academia, researchgate… : atouts et enjeux des réseaux sociaux académiques

of 94/94
ACADEMIA, RESEARCHGATE... ATOUTS ET ENJEUX DES RÉSEAUX SOCIAUX ACADÉMIQUES A. Bouchard, 06/03/2017

Post on 10-Jan-2017

18.890 views

Category:

Education

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

Prsentation PowerPoint

Academia, ResearchGate... atouts et enjeux des rseaux sociaux acadmiques

A. Bouchard, 06/03/2017

1

Projet de loi pour une Rpublique numrique

Larticle 17, au cur du dispositif quil nous revient dexaminer, traite de lopen access des publications scientifiques. La production des connaissances scientifiques ncessite dintenses changes au sein des communauts de chercheurs et un accs aux publications. cet gard, Internet et le dveloppement de rseaux sociaux scientifiques ont eu un impact considrable sur la science en permettant la fois une diffusion trs rapide des connaissances dans tous les pays et des recherches bibliographiques faciles avec un accs instantan aux articles dun chercheur ou dun sujet donn.

Examen en commission, 5/04/2016 - Colette Melot, rapporteure pour avis

Rfrence : http://www.senat.fr/rap/a15-525/a15-5253.html2

PLANRepresPrsentation de quelques outilsRseaux sociaux et visibilit du chercheurPublication scientifique et rseaux sociauxEnjeux acadmiques prsents et venir

visibilit du chercheur vs. visibilit de son activit (publications)enjeux plus larges (science, institutions)3

PLANRepresPrsentation de quelques outilsRseaux sociaux et visibilit du chercheurPublication scientifique et rseaux sociauxEnjeux acadmiques prsents et venir

- Rseaux sociaux : dfinition(s)- tat des lieux (monde acadmique)4

Publish or Perish

Be visible or Vanish

Contexte acadmique : produire vite et bienchiffres : + 2,5 M. darticles scientifiques publis (+ 3 % /an, cf. http://publishers.org/sites/default/files/uploads/infographic_scholarly_publishing_process_7.25.2016.pdf) et + 5 M. de drafts soumis des diteurs ; 7 millions de chercheurs au niveau mondial ?comptition et concurrence entre les structures de recherche (postes, projets et cooptation (ANR), classements (Sangha), valuation (CNU pour les chercheurs individuellement, HCERES pour les structures)dveloppement de la prcarisation des jeunes chercheurs/post-doc, notamment en SHS (changement daffiliation) ncessit non plus seulement de production (Publish or Perish) mais de visibilit (Be visible or Vanish) : se faire connatre devient crucial ; Pour un exemple : article Wikipdia Academic visibility (https://en.wikipedia.org/wiki/Academic_visibility)se protger contre les fraudes , favorises par le tout numrique (paternit et horodatage des dcouvertes/plagiat)

une injonction la visibilit, pour le chercheur, les diteurs et pour la science en gnralncessit de se construire une rputation, parfois associe des outils mtriques

5

WANTED

Looking for

Laurent Jgou

Googlisation croissante des profils de candidats (prise de renseignements, vrification de candidatures, recherche de projets et de collaborations)Existence dj de traces professionnelles (page de laboratoire, liste de participants un colloque, site theses.fr ou bases de donnes bibliographiques)tre visible sur internet (e-reputation)- pas de vide lors dune requte sur son nom : tre trouv facilement et de manire univoque (limiter lhomonymie), avec des informations jour- assurer un bon rfrencement sur les moteurs de recherche tout en faisant descendre les mauvais rsultats dans la liste de rsultats du moteur, et tre notamment mieux visible sur les outils acadmiques (ex. : Google Scholar)- crer une identit numrique positive : ce quon a envie de montrer de soi (personal branding) important pour les doctorants qui nont pas encore beaucoup de publications scientifiques leur actif

Usages possibles des rseaux sociaux- valorisation du travail (visibilit professionnelle et sollicitations), sous toutes ses formes (veille, publications scientifiques, organisation de colloques)- dveloppement dun rseau personnel virtuel (contacts, informations et changes)- prparation dune recherche demploi (carnet dadresse)

Intrts des rseaux sociaux, notamment pour le jeune chercheur- trs bien rfrencs sur les moteurs de recherche et faciles utiliser- pallient les manques de nombre de pages institutionnelles (mise jour complique, site vieillot), tout en fournissant une page personnelle pouvant suivre le jeune chercheur au gr de ses affiliations- diversit de loffre existante permettant de disposer de services au plus prs des besoins de chacun

une construction dont on peut tre acteur (mise en valeur de ce quon veut au dtriment de ce que lon ne veut pas cf. The best place to hide a dead body is page 2 of Google search results)

6

open accessopen sciencefree access

Vers une science plus ouverte- des volutions techniques mais aussi culturelles- dveloppement et diversification de la communication scientifique numrique (science 2.0 issue du web 2.0 dit web social) et ouverte (open science, open access), commencer par les pratiques de partage dans la communaut scientifique, cf. archives ouvertes, sites personnels, etc.- lieux de publication : archives ouvertes, mdias sociaux- formes de publication : articles, supports dinterventions, donnes de la recherche, rsultats ngatifs, posters, logiciels, fichiers multimdia- formes dchanges : valuation par les pairs post-publication, commentaires, co-construction du savoir- publics : pairs, entreprises, dcideurs, journalistes, ONG, grand public cf. diversification de la communication des organismes de recherche selon les outils utiliss et science participative- indpendamment des moyens financiersfacilits par des outils numriques souvent faciles daccs, gratuits et assez ergonomiques, bien indexs par les moteurs de recherche et/ou fonctionnement sur le principe de la viralit de linformation (abonnements, suggestions automatiques)

vers une recherche dcloisonne, transdisciplinaire, plus ouverte et plus rapide

7

Rfrence : Universiteit Utrecht. Innovations in Scholarly Communication. The Changing Research Workflow. 2015. [en ligne]. Disponible sur : https://101innovations.wordpress.com

Multiplication des outils pour communiquer (outreach, i.e. rayonnement, porte)

8

Rseaux sociaux ?

Rseaux sociaux : - dfinition : - Nous dfinissons les sites de rseau social comme des services en ligne permettant aux individus de se construire un profil public ou semi-public dans un systme limit, dtablir une liste dautres utilisateurs avec qui ils ont un lien, de voir et de croiser leurs listes de liens (connections) avec celles dautres personnes dans leur systme. La nature et la nomenclature de ces liens peut varier selon les sites (Danah Boyd et Nicole Ellison. Social network sites : Definition, history, and scholarship. Journal of Computer-Mediated Communication, 13(1), article 11, 2007. [en ligne]. Disponible sur : http://jcmc.indiana.edu/vol13/issue1/boyd.ellison.html). - any online community of scientists (Comprendia, http://comprendia.com/2012/03/12/what-is-a-scientific-social-network-6-examples/) ; - frontires parfois floues entre des types doutils de rseautage gomtrie variable : des communauts permettent de partager du contenu et de travailler de faon collaborative (vrais rseaux sociaux de type Facebook), et, inversement, les plateformes de partage, moins centres sur le profil mais plus sur le contenu, permettent de crer des communauts principe de la science 2.0, lapplication des principes du web 2.0/social/collaboratif au domaine de la recherche- chronologie :- apparition la fin des annes 1990 : premiers rseaux grand public (Facebook : 2004/2006)- dveloppement partir du dveloppement du web 2.0 : 2003-2004 : rseaux sociaux professionnels2008 : rseaux sociaux acadmiques (avec des services spcifiques pour les chercheurs) ; dveloppement fort (notamment dans les pays mergents), notamment parce que gratuits et permettent une meilleure visibilit - terme : terme pas totalement arrt : rseaux sociaux acadmiques ; rseaux sociaux scientifiques ; rseaux sociaux de chercheurs ; rseaux sociaux pour chercheurs ; rseaux sociaux de recherche ; academic social networks ; academic social networking sites ; scientific social networks ou social scientific networks (SSN) ; social networks for researchintrt : small world phenomenon : favoriser les connections ; les relations sont productrices de ressources (capital social) interconnaissance et interreconnaissance

9

tat des lieux - monde acadmique, Francetude Arces, 2015tude Sircome, 2016

tablissements de lenseignement suprieur organismes de recherche

Etat des lieuxtablissements denseignement suprieur (universits, coles dingnieurs, IUT, regroupement dtablissements) : volution au tournant des annes 2010 : en 2013, 94 % des tablissements de lenseignement suprieur taient sur les rseaux contre 68 % 2 ans plus tt ; majoritairement entre 2 et 4 rseaux (Association des responsables de communication de lenseignement suprieur/ARCES. Observatoire des mtiers de la communication dans lenseignement suprieur. Enqute auprs des membres de lARCES. Vague 5 juin 2013. 49 p. Disponible sur : http://www.arces.com/var/arces/storage/original/application/817a1a06875e8b3ee5e3e1b5770d22a3.pdf). En 2015, 97 % des tablissements sont prsents sur les rseaux sociaux (par ordre dcroissant : Facebook, 98 % ; Twitter, 93 % ; YouTube, 75 % ; LinkedIn, 74 %) (ARCES. Observatoire des mtiers de la communication dans lenseignement suprieur. Enqute auprs des membres de lARCES. Vague 6 juin 2015. 53 p. Disponible sur : http://www.arces.com/extension/digital/design/ewp/javascript/ckeditor/kcfinder/upload/arces/files/Arces_Observatoire_Synthese2015.pdf)organismes de recherche (BRGM, CNES, IFSTTAR, IRSTEA) : depuis 2012 : une prsence incontournable sur Twitter (Mathieu Jahnich. Les organismes de recherche face aux rseaux sociaux. Etude Wanacme. 22/11/2012. [en ligne]. Disponible sur : http://prezi.com/huyrmxem_z4x/les-organismes-de-recherche-face-aux-reseaux-sociaux/ ; Observatoire 2014 de lusage des rseaux sociaux par les organismes de recherche. Etude Sircome, 12/11/2014. [en ligne]. Disponible sur : http://www.sircome.fr/Observatoire-2014-de-l-usage-des)situation 2016 : Twitter (communauts de chercheurs, mdiateurs scientifiques, partenaires conomiques), Facebook (animation, algorithme et sponsoring : la visibilit au-del du nombre de fans), LinkedIn (usage plus complexe ; communication + RH), YouTube (pour toucher les vlogueurs scientifiques) (Observatoire de la communication digitale des organismes de recherche. Etude Sircome, 11/2016. [en ligne]. Disponible sur : http://sircome.com/comrecherche-la-strategie-pour-faire-face-aux-defis-du-secteur-de-la-recherche/)10

tat des lieux - monde acadmique, FranceProfil TwitterProfil Facebook

Butsassurer une prsence : souvent lie communication institutionnelle du site officiel (visibilit, matrise de limage, apparatre comme prcurseur)outil de communication/conversation avec les publics : communication en live (cf. principe du livetweet sur Twitter)communication de crise prsentation du chercheur au travail : rendre le travail du chercheur public et susciter des vocations, au moment o la recherche scientifique doit de plus en plus rendre des comptes et est remise en question (humanisation de la science)outil de veille (institutionnelle, thmatique) sur le-reputation de linstitution, de ses chercheurs

Paramtres de russite identifis : stratgie, ressources, thmatiques (tude Sircome, 2016, http://sircome.com/comrecherche-la-strategie-pour-faire-face-aux-defis-du-secteur-de-la-recherche/) importance de travailler une ligne ditoriale (en fonction des publics, des outils)

Exemples : https://www.facebook.com/pages/Universit%C3%A9-Toulouse-Jean-Jaur%C3%A8s/256170874775 et https://twitter.com/Framespa513611

tat des lieux - monde acadmique, Francetudes URFIST de Nice, 2011 et Couperin, 201442 % 71 %20112014

France en gnral : 86 % des internautes franais se dclarent membres dau moins un rseau social (en moyenne : 4,5 rseaux) (IFOP. Observatoire des rseaux sociaux. Vague 8. 12/2013. [en ligne]. Disponible sur : http://www.ifop.com/?option=com_publication&type=poll&id=2436)

Etudes (France) : attention aux biais lis aux mthodes employes pour ces enqutes- tude URFIST de Nice (Gabriel Gallezot et Michel Roland. Enqute sur les pratiques informationnelles des chercheurs. Universit dt du Clo, 2011. Prsentation. 47 p. [en ligne]. Disponible sur : http://urfist.unice.fr/2011/12/02/epi-enquete-sur-les-pratiques-informationnelles-des-chercheurs/) : 42 % des chercheurs utilisent des rseaux sociaux (Facebook : 34 %, Viadeo : 9 %, LinkedIn : 8%, Twitter : 6 %)tude Couperin (Stphanie Vignier, Monique Joly et Christine Okret-Manville. Rseaux sociaux de la recherche et Open Access. Perception des chercheurs. Etude exploratoire. Etude Couperin. 11/2014. 61 p. [en ligne]. Disponible sur : http://couperin.org/images/stories/openaire/Couperin_RSDR%20et%20OA_Etude%20exploratoire_2014.pdf) : 71 % des chercheurs sont sur un rseau grand public (Facebook : 56 %, LinkedIn : 45 %) et un chercheur est membre de 2 rseaux sociaux en moyenne (73% en arts, lettres et langues ; 82 % en droit, conomie, gestion ; 74 % en sciences humaines et sociales) ; mmes conclusions quune tude du CNRS (2013, 70 % des chercheurs membres dau moins un rseau social) : distinction difficile entre utilisation professionnelle et utilisation personnelle ; rseaux sociaux scientifiques moins connus que gnralistes 42 % des chercheurs sont sur un rseau social acadmique (33% en arts, lettres et langues ; 33 % en droit, conomie, gestion ; 48 % en sciences humaines et sociales) 66 % dentre eux se dclarent satisfaits des rseaux sociaux ; les plus grands utilisateurs se dclarant les plus satisfaits (sciences de la vie et SHS) ; les sciences dures sont les catgories les moins satisfaites

question de gnration ? semble que non ; plus li la discipline12

tat des lieux - monde acadmique, Monde

tude Nature, 2014

Question de la discipline

- tudes :pas dtude large chelle des rseaux sociaux par discipline prcisment ; dernire large tude en date : celle de Nature (Richard Van Noorden. Online collaboration: Scientists and the social network. Nature. vol. 512, issue 7513, p. 126129 (14 August 2014). [en ligne]. Disponible sur : http://www.nature.com/news/online-collaboration-scientists-and-the-social-network-1.15711?WT.ec_id=NEWS-20140819), mais portant sur des publics plutt STM (les publics de Nature) ?

- grandes lignes :- globalement : variable selon les disciplines- France : mme constat : utilisation parpille selon les disciplines- 2014 (Stphanie Vignier et al., 2014, http://couperin.org/images/stories/openaire/Couperin_RSDR%20et%20OA_Etude%20exploratoire_2014.pdf) : * droit, conomie et gestion : plutt rseaux sociaux grand public et professionnels* sciences de la vie, SHS : rseaux sociaux acadmiques* rseaux sociaux acadmiques : 41 % en maths-informatique ; 37 % en sciences de lingnieur contre 33 % en arts, lettres et langues et en droit, conomie, gestion dun ct et 47 % en sciences de la vie et 48 % en sciences humaines et sociales de lautre ct

13

tat des lieux

A. Gruzd et al., 2012

Ne pas surestimer le rle des rseaux sociaux dans le travail gnral du chercheur - conservatisme des pratiques ces outils 2.0 ne sont utiliss que sils apportent un rel bnfice aux techniques de communication scientifique traditionnelles (listes de diffusion) (Anatoliy Gruzd, Melissa Goertzen et Philip Mai. Survey results highlights : trends in scholarly communication and knowledge dissemination in the age of social media. 02/2012. [en ligne]. Disponible sur : http://socialmedialab.ca/?p=4308 et RIN. If you build it, will they come? How researchers perceive and use web 2.0. 06/2010. 64 p . [en ligne]. Disponible sur : http://www.rin.ac.uk/our-work/communicating-and-disseminating-research/use-and-relevance-web-20-researchers)

14

PLANRepresPrsentation de quelques outilsRseaux sociaux et visibilit du chercheurPublication scientifique et rseaux sociauxEnjeux acadmiques prsents et venir

Typologierseaux sociaux gnralistes : Facebook (http://www.facebook.com/), ouverture en 2004/2006, 1,5 milliards de comptes, 2e site internet mondial ; Google+ (https://plus.google.com/) : ouverture en 2011, 540 millions de comptes ?rseaux sociaux professionnels : LinkedIn (https://fr.linkedin.com) : ouverture en 2003 (Etats-Unis), 400 millions de comptes, 15e site mondial ; Viadeo (http://fr.viadeo.com) : ouverture en 2004 (France), 60 millions de comptes en dclin au profit de LinkedInrseaux sociaux acadmiques : Academia, cf. infra ; ResearchGate, cf. infrarseaux sociaux acadmiques thmatiques : ex. : MyScienceWork (http://www.mysciencework.com/fr/) : ouverture en 2013, 70 000 comptes, initialement ax sur lopen access ; ex. : Biomedexperts (http://www.biomedexperts.com/) : ouverture en 2008, 470 000 comptes, spcialis en sciences de la vie (ferm le 31/12/2014)

+ plateformes de partage de contenu et publication, avec des fonctionnalits sociales : Mendeley (http://www.mendeley.com) : ouverture en 2008, rachet en 2013 par Elsevier, 4,6 millions de comptes, gestionnaire de rfrences bibliographiques avec des fonctions sociales ; Twitter, cf. infra

15

Rseaux sociaux professionnels

Profil LinkedIn

Profil Viadeo? en redressement judiciaire le 29/11/2016

Offre- LinkedIn : + 467 M. dinscrits : privilgier (international, en dveloppement) ; rachet par Microsoft en 06/2016- Viadeo : 40 M. dinscrits (plutt francophone) ! mis en redressement judiciaire le 29/11/2016, aprs la suspension de son cours en Bourse ; doit tre repris par Figaro Classifieds

But : saffirmer comme un professionnel ou une personne sur le march de lemploi

Intrts pour le monde acadmique CV professionnel en ligne : rsum, formation, expriences, publications, prix et distinctions, comptences, langues, certificationslments complmentaires dactivits en cours : projets, billets dactualit (LinkedIn Pulse)possibilit de rseautage (recommandations), groupes et forums de discussions ; dveloppement notamment des rseaux danciens (alumni) cf. possibilit de crer des pages institutionnelles sur LinkedInoutils les plus utiliss par les recruteurs (prise de renseignements, chasse de profils) cf. Jobvite, Watch what you post on social media, 2014, http://1u7p3g2igrbh4643ym2ty7va.wpengine.netdna-cdn.com/wp-content/uploads/2015/02/Social-Job-Hunt-FInal.pngplutt pour le monde socio-conomique (employabilit dans le secteur priv), donc plutt utilis par par les chercheurs tourns vers ce domaine (droit, conomie, gestion dune part, sciences de lingnieur dautre part), cf. annexe pour rpartitions disciplinaires

Points dattention autres codes de prsentation (prsentation ventuellement la premire personne, adaptation du vocabulaire au grand public) (cf. Gabriel Garrote. Assurer sa visibilit de jeune chercheur. ENthSe Ressources pour la thse et au-del. 18/05/2013, http://enthese.hypotheses.org/855) intrt de dtailler les savoir-faire et comptences, mme hors monde acadmique (ex. : gestion de projet, cration dun site web)- certaines fonctionnalits accessibles uniquement sur abonnements (mise en relation, rsultats de recherche)- outils mal adapts aux pratiques acadmiques : peu de place pour la bibliographie16

Rseaux sociaux acadmiques

Nombre ? des dizaines ?

Caractristiques des rseaux sociaux acadmiques : dveloppement partir des annes 2008 surtout, - dabord de type Facebook - puis avec des caractristiques spcifiques aux chercheurs (Emma Bester. L'offre de rseaux socio numriques pour les scientifiques : services et stratgies dacteurs. Les enjeux de linformation et de la communication. 2014, n15/1. p.17-33. [en ligne]. Disponible sur : http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2014/02-Bester/index.html) :services de profil (identit professionnelle, production scientifique)services de stockage (documents)services professionnels (questions/rponses, offres demploi)services danalyse (statistiques, visualisation, co-auteurs)

Taille : - mme si le nombre de comptes ne prjuge en rien de sa qualit (cf. Malaria World), trois rseaux sortent actuellement du lot pour le monde acadmique, et il faut les connatre (Academia, ResearchGate, Twitter)- 85 % des chercheurs franais sur un rseau social acadmique est membre de ResearchGate et/ou Academia (Stphanie Vignier et al., 2014, http://couperin.org/images/stories/openaire/Couperin_RSDR%20et%20OA_Etude%20exploratoire_2014.pdf) attention cependant au sens rel des chiffres : quel rapport entre nombre de comptes actifs/nombre de comptes total et activit relle de chacun des profils ? (nombreux profils crs uniquement pour pouvoir tlcharger des documents et pas aliments, spams)

Outils majoritairement anglophones possibilit davoir un profil en anglais, pour renforcer sa visibilit internationale

17

D. LHostis et P. Volland-Nail, In P. Aventurier et al.alertessuggestions automatiquesbookmarksannotationsopen review par les pairsrseautagepublicationprofil du chercheurrecherche dinformationsjobstlchargementsQ&Amtriesmise en relationgestion de rfrences bibliographiques

Insertion toujours plus importante dans le workflow du chercheur

Usages (Pascal Aventurier, Vronique Decognet et Bruno Pierrel. ResearchGate et les rseaux sociaux en recherche. Prsentation, 64 p. 10/2014. [en ligne]. Disponible sur : http://fr.slideshare.net/paventurier/researchgate-et-les-rseaux-sociaux-en-recherche)- usages principaux- trouver des chercheurs/experts- trouver des articles pertinents- promouvoir ses recherchesusages secondaires- grer/partager sa bibliographie- changer travers des groupes- valider des crits (peer-review, co-crire)- partager des informations- suggrer des collaborations et participer des travaux collaboratifs

18

Rseaux sociaux acadmiques

tude Couperin 2014

Rfrence : S. Vignier et al., 2014, http://couperin.org/images/stories/openaire/Couperin_RSDR%20et%20OA_Etude%20exploratoire_2014.pdf

3 axes, et ce, quelle que soit la discipline : faire de la rechercheassurer la visibilit et la reconnaissance du chercheuraccder linformation

Conclusion : aspect social peu mis en valeur : In other words, it has less "social appeal" compared to Facebook. This might be one reason (above others) that the academic network ResearchGate appears as platform for the exchange of publications and a registry of researchers but not as a real social network (S. Linek et J. Bler, 2015, http://www.dlib.org/dlib/july15/linek/07linek.html). 19

Profil Academia

Academia (https://www.academia.edu/, ! .edu : ne dsigne pas ici un tablissement denseignement, cf. https://en.wikipedia.org/wiki/Academia.edu) - ouverture en 2008 par un docteur en philosophie Oxford, localis San Francisco (donc soumis aux lois US)- 48 millions de comptes, 17,5 millions de papers- ne ncessite pas dadresse institutionnelle pour sinscrire- but : Academia.edu is a place to share and follow research

Grandes particularits :- vision plutt institutionnelle : URL de type univ-tlse2.academia.edu, cnrs.academia.edu : le profil dpend de linstitution ; et se met jour en fonction des changements daffectation- sorte de LinkedIn acadmique (CV) pas daccent sur les comptences et les domaines dexpertise, mais sur les centres dintrt ; possibilit cependant de mettre un CV- plutt SHS- plateforme de dpt (centr sur le partage de papers), selon une dmarche de peer-review post-publication- prsence de statistiques (publiques ou prives) ; indication notamment du mode daccs au profil (mots-cls saisis et localisation)

:- pas de contrle des documents dposs- pas de contrle des tags (+ 2 M. research interests) et des affiliations : intressant pour des projets de groupes (choix de son vocabulaire), beaucoup plus gnant dans les autres situations

Exemple : http://univ-tlse2.academia.edu/LaurentJ%C3%A9gou20

Profil ResearchGate

ResearchGate (https://www.researchgate.net/) : - ouverture en 2008 par deux virologues et un informaticien, localis Berlin (donc soumis aux lois allemandes et europennes)- + 12 millions de comptes (dont 56 prix Nobel), 100 millions de documents, 100 000 projets de recherche- ncessit pendant longtemps dune affiliation institutionnelle pour pouvoir sinscrire, mais ouverture aux corporate researchers et aux retired researchers- but : For Scientists. Access scientific knowledge, and make your research visible : acclrer la science via les collaborations- contenu produit : accessible sur le web, mais contribution limite aux membres inscritsGrandes particularits : - multidisciplinaire mais plutt STM : biologie/mdecine ; sciences de lingnieur ; informatique... intrt des outils interdisciplinaires pour les chercheurs sur plusieurs domaines (ex. : archo-gologue) : meilleure visibilit dans les diffrents champs- mise en valeur des comptences (skills) valider par des tiers (sorte de recommandation)- insiste plus sur les publications et les outils quantitatifs, sur la collaboration et linteraction (rfrences bibliographiques dun article ; indication des co-auteurs ; groupes, questions/rponses)- plateforme de dpt (articles, prsentations notamment), y compris rsultats ngatifs et donnes de la recherche- service de questions/rponses- (autoproclam) plus grande base demplois scientifiques et dvnements dans le monde- prsence de statistiques (RGscore calcul en fonction de lactivit et des interactions sur le rseau pour chaque membre et pour les institutions)- moteur de recherche smantique interne qui interroge de nombreuses sources (+ 80 millions darticles, dont Pubmed, ArXiv, IEEE et CiteSeer) pour chercher les occurrences dun auteur et pouvoir alimenter son profil automatiquement: tendances spammer abondamment : utilise les donnes issues des bases de donnes en ligne (par exemple nouvelles publications sur Google Scholar ou liste des co-auteurs de textes dposs par les membres dj sur ResearchGate) mais possibilit de limiter certains messages automatiques, comme lenvoi de messages au carnet dadresses (in Settings)certains profils crs automatiquement partir dinformations disponibles sur le web (notamment profil des institutions)

Exemple : https://www.researchgate.net/profile/Laurent_Jegou21

Voir notamment : Christophe Benech. Chercheur 2.0 : retour dexprience sur lutilisation dAcademia et ResearchGate. Carrefour de lIST. Nancy, 25/11/2014. [en ligne]. Disponible sur : http://webcast.in2p3.fr/videos-retour_d_experience_sur_l_utilisation_de_academia_et_researchgate.

Page du feed : fil dactualit, une fois connect- Academia : pas de spcialisation du contenu : bruit mlant les nouvelles publications, les activits des personnes suivies- ResearchGate : possibilit de filtrer par grands champs (publications, questions/rponses, emplois) : permet de ne pas perdre trop de temps et dy aller seulement de temps en temps22

Rseaux sociaux acadmiques- usagesRseaux sociaux acadmiques- usagessource

source

couteaux suisses de la communication scientifique : bien souvent, les rseaux sociaux ne servent pas uniquement communiquer sur sa production scientifique, mais servent pour obtenir des informations, changer, etc. (Jeroen Bosman et Bianca Kramer. Academic social networks the Swiss Army Knives of scholarly communication. Innovations in Innovations in Scholarly Communication. The Changing Research Workflow. 15/12/2016. [en ligne]. Disponible sur : https://101innovations.wordpress.com/2016/12/15/academic-social-networks-the-swiss-army-knives-of-scholarly-communication/)

dans les faits, diffrents profils dusages : consommateur, contributeur, gate keeper (cf. Chrifa BoukacemZeghmouri. Les rseaux sociaux acadmiques entre diteurs et chercheurs. Quelles stratgies et quelles pratiques ? Prsentation et vido, 14/10/2016. [en ligne]. Disponible sur : https://openeval2016.sciencesconf.org/resource/page/id/3) voir galement Guest post, Jose Luis Ortega Academic social networks: collaborative environments or Diogenes clubs?. The scholarly kitchen. 8/12/2016. [en ligne]. Disponible sur : https://scholarlykitchen.sspnet.org/2016/12/08/guest-post-jose-luis-ortega-academic-social-networks-collaborative-environments-or-diogenes-clubs : sur Academia, 73 % des inscrits seraient des viewers, utilisant le site pour suivre lactivit dautres personnes mais tlchargeant eux-mmes peu de contenu ; au contraire, les producers mettent beaucoup de contenu, mais suivent proportionnellement moins de comptes

23

Rseaux sociaux acadmiques- usages

ex. : ResearchGatetude Nature, 2014

ex. : LinkedIn

Rfrence : R. Van Noorden, 2014, http://www.nature.com/news/online-collaboration-scientists-and-the-social-network-1.15711?WT.ec_id=NEWS-20140819

Intrts pour le monde acadmique - usages assez semblables aux rseaux sociaux professionnels : visibilit du chercheur (profil, contact, CV, bibliographie), mais aussi visibilit des travaux (possibilit de dpt)- accs linformation (notamment PDF de publications rcentes)- dveloppement important = forme de lgitimit en dehors mme du monde acadmique (acteurs de terrain, journalistes scientifiques)

Limites- un usage diversifi selon les disciplines - services proposs axs sur les pratiques actuelles de publication scientifique :- insistance sur la publication (cf. proportion du profil occup par ces questions par rapport lespace total de la page)- peu/pas de place pour les autres activits : enseignement, encadrement, constitutions de dossiers de recherche, mais possibilit de mettre en valeur ce que lon veut, cf. pour un doctorant qui a encore peu de publications scientifiques : documents lis leurs recherches (communications, reviews, programme de colloques) et aux autres tches (supports de cours, bibliographies de sminaires)- usage des rseaux sociaux acadmiques peu social et collaboratif : Ce sont des outils que les gens utilisent pour mettre en valeur leur profils et tre trouvs plus facilement, ce ne sont pas des outils communs dinteraction sociale (D. Auclair, cit in R. Van Noorden, 2014, http://www.nature.com/news/online-collaboration-scientists-and-the-social-network-1.15711?WT.ec_id=NEWS-20140819 ; cf. galement J. L. Ortega, 2016, https://scholarlykitchen.sspnet.org/2016/12/08/guest-post-jose-luis-ortega-academic-social-networks-collaborative-environments-or-diogenes-clubs)Cf. aussi researcher profile systems (Alice Meadows, 2015, http://scholarlykitchen.sspnet.org/2015/09/21/viva-vivo-thinking-more-broadly-about-the-scholarly-communications-infrastructure/)sur ces questions, voir http://urfistinfo.hypotheses.org/289624

tude Nature, 2014ex. : TwitterRseaux sociaux acadmiques- usages

Rfrence : Richard Van Noorden, 2014, http://www.nature.com/news/online-collaboration-scientists-and-the-social-network-1.15711?WT.ec_id=NEWS-20140819Une tude indique que Twitter est considr par les chercheurs comme le mdia social most useful for your academic work (Deborah Lupton. Feeling better connected: academics use of social media. Canberra: News & Media Research Centre, University of Canberra. 36 p. 06/2014. [en ligne]. Disponible sur : http://www.canberra.edu.au/faculties/arts-design/attachments/pdf/n-and-mrc/Feeling-Better-Connected-report-final.pdf)25

Compte Twitter

Twitter (https://twitter.com/) : - ouverture en 2006- outil grand public : 304 millions de comptes actifs, + 500 millions de tweets/j.- mdia social de microblogging - un message (tweet) = 140 caractres : gageure langage, syntaxe et codes particuliers (@, RT, #, tinyurl, LT...)

Monde acadmique :- une utilisation encore rare: attention ne pas exagrer les chiffres : - en 2012, 2,5 % des chercheurs US seulement sont sur Twitter (E. Darling et al. The role of Twitter in the life cycle of a scientific publication. Ideas in Ecology and Evolution. 2013, vol. 6, n2. [en ligne]. Disponible sur: http://library.queensu.ca/ojs/index.php/IEE/article/view/4625)- en 2014, Twitter est utilis par 13 % des scientifiques de ltude Nature (R. Van Noorden, 2014, http://www.nature.com/news/online-collaboration-scientists-and-the-social-network-1.15711?WT.ec_id=NEWS-20140819) et 18 % de ltude Couperin (S. Vignier et al., 2014, http://couperin.org/images/stories/openaire/Couperin_RSDR%20et%20OA_Etude%20exploratoire_2014.pdf ). Les SHS sont les plus utilisatrices (25 %)- une utilisation globalement passive :- parmi les chercheurs disposant dun compte Twitter, 15% des chercheurs US tweetent au moins une fois par semaine, mais 74 % ne tweetent pas et 23 % ont suivi des confrences sur Twitter (https://twitter.com/JennyKorn/status/516279381350948864, daprs Christine Greenhow)

Exemple : https://twitter.com/ljegou26

PLANRepresPrsentation de quelques outilsRseaux sociaux et visibilit du chercheurPublication scientifique et rseaux sociauxEnjeux acadmiques prsents et venir

Outils tendant tre considrs comme des composantes de la visibilit, mais aussi de la rputation du chercheur, plus ou moins long terme, en complment des outils et des lieux traditionnels (D. Nicholas et al., 2015, http://ciber-research.eu/download/20150704-Learned_Publishing_28.pdf)

besoin pour le chercheur de dvelopper de nouvelles comptences, non plus seulement propres la publication, mais la communication et la gestion de son identit numrique

- Pourquoi- Comment- Exemples de visibilit- Points dattention27

tude Universit dUtrecht, 2015-2016

Rfrence : B. Kramer et J. Bosman, 2015-2016, https://101innovations.wordpress.com/. Rsultats sous http://dashboard101innovations.silk.co/.

28

tre visible - pourquoi??requte Google

Dfinitions identit numrique = ensemble des donnes ou des traces associes des activits en ligne par la personne elle-mme ou par des tiers ( traces profilaires: ce que je dis de moi = qui je suis; traces navigationnelles: o je vais, qui je lis, o je commente = comment je me comporte ; traces inscriptibles: ce que jexprime, publie, dite = ce que je pense)peut tre active (par la personne elle-mme) et passive (par des tiers)est multiple : professionnelle, scientifique (ex. : page institutionnelle), personnelle (rseaux sociaux, engagements associatifs et politiques)- e-rputation = image, subjective, que les internautes se font de la personne au vu de ces lments suis-je rductible ce que les moteurs de recherche renvoient?

Enjeux- 2/3 des recruteurs nont pas recrut une personne suite des rsultats ngatifs trouvs sur internet (RgionsJob. Mthodes de recrutement. La grande enqute. 2015, http://www.blogdumoderateur.com/enquete-recrutement-reseaux-sociaux/) : attention notamment une mauvaise orthographe, des informations personnelles dvalorisantes matriser sa prsence en ligne et crer une identit numrique positive (i.e. mettre en valeur ce que vous voulez) : ce quon a envie de montrer de soi (personal branding)- se prpare ds la thse car prend du temps- problme de lexistence parallle dune identit personnelle et dune identit professionnelle

29

tre visible- pourquoi

Annuaire du dpartementAnnuaire du laboratoire

Limite des outils traditionnels :- problme des traces sur internet : pages institutionnelles peu dveloppes, pas/mal mises jour, sur lesquelles on na pas toujours la main pour faire des modifications- quelle prsentation des dernires activits ou des activits en cours ?

30

tre visible- comment

Moyens- faire un tat des lieux : 1 de ce qui apparat en se cherchant sur les moteurs de recherche ; 2 du projet professionnel poursuivi (public/priv)- tablir sa stratgie de prsence en ligne : quels outils (institutionnels/commerciaux, gratuits/payants, acadmiques/grand public), quels publics, quels moyens! avoir conscience que tous ces outils nont ni les mmes buts, ni les mmes publics, ni les mmes pratiques

Quatre piliers de lidentit numrique (O. Ertzscheid)- protger/rserver son nom : cohrence entre les services et utilisation de sa vritable identit : identit numrique unique (avatar, nom, coordonnes) (cf. tude RgionsJob. Questions RH. La Grande enqute. pisode 4. tat des lieux du recrutement sur les rseaux sociaux. tude 2014. 15 p. [en ligne]. Disponible sur : http://fr.slideshare.net/captainjob/enquete-reseaux-sociaux-recrutement?) : lments qui peuvent jouer en dfaveur du candidat : informations non recoupes entre CV et internet ; mauvaise expressions et mauvaise orthographe ; lments ngatifs ou privs comme photos ou commentaires)- dfinir son primtre de confidentialit : vrification des settings/paramtres (ex. : accs au carnet dadresses, rfrencement par les moteurs de recherche) ; viter de se crer un compte via un autre compte (ex. : un compte Facebook ou un compte Google pour se crer un compte sur Academia) pour viter la captation des donnes personnelles- veiller au grain : vrification rgulire de son identit numrique : se googleiser rgulirement- simpliquer : pas de compte en dshrence : faire le mnage rgulirement31

tre visible - comment123Profil ResearchGate

Cration dune page personnelle, indpendante des tablissements o activit- se prsenter : CV virtuels et construction dune identit numrique acadmique (un seul point dentre, ex. : sur Academia, profiles sur la colonne de gauche) et mise en valeur de son rseau) : profil, comptences, rseaux, travaux- prsentation volutive des activits : - mise jour malgr changements daffiliation (ex. : sur Academia, lURL change en fonction de linstitution) et sans passer par la page personnelle du labo, etc.- trace des recherches en cours et de son activit

Constitution dun profil : tapes dfinition des mots-cls attention aux settings et options (alertes mail) remplissage du profil : photo, URL ventuelle (laboratoire, autres prsences en ligne), comptences et centres dintrts, disciplines et thmes de recherche, voire ligne ditoriale du profil mettre en valeur ses publications, quels que soient le lieu de publication et leur type (articles, prsentations, voire, selon les rseaux, billets de blogs, posters, production pdagogique, sets de donnes : pas ncessairement des articles de revues en peer-review) lors de la cration dun profil sur ResearchGate, le service propose une liste de publications, partir des informations trouves sur des bases de donnes scientifiques : valider notification lors dune nouvelle parution de publication tous les co-auteurs possibilit de dposer ses propres publications+ possibilit dindiquer les rseaux sociaux dans la signature des mails (cf. @... pour le compte Twitter)

Butsassurer son autopromotion (recherches en cours, interventions, publications, prix)souvrir en dehors du cadre de sa discipline ( dveloppement de linterdisciplinarit ?)permet en plus de prsenter linformation rapidement (intressant pour les articles les plus rcents et/ou les articles mis sur des archives ouvertes, qui ne seront pas publis dans les revues avant plusieurs mois puis rfrencs sur les bases de donnes encore plus tard)

32

tre visible - commentEx. : ResearchGateEx. : Q&A ResearchGate

Cration du rseau : 3 faons de procder :- recherche (par moteurs des services ou via une recherche sur Google avec loprateur site: )- abonnements aux comptes et voir les abonnements/abonns de ces comptes- suggestions automatiques des services pour trouver de nouveaux comptes, de nouveaux papers, etc. ne pas tout accepter : mieux vaut bien cerner son rseau (personnes connues, rencontres, etc.) et le constituer au fur et mesure (largissement graduel)

Outil de rseautage : prise de contact de manire plus informelle que par les CV traditionnelson recrute autant un CV et des comptences quun rseaucarnet dadresses dynamique (garder le contact malgr les changements de postes)

Conseils- ne pas tre seulement passif, mais contribuer aux changes (cf. systmes de questions/rponses des rseaux sociaux acadmiques ; abonnements des groupes)- insertion dans la communaut : rpondre aux questions (se prsenter comme expert, un relais dinformation) profiter de la communaut pour rechercher des informations co-construire le savoir selon des temporalits plus rapides que les anciens rseauxmais ne sont pas vritablement des outils dchange et de collaboration (cf. suppression de ce systme pour Academia, cf. http://urfistinfo.hypotheses.org/2896)

! : attention ne pas ngliger les autres formes dinformation (listes de diffusion, forums) et valable galement sur les rseaux sociaux gnralistes destination des journalistes et du grand public33

Points dattention- rfrencement

Profil Academia

Recherche dune personne : recherche avant tout via un moteur de recherche (Google) par son nom et/ou des mots-cls (thmatiques de recherche, mots du sujet de thse, etc.)

Fonctionnement des moteurs de recherche : classement des rsultats (rfrencement) en fonction des mots-cls et des liens URL

Pour tre mieux visible :- utiliser des mots-cls cibls, voire les multiplier et les traduire dans les diffrentes langues matrises! dans Academia, il ny a pas de liste arrte des research interests (prs de 2 M. actuellement avec synonymes, variantes orthographiques, traductions, voire fautes dorthographe) essayer de reprer les diffrents mots-cls correspondant la mme ide- jouer sur les liens : les moteurs de recherche classent les pages internet en fonction des liens qui arrivent ou qui partent dune pagemultiplier les liens entre les diffrents profils en ligne, cf. exemple http://ehess.academia.edu/ClydePlumauzille : lien dAcademia vers la page institutionnelle et le blog, et rciproquement34

Points dattention- rationalisation

Rseaux sociaux = perte de temps ? : faut-il (et peut-on) tre partout ?- problme de lalimentation : gnralement peu de possibilit dalimentation croiserisque dune mise jour alatoire et donc dune mauvaise image (le manque de cohrence entre ce quil voit sur un CV et en ligne est le premier lment ngatif pour un recruteur)ne pas y passer plus de temps que ncessaire et en connaissance de cause (temps, retour sur investissement) : attention aux a priori ( il/elle na que a faire ) Rationalisation- privilgier quelques services seulement qui seront complets et mis jour et nutiliser les autres qua minima (ex. : renseignement des domaines de recherche et signalement de 2-3 travaux importants, landing page vers la page vraiment alimente)dans lexemple, la page Academia nest en fait quun moyen 1 de rserver son profil sur le service et 2 de proposer un lien vers le site vritablement utilis (ici le site personnel)

on se sert de la visibilit des rseaux sociaux pour tre soi-mme visible (au dbut, un profil Academia est souvent plus visible quune page personnelle)par le systme de liens, on met en valeur les pages pointes et on accrot leur rfrencementon renvoie les internautes vers les autres pages susceptibles de les intresser : on ignore quel est le parcours des gens qui nous cherchent, et, sans renvois, leur parcours risque de ne pas tre exhaustif

35

Points dattention- prudence

Rapport identit personnelle/identit professionnelle : laquelle (lesquelles) mettre en valeur ?- pas/peu de possibilit de bloquer les rseaux sociaux acadmiques, contrairement dautres plateformes (cf. Twitter)- possibilit de se crer deux identits personnelle/professionnelle distincte pour viter que lune nentache lautre et ne puisse lui porter prjudice ex. : affaire Steve Salaita, professeur de luniversit dIllinois dont lembauche semble avoir t bloque suite ses prises de positions anti-israliennes sur Twitter, cf. http://www.theguardian.com/education/2014/sep/09/professor-israel-criticism-twitter-university-illinois

Attention galement lexpression personnelle sur les rseaux :- devoir de rserve, etc. : cf. Charte nationale de dontologie des mtiers de la recherche : La libert dexpression et dopinion sapplique dans le cadre lgal de la fonction publique, avec une obligation de rserve, de confidentialit, de neutralit et de transparence des liens dintrt. Le chercheur exprimera chaque occasion quel titre, personnel ou institutionnel, il intervientet distinguera ce qui appartient au domaine de son expertise scientifique et ce qui est fond sur des convictions personnelles. La communication sur les rseaux sociaux doit obir aux mmes rgles (Charte nationale de dontologie des mtiers de la recherche. 2015. 6 p. [en ligne]. Disponible sur : http://www.cnrs.fr/comets/IMG/pdf/charte_nationale__deontologie_signe_e_janvier2015.pdf) - publications de donnes sensibles (enjeux industriels et conomiques) : dpt de brevets, contrats industriels, CIFRE36

PLANRepresPrsentation de quelques outilsRseaux sociaux et visibilit du chercheurPublication scientifique et rseaux sociauxEnjeux acadmiques prsents et venir

- De nouvelles opportunits ?- Et de nouveaux risques ?question de lusage passif des publications (recherche dinformation, accs aux publications, veille) et de lusage actif des publications (reviews, droits, position des diteurs, mtries)

Rseaux sociaux acadmiques :- gnralement crs par d(anciens) chercheurs- recherchent une place dans le processus de publication scientifique (services proposs axs sur les pratiques actuelles de publication scientifique)ne proposent rien de novateur dans le systme actuel (review, mtries)se voient moins comme des concurrents des modes de publication classique que comme un complment acclrant et favorisant la diffusion de la science

37

tude Universit dUtrecht, 2015-2016De nouvelles opportunits ?- accs linformation

Rfrence : B. Kramer et J. Bosman, 2015-2016, https://101innovations.wordpress.com/. Rsultats sous http://dashboard101innovations.silk.co/.

Sur le mode daccs, voir galement :- Tracy Gardner et Simon Inger. How readers discover content in scholarly publications. Trends in reader behaviour from 2005 to 2015. 2016. 66 p. [en ligne]. Disponible sur : http://www.simoningerconsulting.com/papers/How%20Readers%20Discover%20Content%20in%20Scholarly%20Publications.pdf.- David Nicholas et al. Where and how early career researchers find scholarly information. Learned Publishing, 01/2017. vol. 30, n 1, p. 19-29. [en ligne]. Disponible sur : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/leap.1087/full. 38

tude Universit dUtrecht, 2015-2016De nouvelles opportunits ?- accs linformation

Rfrence : B. Kramer et J. Bosman, 2015-2016, https://101innovations.wordpress.com/. Rsultats sous http://dashboard101innovations.silk.co/.

39

De nouvelles opportunits ?- reviews

L. Clark, Wired, 14/03/2014

Rfrence : Liat Clark. Major stem cell study debunked on scientific social network. Wired. 14/03/2014. [en ligne]. Disponible sur : http://www.wired.co.uk/news/archive/2014-03/14/research-gate-kenneth-stem-cell-debunk

Le CEO de ResearchGate dclare que les revues doivent dmontrer leur valeur ajoute (2015, http://link.springer.com/article/10.1007/s12599-015-0368-2#page-1)

Constat du mode de publication traditionnel : lenteur de la publication (notamment lors peer review) et de la diffusion

changement des modes de publications et discussion des articles : archives ouvertes depuis une vingtaine dannes, mais plus rcemment nouvelles pratiques via les rseaux sociaux 2.0 :prsenter dautres lments que seulement larticle (donnes de la recherche, rsultats ngatifs)dveloppement de systme de reviews darticles au sein des rseaux sociaux : open review de ResearchGate, processus de review (session) qui vient douvrir sur Academiaacclration possible du peer rewiew post-publication, cf. affaire #arseniclife (Carl Zimmer, traduit par Yann Champion. Comment Twitter a chang la science. Slate. 10/06/2011. [en ligne]. Disponible sur : http://www.slate.fr/story/39111/twitter-science-arsenic-nasa-extraterrestre), mais en dehors des lieux attendus (sites des diteurs par exemple) au profit des rseaux sociauxfavoriser la diffusion de ses recherches (tlchargements) et acclrer les citations, comme avec les archives ouvertes : cf. le twimpact factor(G. Eysenbach), selon lequel les articles trs cits dans Twitter ont 11 fois plus de chances dtre trs cits dans des articles par la suite

40

tude Universit dUtrecht, 2015-2016De nouvelles opportunits ?- dpt

Rfrence : B. Kramer et J. Bosman, 2015-2016, https://101innovations.wordpress.com/. Rsultats sous http://dashboard101innovations.silk.co/.

70% des repondants declarent utiliser les reseaux sociaux de la recherche pour faire connaitre leurs publicationsAcademia : 12,5 M. de papers, ResearchGate : 19 M. de papers41

De nouvelles opportunits ?- dptRanking web of repositories, 07/2016

source

Rfrence : Ranking web of repositories. 07/2016. [en ligne]. Disponible sur : http://repositories.webometrics.info/en/top_portals et explication (07/2014) : http://repositories.webometrics.info/en/node/25.

De plus en plus de contenus disponibles sur les rseaux sociaux- et de plus en plus souvent en texte intgral : en 2014, prs de 50 % des nouvelles publications dposes sur ResearchGate y seraient partages librement en plein texte (Salman Samson Rogers. How do scientists share on academic social networks like ResearchGate ? . Sciencebite. 2015, http://blog.sciencebite.com/how-do-scientists-share-on-academic-social-networks-like-researchgate/) - de plus en plus de contenus accessibles pour tous, indpendamment des moyens financiers (cf. pays en dveloppement, tablissements confronts des restrictions budgtaires, recherche prive)- taille de ces rseaux ne peut que favoriser le dcloisonnement disciplinaire et institutionnel l'instar des publications en open access, Twitter et les rseaux sociaux favorisent la visibilit de la science dans la communaut scientifique (cf. tude dAcademia prsente sur la page daccueil de son site) et en dehors, par exemple auprs du grand public

42

De nouvelles opportunits ?- dptrseaux sociaux open access

Les rseaux sociaux jouent de plus en plus le rle de plateformes de dpt de publication, alors mme quils ne prsentent pas les garanties, en terme daccs et de prennit, des dpts darchives ouvertes (qui reposent sur un principe daccs libre, gratuit et prenne au contenu)

cf. dans le cadre du programme europen Horizon 2020, Guidelines on Open Access to Scientific Publications and Research Data in Horizon 2020, Version 2.1, 15 February 2016, European Commission, Directorate General for Research and Innovation (http://ec.europa.eu/research/participants/data/ref/h2020/grants_manual/hi/oa_pilot/h2020-hi-oa-pilot-guide_en.pdf), il est indiqu : A repository for scientific publications is an online archive. Institutional, subject-based and centralised repositories are all acceptable choices; repositories that claim rights over deposited publications and preclude access are not. On se mfiera de la traduction franaise qui porte, elle, En revanche, les archives qui revendiquent des droits sur les publications dposs et en entravent laccs sont viter qui confond repository et archive et qui est moins directive , mlangeant en outre les simples entrepts et les archives (Horizon 2020 [traduction INIST]. 15/02/2016. 10 p. [en ligne]. Disponible sur : http://www.donneesdelarecherche.fr/IMG/pdf/lignes_directrices-libre-acces_horizon_2020-version2._1_tr_fr.pdf) pas de lopen access : Yet posting on Academia.edu is far from being ethically and politically equivalent to using an institutional open access repository (Gary Hall, 2015, http://www.garyhall.info/journal/2015/10/18/does-academiaedu-mean-open-access-is-becoming-irrelevant.html).

43

Et de nouveaux risques ?- droit sur les donnesAcademia, Terms

proprit des donnes (notamment publications) mises sur ces plateformes ? : Academia saccorde une licence trs large (cf. Terms : http://www.academia.edu/terms et Privacy : http://www.academia.edu/privacy) ; pour ResearchGate, peu clair : cf. Terms and conditions, https://www.researchgate.net/application.TermsAndConditions.html, art. 7 : The software running the Service, the site design, the logos and other graphics, articles and other texts as well as the database are protected by copyright and property of the Provider

usages possibles de ces donnes ? : constitution dune base clients cible monde acadmique, avec connaissance des rseaux entre les chercheurs vente de publications, ventuellement traduites, partir des articles dposs, sans avoir redemander une autorisation : mgarevuesen utilisant le contenu des mtadonnes et des documents dposs (principe du TDM - text and data mining), constitution dune base de donnes de recherche (parfois accessibles uniquement sur ces rseaux) ; ex. pour connatre les domaines de recherche dun laboratoire, dun institut, par exemple pour des socits de R&D : nouveaux champs de recherche, articles ou chercheurs les plus populaires

44

Et de nouveaux risques ?- droit des publications

Steve Forsythe

Rfrence : Steve Forsythe. Raising your research profile : evidence of exposure (guest speaker). Prsentation. 16/09/2014. 56 f. [en ligne]. Disponible sur : http://fr.slideshare.net/LibraryResearchTeamNTU/raising-your-research-profile-39231913.

70 % des chercheurs franais utilisent les rseaux pour faire connatre leurs publications, 80 % des chercheurs ont dpos au moins un document en texte intgral en 2014, et 1 document sur 2 est dpos en texte intgral (cf. http://urfistinfo.hypotheses.org/2896)mais 86 % des chercheurs franais ignorent la politique dutilisation des donnes sur les rseaux sociaux (S. Vignier et al., 2014, http://couperin.org/images/stories/openaire/Couperin_RSDR%20et%20OA_Etude%20exploratoire_2014.pdf)

Questions thiques et juridiquespossibilit de mettre des publications sur Academia et ResearchGate (socits commerciales but lucratif) de faon aise du point de vue de la technique, mais :droit de mettre ces documents en ligne (contrats ddition, donnes sensibles, etc.) ? diffusion en connaissant ses droits (contrats ddition, droit de diffusion, clauses de confidentialit)position des rseaux sociaux : comme pour YouTube et dautres services similaires, la responsabilit est celle de linternaute et cest aux tiers parties de demander le retrait des documents enfreignant le copyright (selon les principes du DMCA ou Digital Millennium Copyright Act) ; ex. : mme si ResearchGate indique la politique ditoriale de lauteur selon SHERPA/ROMEO, pas de vrification par ces plateformes pour savoir si lauteur a le droit de dposer ses preprints, postprints, etc. ResearchGate rappelle la possibilit dun change en peer to peer : If you arentpermitted to upload the full-text you can send a full-text privately to another ResearchGate member

45

Et de nouveaux risques ?- droit des publicationssite

position des diteurs : position pas toujours explicite vis--vis des rseaux sociaux (pas de mention de ce cas particulier) : ex. : Springer : le contrat de transfert de droits conserve lauteur des droits dautoarchivage on their own websites ou de dpt in any repository, 12 mois au minimum aprs la publication, et sous rserve dindiquer le lien vers lURL de larticle et son DOI (http://www.springer.com/fr/open-access/authors-rights/self-archiving-policy/2124) et cest justement le terme vague de site personnel qui a conduit de nombreux chercheurs mettre leurs publications sur les rseaux sociaux, qui sont des profils personnelsdistinction possible entre dpt dun article au titre des archives ouvertes sur un site personnel ou un site institutionnel et sur un rseau social (cas de Taylor & Francis, par exemple, qui a revu ses conditions en 04/2014 : http://editorresources.taylorandfrancisgroup.com/information-on-revised-green-oa-policy/)demande de retrait possible cf. demandes par Elsevier de retrait de nombreux articles mis en ligne sur Academia (2013) ; ResearchGate est galement confront ce type de demandesmais une position en train de changer ? : aprs avoir demand le retrait de milliers darticles dposs au dtriment de leur contrat ddition sur Academia, Elsevier a limit, depuis, ses tentatives et a dcid de changer de stratgie (cf. http://urfistinfo.hypotheses.org/2896) : positionnement de lassociation STM via Voluntary principles for article sharing on scholarly collaboration networks. Plus dinformations : http://www.stm-assoc.org/stm-consultations/scn-consultation-2015/endorsements/ et site associ http://www.howcanishareit.com/

Voir galement Michael Clarke, 2013, http://scholarlykitchen.sspnet.org/2013/12/11/has-elsevier-signaled-a-new-era-for-academia-edu-and-other-professional-networks/. Dune manire gnrale, les rseaux sociaux sont encore loin dtre au niveau professionnel des diteurs (peer review, archivage, facilit de dcouverte)

conseil : ne jamais cder lensemble de ses droits (sauf sil y a une bonne raison)

46

Et de nouveaux risques ?- droit des publicationsLoi n2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une Rpublique numrique

Chapitre II : Economie du savoir Article 30 Art. L. 533-4.-I.-Lorsquun crit scientifique issu dune activit de recherche finance au moins pour moiti par des dotations de lEtat, des collectivits territoriales ou des tablissements publics, par des subventions dagences de financement nationales ou par des fonds de lUnion europenne est publi dans un priodique paraissant au moins une fois par an, son auteur dispose, mme aprs avoir accord des droits exclusifs un diteur, du droit de mettre disposition gratuitement dans un format ouvert, par voie numrique, sous rserve de laccord des ventuels coauteurs, la version finale de son manuscrit accepte pour publication, ds lors que lditeur met lui-mme celle-ci gratuitement disposition par voie numrique ou, dfaut, lexpiration dun dlai courant compter de la date de la premire publication. Ce dlai est au maximum de six mois pour une publication dans le domaine des sciences, de la technique et de la mdecine et de douze mois dans celui des sciences humaines et sociales. La version mise disposition en application du premier alina ne peut faire lobjet dune exploitation dans le cadre dune activit ddition caractre commercial.

Rfrence : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2016/10/7/ECFI1524250L/jo#JORFARTI000033202841

Pour un exemple dinterprtation, cf. Lionel Maurel. Open Access : quelles incidences de la loi Rpublique numrique ? . S.I.Lex. 31/10/2016. [en ligne]. Disponible sur : https://scinfolex.com/2016/10/31/open-access-quelles-incidences-de-la-loi-republique-numerique/.A complter par CNRS. Le travail de la science et le numrique. Donnes, publications, plateformes. Une analyse systmique de la loi pour une Rpublique numrique. 24/01/2017. 93 p. [en ligne]. Disponible sur : http://www.cnrs.fr/dist/z-outils/documents/20170203_analyse%20syst%C3%A9mique_vf.pdf ;- la Question N 102688 au gouvernement par Jean-David Ciot du 14/02/2017 sur les conditions dapplication de la loi (rtroactivit, primtre des diteurs, valuation du financement de lauteur, accs matriel au fichier concern) : [en ligne]. Disponible sur : http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-102688QE.htm47

Et de nouveaux risques ?- rseaux et diteurs

source

Rfrence : offre demploi dUI engineer (au 2/11/2016), https://www.academia.edu/hiring#distributed-systems-infrastructure-engineer

Une volont de se diversifier en profitant du free labour des chercheurs (cf. http://urfistinfo.hypotheses.org/3033)

48

Et de nouveaux risques ?- rseaux et diteurs

Communiqu commun Elsevier/MyScienceWork, 2/4/2014

Insertion progressive des rseaux dans le monde de la publication : ex. : possibilit pour ResearchGate dattribuer des DOI sur les lments dposs (https://news.researchgate.net/index.php?/archives/189-Celebrating-five-million-members-with-free-DOIs.html)ex. : projet de gold open access dAcademia (#DeleteAcademiaEdu et F. Clavert, 2016, http://histnum.hypotheses.org/2589)ex. : rapprochement MyScienceWork / Elsevier : ouvert dbut 2013 et ax sur des publications en open access, le rseau social MyScienceWork sest rapproch peine un an plus tard dElsevier pour donner accs aux abonns de ScienceDirect directement dans MyScienceWork (http://www.elsevier.com/about/press-releases/science-and-technology/sciencedirect-content-now-available-to-mysciencework-users)

Intrt progressif des maisons ddition pour les rseaux- intrt dj ancien : cration dun rseau ex nihilo ou rachat (cf. Elsevier : fin des annes 2000 : cration de 2collab ; 2013 : rachat de Mendeley ; 2016 : acquisition de SSRN, pour le rapprocher de Mendeley, https://www.elsevier.com/connect/ssrn-the-leading-social-science-and-humanities-repository-and-online-community-joins-elsevier) : instrument marketing possible permettant de sonder lintrt du lectorat sur les contenus publis et une mise en rseau sociale des chercheurs afin de crer dventuels rapprochements et des projets communs (Evelyne Broudoux et Ghislaine Chartron. La communication scientifique face au Web2.0 : Premiers constats et analyse. In H2PTM'09 - Rtrospective et perspective - 1989-2009. 14 p. Version auteur disponible sur : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00424826/fr)- renforc par la recherche de nouveaux modles conomiques pour les diteurs alors que les bibliothques dsabonnent les rseaux sociaux comme moyen de dvelopper du pay-per-view, pour les chercheurs sans affiliation mais aussi les chercheurs affilis mais dont les centres de documentation ne disposent pas des accs (cf. volution parallle du PDA Patron Driven Acquisition) une des bases de lvolution commerciale de MyScienceWork qui propose dsormais un systme de crdit permettant dobtenir certains articles dune quinzaine dditeurs et qui ne sont pas en open access (https://www.mysciencework.com/premium/discover-more/)

cf. galement le projet de rseau social AXON par Elsevier pour les start-ups (http://www.elsevieraxon.com/) qui vise donner accs gratuitement aux publications Elsevier aux personnes relevant de la recherche prive : une telle initiative permettrait alors daugmenter le nombre de citations des publications dElsevier et de renforcer son rle dans le paysage ditorial, en crasant alors la concurrence49

De nouvelles opportunits ?- mtries et impact

Etude Academia : un papier tlcharg sur le site recevrait 83% de citations de plus sur 5 ans que sil ntait pas accessible en ligne, et 75 % de plus que sil tait accessible ailleurs en ligne comme un site personnel ou de dpartement (https://www.academia.edu/12297791/Open_Access_Meets_Discoverability_Citations_to_Articles_Posted_to_Academia.edu) chiffres ensuite revus la baisse (+ 69 %)Cf. aussi la notion de twimpact factor, selon lequel les articles trs cits dans Twitter ont 11 fois plus de chances dtre trs cits dans des articles par la suite articles (Gunther Eysenbach. Can tweets predict citations ? Metrics of social impact based on Twitter and correlation with traditional metrics of scientific impact. Journal of medical internet research. 2011 10-12, 13(4), 2011, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3278109/, et critiques mthodologiques : Phil Davis. Tweets, and our obsession with Alt Metrics . The scholarly kitchen. 04/01/2012, http://scholarlykitchen.sspnet.org/2012/01/04/tweets-and-our-obsession-with-alt-metrics/)

au mme titre que les archives ouvertes, les rseaux sociaux favorisent la diffusion de ses recherches (tlchargements) et acclrent les citations (principe de laccs au texte intgral et non question de loutil)50

Et de nouveaux risques ?- mtries et impact

sur Academia (via C. Benech (ancienne interface))sur ResearchGate= RGscore

Accentuation des drives quantitatives actuelles

- des points communs : statistiques de consultations: nombre de vues, de tlchargements, pays dorigine de laction ; visualisation par dashboards (public ou non)

- quelques diffrences : propres indicateurs: mtriques maison : ResearchGate : impact points (cumul des facteurs dimpact des revues o les articles sont publis, cf. https://www.quora.com/What-are-impact-points-on-ResearchGate/answer/Ijad-Madisch?srid=f5t&share=1), RG score (activit sur le rseau, cf. https://www.researchgate.net/publicprofile.RGScoreFAQ.html permettant ainsi de ne pas prendre en compte que les publications mais des contributions plus larges (biais en faveur des jeunes chercheurs) et RG Reach (cf. https://explore.researchgate.net/display/support/Scores#Scores-RGReach) ; Academia : Top (centiles, http://support.academia.edu/customer/en/portal/articles/1676389-percentiles)

- mais pour quels buts ?- ide initiale : plutt un but dautovaluation, voire danalyse (mise en place dune offre premium chez Academia en 03/2016, http://support.academia.edu/customer/en/portal/articles/2293025-premium) et de mise en relation (sur ResearchGate, il est possible de savoir quel chercheur vous tlcharge)- mais but commercial galement : outil marketing : moyen de pousser les chercheurs se crer un compte (P. Kraker, K. Jordan et E. Lex, 2015, http://blogs.lse.ac.uk/impactofsocialsciences/2015/12/09/the-researchgate-score-a-good-example-of-a-bad-metric/) gamification de la visibilit du chercheur et de la concurrence entre les chercheurs ; produit commercial : fournir des informations des compagnies de R&D sur les articles qui ont le plus dimpact (cf. R. Price, fondateur dAcademia, in Helge Peters. A quick glance at business models of academic social networking services. Hybrid publishing lab. 21/01/2013, http://hybridpublishing.org/2013/01/a-quick-glance-at-business-models-of-academic-social-networking-services/) fin 2015, mise en place dun AuthorRank et dun PaperRank sur Academia bass sur les recommandations par les autres chercheurs, un peu sur le principe du peer-review (http://support.academia.edu/customer/portal/articles/2201342 et M. Lynley, 2015, http://techcrunch.com/2015/11/04/academia-a-startup-that-hosts-scientific-papers-looks-to-score-the-best-studies/)pour aller plus loin :- Academia : http://support.academia.edu/customer/en/portal/topics/575525-analytics/articles- ResearchGate : https://explore.researchgate.net/display/support/Stats+page

51

Et de nouveaux risques ?- mtries et impact

source

Rfrence : P. Kraker, K. Jordan et E. Lex, 2015, http://blogs.lse.ac.uk/impactofsocialsciences/2015/12/09/the-researchgate-score-a-good-example-of-a-bad-metric.

Problme 1 : des mtriques peu scientifiquesopacit du mode de calcul (bote noire) : peu dindication sur lorigine des donnes, manque de transparence sur le mode de calcul, changements non explicits, etc. ResearchGate considr comme un alchimiste moderne dans le sens quil produit ces propres mlanges, mais sans rvler personne ses ingrdients et mthodes de prparation (Alberto Martn-Martn et al. The counting house, measuring those who count : Presence of bibliometrics, scientometrics, informetrics, webometrics and altmetrics in Google Scholar Citations, ResearcherID, ResearchGate, Mendeley,& Twitter . EC3 Working Papers,21.19/01/2015. 60 p. [en ligne]. Disponible sur : http://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/1602/1602.02412.pdf)- biais des calculs quelle valeur scientifique ?- ex. : RG score: calcule limplication sur le rseau et non la qualit de la recherche, partir des interactions des autres chercheurs avec un profil donn, en ignorant des recommandations bibliomtriques fondamentales et en faisant des erreurs basiques (P. Kraker, K. Jordan et E. Lex, 2015, http://blogs.lse.ac.uk/impactofsocialsciences/2015/12/09/the-researchgate-score-a-good-example-of-a-bad-metric/)- ex. : PaperRank dAcademia : systme rcursif, sautoalimentant, dautant quassoci AuthorRank - profils rattachs des institutions les publications faites dans un organisme X passent ensuite un organisme Y si le chercheur change dtablissement de rattachement

52

Et de nouveaux risques ?- mtries et impact

Problme 2 : dissmination des mtries et des versions, donc problme pour citabilit des articles53

Et de nouveaux risques ?- mtries et impactAltmetrics : a manifesto

Rfrence : Jason Priem et al. Altmetrics: a manifesto. Almetrics. 26/10/2010-28/09/2011. [en ligne]. Disponible sur : http://altmetrics.org/manifesto/.

Problme 3 : pas de prise en compte dans les outils actuels daltmetrics

Altmetrics- souhait dindicateurs alternatifs (alternative metrics, altmetrics), complmentaires des outils mtriques classiques, et valables pour lopen access comme les mdias sociaux, etc. sortir du cadre strict de la seule publication pour connatre limpact social dun chercheur (question de visibilit galement) : auprs des pairs mais aussi auprs du grand public- pour les mdias sociaux : citations/nombre de rfrences sur les rseaux (Facebook, Twitter, Mendeley) ; mentions sur les blogs et dans les mdias (trackbacks) ; discussions (commentaires, notes, classements) ; tlchargements

Limites des altmetrics :globalement les mmes que pour la bibliomtrie classique (diffrence entre nombre de citations et intrt rel pour la science ; variable selon les disciplines)limites spcifiques aux mtries alternatives : mesurent quoi : impact scientifique ? impact social ? buzz ? (ouverture au grand public)pas de systme qui fait encore lunanimit (aucune standardisation)socits trs avances dans ces pratiques : des socits but lucratif (Mendeley, Academia, ResearchGate) : quelles utilisations commerciales ? (cf. Thomson-Reuters et lImpact Factor) : but commercial vident : crer des mtries qui seront prises en compte par le systme des altmetrics danger de privilgier la quantit au dtriment de la qualit ? cf. critique exprime, de faon humoristique, par lindice K (daprs la people Kim Kardashian) : fait dtre clbre parce quon est clbre : les chercheurs les plus visibles sur les rseaux seront plus invits, sollicits, et seront encore plus visibles, sollicits, indpendamment de la qualit relle de leurs recherches et de leurs publications (Neil Hall. The Kardashian index: a measure of discrepant social media profile for scientists. Genome Biology. 2014, vol. 15, n7. p. 424. [en ligne]. Disponible sur :http://genomebiology.com/2014/15/7/424#)- danger de ne se tourner que vers ce qui est populaire ou la mode

54

Et de nouveaux risques ?- mtries et impactProfil ImpactstoryEx. : Impactstory

Profil Altmetrics au niveau dun article ou sur des services tiers

Ex. de service : Impactstory (https://impactstory.org/): organisme but non lucratif, cr en 2011, soutenu notamment par la Alfred P. Sloan Foundation, la National science foundation et le JISC ; prend en compte les mtries de services comme PLOS, arXiv, GitHub(cf. https://impactstory.org/metrics) ; open source et open data ; abonnement 60$/anex. : https://impactstory.org/HeatherPiwowar

Rseaux sociaux acadmiques et altmetrics- problme : pas/peu prise en compte des mtries des rseaux sociaux acadmiques dans les calculs des altmetrics (ne disposent pas dAPI leur permettant dtre interrogs)- noter cependant : lapparition dune nouvelle catgorie Altmetrics dans le Ranking web of repositories de janvier 2015 avec un indicateur de visibilit prenant en compte notamment Academia et ResearchGate vanity metrics? cf. Alex Rushforth. The Facebook-ization of academic reputation ? . The citation culture. 28/10/2015, https://citationculture.wordpress.com/2015/10/28/the-facebook-ization-of-academic-reputation/.

55

Et de nouveaux risques ?- mtries et impact

source

Problme 4 : danger dune reconnaissance institutionnelleRfrence : https://twitter.com/agricolabs/status/68756157030663782456

PLANRepresPrsentation de quelques outilsRseaux sociaux et visibilit du chercheurPublication scientifique et rseaux sociauxEnjeux acadmiques prsents et venir

- Enjeux pour le chercheur- Enjeux pour la science- Enjeux pour les institutions- Enjeux pour les professionnels de linformation57

source

Rfrence : David Matthews, 2016, https://www.timeshighereducation.com/features/do-academic-social-networks-share-academics-interests58

Enjeux pour les chercheurs

tude Couperin 2014

Rfrences : S. Vignier et al., 2014, http://couperin.org/images/stories/openaire/Couperin_RSDR%20et%20OA_Etude%20exploratoire_2014.pdf ; complter par A. Gruzd, M. Goertzen et P. Mai, 2012, http://socialmedialab.ca/?p=4308

4 axes, et ce, quelle que soit, globalement, la discipline :crdibilit de linformation et des changesdifficults de grer linformationmanque de servicesmanque de clart sur la politique des donnes

Questions prendre en compte dans le mtier de chercheur : veille sur ces questions, sur les nouveaux outilsimportance de sy investir ?intrt rel pour le chercheur et sa recherche : retours acadmiques et professionnels surtout grce sollicitations pour des travaux, des colloques, etc. : Le cercle vertueux procur par la prsence Web2.0 des scientifiques sur le net ne se traduit-il pas essentiellement par un certain nombre dinvitations, de sollicitations des confrences et lcriture darticles, ces effets positifs participent-ils au renouvellement du dbat dides ? (Evelyne Broudoux et Ghislaine Chartron. La communication scientifique face au Web2.0 : Premiers constats et analyse. In H2PTM'09 - Rtrospective et perspective - 1989-2009. 14 p. Version auteur disponible sur : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00424826/fr)

59

Enjeux pour les chercheurs- infobsit

source

Rf. : D. Matthews, 2015, https://www.timeshighereducation.com/news/social-network-overload-wastes-academics-time

! : danger de profile fatigue

60

Enjeux pour les chercheurs- captation des donnes personnelles

rfrence

- contenus gratuits (profils et publications), mais incitant parfois linscription (mme si le texte est disponible ailleurs en archives ouvertes, cf. ResearchGate ou Academia) et nindiquant pas toujours le lien du document initial (ex. : sur HAL, arXiv) ; permet certes des suggestions et des statistiques personnalises pour les chercheurs, mais aussi, et surtout, de crer une base de donnes commerciales de profils et de publications, pour ces socits- scurit et prennit des donnes ? : socits commerciales dont lavenir nest pas assur, et donc problmes futurs ventuels pour la rplication des rsultats, la future citation et la future rfrence ces documents

61

Enjeux pour les chercheurs- captation des donnes personnelles

!!!!!!Exemple sur ResearchGate

Des services intrusifs et rutilisant les donnes personnelles : attention aux cases coches par dfaut (lors tlchargement, dans paramtres) : envoi de mails des co-auteurs, notifications! aux paramtres! aux services tiers dont les informations peuvent tre rcupres62

Enjeux pour les chercheurs- captation des donnes personnellesAcademia, Privacy

Academia, Terms

les rseaux sociaux peuvent galement rcuprer des informations sur des services tiers si connexion via ces services tiers (cas de Facebook notamment, cf. http://urfist.enc-sorbonne.fr/sites/default/files/ab/Bouchard_Comparaison_AO_RSX_112016.pdf, business model) - suppression des donnes : Academia conservera les contenus, mme aprs fermeture du compte ; de son ct, ResearchGate affirme dtruire toutes les donnes en cas de fermeture du compte mais peut donner accs aux donnes personnelles des tiers (https://www.researchgate.net/application.PrivacyPolicy.html) et ne permet de mettre un lien vers une publication extrieure que si le PDF a t tlcharg

se reporter : http://urfist.enc-sorbonne.fr/sites/default/files/ab/Bouchard_Comparaison_AO_RSX_112016.pdf, Protection et prennit des donnes

63

Des services for profit = $$$$ Academia.edu

ResearchGate.netMendeley

Lors des demandes de retrait par Elsevier, les dbats se sont largis au modle conomique dAcademia, socit for profit, tirant ses donnes des donnes mises gratuitement et librement disposition par les chercheurs, notamment des donnes issues de la recherche publique

Des services rivaux et concurrents : socits commerciales but lucratifcf. Academia : ! lextension .edu : ne renvoie nullement un tablissement denseignement but non lucratif car lextension a t dpose avant la rgulation des noms de domaine en .edu

Modle financier :- pour linstant entirement gratuit pour lusager et leves de fonds (business angels et capital risque [venture capital] pour dvelopper le business model : Academia : 17,7 M $ entre sa cration et 2015 ; ResearchGate : 4 leves de fonds depuis la cration pour un montant de 100 M $ (dont Bill Gates), cf. https://techcrunch.com/2017/02/28/researchgate-raises-52-6m-for-its-social-research-network-for-scientists ; mais dj politique volontariste (spams, inscription ncessaire pour accder aux documents et aux fonctionnalits avances) ; investisseurs de la 4e leve de fonds : the Wellcome Trust, Goldman Sachs Investment Partners, Four Rivers Group, Ashton Kutcher, LVMH, Xavier Niel, Bill Gates, Benchmark, Founders Fund ex. Academia : "We've recently closed a Series "C" round and it is 2X higher valuation than our previous round. We have plenty of cash in the bank and are working on both viral growth and converting power users from our freemium to our premium product features (offre demploi dingnieur, au 2/11/2016, https://www.academia.edu/hiring#distributed-systems-infrastructure-engineer)

- vers une montisation plus ou moins court terme de services et produits (notamment envers les institutions, ex. ResearchGate : service payant pour assurer une meilleure visibilit aux propositions demplois) et possibilit de proposer des services diffrencis selon les abonnements souscrits (sur le modle des offres Premium de LinkedIn) ; pour une mise au point rcente, notamment concernant Academia, cf. D. Matthews, 2016, https://www.timeshighereducation.com/features/do-academic-social-networks-share-academics-interests (recommandations, publications) et laffaire #DeleteAcademiaEdu (F. Clavert, 2016, http://histnum.hypotheses.org/2589)- vers une marchandisation des donnes (donnes personnelles, publications, voire rachat par des socits plus grosses) ?

part de plus en plus importante des capitaux privs dans le monde acadmiquerapprochement avec les maisons ddition traditionnelles64

Enjeux pour la science- une gratuit non garantie

source

source

Rfrences : 1 https://twitter.com/manuelramirez/status/7451996964870062082 offre demploi dingnieur (au 2/11/2016), https://www.academia.edu/hiring#distributed-systems-infrastructure-engineer

65

Enjeux pour la science- des mtadonnes descriptives peu contrles

Rfrence : C. Benech, 2014, http://webcast.in2p3.fr/videos-retour_d_experience_sur_l_utilisation_de_academia_et_researchgate

Des services non scientifiques : ne sont ni des outils bibliographiques, ni des outils de recherche, ni des outils de normalisationpas de formulaires de recherche pertinents et/ou facilement accessibles (ne porte que sur quelques donnes ; comparer avec des bases de donnes professionnelles) fonctionnent plutt par suggestion automatique ? ; des rsultats parfois lacunaires passer par les moteurs gnralistes comme Google avec une recherche de type [XXXX site:YYY] pas de vrification des tags ni de thsaurus (2 M. de research interests sur Academia, avec multilinguisme, fautes dorthographe, etc.), cf. exemplepitre qualit des mtadonnes (cf. infra)pas/peu dinteroprabilit avec les autres acteurs scientifiques : pas de base de diffusion unique que lon peut dployer sur les autres servicesne sappuient pas sur des systmes internationaux didentifiants numriques des chercheurs (type ORCID) (cf. infra)

Renforc par le fait que ce sont des botes noires : moteurs de recherche pas forcment accessibles directement depuis la page daccueil, pas de dtails clairs sur les modes de fonctionnement de calculs des mtries66

Enjeux pour la science- des mtadonnes bibliographiques insuffisantes

via C. Benech (ancienne interface)

Rfrence : C. Benech, 2014, http://webcast.in2p3.fr/videos-retour_d_experience_sur_l_utilisation_de_academia_et_researchgate

Pitre qualit des mtadonnes, laissant dsirer : informations a minima (Academia) ; rfrences plus compltes mais (ResearchGate) : nont pas la qualit doutils bibliographiquessont mme ventuellement incapables de rcuprer les mtadonnes riches fournies sur des archives ouvertes (cf. http://urfist.enc-sorbonne.fr/sites/default/files/ab/Bouchard_Comparaison_AO_RSX_112016.pdf, point interoprabilit avec dautres bases de donnes)

67

Ex. de mtadonnes sur une archive ouverte : HALdont le titre de la revue !Ex. de mtadonnes rcupres sur ResearchGaterfrences ???Enjeux pour la science- absence dinteroprabilit

68

Enjeux pour la science- des outils non scientifiquesProfil ORCIDProfil IdRef

Pas/peu dinteroprabilit avec les autres acteurs scientifiques- ne reposent pas sur de lopen data- ne proposent pas dAPI pas/peu dchanges ou de mise jour automatiques entre les services

Systmes didentifiant alphanumrique - systme didentifiant unique et univoque permettant de lever les homonymies et de regrouper les diffrents noms spcifiques un mme auteur (par ex. : nom de jeune fille/nom de femme marie), ainsi que les publications qui y sont lies- compatible avec un certain nombre de bases de donnes comme le WOS, Endnote Web, IdHal, mais pas les rseaux sociaux acadmiques

Outils- ResearcherID (http://www.researcherid.com) : ouvert en 2008 (Thomson Reuters) ; profil, bibliographie ; outils bibliomtriques (citation, h-index) ; indication de rseaux de co-auteurs et de citations ; + 300 000 comptes- ORCID : Open Researcher and Contributor ID (http://orcid.org/) ; ouvert en 2012 ; consortium de + 140 partenaires publics (CERN) et privs (Elsevier, Thomson, Nature Pub. Grp) ; profil, bibliographie ex. : http://orcid.org/0000-0003-4304-679X ; compatible avec Altmetric (http://altmetric-orcid-profiles.herokuapp.com/) ; + 2 M. de comptes ; nouveaut 25/10/2015 : auto-update (http://orcid.org/blog/2015/10/26/auto-update-has-arrived-orcid-records-move-next-level), en association avec Crossref et DataCite (DOI) - IdRef (http://www.idref.fr) : rfrentiel des autorits SUDOC : ! : ne peut tre cr par le chercheur lui-mme, puisquest une notice dautorit du SUDOC - ex. : http://www.idref.fr/17163778X

69

Enjeux pour la science- prennit des services

http://www.biomedexperts.com/

Prennit de laccs ces donnes (par ex. si le service devient payant, est rachet ou sil ferme) ?cf. achat de SSRN par Elsevier, https://www.elsevier.com/connect/ssrn-the-leading-social-science-and-humanities-repository-and-online-community-joins-elsevier

70

Gary Hall, traduit en franaisEnjeux pour la science- rseaux et open access

Rfrence : G. Hall, 2015, http://www.garyhall.info/journal/2015/10/18/does-academiaedu-mean-open-access-is-becoming-irrelevant.html

ds tude du Centre for Research Communications (2011, http://crc.nottingham.ac.uk/projects/rcs/Social_Networking_Report-Duke&Jordan.pdf) : 7 recommandations destination des responsables britanniques dans son point 5 spcifiquement sur Issues and opportunities presented by academic social networking sites - tude et veille sur les rseaux sociaux, leurs publics et leurs volutions (recommandations 3 et 4)- valorisation de lopen access par des services pertinents et une meilleure information des tudiants et chercheurs (recommandations 2 et 7)recommendations spcifiques sur la formation, notamment sur les pr-requis (recommandations 1, 5 et 6)

Etude Couperin pour prparer le projet europen Foster (http://www.couperin.org/site-content/289-foster/1121-le-projet-foster) qui vise mettre en place des mcanismes prennes au bnfice des chercheurs europens pour promouvoir la science ouverte dans leurs mthodes de travail de tous les jours, et donc daider les chercheurs optimiser la visibilit et limpact de leur recherche dans la cadre de la politique europenne en faveur de lopen access et en accord avec les objectifs de lEurope sur une Recherche Responsable et lInnovation.

2 positions contradictoires ou complmentaires ? : - les rseaux sociaux sont un risque pour lopen access et les archives ouvertes : Such a development could negatively impact on the perception and adoption of Open Access, could marginalise repositories and could also have other implications (tude Centre for Research Communications, 2011, http://crc.nottingham.ac.uk/projects/rcs/Social_Networking_Report-Duke&Jordan.pdf)- les rseaux sociaux sont une opportunit pour lopen access et les archives ouvertes : Were more publishers to enforce their intellectual property rights with respect to academic networks, it may well lead, over the longer term and if the market wants it, to more uptake of both institutional self-archiving and Gold OA publication (M. Clarke, 2013, http://scholarlykitchen.sspnet.org/2013/12/11/has-elsevier-signaled-a-new-era-for-academia-edu-and-other-professional-networks/).71

Enjeux pour la science- prconisation dorganismes de recherche

sourcesource

source

source

privilgier une alimentation a minima du rseau (rfrences bibliographiques et lien vers le document dpos ailleurs (archives ouvertes, plateformes de revues) indiquer le lien sur le rseau (il existe un champ ad hoc sur Academia ; sur ResearchGate, comme ce champ ad hoc napparat quune fois le fichier dpos, utiliser un champ non prvu pour a (ex. abstract, etc.) - le DOI peut tre dailleurs tre exprim avec une URL, sur le modle : dposer un fichier minimal (juste le lien vers le document, ou, mieux pour la citabilit, les rfrences bibliographiques compltes par exemple, tires de HAL, et le lien)

position de plus en plus frquente dans les institutionscf. CNRS / CPU. Pratiquer une recherche intgre et responsable. Un guide. 38 p. 11/2016. [en ligne]. Disponible sur : http://www.cnrs.fr/comets/IMG/pdf/pratiquer_une_recherche_integre_et_responsable_un_guide_05.12.2016-2.pdf, p. 19 : Certains rseaux sociaux scientifiques (Academia, ResearchGate, MyScienceWork par exemple), sont destins la communication entre chercheurs et donner de la visibilit leurs travaux. Les chercheurs peuvent y signaler leurs publications mais aussi les dposer sur le site. Leur usage doit se faire dans le respect des rgles de bonnes conduites. Le dpt sur ces plateformes engage la responsabilit individuelle du dpositaire mais pas celle de lorganisme employeur, mme si le nom de celui-ci y figure bonnes pratiques du laboratoire Triangle (UMR5206, http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article3867) et les prconisations de lInstitut des sciences humaines et sociales du CNRS (http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/ist/HAL-SHS/reseaux-sociaux.htm), de lINRA (http://prodinra.inra.fr/?locale=fr#!ConsultNotice:372739) et de lINRIA (https://fabrica.inria.fr/academia-edu-et-hal-preconisation/)72

Le chercheur plus que lquipe(W. Berthommire)Page CNRS

Enjeux pour les institutions- des profils institutionnels non valids

Valorisation du chercheur (occupation du terrain) et pas de place vritable pour les institutions sur ces services (pas de pages institutionnelles, uniquement des pages personnelles) : quelle place pour les projets ? le travail dun laboratoire, dune quipe de recherche ?- sauf rares exceptions, la page dun tablissement sur Academia et ResearchGate (cf. ex. page suivante) est cre automatiquement ex. : https://www.researchgate.net/institution/French_National_Centre_for_Scientific_Research

concomitant du dtachement progressif du chercheur de son institution, au profit de sa communaut et au profit des rseaux sociaux (cf. C. Boukacem-Zehmouri, 2016, https://openeval2016.sciencesconf.org/resource/page/id/3)

73

Enjeux pour les institutions- profiter de cette visibilit ?

source

Rfrence : https://tepsis.hypotheses.org/tepsis-papers

Autres exemples : - EA 519 "Egypte ancienne : archologie, langue, religion" (EPHE), http://ephe-sorbonne.academia.edu/EPHEEgypteanciennearch%C3%A9ologielanguereligionEA4519/EA-4519:-Pr%C3%A9sentation-presentation- Institut historique allemand : http://dhiha.hypotheses.org/104574

Enjeux pour les institutions- profiter de cette visibilit ?

75

Enjeux pour les institutions- accompagnement des chercheursQuel(s) rle(s) pour les professionnels de lIST ?

Prise en compte de ces questions comparer avec celles de la gestion des donnes de la recherche, le dveloppement de lopen access

4 niveaux possibles :ne rien fairesinformer/veiller, et pouvoir rpondre a minima aux questions des chercheursinformer/former : accompagnement des chercheurs- constat : totale ignorance des chercheurs sur les droits affrents aux publications dposes (tude Couperin, Stphanie Vignier et al., 2014, http://couperin.org/images/stories/openaire/Couperin_RSDR%20et%20OA_Etude%20exploratoire_2014.pdf et tude Laval, Florence Piron et Pierre Lasou, 2014, http://www.bibl.ulaval.ca/fichiers_site/services/libre_acces/pratiques-de-publication-libre-acces.pdf) rseaux sociaux comme produit d'appel pour daborder toutes les questions sous-tendues par les rseaux sociaux et qui peuvent avoir dautres rponses que ces rseaux (recherche dinformations et veille ; modalits de la publication scientifique et donnes de la recherche ; identit numrique et prsence en ligne ; open access ; questions thiques et juridiques )- dautant que ce sont les jeunes chercheurs qui sont les plus actifs sur ces rseauxdvelopper des services constat : services se sont dvelopps sur les lacunes et le manque de visibilit des solutions institutionnelles, cf. Ranking web of repositories, inclusion de ResearchGate, Academia et Mendeley dans le classement afin daccrotre la prise de conscience : It is badly needed to improve repositories with a strong end-user (authors) orientation , http://repositories.webometrics.info/