    Auditorium Maurice-RavelMarc-Andr DALBAVIePalimpsesteIgor STrAVInSKYHuit Miniatures instrumentalesConcertinoMaurice rAVeLTrois Pomes de Stphane Mallarmpour mezzo-soprano et 9 musiciensLu WAnGSiren SongCration franaiseLuciano BerIOFolk Songs, pour voix et 7 musiciensNora Gubisch, mezzo-sopranoEnsemble intercontemporainAlain Altinoglu, direction

    Mercredi 25 avril 2012 20h - PArIS

    Cit de la musique, Salle des concerts

    (Programme du lundi 23 avril)Coproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique Concert enregistr par France Musique

    Samedi 28 avril 2012 20h - BOrDeAuX

    Grand-Thtre

    (Programme du lundi 23 avril)

    Page du manuscrit Voynich, XVe sicle

  • 30 31

    Samedi 19 mai 2012

    Lundi 21 mai 2012*

    Mardi 22 mai 2012 20h - PArIS

    Opra-Comique re OrsoFavola per musicaCommande Opra-Comique,Thtre Royal de la Monnaie, Ircam-Centre Pompidou, Ensemble intercontemporain, Franoise et Jean-Philippe BillarantCrationMarco STrOPPA, musiqueLivret daprs Arrigo Boito Catherine Ailloud-Nicolas et Giordano Ferrari, adaptation du livretRichard Brunel, mise en scneBruno de Lavenre, dcors et costumesLaurent Castaingt, lumiresThierry Thie Niang, collaborateur aux mouvementsGilles Rico, assistant mise en scneBrian Asawa, Re OrsoMonica Bacelli, le VersMarisol Montalvo, Oliba, une courtisaneAlexander Kravets, le Trouvre, un courtisannn, Papiol, courtisansEnsemble intercontemporainSusanna Mlkki, directionCarlo Laurenzi, ralisation informatique musicale IrcamArshia Cont , conseiller scientifique IrcamProduction Opra-Comique Coproduction Thtre Royal de la Monnaie, Ircam-Centre pompidou, Ensemble intercontemporain

    * Reprsentation enregistre par France Musique

    Pour les Pres de lglise et les thologiens du haut Moyen ge, lours est une crature habite par de nombreux vices, peut-tre plus nombreux que chez nimporte quel animal. Il est vrai quil est le roi de la fort, le roi du bestiaire paen de lEurope germanique, celtique, slave et scandinave : il faut bien le doter de tous les vices, ou presque, pour le faire descendre de son trne. De fait, la liste est longue de ceux qui lui sont attribus par les textes patristiques, le pnitentiel et les ouvrages de zoologie. Tous sarticulent autour des notions de violence (violentia), de colre (ira), de fureur sauvage (furor), de cruaut (saevitia), de voracit (vo-racitas), de rapacit (rapacitas). Lours est le plus fort de tous les animaux, mais sa force est mauvaise et le rend redoutable, dangereux, violent, imprvisible. Tout le monde doit en avoir peur, le fuir ou bien le mettre mort.

    Michel Pastoureau

    Re Orso

  • 32 33

    Lundi 25 juin 2012

    Mardi 26 juin 2012 20h30 - BuenOS AIreS

    Teatro ColnTristan MurAILLa Barque mystiqueMichael JArreLLCassandre, monodrame pour comdienne, ensemble et lectroniqueFanny Ardant, rcitanteEnsemble intercontemporainJean Deroyer, directionSbastien Naves, ingnieur du sonPierre Charvet, ralisation informatique musicale Ircam

    Jeudi 28 juin 2012 19h30 - MOnTeVIDeO

    Auditorio del SodreMichael JArreLLCassandre, monodrame pour comdienne, ensemble et lectroniqueFanny Ardant, rcitanteEnsemble intercontemporainJean Deroyer, directionSbastien Naves, ingnieur du sonPierre Charvet, ralisation informatique musicale Ircam

    Samedi30 juin 2012 rIO De JAneIrO

    Teatro Municipal

    (Programme du jeudi 28 juin)

    Lundi 2 juillet 2012

    Mardi3 juillet 2012 21h - SO PAuLO

    Teatro municipal

    (Programme du jeudi 28 juin)

    Vendredi 6 juillet 2012 20h - BOGOT

    Teatro Mayor Julio Mario Santodomingo

    Tristan MurAILLa Barque mystiquePhilippe MAnOurYPassacaille pour Tokyo, pour piano et 17 musiciensPierre BOuLeZDrive 1Juan Pablo cArreOGolpe en el diafragmaLuis Fernando rIZO-SALOMEl Laberinto de Minotauro (2)Dimitri Vassilakis, pianoEnsemble intercontemporain Jean Deroyer, direction

    Samedi 7 juillet 2012 20h - BOGOT

    Teatro Mayor Julio Mario Santodomingo

    (Programme du jeudi 28 juin)

    Samedi 9 juin 2012 20h - PArIS

    Cit de la musique, Salle des concertsLuciano BerIOOfanim *, pour 2 churs denfants, 2 groupes instrumentaux, voix de femme et lectronique en temps relCration franaise de la version de 1997Philippe MAnOurYNeptune **, pour 3 percussionset processeur de signal en temps relEsti Kenan Ofri, sopranoMatrise de Radio FranceSofi Jeannin, directionSamuel Favre, Michel Cerutti, Gilles Durot, percussionsEnsemble intercontemporainSusanna Mlkki, direction* Tempo Reale, ralisation informatique musicale** Cort Lippe, ralisation informatique musicale IrcamMiller Puckette, conseiller scientifique IrcamCoproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique, Ircam-Centre Pompidou Dans le cadre du festival Agora Concert enregistr par France Musique

    Samedi 16 juin 2012 20h30 - PArIS

    Centre Pompidou, Grande Salle roque rIVASNouvelle uvre, pour piano, ensemble et lectronique *Cration Karlheinz STOcKhAuSenZyklus, pour percussionOndrej ADMeKNiseSbastien Vichard, pianoSamuel Favre, percussion* Gregory Beller, ralisation informatique musicale IrcamEnsemble intercontemporainMarco Angius, directionCoproduction Ensemble intercontem- porain, Ircam / Les Spectacles vivants - Centre Pompidou Dans le cadre du festival Agora

    Trois photographies de la plante Neptune ralises par le tlscope spatial Hubble

  • 34 35

    TransmettreTout tre humain qui a fait lexprience de lart, de la musique, de la littrature, en donnera sa propre description. Tout rcit, toute ten-tative de paraphrase ou dapproximation mtaphorique, sera, dune manire ou dune autre, inadquate. En profondeur, il existe des points communs. Mais aucun rcit de la possession dune forme et dun sens de la possession par une forme et par un sens ne peut tre traduit dans le sentiment dun autre individu. Peut-tre nest-il nul autre domaine de la condition humaine dans lequel limmdiatet manifeste soit aussi proche de lineffable, dans lequel lexplication que donne Montaigne de son amiti la plus intense, pour ne pas par-ler damour, avec La Botie parce que ctait lui, parce que ctait moi indique aussi clairement les limites de la comprhension. Nous savons, souvent avec une vidence aveuglante, ce que nous essayons de dire de notre relation ou de notre absence de relation au pome, au tableau, la sonate. Et pourtant, nous ne savons ni com-ment le dire, ni exactement, en un sens matriel, rfutable, de quoi nous parlons.George Steiner

    Samedi 7 janvier 201211h - PArIS

    Cit de la musique, Salle des concertsDe mmoire de clarinetteEmmanuelle Cordoliani, mise en espaceAlain Billard, clarinette basseJrme Comte, Alain Damiens, clarinettesCoproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique

    Jeudi 29 mars 2012 14h30 - PArIS

    Cit de la musique, Salle des concertsLe mystre du Gougalon, une nouvelle enqute de M. Victor unsuk chInGougalon, scne de thtre de rue, pour ensembleIgor STrAVInSKYTrois Mouvements de Ptrouchka, pour pianoEmmanuelle Cordoliani, mise en espaceVictor Duclos, comdien et danseurDimitri Vassilakis, pianoEnsemble intercontemporainOliver Hagen, directionCoproduction Ensemble intercontemporain, Cit de la musique

    cOncerTS DucATIFS Imagins par les solistes de lEnsemble avec la collaboration dauteurs et de metteurs en scne, ces concerts prsentent aux enfants, sous une forme ludique et originale, des uvres du XXe sicle aujourdhui ou mettent en scne un instrument dans le rpertoire contemporain. Ils sont raliss en partenariat avec le service pdagogique de la Cit de la musique.

    SANCES JEUNESSE EN BIBLIoTHQUESLes enfants aiment les rencontres directes avec les musiciens. Pour les couter et dcouvrir leur instrument bien sr, mais aussi leur parler, les questionner, participer ...Les solistes les plus passionns par la transmission au jeune public conoivent ces changes sous une forme trs adapte : autant doccasions pour les enfants de dcouvrir des univers musicaux riches en suggestions imaginaires et cratives.

    ATELIErS SCoLAIrESUn ou plusieurs solistes accompagnent une classe primaire, de col-lge ou de lyce, tout au long de lanne scolaire. Ils dveloppent un rpertoire et une thmatique dans la classe, les enfants assistent aux rptitions, sont accueillis au conservatoire de leur quartier ou lIrcam pour certaines activits.

    Jeune PuBLIc Transmettre la musique daujourdhui aux plus jeunes, cest consti-tuer le public de demain. Un enjeu dcisif au cur dactivits spcia-lement conues pour le jeune public.

    Valrie Philippin interprte Aria de John Cage, Cit de la musique (Paris), avril 2011

  • 36 37

    TuDIAnTS En partenariat avec les services pdagogiques de grandes coles et duniversits (la Sorbonne, Sciences Po, cole Polytechnique, Groupe HEC, Telecom Paris Tech, ou encore Mines Paris Tech), lEnsemble intercontemporain propose aux tudiants des activits dinitiation la musique contemporaine : rencontres avec les musiciens, invita-tions des rptitions, ateliers pratiques, analyses duvres, etc.

    TOuT PuBLIc La musique contemporaine offre un monde riche de sensations, de timbres, de rythmes et de nuances. Autant de dcouvertes que pro-posent les activits Tout public .

    AVANT CoNCErTSTous les concerts Paris ( lexception du concert du 9 mars 2012) sont prcds dune prsentation. Conditions daccs et informa-tions pratiques sur chaque page concert de notre site internet :www.ensembleinter.com

    rPTITIoNS PUBLIQUES CoMMENTESCertaines rptitions de concert Paris et en rgion sont acces-sibles au public. Elles font lobjet dune prsentation des uvres et des compositeurs. Voir par exemple la rptition du mardi 22 novembre 2011 page 18.

    SoLISTES EN BIBLIoTHQUES, EN PArTENArIAT AVEC PArIS BIBLIoTHQUESCes rencontres musicales animes par les solistes de l'Ensembles ont pour but de faire dcouvrir la musique daujourdhui (parfois en regard avec celle du pass), ses crateurs, ses interprtes, les instruments et leur mode de jeu, dans un rapport de proximit avec le public.

    Calendrier de l'ensemble des activits : www.ensembleinter.com

    ATeLIerS MuSIcAuX Par des formes diverses de coaching auprs de futurs profession-nels, les solistes contribuent diffuser la pratique de la musique contemporaine :

    MASTEr CLASSES ET ATELIErS INSTrUMENTAUX EN CoNSErVAToIrES rGIoNAUX (PArIS ET ProVINCE) Accompagns par les solistes, les tudiants des conservatoires d-couvrent par la pratique les modes de jeu instrumental et le projet d'un compositeur. ouvert au public.

    CoACHING DES TUDIANTS DE LorCHESTrE DU CoNSErVAToIrE NATIoNAL SUPrIEUr DE MUSIQUE ET DE DANSE DE PArIS Ces rencontres pdagogiques animes par les solistes de l'Ensemble sachvent chaque anne par un concert public la Cit de la mu-sique. En 2012, il aura lieu le vendredi 27 janvier (voir p. 24)

    AcADMIe Du FeSTIVAL De Lucerne Depuis sa cration en 2004, les solistes de lEnsemble intercontem-porain participent aux sessions de lAcadmie du Festival de Lucerne, dont la direction artistique a t confie Pierre Boulez. Internatio-nalement rputs pour leur exprience pdagogique, ils contribuent la formation de jeunes musiciens de lorchestre en conseillant leur travail dinterprtation.Contact : Dominik Deuber, directeur / LUCErNE FESTIVAL ACADEMY / Hirschmattstrasse 13 | Postfach CH-6002 Luzern / Tl. +41 (0)41 226 44 47/49 / Fax +41 (0)41 226 44 60 / [email protected]

    PArcOurS PDAGOGIque AVec LOrcheSTre Du LYce GeOrGeS-BrASSenS Depuis une dizaine dannes, le lyce Brassens est devenu un fidle partenaire avec lequel nous avons labor des projets pdagogiques : ateliers de cration, projets de classe, invitations aux rptitions de lEnsembleCe parcours spcifique, conu par Jens McManama, cor et chef dorchestre, en concertation avec Marie-Paule Duffaure, professeur de musique, vise prolonger la formation des lves musiciens par une ouverture une esthtique mconnue. Cette dcouverte per-met aux lves de se familiariser avec la cration de leur temps, dtre directement confronts la construction, au projet sonore, la notation dune uvre, et dune manire gnrale, aux diff-rents paramtres qui constituent un projet de composition. Sous la direction de Jens McManama, les 25 apprentis musiciens qui consti-tuent lorchestre se produiront le 10 avril 2012 15h aux cts des solistes de lEnsemble, sur la scne de la Cit de la musique. Au programme de ce concert :Gyrgy LIGETI : Musica ricercata, orchestr par Jens McManamaIgor STrAVINSKY : Huit MiniaturesMauricio KAGEL : Ludwig vanEdgard VArSE : Ionisation

    Avec le soutien de la Ernst von Siemens Music Fondation

    Dsirer transmettre la vie, une ducation, un enseignement, un autre que soi, ce nest pas seulement dsirer prouver la joie de partager avec lui ou elle ce que lon juge prcieux et digne de survivre en dautres que soi, malgr les tra-gdies du monde. Cest dcouvrir que ce partage nest jamais univoque, car il impose daffron-ter lunicit dune vie autre que la sienne, dune vie qui, ft-elle celle de son propre fils ou de sa propre fille, ne reproduit rien comme tel. Chaque vie humaine est nouvelle, car cest une transcen-dance o le moi ne semporte pas (Emma-nuel Levinas, Totalit et infini). Mme un fils ou une fille, mme la chair de sa chair , quand ils font face silencieusement, quand ils parlent et coutent, font pressentir leur tranget native. Ils viennent dailleurs que de soi, ils se tiennent dans

    la trace de cet ailleurs que nul ne peut jamais sapproprier, sauf sur le mode de fantasmes des-tructeurs et calamiteux.Transmettre, dans cette optique, cest donc tou-jours dsirer quautrui prenne la relve, non pas pour que notre propre vie se prolonge en lui ou elle, dans ses faits et gestes, ou tout simplement dans sa mmoire mme si cela compte bien sr , mais parce que la tragdie serait dtre accul son propre temps, sans issue aucune vers une vie autre que la sienne. Dsirer raconter, expliquer, dmontrer ou encore couter et faire couter, cest surtout prouver, en soi, la force de ce qui ne nous appartient pas, qui nous excde et qui, pour cette raison, demande tre transmis aux autres.Catherine Chalier

    Classe du Lyce Brassens durant une rptition avec Jens McManama, Cit de la musique (Paris), avril 2011

  • 39 38

    La transmission de luvre musicale, qui suppose une mmorisation aussi exacte que possible de la composition (terme qui implique une organisation interne et une certaine complexit), reoit en franais, au cours du XIXe sicle, un nom rvlateur, interprtation.Le mot, qui existe depuis le Moyen ge, inclut le prfixe -inter, marquant le pas-sage, travers le temps et lespace temporel, dune notation graphique une ralit sonore. Celle-ci reprsente une cration, impliquant les catgories per-ceptives. Le partage dlments fixs et conservs par une criture spcifique et nomms selon la tradition grecque, en occident, melos, harmonia, ruthmos, ralisant des structures reprsentables sous forme de rapports, par des valeurs mathmatiques notes. Elle requiert une vritable lecture , et son organisation justifie le nom de partition . La mise en mmoire ainsi pratique, comme dans toute criture, nexiste que pour une finalit smiotique o les systmes de signes impliqus renvoient une ralit psychophysique. Le dcodage exig com-porte une production dans le monde physique : temporalit et sons. La partition musicale est un code, un chiffre : on ne dnote pas, on dchiffre .

    Cependant, alors que la lecture des mes-sages chiffrs dans une langue naturelle, les textes, est un exercice largement so-cialis (dans les socits criture), celle des partitions musicales est rserve une minorit. La pdagogie gnrale enferme lunivers musical dans un analphabtisme quasi total, pour limmense majorit des tres humains, alors que la musique est reconnue pour tre un langage humain universel,chappant la division de Babel.De l, sans doute, la ncessit imprieuse dun intermdiaire entre les virtualits que sont les uvres musicales notes et leur ralisation productrice de sensations et dmotions.Celles-ci sont en partie individuelles, en partie partages par un ensemble daudi-teurs, dont le nombre sest immensment accru au XXe sicle par les artifices tech-niques de lenregistrement et de la repro-duction sonores. Ce nombre dauditeurs multipli induit son tour un rpertoire de ractions motives de plus en plus large.En effet, de mme que chaque lecteur dun texte littraire produit, en raction sa lecture , un univers mental, imaginaire et affectif spcifique, de mme lauditeur dune uvre musicale, cela malgr liden-tit de la stimulation. Quant linterprte quil sagisse du comdien disant son texte, du chanteur ou de linstrumentiste , il produit physiquement, sous les espces dondes sonores, un quivalent du texte langagier, une squence sonore destine tre perue et dcrypte par chaque audi-teur. Situation partage par la lecture haute voix (beaucoup plus ancienne que la lecture muette, qui apparat vers la fin du Moyen ge), par le discours de lora-teur, par les voix du thtre, du cinma, de la tlvision celles-ci tant des re-productions techniques dune premire interprtation , par toute articulation mlodique, rythmique, harmonique, pra-lablement fixe.Lhistoire de la musique fournit dinnom-brables exemples de la varit de cette dmarche allant de la conception une mise en mmoire, puis une ralisation sonore, avec des tlescopages, comme limprovisation, qui conomise le codage de mmorisation, ou la lecture mentale des partitions, qui vacue la ralisation sonore et nen retient quune stimulation mentale analogue celle de la lecture dun texte, permettant, par exemple, la consom-mation musicale une personne sourde (on pense Beethoven).

    Quil sagisse de musique classique , ancienne, rcente ou contemporaine (dans son laboration), ou de musiques consommation de masse, avec des cat-gories multiples, la notion d interprte est toujours luvre, sagissant du par-tage social des crations ; elle est mme premire, dans plusieurs catgories de musique : folklorique, improvisatrice (les dbuts du jazz), populaire. Le compositeur est effac par linterprte, dans la chanson (sauf pour les auteurs-compositeurs ), comme le metteur en scne au cinma par les acteurs-vedettes.Le paradoxe de linterprte, en effet, est aussi puissant que celui du comdien, analys par Diderot. On ne parlait pas encore d interprtation , en musique, le mot tant rserv depuis son appari-tion en franais, au XIIe sicle, comme le terme latin quil empruntait, (interpretari, interpretatio) une explication, une cla-rification de certains signes. Montaigne samusait de ce quon soccupe plus d interprter les interprtations qu interprter les choses (Essais, III, 13). Cest pourtant son poque que le verbe interprter commence sappliquer aux actes, aux apparences : on cherche linter-prtation des conduites humaines ds le XVIe sicle, mais ce nest que vers le milieu du XIXe quintervient cette spcialisation musicale, lpoque mme o appa-raissent les concerts , au sens moderne, et les festivals (le mot est dans Berlioz). partir dun ensemble not non seule-ment par des notes, mais par des indica-tions, de mouvement, dintensit, etc. il sagit pour les interprtes de transmettre lesprit dune uvre, ventuellement les intentions dun autre musicien, le com-positeur . Chaque interprtation est une renaissance de luvre pour des audi-teurs, chaque fois neuve.Le statut de la musique note permet un dosage de libert plus ou moins large pour ses interprtations. Celles-ci, selon la valeur gnrale du mot, sont des dcou-vertes, des claircissements, et aussi des gloses, le moyen dune hermneutique.Les musiques anciennes supposent un norme travail dinterprtation. Celle-ci est alors clairement une cration. Les musiques romantiques, plus explicites dans leur mmorisation crite, dfinissent plus prcisment les conditions de leur excution . Mais le travail interpr-tatif nen demeure pas moins inventif, comme le montrent les styles diffrents

    des interprtations, mme avec un inter-prte identique. Il semble que la musique contemporaine, au moins dans certaines de ses pratiques, laisse encore plus de lati-tude aux interprtes.De toutes faons, sachant quon ne repro-duira jamais les conditions initiales de la production des sons, pour une mme uvre, on doit admettre que plus lcart est important, non seulement chrono-logique, mais culturel, entre le contexte social de lexcution et celui de llabo-ration de luvre, plus la libert dinter-prtation est requise. Le paradoxe est que cette libert ne peut sexercer que dans la recherche dune fidlit exigeante. La dia-lectique entre cette fidlit qui nest pas soumission mais rsultat dun dialogue intime et la libert cratrice de linter-prte, reprsente le dynamisme de toute vraie interprtation.Celle-ci est donc bien le contraire dune reproduction. Cest ainsi que la musique, le thtre, leur combinaison, lopra, sop-posent au transfert matriel, technique dautres systmes de signes, tels le cinma, la tlvision, le disque, qui partent dune interprtation dj produite, quil ne sagit que de re-produire.En revanche, la comparaison serait licite entre linterprte de musique et le graveur, par rapport la peinture ou au dessin trait. Ou bien avec le traducteur, qui transforme un texte en le transmettant dans une autre langue, et plus encore avec ladaptateur, la manire de Nerval crant, partir du texte de Goethe, un autre texte, celui-ci non seulement franais, mais nervalien. On remarque enfin que si la traduction va du graphique au graphique (interpr-table oralement), l interprtation des coles dinterprtes produit du vocal, du sonore, ce qui manifeste lunit profonde des usages pourtant trs diffrents du mot.La transmission du message musical vers les oreilles et les cerveaux dauditeurs cre vritablement cet objet sonore com-plexe que constitue toute musique per-ue, alors mme quelle est tributaire de cette organisation stabilise et mmorise par un code graphique quon appelle une composition, et plus gnralement, une uvre.

    Alain Rey

    propos dinterprtation

    >

    >

  • 40 41

    LEnsemble intercontemporain

    LeS SOLISTeS De LenSeMBLe InTercOnTeMPOrAIn

    Fltes - Sophie Cherrier, Emmanuelle ophleHautbois - Didier Pateau, Philippe GrauvogelClarinettes - Jrme Comte, Alain DamiensClarinette basse - Alain BillardBassons - Pascal Gallois, Paul riveauxCors - Jens McManama, Jean-Christophe VervoitteTrompettes - Antoine Cur, Jean-Jacques GaudonTrombones - Jrme Naulais, Benny SluchinTuba - Arnaud BoukhitinePercussions - Michel Cerutti, Gilles Durot, Samuel FavrePianos/Claviers - Hidki Nagano, Dimitri Vassilakis, Sbastien VichardHarpe - Frdrique CambrelingViolons - Jeanne-Marie Conquer, Hae-Sun Kang, Digo TosiAltos - odile Auboin, Christophe DesjardinsVioloncelles - ric-Maria Couturier, Pierre StrauchContrebasse - Frdric Stochl

    quIPe ADMInISTrATIVe

    Directeur gnral - Herv BoutryDirectrice administrative et financire - Sophie QurCoordinatrice artistique - Alix Sabatierresponsable production et diffusion - Marine Gaudryresponsable comptable - Genevive Weissrgisseur gnral - Jean radelrgisseur son/plateau - Nicolas Berteloot, rgisseurs plateau - Samuel Ferrand,Benjamin MoreauBibliothcaire - Damien Degraeve Adjointe rgie/bibliothque - Caroline Barillonresponsable communication - Luc Hossepiedresponsable mcnat - Camille Perrier Assistante communication et mcnat -Emilie roffi Assistante communication - Sandrine BudinCoordinatrice ditoriale - Vronique BrindeauCharge des actions ducatives - Sylvie Cohen

    Cr par Pierre Boulez en 1976 avec lappui de Michel Guy (alors secrtaire dtat la Culture) et la collaboration de Nicholas Snow-man, lEnsemble intercontemporain runit 31 solistes partageant une mme passion pour la musique du XXe sicle aujourdhui. Constitus en groupe permanent, ils participent aux missions de diffusion, de transmission et de cration fixes dans les statuts de lEnsemble. Placs sous la direction musicale de Susanna Mlkki, ils collaborent, au ct des compositeurs, lexploration des tech-niques instrumentales ainsi qu des projets associant musique, danse, thtre, cinma, vido et arts plastiques. Chaque anne, lEnsemble commande et joue de nouvelles uvres, qui viennent enrichir son rpertoire et sajouter aux chefs-duvre du XXe sicle.En collaboration avec lInstitut de recherche et coordination acous-tique/musique (Ircam), lEnsemble intercontemporain participe des projets incluant des nouvelles techniques de gnration du son.

    Les spectacles musicaux pour le jeune public, les activits de for-mation des jeunes instrumentistes, chefs dorchestre et compo-siteurs ainsi que les nombreuses actions de sensibilisation des publics, traduisent un engagement profond et internationalement reconnu au service de la transmission et de lducation musicale.Depuis 2004, les solistes de lEnsemble participent en tant que tuteurs la Lucerne Festival Academy, session annuelle de forma-tion de plusieurs semaines pour des jeunes instrumentistes, chefs dorchestre et compositeurs du monde entier. En rsidence la Cit de la musique (Paris) depuis 1995, lEnsemble se produit et enregistre en France et ltranger o il est invit par de grands festivals internationaux. Financ par le ministre de la Culture et de la Communication, lEnsemble reoit galement le soutien de la

    Ville de Paris.

    cOnSeIL De LenSeMBLe

    Prsident dhonneur- Pierre BoulezPrsident

    - Henri Loyrette Prsident-directeur du muse du Louvre

    MeMBreS De DrOIT

    - Frdric Mitterrand Ministre de la Culture et de la Communication

    - Georges-Franois Hirsch Directeur de la cration artistique au minis-tre de la Culture et de la Communication

    - Bertrand Delano Maire de Paris

    - Sylviane Tarsot-Gillery Directrice de lInstitut franais

    - Fabien Jannelle Directeur de loffice national de diffusion artistique

    - Jean-Pierre Tronche Inspecteur de la cration et des ensembles franais artistiques, dsign par le Ministre de la Culture et de la Communication

    PerSOnnALITS quALIFIeS

    - Nicholas Snowman Vice-Prsident

    - Marc Monnet Secrtaire

    - Cyril roger-Lacan Trsorier

    - Jean-Philippe Billarant- Sylvie Hubac- Jack ralite

    SuSAnnA MLKKI, Directrice musicale

    Ne Helsinki, Susanna Mlkki mne une brillante carrire de violoncelliste avant dtudier la direction dorchestre avec Jor-ma Panula et Leif Segerstam lAcadmie Sibelius. De 2002 2005, elle est directrice artistique de lorchestre symphonique de Stavanger. Profondment engage au service de la musique contemporaine, elle collabore avec de nombreux ensembles (Klangforum Wien, Birmingham Contem-porary Music Group, ensembles ASKo, Avanti !) avant dtre nomme directrice musicale de lEnsemble intercontempo-rain en 2005. Susanna Mlkki sinvestit galement beaucoup dans linterprtation du rpertoire symphonique et de lopra classique et contemporain. Elle parcourt le monde pour diriger de nombreuses et prestigieuses formations parmi lesquelles les orchestres philharmoniques de Berlin, Los Angeles, Munich, radio France, les orchestres symphoniques de Boston, San Francisco, Birmingham, de la BBC, de la NHK (Tokyo) et de la radio bavaroise, ou encore le royal Concertgebouw orchestra et les Wiener Symphoniker.

    LEnsemble intercontemporain, rptition de Passagio de Luciano Berio, 2009, Cit de la musique

    L'Ensemble se prsente dans un film d'animation vido sur www.ensembleinter.com

  • 42

    Informations pratiques43

    rSerVATIOnS

    Toutes les rservations et les souscriptions aux diffrentes formules dabonnement se font directement auprs des salles accueillant lEnsemble intercontemporain.Coordonnes des salles et organisateurs parisiens ci-dessous. Pour les coordonnes en rgion et ltranger voir directement les pages de ces concerts sur : www.ensembleinter.com

    AuDITOrIuM Du LOuVre

    Muse du Louvre75001 ParisTl. 01 40 20 55 00www.louvre.fr

    cenTre POMPIDOu

    Grande Salle / niveau -1Place Georges-Pompidou75004 Parisrservations : aux caisses du Centre Pompidoude 11h 20h, sauf le mardi en ligne (plein tarif uniquement) :www.centrepompidou.fr/billetterie

    cIT De LA MuSIque

    Salle des concerts - Amphithtre221 avenue Jean-Jaurs75019 ParisTl. 01 44 84 44 84www.citedelamusique.fr

    LA GAT LYrIque

    3 bis rue Papin75003 ParisTl. 01 53 01 52 00www.gaite-lyrique.net

    IrcAM

    Espace de projection1 place Igor-Stravinsky75004 ParisTl. 01 44 78 12 40www.ircam.fr

    OPrA-cOMIque

    1 place Boieldieu75002 ParisTl. 0825 01 01 23(n indigo 0,15/mn)www.opera-comique.com

    SALLe PLeYeL

    252 rue du faubourg Saint-Honor75008 ParisTl. 01 42 56 13 13www.sallepleyel.fr

    Le TrITOn

    11 bis rue du Coq Franais93260 Les LilasTl. 01 49 72 83 13www.letriton.com

    nOuS cOnTAcTer

    Ensemble intercontemporain 223 avenue Jean-Jaurs 75019 Paris www.ensembleinter.com Administration Tl. : + 33 (0)1 44 84 44 50 Fax : + 33 (0)1 44 84 44 [email protected] relations avec le public du lundi au vendredi de 10h 18h Tl. : 01 44 84 44 53 Fax : 01 44 84 44 51 [email protected]

    reLATIOnS PreSSe

    Image Musique - Valrie WeillTl. + 33(0) 1 47 63 26 08 Fax : +33(0) 1 47 63 26 08 [email protected]

    Ensemble intercontemporain Association loi 1901 Licence dentrepreneur de spectaclesn 2-1033622 cat. 2 Prsident dhonneur Pierre Boulez Prsident Henri Loyrette Susanna Mlkki, directrice musicale Herv Boutry, directeur gnral Sophie Qur, directrice administrative et financireArtwork is (www.fake.fr) Fabrication : LAgence Modeste (01 47 70 55 97)Imprim dans lUEProgrammes et informations donns sous rserve de modifications.

    crDITS PhOTOS

    p.8 Luc Hossepied / p.10 Kolgen 2011 / p.12 Marianne rosenstiehl/Sygma/Corbis / p.13 Heidi Strengell / p.17 Hector Parra / p.18 Philippe Gontier / p.19 Philippe Gontier / p.23 akg-images / p.25 Myr Muratet / p.29 Dr / p.31 Lori Andrews / p.32 Corbis / p.35 Luc Hossepied / p.37 Luc Hossepied / p.40 Aymeric Warm-

    Janville / p.41 Simon Fowler

    crDITS TeXTeS

    Contributions originales pour la brochure 2011-2012 de l'Ensemble intercontemporain : pp.20-22 Philippe Forest, crivainpp.38-39 Alain rey, linguiste et lexicographep.9 richard Kostelanetz, Conversations avec John Cage, ditions des Syrtes, 2000 p.11 Claude Debussy Une apprciation sur la musique contemporaine , juin 1914, in Monsieur Croche et autres crits, ditions Gallimard, 1971 pp.14-16 Propos recueillis par Vronique Brindeau lobservatoire de Meudon le 21 avril 2011p.26 Pierre Boulez, paru sous le titre Si je pense ren Char , Libration, Paris, 20 juin 1983, repris dans Regards sur autrui, Christian Bourgois diteur, 2005p.30 Michel Pastoureau, LOurs, Histoire dun roi dchu, ditions du Seuil, 2007p.34 George Steiner, Relles prsences, les arts du sens, Gallimard, collection NrF essais, 1991p.37 Catherine Chalier, Transmettre, de gnration en gnration, Buchet-Chastel, Un dpartement de Meta-ditions, 2008

    En savoir plus sur les concerts et sur nos autres activits : Vous trouverez des informations complmentaires, des articles sur les uvres et les compositeurs, des extraits musicaux, des vidos sur notre site internet : www.ensembleinter.com ainsi que sur Accents on line, notre webmag (www.ensembleinter.com/accents-online).

    Devenez mcneSoutenir lEnsemble intercontemporain cest :> partager ses valeurs dexcellence et de crativit> contribuer son projet artistique en aidant au financement de commandes duvres et leur diffusion> soutenir son effort de transmission aux futurs professionnels et aux jeunes amateurs

    LeS PrOJeTS SOuTenIr

    ProJETS DUCATIFS/TrANSMISSIoN

    LEnsemble intercontemporain dveloppe de nombreux projets : Interventions des musiciens dans les coles et les bibliothques Master classes animes par les solistes de lEnsemble Concerts ducatifs adapts un jeune public Concerts avec des orchestres amateurs rsidences denseignants en musique et de formation dinterprtes et de compositeurs Lucerne Festival Academy Programme dassistant chef dorchestre Acadmie 21

    CrATIoNS

    LEnsemble intercontemporain mne une politique trs active dans le domaine de la cration. Pour les saisons venir, il a pass commande des compositeurs reconnus (Enno Poppe, Mark Andr, Philippe Leroux, Michael Jarrel, ondrej Admek) ou mergents, comme ceux issus du programme Tremplin organis en partenariat avec lIrcam.

    ToUrNES

    Avec plus de 60 concerts en France et ltranger chaque anne, lEnsemble intercontemporain est un acteur majeur de la musique contemporaine travers le monde. outre les grands centres (Londres, Cologne, Madrid) des tournes sont prvues en Asie (2013 et 2014) et aux tats-Unis (2014).

    DITIoN DISCoGrAPHIQUE

    En partenariat avec lIrcam et le label Kairos, lEnsemble intercon-temporain produit la collection de disques Sirnes ddie des compositeurs jeunes ou dj reconnus. Depuis ses dbuts, lEn-semble a enregistr plus de 200 uvres de rfrence de la musique du XXe sicle aujourdhui.

    LeS AVAnTAGeS OFFerTS

    Nom/logo mentionn dans tous les supports institutionnels Invitations aux meilleures places pendant toute la saison Invitations assister la prsentation de la nouvelle saison Possibilit dassister aux gnrales rencontres avec le directeur musical, les musiciens et les artistes invits Dcouverte des coulisses et du travail des musiciens Possibilit de location despace en partenariat avec les salles Enregistrements parmi les publications de lEnsemble offerts Possibilit dune intervention musicale sur mesure avec les solistes de lEnsemble lors dun vnement organis par le mcne (rception, dner) Possibilit dassister un concert lors des tournes europennes (modalits dfinir)

    un rGIMe FIScAL ATTrAcTIF

    Entreprises : rduction dimpts de 60 % du montant du don, dans la limite de 0,5 % du chiffre daffaires.

    Particuliers : rduction dimpt de 66 % du don, dans la limite an-nuelle de 20 % du revenu imposable.

    cOnTAcT

    Camille Perrierresponsable Mcnat223 av. Jean-Jaurs 75019 Paris01 44 84 44 [email protected]

    de lEnsemble intercontemporain

  • 45 44

    Partenaires

    Lensemble intercontemporain est subventionn par le Ministre de la culture et de la communication et reoit le soutien de la ville de Paris

    Lensemble intercontemporain est en rsidence la cit de la musique depuis sa cration en 1995

    Index des compositeursOndrej AdmEk 7,32Georges APERGHIS 6, 18Bla BARTk 7, 27Luciano BERIO 6, 7, 19, 24, 28, 32Harrison BIRTWISTLE 6, 18Lionel BORd 6, 10Johannes Boris BOROWSkI 7, 27Pierre BOULEZ 6, 7, 8, 18, 24, 27, 33, Maurilio CACCIATORE 6, 10Juan Pablo CARREO 7, 33Unsunk CHIN 6, 7, 20, 35Eun-Hwa CHO 6, 10Jrme COmBIER 7, 27George CRUmB 6, 13Marc-Andr dALBAVIE 7, 28Thierry dE mEY 7, 24Claude dEBUSSY 7, 24Franco dONATONI 7, 27Jean-Pierre dROUET 7, 24Einar Torfi EINARSSON 6, 10Lucas FAGIN 6, 10

    Dai FUJIkURA 7, 27Bernhard GANdER 7, 27Marc GARCIA VITORIA 6, 10Roberto GERHARd 6, 19Vinko GLOBOkAR 7, 24Emio GRECO 6, 8Grard GRISEY 6, 24Martin GRTTER 6, 10Joan GUINJOAN 6, 19Michael JARRELL 6, 7, 12, 27, 33Mauricio kAGEL 6, 7, 18, 24Frdric kAHN 7, 27Stefan kELLER 6, 10Texu kIm 6, 20Hanspeter kYBURZ 6, 7, 8, 28Helmut LACHENmANN 6, 18Michal LEVINAS 6, 18Alain LOUVIER 7, 24Philippe mANOURY 7, 32, 33Olivier mESSIAEN 7, 27Marc mONNET 7, 27Tristan mURAIL 6, 7, 10, 33

    Olga NEUWIRTH 6, 19Hctor PARRA 6, 18, 19Matthias PINTSCHER 6, 19, 20Maurice RAVEL 7, 28Steve REICH 6, 10Roque RIVAS 7, 32Luis Fernando RIZO-SALOm 7, 33Yann ROBIN 7, 27Fausto ROmITELLI 6, 19, 24Sean SHEPHERd 6, 20Pieter C.SCHOLTEN 6, 8Arnold SCHNBERG 7, 27Robert SCHUmANN 7, 28Miroslav SRNkA 7, 27Karlheinz STOCkHAUSEN 7, 24, 32Igor STRAVINSkY 7, 28, 35Marco STROPPA 7, 30TN-THAT Tit 7, 24Jess TORRES 7, 28Lu WANG 7, 28Iannis XENAkIS 6, 18

  • 47 46

    francemusique.com

    1000 concerts par an200 directs

    300 productions internationales rcouter intgralement sur le web

    soliste

    symphonieopracoulissesconcertosonate

    fantaisie

    churmlodie

    triofestival

    scne

    France Musique partenaire de l'Ensemble Intercontemporain

    FMBrocInterContempConcert:Mise en page 1 16/05/11 11:02 Page 1

  • 48

    www.ensembleinter.com