aromathérapie, tout simplement ocr

Download Aromathérapie, tout simplement OCR

If you can't read please download the document

Post on 11-Aug-2015

93 views

Category:

Documents

6 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

bieN-eTre

Nelly Grosjean

L'aromathrapiet o u t s i m p l e m e n t I

EYROLLES

Nelly Grosjean

L'aromathrapie

EYROLLES

SommairePrface Introduction Pour commencer 7 9 13

Partie I L'aromathrapieC h a p i t r e 1 : Petite h i s t o i r e de l ' a r o m a t h r a p i e C h a p i t r e 2 : Les t e c h n i q u e s de l ' a r o m a t h r a p i e 29 37

Partie II Les huiles essentiellesC h a p i t r e 3 : T o u t s a v o i r s u r les h u i l e s essentielles e: les h y d r o s o l s C h a p i t r e 4 : Les principaux problmes C h a p i t r e 5 : L e s h u i l e s essentielles de A Z 49 59 79

Partie III Les modes d'emploiC h a p i t r e 6 : Les diffusions dans l'atmosphre C h a p i t r e 7 : Les frictions aromatiques 239 245

Chapitre 8 : L e s prises p a r voie i n t e r n e Chapitre 9 : Les i n h a l a t i o n s Chapitre 10 : L e s b a i n s a r o m a t i q u e s Chapitre 11 : F u m i g a t i o n s , masques, laits, lotions, s o i n s de beaut, f r i c t i o n s Chapitre 12 : U t i l i s e r les h u i l e s essentielles a u t r e m e n t Chapitre 13 : L ' a r o m a t h r a p i e c u l i n a i r e

267 273 277

283 295 299

Partie IV Tableaux rcapitulatifsLes proprits principales des huiles essentielles Les usages divers des plantes (1) Les usages divers des plantes (2) Modes d'emploi et posologies gnrales Table des traductions 1 Table des traductions 2 Table des traductions 3Glossaire Bibliographie Adresses utiles Index Table des matires

319 321 324 328 329 331 333335 343 347 351 357

PrfaceIl y a longtemps que les partisans de la sant naturelle attendaient une synthse magistrale de cette science - qui est aussi un grand art-issue de la naturopathie orthodoxe : l'aromathrapie. Nelly Grosjean, docteur en naturopathie, peut tre considre juste titre comme l'un des plus grands spcialistes contemporains de l'aromathrapie. Sa rputation d'excellence et de haute comptence est reconnue partout. Ce vritable dictionnaire de l'aromathrapie est un outil indispensable quiconque entend se rfrer un ouvrage srieux, prcis et pratique, pour connatre et appliquer cette merveilleuse technique de sant naturelle. A l'heure actuelle, nombreux sont les modes para-naturopathiques et toujours clectiques qui entendent envahir le champ d'action des mthodes de la sant naturelle. La clart et l'esprit de synthse y perdent souvent... Il fallait qu'un naturopathe orthodoxe, de haut niveau, form aux meilleures coles, produise cet ouvrage de prcision et de grande rectitude pour sortir cet art des marais de l'improvisation et de la confusion. C'est maintenant chose faite ! On devra dornavant compter avec le livre imposant de Nelly Grosjean. Je souhaite que cette femme comptente, dynamique et enthousiaste prenne une place importante dans l'volution de la naturopathie orthodoxe, seule mdecine naturelle globale et fondamentale.

A u n o m d e nos collgues d ' A m r i q u e d u N o r d , d ' E u r o p e e t d u m o n d e entier, de m m e qu'en m o n n o m personnel, je flicite N e l l y G r o s j e a n p o u r cette uvre q u i m a r q u e une date i m p o r tante dans l'volution de la p r o f e s s i o n q u i est sienne et de la sant de l ' h o m m e en gnral. Docteur Jean-Marc B R U N E T , R e c t e u r de l'universit S u s a n B. A n t h o n y (tats-Unis).

IntroductionLa joie est dans tout, c'est nous de la dcouvrir.Confucius.

T a n d i s q u ' u n p a r f u m est l a b o r e n b n f i c i a n t d e s d e r n i r e s r e c h e r c h e s et se t r o u v e d o m e s t i q u d a n s un f l a c o n r e p r s e n tant u n s i g n e d e l u x e o u d e r a f f i n e m e n t , les a r m e s , les e f f l u v e s , les e s s e n c e s et les h u i l e s e s s e n t i e l l e s s o n t a b s o l u m e n t l i b r e s , t h r i q u e s et v o l a t i l s : n o u s p o u v o n s les s e n t i r tout m o m e n t et n ' i m p o r t e o, dans la rue, la c a m p a g n e , la m e r ou en m o n t a gne. C h a c u n d ' e n t r e n o u s a s o n o d e u r p r o p r e , p e r s o n n e l l e (ne dit-on pas quelquefois p r o p o s d'une personne p e u apprcie q u ' o n ne p e u t p a s la s e n t i r ?), et, b i e n q u ' a b s t r a i t e , l ' o d e u r est u n m o d e d e c o m m u n i c a t i o n o u d e r e c o n n a i s s a n c e e s s e n t i e l . R a p p e l o n s - n o u s q u e d a n s toutes les r e l i g i o n s , a v a n t les i n c a n t a t i o n s o u les p r i r e s , o n a u t i l i s des o d e u r s p a r t i c u l i r e s p o u r m e t t r e en scne le r e c u e i l l e m e n t et la m d i t a t i o n . Des d r u i d e s a u x a l c h i m i s t e s , des p a s t e u r s a n g l i c a n s o u des prtres c h r t i e n s a u x b o u d d h i s t e s t i b t a i n s , des i m a m s a u x r a b b i n s , des I n d i e n s d ' A m r i q u e d u S u d q u i s e p u r i f i e n t avec des b r a n c h e s o d o r a n t e s a u x s h i n t o s t e s j a p o n a i s q u i i n h a l e n t des h e r b e s o d o r a n t e s e t les e n c e n s d e p a l m e s , des y o g i s i n d i e n s e t a y u r v d i q u e s q u i p l i e n t des h e r b e s o d o r a n t e s avant d e les a p p l i q u e r e n p o m m a d e p u r i f i -

I n d i e n s avant eux s'enduisaient le c o r p s d'herbes a m a z o n i e n n e s avant l e u r s c r m o n i e s , et les A b o r i g n e s d ' A u s t r a l i e i n h a l a n t les herbes p u r i f i c a t r i c e s p o u r f a c i l i t e r l'accession la c o n n a i s sance... de leurs dieux, tout c o m m e les prtres grecs o r t h o d o x e s perptuant la t r a d i t i o n du b a s i l i c sacr l'entre de la m a i s o n , tous, toutes les poques et sous toutes les latitudes, font semblab l e m e n t a p p e l aux plantes. La sauge, l'hysope, le santal, le basilic, l'armoise, la rose, la m y r r h e ou l'encens : quel est d o n c le secret de leurs p o u v o i r s ? C o m m e n t u n e s i m p l e o d e u r peut-elle t m o i g n e r d'une spiritualit, nous o u v r i r s u r le m o n d e i n c o n n u des esprits et des dieux ou n o u s faire b a s c u l e r en n o u s - m m e s ? On n'apprcie m o i n s les effets positifs de certains effluves q u ' o n d i s c e r n e m i e u x le caractre n o c i f de certains autres. R e s p i r a n t u n e odeur, on finit p a r s'en i m p r g n e r . De m m e , s u i v a n t ce que l'on mange, notre o d e u r c o r p o r e l l e se m o d i f i e et les h a b i t u d e s a l i m e n t a i r e s i n f l u e n t g r a n d e m e n t s u r notre tat de sant - il y a quelques m i l l i e r s d'annes, les m d e c i n s essniens savaient d i a g n o s t i q u e r le m a l p a r t i r de la seule o d e u r du malade. Au dbut du XX e sicle, les t r a v a u x des professeurs Gattefoss et Sevelinge d m o n t r r e n t le parallle entre les p r o p r i t s physicoc h i m i q u e s et les a c t i o n s tonnantes et rapides des h u i l e s essentielles s u r les m a l a d i e s et la sant. L e u r r a p i d i t d ' a c t i o n et l e u r efficacit sont m a i n t e n a n t prouves. E l l e s sont p a r t i c u l i r e m e n t efficaces d a n s le m o n d e c o n c r e t des thrapies, du soin, du t r a i t e m e n t et de la p r v e n t i o n des m a l a d i e s et, b i e n sr, du m a i n tien de la sant. De plus en p l u s n o m b r e u x , m d e c i n s , ostopathes, h o m o p a t h e s et phytothrapeutes p r e s c r i v e n t des h u i l e s essentielles. B e a u c o u p de l a b o r a t o i r e s d i s t r i b u e n t et proposent m a i n t e n a n t des h u i l e s essentielles certifies bio, de qualit. B e a u c o u p d e grandes m a r q u e s d e p r o d u i t s c o s m t i q u e s t r a d i t i o n n e l s se mettent de la partie p a r c e que c'est la m o d e ! A t t e n t i o n cependant, ce n'est pas p a r c e que l'tiquette a l l c h a n t e m e n t i o n n e r a a r o m a t h r a p i q u e que ledit p r o d u i t c o n t i e n d r a p o u r a u t a n t des huiles essentielles de q u a l i t - et a fortiori b i o ! N o n , cet engouem e n t dverse s u r le m a r c h m o n d i a l n o m b r e de p r o d u i t s , y c o m p r i s des lessives ou des s h a m p o i n g s , des crmes, des laits, des m a s q u e s ou des s r u m s se r c l a m a n t de l ' a r o m a t h r a p i e sans tre

le m o i n s du m o n d e naturels, l'essence de lavande, de mandarine ou de p i n , q u i n'ont d'essence que le n o m ! L o r s q u e n o u s s o m m e s en d r o i t d'attendre des rponses thrapeutiques, n o u s c h o i s i r o n s u n i q u e m e n t des p r o d u i t s certifis bio, avec p r c i s i o n de la provenance, du n o m latin, une docum e n t a t i o n technique explicite, des rfrences srieuses, etc. Cependant, cet engouement a r o m a t i q u e conforte l ' i m p o r t a n t dveloppement de l ' a r o m a t h r a p i e . Il y a d s o r m a i s s u r le m a r ch de plus en p l u s de p r o d u i t s de qualit que vous saurez, c o u p sr, reconnatre, ds lors que vous tes i n f o r m s ! J'ai eu la c h a n c e de p o u v o i r c o n t i n u e r vivre et travailler dans l'une des rgions du m o n d e les plus riches en senteurs : la Provence. Ici, nous s o m m e s au r o y a u m e des plantes a r o m a tiques : pins, cdres, thuyas, sapins, thym, r o m a r i n , lavande, sarriette, origan, hysopes, m a r j o l a i n e , c a m o m i l l e , menthe, verveine, serpolet, santoline, lanaisie, armoise, estragon, basilic, c o r i a n d r e , livche, grande aune... Au total, plus d'une trentaine de plantes aux odeurs si... a r o m a t i q u e s ! Ce livre v o u d r a i t en c o m m u n i q u e r la passion. Avant m m e de se soigner et de se fortifier avec les huiles essentielles, r a p p e l o n s - n o u s que le s i m ple fait de les r e s p i r e r m o d i f i e notre c o m p o r t e m e n t en dveloppant notre d s i r d'authenticit et en n o u s o u v r a n t l'autre . V i v r e dans l ' i n t i m i t des huiles essentielles de plantes aromatiques, c'est d c o u v r i r une nouvelle h a r m o n i e , aussi s i m p l e et merveilleuse que la V i e ! V o u s trouverez dans cet ouvrage des indications prcises s u r les huiles essentielles utiliser en traitement interne, leurs modes d'emploi et leurs prcautions, leurs dangers parfois. V o u s trouverez c o m m e n t c o n d u i r e les cures selon les maladies et les petits maux, mais aussi selon les plantes, ainsi que de nombreuses indications pratiques dans le lexique et les diffrents tableaux. Les posologies, frquences et dures des traitements sont galement dcrites dans les fiches correspondant chaque h u i l e essentielle.

i l

Pour commencerArchitecte de son corps, l'homme est le premier sant !

et le seul responsable de sa

D e p u i s p l u s d e t r e n t e a n s q u e j ' e n s e i g n e , fais des c o n f r e n c e s , p u b l i e e n F r a n c e c o m m e l ' t r a n g e r s u r l ' a r o m a t h r a p i e e t ses . n n o m b r a b l e s p r o p r i t s , je c o n t i n u e , a s s u r m e n t , c o n s i d r e r '.es d i x rgles d ' o r d u b i e n v i v r e c o m m e u n e b a s e s i m p l e e t s o l i d e d e l a c o n s t r u c t i o n d ' u n e b e l l e s a n t a u n a t u r e l : ces r g l e s n e c h a n g e n t pas, s e u l e l a p r a t i q u e p e r m e t d e b n f i c i e r d e l e u r s b i e n f a i t s s u r l e p h y s i q u e , l e m e n t a l et, b i e n s r , l'esprit.

Le sens de l'aromathrapieL e b u t d e l ' a r o m a t h r a p i e , c o m m e d u reste c e l u i d e l ' e n s e m b l e des m d e c i n e s naturelles, est de r e n f o r c e r les i m m u n i t s naturelles, de r e d o n n e r de l'nergie et de r v e i l l e r le m d e c i n q u i est en c h a c u n d e n o u s . C'est d o n c u n e m d e c i n e d e b i e n p o r t a n t s q u i v e u l e n t le rester . En effet, avant d'tre curative, l ' a r o m a t h r a p i e est u n e m d e c i n e p r v e n t i v e - il faut d o n n e r l ' o r g a n i s m e la p o s s i b i l i t de s'auto-gurir, c o n d i t i o n de b i e n se n o u r r i r , de m i e u x r e s p i r e r e t d ' a v o i r des penses positives. O n c o n n a t a u j o u r d ' h u i l ' i m p o r t a n c e d u m e n t a l e n toute c h o s e - l a c o n c e n t r a t i o n des sportifs, des g a g n e u r s , en est d e v e n u e u n e i l l u s t r a t i o n

trs populaire : don't try, just do it ( n'essaie pas, fais-le ! ). Dans le d o m a i n e de la sant et p o u r juguler des maladies graves, un b o n m o r a l est absolument p r i m o r d i a l ! La bonne h u m e u r et le rire peuvent vaincre plus srement la maladie qu'aucun remde, mais encore faut-il leur associer un mode de vie qui, sans tre dracon i e n ( quoi cela servirait-il de s'interdire de bonnes choses p o u r se rendre malheureux ?), puisse les aviver et les complter. Notre rythme de vie m o d e r n e nous loigne chaque j o u r davantage de la nature et de ses bienfaits ; il faut rapprendre vivre sainement : s'alimenter correctement, respirer, bien d o r m i r et faire de l'exercice. Cela peut sembler simpliste, mais c'est s u r de telles bases harmonieuses que l'aromathrapie peut s'appuyer et d o n n e r la pleine mesure de son efficacit.

Les 10 rgles d'or du bien-vivreIl c o n v i e n t de p r c i s e r certaines rgles et d'en r a p p e l e r les tapes. Ce faisant, je ne veux n u l l e m e n t me m o n t r e r p a r trop directive, m a i s ces rgles du bien-vivre font plus appel au b o n sens qu' de q u e l c o n q u e s thories sujettes aux dbats de chapelle. Il y va de notre sant, de notre o p t i m i s m e et de la qualit de nos changes avec notre entourage p r o f e s s i o n n e l aussi bien que f a m i l i a l - serions-nous assez distraits p o u r m a n q u e r ce rendez-vous avec nos p r o c h e s et avec n o u s - m m e s ? D'une m a n i r e simple, claire et prcise, v o i c i d o n c les prceptes gnraux d ' a r o m a t h r a p i c associs aux. p r i n c i p e s essentiels d'une b o n n e hygine de vie, sous f o r m e de rgles d'or. Elles sont a p p l i q u e r q u o t i d i e n n e m e n t p o u r m a i n t e n i r son capital sant, b a n n i r la maladie, a u g m e n t e r sa p r o p r e nergie vitale, source de d y n a m i s m e et de joie de vivre. Destines tous, enfants, parents, b i e n portants c o m m e malades, h o m m e s et femmes, ces rgles d'or du bien-vivre nous invitent tout s i m p l e m e n t prendre de nouvelles habitudes saines. Les rsultats : vivre en bonne sant, c o n f o r t e r le m d e c i n q u i est en c h a c u n de nous, repousser la m a l a d i e et les dsordres biologiques. Avec simplicit, efficacit,

Pour commencer

e n a c c o r d a v e c les l o i s d e l a n a t u r e , n o u s c o n s t r u i s o n s c h a q u e o u r notre sant. L a s a n t est u n e b a l a n c e e n t r e c e q u i s ' a b s o r b e e t c e q u i s e l i mine : - L'air/la respiration consciente. - L'eau/les urines. - L e s aliments/les selles. - La pense/la dtente.

Les 1 0 r g l e s d ' o r d u b i e n - v i v r eL'alimentation La respiration L'exercice physique La relaxation Le sommeil L'importance de l'eau La puissance de la pense positive L'quilibre affectif et sexuel Le soleil L'aromathrapie

L'alimentationDis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es.Hippocrate.

Les fruits et lgumes fraisI l est p o s s i b l e d e les t r o u v e r d e b o n n e c u l t u r e , b i o l o g i q u e o u b i o d y n a m i q u e , en se souvenant que le stockage en c h a m b r e froide, clans les c a v e s o u les b o u t i q u e s , l e u r f a i t p e r d r e l a p l u s g r a n d e partie de leurs prcieuses vibrations vitales. P a r exemple, une carotte sortant du j a r d i n et u n e carotte de m a g a s i n m o n t r e n t des v i b r a t i o n s vitales v a r i a n t de 10 000 m o i n s de 7 000 a n g s t r o m s (en d e s s o u s d e 7 0 0 0 , les p r i n c i p e s b i o g n i q u e s a p p o r t a n t l a v i e disparaissent).

Le cru et le cuit Tout ce q u i est c r u est vivant, apporte la vie ; tout ce q u i est cuit est mort . D'ailleurs, d'une affaire rate, le langage populaire dit : c'est cuit . Il est possible de tenir un sige avec des graines de crales crues germes et de l'eau, alors qu'une dminralisation et une perte d'nergie seront la consquence d'une a l i m e n t a t i o n base s u r du g r a i n cuit (pain, riz, ptes, surtout avec du grain blanc dpouill de ses substances nutritives). Les aliments cuits sont des aliments de tolrance, utiles aux organismes fatigus ou malades, dans certains cas. Les aliments crus permettent petit petit de retrouver force et sant, et prennent une place de c h o i x dans l'alimentation ds que l'organisme retrouve ses nergies, aprs une revitalisation bien conduite. Le cuit reste l'apanage des gourmets et des g o u r m a n d s ; en ce sens, il est tolr et accept c o m m e tel, p o u r satisfaire le got, et il faut surtout b a n n i r le mot rgime du vocabulaire courant, car, synonyme d'prouvantes restrictions, il i m p l i q u e invariablement un rejet de la mthode. Les protines ncessaires Il est conseill d'viter de mlanger les protines dans un m m e repas. Il est sage d'quilibrer chaque jour, sur une semaine et plus, l'ventail des protines : poissons, ufs, fromages, laitages, volailles, viandes ou crales. Toutefois, les meilleures protines sont les graines germes, particulirement riches en protines vgtales, ainsi que les algues sous toutes leurs formes. Viandes, laitages et poissons ne sont pas ncessaires p o u r tre en bonne sant : de n o m b r e u x vgtariens et vgtaliens prouvent que leurs habitudes alimentaires n'ont nullement n u i leur succs - peut-tre m m e le leur doivent-ils ! La thorie des calories n'est pas valable sur un plan nutritionnel. En voici un exemple : entre une carotte crue, une cuite, une frache et une datant de trois mois, on retrouve le mme nombre de calories : seules les vitamines et l'nergie vibratoire diffrent. Il en rsulte que les rgimes hypocaloriques sont insuffisamment quilibrs et peuvent engendrer une grande faiblesse, ce qui est gnralement le cas. Il existe d'excellentes mthodes alimentaires qui ne sont pas des rgimes excessifs ou prometteurs de

sveltesse sans effort, et qui satisfont les besoins et les fonctions de ! organisme en brlant les toxines en excs, sans faire perdre la vitalit et la bonne humeur. Aussi, les rgimes excessifs ou prometteurs de m i n c e u r facile sont prohiber : seule la publicit leur permet encore d'exister en exploitant la candeur et la navet d'un grand nombre de personnes. Savez-vous que plus de 50 % des Amricains sont obses (au-dessus de 140 kg) : trois gnrations victimes d'excs de sucres et de laits sous toutes les formes ! Au J a p o n o sucre et lait sont le quotidien de la n u t r i t i o n des enfants depuis une vingtaine d'annes, les personnes obses commencent se compter en grand n o m b r e : part les sumo, il n'existait pas jusqu'alors de Japonais gros '. Des produits de qualit pour les ingrdients de base Il est indispensable de r e c o u r i r des produits de qualit p o u r les ingrdients de base. Ces produits sont : sel m a r i n , sucre roux ou, mieux encore, miel, fructose ou stevia, graisse vgtale n o n hydrogne, huiles de premire pression froid, pains et farines complets, graines germes, fruits et lgumes, etc. Ces aliments utiliss chaque repas doivent tre obligatoirement complets, naturels et bio ! Au troisime millnaire, c'est possible et quasi indispensable p o u r une sauvegarde de la plante ! Les produits dnaturs, crales blanches, pain, riz et ptes blancs, sucre et sel blancs, huiles du commerce, fabriques base de dchets de coton, dcolores, dsodorises, recolores, rodorises chimiquement, sont trs difficilement assimilables par notre organisme. En 2006, 4,6 kg - oui, kilo ! - de produits chimiques sont ingrs par personne et par an en France c o m m e aux tats-Unis : de quoi dtruire le plus robuste des organismes s'ils taient ingrs en une seule fois. Ne nous tonnons donc pas de la recrudescence d'un grand nombre de maladies de civilisation c o m m e les cancers par exemple... En effet, l'organisme h u m a i n s'adapte remarquablement pendant quelque temps aux situations difficiles, mais il ne peut supporter un trop grand abus de produits dnaturs antivie , sans manifester lassitude et mcontentement : les petits maux1. ce sujet, on peut se rapporter m o n ouvrage Maigrir et gagner 10 000 par

kilo puniti, d i t i o n s 5ml, www.mailgrir.com.

de chaque jour, les maladies devenues banales, puis les maladies graves, sont autant de sonnettes d'alarme qu'il serait bien judicieux d'couter !En rsum... - Lgumes crus plutt que cuits - Fruits crus toujours en dehors des repas - Une seule protine par repas - Des produits de qualit et des produits bio ! - viter les mlanges et prfrer le plat unique - Prendre le temps de manger - Penser mastiquer - Veiller une bonne limination intestinale - Boire en dehors des repas - Supprimer le sucre et les sucreries (bonbons, gteaux, chocolat, confiserie, pain, riz, ptes...)- Diminuer, voire supprimer, les graisses animales, charcuteries, conserves, plats cuisins, gibiers, crustacs, pour leur richesse en toxines et purines, puis bannissez poulets et poissons d'levage, produits laitiers, et gnralement tous les produits communs du commerce contenant trop de produits chimiques, agents conservateurs, de saveur, de got... (lisez attentivement les listes des ingrdients !).

Rgle d'or Prfrez une alimentation saine et quilibre. Pensez cru et vivant, plat unique, calme. Favorisez une bonne limination : buvez rgulirement. Supprimez le mot rgime .

La respirationNous pouvons cesser de manger pendant trois semaines, cesser de boire pendant trois jours, mais pas cesser de respirer pendant trois minutes. D'o l'importance de la respiration. Les bienfaits de la respiration profonde La respiration profonde augmente la capacit pulmonaire, dveloppe la cage thoracique, augmente l'oxygnation cellulaire, draine les toxines, nettoie le sang et la lymphe, stimule la cellule nerveuse, fortifie le cur, diminue constipation, cellulite et stress... Par la respiration consciente, les yogis parviennent se gurir.

Mode d'emploi M a t i n et soir, devant une fentre ouverte, procder c o m m e suit : - Inspire/, lentement p a r le nez, en gonflant d'abord le ventre puis le thorax ; faites enfin remonter l'air dans le haut des p o u m o n s (quatre temps). - B l o q u e z (deux temps). - E x p i r e z lentement par le nez, en dgonflant le ventre puis le thorax, et chassez l'air de la partie haute de vos p o u m o n s (quatre temps). Pensez u n i q u e m e n t votre respiration. A d o p t e z le r y t h m e q u i vous convient, sans forcer. Soyez conscient de votre respiration ! La conscience apparatrait c o m m e le p r e m i e r pas vers la sagesse... En tout cas, la respiration consciente est le p r e m i e r pas vers sa propre sant !

Le matin Le matin, faites trois minutes de respiration profonde en se focalisant spcialement sur l'inspiration. L'nergie apporte par le soleil et le cosmos, appele prna, s'absorbe par l'inspiration. Ces milliards de petites particules vibratoires cosmiques positives sont vie . Le soir Le soir, faites trois minutes de respiration profonde en se focalisant spcialement sur l'expiration. L'expiration, qui chasse l'air vici des p o u m o n s , entrane toutes les particules d'lectricit statique d'ondes ngatives, d'influences nfastes accumules au cours de la journe. Mentalement, l'expiration correspond l ' l i m i n a t i o n de tout ce qui perturbe le b o n fonctionnement de la m a c h i n e ; elle l i m i n e stress, tracas, soucis, perturbations ngatives...La pratique de la respiration consciente m a t i n et soir est une nouvelle habitude salutaire mettre en place, et les j'inspire le positif, j'expire le ngatif deviennent vtres aprs dix jours de pratique, la manire de l'installation d'un nouveau p r o g r a m m e dans un ordinateur. Cette pratique d'une respiration profonde, consciente, a des rpercussions bnfiques dans les circonstances

diverses de la vie quotidienne. L ' a u t o m a t i s m e de la respiration consciente se mettra en place avant un effort physique ou intellectuel, avant un rendez-vous important, aprs une m o t i o n forte, etc. Pensez respirer profondment dans la journe, le plus souvent possible, dans les salles d'attente, aux feux rouges, lors de vos trajets, avant de f o u r n i r un effort... p o u r l i m i n e r le stress, gagner un nouveau m a r c h ou une nouvelle p r o m o t i o n . . .

Trois minutes de respiration profonde, matin et soir, et le plus souvent possible dans la journe.

L'exercice physiqueL'exercice dveloppe la m u s c u l a t u r e , d r o u i l l e les ar t i c u l a t i o n s , sculpte le corps, prdispose au b o n m a i n t i e n de l'ossature, favorise l'oxygnation p u l m o n a i r e , tonifie le c u r et les artres, r e d o n n e de l'lasticit au systme veineux, tend l i m i n e r cellulite et c o n s t i p a t i o n , etc. En salle, la m a i s o n ou en plein air, de la m a r c h e au golf en passant par la m u s c u l a t i o n , le stretching, le culturisme, l'arobic, le yoga, le footing ou la natation, choisissez l'exercice physique le m i e u x adapt vos gots, votre m o r p h o l o g i e et vos possibilits. L'exercice doit tre fait i n t e l l i g e m m e n t , c'est--dire progressivement. Il sera toujours s u i v i d'une sance de relaxationrespiration. Le bien-tre rsultant de l'exercice p h y s i q u e permet de c o n t r l e r le bnfice de cc dernier. L ' p u i s e m e n t p h y s i q u e ou nerveux dnote un exercice p h y s i q u e m a l c o n d u i t et, p a r l mme, p r j u d i c i a b l e une b o n n e sant. A p r s l'effort physique, une r c u p r a t i o n a p p r o p r i e sa p r o p r e c o n s t i t u t i o n doit tre rapide. Le p o u l s doit tre pris rgulirement. Il est le mtron o m e de vos exercices b i e n conduits, et quelques m i n u t e s doivent suffire p o u r le retour la n o r m a l i t .

Rgle d'orQuelques mouvements de gymnastique chaque jour ou, progressivement, plusieurs fois par semaine, la pratique d'un sport de votre choix, suivi d'un moment de relaxation-rcupration.

La relaxationChoisissez une pice c a l m e et claire et une m u s i q u e de dtente si vous le souhaitez. Allongez-vous m m e le sol recouvert d'un tapis ou d'une serviette. La respiration profonde C o m m e n c e z respirer profondment en laissant aller l'ensemble de votre musculature vers la dtente provoque par la respiration consciente. Laissez passer vos ides, ne les accrochez pas , jusqu'au m o m e n t o vous sentez le vide d'ides (c'est le let go cher aux bouddhistes). La concentration Une autre formule de dtente consiste fixer une ide positive, un objet, un point l u m i n e u x et se concentrer sur cette ide ou cet objet : les ides ngatives parasites s'liminent d'elles-mmes. Continuez respirer profondment, lentement, pendant 5 10 minutes, selon le temps que vous aurez p r o g r a m m p o u r votre sance de dtente quotidienne. En fin de relaxation, reprendre ses esprits en inspirant profondment, s'tirer, bailler et se lever lentement avec encore quelques bonnes respirations, prt partir pour une nouvelle phase de vie, frais, dispos, dtendu et matre de ses nergies reconstitues. Rgle d' orCinq dix minutes de relaxation reconcentrent les nergies vitales.

Le sommeilLes heures supplmentaires de sommeil fournissent une nergie ncessaire l'auto-gurison. Il faut donc prendre le temps de dormir profondment, souvent, et tout son saoul , disaient les anciens, devient un luxe dans nos civilisations de super-consommation ! Rgle d'orLes heures de sommeil avant minuit comptent double !

L'importance de l'eauL'eau lave le corps et l'esprit. Chaque matin, aprs les trois minutes de respiration consciente devant la fentre ouverte, prendre une douche en finissant par de l'eau frache ou froide. La douche frache veille et stimule l'ensemble des fonctions organiques encore endormies. Chaque soir, prendre une douche chaude ou un bain chaud. Le chaud dtend et favorise le sommeil et la dtente. Pensez pratiquer les trois minutes de respiration consciente salutaires, qui permettent une bonne dconnexion du mental, une meilleure dtente et un sommeil rparateur. Rgle d'orUne douche frache le matin. Une douche ou un bain chaud le soir.

La puissance de la pense positiveMens sana in corpore sano 2.

La stimulation mentale Chaque pense mise dans votre conscient s'imprime dans votre ordinateur subconscient et, selon le programme auquel vous ferez appel, resurgira du subconscient, avec ou sans votre avis. Par2. Un esprit sain dans un corps sain.

exemple, lorsque vous dites je russis tout ce que j'entreprends , votre cerveau, ordinateur subconscient, sait , puisqu'il l'a enregistr, que vous russirez tout ce que vous entreprendrez. Pendant votre sommeil, vos rves sont saturs de votre ide-matresse, somme de l'ensemble des ides programmes, c'est--dire vos penses conscientes journalires. Vos cellules sont imprgnes de cette ide de russite et les connexions conscientes auxquelles vous faites appel dans la journe au cours de vos conversations ou de vos actes reproduisent ces ides de russite. Il en serait de mme si vous programmiez des penses ou des mots ngatifs ( Oh m o n pauvre petit , disent souvent les parents leurs enfants : il s'ensuivra que le pauvre petit aura certainement beaucoup de m a l devenir un riche grand ).Une dynamique srieuse La ralit de cette imprgnation du subconscient d'ides matresses a fait l'objet de nombreuses tudes, notamment aux tats-Unis ; de nombreux livres et cours dmontrent l'influence des penses positives sur le droulement de la vie successfull (de Dale Carngie, Emmet Fox en passant par Tony Robbins, sans oublier l'excellent Livre du bonheur de Marcelle Auclair).

Les bienfaits physiques Il est i m p o r t a n t de souligner que les penses positives sont capables d'influencer l'ensemble des cellules en b o n tat de fonctionnement. Des cellules encrasses ne permettent pas aisment le transit des messages positifs, elles auront tendance ne pas les accepter, les laisser fuir ou les rejeter. D'o l'importance et la puissance d'action d'un organisme en bonne forme physique baignant dans des liquides cellulaires non acides, p o u r crer et installer des penses positives. La mise en joie V o u s connaissez sans a u c u n doute la loi des sries q u i affectent positivement ou ngativement un individu. L ' e n c h a n e m e n t de penses positives entrane, engendre, fabrique des attitudes, des faits, des ralits positives. Il en sera de mme, l'inverse, p o u r les penses ngatives. Aussi, chaque matin, souhaitez-vous une bonne journe, souriez-vous. Prvoyez le p r o g r a m m e de la journe objectivement et respectez-le. Laissez une place p o u r une

action gratuite, un sourire, une attention particulire, une coule d'une personne en difficult. Partez gaiement vos activits, en fredonnant ou en chantant un air gai de votre choix (votre c h a n s o n du matin), ou mettez-vous une cassette de musique favorite si ncessaire, mettez-vous en joie (une phrase chre l ' u n de mes matres penser lorsque j'avais vingt ans !) ; c'est aussi le let's enjoy ! , une des grandes phrases de n o m b r e u x textes a m r i c a i n s et asiatiques. Chaque soir, faites le b i l a n de votre journe. Regardez tous les lments positifs que vous avez mis en place et flicitez-vous. V o u s avez sans doute au m o i n s une satisfaction positive, d e m a i n il y en aura une de plus, et, la fin de la semaine, vous c u m u lerez au m o i n s sept actions, faits ou rsultats positifs. Flicitezvous d'tre rest calme, de vous tre contrl, d'avoir accept une erreur et d'en avoir tir la bonne leon... Dtendez-vous et souriez intrieurement tous vos nouveaux progrs. Le rsultat du conditionnement de votre propre mental, p o u r le faonner en mental positif, donne rapidement de beaux fruits dont vous apprcierez toute la saveur : la saveur de votre nouvelle attitude positive dans la vie ! Le c h e m i n vers votre succs personnel, votre russite personnelle, votre joie intrieure... Rgle d'orSouriez-vous le matin, faites au moins une action positive et ayez au moins une pense positive chaque jour.

L'quilibre affectif et sexuelL'entretien de l ' h a r m o n i e dans le c o u p l e est une cl q u i permet de se r a p p r o c h e r des v i b r a t i o n s positives indispensables l'accs au b o n h e u r . Les O r i e n t a u x a f f i r m e n t que l'nergie vitale p r e n d sa source dans l ' h a r m o n i e et la s u b l i m a t i o n de l'nergie sexuelle (le tantra, le tao). L ' h a r m o n i e sexuelle dpend d ' u n b o n q u i l i b r e p h y s i o l o g i q u e associ une b o n n e vitalit p h y s i q u e ( a l i m e n t a t i o n saine, oxygnation, exercices, b o n n e l i m i n a t i o n des toxines, c o m p l m e n t s a l i m e n t a i r e s revitalisants) et l'quilibre mental (penses positives, actions

enrichissantes, c o n f i a n c e en soi, c o m p r h e n s i o n sances de travail p e r s o n n e l s u r soi, etc.). Regie d'or

d'autrui,

Favorisez l'harmonie de votre couple, chaque jour avec une attention particulire.

Le soleilLe soleil rgnre. La lumire et la chaleur du soleil favorisent la vie et la recrudescence d'nergie vitale. Le bain d'air, mme sans soleil, a des effets analogues. Les premiers bains de soleil de l'anne peuvent provoquer de petites perturbations physiologiques (rhumes, grippes, angines, problmes circulatoires, crises de foie) sur les sujets en faible sant ayant besoin d'liminer des toxines, principalement les acides. Regle d'orChaque fois que possible, pratiquez le bain d'air et de soleil.

L'aromathrapieLes huiles essentielles apportent une vitalit cellulaire nouvelle. Toutes les huiles essentielles sont gnratrices d'ondes vibratoires positives et rechargent les batteries cellulaires. Chaque matin, aprs la douche chaude puis frache, se frictionner avec des huiles essentielles toniques et dynamisantes (romarin, oranger, citron, verveine...) est vivement recommand. Chaque soir, aprs la douche ou le b a i n chaud, frictionnez-vous d'huiles essentielles relaxantes (lavande, marjolaine, oranger, petit grain, camomille...). Rgle d'orChaque jour, respirez de l'air aromatis au moyen d'un diffuseur d'armes, pratiquez les frictions aromatiques du matin et du soir et buvez aromatique , grogs et hydrosols.

C h a p i t r e

1

Petite histoire de L'aromathrapieUn savoir vieux comme le mondeDe tout temps et sur les cinq continents, les hommes ont utilis les plantes pour prvenir ou gurir des maladies. Il y a plus de soixante mille ans, les peuplades primitives enterraient dj leurs morts en les recouvrant de fleurs (fouilles des cavernes de Shanidar). Quelles taient donc les techniques utilises dans chaque endroit du globe, avant et aprs notre re ?

En Msopotamie Sumer, il y a cinquante sicles, herboristes et prtres taient de savants mdecins qui soignaient 1 ame pour gurir le corps , et trouvaient que lentnbrement (le terme maladie n'existait pas encore) tait une crise curative prparant la renaissance de l'esprit. Les frictions aux huiles essentielles taient couramment utilises pour entretenir la sant, rtablir la circulation du souffle de vie (nergie vitale), favoriser la vivification (gurison). Par exemple, le rle du mdecin tait de permettre au patient de retrouver la lumire de gloire et le secret du cur (la sant). Sumer, la mdecine tait donc sacre.

Une mdecine bien rode Une minente sumerologue franaise, Marguerite Enderlin, nous rapporte que le mdecin-prtre est thaumaturge et sait accompagner le patient dans la descente et lors de la remonte des enfers. Cet enseignement secret et initiatique donn chaque mdecin n'a pas encore t dcrypt sur toutes les tablettes sumriennes, et peut-tre restera-t-il, jamais, inviol ? Mais au moins sait-on qu'aprs une prparation spirituelle faite de recueillement et de prires, le mdecin commenait sa consultation par un examen clinique trs complet et trs approfondi : allure gnrale du patient, stature, dmarche, agressivit, dsordres mentaux, fivre, qualit de l'il, de la pupille, des urines, de l'lasticit des muscles, de l'odeur, puis observation et dduction de l'tat des organes et analyse des douleurs internes, enfin examen de la tte et des os. Le praticien connaissait l'importance des rythmes d'aggravation et d'amlioration des symptmes et, suivant les cas, administrait ses mdications des moments bien prcis, l'aube, au crpuscule ou pendant la nuit, comme la mdecine traditionnelle chinoise le prescrit encore. D'autres tablettes mentionnent les priodes critiques d'une maladie, ses phases cycliques ou successives, et prvoient le nombre de jours sparant le malade d'une invitable issue fatale ou bien de la gurison.

S u r c e r t a i n e s tablettes m s o p o t a m i e n n e s , datant de plus de q u a t r e m i l l e ans av. J.-C., on trouve, g r a v en c a r a c t r e s c u n e i f o r m e s , l ' n o n c prcis d e p r e s c r i p t i o n s m d i c a l e s . P a r exemple, p o u r les m a u x de tte : Tu m l a n g e r a s du sapin, de la m y r r h e , des roses, du m u c i l a g e de ssame, de la frule c o m m u n e avec d u son, que t u dlayeras d a n s d e l a b i r e o r d i n a i r e et tu l u i feras un e n v e l o p p e m e n t a u t o u r de la tte ; poulies d e r m a t o s e s : si un h o m m e a des d m a n g e a i s o n s la tte, tu p i l e r a s du r i c i n et de la s a l i c o r n e . A v e c de l'eau, tu l u i laveras la tte, p u i s tu b r o i e r a s du l a i (plante n o n i d e n t i f i e ) et de l ' a s p h o d l e clans de l ' h u i l e et tu l u i e n d u i r a s la tte p l u s i e u r s r e p r i s e s ; a i n s i il g u r i r a ; p o u r les cas de teignes, d ' e c z m a , de c h u t e de c h e v e u x . . . De n o m b r e u s e s p r e s c r i p t i o n s taient a c c o m p a g n e s de s o i n s avec des b a i n s , des l a v e m e n t s , des p u r g a t i o n s , des v o m i t i f s , des j e n e s o u des r g i m e s p a r t i c u liers, des exercices p h y s i q u e s p r a t i q u e r d a n s les j a r d i n s du t e m p l e . D a n s ces p r e s c r i p t i o n s , le r e c o u r s a u x f r i c t i o n s cutanes avec des essences (de cdre p r i n c i p a l e m e n t ) , des f u m i g a t i o n s p o u r les p o u m o n s et les v o i e s r e s p i r a t o i r e s taient p r p o n d r a n t e s .

Petite histoire de l'aromathrapie

Chapitre i

En Chinel e d i e u - e m p e r e u r S h e n N u n g (vers 2 8 0 0 av. J.-C.), q u i r g n a s u r C h i n e , d o n n a a u x h o m m e s la s c i e n c e de la b o t a n i q u e et r d i gea le Peu ts'ao, d a n s l e q u e l il l i v r a i t de n o m b r e u s e s recettes d ' h e r b e s m d i c i n a l e s . H o u a n g - T i , s o n s u c c e s s e u r , j e t a les bases de l ' a c u p u n c t u r e et crivit le Nei King, un o u v r a g e de t h o r i e m d i c a l e . C o n f u c i u s ( e n v i r o n 551 4 7 9 av. J.-C.), le p l u s c l b r e des p h i l o s o p h e s c h i n o i s , p r n a la t h o r i e de l ' n e r g i e v i t a l e et des s o u i l l e s et c r i v i t n o t a m m e n t le Trait de la chambre ci coucher c o n c e r n a n t le s o i n et l ' h a r m o n i e sexuelle, d i c t a les l o i s d ' h y g i n e c o r p o r e l l e , l ' u t i l i s a t i o n s a l u t a i r e des b a i n s , des d o u ches et des m a s s a g e s , n o u s a p p r e n a n t q u e c o t s i g n i f i e b a t a i l l e de (leurs ! T s a o - T c h o u a n ( e n v i r o n 540 av. J.-C.) et la d y n a s t i e des H a n se r a t t a c h e n t , en m d e c i n e , p a r - d e l les sicles de F e r , a u x s a i n t s et a u x sages de l'Age d ' O r . l ' p o q u e m a n d a r i n e , le g r a n d m d e c i n ne traite pas ce q u i est d j m a l a d e , il traite ce q u i ne l'est p a s e n c o r e ( v i e i l a d a g e c h i n o i s ) .

En IndeEn Inde, le p r e m i e r d o c u m e n t m d i c a l , Tsacha raka-Sarnhida, date de prs d ' u n m i l l i e r d'annes av. J.-C. Les livres vdiques, textes sacrs c o m p o s s en sanscrit, sont rdigs aprs les i n v a s i o n s aryennes. E n c o r e c o n s u l t de n o s jours, l ' A y u r v e d a , le g r a n d livre m d i c a l crit p a r B r a h m a , a c c o r d e u n e place i m p o r t a n t e aux plantes, aux souffles (respiration) et a u x nergies. La t r a d i t i o n de la science de la longvit de l ' A y u r v e d a se perptue travers les Samhit, q u i sont de vritables traits de m d e c i n e .

En Amrique l a m m e p o q u e , les I n d i e n s a v a i e n t des n o t i o n s d ' h o m o p a t h i e et c o n n a i s s a i e n t les l o i s et le m c a n i s m e de la c i r c u lation sanguine. Les civilisations inca, m a y a et aztque, en A m r i q u e d u S u d , c o n n a i s s a i e n t p a r f a i t e m e n t les p l a n t e s m d i c i n a l e s et toxiques. Les Aztques pouvaient classer et

u t i l i s e r p l u s de m i l l e plantes ; l'poque des C o n q u i s t a d o r e s , l ' e m p e r e u r M o n t e / . u m a s'enorgueillissait d e possder u n j a r d i n de plantes m d i c i n a l e s .

En gypteEn gypte, la m a r j o l a i n e est attribue O s i r i s , l ' a r m o i s e Isis, le m a r r u b e H o r u s , la c a m o m i l l e au Soleil. Au temps des pharaons, les p r i n c i p e s de la m d e c i n e gyptienne taient runis dans les p a p y r u s dits E b e r s , dcouverts dans les r u i n e s de L o u k s o r Thbes en 1873. Ces trsors a r c h o l o g i q u e s d o n n e n t une liste de remdes et prsentent la s o m m e du s a v o i r m d i c a l de cette poque. De tout temps, le m d i c a m e n t m i r a c l e fut recherch : P o l y d a m n o dcouvre le suc m a g i q u e p r o p r e calm e r la d o u l e u r et la colre, et q u i fait o u b l i e r tous les m a u x . Les p a p y r u s datant de 2800 av. J.-C. tmoignent n o t a m m e n t de ce que l'origan, la cannelle, le genvrier et la m e n t h e entraient dans les onguents et p o m m a d e s , p r p a r s en e x p r i m a n t l'essence des herbes ou en les faisant m a c r e r dans l'huile grasse . D a n s les temples, on utilise de prcieux onguents et des essences s a v a m m e n t p a r f u m e s avec lesquels on e m b a u m e les c o r p s des g y p t i e n s de haut rang. p a r t i r de 2800 av. J.-C., l'poque o se c o n s t r u i s i r e n t les p y r a m i d e s de K h e o p s , de K h c p h r e n et de M y k r i n o s , on procde a u x p r e m i r e s expressions de plantes p o u r p r p a r e r les essences.

En GrceEn Grce, Thophraste (372-288), le plus grand botaniste de l'Antiquit et lve d'Aristote, crit l ' H i s t o i r e des plantes et le Trait des odeurs. Est-ce le point de dpart ou la digne c o n t i n u a t i o n de l'aromathrapie travers les ges ? C h i r o n , sage et centaure, cultiva les plantes en Thessalie et gurit la ccit de Phnix par les herbes mdicinales dont la centaure, qui il d o n n a son n o m . A cette poque, Asclpios, d i e u grec de la mdecine, soigne par la parole, les simples et le couteau , dixit Pindare. De l, le n o m d' asclpiades dsignant les mdecins-prtres, q u i se faisaient

Petite histoire de l'aromathrapie Chapitre 1

a c c o m p a g n e r de jeunes filles r e p r s e n t a n t H y g i e (desse de la sant) et P a n a c e (celle q u i g u r i t tout), les filles d ' A s c l p i o s . L e s mthodes sont s o m m a i r e s , l i m i t e s q u e l q u e s p r o c d s de phyt o t h r a p i e t r a d i t i o n n e l l e , de p s y c h o t h r a p i e , de p h y s i o l o g i e lmentaire et de p e t i t e c h i r u r g i e , n o u s a p p r e n d l ' H i s t o i r e de la mdecine. tard, H i p p o c r a t e crit s o n l i v r e Des aphorismes, d a n s l e q u e l prsente ses o b s e r v a t i o n s c l i n i q u e s e n 406 sentences, p a r m i lesquelles : Il faut m a n g e r p o u r v i v r e et n o n v i v r e p o u r m a n ger. H i p p o c r a t e est c o n s i d r c o m m e le p r e de la m d e c i n e c h a q u e m d e c i n d i p l m prte o f f i c i e l l e m e n t s o n s e r m e n t . L e Corpus hyppocraticum, p u b l i un sicle a p r s sa m o r t , m e n t i o n n e qu'il utilisait p r s de 230 plantes. P l u s tard, Aristote, tout p h i l o sophe q u ' i l tait, n'en d r e s s a pas m o i n s u n e liste de 500 plantes dont il avait t u d i les vertus m d i c i n a l e s .PluS

Rome R o m e , les h u i l e s a r o m a t i q u e s e n t r a i e n t d a n s les l i x i r s d e jeunesse et le p e u p l i e r tait la p l a n t e s a c r e d ' H e r c u l e . C a t o n l ' A n c i e n (214-149 av. J.-C.) c r i t s o n trait De re rustica d a n s l e q u e l il p r s e n t e les 120 p l a n t e s m d i c i n a l e s q u ' i l c u l t i v a i t . P l i n e et s o n Histoire naturelle, p u i s C e l s c a v e c s o n o u v r a g e De re medica, au d b u t de n o t r e re, p r s e n t e n t les c o n n a i s s a n c e s de leur temps en m a t i r e de plantes et de drogues. G r a n d voyageur, D i o s c o r i d e (1 cr s i c l e a p r s J.-C.) r e c e n s a d a n s les c i n q v o l u m e s de s o n De materia medica p r s de 520 espces de p l a n t e s ; ce trait fit a u t o r i t j u s q u ' l a R e n a i s s a n c e . A u XI e s i c l e d e n o t r e re, C l a u d i u s G a l e n u s , dit G a l i e n , v r i f i a , r p e r t o r i a et c o o r d o n n a d a n s ses c r i t s toutes les c o n n a i s s a n c e s m d i c a l e s et les f o r m u l e s m d i c a m e n t e u s e s de l ' A n t i q u i t ; il f u t c o n s i d r , j u s t e titre, c o m m e l e p r e d e l a p h a r m a c i e . R o m e , le m d e c i n cre et p r p a r e p o u r c h a q u e p a t i e n t la c o m p o s i t i o n a r o m a t i q u e faite des h u i l e s d u m a t i n o u d u soir, d u t r a v a i l o u d u p l a i s i r , d e l ' a m o u r o u des p r i r e s . . . N e s e r a i e n t - c e pas les a n c t r e s de n o s f r i c t i o n s a r o m a t i q u e s ?

En PerseEn Perse, Ibn S i n a , ou A v i c e n n e (980 aprs J.-C.), dans les c i n q v o l u m e s de son Canon de la mdecine, relate qu'en t u d i a n t les plantes m d i c i n a l e s , il dcouvre le m o y e n de p r p a r e r p a r dist i l l a t i o n des essences volatiles d'herbes et de fleurs. A v i c e n n e fut d o n c l'inventeur de la d i s t i l l a t i o n . 11 crivit encore Al-Shifaa, ouLe livre de la gurison de l'me,puis

Le

livre

des

sciences.

Son

Canon de la mdecine d e m e u r a l o n g t e m p s un ouvrage de rfrence dans toute la c i v i l i s a t i o n mdivale.

europen Le jardin des simplesAu M o y e n ge, seuls les monastres et les m a i s o n s nobles possdent un h e r b u l a r i a , un jardin d'herbes, p r c i e u x enclos entour de m u r e t s q u i d l i m i t e n t le c a r r des s i m p l e s .

Simple On appelle simple le remde tir d'une seule plante, pour le distinguer, par opposition, aux remdes composs que fabriquaient alors les apothicaires.

C'est encore l'poque o l'on cherche o b s t i n m e n t la panace, c'est--dire le remde u n i v e r s e l (ce que P l i n e l ' A n c i e n considre c o m m e la t r a d u c t i o n du m o t g u i , q u e les d r u i d e s gaulois cueillaient p o u r les c r m o n i e s rituelles), c a r si les plantes servent se n o u r r i r et d c o r e r les m a i s o n s , on n'ignore plus, depuis l'Antiquit, qu'elles possdent a u s s i de trs grandes vertus m d i c i n a l e s . V e r s 795, C h a r l e m a g n e p r o m u l g u e une o r d o n n a n c e , la C a p i t u l a i r e de V i l l i s , q u i est en quelque sorte un m m o r a n d u m des 88 vgtaux essentiels en m d e c i n e et s u r la table. Au XIIe sicle, le livre des s i m p l e s mdecines, tabli p a r les savants de la clbre cole de Salerne, est une vritable

pharmacope mridionale et consigne toutes les connaissances dans le domaine de la mdecine. Plus tard, au XV e sicle, le codex des apothicaires dresse une liste exhaustive des remdes.La mdecine du Moyen ge Au Moyen ge, les mdecins taient encore des religieux. Par un dit pontifical, le pape Innocent III dcida qu'aucun ecclsiastique ne devrait plus exercer la mdecine dans un but lucratif, ni verser le sang d'aucune faon. Les moines-mdecins se mirent cultiver des jardins d'herbes ; en quittant les ordres, ils devinrent apothicaires ou gurisseurs, vendant leurs prparations de village en village. Ceux qui choisirent de rester au sein de l'glise durent abandonner la mdecine aux barbiers ! Le mdecin tablissait son diagnostic partir de l'analyse des urines du patient et en consultant son horoscope. Il envoyait ensuite ses prescriptions l'apothicaire. Le traitement des maladies tenait compte des crits d'Hippocrate et des quatre tempraments sanguin, flegmatique, bilieux, mlancolique -, auxquels on associait les quatre lments : au sang, l'air ; au flegme, l'eau ; la bile, le feu ; l'atrabile, la terre.

Ce n'est que plus tard que les usages internes et externes des huiles d'herbes aromatiques figureront dans certains traitements du X V I e sicle. Les essences d'herbes aromatiques sont alors considres comme le pur esprit de la plante, lilies agissent aussi bien sur les penses et les motions que sur le corps physique. On insistait galement sur l'importance d'une mdecine prventive, spcialement en ce qui concerne l'alimentation, suivant le clbre principe d'Hippocrate : Que la nourriture soit votre mdecine.

La magie des plantesLe jardin du Moyen ge est source de tous les bienfaits. Ce primtre auquel on porte mille petits soins attentifs n'est-il pas, toujours, le symbole vivant d'un ancien paradis qui possdait tous les agrments, et d'o l'homme fut si tristement chass ? Le jardin, c'est encore un royaume fait de patience et d'attente, d'humble coute des saisons et de recueillement. Ce qui grandit l, si proche, c'est le mystre mme d'une nature la lois familire et trange. Quelles sont, au juste, ces douces fleurs et ces petites herbes qui poussent dans le moindre creux d'une rude rocaille ? Les troubadours ne cessent de les chanter, parce qu'ils

sentent bien que s u r elles passe un i m m e n s e souffle de vie et de joie dont leurs belles ne sauraient trop longtemps se m o q u e r . Dans le s o m p t u e u x Livre d'heures d ' A n n e de Bretagne, les m i l l e entrelacs fleuris de vgtaux e n l u m i n e n t le m a n u s c r i t de hautes et franches c o u l e u r s : c'est un h y m n e la c o n n a i s s a n c e et la beaut. Et l o r s q u ' o n n'est pas assez r i c h e p o u r possder et entretenir un j a r d i n , on cueille les grandes h e r b e s des robustes talus les f e m m e s savent si bien les r e c o n n a t r e depuis tant d'annes ! A i n s i se prparent-elles i n f u s i o n s , d c o c t i o n s et l i n i m e n t s mystrieux en c o n v o q u a n t certains esprits clestes dans de longues i n v o c a t i o n s propitiatoires. Celles que l'on a taxes si l o n g t e m p s de sorcires , n etaient-elle pas, tout s i m p l e m e n t , des j a r d i n i res d'absolu, les confidentes attentives de la p l u i e et du vent ? Si elles ne possdaient pas de prestigieux traits d'hortuli, c o m m e il s'en recopiait dans n o m b r e de m o n a s t r e s p o u r dcrire la b o t a n i q u e mdicale, elles n'en connaissaient pas m o i n s de savantes recettes thrapeutiques et savaient les prparer. Passe dans l'usage courant, l'expression r e m d e de b o n n e f e m m e se voudrait, bien sr, trs pjorative, q u a n d on serait m i e u x inspir, au contraire, d'en respecter toute la porte e m p i r i q u e .

Le XXe sicleAu dbut du XXo sicle, le clbre Ren Gattefoss va renouveler l'aromathrapie. G r c e sa passion p o u r les chevaux et ses n o m b r e u s e s et tonnantes expriences, y c o m p r i s s u r l u i - m m e , il tablit les rgles prcises et s c i e n t i f i q u e s d'une a r o m a t h r a p i e m o d e r n e et responsable. Avec une g r a n d e probit, son lve, le professeur Sevelinge, p o u r s u i v r a s o n uvre et c o n f o r t e r a la pertinence de l ' a r o m a t h r a p i e dans les d o m a i n e s vtrinaires, phyto-sanitaires et en m d e c i n e h u m a i n e . Par la suite, le docteur V a l n c t r e n d r a p u b l i q u e s la plupart des travaux de son illustre prdcesseur dans des ouvrages q u i r e n c o n t r e r o n t un v i f succs auprs de ses lecteurs du m o n d e entier.

C h a p i t r e

2

Les techniques de l'aromathrapieLa cueilletteLa cueillette commence et s'achve dans la joie des parfums et des couleurs ; la fatigue de ce dur labeur participe, elle aussi, de la fte. Au dbut du sicle, les coupeurs, Italiens pour la plupart, venaient pour la saison et se faisaient embaucher de ferme en ferme. Aujourd'hui, cette tradition ne subsiste plus que dans les endroits retirs et dans certains domaines.Une technique de ramassage controverse Depuis les annes 80, on utilise une machine ramasser lavandes et lavandins qui, si elle les coupe plus rapidement, les endommage gravement. Les plantes ainsi rcoltes auront une vie de quatre cinq ans plus courte, le ramassage la main leur laissant une esprance de vie de huit dix ans (des plants bio de lavande fine ramasss la main peuvent atteindre de quinze dix-huit ans !).

Les plantes ramasses sont prsches directement dans les champs pendant deux ou trois jours, tales sur de grandes pices de toile et couvertes la nuit, avant de prendre le chemin de la distillerie.

La carte des armes Les trsors de la Provence quelque q u i n z e j o u r s prs, selon les r g i o n s et l'ensoleillement des adrets et des ubacs, les plantes a r o m a t i q u e s de Provence se rcoltent entre j u i n et juillet p o u r le t h y m , entre juillet et aot p o u r la lavande, les sarriette, sauge, hysope, o r i g a n et m a r j o laine. La menthe, le b a s i l i c et la verveine, avec deux coupes, sont rcolts de j u i n septembre.

Les plantes exotiquesLa cueillette des plantes a r o m a t i q u e s exotiques (cannelle, girofle, muscade, vtiver, gingembre, c i t r o n n e l l e , verveine exotique) se fait p l u s i e u r s fois p a r an en Indonsie, Ceylan, en Inde, au V i e t n a m et en C h i n e . M e r v e i l l e u x et d o u x a r m e de notre enfance, la v a n i l l e est une plante parasite (qui pousse et se n o u r r i t d ' u n e autre plante) et ne peut se d i s t i l l e r : il n'existe pas d'huile essentielle de vanille. On la trouve naturelle en bton, en p o u d r e ou encore en extrait de vanille, a p p e l l a t i o n n o r m a l e m e n t ddie un p r o d u i t naturel : la c e r t i f i c a t i o n b i o en assure la q u a l i t naturelle 3 .

Arme L'appellation arme correspond un produit de synthse destination de la parfumerie ou de l'alimentation.

Les fleursLes g r a n i u m s et les roses arrivent d'Orient, de M a d a g a s c a r ou de la R u n i o n . L'exceptionnelle essence de rose arrive toute distille de Bulgarie, o l'on peut survoler des centaines d'hectares de3. V o i r w w w . m a n v a n i . c o m .

culture, ce pays restant la rfrence en la matire. La qualit extrme de l'huile essentielle de rose de Bulgarie vaut toujours son pesant d'or ! Le Maroc et l'gypte commencent produire des roses, mais de qualit moindre.

Les agrumesLes agrumes (citron, citron vert, orange, pamplemousse), les mandarines et les bergamotes proviennent de Floride, de Californie, d'Espagne, du Portugal, du Maroc, d'gypte ou de Corse. Ils sont distills sur les lieux de production : les fruits pour les jus et les extraits secs, les zestes pour les essences et les extraits secs galement. Les huiles essentielles de petit grain (feuilles des arbres citrus) et de nroli (boutons de la Heur d'oranger), plus prcieuses et plus chres, sont distilles traditionnellement dans un alambic vapeur, contrairement aux agrumes dont on rcupre l'essence par expression mcanique.

Les graines et les semencesLa coriandre, le carvi et le cumin, graines odorantes, sont distills dans les pays slaves. Les semences de carottes sont importes et souvent distilles en France ainsi que la plupart des petites graines de semences transportables comme l'anis, le fenouil, l'aneth, etc.

Les boisEn Provence, l'hiver, on procde au ramassage et la distillation, aprs concassage, des aiguilles et des petites branches des bois : cdre, pin maritime et sylvestre, pin noir et pin baumier, cyprs et thuya, ainsi que des baies et petits bois de genivre et de cade. Au Canada, on distille les corces de bouleau, dans les Alpes le sapin, dans les Landes, en Provence et en Sibrie les pins.

Et encore...C a m o m i l l e r o m a i n e o u encore m a t r i c a i r e arrivent d e T o u r a i n e , de Suisse ou d'Allemagne. L ' A n g l e t e r r e p r o d u i t de grandes quantits et de n o m b r e u s e s varits de m e n t h e et de lavande anglaises, tout c o m m e les t a t s - U n i s . Les poivre et p i m e n t se distillent secs s u r les divers lieux de p r o d u c t i o n de l'Asie l ' A m r i q u e centrale ou du S u d . Le B r s i l et l ' U r u g u a y fournissent l'essence de bois de rose ( m a i n t e n a n t assujettie une reforestation obligatoire), de g i n g e m b r e et de certains agrumes. G r c e cc t o u r du m o n d e , nous p o u r r i o n s dresser une carte des odeurs - les douces, les corses, les ambres, les fruites -, et d c o u v r i r ainsi la secrte gographie des a r m e s des prcieuses essences naturelles.

La magie de la distillationN o u s l'avons dit, l'huile essentielle est le p r o d u i t noble rsultant de la distillation d'une plante a r o m a t i q u e (par exemple la sauge), d'une fleur (par exemple la rose), d'une semence (par exemple la carotte), d'un bois (le santal p a r exemple), d ' u n fruit (par exemple la bergamote), d'une baie (par exemple le genivre) ou encore d'une sve d'arbre (par exemple la trbenthine). L ' h u i l e essentielle est compose de terpnes, d'esters, de phnols, d'aldhydes, d ethers, d'oxydes, d'acides... L a f o r m u l e c h i m i q u e d'une essence dfinie varie q u e l q u e peu e n f o n c t i o n de l'anne, de la p r i o d e de m a t u r i t p o u r la cueillette, du t e r r o i r et de l'ensoleillement. Les c h m o t y p e s seront quelque peu diffrents, tout c o m m e se d i s t i n g u e n t les lments et les tanins de p l u s i e u r s v i n s d ' u n m m e c r u . La t e c h n i q u e de d i s t i l l a t i o n choisie, v a p e u r lente p a r exemple, et le savoir-faire du d i s t i l l a t e u r c o n c o u r e n t f a b r i q u e r u n e b o n n e h u i l e essentielle, tout c o m m e le b o u l a n g e r fait un b o n pain.

L'huile essentielle

huile essentielle, couramment appele essence , est un produit volatil et odorant. Son odeur est celle de la plante dont elle est extraite. L'odeur d'une plante constitue son identit , sa protection, son aura .

Il existe diffrentes mthodes pour capturer les essences, variant selon la nature de la partie de la plante distille (fleur, racine, corce, feuille ou baie) et selon les progrs des techniques de l'industrie du parfum. Pendant de nombreuses annes, les trois seules mthodes utilises furent la distillation pour les plantes entires, l'enfleurage pour les fleurs fragiles, comme le jasmin, la violette, la rose de niai ou le mimosa, et l'expression mcanique pour obtenir les essences d'agrumes. Pour l'usage aromathrapique, seules les nuiles essentielles obtenues par distillation la vapeur lente et expression mcanique satisfont aux normes strictes d'huiles essentielles aromatiques usage thrapeutique , certifies bio de surcrot, devenant la seule assurance d'un produit naturel.

La distillation la vapeur d'eauArchitecture de l'alambicD'usage courant partir de la fin du X V I I I e sicle, la distillation la vapeur d'eau utilise un alambic, dispositif sans lequel on ne saurait rien de l'me des plantes. Invention des Arabes, c'est lui que l'on doit d'avoir domestiqu le feu pour distiller les plantes et en recueillir les volatiles essences. L'alambic feu nu est le plus ancien : le chauffage au bois se faisait sous la cucurbite ; cependant, il n'tait pas facile d'en rgler la chaleur. La dure de la distillation peut varier considrablement d'une plante l'autre, mais soustraire d'une vapeur rebelle quelques larmes dont on recueillera le prcieux du cur est toujours une opration dlicate. Chaudire, col-de-cygne et cuve ont ce pouvoir d'apprivoiser l'invisible pour nous en restituer toute la magie.

Systme d'alambic feu nu

Mode d'emploi Fleurs, plantes ou parlies de la plante sont places par centaines de kilos ou par tonnes dans le bac en cuivre. Cette chaudire s'appelle aussi la cucurbite . Le chauffage cre, par bullition, une vapeur lente qui se charge au passage des essences de la plante dont elle a fait clater les sacs aromatiques . La vapeur odorante passe dans le chapiteau ou tte d'alambic, dans le col-de-cygne, puis dans le serpentin du rfrigrant ou du refroidisseur. E l l e se condense et redevient liquide. Ce liquide prcieux est recueilli au robinet dans un essencier, encore appel vase florentin . De densit diffrente, les deux substances vont se sparer naturellement. Plus lgre que l'eau, l'essence reste en surface tandis que s'coulent par la partie basse ce que l'on appelle les petites eaux . La cohobation ou cohobage consiste faire passer plusieurs fois par un siphon reli la cucurbite ces eaux florales sur les plantes p o u r obtenir des eaux plus parfumes : eau de rose, eau de fleur d'oranger... L'essence, elle, est dcante puis filtre. E l l e peut aussi tre affine grce un uf de rectification. L'essence prcieuse est conserve l'abri de la chaleur, de la lumire et de l'air et sera transporte dans des bouteilles protges

de paille ou des rcipients hermtiques en cuivre, en fer ou en inox, appels estagnons, ferms par un bouchon de lige scell la cire. D'autre part, contenant des micro particules d'huiles essentielles en suspension, l'eau de distillation est soigneusement mise dans d'autres fts. Selon sa qualit, on l'appelle une eau florale , un hydrolat ou, comme je l'ai baptis, un hydrosol , qui correspond aux vingt premiers litres de distillation l'eau de - urce avec des plantes sauvages ou de culture biologique, contenant des micro particules d'huile essentielle. Les fins de distillation ne contiennent plus que quelques millimes d'essence en suspension. Ces eaux distilles aromatises de tte de distillation partiront vers les laboratoires pour tre transformes en produits de beaut ou encore en boissons aromatises. Si toutes les plantes peuvent se distiller, elles ne gnrent pas toutes une huile essentielle : seules les plantes forte teneur en principes aromatiques donneront des huiles essentielles, soit toutes les plantes aromatiques culinaires et certaines fleurs odorantes. L'hydrolat (eau qui a servit la distillation) peut tre utilis mme lorsqu'il n'y a pas de production d'essence, comme pour les hydrolats de champignon, de buis, de gui, de tilleul, de bleuet ou d'achille millefcuille.Un procd prenne En Provence, lavande, Lavandin, sauge officinale et sclare, cleri, carotte, menthe, verveine officinale, cyprs, cdre, pin, origan, marjolaine, camomille, thuya sont encore distills la vapeur comme autrefois.

L'expression mcaniqueCe traitement particulier concerne uniquement les citrus ou agrumes. La pulpe est extraite, puis le zeste est humect et press. On recueille l'eau et l'essence qui seront spares par diffrence de densit la fin d'une dcantation froid.

L'enfleurageCe procd est destin spcialement l'extraction d'essence de fleurs fragiles (il vite de trop chauffer les fleurs). Celles-ci sont

tales sur des chssis enduits de graisse a n i m a l e i n o d o r e (porc et buf) et renouveles tous les trois ou quatre j o u r s , j u s q u ' saturation. Les graisses, satures de substances odorantes, sont traites l'alcool, e n t r a n a n t le p a r f u m sans les graisses. Cette o p r a t i o n s'appelle 1' p u i s e m e n t . Ce procd est encore utilis p a r les quatre c i n q u i m e s des m a i s o n s q u i s o u h a i t e n t a v o i r les curs de certaines fleurs c o m m e le j a s m i n , la tubreuse, la fleur d'oranger, le narcisse, la j o n q u i l l e , la violette.

ExtractionCe procd, m i s au point dans la seconde m o i t i du XVe sicle, consiste traiter la matire p r e m i r e p a r un solvant (hexane ou benzne). Les fleurs sont laves p l u s i e u r s fois dans un extracteur, le solvant satur est dcant ( a b a n d o n des impurets), puis concentr p a r d i s t i l l a t i o n partielle. O n r e c u e i l l e l e p r e m i e r prod u i t p a r f u m appel concrte . Le solvant rcupr, quelque p e u charg en matires odorantes, sera rutilis dans un proc h a i n lavage. E n s u i t e , la concrte mlange de l'alcool sera brasse, filtre, glace ( - 1 2 - 1 5 C), p u i s n o u v e a u filtre p o u r sparer les cires vgtales insolubles. U n e u l t i m e concentration, sous p r e s s i o n rduite, p e r m e t t r a d ' o b t e n i r l'essence pure dite absolue .

Autres procdsEn dehors de ces quatre procds, l ' i n d u s t r i e de la d i s t i l l a t i o n c o n n a t trois autres traitements spcifiques des essences : La p u r i f i c a t i o n : d i s t i l l a t i o n des parties lgres. La d t e r p n a t i o n : l i m i n a t i o n des terpenes. Le f r a c t i o n n e m e n t : i s o l a t i o n d ' u n c o n s t i t u a n t ou i solat .

Un grand cru...Savez-vous que, tout comme le raisin d'une mme rgion et appellation donne des crus diffrents, les huiles essentielles d'une mme appellation donnent aussi des crus diffrents : odeur, arme, composition des lments, etc. ? Les huiles essentielles d'un mme terroir seront galement diffrentes selon le coup de patte du distillateur, son savoir-faire, ses alambics (temprature et pression, temps de distillation, etc.). Le fait d'employer une culture chimique, biologique ou des plantes sauvages apporte des diffrences sur une mme appellation et nous savons encore que les plantes ont besoin d'tre aimes, cueillies au bon moment la main, plutt que tortures par une arracheuse .

La culture biologiqueUne culture respectueuse de la vieCulture respectueuse de la vie, la culture biologique n'utilise aucun engrais chimique, ni insecticide ou parasiticide d'aucune sorte. Seuls les amendements marins, vgtaux (parmi lesquels les engrais verts faits de luzerne, de pourpier et de fenugrec) ou minraux, sont autoriss. Du reste, les huiles essentielles sont parfois utilises dans la culture biologique : ainsi l'huile essentielle d'ail est un anti-parasitaire raison d'une goutte pour cent litres d'eau d'arrosage, et l'hydrosol de tanaisie en pulvrisation vient bout des cicadelles.

Les garanties de la culture bioLes labelsDes organismes dfinissent des cahiers des charges trs stricts : leur respect donne droit l'obtention d'un label contrl par les organismes certificateurs cocert et Qualit Fiance en ce qui concerne les cosmtiques bio en France. La certification AB, produits issus de l'agriculture biologique, concerne le domaine alimentaire en Europe.

Le respect de la natureLes avantages de la culture biologique sont vidents et n o m breux : cesser de p o l l u e r la terre, b a n n i r les rsidus c h i m i q u e s des fruits, des lgumes, des plantes et des arbres, viter de polluer les nappes phratiques tout en maintenant naturellement l'quilibre des sols afin que les enfants v e n i r puissent toujours c o n s o m m e r une fraise au got i n i m i t a b l e de... fraise, ou un pain de crales digne de ce nom. La culture en b i o d y n a m i e est une culture biologique q ui tient galement compte de l'astrologie et des cycles lunaires p o u r les plantations et les cueillettes, selon les p r i n c i p e s de l'cole R u d o l f Steiner du G o e t h e a n u m (Suisse). S o n label se n o m m e Demeter.

La santEn plus du respect des gots authentiques et du privilge de nous proposer des produits de qualit, l'agriculture biologique contribue l'panouissement de notre sant. Connaissons-nous vraiment les interactions et les inconvnients de tous les produits chimiques d'une alimentation standardise que la grande distribution nous impose ? Quelques derniers exemples retentissants concernant la viande et le poisson nous amnent rflchir et favorisent la sensibilisation d'une grande partie des consommateurs aux indniables vertus d'une agriculture biologique. Haro sur les produits c h i m i q u e s !Savez-vous que la moyenne nationale par personne et par an en Europe est de 4,8 kg de produits chimiques ingrs ? Comment est-ce possible ? Cela s'explique par les pesticides et les engrais utiliss dans les cultures et l'alimentation animale, conservateurs, agents de texture, colorants alimentaires, modificateurs de got, mdicaments, produits de beaut, etc. Savezvous que les scientifiques amricains avouent que la cause premire des cancers du sein chez la femme serait l'utilisation intempestive de dodorants corporels ?

P a r t i e

I I

Les huiles essentielles

Chapitre

3

Tout savoir sur Les huiles essentielles et les hydrosols4

En aromathrapie, n o u s choisissons des essences naturelles cultives et distilles avec soin. Elles seules peuvent apporter les rsultats escompts. De mme, nous prfrons l'essence entire, non dterpne. En effet, la dterpnation (le fait d'enlever les terpnes) modifie la synergie de l'essence. N o u s parlerons toujours des actions et des bienfaits des huiles essentielles c o n d i t i o n qu'elles soient obtenues p a r distillation la vapeur d'eau ou p a r expression mcanique de plantes ou de fruits non surchauffs. Ces huiles essentielles sont videmment n o n coupes et n o n reconstitues synthtiquement.

La qualit des huiles essentiellesLes chmotypesL'origine de la plante distille est prcieuse car elle donne, avec son c r u , ses proprits. En effet, la proportion des constituants peut sensiblement varier d ' u n terroir l'autre. Les thrapeutes utilisant l'aromatogramme prfreront des huiles essentielles chmotypes.4. V o i r la definition des hydrosols page 307.

La partie distille de la plante donne une autre i n d i c a t i o n prpondrante ; p o u r la cannelle par exemple, la p r o p o r t i o n de certains constituants varie fortement entre la cannelle corces et la cannelle feuilles. M m e chose p o u r le girolle clou ou le girofle feuilles...

Les caractres organoleptiquesB i e n que m o i n s rigoureux, les caractres organoleptiques sont des paramtres intressants dans l'exigence de la qualit des huiles essentielles. La couleur, dfinie la sortie de l'alambic, se m o d i f i e cependant avec l'oxydation et le vieillissement : la sarriette d'un b e a u rouge s o m b r e devient noirtre, la c a m o m i l l e m a t r i c a i r e d'un beau bleu indigo devient bruntre, etc. L'odeur et la saveur ne peuvent tre juges que p a r un n e z connaisseur.

Les opalescencesLes opalescences dnotent c o u p s r la f a l s i f i c a t i o n des huiles essentielles, except p o u r les opalescences n o r m a l e s du litsea cubeba, du p a t c h o u l i , de l ' a m y r i s et du santal, provoques p a r le fer en suspension. La lavande peut m o n t r e r u n e opalescence la fin de la d i s t i l l a t i o n : les particules d'eau en s u s p e n s i o n en sont la cause. On s u p p r i m e cette opalescence en filtrant au sulfate de soude (en industriel), et en refiltrant p l u s i e u r s fois. L'autre m o y e n d'viter les opalescences d a n s la l a v a n d e est de d i s t i l l e r les plantes mi-sches et n o n fraches.

Les mesures physiques et chimiquesLes m e s u r e s physiques c o m p l t e n t la m e s u r e des caractres organoleptique s : ce sont essentiellement le p o u v o i r rotatoire, la densit, l'indice de r f r a c t i o n et la s o l u b i l i t dans l'alcool thylique. - Les analyses c h i m i q u e s telles que les indices d'ester et d'acide, les dosages de terpnes, p h n o l s , cnols, etc. c o m p l t e n t les analyses physiques.

Depuis le XIXe sicle, l'industrie de la parfumerie en pleine expansion et la mise au point des analyses chromatographiques ont apport des lments nouveaux aux fabricants distillateurs. Pour s'assurer de la qualit des huiles essentielles, il est possible actuellement de recourir diffrents tests : l'analyse biolectronique, la chromatographic en phase gazeuse ou liquide, la cliromatograhie capillaire, molculaire (R.M.N.), les analyses en couches, la radiesthsie. Ces analyses permettent de dceler des falsifications, tout comme un nez peut galement le faire d'une manire empirique mais sre. Mesures physico-chimiques, caractristiques organoleptiques, analyses bio-lectroniques, Chromatographie, spectographie de masse el radiesthsie sont des facteurs utiliss dans la dfinition de la qualit des huiles essentielles. Sur simple demande votre fournisseur, un grand nombre de ces caractres peuvent vous tre fournis, moyennant une participation financire, le cot de certaines analyses tant lev.

O trouver ses huiles essentielles ?Sans entrer plus avant dans des dtails relevant plus du travail d'un biologiste, il est important de rechercher des huiles essentielles de bonne qualit. Vous les trouverez dans les pharmacies spcialises et les magasins de dittique cle bonne rputation. Les essences trouves dans les boutiques de gadgets ou d'objets exotiques ne peuvent en aucun cas tre consommes pour un usage thrapeutique. Synthtiques, elles sont destines la fabrication de parfums. Elles sont souvent vendues dans des flacons transparents. Qui vend une huile essentielle de qualit peut et souhaite vous donner le maximum d'indications, de caractres et de garanties sur son origine. Qui vend une essence de synthse ne s'empi esse pas de vous fournir des lments de qualit qu'il ne saurait obtenir.

La conservation des huiles essentielles L'huile essentielleL ' h u i l e essentielle se conserve p a r f a i t e m e n t quelques annes l'abri de la c h a l e u r et de la l u m i r e . P o u r preuve, on a retrouv des essences dans des doubles jarres en terre cuite dans les p y r a m i d e s d'gypte. Des flacons de verre teint sont ncessaires la b o n n e conservation des huiles essentielles. Si aprs un ou deux ans, on n'utilise plus les huiles essentielles en traitement interne, elles peuvent sans i n c o n v n i e n t a l i m e n t e r les d i f f u s e u r s d'armes. P o r t o n s une a t t e n t i o n p a r t i c u l i r e aux huiles essentielles d ' a g r u m e s q u i s'oxydent plus r a p i d e m e n t que les huiles essentielles de plantes aromatiques.

L'hydrosolL ' h y d r o s o l est p l u s fragile que l ' h u i l e essentielle et ne se conserve que q u e l q u e s m o i s sans s'altrer. U n dpt s e m b l a b l e des p o u s s i r e s en s u s p e n s i o n (pin) ou u n e m r e de v i n a i g r e (sauge, cdre) peut a p p a r a t r e r a p i d e m e n t . U n s i m p l e filtre e n p a p i e r peut nettoyer l ' h y d r o s o l . P o u r tre c o n s o m m a b l e , s o n o d e u r ne doit pas tre altre. L o r s q u ' u n e f e r m e n t a t i o n se cre, p r o v e n a n t d ' u n e c o n s e r v a t i o n i n a d q u a t e (chaleur, l u m i r e , ge), le p r o d u i t est d t r i o r et, p a r c o n s q u e n t , i n u t i lisable. L ' h y d r o s o l se conserve dans des flacons de verre teint ou opaque, l'abri de la c h a l e u r et de la l u m i r e , en m o y e n n e trois d o u z e m o i s aprs sa distillation.

Les proprits des huiles essentiellesLes huiles essentielles sont toutes : antiseptiques (antimicrobiennes et anti-infectieuses) ; dsintoxicantes (solvantes, dfloculantes et monctorielles) ; revitalisantes (supports d'nergie vitale et rgulatrices du systme nerveux et des glandes hormonales) ; lectives (intelligentes, aimantes par l'organe dficient ou la fonction affaiblie un moment donn). Elles ont chacune des proprits spcifiques : - calmante ; anti-douleurs ; tonique ; circulatoire ; - anti-fatigue ; respiratoire ; - digestive ; rgnratrice de la peau ; amincissante ; carminative ; molliente ; - adoucissante ; rafrachissante ; rchauffante. Les huiles essentielles ne sont pas des huiles grasses, leurs composants volatils ne tachent pas le papier. La subtilit de leur action, leur rapidit et leur puissance d'effet, l'tendue du champ thrapeutique contrl et, surtout, leurs actions nergtiques, lectromagntiques et vibratoires sont autant de paramtres actifs et tonnants qui font la particularit des huiles essentielles. Il n'existe pas d'accoutumance leur emploi, elles gardent toujours les mmes effets, les rsultats demeurent constants et ne

s'amenuisent pas avec le temps, s a u f p o u r les huiles essentielles d'agrumes que l ' o n c h o i s i r a p a r scurit de d i s t i l l a t i o n rcente (de 12 18 m o i s m a x i m u m ) .

Super actionConcentrs de p r i n c i p e s actifs, les huiles essentielles permettent, en thrapie, des actions m u l t i p l e s et rapides. Les concentrs de plantes en jus, a l c o o l a l u r e s et infusions n'ont pas la puissance d'action des huiles essentielles. Les proprits d'une plante en i n f u s i o n , d c o c t i o n , en p o u d r e ou en concentrt, en extrait sec, en m a c r a t i o n a l c o o l i q u e ou huileuse, ne sont pas f o r c m e n t les m m e s q u e celles des huiles essentielles des plantes correspondantes. Le c i t r o n en est un b o n e x e m p l e : le jus, l'alcoolalure, la p o u d r e sche et l'huile essentielle d o n n e n t quatre p r o d u i t s aux p r o p r i t s diffrentes. La varit de la plante et la partie distille d o n n e n t galement des p r i n c i p e s aromatiques, avec des p r o p r i t s peut-tre voisines, m a i s pas identiques : p a r exemple, la p l a n t e de g r a n i u m R o b e r t (que l'on ne distille plus d e p u i s c i n q u a n t e ans) aurait des proprits a n t i d i a b t i q u e s notoires, alors q u e l'huile essentielle de g r a n i u m b o u r b o n ou rosat ne possde pas. Quant la rapidit d'action des huiles essentielles, trois six semaines suffisent en gnral p o u r rtablir un terrain dsquilibr dans les affections relevant d'un traitement aromatique.

lectivitL electivit est un p h n o m n e u n i q u e dans le d o m a i n e de la thrapie naturelle : applique s u r un endroit du corps, une h u i l e essentielle est attire p a r la partie du corps, l'organe m o m e n t a nment dficient ou la f o n c t i o n affaiblie ! Cette capacit exceptionnelle d'tre c o m m e aimante est une proprit spcifique de l'huile essentielle.

PuissanceLes huiles essentielles ne sont pas une panace, mais clans 90 % des cas, dans les cinq dix premiers jours du traitement, elles permettent une amlioration notable en augmentant l'nergie vitale. Dans tous les cas, le traitement sera complt par une hygine de vie saine, selon les principes de la naturopathic fondamentale.

Action physico-chimiqueOn note d'tonnants rsultats sur toutes les maladies traites par les huiles essentielles lorsque le pH sanguin du patient est alcalin, le Rh2 correspond une solution oxydante, et la resistivit faible.

Action sur l'nergie vitalePar induction (comme dans un systme lectrique), 1' action vibratoire de chaque huile essentielle relance les vibrations internes, revitalise et bouscule l'ensemble des cellules constituant le corps humain, soit les soixante milliards de petits moteurs lectriques cellulaires, quel que soit le mode d'absorption (respiration, friction ou traitement interne). L'aromathrapie se situe aux premires places des mdecines dites de terrain puisqu'elle agit directement en augmentant la force vitale, permettant ainsi le renforcement des immunits naturelles et la possibilit d'auto-gurison.

Action sur le corps nergtiqueEffluves subtils, thriques et volatils, les huiles essentielles sont en accord parfait, par analogie, avec les corps subtils et thriques. Elles peuvent prvenir la manifestation d'une perturbation d'origine nergtique, stopper son volution et/ou sa transformation en maladie physique. Avant mme d'obtenir des rsultats

bienfaisants s u r le corps physique, l'huile essentielle agit positivement sur les corps nergtiques. Ces mesures se font avec un appareil effet K i r l i a n , un appareil de m e s u r e de l'aura, ou encore une rgle de Kras.

Comment utiliser les huiles essentielles ?La synergie des huilesLes mlanges d'huiles essentielles en synergie augmentent leurs bienfaits p a r r a p p o r t une i n d i c a t i o n prcise.

Synergie La synergie est l'association de plusieurs facteurs dont l'action coordonne concourt un mme but.

Le potentiel thrapeutique de tout p r o d u i t est renforc par la synergie. Celle-ci est la source de proprits supplmentaires auxquelles la s i m p l e a d d i t i o n de plusieurs lments ne peut prtendre. Les huiles essentielles utilises en synergie crent d o n c un nouveau produit aux proprits diffrentes, voire dcuples, et p o u r lequel les possibilits thrapeutiques s'avrent meilleures, plus slectives et plus efficaces. P o u r nous rsumer, la synergie quivaudrait tablir que 1 + 1 = 3 .

Le respect des dosesIl faut insister s u r l ' i m p o r t a n c e de doses faibles, de cures c o u r tes, et des huiles essentielles diffrentes lors d ' u n m m e traitement. Les huiles essentielles c o m b a t t e n t r a p i d e m e n t le m a l et, dans le m m e temps, elles m o d i f i e n t le terrain. L'effet de Plateau (du n o m de la personne l'ayant m i s en vidence) est la

rponse physiologique une mdication donne (avec des doses prcises) qui apporteront des rsultats proportionnels jusqu' un seuil dfini. Lorsque la close prescrite est dpasse ou que le Traitement est prolong, les rsultats jusqu'alors proportionnels peuvent s'inverser (l'huile essentielle de marjolaine est calmante mais, forte dose, elle devient pileptisante) ; l'effet obtenu peut mme tre l'oppos de celui recherch. Dans tous mes ouvrages d'aromathrapie, je prviens des graves dangers d'une utilisation l'aveuglette des huiles essentielles et des effets nocifs de doses trop importantes. Il faut respecter ies doses conseilles pour les indications des cas pathologiques donns ou les indications prventives conseilles. En rsum, des doses faibles pendant des cures courtes avec un changement et un ajustement judicieux des huiles essentielles au cours du traitement donnent toujours de bons rsultats thrapeutiques. Pour nos amis les chats, les chiens et les chevaux, on utilise les huiles essentielles et les hydrosols. Leurs effets sont identiques pour eux comme pour nous, seules les doses changent suivant le poids de l'animal. C'est l'aromathrapie vtrinaire3 .

5.

Voir mon

l i v r e Aromathrapie vtrinaire,

ditions

5

ml.

Bibliothque Principale Ville de M n s C.C.J. Jemappes

Chapitre

4

Les principaux problmesLa force qui nous a crs el nous fait vivre peut nous gurir.

Adage de gurisseurs brsiliens.

T a b l e a u d'entres p a r maladiesMaladies H u i l e s essentielles correspondantes G i r o f l e . Voir Dents.

Abcs denta i re Accouchement (faci li 1er) Acn

Verveine infusion + Sauge huile essentielle.

C i t r o n . Sassafras. Eucalyptus. Lavande. Genivre. Cdre. Voir Peau et Cajeput. Carvi. Muscade.

Arophagie A isselles Allergie (transpiration )

Coriandre.

Cumin.

Voir les antisudorales. C a m o m i l l e . Cdre. Bois de rose. Lavande. Diffusion clans l'atmosphre. Voir Cheveux. Voir les huiles amincissantes. Persil. C i t r o n . Muscade. Cyprs. Sauge.

Alopcie Amaigrissement Amnorrhe

Granium. Amincissement AmpoulesVoir les amincissantes. L a v a n d e . Gra nium. 59

Partie

II

Les huiles essentielles

Maladies

Huiles essentielles correspondantes Citron. C i t r o n . Sarriette. O r i g a n .

Anmie Angine

Granium. Angoisse, anxit

Camomille.

Basilic + Marjolaine. V o i r les huiles anti-dpressives et Lavande.

Apie Aillirose, Asthnie Asthme arthrite

C i t r o n . Sarriette. V o i r les antirhumatismales. V o i r Fatigue. H y s o p e . Lavande. Camomille. Eucalyptus. Origan. Recettes Hysope et Cajeput. V o i r Arophagie, les digestives. Santal. Lavande. Hysope. Niaouli. Cajeput. Cdre. V o i r les respiratoires.

Cajeput.

Ballonnements Blennorragie Blessures Bronchite

Thuya.

Sarriette.

Origan.

Brlures Calculs Urin a i res Biliaires Cancer Candida Caries Cellulite (prvention) albicans dentaires

L a v a n d e + G r a n i u m . Rose. Genivre.

Niaouli. Romarin.

Citron.

Santal. Gaulthrie.

Ylang-yUmg. Lemongrass. Romarin.

Genivre. Santal. C i t r o n . O i g n o n . Rose. Sarriette. V o i r Mycoses. Girolle.

Lavande.

B o u l e a u . Genivre. G a u l t h r i e . Cyprs. Origan. Lavande. Romarin. V o i r Maux de tte. Recettes Sauge et Cdre.

Cphales Cheveux Chute Renforcement Gras

Lavande + Sauge + Thym. Ylang-ylang. Cdre.

L a v a n d e + Sauge + T h y m + C d r e .

Les principaux problmes

chapitre 4

Cholra Cholestrol (excs de)

Menthe. Origan. T h y m . Romarin + Granium. Lavande. Granium.

Cicatrisant Circulation

Romarin.

Niaouli.

Citron. Cyprs. Sauge. V o i r les c i r c u l a t o i r e s .

Cirrhose Colibacillose

Origan. Romarin. O r i g a n . R e c e t t e Origan. N 1 de l ' a r o m a t o g r a m m e .

Coliques Colite

Cannelle.

Can i. Carvi.

Bergamote. Lavande.

Orange. Marjolaine.

Camomille. Voir

Carvi.

Colites Comdons

spasmodiques

Cannelle + Camomille. Citron.

Sassafras.

Genivre.

Conjonctivite Constipation

C i t r o n en jus. V o i r r e c e t t e Citron. Des p l a n t e s , u n e a l i m e n t a t i o n q u i l i b r e , m a i s pas d ' h u i l e s essentielles s p c i f i q u e s contre la constipation.

Coryza Couperose Coups Coups Coupures Courbatures Crevasses Cystite Dartres Dentition Dents Dpression (douleur) (infections) nerveuse de soleil

V o i r r h u m e de cerveau. C y p r s . B o i s de rose. Rose. Lavande. Granium. Menthe. Voir Hmatome. Lavande. V o i r Blessures. Romarin.

Trbenthine.

L a v a n d e + C i t r o n . Bois de rose. C a j e p u t . Santal. Citron.

Uivande.

Pin.

Granium.

Des e n f a n t s : C a m o m i l l e . Girofle. V o i r recette G i r o l l e . Basilic + Marjolaine. V o i r les a n t i - d p r e s s i v e s .

Maladies

H u i l e s essentielles correspondantes V o i r Peau. Genivre, Eucalyptus, C i t r o n + Granium Robert en plante.

Dermatoses Diabte Diarrhe Digestion Douleurs Dysmnorrhe Dyspepsie Ecchymose chauffement Eczma musculaire (Dysenterie)

Cannelle. C'a ivi. V o i r les digestives.

Muscade.

V o i r les a n t a l g i q u e s . Sauge. Cyprs.

Estragon.

Camomille.

V o i r les digestives. Lavande.

Granium.

V o i r Hysope.

R o m a r i n . Trbenthine. Rose. Santal.

Bouleau. Genivre

Santal.

Lavande. Granium. Cdre. Niaouli.

Embonpoint Engelures Enterocolite Entorse (foulure)

V o i r les a m i n c i s s a n t e s . Lavande + C i t r o n (en jus). Lavande. Carvi.

Camomille.

R o m a r i n . Genivre + C a t a p l a s m e d'argile. V o i r les a n t i s e p t i q u e s , les a n t i b i o t i q u e s (essentiellement e n d i f f u s i o n dans l'atmosphre). Basilic.

pidi 11 ies

(prvet ition)

Epilepsie Escarres Excitation Fatigue

Cajeput.

Camomille.

V o i r recettes Lavande. Pin. V o i r les c a l m a n t e s . L a fatigue, o u p u i s e m e n t des nergies vitales, ncessite u n e r e s t r u c t u r a t i o n de l'hygine de vie : l i r e les dix rgles d'or. Citron. G r a n i u m . Romarin. Origan. Coriandre. R o m a r i n . C o r i a n d r e . Origan. Basilic + Marjolaine. Lavande. Coriandre. Girolle. Muscade. Romarin. Sarriette. Cannelle. Gingembre. Muscade. Coriandre. Romarin. Santal. Ylang-ylang. Verveine en d i f f u s i o n ou h a r m o n i e . V o i r les anti-dpressives. Romarin + Genivre. Trbenthine.

Gnrale Physique Nerveuse Intellectuelle Sexuelle Morale Musculaire

Les principaux problmes

Chapitre 4

Fermentations

intestinales

V o i r les d i g e s t i v e s e t les a n t i s e p t i q u e s i n t e s t i n a u x . C a r v i o x y g n a n t i n t e s t i n a l n1.

Fivre Fivre Flau Foie Frigidit Furoncles Gale Gencives Raffermissement Gingivite Inflammation Gerures Gou